Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 979

  • Le printemps s'éveille dans la nuit

    photomagic_image.jpg Le printemps s'éveille dans la nuit.jpg

    Photo  EB  - Marseille 26 mars 2013

    Le cerisier du Japon est en bourgeons, prêt à fleurir

  • Manif: tout compte fait, mieux vaut être une racaille !

    sans-titre.png Athenais et Calixte gazés.png

    Athenais et Calixte ont reçu du gaz lacrymogène

    Lire: http://www.bvoltaire.fr/sylvainbanducci/manif-tout-compte-fait-mieux-vaut-etre-une-racaille,16530?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=9f0f610d88-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email

    + VIDEO Emeute de 2005

     

     

  • Il paraît qu'il ne faut pas dire que "la police gaze des enfants"

     

    Selon certains médias et selon Manuel Valls (aujourd'hui à l'Assemblée), cela serait trop connoté.

    Sauf quand c'est Mediapart qui utilise l'expression à propos de l'évacuation d'un camp de Roms :

    "La police gaze des enfants et saccage un camp de roms"

    Forts de cette jurisprudence journalistique, nous continuerons donc à employer cette expression pour dénoncer les dérives infâme de ce régime socialiste.

    Michel Janva

    Le Salon Beige

     

  • Il paraît qu'il ne faut pas dire que "la police gaze des enfants"

    Selon certains médias et selon Manuel Valls (aujourd'hui à l'Assemblée), cela serait trop connoté.

    Sauf quand c'est Mediapart qui utilise l'expression à propos de l'évacuation d'un camp de Roms :

    "La police gaze des enfants et saccage un camp de roms"

    Forts de cette jurisprudence journalistique, nous continuerons donc à employer cette expression pour dénoncer les dérives infâme de ce régime socialiste.

    Michel Janva

    Le Salon Beige

  • Journal hebdomadaire de La Voix de la Russie - 25 mars 2013

     

    Numéro spécial dédié à la Manif pour tous du 24 mars 2013 avec les interviews de :

    • Frigide Barjot. Porte-parole de la Manif pour Tous
    • Aude Mirkovic. Maître de conférence en Droit privé à l’Université d’Évry
    • Christine Boutin. Député de la 10e Circ. des Yvelines, Présidente du Parti Chrétien Démocrate
    • Jean-Jacques Rateau. Conseiller PS élu des Français de l’Étranger (Belgique)
    • Bruno Gollnisch. Député européen du Front National
    • Françoise de Panafieu. Député de la 16e Circ. de Paris (UMP)
    • Carl Lang. Président du Parti de la France, anc. député européen
    • Xavier Lemoine. Maire de Monfermeil (UMP)
    • Jacques Bompard. Député de la 4e Circ. du Vaucluse (Ligue du Sud)
    • Monseigneur Aillet. Évêque de Bayonne Lescar Oloron
    • Philippe Gosselin. Député de la 1ère Circ. de la Manche (UMP)
    • Frédéric Pichon. Avocat à la Cour, président d’Europa Gentes
    • Tugdual Derville. Porte-parole de la Manif pour Tous

  • VIDEO - Manif pour tous: Philippe Cochet interpelle Manuel Valls à l'Assemblée

    Blog de Philippe Cochet, député UMP du Rhône - 26/03/13

    NdB: L'interpellation est ici complète

  • CLASH à l'Assemblée! Philippe Cochet: "Honte à votre gouvernement!"


    Manif pour tous : "Parler d'enfants gazés est... par LCP

    NdB: J'ai été obligée de supprimer la précédente vidéo "CLASH à l'Assemblée"  de Gloria TV en raison d'un "panneau d'erreur"  qui empêchait de la visionner... Celle-ci est écourtée des autres interventions.

  • Près de deux millions de manifestants à Paris dimanche dernier !

     

    Tout le monde a vu, dimanche 24 mars, lors de la manifestation, un hélicoptère de la sécurité civile survoler la Manif pour tous. Mais personne n’a jamais vu les photos ou les clichés qu’il a pris…

    D’après les informations recueillies depuis dimanche soir, le service de police qui a intercepté et confisqué ces images après l’atterrissage de l’hélicoptère, a estimé la participation réelle du rassemblement à 1,8 millions de personnes. La vue aérienne permet en effet de voir l’étendue de la foule depuis les points de départ jusqu’aux différentes avenues et rues adjacentes, au delà donc du comptage au mètre carré. La DCRI et l’Élysée ont les chiffres sur leur bureau.

