Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2012

« Plan social » de PSA : la faute de la soumission du PS à l’euro-mondialisme sans limites

 

Alors que les pontes du gouvernement socialiste et des corps intermédiaires « colloquaient » et multipliaient les comités Théodule sur la « compétitivité », le groupe PSA affinait son « vaste plan de restructuration » (sic !) annoncé aujourd’hui.

http://www.lefigaro.fr/societes/2012/07/11/20005-20120711...

C’est un coup de massue pour toutes les familles de travailleurs. Pour celles qui sont déjà au chômage (et bien souvent en fin de droit), pour celles qui se disent « à quand notre tour ? », et évidemment pour les sous-traitants, les fournisseurs de ces familles (il y aura moins d’achats d’habits pour les enfants… voire de nourriture !)

L’UMP et le PS sont totalement coresponsables de cette casse sociale, en ayant accepté tous les accords de Bruxelles. Et le PS s’apprête à voter de nouveaux abandons de souveraineté ! Tous deux ont admis et voté la concurrence déloyale avec des pays où l’on nourrit les travailleurs d’un bol de riz par jour. Parler de « compétitivité » dans ces conditions est une honte pour le Parti socialiste, qui voudrait aligner les travailleurs français sur les esclaves chinois. Quelle trahison de la classe ouvrière !

Les seuls qui ont dénoncé cette infamie sont le Front national et Debout la République, sous les railleries de l’UMPS. Il suffit d’ailleurs de lire les réactions de Nicolas Dupont-Aignan et de Marine Le Pen au plan annoncé par PSA :

http://www.lejdd.fr/Politique/Actualite/Dupont-Aignan-sur...

http://www.nationspresse.info/?p=176898

Oui tous deux ont raison de mettre des barrières douanières pour éviter une concurrence faussée qui est un dumping écologique et social.

Remarquons aussi comment toute la classe politique s’était moquée de Marine Le Pen quand elle avait annoncé qu’il y a avait de nombreux plans sociaux… dont ont attendait la fin des élections pour les annoncer. Une fois de plus, elle a eu raison contre tout le monde.

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, ex-chantre de la démondialisation mais vite rentré dans les rangs de l’UMPS, ne nous promet qu’un Nième « comité Théodule » pour le 25 juillet.

Ces gens n’ont strictement aucune solution, parce qu’ils sont totalement prisonniers des règles qu’ils ont votées sous le diktat de Bruxelles et qui nous enlève toute souveraineté, y compris dans le domaine de la réindustrialisation nationale.

Le Parti socialiste est donc mal placé pour verser des larmes de crocodiles sur les futurs licenciés de PSA, puisqu’il est entièrement coresponsable de ce désastre industriel qui a commencé sur Sarkozy et se poursuivra sous Hollande, étant donnés qu’ils appliquent la même politique mondialiste sans limites et sans scrupules.

Ouvriers de PSA et d’ailleurs, ce n’est pas seulement à vos patrons, mais à Hollande, à Ayrault et aux élus socialistes que vous devez désormais vous en prendre, et leur faire rendre gorge pour avoir jeté vos familles dans la misère.

Roger Heurtebise

RIPOSTE LAÏQUE

02:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Assemblée: Sylvie Andrieux réintégrée discrètement dans le groupe PS

 

sans-titre.png  sylvie Andrieux.png

Sylvie Andrieux dans une cité de Marseille

Lire: http://fr.wikipedia.org/wiki/Sylvie_Andrieux

Un mois et demi après lui avoir retiré son investiture, le Parti socialiste a réintégré Sylvie Andrieux (Divers gauche) au sein du groupe qui siège à l'Assemblée nationale, selon une information du Parisien.

Dans le cadre des élections législatives, le PS lui avait retiré son investiture, l'ex-députée socialiste des Bouches-du-Rhône étant jugée dans une affaire de détournement de fonds publics. Son procès se tiendra du 4 au 22 mars 2013 devant le tribunal correctionnel de Marseille.

Réélue de justesse

L'ancienne vice-présidente de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Paca) sera jugée pour détournement de fonds publics, un délit passible de dix ans de prison et 150.000 euros d'amende selon le code pénal. En juillet 2010, elle avait été mise en examen pour complicité de tentative d'escroquerie et complicité de détournement de fonds publics.

