Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/08/2012

Immigration : le gouvernement grec fait de l’esbrouffe…

 

… Et organise une le rapatriement de près de 1500 clandestins.

 Probablement une opération médiatique qui vise à court-circuiter le parti nationaliste Aube Dorée qui ne cesse de croitre dans l’estime du peuple grec.

Contre-info.com

03:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Grèce: 1.595 arrestations durant la chasse aux sans-papiers du week-end

 

sans-titre.png zeus.png

 

Créé le 06-08-2012 à 18h05 - Mis à jour à 18h05

  La police grecque a annoncé lundi qu'elle avait procédé dimanche à l'arrestation de 395 personnes sans-papiers, chiffre qui porte à 1.595 le total des arrestations effectuées lors d'une vaste opération de chasse aux immigrants illégaux menée ce week-end dans le centre d'Athènes.

Selon un nouveau bilan de la police, publié lundi, plus de 6.000 personnes au total ont été interpellées au cours du week-end, dont 1.130 dimanche, qui s'ajoutent à 4.900 interpellations annoncées samedi.

Intitulée "Xenios Zeus" (du nom du roi des dieux antiques Zeus, protecteur des hôtes), l'opération a requis la participation de 2.000 policiers à Athènes et 2.500 dans le département frontalier d'Evros (nord-est)" passage habituel des migrants de Turquie.

Le ministre conservateur de la Protection du citoyen Nikos Dendias a estimé lundi que le problème de l'immigration était "peut-être plus important que le problème financier" pour la Grèce.

Estimant sur la radio Skaï qu'il s'agissait d'une "bombe pour les fondements de la société et de l'Etat", M. Dendias n'a pas hésité à faire référence à l'Antiquité en évoquant une "invasion d'immigrants", la plus importante connue par le pays, selon lui, depuis celle des Doriens au IVe siècle avant notre ère.

De son côté, le dirigeant des socialistes Pasok, Evangélos Vénizélos, qui participe dans le gouvernement de coalition droite-gauche, a indiqué que la loi devait être imposée à Athènes mais qu'il ne fallait pas transférer le problème dans les autres villes dans le nord du pays.

Selon certains médias, la plupart des sans papiers ont été transférés dans des centres de rétention, situés en Thrace, région à la frontière gréco-turque (nord-est) et principal point de passage des immigrés.

L'objectif est de "reconduire les sans papiers à leur pays d'origine, fermer les frontières (...) et faire en sorte qu'Athènes redevienne une métropole de droit avec une qualité de vie", avait souligné samedi le porte-parole de la police, Christos Manouras.

Selon lui, la reconduction des migrants clandestins à leurs pays d'origine "est un besoin de survie nationale" et l'opération va se poursuivre les jours prochains.

Durant sa récente campagne électorale, le conservateur Antonis Samaras, devenu premier ministre, avait promis de faire la chasse à l'immigration illégale.

Le Nouvel Observateur

03:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Les 20 ans de l’Église en Mongolie

 

6 août 2012 par Riposte

Mgr Wenceslao Padilla, Préfet apostolique d’Oulan-Bator

Le 8 juillet, l’Église a fêté ses vingt ans de présence en Mongolie par une messe solennelle célébrée dans la cathédrale d’Oulan-Bator par Mgr Savio Hon Tai-fai, sdb, Secrétaire de la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples.

En 1992, deux ans à peine après la chute du régime marxiste, la Mongolie établissait des relations diplomatiques avec le Saint-Siège. Le 10 juillet 1992, trois premiers missionnaires catholiques, appartenant à la Congrégation du Cœur Immaculé de Marie (CICM), arrivaient dans le pays. Parmi eux, l’actuel Préfet apostolique d’Oulan-Bator, Mgr Wenceslao Padilla, demeuré depuis à l’œuvre dans le pays. En 20 ans, « Dieu a fait de grandes choses pour nous ! », se réjouit ce dernier, d’origine philippine, qui a désormais la charge pastorale d’une communauté de plus de 700 âmes. Érigée en 2003, la Préfecture apostolique compte quatre paroisses et de nombreuses missions. Trois paroisses sont dans la capitale : Ste-Marie, St-Pierre et St-Paul (cathédrale) et le Bon Pasteur ; la dernière née, Marie-Secours des Chrétiens, se trouve à Darhan, ville importante située à 200 km au nord d’Oulan-Bator. Aujourd’hui, plus d’une soixantaine de missionnaires sont à l’œuvre en Mongolie. Mgr Hon Tai-fai, Secrétaire de la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples, a tenu à les rencontrer et à les conforter dans leur engagement en les invitant à « enraciner la foi dans la culture orientale ».