    Autre comparaison qui disqualifie les chiffres de la préfecture : après la finale de la coupe du monde en 1998, les autorités et les médias annonçaient 2 millions de personnes sur une artère plus petite, allant d’un bout à l’autre de l’avenue des Champs Élysées jusque l’Arc de triomphe, mais avec le même taux de remplissage au mètre carré. Dimanche, la préfecture en annonçait 300.000. sur une artère plus grande allant jusque l’arche de la défense….

    Contre-info.com

     

  • USA: le Dakota interdit tout avortement dès que le coeur du foetus bat

     

     
    (Belga) Le gouverneur de l'Etat conservateur du Dakota du Nord a promulgué mardi la loi la plus restrictive des Etats-Unis en matière d'avortement, dans le but affiché de remettre en cause les protections fédérales en faveur du droit à l'interruption volontaire de grossesse.
    La loi promulguée par le gouverneur républicain, Jack Dalrymple, interdit tout avortement après l'apparition des premiers battements de coeur chez le foetus, soit environ six semaines après la procréation, à un moment où de nombreuses femmes ignorent encore qu'elles sont enceintes. Aucune exception n'est faite pour les cas de viol, d'inceste, ni même en cas de danger pour la santé de la mère.
     
     La mesure est un défi direct à la décision historique de la Cour suprême en 1973, dans l'affaire "Roe contre Wade", lorsqu'elle a légalisé l'avortement jusqu'à ce que le foetus soit "viable". Aujourd'hui, de nombreux Etats situent cette limite à 20 ou 24 semaines. L'Etat, rural et contrôlé par les républicains, ne compte qu'une clinique d'avortement mais les opposants à l'IVG souhaitent sa fermeture. Une deuxième loi signée par le gouverneur mardi introduit ainsi une nouvelle obligation pour les médecins réalisant des avortements: ils doivent désormais être aussi affiliés à un hôpital, ce qui impose de fait de nouvelles restrictions sur les prestataires actuels. Jack Dalrymple a reconnu que la loi serait probablement attaquée en justice.
     
     La troisième mesure signée mardi interdit les avortements réalisés uniquement pour des raisons génétiques ou dans le but de choisir le sexe de l'enfant. (DGO)
     
    Skynet.be - 26/03/13

  • VIDEO - Compte-rendu E&R de la Manif pour tous du 24 mars


    Manif pour Tous du 24 mars 2013 par ERTV

    NdB: Regarder cette vidéo de préférence en mode plein écran.

    Le "doigt d'honneur": l'Arc de Triomphe étant fermé au public ce dimanche, qui pouvait se trouver  au sommet, sur la terrasse, pour faire ce geste de mépris envers la foule ? La réponse est facile à deviner...

  • Manif pour tous: Valls choqué par l'expression "enfants gazés"

    Quel dégoût d'entendre ça!

    Oui, des enfants ont été gazés: les photos sont là pour le prouver!

  • Civitas appelle à la mobilisation !

     

    Nous relayons bien volontiers le communiqué de Civitas, qui appelle à poursuivre la mobilisation contre le « mariage » homosexuel :

    Le vrai printemps français, ce sera avec CIVITAS devant le Sénat

    La journée du 24 mars a démontré que la mobilisation nationale et populaire contre le projet de loi Taubira ne faiblit pas. Mieux encore, on constate que le ton de beaucoup de ses participants se radicalise.

    Non, les défenseurs de la famille ne sont pas des « casseurs »

    Hélas, comme c’était prévisible, celle qui prétend incarner cette mobilisation a trahi ceux qui lui avaient fait confiance.
    Elle qui, il y a quelques semaines, avec des accents matamoresques, devant de nombreux journalistes, encourageait les Français à squatter les Champs-Elysées le temps qu’il faudrait pour faire cèder François Hollande, s’est rapidement désolidarisée de ceux qui ont cru à son discours de « printemps français » et ont subi les lacrymogènes et parfois les matraques de policiers et gendarmes. Celle qui se fait appeler Barjot a traité de « casseurs », d’ « extrémistes », de « fachos », ces Français de tous âges, qui n’avaient fait qu’agir selon ses propres consignes.