Lors des législatives, Sylvie Andrieux avait été réélue de justesse, le 17 juin, dans la 3e circonscription des Bouches-du-Rhône, avec 50,99% des voix, face au candidat du Front national, Stéphane Ravier. Aujourd'hui, elle siège à l'Assemblée au sein du groupe PS, en tant qu'apparentée PS.

 

Le Figaro - 13/07/12

01:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La Fondation Brigitte Bardot veut recueillir une vache qui a fui l'abattoir de Bonneville le 2 juillet dernier

 

01:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Ne giflez pas un policier qui porte un insigne nazi !

Après un procès sous haute tension rapporté par La Montagne, le verdict est tombé : les deux jeunes gens qui avaient giflé un homme dont le tee-shirt présentait deux insignes nazis ont été condamnés à un mois de prison avec sursis et à verser 600 euros euros d'amende au plaignant. L'homme, qui s'était avéré être officier de police, prétend ne pas connaître la signification des insignes de la totenkopf et la wolfsangel (visibles ci-dessous), qui en fait ne sont autres que des symboles de divisions SS, principale organisation du régime nazi. Il a simplement indiqué "aimer les loups".

Le procureur a tenu à rappeler : "Le sujet du jour, ce sont les faits de violence. L'histoire est hors sujet, il faut recentrer le débat." La juge Isabelle Parmentier, qui tenait elle aussi à dépassionner les débats, s'en prend aux accusés. "Il y a des règles et vous vivez dans un pays de droit, assène-t-elle. Êtes-vous mandatés pour faire justice vous-mêmes ?" Elle a finalement condamné Mathieu et Alban à une peine plus lourde que celle requise par le procureur général (de simples travaux d'intérêt général) au grand dam des nombreuses associations qui avaient fait le déplacement pour soutenir les accusés.

 

Le Point - 13/07/12

00:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Les Roms éconduits par l'Elysée

sans-titre.png  Roms.png

 

Le Parisien

 

 

 

 

 

 

 

 

00:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Les Roms éconduits par l'Elysée

C’est un dessin d’enfant ordinaire. Avec ses grands traits de couleur et ses détails qui parlent d’eux-mêmes. Lorsque Ricardo, 9 ans, dessine au feutre la piscine d’Ivry dans un petit coin de la feuille, il n’oublie pas les douches. Espace ô combien vital. C’est là en effet que lui et sa famille viennent faire leur toilette. Pour alerter les pouvoirs publics sur leurs conditions de vie, les Roms du campement Charles-Foix d’Ivry et leur comité de soutien ont réuni quelque mille dessins édités en cartes postales et signés par des habitants d’Ivry.

 

Hier, élus locaux, associatifs, soutiens et familles de Roms, ils étaient une trentaine au à avoir fait le déplacement jusqu’à l’Elysée pour remettre ces milles cartes postales, forme de pétition illustrée, au de la République.

« Depuis un an et demi, près de 150 Roms sont installés sur ce campement dans une situation très précaire, explique Sacha Kleinberg, membre du collectif. Il est temps qu’une solution politique soit trouvée pour qu’ils puissent obtenir des conditions de vie décentes. Il paraît que le changement, c’est maintenant ; alors, on demande à voir », lance-t-il alors que la délégation approche de l’Elysée. En vain. Après une bonne heure d’attente, sous la pluie et devant un cordon des forces de l’ordre, aux abords du palais présidentiel, le collectif et les familles sont repartis avec leur carton de cartes postales sous le bras. « On avait prévenu de notre venue par courrier mais, apparemment, le message n’est pas passé », s’étonne, déçu, un membre du comité de soutien. « Tant pis, on reviendra en septembre, pas question de baisser les bras, la situation est trop grave », estime Samia. Educatrice bénévole et membre du comité de soutien des Roms d’Ivry, elle accompagne les familles à l’année. « Sur ce campement, il y a une vraie urgence sociale, les familles vivent dans des conditions ultra précaires, sans eau. Beaucoup ne peuvent pas se soigner, n’ont pas le droit de travailler », constate-t-elle. A plusieurs reprises, ils se sont préparés à une évacuation. En mars, le tribunal administratif de Melun (Seine-et-Marne) a débouté pour la deuxième fois l’Assistance publique-Hôpitaux de , qui revendiquait le terrain. « Ça a été une petite victoire, raconte une Rom, mais on sait bien que cette situation est transitoire. Il faut trouver une solution et vite. »

Trois campements rom doivent être évacués dans les semaines à venir en application d’une décision de justice, a indiqué le préfet en début de semaine. C’est le cas de la cinquantaine de Roms installés dans le quartier de l’Echat à Créteil, qui doivent quitter les lieux depuis mai. Le camp rue de la Marine à Villeneuve-le-Roi peut être démantelé d’un jour à l’autre. Enfin, la justice a ordonné fin mai l’expulsion des Roms (400 selon la mairie) qui demeurent sur les terrains destinés à la déviation de la N406 à Sucy-en-Brie. La décision est exécutoire au 15 septembre.

