Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2012

Discours de Marine Le Pen: " Pour une République rigoureuse et exemplaire "

 

Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle, tenait aujourd’hui lundi 13 février un point presse devant le Conseil économique, social et environnemental sur le thème : « Pour une République rigoureuse et exemplaire ! ».

Vous voudrez bien trouver ci-dessous le texte de son intervention.

Le discours de Marine Le Pen :

« Pour une République rigoureuse et exemplaire », c’est le sens du message que je porte aujourd’hui devant vous.

Comme moi, vous avez pu constater en effet la montée d’un sentiment d’injustice parmi les Français, qui considèrent, à juste titre il faut le dire, qu’on demande sans cesse des efforts aux mêmes alors que les autres, tout en haut, les puissants, sont épargnés.

Pire, tout en haut, on continue de bien vivre, de vivre de mieux en mieux, de profiter d’un système qui reste doux avec ceux qui le dirigent, mais qui se montre de plus en plus impitoyable avec les plus misérables, avec les classes moyennes, avec les jeunes comme les retraités.

Il est donc temps que des décisions soient prises pour montrer que chacun, y compris et surtout au plus haut niveau, participe à l’effort national.

Il est temps de prendre des mesures fortes pour combler le fossé entre des élites épargnées et un peuple affligé.
Il est temps que les grands notables de la République et les institutions participent à l’effort. Bref, que la République redevienne ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : rigoureuse, et exemplaire. Lire la suite de cet article »

20:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Euromondialisme: la Grèce à feu et à sang !

 

La Grèce a choisi dimanche 12 février d’accepter l’austérité imposée par ses créanciers afin de pouvoir échapper à la faillite et rester dans la zone euro, après un vote du Parlement en faveur d’un programme de rigueur draconien violemment contesté lors de spectaculaires manifestations. 100.000 Grecs manifestent contre les plans d’austérité inhumains réclamés par l’Union européenne, le FMI, la BCE, la Troïka … Bienvenue dans la dictature de l’Euroland !

 

20:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La destruction de Dresde

untitled.bmp Dresde laffont.jpg

1963

20:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

La destruction de Dresde : un holocauste (13 au 15 février 1945)

untitled.bmp la destruction de Dresde.jpg

untitled.bmp cadavres à Dresde.jpg

(Cliquez sur les photos)

Par Richard Odorfer

Il existe des milliers de films, de livres et de mémoriaux consacrés aux
victimes de l'Allemagne nazie, mais, pour ce qui concerne la quantité énorme
de crimes de guerre commis pendant et après la Deuxième Guerre mondiale par
les vainqueurs contre des Allemands innocents, les grands médias en font des
sujets officieusement tabous. 

   En 1945 Dresde était une ville splendide de 650.000 habitants. Le 13
février de cette année-là, la ville était envahie par près de 750.000
réfugiés qui avaient fui devant l'invasion de l'armée soviétique et
campaient dans les parcs, sur les trottoirs, dans les rues. Chacun se
sentait en sécurité puisque Dresde n'était pas une cible militaire, c'était
une ville hôpital qui pouvait se vanter de posséder 25 grandes installations
médicales. La ville ne fabriquait pas de matériel de guerre, et par
conséquent était laissée sans défense.

   A 22h 15, 800 bombardiers britanniques, avions d'escorte et de diversion
convergeaient sur Dresde et larguaient des bombes incendiaires qui mettaient
le feu à la ville d'une extrémité à l'autre. Une fois le ciel dégagé des
avions ennemis, ceux qui avaient survécu dans des abris ressortaient dans
les rues pour aider les blessés et enlever les morts. Des unités de service
de secours de la région environnante se précipitaient dans la ville détruite
pour apporter leur aide.
   Les Anglais faisaient alors croire aux Allemands que le raid était
terminé pour la nuit, mais ils envoyèrent une deuxième vague de bombardiers
pour "faire coup double" en revenant piéger les secouristes dans les rues en
feu.


   Ce deuxième raid allait tuer des milliers de personnes qui se trouvaient
en plein air, et eut aussi pour effet de produire la tempête de feu
planifiée par les Anglais, provoquant dans la vieille ville des températures
atteignant le niveau incroyable de 3.000 degrés Fahrenheit [1600°C].


