Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2012

Bruno Gollnisch invité de Radio France Politique - 18.03.12

Radio France Politique Bruno Gollnisch

 

01:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Celui qui peut vitrifier l'Iran...

sans-titre.png obama.png

Le président américain, Barack Obama, célèbre la Saint-Patrick avec une pinte de Guinness, dans un pub irlandais de Washington, le 17 mars 2012.

(Cliquez sur la photo)

00:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

18/03/2012

Supprimer le mot "race" de la Constitution: une démarche parfaitement orwellienne

 

Dans 1984, le ministère de la Vérité a pris le contrôle du vocabulaire. Voici comment George Orwell décrit la situation : « D’innombrables mots comme : honneur, justice, moralité, démocratie, science, religion, avaient simplement cessé d’exister. Quelques mots-couvertures les englobaient et, en les englobant, les supprimaient. » C’est clairement dans cette même démarche totalitaire que s’inscrit François Hollande en proposant de supprimer le mot « race » de la Constitution. Pour faire plaisir à Alain Jacubowicz, le patron de la LICRA. Pour distraire nos lecteurs, voici une réaction pleine d’humour de Bernard Antony.

Polémia.

Après que sa proposition fiscale sur le barème des 75% eut fait justement reprendre par François Bayrou une expression de Michel Audiard sur « le déconomètre fonctionnant à pleins tubes », François Hollande a sans doute encore voulu prouver qu’il était vraiment un très grand dans l’ordre de la connerie idéologique.

Hollande, un très grand dans l’ordre de la connerie idéologique !

Il a donc prévu, s’il était élu, de supprimer le mot « race » de l’article premier de la Constitution. Sans doute pense-t-il ainsi, dans une sorte de confuse crédulité kabbaliste abracadabrantesque (abracadabra signifie en araméen : « Il a créé comme il a parlé »), que si l’on peut créer en prononçant un mot, on peut décréer en le supprimant !

Ainsi, plus de mot, plus de race ! Et le tour est joué.

L’argument socialiste en faveur de cette éradication tient au fait qu’au nom de la race on aurait fait bien des mauvaises actions. Mais n’en a-t-on pas fait d’aussi vilaines au nom de la classe, de la nation, de la religion, et même au nom de la liberté et au nom de l’égalité aussi ?

Bigre, que de mots alors à supprimer ! Mais si plus de race, alors plus de racisme, ni d’antiracisme, et comment alors parler de métissage (entre quoi ?) et de diversité ?

La race, un déterminant parmi d’autres de la réalité humaine

Comme si le mot de race ne recouvrait pas simplement un déterminant parmi d’autres de la réalité humaine et justement de l’heureuse diversité de la nature humaine ?

Alors va-t-il falloir, dans la logique hollandiste, expurger aussi le mot « race » de la Bible et du Talmud, des œuvres de Voltaire et de Montesquieu, de Rousseau, de Taine et de Renan, de Marx et d’Engels, de Ferry, de Jaurès, de Clemenceau et de Blum, de Senghor et de Mandela.

Du travail en perspective d'abord pour les penseurs de gauche qui devront montrer l’exemple de la vigilance idéologique politiquement correcte !

Ensuite, dans la foulée, il faudra, bien sûr, expurger pour le moins cinq cent mille penseurs et écrivains de tous pays et de toutes races ! Car tant que demeurera le mot dans quelque livre de quelque recoin de bibliothèque, le danger de réapparition de la réalité subsistera. Du travail donc, pour les manieurs de ciseaux de l’intelligentsia de la gauche hollandiste.

Epurateurs de bibliothèques et surveillants de la pensée

A vrai dire résidait là un des secrets de Hollande, celui de la création nécessaire de cent mille postes d’épurateurs de bibliothèques et d’un million de surveillants de la pensée correcte. Même le président Mao, « ce phare de la pensée universelle » selon M. Giscard d’Estaing, n’aurait pas imaginé cela !