Le Parisien

00:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

13/07/2012

Sécurité : un ado tente d’écraser un policier

 

 

Un adolescent de 16 ans a été mis en examen hier pour tentative d’homicide sur un policier. Les faits se sont passés à Longjumeau, commune de l’Essonne, dont le maire est la députée UMP Nathalie Kosciusko-Morizet.

Mardi, un jeune garçon croise une patrouille de police, alors qu’il circule au volant d’une Renault Clio tous feux éteints à 22h30 à Longjumeau (Essonne). Les policiers actionnent leur sirène et leur gyrophare et lui intiment l’ordre de s’arrêter pour procéder à un contrôle. C’est alors que le conducteur accélère, pénètre dans un parking et immobilise son véhicule. Les policiers pensent que l’automobiliste va sortir de la voiture et se dirigent donc vers lui. Mais le jeune conducteur démarre brusquement et fonce délibérément vers l’un des agents. Le fonctionnaire fait usage de son flash-ball et s’écarte de la trajectoire du véhicule. Mais le voyou frôle le policier et donne un coup de volant, au moment où le tir de l’agent touche le pare-brise. L’adolescent, qui habite la ville, est interpellé et placé en garde à vue. Déféré hier, il a été mis en examen.

Ce type d’agression contre les policiers se multiplie, sans que cela émeuve le pouvoir socialiste. Le Front National prône une répression sévère contre les attaques organisées visant les forces de l’ordre, les secours ou les pompiers. Il préconise d’aggraver les peines pour les personnes coupables de violences verbales ou physiques à l’encontre d’un représentant de l’autorité de l’État. Par ailleurs le parti de Marine Le Pen indique que la responsabilité pénale doit être accrue pour tous les mineurs de plus de 13 ans, et que le traitement des dossiers les concernant doit être accéléré.

Source

23:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Canjuers: un mort, deux blessés

Un dramatique accident est survenu ce vendredi 13 juillet en pleine manoeuvre dans le camp militaire de Canjuers, causant la mort d'un soldat et blessant légèrement deux autres.

Les trois militaires, affectés au 12e régiment de cuirassiers d'Olivet (Loiret), effectuaient un exercice à bord d'un véhicule blindé léger (VBL) lorsque l'engin s'est retourné.

Les circonstances exactes de ce drame restent à déterminer. Une enquête a été confiée à la gendarmerie.

Var Matin - 13/07/12

21:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le parti néo-nazi Aube Dorée veut créer sa propre banque de sang strictement réservée aux Grecs

 

 

  • 13 juil. 2012
  • par Arnaud Lefebvre

Le parti néo-nazi grec « Aube Dorée » a récemment organisé une collecte de dons de sang afin de constituer sa propre banque de sang réservée uniquement à la population grecque. La formation politique ultranationaliste d’extrême-droite affirme, par ailleurs, posséder assez de stocks pour alimenter un hôpital public. « Aube Dorée » prétend sélectionner des candidats strictement nationaux. Les responsables du Ministère de la Santé ont d’ores et déjà qualifié cette initiative de totalement illégale et inhumaine. La semaine dernière, le mouvemement avait à nouveau fait parler de lui en ouvrant une épicerie « solidaire » exclusivement réservée aux « Grecs de souche » .

Les dirigeants du parti néo-nazi ont affirmé dans un communiqué de presse : « Toutes les pochettes et flacons de sang que nous avons rassemblés lors des semaines précédentes seront distribués uniquement aux patients de notre choix et ce droit sera étendu aux donneurs volontaires ».

Le quotidien grec Athens News précise que, depuis plusieurs semaines, « Aube Dorée » placarde la ville d’affiches appelant les Grecs à ne donner leur sang qu'aux Grecs. Par ailleurs, toujours selon le journal, beaucoup de donneurs de l’hôpital Sotiria d'Athènes ont exigé que leur sang ne soit utilisé que pour des patients de la même nationalité. Le directeur de l’établissement a déclaré que cette situation était intolérable : « Les dons de sang seront disponibles pour tous les patients et ce, peu importe la couleur, la race ou l'appartenance politique ».