    Récupération politique et supercherie
    Les interventions à la tribune ont par ailleurs témoigné de la manoeuvre de récupération politique négociée avec Mme Barjot au profit d’une UMP désormais omniprésente.
    Pour faire bonne mesure, la parole a bien été donnée à quelques élus de gauche dont un trotskyste, mais c’est l’UMP qui eut la part belle, avec notamment les discours d’Henri Guaino et de Jean-Pierre Raffarin, tandis que Jean-François Coppé se dressait au premier rang de la foule, place de choix pour répondre aux questions des médias. Une « manif pour tous » désormais au service de simples calculs électoralistes, entre préparation des esprits à la candidature de Mme Barjot et promotion d’un pseudo-engagement de l’UMP. Lire la suite

    Contre-info.com

  • Les USA fourniront une aide militaire de $40 mlrds à Israël

     

     
    25.03.2013, 21:15, heure de Moscou
    Imprimer l'article Recommander à un ami Ajouter au blog

    Израиль США флаг звезда Давида

    Les Etats-Unis et Israël ont signé un nouvel accord sur l'aide militaire, dans le cadre duquel les Etats-Unis fourniront aux États-Unis entre 2018 et 2027 une aide de 40 milliards de dollars. Cet accord entrera en vigueur immédiatement après l’accord actuel qui expire en 2017, en vertu duquel les Etats-Unis fournissent chaque année à Israël 3 milliards de dollars (30 milliards de dollars sur 10 ans).

    Le président américain Barack Obama a également approuvé un financement supplémentaire du programme israélien visant à créer un système de défense antimissile « Iron Dome » (Dôme de fer).

    La taille réelle de l'aide militaire américaine à Israël reste inconnue, car les volumes du financement ne sont communiqués que pour certains programmes.

    La Voix de la Russie

  • Lancelot, gazé à 14 ans: «Écœuré», son père demande la démission de Valls et Taubira

     

    Lancelot Famille

    Lancelot, 14 ans, a été gazé à deux reprises par les forces de l’ordre. Des procédés qui ont suscité un vif émoi parmi les manifestants et les élus présents, ceux-ci n’hésitant plus à demander la démission de Manuel Valls. Nouvelles de France a retrouvé le père de Lancelot qui a tenu à exprimer son écœurement vis-à-vis du gouvernement.

    Comment votre fils de 14 ans a-t-il été gazé ?

    Faisant partie de l’équipe d’accueil, en poste près de l’avenue Carnot, nous avons eu à gérer un reflux de manifestants qui ne pouvaient plus rentrer dans la manif entre 13h et 15h. Nous avons vu que des manifestants étaient sur la place de l’Étoile, nous avons décidé d’y aller. Nous étions devant l’Arc de Triomphe et venions de faire la photo supra. Les policiers ont lancé des gaz très loin et il y en a eu un qui a atterri près de nous, alors que nous redescendions vers les Champs pour voir ce qui se passait ne sachant pas où aller

    A-t-il été particulièrement exposé aux gaz ?

    Suffisamment pour déclencher une crise d’asthme très violente, nécessitant 30 minutes sous assistance respiratoire.

    Pourquoi ces violences policières selon vous ?

    Il y a plusieurs raisons : la principale est l’impossibilité pour les manifestants qui refluaient de la Porte maillot vers la place de l’Étoile (ouverte par la police), de pouvoir accéder aux au cortège avenue de la Grande Armée et de sortir de cette place. Les forces de police ont été débordées par une manifestation dont tout le monde pensait qu’elle serait inférieure à celle du 13 janvier.

    La photo du jour : Lancelot, 14 ans, gazé à deux reprises par les CRSSelon un commandant de gendarmerie auquel je me suis permis la réflexion suivante : « Vous dégainez bien vite », ce n’était pas le cas. Il m’a d’ailleurs répondu : « nous ne sommes pas habitués à gérer ce type de rassemblement. Quand on met un nombre de personnes trop important dans un lieu insuffisant pour les contenir, c’est évident qu’il y a des débordements. Vous serez 10 000 pour la police mais en réalité vous êtes plus d’1 million, nous le savons, ils le savent. C’est le bordel partout dans la gendarmerie comme dans la police ; nous sommes gérés par des amateurs ».

    Ils ont eu des ordres, ils doivent les respecter et les faire respecter même si nous aimerions qu’ils fassent respecter la loi d’abord dans les banlieues. Ils sont dans leur rôle, c’est la réaction qui était disproportionnée mais ils n’ont pas su gérer le monde.

    Demandez-vous la démission du ministre de l’Intérieur ?

    Oui, je demande la démission du Ministre de l’intérieur et plus encore celle de Madame Taubira, car c’est par son intransigeance et celle de Monsieur Hollande que nous sommes dans cette situation.

    La loi du mariage pour tous n’est pas une loi de réforme sociétale mais une loi qui remet en cause l’être humain lui-même, Lancelot 1 une magnifique « opération de com » du gouvernement au nom de l’égalité, mais le fond n’a pas été abordé. Pour s’en rendre compte, il suffit de réécouter sur Google les interventions de Fillon de Wauquiez

    On a vu votre fils très choqué. Pouvez-vous nous dire comment il a réagi ? A-t-il été traumatisé ?