Mais que faire aussi pour le prochain Salon de l’agriculture où l’on exalte, entre autres, les diverses races bovines, porcines, ovines, chevalines ? Désormais, seul sera accepté le mot déjà assez usité de « filière » !

La filière de la connerie se porte bien

Et comme on ne saurait, selon l’idéologie correcte, conserver plus longtemps la discrimination entre un pseudo- « règne humain » et les autres règnes animaux, ne faudra-t-il pas appliquer également à l’animal « homme » ce vocable de « filière », peu discriminant ?

On parlera ainsi de « filière latine » ou de « filières nordiques », voire, aux limites de la sécurité idéologique, de filières blanches, jaunes ou noires. Pour l’instant, avec le camarade Hollande, la filière de la connerie se porte bien !

Bernard Antony
15/03/2012

Voir aussi :

La Novlangue de l'Union européenne (première partie)
Langage politique et corruption de la pensée
Dictionnaire de la réinformation - Cinq cents mots pour la dissidence (septième section N-O-P)

La version papier du Dictionnaire de la réinformation et celle de la 2e édition du Dictionnaire de novlangue peuvent être commandés à Polémia, 60 ter rue Jean-Jacques Rousseau 92500 Rueil-Malmaison, au prix de 15 euros franco de port chacune des brochures

Correspondance Polémia – 17/03/2012

 

23:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Ils ont déshonoré les prix littéraires: le prix Goncourt doit changer de nom !

Publié le 18 mars 2012 à 18:30

 

Le Journal (1) des frères Goncourt fait partie de ces livres que tout le monde connaît, dont tout le monde a lu quelques pages, mais que peu de gens lisent en son complet. On a tort de s’en tenir aux morceaux choisis. Car la longue période du Journal − quarante-cinq ans, de 1851 à 1896 − n’est pas son moindre intérêt.

Or il se trouve, dans ce Journal, une constante, de son début jusqu’à sa fin, quand il est écrit à deux mains, celles de Jules et d’Edmond, les dix-neuf premières années, aussi bien qu’à partir du moment où Edmond tient seul la plume : c’est l’antisémitisme. Les Goncourt sont des conservateurs, des hommes de droite, résolument antirépublicains. L’antisémitisme est alors très répandu dans le monde littéraire, et il le sera au siècle suivant. On le trouve parfois là où l’on ne l’attend pas, et on ne le trouve pas toujours là où l’on pourrait l’attendre. Dans tout le Journal de Claudel, mystique échevelé, on chercherait en vain le moindre trait antisémite. Et de même dans les Carnets du très réactionnaire Montherlant. En revanche, on peut lire, dans le Journal de Gide, figure du progressisme et de l’intelligence sceptique, des pages franchement antisémites. Et Romain Rolland, qui sera très à l’honneur dans la IIIe République, pouvait écrire à Lucien Herr, en 1897, pour justifier son refus de s’engager en faveur de Dreyfus, qu’il était simplement antisémite.

Au reste, on ne pourrait aujourd’hui publier le Journal des Goncourt. Qu’on en juge ! « Je n’aime pas les juifs. C’est un sacrifice pour moi que d’en saluer un. » Ou bien encore : « Je ne cache pas que je suis l’ennemi théorique de la race juive. » (24 juin 1891). On verra d’ailleurs que cette hostilité n’est pas seulement théorique.
On ne saurait recopier ici toutes les citations antisémites, tant elles sont nombreuses et développées. Nous en donnerons à lire quelques-unes, rassemblées autour des principaux thèmes de l’antisémitisme. L’antisémitisme des Goncourt n’est pas le fait des circonstances, occasionnel ; il n’est pas matière à plaisanterie, fût-ce de mauvais goût ; il est permanent, constant et virulent, et sérieux, très sérieux. C’est comme une obsession.

[...]

 

Cet article est paru dans Causeur magazine n°44 – février 2012

Acheter ce numéro / Souscrire à l’offre Découverte (ce n° + les 2 suivants) / S’abonner à Causeur

  1. Edmond et Jules de Goncourt, Journal, 2 septembre 1866, tome 2, p. 34. Nous citons le Journal dans l’édition Robert Laffont, collection Bouquins, en trois volumes, Paris, 1989.

23:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Tunisie: " Pas de constitution sans la charia "

 

Tunisie : « Pas de constitution sans la charia »
 
 
 

17/03/2012 – 08h00
TUNIS (NOVOpress) –
La loi islamique (charia) étend son ombre en Tunisie. Plusieurs milliers de manifestants ont manifesté hier devant le siège de l’Assemblée nationale constituante à Tunis afin de réclamer l’application de la charia dans la future constitution du pays. « Le peuple veut l’application de la charia de Dieu ! », scandaient les manifestants. Ou encore : « Pas de constitution sans la charia » et « Ni laïque ni scientifique, la Tunisie est un Etat islamique ».

Ces appels au totalitarisme islamique ont lieu alors que l’Assemblée nationale constituante, sous domination du parti islamiste Ennahda, planche sur un projet de référence à la charia comme « source principale de la législation ». Un nouvel épisode peu reluisant du « printemps arabe », encensé par la presse occidentale l’année dernière.

Crédit photo : Amine Ghrabi, via Flickr, licence CC.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

22:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le 21ème siècle sera celui de l'identité - Fabrice Robert aux Assises "La France en danger" (vidéo)

Fabrice Robert a 40 ans. Marié et père de trois enfants, il réside dans une petite bourgade des Alpes. Après une maîtrise de sciences politiques et un diplôme de troisième cycle dans le domaine de l’information stratégique, il est maintenant consultant en communication. Il est une figure majeure du mouvement identitaire depuis plus de dix ans. Il a fondé le Bloc Identitaire, un mouvement souvent présenté par les politologues comme un aiguillon idéologique et un laboratoire d’idées.
Il est particulièrement attaché au combat culturel et aux méthodes modernes d’influence.


Assises "La France en danger" — Fabrice Robert par Agence2Presse

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine [http://fr.novopress.info/]

22:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Montauban: un témoin a vu le tatouage du tueur de parachutistes

Une semaine après le d'un militaire à Toulouse (Haute-Garonne) et trois jours après la de deux parachutistes à Montauban (Lot-et-Garonne) et les graves blessures subies par un troisième, les enquêteurs sont à la poursuite du tueur.



Ils disposent notamment du témoignage d'une habitante de Montauban qui a croisé le regard de celui qui a froidement et méthodiquement criblé de balles trois militaires du 17e RGP de Montauban devant des passants médusés. Cette Montalbanaise décrit «un homme de taille moyenne assez corpulent». «Le tueur m'a bousculée, il s'est retourné et dans le mouvement, la visière de son casque s'est relevée de quelques centimètres, j'ai alors aperçu un tatouage ou une cicatrice au niveau de sa joue gauche. J'ai aussi entrevu ses yeux à travers la visière. Il avait un regard froid d'une lucidité effrayante. Un regard que l'on n'oublie pas», a-t-elle confié à La Dépêche du Midi et à RTL.

Vendredi, la justice a opéré la jonction entre le meurtre de Toulouse et le double-assassinat de Montauban, regroupant les dossiers entre les mains du parquet de Haute-Garonne. Les motivations du tueur demeurent une énigme et les enquêteurs ne privilégient aucune piste. Malgré l'absence d'une garde à vue ou d'interpellation, «l'enquête se poursuit», se borne à déclarer un enquêteur.


LeParisien.fr

20:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L'opération patates pas chères en Grèce


Opération patates pas chères en Grèce par ITELE

Le peuple grec réduit à la misère, soumis à la faim par l'Union européenne, le FMI, la Finance apatride. Le Plan de destruction des nations est en marche, impitoyablement. Et la  Grèce nous renvoie aujourd'hui l'image de ce que nous deviendrons demain.  

 

 

 

20:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Mélenchon, la nouvelle coqueluche de Sarkozy !