   Ce crime contre l'humanité était tel que les victimes étaient aspirées
dans un mur de flammes par un vent si puissant qu'il en avait renversé des
wagons. Les sauveteurs découvriront dans les caves, à plusieurs pieds de
profondeur, de la chair humaine fondue et des os.
   En tous les cas, de toutes les horreurs que peut produire une tempête de
feu dans une ville surpeuplée, la plus déchirante est quand des milliers
d'enfants ont perdu leurs parents dans la panique et, essayant de fuir les
incendies, se sont retrouvés les pieds englués dans le goudron et l'asphalte
en fusion. "Ils empoignaient leurs membres torturés puisque leurs toutes
petites jambes brûlées ne les tenaient plus debout ... puis ils
s'effondraient jusqu'à ce que la mort vienne les libérer de leur misère
physique."


   Le massacre continuait le lendemain matin, avec une troisième attaque de
400 avions américains qui larguaient des bombes sur la ville déjà détruite,
et des avions de combat, volant à basse altitude, mitraillaient le personnel
médical et leurs patients étendus sur des couvertures le long de l'Elbe.
   Mais ce n'était pas tout.

Dresde était bombardée encore trois fois, par
un total de 1.172 avions: le 15 février, le 3 mars et le 17 avril 1945.
   Le nombre des tués de Dresde oscille entre 250.000 et 400.000. Ce fut le
pire massacre de l'homme.


   Le sinistre 13 février devrait être retenu comme un jour de deuil et de
souvenir.

 

20:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

Les médias en servitude: quant Polémia met la médiaklatura en examen

Polémia poursuit son travail d’analyse du phénomène médiatique. Après La tyrannie médiatique, le Dictionnaire de novlangue et le Dictionnaire de la réinformation, voici Les médias en servitude. Il s’agit d’une étude serrée de la médiaklatura, cette centaine d’hommes et de femmes qui donnent le la à l’opinion, cette sainte alliance du trotskysme de salles de rédaction et du capitalisme financier. Voici l’avant-propos de cet ouvrage.
Polémia.

Les médias en servitude : quand Polémia met la médiaklatura en examen

En principe la France est une démocratie.

Le suffrage y est libre. Le suffrage, sans doute, mais en est-il de même de l’information des électeurs ?

Assurément non ! Les médias asservissent et ils sont eux-mêmes asservis aux grandes puissances financières.

Derrière une façade de diversité, les grands médias scénarisent l’actualité selon la même grille de lecture, celle de l’idéologie unique qu’ils partagent : laisser-fairisme et libre-échangisme économique, cosmopolitisme et sans-frontiérisme, rupture de la tradition et révolution des mœurs. C’est la sainte alliance du trotskysme de salles de rédaction et du capitalisme financier. L’union des milliardaires et de la médiaklatura.

Le propos peut paraître polémique. Mais les faits accumulés dans cette étude, réalisée avec la collaboration de Claude Lorne, montrent, hélas, comment un tout petit nombre d’hommes a accaparé le contrôle des grands médias français.

Voici quels sont les acteurs majeurs de cette prise de pouvoir sur les esprits :

  • – les banques : cinq d’entre elles siègent au conseil d’administration de Bouygues, propriétaire de TF1 ; Rothschild contrôle Libération ; Lazard siège au Monde ; et le Crédit Agricole et le Crédit Mutuel se partagent la Presse quotidienne régionale (la PQR) à l’est d’une ligne Amiens/Marseille ;
  • l’industrie du luxe et les grandes fortunes : Bernard Arnault, Serge Dassault, François Pinault, Martin Bouygues, Vincent Bolloré, Arnaud Lagardère, Claude Bébéar sont omniprésents;
  • – les grandes agences de communication et de publicité : Euro RSCG de Stéphane Fouks et Publicis de Maurice Lévy sont au cœur des stratégies d’influence adossées à de puissants budgets ;
  • les paladins de « l’antiracisme » : Louis Schweitzer (la Halde), Pierre Bergé (SOS-Racisme), Bernard-Henri Lévy donnent le ton ;
  • – les grands éditocrates : Erik Israelewicz, Laurent Joffrin, Nicolas Demorand, Denis Olivennes ont un rôle clé, celui d’assurer la cohérence entre les bailleurs de fonds et les soutiers de l’information.