Un premier fruit de cet enracinement de l’Église en Mongolie est la présence d’Enkh-Baatar (notre photo) au séminaire de Daejong, en Corée du Sud. Jeune diplômé en biochimie, Enkh-Baatar, Joseph de son nom de baptême, est le premier séminariste dans l’histoire du pays.

02:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Les photos muettes: dans quelle ville situez-vous cette plage ?

sans-titre.png D2.png

01:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Aigues-Mortes - Coups de fusil et insultes : direction la prison pour le couple raciste !

 

HOCINE ROUAGDIA
07/08/2012

 

Quatre ans pour le tireur. Au second plan, sa compagne écope de deux ans.
Quatre ans pour le tireur. Au second plan, sa compagne écope de deux ans. (Photo M. E.)

Le tribunal correctionnel de Nîmes a condamné, hier soir, un couple d’Aigues-Mortes pour des violences racistes commises dans la nuit de samedi à dimanche.

Des jeunes d'Aigues-Mortes pourchassés

Les quadragénaires revenaient d’une soirée bien arrosée et, pour des raisons assez floues, s’en sont pris à un groupe de jeunes installés aux abords d’une supérette dans le quartier du Bosquet. L’homme, employé du cimetière, a ouvert le feu à huit reprises. L’épisode de violence aurait duré quarante minutes environ, au cours desquelles ces jeunes Aigues-Mortais ont été pourchassés par cet homme passablement ivre.

Durant cette "chasse à l’homme", comme le parquet l’a souligné lors de ses réquisitions, l’irascible employé municipal a aussi proféré des propos racistes : "Ici, on est en France. C’est pas les Arabes qui vont nous donner des renseignements !"

A plusieurs reprises, les jeunes auraient vu passer la voiture devant le magasin où ils se trouvaient. "Je pensais que c’était des touristes, c’est pour ça que j’ai juste demandé s’ils voulaient un renseignement", note une des victimes de la ratonnade. De son côté, le couple explique avoir été insulté.

"Pris pour du gibier"

"C’est comme ça tout le temps", indiquait hier Monique Guindon, 44 ans, dans le box des détenus où elle comparaissait avec William Vidal. Elle était suspectée d’avoir rechargé le fusil de son compagnon et d’avoir tenu des propos peu amènes à l’égard de ces jeunes. Pendant qu’il les braquait, elle aurait dit : "Allez, courez ! Courez !" Côté jeunes, on s’indigne d’avoir été "pris pour du gibier".

"C’est le ras-le-bol qui m’a fait tirer"

Hier à l’audience, William Vidal, 44 ans, a reconnu les coups de feu mais a nié le caractère raciste des faits en indiquant avoir tiré en l’air. Les plombs ont pourtant atteint un des jeunes.

"Ce sont des Maghrébins, mais c’est le ras-le-bol qui m’a fait tirer." Interrogées depuis les bancs du public, les parties civiles ont confirmé la dimension raciste des propos et la longueur de l’épisode de violence.

Julie Heisserer, la substitut du procureur de la République, a rappelé le caractère prémédité de l’acte. "Vous êtes allé chercher le fusil et une poignée de cartouches. On a la sensation d’une chasse à l’homme."

Pour le parquet, avec cette affaire très grave "on touche au cœur du vivre ensemble. La République ne peut pas se permettre d’accepter ces faits."

Quatre ans ferme sont requis contre le tireur et deux ans (dont un avec sursis) contre la co-prévenue. L’avocate, Me Camille Alliez, plaide la clémence. "Il regrette son geste, il s’agit d’un pétage de plombs."

Après délibéré, il écope de quatre ans ferme, elle de deux ans. Ils ont été conduits en prison.

MIDI LIBRE

01:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Hillary Clinton veut "hâter la transition politique" en Syrie - 07/08/2012

 

Hillary Clinton veut "hâter la transition politique" en Syrie




Les Etats-Unis cherchent un moyen de hâter la fin des combats et le processus de transition politique en Syrie, a déclaré mardi à Pretoria la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

"Nous devons trouver un moyen de hâter la fin du bain de sang et le début de la transition politique", a dit la chef de la diplomatie américaine devant la presse, à l'issue d'une rencontre avec son homologue sud-africaine Maite Nkoana-Mashabane.