L’Association nationale des médecins hospitaliers (EINAP), un des principaux syndicats de médecins de Grèce, a publié une déclaration qui réaffirme le caractère « sacré du processus de dons de sang » soumis aux normes universelles et aux lois internationales. L’organisation syndicale a qualifié l’initiative d’ « Aube Dorée » de « délirante, sans fondements scientifiques, illégale et raciste ». Enfin, les autorités sanitaires du pays estiment que cette disposition serait totalement « inhumaine ».

Lors des élections législatives de juin dernier, ce parti d’extrême-droite ultranationaliste, homophobe, xénophobe et eugéniste avait remporté 18 des 300 sièges au parlement grec et devenait la cinquième formation du pays.

L'Express.be

19:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

L’assassin présumé des deux femmes gendarmes veut faire la loi en prison !

 

 

Abdallah Boumezaar, qui aurait avoué avoir tué deux femmes gendarmes le 17 juin à Collobrières (Var), a été placé en isolement mardi après-midi à la prison de Grasse (Alpes-Maritimes), après avoir provoqué un incident. Le suspect va faire l’objet de poursuites disciplinaires au sein de la maison d’arrêt.

Abdallah Boumezaar a été mis en examen et écroué le 19 juin pour homicide volontaire et assassinat sur deux femmes gendarmes âgées de 29 et 35 ans. Il se serait attaqué dans le courant du mois de juin à ses codétenus de la prison de Grasse, et aurait tenté d’inciter les prisonniers à l’émeute. Vantant sa « qualité » de tueur de flics, il a essayé de prendre en main la gestion de la vie quotidienne dans l’établissement pénitentiaire. Le parquet de Grasse a ouvert une enquête pour déterminer si le comportement du détenu constituait une infraction pénale. Dans ce cas, il devra comparaître devant un tribunal correctionnel.

Rappelons que ce sinistre individu a déjà été condamné à quatre ans de prison pour « violences volontaires » contre des policiers qui avaient tenté de l’interpeller en 2004. Cette condamnation, ajoutée à d’autres peines prononcées contre lui, dans une affaire de trafic de stupéfiants notamment, lui a valu de passer six ans en détention, de mai 2005 à septembre 2011. Un parfait exemple de récidiviste qui a bénéficié du laxisme de la justice UMPS.

Source

________

Note NPInfos : la loi nous oblige de respecter la présomption d’innocence. Les commentaires (dont nous sommes par la loi ‘auteurs’ puisque nous les validons) seront modérés en ce sens.

19:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen n° 286

19:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Condamné pour « complicité de trafic d’influence », Henri Emmanuelli est nommé à Caisse des dépôts !

Condamné en 1997, Henri Emmanuelli est nommé à Caisse des dépôts !
 
 

12/07/2012 — 13h00
BORDEAUX (NOVOPress via Infos Bordeaux) —
Le député socialiste des Landes et ancien conseiller régional d’Aquitaine, Henri Emmanuelli, a été nommé mardi membre de la commission de surveillance de la Caisse des dépôts (CDC) et a de bonnes chances de devenir le président de cet organe de contrôle, selon une source parlementaire.

Ancien de la banque Rothschild, Henri Emmanuelli a été condamné dans le cadre de l’affaire Urba (financement occulte du PS) pour « complicité de trafic d’influence ». Cette nomination est déjà raillée dans les rangs de l’opposition. Dans une interview au JDD du 15 avril dernier, le candidat François Hollande avait pris cet engagement : « Je n’aurai pas autour de moi à l’Elysée des personnes jugées et condamnées ». Le changement, est-ce vraiment maintenant ?

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

02:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Vers la fin de l'abattage rituel en France

Voici ce qu'on apprend sur Al Kanz :

 

http://www.al-kanz.org/2012/07/12/abattage-rituel-france/

 

 

 

02:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Hollande n'a pas fait rire les Anglais

sans-titre.png Hollande en GB.png

REVUE DE PRESSE - Les journaux britanniques sont assez sévères avec le président.