En tout une centaine d’hommes dirige la machinerie qui règne sur les esprits. Il n’y a pas de chef d’orchestre clandestin. Mais tous ou presque participent au lieu de pouvoir le plus sélect de la classe dirigeante française : le Club Le Siècle. Cette classe dirigeante française n’a plus aujourd’hui ni vision nationale ni conscience européenne et n’est plus que la section française de la Superclasse mondiale (SCM).

Notre société est de plus en plus exigeante en matière de transparence. Cette transparence doit aussi s’appliquer aux médias : leurs auditeurs et leurs lecteurs, qui sont aussi des électeurs, doivent savoir d’où ils parlent pour connaître les arrière-plans financiers, commerciaux, idéologiques ou communautaires qui structurent leurs prises de position et qui expliquent la disparition de tout véritable esprit critique.

Ecartant toute polémique inutile, Polémia se borne à rassembler des faits. Des faits qui éclairent d’une lumière vive la médiaklatura.

Voici un ouvrage à lire en se rendant sur le PDF (cliquer ici). En raison de l’immense documentation, réunie par Claude Lorne, qui a permis d’en faire une véritable banque de données, Les médias en servitude peut être commandé (15 € franco de port) à : Polémia, 60 ter rue Jean-Jacques Rousseau, 92500 Rueil-Malmaison

Source : Polémia.

Image : 1re de couverture

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

19:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

"Les signatures rentrent mieux" au FN depuis quelques jours

untitled.bmp signatures FN.jpg

L'ambiance change quelque peu au Front national concernant les parrainages d'élus. Si le ton était à l'inquiétude il y a encore une semaine, les cadres chargés de récolter les paraphes se veulent maintenant plus rassurants. "Les signatures rentrent mieux", dit l'un d'entre eux qui pense "qu'on les aura [les 500 signatures]" d'ici le 16 mars.

En une semaine, le parti d'extrême droite a en effet engrangé une vingtaine de promesses de parrainage, presque le double qu'à l'habitude. Le FN en aurait aujourd'hui un peu plus de 380.

Le changement d'attitude des élus locaux seraient, selon le FN, dû entre autres à la médiatisation des difficultés de Mme Le Pen autour des 500 signatures obligatoires pour se présenter à l'élection présidentielle.

Un autre responsable tempère cet optimisme : "Pour l'instant, ce ne sont que des promesses de parrainage, il y a toujours de la déperdition."

Abel Mestre

Le Monde - 13/02/12

18:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Réaction médiatique à la suite du meeting de Strasbourg

12/02/12

02:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Discours de Marine Le Pen en meeting à Strasbourg (2)

12/02/12

02:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marine Le Pen en meeting à Strasbourg (1)

12/02/12

01:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Téhéran - Hollywoodisme et sionisme

untitled.bmp Hollywood.jpg

(Cliquez sur la photo)

En marge du 30ème Festival International de cinéma à Téhéran, s'est tenue la conférence sur Hollywoodisme et sionisme, où se sont retrouvés des chercheurs antisionistes de plusieurs pays.

 Tous ont apporté des arguments à l'idée centrale que la "maladie mentale made in USA", que véhicule la production hollywoodienne destinée à l'exportation, est une arme essentielle du Pentagone, qui prépare les esprits et manipule le subconscient des foules, pour pouvoir déclencher des agressions sans que la population, paralysée par les images et schémas dont elle est gavée, réagisse selon ses intérêts véritables et entreprenne de résistance frontale.

Le président Ahmadinejad a reçu tous les invités avec une allocution empreinte de sérénité, où il a opposé sa politique de construction massive de logements au fait que huit millions d'Américains soient jetés à la rue par la crise financière. Il a ensuite fait monter à la tribune le professeur Robert Faurisson, avant les autres, pour lui serrer la main et lui remettre en souvenir de la rencontre, un précieux volume des poèmes d'Omar Khayyan.

http://blanrue.blogspot.com/2012/02/hollywoodisme-le-comp...

Source Le Clan des Vénitiens - 09/02/12 

01:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'immigration du point de vue de la science économique: coût social versus avantage privé

L’immigration du point de vue de la science économique : coût social versus avantage privé
 
 
 

Article reproduit avec l’aimable autorisation de la Fondation Polémia.