Nathalie Schuck | Publié le 18.03.2012, 15h33

PARIS (XIXe), HIER. Le candidat du Front de gauche est crédité de 10 % d’intentions de vote dans plusieurs sondages, un « seuil de crédibilité », selon lui.

PARIS (XIXe), HIER. Le candidat du Front de gauche est crédité de 10 % d’intentions de vote dans plusieurs sondages, un « seuil de crédibilité », selon lui.
   (lp/JEAN-BAPTISTE QUENTIN.)

 

Mélenchon, nouvelle coqueluche de Sarkozy ? Depuis quelques jours, le sortant multiplie les clins d’œil et les mots doux à l’égard du candidat du Front de gauche, dont il a même repris la proposition de taxer les exilés fiscaux. « C’est un homme de tempérament et qui a une forme de talent », a-t-il vanté cette semaine.
 

 

Dur sur le bilan, Mélenchon n’est pas en reste sur les qualités de son adversaire, un « guerrier » dont il salue la « victoire culturelle éblouissante de 2007 ». « C’est la révélation de la campagne », juge l’Elysée, qui l’oppose à un « inodore ».

Faire monter l’extrême gauche pour fragiliser le PS

Pour le candidat UMP, qui vise la pole position au premier tour, l’ancien sénateur , désormais crédité d’un score à deux chiffres, est un allié objectif. Le faire monter, c’est affaiblir Hollande. Certains à l’UMP spéculent sur le fait qu’il pourrait doubler François Bayrou dans les sondages. « Je ne comprends pas que Bayrou soit à 12%. Il n’a rien à dire. Il est sec », lâche un ami du président. D’autres parient que la proposition de Hollande de taxer à 75% les millionnaires profitera à Mélenchon. « Les gens préféreront l’original à la copie », juge-t-on à l’UMP, en paraphrasant un vieux refrain de Le Pen.

L’autre mérite de Mélenchon, aux yeux de Sarkozy, c’est justement qu’il capte une partie du vote ouvrier et affaiblit la candidate FN. Consigne a donc été passée : on ne tape pas sur Mélenchon!

Faire monter l’extrême gauche pour fragiliser le PS, Sarkozy l’a théorisé depuis longtemps. En juin 2008, dans un avion qui les ramenait du Liban, il avait lancé à Hollande, alors patron du PS : « On va vous faire avec Besancenot ce que vous nous avez fait avec Le Pen pendant des années. » Le facteur de la LCR en retrait, Mélenchon a pris la relève.

Mais l’objectif de Sarkozy n’est pas seulement de gêner Hollande. En picorant dans le programme du Front de gauche, il cherche à casser le clivage gauche-droite pour élargir sa base électorale et reconquérir les catégories populaires. « Un jour on dit que je suis d’extrême droite, un jour d’extrême gauche, tout va bien! » ironise-t-il. « Il y a une certaine gourmandise à casser les codes. Cela fait des mois que les commentateurs disaient qu’il se droitise », décrypte Guillaume Peltier, son porte-parole adjoint. Mais la tactique n’est pas sans risque : car faire progresser Mélenchon, c’est aussi préparer une réserve de voix au second tour pour Hollande.

Le Parisien

20:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

L'aveu de NKM, la porte-parole de Sarkozy: l'UMP choisira la gauche !

Posté par le 18 mars 2012

 

Communiqué de Florian Philippot, Directeur stratégique et porte-parole de la campagne de Marine Le Pen

Par la voix de sa porte-parole Nathalie Kosciusko-Morizet, Nicolas Sarkozy vient de confirmer la collusion parfaite qui existe entre l’UMP et le PS.

Nathalie Kosciusko-Morizet a en effet précisé ce midi sur France 3 qu’elle appellerait à voter sans hésitation Hollande en cas de second tour opposant Marine Le Pen à François Hollande.

Nous en avons aujourd’hui la confirmation : l’UMP choisira toujours la gauche.

19:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Discours intégral de Marine Le Pen en meeting à Ajaccio - 17.03.12

19:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Interview de Marine Le Pen par France 3 Corse - Corsica-Sera à Ajaccio

Elle est interrogée par Jean-Vitus Albertini sur plusieurs sujets de société.

 Marine Le Pen observe encore une fois que les Français se pressent pour assister à ses meetings, elle précise que 200 personnes n’ont pas pu entrer dans la salle  faute de place

.

 

La seule candidate qui prend la défense de la France et de tous les Français, indique que « les Corses ont une notion très aiguë de la famille, de la solidarité naturelle, de la défense de l’identité, une vision très précise de ce qu’ils sont et de ce qu’ils veulent rester. »

 Marine Le Pen dit s’attendre à une vraie surprise au soir du premier tour de l’élection présidentielle, le dimanche 22 avril prochain.

Marine Le Pen rappelle les priorités du débat présidentiel qui ne sont pas abordées : « Le chômage des jeunes, l’effondrement des entreprises, l’immigration, la perte des valeurs. »

19:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marine Le Pen en Corse - Réactions et reportages - 17.03.12

 

 

 

 

 

 

 

 

19:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le cerf de Virginie, présence de la forêt

sans-titre.png  cerf de Virginie.png

Irruption de la Nature dans un morne bureau!

(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Un cerf de Virginie ou plutôt un chevreuil est entré dans un immeuble de bureau en passant par la fenêtre d'un bureau inoccupé. Deux policiers l'ont reconduit vers la sortie...

 

03:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

A Ajaccio, Marine Le Pen a rendu hommage à "l'âme corse"

par Roger Nicoli

AJACCIO (Reuters) - Marine Le Pen a tendu la main samedi aux Corses et aux nationalistes lors d'un meeting à Ajaccio (Corse-du-Sud), louant "une terre d'identité, d'honneur et de liberté", à 36 jours du premier tour de l'élection présidentielle.

Après un déjeuner sur le port de plaisance où elle a rencontré les militants locaux, la candidate du Front national s'est exprimée pendant une heure devant plus de 700 personnes rassemblées au palais des congrès de la cité balnéaire.

La leader frontiste a repris les thèmes forts de sa campagne, fustigeant l'inaction de l'"UMPS" dans les décisions publiques, annonçant la sortie de l'euro ou réclamant la moralisation de la vie politique.

"Nous ne sommes plus en démocratie, mais en oligarchie", a-t-elle dénoncé, comparant le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy à un "sous-gouverneur d'un protectorat" soumis à l'Europe.

A la tribune, elle a annoncé la création d'un Institut national de la préservation du patrimoine et celle d'une commission consacrée à l'apprentissage de l'histoire dans chaque région.

"Au fond de cette Corse, il y a, je le sais, le destin d'une île que les invasions n'ont pas épargnée (...) Terre d'identité, d'honneur et de liberté, la Corse sait peut-être plus que tout autre territoire de France ce que cela signifie de ne plus être maître de son destin", a-t-elle dit.

S'adressant à "l'âme corse", elle a fait un appel du pied au vote nationaliste insulaire en annonçant une lutte accrue contre la spéculation immobilière.

"Je préfère que l'on règle cela en amont", a-t-elle dit, dans une allusion aux attentats à l'explosif qui ont secoué régulièrement l'île ces dernières années contre des résidences secondaires.

"FASCISTI, FORA!"

Le Front de libération nationale de la Corse (FNLC) a revendiqué en novembre 2011 38 attentats à l'explosif, perpétrés essentiellement contre des résidences secondaires, et l'assassinat de Christian Leoni, tué le 28 octobre 2011.

"Les gens qui usent de la violence commettent une erreur, mais je peux comprendre que la déception envers l'Etat leur ait fait considérer que la Nation était leur ennemi: on peut être Corse et Français", a dit à Reuters Marine Le Pen. La Corse, où le Front national avait recueilli près de 15% au premier tour de l'élection présidentielle de 2007, n'est pas une terre qui a toujours été acquise au parti d'extrême droite, du fait de l'opposition historique avec les partis nationalistes corses.

