Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/02/2012

Les Grecs sous le choc - Vivre avec 586 euros par mois

La population grecque rejette le plan de rigueur massif adopté dimanche par les députés. Le malaise social risque désormais de déboucher sur une crise politique.

Marc Lomazzi avec Catherine Gasté-Peclers | Publié le 14.02.2012

Mesure phare du plan de rigueur : le salaire minimum devrait être abaissé à 586 € brut mensuels. Vivre en Grèce aujourd’hui relève du défi quotidien.

Mesure phare du plan de rigueur : le salaire minimum devrait être abaissé à 586 € brut mensuels. Vivre en Grèce aujourd’hui relève du défi quotidien.
| (EPA/MAXPPP/ALEXANDROS VLACHOS.) 

 

Vitrines brisées, façades d’immeubles noircies… Athènes s’est réveillé hier hébété, après la nuit de violence qui a fait des dizaines de blessés en marge de la monstre organisée dimanche contre le plan d’austérité voté dans la douleur par le . D’une sévérité sans précédent, ce nouveau tour de vis est considéré par les Grecs comme insupportable dans un pays surendetté, miné par le et la récession.

 

 

Le salaire minimum réduit de 22%. C’est peut-être la mesure la plus douloureuse : les députés ont accepté de baisser de 22% le salaire minimum, ramené à 586 € brut sur quatorze mois. Pour les moins de 25 ans, la baisse du smic sera même de 32%. Les hausses de salaires automatiques, liées notamment à l’ancienneté, sont supprimées. L’objectif est de restaurer la compétitivité de la Grèce en réduisant globalement le coût du travail de 15% en trois ans.

15 000 fonctionnaires « mis en réserve ». Dans un pays où un salarié sur cinq appartient à la fonction publique, les fonctionnaires sont parmi les plus durements touchés : baisse de 10% des salaires pour ceux bénéficiant de régimes spéciaux de retraite, mise en réserve de 15000 postes de fonctionnaires payés 60% de leur traitement.

Coupes budgétaires et privatisations. Réduction des remboursements de médicaments, 320 millions d’économies supplémentaires dans le budget 2012, accélération des privatisations… Le gouvernement Papademos a, pour la première fois, consenti à tailler dans les dépenses militaires.

Salué par Bruxelles et Berlin, ce remède de cheval n’est que l’une des conditions posées par la Troïka — Union européenne, FMI et BCE — pour débloquer une aide de 130 Mds€ cruciale pour éviter la faillite de la Grèce. Les créanciers du pays exigent aussi, d’ici à mercredi, l’engagement écrit de la coalition au pouvoir de soutenir l’austérité. Or, la majorité du Premier ministre Papademos est fragile et pourrait bien voler en éclats lors des élections législatives prévues en avril prochain.

 

Le Parisien  -14/02/12

21:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Israël: l'option d'une attaque contre l'Iran se précise - "Pour éviter une nouvelle Shoah"

Les Israéliens débattent surtout de la nécessité d'informer l'allié américain avant de frapper les sites nucléaires.

La guerre que se livrent en secret Israël et l'Iran a connu lundi un nouvel épisode. Benyamin Nétanyahou a accusé Téhéran d'avoir manigancé deux attentats visant des voitures des ambassades de l'État hébreu à New Delhi et en Géorgie, qui ont fait un blessé. «L'Iran, qui est derrière ces attaques, est le plus grand propagateur du terrorisme dans le monde», a lancé le premier ministre.

Ces déclarations illustrent l'extrême tension actuelle entre les deux pays. La probabilité de frappes militaires contre l'Iran n'est plus mise en doute par grand' monde en Israël. L'inconnue porte plutôt sur le calendrier, la grande question étant de savoir si l'État hébreu peut se permettre d'attaquer seul les installations nucléaires iraniennes, sans le feu vert au moins tacite de Barack Obama.

En attendant, les deux pays fourbissent leurs armes. Téhéran affirme que le Mossad, l'agence de renseignements israélienne, serait à l'origine de l'assassinat en deux ans, sur le territoire iranien, de cinq savants atomistes et d'un général responsable du programme de développement de missiles à longue portée. L'État hébreu est également montré du doigt pour une campagne de sabotage informatique, qui aurait permis de mettre hors service des centaines de centrifugeuses utilisées pour enrichir l'uranium. Selon des experts étrangers, le Mossad, en attaquant sur plusieurs fronts, aurait permis de retarder de plusieurs années le programme nucléaire iranien.