Le discours médiatique sur les bienfaits de l’immigration repose sur une série d’approximations et de mensonges. Yvan Blot présente ici un point de vue économique critique. Il souligne les conséquences sociales et économiques de salaires tirés à la baisse, au détriment de l’innovation et de l’équilibre des comptes sociaux. Si certains avantages de l’immigration sont privatisés, ses inconvénients sont, eux, collectivisés : un point sur lequel reviendra le colloque de l’Institut de géopolitique des populations sur « Peut-on raisonnablement calculer le coût de l’immigration ? », le 16 février prochain.
Polémia.

On veut nous faire croire aujourd’hui que l’immigration est indispensable à la croissance.

Historiquement, la croissance économique moderne est née en Angleterre puis s’est propagée en Europe (Belgique, France, Allemagne au début) qui était alors un continent d’émigration. Même les fameuses Trente Glorieuses (1945-1975) se sont réalisées pour les vingt premières d’entre elles sans immigration notable.

L’économie comparée nous montre des pays qui ont eu une réussite remarquable depuis 1945 jusqu’à nos jours sans immigration, comme le Japon ou la Finlande.

L’immigration contre le progrès technique et la productivité

L’immigration est vantée comme un moyen de baisser les coûts de production en obligeant les salariés à se contenter de faibles salaires. Indépendamment du côté social fort discutable de cette politique, l’économiste notera que cette méthode décourage les progrès de productivité et l’innovation technique. Des historiens vont d’ailleurs jusqu’à dire que si la machine à vapeur inventée dans l’Antiquité par Hiéron d’Alexandrie ne s’est pas répandue à l’époque, c’est parce que l’esclavage avait abaissé le prix du travail à tel point que la machine était inutile. Les pays à très haut taux d’innovation comme la Suède ou la Finlande sont restés pendant des années sans la moindre immigration, avec de hauts salaires ouvriers et de très bons résultats sur les marchés mondiaux.

Autrement dit, les bas salaires sont une facilité de court terme pour les entrepreneurs mais freinent le progrès et l’innovation à plus long terme. L’opposition court terme/long terme est d’ailleurs la clé des dysfonctionnements des économies occidentales. Les dirigeants salariés des grandes entreprises (qui n’ont rien à voir avec des « capitalistes » propriétaires de leur entreprise) ont une vision à court terme, ce qui explique leur gestion hasardeuse. C’est encore plus vrai des banques et des milieux financiers.

L’immigration, une atteinte à la liberté des agents économiques et des citoyens

Selon l’économiste Hermann Hoppe, l’immigration est par ailleurs une atteinte à la liberté des agents économiques. En effet, on ne demande pas contractuellement au citoyen s’il veut ou non cohabiter avec des étrangers qu’il n’a pas fait venir. C’est très différent des biens et des services : ceux-ci ne pénètrent sur le territoire national que si un contrat entre un acheteur et un vendeur a eu lieu : les biens ne voyagent pas par eux-mêmes ; il faut des contrats entre des hommes pour que les biens se déplacent.

Coûts collectifs et parties communes

Rien de tel avec l’immigration : il n’y a aucun contrat entre l’immigré et le citoyen donnant à ce dernier le pouvoir d’accepter quelqu’un sur les parties communes du territoire. Cela ne pourrait exister que si les rues étaient privatisées. Comme ce n’est pas le cas, c’est au gouvernement de protéger les droits des citoyens pour l’utilisation des parties communes : au minimum, celui-ci devrait consulter les citoyens par référendum (ce qui se fait en Suisse).

De plus, l’immigration engendre des coûts collectifs importants (logement, école, sécurité sociale, etc.) : l’entrepreneur qui embauche un immigré ne supporte pas directement ces coûts qui vont être répartis entre les contribuables ; il tire un avantage à court terme en embauchant quelqu’un, souvent à bas salaire, et reporte les coûts sociaux correspondants sur l’ensemble des contribuables.

France, Grande-Bretagne, Etats-Unis : forte immigration et fort chômage

L’injustice est ici évidente. La hausse des coûts pour la collectivité rend l’économie moins compétitive et provoque donc du chômage. Les pays à fort taux d’immigration ont beaucoup de chômage, comme la France, les Etats-Unis ou l’Angleterre (autour de 9%). Celui-ci est plus faible dans les pays à faible immigration (Russie 6% ou Finlande ou Japon).