En 1992, Jean-Marie Le Pen, encerclé par des manifestants nationalistes hostiles sur la place du Diamant, n'avait pu rejoindre la salle où il devait faire un discours à Ajaccio.

"Le meeting de Marine Le Pen à Ajaccio est historique", se sont réjouis des militants FN euphoriques tandis que la salle chantait la Marseillaise suivie de l'hymne traditionnel corse, "Dio vi salve Regina" (Dieu vous sauve, Reine).

A l'issue du meeting, une dizaine de membres du mouvement nationaliste d'extrême gauche Scelta Para (Choix égalitaire) a perturbé légèrement la sortie du public en criant : "Fascisti fora!" (les fascistes, dehors).

Edité par Marine Pennetier

Le Point - 17/03/12

03:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Tel Aviv menace, la diplomatie iranienne réagit

Samedi 17 Mars 2012 20:45

        

Tel-Aviv menace, la diplomatie iranienne réagit
IRIB - Une éventuelle attaque militaire menée par le régime sioniste contre l’Iran aboutirait à l’anéantissement en moins d’une semaine de ce régime, a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Ali Akbar Salehi. Ce régime est si infime qu’il ne tiendrait même pas une semaine dans une vraie guerre et s’il commettait une si énorme erreur, il déclencherait son propre anéantissement, a averti Salehi, lors d’un entretien avec la télévision danoise.
 
Ces derniers mois, les dirigeants du régime sioniste ont multiplié les menaces d’attaque militaire contre les installations nucléaires iraniennes. Sous prétexte d’empêcher l’Iran d’avoir accès à l’arme atomique, ce régime tente d’inciter les Etats-Unis et certains pays occidentaux à intervenir manu militari en Iran. Le tapage médiatique lancé par les sionistes contre le nucléaire iranien qui se poursuit par les médias à l’échelle internationale, intervient alors qu’Israël, qui a stocké des centaines de bombes et d’ogives atomiques, s’est transformé en une menace potentielle et dangereuse au Moyen-Orient.
 
L’entité illégitime sioniste a un lourd bilan d’agressions et il est surtout connu chez l’opinion publique mondiale pour son bellicisme débridé. Les menaces du régime sioniste contre l’Iran ne sont pas chose nouvelle et tenant compte de l’insistance de 33 ans du peuple et des responsables iraniens sur la réalisation de la cause palestinienne et la négation de ce régime factice, l’hostilité des sionistes contre le peuple iranien n’est guère surprenant.
 
Les menaces du régime israélien d’attaquer les centres stratégiques et les installations nucléaires de l’Iran ne sont que de slogans creux et de pures fanfaronnades qu’alimente l’illusion du régime sioniste de sa machine de guerre. Son échec lors de l’offensive de 33 jours contre le Sud du Liban et de la guerre asymétrique de 22 à Gaza, ont prouvé que les prétentions de puissance militaire sans égale et invincible du régime sioniste, ne sont que de chimère. Or, les menaces militaires d’Israël proférées contre l’Iran qui en tant que puissance régionale bénéficie d’une capacité défensive et militaire unique, ressemble plutôt à une guerre des nerfs déclenchée par les médias inféodés à l’ordre hégémonique. Lors de la réunion du cabinet du régime sioniste, une prise de vote a eu lieu à propos de l’attaque contre l’Iran, a écrit le quotidien sioniste Maariv.
 
Les analystes sont d’avis que le premier ministre du régime sioniste, Benyamin Netanyahu, n’a pas réussi, lors de sa visite aux Etats-Unis à obtenir le soutien d’Obama à une attaque contre l’Iran. Il cherche à rallier l’opinion publique internationale à sa cause. Mais les estimations des centres de recherche américains de la capacité militaire du régime sioniste témoignent de son incapacité face à la riposte des forces armées de la RII à toute agression.
 