Éviter une «nouvelle Shoah»

Mais tous les responsables israéliens admettent qu'il ne s'agit que d'une tactique de «retardement». Autrement dit, malgré tous les «incidents» et des sanctions internationales de plus en plus dures, les Iraniens devraient produire leurs premières bombes atomiques d'ici à un an environ. Selon les médias, Benyamin Netanyahou et Ehoud Barak, son ministre de la Défense, estiment, dans ces conditions, qu'Israël doit attaquer pour éviter une «nouvelle Shoah».

Cette position ne fait pas l'unanimité. Pour lancer une attaque, le chef du gouvernement doit obtenir le soutien de la majorité des 14 membres du cabinet de sécurité, ce qui n'est pas acquis pour le moment. Autre condition: l'appui sans réserve du chef d'état-major, le général Benny Gantz. Or, dans ce cas aussi, il ne semble pas que le premier ministre soit totalement sûr de son fait. Seule certitude: le précédent patron de l'armée, le général Gaby Ashkenazi, était hostile à une offensive qu'Israël mènerait seul.

Les commentateurs sont également très partagés. Les «modérés» redoutent une crise avec le grand allié américain si l'État hébreu décide d'agir sans en informer au préalable Washington. De plus, les responsables militaires prévoient qu'en cas d'attaque contre l'Iran, Israël doive s'attendre à devenir la cible de milliers de roquettes et de missiles tirés à la fois par les islamistes palestiniens du Hamas, à partir de la bande de Gaza au sud, et par le Hezbollah libanais, voire la Syrie de Bachar el-Assad au nord.

Pour tenter de calmer le jeu et éviter de paniquer l'opinion publique, Benyamin Nétanyahou a ordonné la semaine dernière à ses ministres et aux généraux de faire silence dans les rangs à propos de l'Iran. Sa consigne a été respectée. Mais ce mutisme officiel ne rend les préparatifs guerriers que plus crédibles.

Le Figaro - 14/02/12

20:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Accusé par Netanyahu, l'Iran dément toute implication dans les attentats...

"L'Iran dément toute implication dans les attentats qui ont visé lundi les ambassades du régime israélien ( le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères)

Téhéran.Irna.13 Février 2012.

 

L'Iran a démenti toute implication dans les attentats qui ont visé lundi les ambassades du régime israélien en Inde et en Géorgie, rejetant les déclarations du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a accusé la République islamique d'être derrière les attaques.

"Nous rejetons catégoriquement les accusations du régime sioniste qui font partie d'une guerre de propagande", a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Ramin Mehmanparast.

20:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Béziers: l'inquiétante disparition d'une jeune femme

Adeline la pâtissière de Béziers./Photo DR
Adeline la pâtissière de Béziers./Photo DR
Adeline la pâtissière de Béziers./Photo DR

Depuis samedi matin, les proches et la famille d'Adeline, 25 ans naviguent sur un océan de peur et d'inquiétudes. Ils ne sont pas les seuls. Les représentants du parquet de Béziers redoutent eux-aussi un drame après avoir ouvert, très rapidement, une enquête pour disparition inquiétante.

La jeune femme n'a plus donné signe de vie depuis la soirée du vendredi. Une amie très proche dit avoir reçu des messages d'elle via les texto et Facebook jusqu'à 21h30. « Dans ces petits messages, il n'y avait rien d'alarmant. Rien d'inquiétant. Elle avait prévu de partir pour le week-end dans sa famille pour réfléchir à la situation personnelle. Elle voulait se séparer de son compagnon rencontré quelques mois plus tôt » explique la copine.

Adeline avait quitté la pâtisserie proche du Champ de Mars à Béziers à 13 heures le vendredi pour récupérer sa petite fille Hanaé, trois ans, dont elle avait la garde. Le samedi matin, c'est Mansour Larabi, son compagnon, qui a remis la petite à la nounou avant de disparaître à son tour sans laisser de trace. Ce légionnaire de 36 ans, originaire du quartier du faubourg de Béziers est passé chez sa sœur déposer ses affaires. Puis il est parti en expliquant qu'il souhaitait contracter un nouvel engagement avec la Légion étrangère.

Adeline ne s'est pas présentée à son travail à 6heures samedi matin. « Elle voulait se séparer de lui depuis déjà plusieurs semaines. Mais lui, qui s'était installé chez elle, ne voulait pas en entendre parler. En tout cas, elle n'aurait certainement jamais abandonné sa petite fille et quitté son appartement » poursuit la meilleure amie d'Adeline.

Au milieu de la nuit entre vendredi et samedi, une voisine du couple dit avoir entendu un cri puis plus rien. En fouillant l'appartement, les enquêteurs du SRPJ, chargé de cette enquête difficile ont découvert le téléphone portable d'Adeline, non pas abandonné, mais dissimulé. C'est donc dans ce climat d'angoisse que les parents et les proches de la jeune fille se lancent ce matin dans une grande campagne de diffusion de la photo de la jeune fille, pour retrouver sa trace. Ou ouvrir une piste. Les enquêteurs ont lancé un avis de recherche sur la voiture d'Adeline, une Opel Meriva de couleur gris foncé, également introuvable. Hier soir une très large diffusion à l'échelon national du signalement du légionnaire n'avait rien donné.