"Nous devons nous assurer que nous travaillons bien avec la communauté internationale pour que ce jour arrive. (...) Nous pouvons commencer à discuter et commencer à planifier pour la suite", a déclaré Mme Clinton, interrogée sur l'avenir politique de la Syrie.

"Nous pouvons commencer à parler de ce qui va se passer ensuite, le jour qui suivra la chute du régime (du président syrien Bachar al-Assad). Je sais que cela va arriver!", a-t-elle insisté, relevant que "l'opposition devient de plus en plus organisée et efficace".

"Nous devons veiller à ce que les institutions (syriennes) restent intactes", a encore noté Mme Clinton.

"Nous devons être clairs (...): ceux qui tentent d'exploiter la misère du peuple syrien en envoyant des intermédiaires ou des combattants terroristes doivent savoir que ça ne sera pas toléré", a-t-elle également insisté à l'égard de l'Iran.

"Les temps sont très durs pour les Syriens qui sont pris au milieu de cette violence terrible. (...) Nous devons répondre aux besoins humanitaires désespérées de ceux qui souffrent en Syrie et de ceux qui ont fui", a relevé la secrétaire d'Etat.

 
Farid Merrad

http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/772288/Hillary_Clinton_veut_%22hater_la_transition_politique%22_en_Syrie.html http://www.lorientlejour.com/category/Derni%C3%A8res+Infos/article/772288/Hillary_Clinton_veut_%22hater_la_transition_politique%22_en_Syrie.html   

  ALTERINFO. COM


 

 

00:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

HOLODOMOR - Le génocide des Ukrainiens 1932-1933

Lire: http://fr.wikipedia.org/wiki/Lazare_Kaganovitch

00:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

07/08/2012

7 août 1932 : « loi des épis » et génocide ukrainien

7 août 2012

Le 7 août 1932, le gouvernement de l’URSS promulgue une loi qui punit de dix ans de déportation, voire de la peine de mort, « tout vol ou dilapidation de la propriété socialiste », y compris le simple vol de quelques épis dans un champ.
Cette « loi des épis » survient alors que les campagnes soviétiques connaissent un début de famine du fait des réquisitions forcées par le pouvoir et de la « dékoulakisation » (élimination des paysans considérés comme riches).
On estime qu’en Ukraine, six millions de paysans vont mourir de faim dans les mois suivants, de par la responsabilité des autorités communistes.
Cette « Grande famine » (« Holodomor », « extermination par la faim » en ukrainien), intentionnellement entretenue et amplifiée par Staline (qui s’appuyait sur de nombreux cadres soviétiques juifs – d’où un ressentiment tenace des Ukrainiens envers « les élus ») est assimilée à un génocide par la plupart des historiens ainsi que par les Ukrainiens…

Contre-info.com

23:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Les règles de la propagande de guerre

 

Billet intéressant de Michel Collon sur les règles de la propagande de guerre. Toute ressemblance avec des évènements passés, présents ou à venir est purement fortuite.

Comment les médias occidentaux ont-ils couvert les diverses guerres qui ont suivi la première guerre du Golfe ? Peut-on dresser des constats communs ? Existe-t-il des règles incontournables de la « propagande de guerre » ?

Oui.
1. Cacher les intérêts. Nos gouvernements se battent pour les droits de l’homme, la paix ou quelque autre noble idéal. Ne jamais présenter la guerre comme un conflit entre des intérêts économiques et sociaux opposés.
2. Diaboliser. Pour obtenir le soutien de l’opinion, préparer chaque guerre par un grand médiamensonge spectaculaire. Puis continuer à diaboliser l’adversaire particulièrement en ressassant des images d’atrocités.
3. Pas d’Histoire ! Cacher l’histoire et la géographie de la région. Ce qui rend incompréhensibles les conflits locaux attisés, voire provoqués par les grandes puissances elles-mêmes.
4. Organiser l’amnésie. Eviter tout rappel sérieux des précédentes manipulations médiatiques. Cela rendrait le public trop méfiant.

Règle n° 1. Cacher les intérêts.
La règle la plus fondamentale de la propagande de guerre, c’est de cacher que ces guerres sont menées pour des intérêts économiques bien précis, ceux des multinationales. Qu’il s’agisse de contrôler les matières premières stratégiques ou les routes du pétrole et du gaz, qu’il s’agisse d’ouvrir les marchés et de briser les Etats trop indépendants, qu’il s’agisse de détruire tout pays pouvant représenter une alternative au système, les guerres sont toujours économiques en définitive. Jamais humanitaires. Pourtant, à chaque fois, c’est le contraire qu’on raconte à l’opinion.