C’est pourquoi le ministre iranien des Affaires étrangères a précisé : les dirigeants du régime sioniste sont bien conscients des impacts d’une attaque éventuelle contre l’Iran et en cas d’une telle erreur commise par eux, le compte à rebours de l’anéantissement d’Israël se déclenchera.  
 
IRIB French Radio
 

 

 

02:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Exorcismes devant un avortoir

Posté le 17 mars 2012 à 22h23

Lu sur le blog de Daniel Hamiche :

"L’avortement comporte deux ressorts : le mensonge qui tente de le justifier et l’homicide qui en résulte. Or l’on sait, « depuis les commencements », qui est « menteur et homicide » (Jn 8, 44). Les démons qui obscurcissent les esprits sur la réalité de l’avortement ne se chassent « que par la prière et par le jeûne » (Mt 17, 21), car, comme le précise saint Paul, « nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les princes, contre les puissances, contre les dominateurs de ce monde de ténèbres, contre les esprits mauvais répandus dans l’air » (Ep 6, 12). La prière et le jeûne sont les deux ressorts des vigiles des 40 Days for Life, mais ils sont aussi ceux de l’exorcisme. [...]

Ruth Deddens, la coordinatrice de la vigile des 40 Days for Life à Dayton (Ohio), a obtenu de l’archidiocèse de Cincinnati la présence de prêtres dûment mandatés pour pratiquer des exorcismes de lieux devant l’avortoir Women’s Med Center de Dayton tous les dimanches matin, destinés à en chasser les démons « répandus dans l’air ». [...]

Ce n’est pas la première fois que des animateurs de la campagne des 40 Days for Life ont recours à des prêtres exorcistes diocésains. Le cas le plus fameux est celui de Rockford (Illinois) où des exorcismes furent pratiqués devant l’avortoir Northern Illinois Women’s Center (NIWC). [...] Les résultats furent spectaculaires : le nombre des avortements commença à y diminuer, tandis que le nombre d’enfants sauvés de l’avortement ne faisait que croître, jusqu’au jour où “le jeu n’en valant plus la chandelle”, le NIWC ferma définitivement ses portes !"

Michel Janva

Le Salon Beige

02:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Addiction au botox ?

sans-titre.png botox.png

(Cliquez sur la photo)

02:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Sarkozy à Anne Roumanoff: "Vous avez des étoiles dans les yeux !"


Y a quelqu'un qui m'a dit… par Europe1fr

 Beurk!

02:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Viktor Orbán rassemble plusieurs centaines de milliers de partisans à Budapest

 

Hongrie. Selon Libération de vendredi, « près de » 250 000 « partisans de la droite populiste (en fait conservatrice, ndlr) au pouvoir » ont défilé jeudi à Budapest pour la fête nationale avant d’écouter un discours de Viktor Orbán prononcé place du Parlement. Évoquant devant une foule aux couleurs magyares (rouge, blanc et vert) des héros comme Sándor Petőfi, le poète inspirateur du nationalisme hongrois, le Premier ministre a insisté sur l’indépendance et la fierté de son pays. « Nous ne serons pas une colonie », a-t-il averti, des fois que Bruxelles écouterait aux portes… 2 000 partisans de la droite polonaise avait également fait le voyage, motivés par notre confrère conservateur Gazeta Polska. Un vieux proverbe ne dit-il pas « Hongrois et Polonais sont frères, ils se battent et boivent ensemble » ?

Côté opposants, rapporte Libé, 40 000 personnes se sont rassemblées séparément à l’appel d’un groupe né sur Facebook, un peu trop ambitieusement nommé « Un million pour la liberté de la presse »… Représentant le Parti socialiste européen et François Hollande, Harlem Désir a fait son intéressant et dénoncé un « gouvernement ultra-autoritaire » (mais qui laisse ses opposants manifester) ainsi qu’« une complicité coupable de la part du Parti populaire européen et de l’UMP qui continuent à soutenir Viktor Orbán » (qui ne font en fait rien d’autre que de respecter le choix du peuple hongrois aux dernières élections).

Nouvelles de France

01:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)