L’immigration profite bien à certains groupes de pression mais est nuisible à l’intérêt général. Or notre système politique purement parlementaire est plus sensible aux groupes de pression organisés qu’à l’intérêt général, par définition inorganisé. Seul le référendum, comme l’avait très bien vu le général De Gaulle, permet à l’intérêt général de s’exprimer directement en contournant les groupes de pression. Il faudrait donc organiser des référendums sur l’immigration comme chez nos voisins suisses.

Les études statiques sur l’immigration, qui comparent le coût et les avantages à un moment donné, sont utiles mais elles négligent la dynamique du phénomène. L’immigration de main-d’œuvre, surtout peu qualifiée, retarde l’innovation et le progrès techniques, accroît les coûts sociaux financés par tous les contribuables et freine à moyen terme la croissance, créant ainsi un chômage supplémentaire. La dynamique de l’immigration n’est pas favorable à la croissance sauf peut-être s’il s’agit d’une immigration choisie, limitée et hautement qualifiée comme celle pratiquée par l’Australie, le Canada ou la Suisse.

Yvan Blot
Docteur ès sciences économiques
Ancien élève de l’ENA

Voir ausi :

- L’économie de l’immigration
- « La préférence nationale : réponse à l’immigration » : un classique à redécouvrir

Source : Polémia – 8/02/2012
[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

00:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Manifestation pro-vie près de l'hôpital Tenon à Paris

Témoignage et photos d'Anne Kerjean :

S"Samedi 11 février dans la matinée, avait lieu le premier Rosaire pour la vie de l'année, organisé par le Docteur Dor, président de SOS Tout-Petits, au coin de la rue de Chine et de l'avenue Gambetta, non loin de l'entrée de l'hôpital Tenon dans le 20e arrondissement de Paris où se trouvaient depuis 10 heures les contre-manifestants pro-avortements. Plus de quinze fourgons de police, dont un car, étaient garés le long de l'avenue Gambetta. D'autres se trouvaient plus bas près de la Mairie et d'autres encore devant l'hôpital Tenon.

Les personnes venues prier étaient fortement encadrées. L'avenue Gambetta était d'ailleurs barrée et inaccessible aux véhicules et les passants se voyaient systématiquement filtrés. Les pro-avortements se sont rapidement rapprochés des anti-avortements pour se poster sur le trottoir d'en face. De leur position, certains se sont mis à jeter des dizaines d'oeufs sur les membres de SOS Tout-Petits par-dessus les policiers. De nombreuses personnes ont été touchées. Malgré cette agression caractérisée, la manifestation continua avec des prières et des chants que les contre-manifestants couvraient de leurs slogans anticléricaux et féministes. 

Cette impressionnante ceinture de sécurité aura évité aux membres de SOS Tout-Petits d'être la cible habituelle de la haine de passants. Au moins, les slogans des anarchistes, gauchistes et féministes (la CGT, Sud Solidarité, Attac, AL, PCF, NPA, Décil, et des citoyens de Poissy étaient représentés...) sont drôles quand ils ne sont pas blasphématoires."

Michel Janva

Posté le 12 février 2012 à 16h21 | Lien permanent

 

Tous ne sont pas égaux avant la naissance

Campagne du Secours catholique en vue de la présidentielle :

S

(Cliquez sur l'affiche pour la voir en entier)


Malheureusement, avant la naissance, il y a ceux qui seront éliminés car ils dérangent.

Michel Janva

Le Salon Beige

00:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

12/02/2012

Le DJ Pierre Sarkozy aurait une chère garde rapprochée payée par l'Etat !

untitled.bmp Pierre sarkozy.jpg

Alors que Le Canard Enchaîné a révélé début février que le rapatriement d'Ukraine du DJ de fils aîné du président de la République avait coûté près de 40.000 euros puisqu'il avait emprunté après son hospitalisation un Falcon 50, Mediapart s'interroge aujourd'hui sur le coût de la sécurité rapprochée de Pierre Sarkozy.

 

Le mélomane de la famille présidentielle doit se rendre au Brésil du 20 au 26 février prochains, en pleine saison des carnavals, pour une série de concerts en boîte de nuit. Cette fois, s'il ne montera pas à bord d'un avion appartenant à l’Escadron de transport, d’entraînement, et de calibration (Etec) - généralement utilisés pour transporter le personnel du Ministère de la Défense ou pour des missions spéciales au profit des hautes autorités de l'Etat - il s'agirait là, entres autres, d'ouvrir un carré VIP très spécial pour le fils de Nicolas Sarkozy dans les aéroports brésiliens.