Lire la suite

 

Contre-info.com

22:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Mort de Michel Polac : encore un qui a échappé à la justice humaine

 

Les médias rendent un hommage unanime à l’un des leurs, Michel Polac, qui vient de casser sa pipe à l’âge de 82 ans, après une longue vie de sévices comme journaliste pour divers torchons de gauche et pour la télévision (qu’il a fait évoluer à son époque). Il a aussi écrit de nombreux ouvrages.

Dans l’un deux, son Journal, paru en 2000, le pédomane juif raconte page 147 ses ébats avec un enfant (parmi combien?) de 10 ans :

« Oui, j’ai vécu cela [...] à 40 ans, avec ce curieux gamin un peu bizarre, sauvage, farouche, un rien demeuré, fils de paysan, orphelin peut-être, qui devait avoir 10, 11 ans, peut-être moins, et qui m’a si étrangement provoqué jusqu’à se coucher nu dans ma chambre d’hôtel en me racontant une obscure histoire de relation sexuelle avec un homme de son entourage et je me suis rapproché de lui, et il était nu sur le côté, et j’ai seulement baissé mon pantalon et [censuré par CI], il paraissait si expérimenté, si précocement instruit, tout en ignorant ce que cela signifiait, tout en étant capable de préciser ce qu’il savait ou voulait. »

Merci à Thierry

Contre-info.com

22:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Taubira à nouveau accusée de laxisme

sans-titre.png Taubira rose.png

PARIS (Reuters) - Symbole pour l'opposition de "l'angélisme" présumé de la gauche en matière de délinquance, Christiane Taubira est au centre d'une nouvelle polémique après avoir relativisé l'intérêt des Centres éducatifs fermés (CEF) et des courtes peines de prison.

La ministre de la Justice, déjà critiquée pour son opposition aux tribunaux correctionnels pour mineurs instaurés par Nicolas Sarkozy, a subi mardi les foudres de l'UMP, du Front national et du syndicat Alliance Police Nationale.

La ministre a dénoncé le "fantasme" selon lequel les CEF constitueraient "la" solution pour les jeunes délinquants alors que François Hollande avait promis d'en doubler le nombre.

Elle a déclaré mardi dans Libération avoir arrêté la transformation de 18 foyers dit "ouverts" en CEF et lancé une inspection d'évaluation de ces centres.

La chancellerie a publié un communiqué dans l'après-midi pour clarifier les propos de sa ministre et indiquer que les prochains CEF résulteraient de la création de nouveaux établissement plutôt que de la transformation de foyers ouverts.

Mais pour l'UMP, les déclarations de Christiane Taubira remettent en cause l'engagement de campagne du président.

"Le président de la République doit recadrer sa ministre, et lui expliquer qu'on ne mène pas une politique pénale en refusant, a priori, l'emprisonnement comme moyen de punition", déclare dans un communiqué le secrétaire national de l'UMP Philippe Juvin.

Contactés par Reuters, les services du président n'ont souhaité faire aucun commentaire.

Accusant Christiane Taubira de faire "une grave rechute de laxisme", Philippe Juvin, a en outre jugé que "supprimer les peines de courte durée, c'est donner un feu vert aux petits délinquants qui pourrissent la vie des honnêtes citoyens".

La ministre estime dans Libération que les courtes peines de prison sont en partie la cause de la surpopulation carcérale et du taux important de récidive des délinquants.

"CLÉMENCE"

Le syndicat Alliance police nationale s'étonne que la ministre prenne une position "en totale contradiction avec les annonces du président de la République" sur les CEF.

Sur les peines courtes, le syndicat s'est dit "stupéfait".

"Comment pourra-t-on demander aux policiers qu'ils mènent des actions répressives contre des délinquants notoires si, dans le même temps, la justice annonce, d'ores et déjà, la plus grande clémence à leur égard ?" dit-il dans un communiqué.

Le Front national a aussi apporté sa voix aux critiques.

"Sa recette pour désengorger les prisons, c'est de ne plus condamner. La compréhension, la pédagogie, seront les maîtres mots d'une politique caractérisée par une sorte de fascination envers le délinquant et le criminel", a jugé Wallerand de Saint-Just, membre du bureau national du parti d'extrême droite.

A gauche, le député socialiste du Finistère Jean-Jacques Urvoas a pris la défense de la ministre.