    Il a été sous assistance respiratoire : je pense qu’il a eu très peur et surtout, il a été surpris de la violence des événements. Nous sommes restés une demi-heure au poste de secours. Il voulait rentrer, nous avons voulu retrouver nos amis et en essayent de faire passer des élus, quelques manifestants énervés ont de nouveau déclenchés la colère des policiers. Ils se sont mis sur six rangs et ont lancé leur gaz (au niveau de l’avenue de la Grande Armée). Je pense que ce sont des actes isolés et défensifs de policiers mais ce sont Valls, Hollande et Taubira les responsables.

    Comment va Lancelot maintenant ?

    Il a toujours mal aux yeux ce soir mais le pire est passé.

    Lire aussi:
    > Vu cet après-midi : Une petite fille pleure après qu’un CRS l’a gazée

    Nouvelles de France

  • "Le mépris a un autre visage, c’est celui, casqué, de la dissuasion et de la répression policières"

     

    De Christian Vanneste :

    "[...]Les organisateurs parlent d’1.400.000, et ils sont à l’évidence des reportages plus près de la réalité. Il s’agit peut-être du record pour une manifestation de contestation d’une loi : Mitterrand avait retiré la loi inique de nationalisation de l’enseignement libre avec une seule mobilisation aussi importante.Nous en sommes à deux.

    Le mépris a un autre visage, c’est celui, casqué, de la dissuasion et de la répression policières. Tout a été mis en oeuvre, hier, pour excéder les manifestants. En raison d’un déploiement policier impressionnant, rejoindre le lieu de rassemblement exigeait de longs détours. De même ceux qui voulaient le quitter étaient astreints à contourner de nombreux barrages. C’est ainsi qu’en suivant un groupe, à un moment je me suis trouvé sur les Champs-Elysées, entre les gendarmes mobiles bloquant le passage vers l’Etoile et les CRS fermant l’avenue à hauteur du rond-point.

    La tentation d’occuper les Champs qui avaient été interdits était trop belle, et le dispositif policier installé comme une nasse y invitait. Il y a peut-être eu des esprits assez tordus pour penser qu’une telle situation conduirait à des violences dont on accuserait ensuite des extrêmistes de droite, ce qui permettrait de faire passer le gigantisme de la manifestation au second-plan.

    Le résultat doit les décevoir : lorsqu’on voit un membre des forces de l’ »ordre républicain » asperger de gaz lacrymogène des Français agitant le drapeau national et chantant la Marseillaise, on se dit qu’il le fait au nom de celui qui favorise à tous les niveaux le désordre familial et dont certains ont fêté l’avènement en brandissant des drapeaux étrangers.

    Hier, le mépris a transformé le refus d’une loi en contestation d’un pouvoir qui perd sa légitimité morale parce ce qu’il fait et par sa manière de le faire.

    Hier, a peut-être commencé un printemps français avec ses indignés, ceux que révoltent la nocivité du pouvoir actuel et l’opportunisme de ceux qui viennent au secours d’une victoire, sinon législative, au moins politique, à laquelle ils ne s’attendaient guère.

    Il s’agit maintenant de transformer l’essai en faisant pression sur les élus pour obtenir une victoire législative ou un retrait du texte. Si l’on écrit 68 à l’envers, çà devient 89. Les slogans d’hier n’étaient plus seulement ceux en faveur de la famille et du droit des enfants.

    Ils visaient clairement le Chef de l’Etat, mais paradoxalement on sentait bien que l’ordre légitime était de leur côté pour restaurer des valeurs essentielles comme celle de la famille, des valeurs qui rassemblent et non qui divisent (...)".

    Lahire

    Le Salon Beige - 25/03/13

     

  • Hollande, démission ! Taubira, démission ! Valls, démission !

     

    Article de Jeanne Smits à la Une de Présent du 26 mars :

    "Ce sont des dictateurs. Des tyrans. Des fossoyeurs de la Nation, des ennemis du peuple de France, insensibles et sourds, vils serviteurs du nouveau désordre mondial. Ils sont prêts à tout pour imposer la dictature du relativisme, où tout se vaut – « ni Dieu ni maître » ! –, où les différences constitutives de notre humanité sont niées. Leur nihilisme radical était inimaginable il y a seulement quinze ou vingt ans. Ils en ont fait un objectif, une valeur révolutionnaire qui tue les « ennemis de la liberté ». Quitte à gazer des femmes et des enfants, des vieillards et des jeunes désarmés. Quitte à tabasser des manifestants assis par terre. Quitte à faire semblant de ne pas les voir, de ne pas les entendre. (...)