D’après un courrier que Mediapart s’est procuré, adressé le 1er février au ministère brésilien des relations extérieures, l’ambassade française « sollicite l’ouverture du salon d’honneur » dans chacun des trois aéroports qu'il doit traverser (Sao Paulo, Rio et Florianopolis). « Les services français signalent au passage que Pierre Sarkozy voyagera avec sa bande : un ami photographe et Fama Niang, sa "manageuse" et ancienne directrice artistique dans la société de production de Carla Bruni », écrit Mediapart ce samedi. 

Deux policiers d'élite

Il aurait aussi été demandé aux services brésiliens d'assurer la protection de Pierre Sarkozy avec « le concours de la Police fédérale » brésilienne. Cependant, ce courrier dévoile surtout le dispositif de sécurité français dont bénéficie le « DJ ». Dans leur lettre, les services de l'ambassade réclament en effet « une autorisation d’introduction et de port d’armes à feu sur le territoire (brésilien) en faveur de deux officiers ». Il s'agit de deux policiers du GSPR (le groupement de sécurité du président de la République) « qui escortent le fils du chef de l’Etat dans ses déplacements aux quatre coins du monde ». 

D'après un rapport du député Jean Launay (PS), consacré aux dépenses de l’Elysée, le coût d'un salaire pour un policier du GSPR atteint 83.645 euros par an. Mediapart « extrapole » donc ce chiffre à 167.000 euros par an de coût à la République pour la sécurité rapprochée de Pierre Sarkozy « rien qu’en rémunérations » de ces deux agents policiers. « Restent les frais de bouche, le matériel, le transport, etc. », poursuit le site d'informations. 

Allemagne, Russie, Autriche...

Mediapart ne manque pas, non plus, de rappeler tous les lieux où l'on a pu voir apparaître ces derniers mois le jeune homme de 26 ans, en recensant sur la Toile des vidéos preuves à l'appui de quelques-uns de ses déplacements à l'étranger. En Ukraine, où il a mixé en juin au « b-hush » une boîte de nuit de Kiev. En Suisse au festival de Zurich fin juillet. En Autriche, où il s'est produit au « Posh Club » de Vienne à la mi-octobre. En Russie, en Allemagne...

Interrogé par le site d'informations, le député socialiste René Dosière - récemment à l'origine d'un livre sur le train de vie mené par Nicolas Sarkozy avec l'argent de l'Etat depuis le début de son quinquennat – trouve « évidemment nécessaire de protéger certains membres de la famille du chef de l’Etat ». Cependant, dans le cas de Pierre qui est un adulte - ce qui n'est pas le cas de Louis qui a 14 ans et qui vit avec sa mère Cécilia aux Etats-Unis -, le fils aîné du président français « a sa propre indépendance financière », souligne le député. Il s'interroge : « L'Etat doit-il protéger Pierre (…) quand il parcourt le monde pour ses activités professionnelles ? 

Actu France-Soir - 11/02/12

 

23:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Grands froids - La mésange de Kiev et le lionceau de Belgrade

untitled.bmp Kiev mésange.jpg

Mésange nourrie par les passants

untitled.bmp lionceau.jpg

Lionceau jouant avec une boule de neige

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)

05/02/12

23:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le négationniste Robert Faurisson a rencontré Mahmoud Ahmadinejad

Le négationniste Robert Faurisson nous a informés revenir de Téhéran où il a eu un aparté avec le président Mahmoud Ahmadinejad, le 2 février dernier. Un débat était organisé sur la Shoah.

"L'Iran est le seul pays au monde où une telle confrontation entre révisionnistes et non- révisionnistes est possible", a souligné Robert Faurisson. Dieudonné était présent à cette rencontre. Le négationniste français, ancien professeur à l'université de Lyon, trouve Mahmoud Ahmadinejad  "d'une grande finesse".

 Il ne croit pas en l'existence d'un projet nucléaire iranien, pas plus  qu'à la volonté de ce pays de s'attaquer militairement à Israël.

Source LYON CAPITALE - 10/02/12

untitled.bmp Ahmadinej Faurisson.jpg

 

23:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marseille: en panne de scooter après un hold-up, ils braquent une mère et son bébé

La fuite après l'attaque d'une bijouterie au Redon a failli virer au drame

La bijouterie

La bijouterie "Perle de lune" a été la cible d'un hold-up à la masse et à la kalachnikov, mercredi matin, au cœur de la cité La Rouvière.