Ses moindres faits et gestes ont été scrutés à la loupe. La presse britannique commente mercredi la visite de François Hollande outre-Manche, au cours de laquelle il a rencontré le Premier ministre David Cameron et pris le thé avec la reine au château de Windsor. Une visite marquée par un "clash" sur la taxe à 75% pour les plus riches, observe le Financial Times.

Pour le quotidien économique, cette visite, "censée réparer la relation" entre François Hollande et David Cameron, n’a pas eu l’effet escompté et n’a pas permis de "dissimuler complètement les tensions entre les deux pays".

L’humour de Hollande peu apprécié

Le président français n’a ainsi "pas pu résister" à lancer une petite pique sur le récent scandale au sein de la banque Barclays, note de son côté le tabloïd The Daily Mail. Une remarque avec laquelle il a pris le risque "d’irriter les sensibilités britanniques", estime le Financial Times.

Hollande et Cameron

© REUTERS

Quant à l’humour de François Hollande, il n’a pas séduit le Daily Telegraph, pour qui le président "n’est pas vraiment le plus chaleureux des hommes". Le quotidien de droite note que pendant la conférence de presse des deux dirigeants, les quelques blagues de François Hollande n’ont fait rire que les journalistes présents.

Si l’humour de François Hollande ne semble pas avoir fait mouche auprès des journalistes britanniques, le président français a tout de même réussi à faire rire une Anglaise, la reine, avec une remarque sur la météo, note le Telegraph. (Cliquez sur Telegraph pour voir la vidéo)

 

 

Une photo peu flatteuse

© CAPTURE D'ECRAN DAILY MAIL

Le Guardian, lui, s’est penché sur le "langage du corps" du président français, qu’il a surnommé "Frankie". "Pendant que Dave [David Cameron] parlait, Frankie était debout, immobile et l’air grave, tapotant son pupitre de l’index", décrit le quotidien.

Côté photos, François Hollande n’est pas gâté : plusieurs quotidiens ont choisi de publier une image sur laquelle il semble minuscule à côté d’un garde d’honneur portant le fameux chapeau à poils noir. Le Daily Mail ironise d’ailleurs sur la taille de François Hollande, qui est un peu plus grand que Nicolas Sarkozy, mais plus petit que David Cameron. Un rien perfide, le tabloïd note même, photo à l’appui, que pour paraître un peu plus grand, François Hollande se tient sur la pointe des pieds.

Europe1 - 12/07/12

01:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Suppression de 8000 emplois à PSA: Marine Le Pen dénonce l'ultralibéralisme et le refus idéologique de tout protectionnisme social

00:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

12/07/2012

L'effrayante Cecilia Malmström: " l'immigration sera nécessaire pour l'Europe"

sans-titre.png C M.png

Cecilia Malmström, commissaire européenne aux affaires intérieures, devait rencontrer, mardi 10 juillet, à Paris, Manuel Valls. Au menu, principalement : l'avenir de l'espace sans frontières de Schengen après l'approbation, par le ministre de l'intérieur français, du principe du rétablissement des contrôles aux frontières en cas de circonstances "exceptionnelles".

Le débat sur Schengen a été déclenché par les événements du "printemps arabe". A ce propos, vous estimez que l'Europe a raté une "opportunité historique". Pourquoi ?

Que, dans notre voisinage immédiat, des populations fassent pacifiquement tomber des dictateurs et réclament la liberté et les droits de l'homme fut un événement majeur. Or qu'avons-nous dit à des gens qui s'inspiraient de nos valeurs ? Que nous étions en crise et que nous avions peur de "vagues bibliques" d'immigrés... Notez que 4 % seulement de ceux qui ont fui la Libye se sont dirigés vers l'Europe ! Notre attitude a entraîné une détérioration de nos relations avec ces pays et créé une suspicion qui commence seulement à être surmontée.

Vous avez déclaré récemment que l'immigration n'était, pour l'Europe, "pas une menace mais une chance" et même "un facteur de croissance". Un discours qui surprend...

Bien sûr, mais je le maintiens. L'immigration sera nécessaire, étant donné notamment l'évolution de la démographie dans la plupart de nos pays. On estime qu'en 2030, sans nouvelle immigration, la population européenne en âge de travailler aura diminué de 12 %. Des chefs d'entreprise me confient régulièrement leur difficulté à recruter des gens qualifiés alors même que le chômage est au plus haut. L'Allemagne manque d'ingénieurs ; d'ici à 2020, le secteur européen de la santé devrait manquer de 2 millions de personnes.