    Des « casseurs », ces gens-là ? Les vidéos de dimanche soir ne montrent aucune attaque violente contre les forces de l’ordre. On ne déplore aucune vitrine cassée. Aucun magasin pillé. Aucune voiture brûlée. Ceux qui avaient faim allaient sagement acheter leur pain au chocolat à la boulangerie du coin. C’était la « France bien élevée », comme le dit Gabrielle Cluzel, les « braves gens devenus des gens braves » chers à Alain Sanders : la langue bien pendue et prêts à prendre un ou deux sens interdits mais fondamentalement respectueux de l’ordre. Le désordre venait d’en face. (...)

    Mais Frigide Barjot a osé dire qu’elle se désolidarisait de ceux qui n’avaient pas encore fini d’être gazés. Elle les a traités de « casseurs ». Elle les a accusés d’avoir « volé » les sweats au logo de la manif – que n’importe qui peut acheter en ligne, et je sais par des témoignages directs que des bénévoles se trouvaient sur les Champs, parmi les gazés. Elle a prétendu que c’étaient des « extrémistes de droite », hurlant au micro, « les fachos, dehors ! », légitimant toutes les outrances et les violences de la police aux ordres.

    Elle n’a pas eu un mot pour Lancelot, 14 ans, sous assistance respiratoire pendant 30 minutes à la suite d’une crise d’asthme causée par un gazage à bout portant. Pas un mot pour le dangereux « extrémiste » de 10 mois, les fillettes de 6 ou 7 ans, les jeunes filles, les hommes âgés qui ont été pris pour cible par la police. Ils étaient sur les Champs, oui : il aurait suffi d’un peu de détermination et de sens politique de la part des organisateurs pour que l’ensemble de la manif s’y engouffre. Ces gens braves qui ne sont pas des casseurs et qui ne prétendent pas mettre la société sens dessus dessous comme Hollande, Taubira et Valls qui a osé saluer le « sang-froid » des forces de l’ordre. Frigide voulait-elle que la manif soit entendue, oui ou non ? Voulait-elle le retrait du projet Taubira, oui ou non ? (...)

    Etaient-ce des extrémistes, ces jeunes sur les Champs ? Non : surtout des gens normaux de familles normales, des séminaristes pas du tout tradis, Christine Boutin elle-même (gazée et laissée inconsciente sur la chaussée) ? Comment oser les renier ?

    Il faut le dire avec force : c’est en prétendant contenir la colère des Français et en muselant leurs slogans que Frigide Barjot a créé l’exaspération qui a conduit des manifestants à aller sur les Champs. Nous l’avons vu, avec Bernard Antony et les autres appelants du manifeste du 22 mars (voir sur nos sites et blogs) : la foule voulait le retrait du projet Taubira, la démission de Hollande. Et non des flonflons et des attitudes de Bisounours. « Applaudissez nos amis homos », disait Frigide à la tribune. Silence ou sifflements dans les rangs.

    Elle, qui a prétendu ne pas politiser ni confessionaliser la manif, a donné la parole à un protestant ès-qualités, un juif ès-qualités, un musulman ès-qualités. Et les cathos ? Ceux qui composaient – sociologiquement – 90 % des manifestants n’ont eu que le droit de dissimuler leurs rameaux bénits, si par hasard le service d’ordre les apercevait à la boutonnière de quelques « va-t-à-la-messe » qui n’avaient pas eu le temps d’aller les reposer chez eux. (...)

    Pour une manif non politisée, elle a quand même donné de très longs temps de parole aux élus UMP. Ceux qui ont, certes, combattu le projet mais qui réclament l’union civile. Tous ou presque. Ceux qui, à titre personnel ou à travers leur mouvement, ont préparé le terrain de la culture de mort et l’avènement de la destruction nucléaire des fondements même de la société. Ni Marion Le Pen, ni Bruno Gollnisch, ni Gilbert Collard, parqués avec les élus au pied du podium, n’ont eu la parole. On leur a préféré un trotskiste et un obscur radical de gauche, alibis improbables de la « droite » parlementaire présente en nombre.

    Exclue, également, Béatrice Bourges. Elle dont le Collectif pour l’enfance, un vrai collectif qui depuis huit ans regroupe des dizaines de vraies associations, n’a pas eu droit à la parole. Nous le savons : la « Manif pour tous » craignait son ton direct, sa volonté d’aller au but, son engagement sans ambiguïtés contre la sacralisation des « droits LGBT ». (...)"

    Cathelineau

    Le Salon Beige