"La droite reprend sans honte et sans imagination son procès sur le présumé laxisme de Christiane Taubira. L'intensité de ses cris n'efface pas son bilan peu reluisant", dit-il dans un communiqué.

Edité par Yves Clarisse

Yahoo!Actu - 07/08/12

20:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Les rebelles syriens enfermés dans leur fief d'Alep

ALEP, Syrie (Reuters) - Les insurgés d'Alep commençaient à manquer de munitions, encerclés par les forces de Bachar al Assad dans leur fief de Salaheddine, mardi à l'entrée sud de la capitale économique de Syrie.

Au lendemain de la défection spectaculaire du Premier ministre sunnite Ryad Hidjab, jusque-là dévoué au Parti Baas, le président syrien est apparu à la télévision, pour la première fois depuis deux semaines, à l'occasion d'un entretien avec un responsable iranien en visite à Damas.

Saeed Jalili, secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale d'Iran, a réaffirmé le soutien sans faille de l'Iran à la Syrie, "élément essentiel de l'axe de résistance" anti-israélien constitué également du Hezbollah chiite libanais.

"L'Iran ne permettra pas que l'axe de résistance, dont il considère que la Syrie est un élément essentiel, soit brisé en aucune façon", a déclaré Jalili, qui représente le guide suprême de la révolution Ali Khamenei.

La défection de Hidjab a confirmé lundi l'isolement croissant d'un noyau dur autour du président syrien mais ne devrait guère changer la donne sur le terrain.

Les troupes gouvernementales se sont redéployées il y a une dizaine de jours autour d'Alep en prévision d'une reconquête des quartiers sous contrôle rebelle, après avoir repris l'essentiel de Damas, la capitale attaquée mi-juillet.

Mardi matin, des obus de mortier et de char se sont abattus sur Salaheddine, théâtre de violents combats depuis une semaine, contraignant les rebelles à s'abriter dans des immeubles en ruine et des ruelles jonchées de gravats.

TENAILLE

Selon l'Assemblée générale révolutionnaire d'Alep, un groupe d'opposants, les bombardements de l'aviation et de l'artillerie ont fait 70 morts ces dernières 24 heures, un bilan invérifiable de source indépendante.

Des chars sont entrés dans certains secteurs et des tireurs se sont déployés sur les toits, entravant les mouvements des insurgés. "L'armée syrienne essaie de nous prendre en tenaille", a déclaré cheikh Taoufik, un chef rebelle.

Les insurgés affirment toujours tenir les principales avenues du quartier situé au sud-ouest de la ville, mais, ajoute un combattant rebelle, "nous n'avons pas assez de munitions à envoyer sur la ligne de front".

Les quartiers de l'est d'Alep ne sont pas épargnés, selon un militant de l'opposition qui a fait état de tirs d'artillerie et d'un raid mené par un avion de chasse.

"Deux familles, 14 personnes au total, auraient été tuées par un obus qui a provoqué l'effondrement de leur maison ce matin", a déclaré cet opposant. La maison était située selon lui à une rue d'une école réquisitionnée par les insurgés.

Malgré ses revers à Damas et Alep, l'opposition s'est réjouie de la fuite de Ryad Hidjab avec sa famille en Jordanie, qu'elle a expliqué avoir planifiée depuis des semaines.

La Maison blanche y a vu le signe d'un "effondrement du régime" et le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a estimé que cette défection confirmait "l'affaiblissement inéluctable du clan au pouvoir".

NOYAU DUR

Les prédictions occidentales - ou turques - d'un effondrement imminent du régime issu de la minorité alaouite, une branche du chiisme, se sont cependant toujours révélées prématurées. Les alaouites représentent environ 10% de la population syrienne, à large majorité sunnite (60 à 70%).

"On enregistre des défections dans toutes les composantes du régime à l'exception de son noyau dur, qui n'a pas donné de signes de fracture", déclare Peter Harling, de l'International Crisis Group. "Le régime s'érode et perd ses strates périphériques depuis des mois, tout en se reformant autour d'une force combattante prête à tout", estime cet expert.

L'insurrection, qui a fait plus de 18.000 morts en dix-sept mois, semble tourner à une guerre par procuration opposant rebelles soutenus par la Turquie et les puissances sunnites du Golfe, Arabie saoudite et Qatar, et le gouvernement de Damas soutenu par l'Iran chiite.