LA DEPECHE - 14.02.12

19:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Belgique - Laurent Louis (MLD) dénonce l'islamisation de Bruxelles et les zones de non droit où les policiers sont menacés de mort

Parlement belge - le 5 février 2012

19:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Gilbert Collard invité de "Mots croisés" sur France 2 face à l'UMPS

14/02/12

19:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

En Alsace, le maire de Fort Louis remet son parrainage à Marine Le Pen

 

En déplacement en Alsace dans le Bas-Rhin, Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle de 2012, a obtenu un parrainage de la part d’un Maire de la commune de Fort Louis de manière publique. M. Janus fait honneur à la République et plus précisément à la Démocratie en cette période où certains candidats s’efforcent tout bonnement de l’étouffer comme en Grèce !

18:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La comédienne Sophie Desmarets vient de mourir à l'âge de 89 ans

La comédienne Sophie Desmarets, qui avait été à l'affiche de nombreuses pièces de théâtre de boulevard, dont la célèbre "Fleur de cactus" de Barillet et Grédy, est morte lundi à son domicile parisien à l'âge de 89 ans.

 
Sophie Desmarets, ici en 1987, s'est éteinte lundi
Sophie Desmarets en 1987

Le théâtre français a perdu l'un de ses grands visages. La comédienne Sophie Desmarets s'est éteinte lundi à son domicile parisien à l'âge de 89 ans, a annoncé sa famille.

Même si elle avait tourné dans une cinquantaine de films parmi lesquels Rocambole (1947), Si Paris nous était conté (1955) ou, plus récemment, Fantôme avec chauffeur (1996), Sophie Desmarets avait toujours préféré le théâtre où elle s'était spécialisée dans des pièces de boulevard souvent signées du tandem Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy. Elle avait notamment triomphé en 1960 dans Adieu prudence puis, surtout, dans Fleur de cactus. La pièce a été donnée à Paris de 1964 à 1967 puis en province. Sophie Desmarets l'avait reprise vingt ans plus tard, en 1987. « C'était le personnage qui me collait le mieux à la peau », dira-telle.

Cliquez ici !

Sa jovialité, son regard malicieux et son nez retroussé ont conquis le public. Sophie Desmarets restera célèbre pour avoir été l'une des actrices les plus rieuses du théâtre français. « J'aime faire rire et rire moi-même. La gaîté est le plus précieux des biens de ce monde », affirmait la comédienne dans ses mémoires, publiées en 2002.

Premier prix de comédie au Conservatoire

Sophie Desmarets, de son vrai nom Jacqueline Desmarets, est née le 7 avril 1922 dans le XVIe arrondissement de Paris, d'une mère bretonne et d'un père lorrain, directeur du Vélodrome d'Hiver. Durant son enfance, elle fréquente les meilleures institutions. « J'ai fait de sages études au cours Maintenon, puis au collège de Neauphle (pour raisons de santé), enfin à Gstaadt, en Suisse. Une stabilité raisonnable qui m'a marquée pour toute mon existence ». Pourtant, cette grande sportive, amatrice de ski, de tennis et de natation, rate son bac.

Le théâtre l'attire. A l'occasion de la vente d'une maison par ses parents, elle rencontre Louis Jouvet. « Ça te plairait ce métier ma petite ? Alors essaie », lui aurait-il dit. Sophie Desmarets sortira du Conservatoire avec un premier prix de comédie. Elle débute pourtant sa carrière au cinéma, remarquée par Henri Decoin alors qu'elle donne la réplique à Rosine Luguet venue se présenter pour un rôle dans Premier rendez-vous (1941).

Deux fois mariée et mère de deux filles, la comédienne avait quitté les planches dans les années 1990, « lasse de jouer au théâtre » et aspirant « au repos et au bonheur de voir les jours s'écouler paisiblement."

14/02/12

18:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Marche en hommage aux morts de Dresde

Tandis que les USA, toujours flanqués de la Grande-Bretagne, se permettent de donner continuellement des leçons de morale au monde entier et n’hésitent toujours pas à pratiquer le terrorisme (comme en Serbie il y a peu), la résistance nationale d’outre-Rhin rend chaque année hommage aux morts de Dresde.

02:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Parrainages, la faute au FN ?