Or un rapport de l'OCDE vient de montrer que beaucoup de personnes susceptibles d'émigrer sont moins tentées par l'Europe et davantage par le Brésil, le Canada ou l'Australie, voire l'Angola ou le Mozambique. Cela pourrait, à terme, nous causer de grosses difficultés. La même OCDE montre d'ailleurs que la pression migratoire sur l'Europe s'allège. Mais, bien sûr, ce peut être un effet temporaire de la crise que nous connaissons.

La pédagogie sur cette "nouvelle immigration" est donc nécessaire mais, visiblement, le propos est difficile à tenir...

Oui, mais la réalité est là. Le rôle de la Commission de Bruxelles est aussi d'encourager les politiques à la prendre en compte. D'envisager les problèmes sur le long terme et de s'élever au-dessus des contingences nationales. Les milieux académiques considèrent d'ailleurs que ce que je dis est parfaitement banal...

La montée des forces populistes et xénophobes, y compris dans cette Europe du Nord dont vous venez, empêche que l'on entende votre message. Comment faire ?

Il est vrai que Geert Wilders, par exemple, me transforme désormais en ennemi principal des Pays-Bas... Plus fondamentalement, je plaide pour un véritable partage de la charge entre Européens en matière d'immigration et d'asile. Je dis que l'intégration est, dans la plupart des grandes villes, un échec et que la ghettoïsation est une réalité dont les politiques sont responsables parce qu'ils n'ont pas agi avec suffisamment de vigueur. Je réclame aussi une meilleure utilisation de la main-d'œuvre existante.

Donc, il ne s'agit pas d'ouvrir les portes en grand, mais de s'interroger sur la façon de faciliter une nouvelle immigration légale - ce qui est d'ailleurs aussi une manière de lutter contre l'immigration illégale.

De l'autre côté du spectre politique, on vous suspectera d'organiser un exode des cerveaux, le "brain drain", et de priver certains pays de leurs meilleurs éléments...

C'est une question primordiale. Notez toutefois qu'en Tunisie de nombreux personnels infirmiers sont au chômage : pourquoi refuser dès lors qu'ils viennent, pour une période limitée, en France ou ailleurs ? L'Inde et la Chine comptent un surplus d'ingénieurs qui, une fois formés de manière complémentaire en Europe, pourraient être très utiles à leur pays. Ce n'est pas le "brain drain" qu'il faut organiser, mais le "brain gain" ["la croissance des cerveaux"].

Comment convaincre à la fois les dirigeants et l'homme de la rue qui, souvent, ressent confusément l'immigration comme une menace ?

J'ai le sentiment, et des études le confirment, que le citoyen est souvent plus ouvert que certains politiques. Il réclame davantage d'information et il a le sentiment que certains courants manipulent la réalité. Les mêmes études confirment que l'immigration est d'ailleurs souvent un thème plus important pour les milieux politiques que pour les électeurs. Lors de mes rencontres avec des ministres, ils me confient parfois qu'ils sont d'accord avec moi mais ne peuvent pas le dire trop haut... Les images de bateaux de clandestins arrivant à Lampedusa sont apparemment plus fortes que les données objectives.

Vous fondiez beaucoup d'espoir sur un changement de pouvoir en France. Or, lors de son premier Conseil européen, à Luxembourg, en juin, Manuel Valls a, pour l'essentiel, approuvé les positions défendues par Claude Guéant sur la nécessité de rétablir les contrôles aux frontières. Déçue ?

La question centrale est de déterminer précisément les situations "extraordinaires" pouvant motiver un rétablissement des contrôles. Chacun sait que je ne suis pas d'accord avec le dernier compromis en date et que je réclame toujours une supervision des situations nationales par la Commission - en collaboration avec les pays membres, bien sûr - afin que cet examen soit réellement indépendant et transparent. La décision du Conseil n'est pas formalisée, le Parlement n'a pas voté. Il reste donc une possibilité de reprendre le débat en septembre.

Comment appréciez-vous la position de M.Valls ?

Sa situation était très difficile, avec un Conseil européen quelques jours après son arrivée au ministère de l'intérieur. Je me réjouis de le rencontrer.

Vous espérez le faire changer d'avis ?

On verra.

Avec quels arguments ?

On verra.

Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, bureau européen)

Le Monde -10/07/12

02:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

“Le grand remplacement”

 

Adjointe à la culture de la municipalité de Nice, l’UMP Muriel Marland-Militello avait ardemment « défendu » le groupe de rap Negrescro il y a deux ans rapporte Le Parisien, mais aujourd’hui elle « ne comprend plus » (sic) la teneur du dernier clip de ses petits protégés. Le maire de la ville Christian Estrosi non plus qui, sous la pression des Identitaires (le représentant local Philippe Vardon a tenu la semaine dernière une conférence de presse à ce sujet), a déclaré être « indigné » par ce clip. « Ces individus piétinent les valeurs de la République. Je ne laisserais pas de tels actes, de tels comportements, dans ma ville » a-t-il déclaré.

Le député également UMP Rudy Salles a bien été obligé de suivre le mouvement et a dénoncé un « vidéo-clip violent et provocateur ». Dans celui-ci on peut en effet apercevoir dans le quartier « pluriel » de l’Ariane, des « racailles » circuler sans casque sur des motos , brandir des armes, tirer des rafales avec un fusil d’assaut de type kalashnikov et déployer un immense drapeau algérien sur le toit de l’église de leur quartier…tout un symbole. Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Nice pour détention, usage et transport d’armes de quatrième catégorie.

Un clip d’un groupe de rap comme il en existe tant dans nos banlieues peuplées de zombis déracinés, exemples vivants de l’échec de l’assimilation, individus décérébrés mélangeant sous-culture issue des ghettos américains, revendications islamistes ou affirmation identitaire du pays d’origine.

L’ évolution de cette jeunesse là, incarnation visible des conséquences de l’immigration de peuplement, qui vomit la France et à laquelle le Front National bien sûr, n’identifie pas tous les immigrés, est bien évidemment un des ressorts du vote d’adhésion en faveur du Front National. Dans Le Monde du 14 juin 2012, la politologue Virginie Martin et le sociologue Pierre Lénel l’ont bien perçu. Ils relèvent que le point commun entre les différentes catégories d’électeurs qui accordent leurs suffrages à l’opposition nationale est un « trouble civilisationnel » généré par la dilution de l’identité Française.

« Ce trouble met en avant une lecture du monde qui révèle une hostilité au pluralisme culturel sur le plan intérieur et le refus du multiculturalisme sur le plan international ». «La nationalité » « constitue le premier marqueur » de ce trouble : «les Français d’origine immigrée ne sont pas vus comme légitimes, leur nationalité serait usurpée. Cette illégitimité vient s’appuyer sur la question culturelle et bien souvent cultuelle (islam). C’est le deuxième élément : une relation négative s’instaure entre signes de métissage et identité française. Nous s’oppose à eux, la différence trouve là son expression la plus criante : eux ont une autre histoire que celle qui nous constituerait de tout temps. »

«L’élément le plus prégnant est-il encore analysé, est celui du sentiment d’un rapport de forces devenu défavorable entre les Français d’origine maghrébine et les Français de souche : l’idée d’un effet de nombre produit un sentiment de colonisation inversée ».

Dans un entretien accordé au quotidien britannique Times vendredi, Jean-Marie Le Pen, sans crainte du politiquement correct, affirme que les arabo-musulmans sont responsables de la plupart des crimes commis dans notre pays. Il rappelle surtout la raison d’être essentielle du Front National : le refus intransigeant de ladite « colonisation » qui s’appuie sur la faiblesse démographique du monde blanc européen, « un handicap mortel ». Si cette tendance se poursuit affirme-t-il les Européens tomberont dans la dhimmitiude. «Le maître sera l’islam. Si les islamistes deviennent majoritaires en France, ce sera la charia»

Sur son blog, l’historien Dominique Venner dans un article publié fin juin, évoque les trois attributs (perdus) de la souveraineté Française : « la capacité de faire la guerre et de conclure la paix » dont nous sommes privés du fait de notre inféodation à l’Otan et aux Etats-Unis ; la capacité de battre « monnaie » que nous avons abandonné à la technocratie mondialiste bruxelloise et bien sûr « la maîtrise du territoire et de la population. »

Soit la capacité de «pouvoir distinguer entre les vrais nationaux et les autres… On connaît la réalité : c’est l’État français qui, par sa politique, ses lois, ses tribunaux, a organisé le grand remplacement des populations, nous imposant la préférence immigrée et islamique avec 8 millions d’Arabo-musulmans (en attendant les autres) porteurs d’une autre histoire, d’une autre civilisation et d’un autre avenir (la charia). »