Lors d'un déplacement à Pretoria, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a prévenu que Washington ne tolérerait pas l'envoi "de terroristes ou de mercenaires" pour "exploiter" le conflit syrien.

En visite à Ankara, adversaire résolu d'Assad, le chef de la diplomatie iranienne, Ali Akbar Salehi, a souhaité que la Turquie et l'Iran coopèrent pour trouver une solution, alors que

Téhéran compte organiser jeudi une réunion entre les pays ayant une approche "réaliste" du dossier syrien.

Les discussions devraient également porter sur le sort d'une quarantaine d'Iraniens enlevés samedi à Damas. Les rebelles les soupçonnent d'être des gardiens de la Révolution, Téhéran affirme que ce sont des pèlerins.

Le Quai d'Orsay a confirmé de son côté que Laurent Fabius se rendrait du 15 au 17 août en Jordanie, au Liban et en Turquie "dans le cadre des efforts de la France pour promouvoir une transition politique crédible et rapide en Syrie".

Plus de 1.300 personnes, dont un général de brigade, ont trouvé refuge en Turquie la nuit dernière, selon le ministère turc des Affaires étrangères.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a de son côté averti que de nombreux laboratoires pharmaceutiques syriens avaient dû fermer en raison des combats et que le pays risquait une pénurie de médicaments pour traiter les maladies chroniques et soigner des blessés de plus en plus nombreux.

Avec Yara Bayoumy, Tom Perry et Dominic Evans à Beyrouth, Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Yahoo!Actu - 07/08/12

20:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Roumanie: nomination au gouvernement d'un ministre "antisémite"

sans-titre.png  dans sova.png

Le sénateur Dan Sova

 

« Nomination d’un ministre antisémite » (Yediot Aharonot)

La communauté juive roumaine est en ébullition après la nomination du sénateur Dan Sova comme ministre dans le gouvernement. Membre du parti social-démocrate, Sova a défrayé la chronique à plusieurs reprises par des propos antisémites et négationnistes. Au mois de mars dernier, Sova avait déclaré à la télévision « qu’aucun juif n’avait souffert durant le 2e Guerre Mondiale sur le territoire roumain ». Or, près de 270.000 juifs roumains ont péri durant la Shoah !

Sova ne semble pas se laisser impressionner par les faits et concernant le pogrom de la forêt de Yasi en 1941, où 15.000 juifs avaient été assassinés, il avait déclaré « que seuls 24 juifs avaient été tués par des soldats allemands ». Les positions et déclarations de ce sénateur avaient mis dans l’embarras les responsables de son parti dont il était l’un des portes-parole les plus en vue. Ils l’avaient démis de ses fonctions et envoyé à Washington pour visiter le Musée de la Shoah. A son retour il avait déclaré « que ses propos avaient été mal compris » mais avait refusé de présenter ses excuses. Dan Sova est un proche du Premier ministre roumain Victor Ponta mais ce dernier s’est désolidarisé des propos antisémites de son ami, indiquant « qu’il y avait des événements historiques qu’il fallait connaître », mais cela n’a pas empêché de le nommer ministre. Erwin Shemshensohn, président de la communauté juive roumaine dénonce cette nomination, refusant de croire que les différentes déclarations de Sova étaient simplement « une erreur » de sa part. Il rajoute « qu’il n’y a qu’en Roumanie que l’on pouvait nier la réalité de la Shoah, ce qui est un délit, et être nommé ensuite ministre ». Il a promis « que la communauté ferait tout pour que Sova ne reste pas ministre dans le gouvernement roumain ».

LPH INFO - 07/08/12

 

20:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Afghanistan: un soldat français tué, un autre blessé

http://www.leparisien.fr/faits-divers/afghanistan-un-sold...

19:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Les premières images de Mars envoyées par Curiosity

http://lci.tf1.fr/science/voici-les-premieres-images-de-m...

19:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Avignon: retour sur l'ignoble agression par un jeune d'un Français de 98 ans

 

 
Publié le lundi 06 août 2012
 

Hospitalisé dans un état critique à l'hôpital d'Avignon, l'homme a été violemment frappé alors qu'il rentrait sa voiture au garage.

Photo Franck Pennant

Les habitants les plus anciens du quartier des Teinturiers ont toujours connu Edmond Blanc. Il a peut-être vécu ailleurs dans une vie antérieure mais personne n'est assez âgé pour s'en souvenir. Edmond Blanc a 98 ans. Même ceux qui se sont installés récemment dans la rue du Bourg Neuf connaissent, au moins de vue, le vieillard du numéro 24 qu'ils entrevoient promenant sa frêle silhouette dans l'encadrement de sa porte qu'il laisse souvent ouverte. Ou bien qui l'apercevaient devant chez lui, entouré des chats du quartier à qui il aimait donner à manger.