Photo Bruno Souillard

Mercredi matin, deux malfaiteurs lourdement armés n'ont pas hésité à braquer une mère de famille et son bébé pour s'emparer de leur voiture… Une intempestive panne de scooter les avait cloués sur les lieux de leur braquage ! "La voiture a été retrouvée brûlée peu après sur le parking de la crèche du Cabot", indique un témoin. "Vous imaginez si la mère n'avait pas eu le temps de prendre son enfant et si les braqueurs ne s'étaient pas aperçus de sa présence ?"

Rétrospectivement, l'incroyable scénario qui s'est déroulé mercredi matin au coeur de la cité La Rouvière, fait froid dans le dos tant l'amateurisme d'une majorité de criminels est susceptible de provoquer des drames à tout moment. Il n'était pas tout à fait 10 heures, ce mercredi, lorsque deux puissants scooters s'arrêtent devant la bijouterie "Perle de Lune". Un individu armé d'une kalachnikov se poste devant le commerce afin de surveiller les alentours tandis que ses trois complices, munis d'une masse, s'engouffrent à l'intérieur. Quelques secondes plus tard, après avoir brisé les vitrines et s'être emparés de plusieurs bijoux, ils remontent sur leurs engins. 

Mais alors que l'un démarre en trombe, l'autre, probablement grippé par le froid, leur fait le coup de la panne. Restés en rade sur les lieux de leur forfait, alors que la police allait arriver d'une minute à l'autre, deux des quatre braqueurs décident d'improviser. Dangereusement. Le scooter qui refuse de démarrer est immédiatement incendié sur place afin d'effacer toute trace susceptible de les identifier. Dans la foulée, comme il semble hors de question de fuir à pied, une automobiliste est stoppée net par les deux individus encagoulés qui n'hésitent pas à lui pointer l'arme sous le nez pour l'extirper de sa voiture.

"Elle a fait preuve d'un extraordinaire sang-froid, relève un enquêteur. Elle a pris son bébé, installé à l'arrière, et elle est sortie du véhicule". En un quart de seconde, les deux braqueurs s'engouffraient dans la voiture et prenaient la fuite à toute allure avant de s'en débarrasser quelques minutes plus tard sur le parking de la crèche. La police judiciaire a été chargée des investigations.

  La Provence - 10/02/12

20:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Séjour réussi pour Marine Le Pen, les Réunionnais sont séduits!

 

C’est une dépêche AFP qui le révèle sur le site de Tahiti Infos, Marine Le Pen a été bien accueillie par les Français de l’île de la Réunion dans l’archipel des Mascareignes mais si des nervis gauchistes anti-démocrates ont essayé de l’empêcher de s’exprimer.

La dépêche AFP, passée étrangement inaperçu par les grands médias français en Métropole, révèle un bilan de l’intervention de Marine Le Pen plutôt positif selon « plusieurs observateurs et responsables politiques locaux ! »

 

Sur NationsPresse.Info, nous avons suivi ce déplacement au travers des différentes déclarations de la candidate du Peuple Français et notamment des reportages diffusés sur France Ô qui donnait la parole aux Réunionnais séduit par la vague Marine. Nous avons relevé cette semaine notamment, l’un d’eux, Michel qui déclarait ouvertement : « C’est la seule candidate qui a un projet pour l’Outre-mer » et la parole de Joseph qui précisait : « vous serez étonnés vous même du score qu’elle va faire ! » Présidentielle 2012 – A la Réunion, on s’apprête à voter pour Marine Le Pen

Marine Le Pen a aussi insisté sur cet élan français en sa faveur dans l’Océan Indien en indiquant : « Vous verrez, les résultats de ma candidature seront étonnants ».

Comme l’indique aussi la dépêche AFP, les Réunionnais ont vivement réagit dans les médias, à la radio, sur internet et dans les journaux, au sujet des manifestations visant à rendre impossible le droit de circuler de la candidate sur l’île. Ils trouvent honteux que l’on puisse empêcher une femme candidate de s’exprimer librement !

On notera que la pensée unique n’a plus sa place et que les Réunionnais trouvent Marine Le Pen sympathique et que le projet présidentielle qu’elle propose répond à « leurs préoccupations quotidiennes ».

20:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Ecoutez l'interview de Marine Le Pen à La Réunion le 8 février 2012 par Radio Freedom

Merci à lemartien

20:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

60 % des Français sont pour l'anonymat des parrainages

12/02/12

19:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Marine Le Pen en meeting à Strasbourg: "Sarkozy c'est le monsieur plus de l'immigration !"

Dès le début de son discours, fait siffler ses adversaires par les quelque 2000 militants et sympathisants frontistes qui assistent à ce meeting à Strasbourg, sur le thème de la sécurité. «Candidate anti-système», la candidate a plus que jamais parlé de ses thèmes emblématiques, fustigeant particulièrement depuis son idée de référendum sur les étrangers.

  

 Elle l'a assuré dans une salle surchauffée : «l'amour de la patrie est au coeur de la démarche». 

«Si Sarkozy veut se pencher sur les valeurs, il devrait peut-être se pencher sur la valeur de la parole donnée...»
«Tous les tabous que je brise au fil de mes discours sont des fondamentaux, mon projet est global », a juré Marine Le Pen, en assurant qu'en parlant de l'immigration les commentateurs allaient analyser qu'elle faisait un «retour aux fondamentaux». « J'ose aborder tous les sujets même ceux qui fâchent notre élite, a-t-elle harangué avant de s'en prendre à Nicolas Sarkozy. Là encore, c'est son idée de référendum sur l'immigration qui est au coeur de la riposte frontiste. « Il utilise l'immigration comme un thème électoraliste, lance-t-elle. Moi je veux agir sur ce sujet comme sur les autres». «Cela fait dix longues années que Nicolas Sarkozy est en charge de l'immigration. Il a été élu en 2007 pour cela, mais qu'a-t-il fait depuis ? Pourquoi Nicolas Sarkozy fera demain, ce qu'il n'a pas fait hier ? Si Sarkozy veut se pencher sur les valeurs, il devrait peut-être se pencher sur la valeur de la parole donnée...»

Elle propose la fin du regroupement familial et du droit du sol

La candidate fustige ses deux adversaires, coupables tous les deux de laisser prospérer l'immigration en France. Selon elle, ce sont deux «immigrationnistes forcenés de gauche et de droite», «il y en a un qui assume et l'autre qui en a honte», avant de faire un jeu de mots largement applaudi par l'assistance : «Sarkozy c'est le monsieur plus de l'immigration» Elle en est persuadée : «il y a bien un lien entre immigration et chômage » et s'appuie sur une étude britannique qui le prouverait. Sous un tonnerre d'applaudissement, elle annonce la suppression du droit du sol pour obtenir la nationalité et la fin du regroupement familial.

« Le lien entre insécurité et immigration est prouvé »


«Je vais choquer les belles âmes, les bobos, le lien entre insécurité et immigration est évident et prouvé», lance -t-elle. Si l'insécurité progresse, c'est que l'immigration monte, elle est hors contrôle, voulue», cible-t-elle. Pour y remédier, elle fait des promesses. Elle s'engage à réduire de 10 000 le nombre d'entrée par an, d'ici à 2017.

Elle veut interdire le hallal dans les cantines scolaires

Marine Le Pen prend en exemple ... Sarcelles pour fustiger les atteintes inadmissibles dans certains quartiers au principe de laicité. Pour muscler ses propos, elle a évoqué «des pressions insupportables» sur les commerçants de certains marchés pour vendre du hallal. «Il y a un commerçant de Sarcelles qui est agressé régulièrement parce qu'il a un étal de boucherie non hallal. Je veux la pleine application de la loi de 1905 (de séparation de l'Eglise et de l'Etat, ndlr)», enchaîne-t-elle. Ce qui lui permet de dévoiler une de ses propositions emblématiques : l'interdiction de la nourriture hallal dans les cantines publiques, pour ne pas avoir à «subventionner des certificateurs religieux». La candidate frontiste a ainsi fait référence à des agressions dont s'estimait victime le boucher du marché des Lochères, en avril 2010. Il avait déposé plainte après avoir été victime de crachats parce qu'il vendait du porc. «Hollande et Sarkozy ont des petits bras tous mous pour s'opposer au communautarisme», conclut-t-elle sur cette question.



LeParisien.fr - 12/02/12

19:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)