« L’État affirme encore très sévèrement M. Venner, a toujours été l’acteur acharné du déracinement des Français et de leur transformation en Hexagonaux interchangeables. Il a toujours été l’acteur des ruptures dans la tradition nationale. Voyez la fête du 14 juillet : elle célèbre une répugnante émeute et non un souvenir grandiose d’unité. Voyez le ridicule emblème de la République française : une Marianne de plâtre coiffée d’un bonnet révolutionnaire. Voyez les affreux logos qui ont été imposés pour remplacer les armoiries des régions traditionnelles. Souvenez-vous qu’en 1962, l’État a utilisé toute sa force contre les Français d’Algérie abandonnés à leur malheur. »

De même, aujourd’hui, il n’est pas difficile de voir que l’État pratique la préférence immigrée (constructions de mosquées, légalisation de la viande hallal) au détriment des indigènes. »Reste que comme le constate Bruno Gollnisch, cet Etat totalitaire, xénomaniaque, vendu au parti de l’étranger, dressé contre notre peuple, son identité, ses traditions n’est pas celui que le FN entend restaurer. Il saura au contraire mettre fin au « trouble civilisationnel » qui est la conséquence directe du déclin français.

Bruno Gollnisch

          

01:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Financement de la campagne de Sarkozy en 2007

L'ancien Premier ministre libyen affirme que le régime de Mouammar Kadhafi a bien aidé le candidat Sarkozy en 2007. Une déclaration qui succède aux démentis et aux confirmations apportés depuis les révélations du site Mediapart.

 

Al Baghdadi Al Mahmoudi, est détenu en Tunisie et ne peut pas parler. C’est donc son avocat qui vient confirmer les informations de Mediapart, trois jours avant le second tour de la présidentielle. Celui-ci atteste que "Monsieur Al Baghdadi Al Mahmoudi atteste que Moammar Kadhafi, son régime ainsi que ses responsables, ont financé la campagne électorale de Sarkozy en 2007". Le chèque s’élevait à peu près 50 millions d‘euros, selon Béchir Essid qui regrette, dit-il, l’ingratitude de Nicolas Sarkozy, premier à envoyer les troupes de l’OTAN en Libye.

Faux et usage de faux

Le document publié par Mediapart reste la clé de cette affaire. Les membres du Conseil National de Transition n’arrivent pas à s’accorder sur son authenticité. Les principaux intéressés, le signataire et le destinataire, continuent, eux, de démentir. Moussa Koussa a été exfiltré vers le Qatar, Bachir Saleh est recherché par Interpol et a été vu ce mercredi à Paris. De son côté, Nicolas Sarkozy a déposé plainte pour faux et usage de faux contre Mediapart. Le site a répliqué par une autre plainte, pour dénonciation calomnieuse.

01:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Libye – Tunisie : l'ex-premier ministre de Kadhafi Al-Baghdadi Al-Mahmoudi dans la gueule d’Al Qaïda

http://allainjules.com/2012/06/27/libye-tunisie-al-baghda...

00:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

EXCLU: iTélé décide de se séparer de Robert Ménard qui évoque "des pressions"

 

 

 

 

Selon nos informations exclusives, Robert Ménard vient d'être remercié par iTele après 2 ans et demi de travail sur la chaîne du Groupe Canal Plus.

Joint par Jeanmarcmorandini.com , Robert Ménard nous confirme notre information, et nous révèle qu’il vient en effet d’apprendre, à quelques heures de la fin de saison, qu’il ne sera pas renouvelé.

Il nous précise: « Je suis déçu et en colère. Il y a encore quelques semaines, Cécilia Ragueneau, la directrice générale d’i>télé, m’assurait que tout allait bien. Mais c’est vrai, l’air du temps est au conformisme... et pas à l’impertinence.

Que voulez-vous, le manque de courage, la peur de déplaire, les pressions, tout cela fait beaucoup pour certains.

Je le regrette.

J’ai aimé travailler sur cette chaîne. Aujourd’hui, sur i>télé, comme dans d’autres médias d’ailleurs, on assiste à une reprise en mains.

C’est dommage pour le pluralisme de l’information. »

Concernant sa collaboration avec la radio Sud radio, Robert Ménard nous précise être en discussion avec la direction concernant une éventuelle collaboration la saison prochaine.

00:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)