Une proie parfaite

Il y a une semaine ou deux, une jeune voisine se souvient avoir vu un adolescent lui arracher en pleine rue une bouteille qu'il rapportait chez lui. Edmond était une proie parfaite pour les délinquants sans scrupules. Une personne seule et si âgée qu'on ne lui donne plus d'âge mais qui continuait à conduire à l'occasion. Samedi soir, c'est à sa voiture qu'on en voulait.

Alors qu'il venait de rentrer sa Clio dans le garage collectif situé à quelques mètres à peine de sa porte, un jeune homme s'est jeté sur lui. Le vieillard aurait été frappé à plusieurs reprises et, une fois au sol, roué de coups particulièrement au niveau du visage. Une violence inouïe , gratuite, totalement disproportionnée au regard ce qui aurait suffi pour faire obtempérer ce presque centenaire.

Interpellation musclée

Après quoi, l'agresseur s'est enfui en possession des clés laissant Edmond Blanc gisant dans son sang, le visage ravagée, les bras meurtris. Le vieil homme, qui n'a étonnement pas perdu connaissance, a encore eu la force d'appeler à l'aide depuis le garage. Il a vraisemblablement été entendu par des passants dans la rue toute proche qui ont alerté les secours.

Il est alors 22 h30 environ et les policiers décident de "planquer" devant le garage, pressentant que l'agresseur reviendra chercher la voiture. À peine trois quarts d'heure plus tard, ce dernier était de retour. Il s'est fait arrêter alors qu'il montait à bord du véhicule au cours d'une interpellation particulièrement musclée. Pendant toute la nuit et jusqu'à hier en milieu de journée, les médecins étaient plus que réservés sur les chances de survie du nonagénaire, souffrant d'un oedème cérébral.

Un jeune homme d'une vingtaine d'années

Hier soir, le traumatisme dont il souffre au niveau de la boîte crânienne ne menaçait plus directement ses jours mais nul ne peut prédire quelles séquelles peuvent produire sur un organisme de cet âge les violents coups qu'il a reçus. Sans parler des conséquences psychologiques d'une si sauvage agression. Selon nos informations, Edmond Blanc aurait formellement reconnu son agresseur qui a fini par admettre les faits hier.

Il s'agit d'un jeune homme d'une vingtaine d'années, sans activité, originaire du centre-ville. Sa garde-à-vue a été prolongée notamment afin de vérifier s'il ne serait pas impliqué dans une agression du même type survenue il y a deux semaines. L'agresseur présumé devrait être déféré dans la journée au Parquet d'Avignon à qui il appartiendra de statuer sur son maintien en détention. Il devrait être poursuivi pour violences volontaires sur personne vulnérable, tentative de vol et violences volontaires sur dépositaire de l'autorité publique en raison des coups portés aux agents de police au moment de son arrestation. Les charges pourraient être réévaluées si par malheur Edmond Blanc ne survivait pas à ses blessures.

La Provence

02:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Gard: un homme tire sur des jeunes fêtant le ramadan

 

Un homme de 44 ans, et sa femme, ont été placés en garde à vue dans la nuit de dimanche à lundi à Aigues-Mortes (Gard). Armé d'une carabine, l'homme a tiré sur des jeunes rassemblés comme chaque soir, sur le parking d'une supérette, pour fêter le ramadan.
 
Un rassemblement dont le voisinage ne s'était jamais plaint auprès des autorités.

Le tireur s'est présenté une première fois sur le parking, proférant des insultes à caractère racial. Le gardé à vue souligne lui que les individus ont entravé son passage, ce que l' ne confirme pas à ce stade. Revenu deux autres fois sur le parking, l'homme a tiré à au moins 8 reprises. Fort heureusement, seule une personne a été légèrement blessée, à la cuisse et dans le dos. Des coups de feu ont également visé une voiture dans laquelle se trouvaient une maman et sa fille de 9 ans, toutes les deux d'origine maghrébine.

Des témoins affirment que la femme du tireur présumé a rechargé l'arme entre les coups de feu et a, comme l'homme, proféré des propos racistes. Le couple était fortement alcoolisé au moment des faits. Dans le véhicule des suspects, la police a mis la main sur la carabine utilisée, ainsi que sur 5 cartouches non utilisées.

Le couple doit être déféré lundi devant la à Nîmes. Les deux suspects vont comparaître pour «violences avec ITT inférieure à 8 jours» mais avec quatre circonstances aggravantes : «la préméditation», «l'alcool», «l'arme» et «l'appartenance des victimes à une ethnie, race ou religion» précise une source judiciaire.

LeParisien.fr

02:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Syrie/Alep : l'arrestation de sept espions d'Israël

 

Syrie/Alep : l'arrestation de sept espions d'Israël
 
IRIB- Les soldats de l'armée régulière syrienne ont arrêté sept terroristes armés, en rapport avec les partis libanais anti Hezbollah et les services de sécurité israéliens.

Selon Al-Alam, ces sept terroristes travaillaient, pour le compte du Mossad et des partisans de Saad Hariri et de Sami Geagea. Les combats entre les forces loyales et rebelles se poursuivent avec beaucoup d'intensité.

06/08/12

01:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

« La Syrie est un Etat d’institutions et les défections, quel que soit leur rang, ne modifient en rien la politique de l’Etat » - 07/08/2012

 

« La Syrie est un Etat d’institutions et les défections, quel que soit leur rang, ne modifient en rien la politique de l’Etat »


 Le ministre syrien de l’Information Omrane al-Zohbi a affirmé lundi que les défections « ne modifient en rien la politique de l’Etat », peu après le limogeage du Premier ministre Riad Hijab. « La Syrie est un Etat d’institutions et les défections de personnalités, quel que soit leur rang, ne modifient en rien la politique de l’Etat », a dit M. Zohbi, cité par l’agence de presse syrienne Sana.

Le ministre s’exprimait après une « réunion extraordinaire du Conseil des ministres en présence de tous ses membres » sous la présidence d’Omar Ghalawanji, le vice-Premier ministre désigné pour expédier les affaires courantes après le départ de M. Hijab, selon l’agence. M. Zohbi a néanmoins démenti la défection d’autres membres du gouvernement. « Toutes les informations sur des défections de ministres sont sans aucun fondement ».

Avant l’annonce du départ de M. Hijab, la télévision d’Etat syrienne avait indiqué qu’il avait été « démis de ses fonctions » et remplacé par Omar Ghalawanji. Le porte-parole de M. Hijab, nommé il y a deux mois Premier ministre, avait précisé que ce dernier avait choisi de rejoindre le camp des rebelles.

 

http://www.algerie1.com/flash-dactu/la-syrie-est-un-etat-dinstitutions-et-les-defections-de-personnalites-quel-que-soit-leur-rang-ne-modifient-en-rien-la-politique-de-letat/ http://www.algerie1.com/flash-dactu/la-syrie-est-un-etat-... 

   

 ALTERINFO.COM


 

01:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

J-10: les enfants du Kosovo bientôt en classe de mer

Dans 10 jours, la générosité des donateurs de Solidarité Kosovo permettra à quarante enfants des enclaves serbes du Kosovo-Métochie de découvrir pour la première fois la mer.

Plus encore, grâce à la mobilisation suscitée par le projet de classe de mer, le séjour au Monténégro sera prolongé de quelques jours. Ainsi durant 10 jours, au lieu des 7 prévus initialement, les jeunes participants serbes s’évaderont dans un environnement de mer et de montagne baigné de soleil.

A l’horizon la mer Adriatique et beaucoup de chaleur, comme pour mieux réchauffer les cœurs de ces quarante enfants retenus par l'Église et le diacre Bojan à partir de critères sociaux. En effet, les foyers chrétiens du Kosovo-Métochie sont depuis l’année dernière inscrits dans une base de données humanitaire. Cet outil de recensement social a été financé par Solidarité Kosovo au courant de l’année 2011 dans le prolongement de l'ouverture du bureau humanitaire de Gracanica.

Très prochainement, les enfants des régions de Strpce, Kosovska Kamenica, Gracanica et de Velika Hoca, prendront le large pour une classe de découverte inédite loin de leur quotidien particulièrement difficile. Solidarité Kosovo leur offrira en début de séjour des vêtements et des accessoires de plage pour que chacun de ces jeunes participants puissent profiter pleinement des joies de la mer.

Le compte à rebours a commencé dans les jeunes têtes du Kosovo, départ à la mer prévu le 15 août !

Solidarité Kosovo - 06/08/12

01:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)