13 février 2012

Marine Le Pen était hier à Strasbourg pour une  grande réunion publique centrée sur le thème fondamental de l’immigration, domaine dans lequel l’escroquerie sarkozyste a atteint  également des sommets. La candidate de l’opposition nationale a présenté  à cette occasion une partie de son projet visant à « rendre la France aux Français. » Bien  sûr, militants, adhérents et sympathisants ont aussi beaucoup disserté de la grande inquiétude du moment,  à savoir les risques d’une absence de Marine de la compétition présidentielle, faute  des  500  parrainages nécessaires.  Une absence qui « serait un trouble »  a estimé à son tour  François Bayrou ce lundi matin. Au dernier pointage Marine disposait de « 380 promesses », a-t-elle déclaré  sur BFM-TV vendredi.

Dans  Les quatre vérités hebdo, Jean Rouxel  note qu’« un récent sondage a déjà envisagé (l’absence de Marine du premier tour) qui profiterait alors essentiellement à Nicolas Sarkozy, qui monterait de 8 points. » Il analyse aussi les difficultés qui sont celles du FN dans cette quête des signatures, soit les pressions politiques  exercées sur les élus acceptant  un parrainage démocratique, la «  double difficulté spécifique au Front National.  D’une part, ce parti est diabolisé dans des proportions absurdes. D’autre part, il n’a guère d’élus locaux. Ce qui le handicape  (…) en matière de collecte des parrainages. » M. Rouxel estime également que le départ du FN de «  certains cadres bien implantés » et  « notamment Carl Lang qui avait, dit-on, un véritable savoir-faire en matière de quête de signatures » a contribué à  compliquer la collecte des parrainages.

Le site Atlantico  à pour sa part demandé son avis sur cette question à Lorrain de Saint Affrique l’autoproclamé  spécialiste d’un  FN qu’il a connu de l’intérieur –dont il a été exclu il y a tout de même 18 ans !-  . Il  estime que l’afflux de dizaines de milliers de nouveaux adhérents « pas du tout expérimentés »  n’est pas forcément un avantage dans cette entreprise, ce qui est une évidence.

Abonné aux pronostics foireux, il prédit un effondrement du score attendu de Marine aux alentours de 10%  (au profit de François Bayrou !), sachant  que les Etats-majors de l’UMP et du PS   «feront tout pour que Marine obtienne ses signatures.»  Non pas  « pour des raisons démocratiques mais aussi pour leurs petits calculs. Finalement, il vaut mieux l’avoir dedans que dehors. Dedans on peut la battre et la ridiculiser ; dehors ça resterait un mythe, réceptacle éventuel de toutes les frustrations de notre société d’aujourd’hui. »

Si nous  laissons  Lorrain de Saint-Affrique étaler son aigreur, Le Parisien a aussi donné la parole à des  cadres  frontistes qui reviennent en partie  sur les problèmes structurels du FN  pointés dans  le programme défendu par Bruno Gollnisch lors de la campagne interne. « Le problème des signatures révèle tout notre paradoxe: nous sommes une force électorale puissante, mais l’appareil n’est pas à la hauteur et l’absence de proportionnelle nous empêche d’avoir des élus, déclare à l’AFP un cadre national, sous couvert d’anonymat. »

D’autres cadres,  toujours sous le sceau de l’anonymat,  expliquent dans Le  Parisien que la mobilisation pour cette recherche a été trop tardive. Pourtant, Louis Aliot, le vice-président du FN a eu beau jeu d’expliquer à l’Afp que « les premières notes de mobilisation sont parties au mois de mai 2011 et le premier courrier aux maires en juillet.  « Les  cadres ont reçu les instructions nécessaires. Mais ils travaillent, ils ont leur vie, et ils pensent que ça se fera, d’une manière ou d’une autre. Or, on s’aperçoit que les parrainages, il faut aller les chercher, il faut une démarche… ». Bruno Subtil, très chevronné Secrétaire départemental de l’Aube et président du groupe FN de Champagne-Ardenne   note encore :  « Il est arrivé que des maires nous disent ‘vous passez après les autres’ mais ce sont peut-être les mêmes qui nous auraient dit il y a un an ‘vous passez trop tôt’ » !

 « Le Front, c’est un tigre de papier »  a déclaré pour sa part Edouard Ferrand, Secrétaire départemental de l’Yonne, conseiller régional FN  de Bourgogne au Parisien. « Il estime que certains élus frontistes ont parfois tendance à pantoufler et à faire faire le sale boulot par les militants, lesquels sont d’ailleurs plus efficaces. » « Je pensais que la dédiabolisation allait nous permettre d’avoir les signatures les doigts dans le nez. Or, c’est encore plus difficile. Marine (Le Pen) est beaucoup plus crédible que son père, donc plus dangereuse, note cet élu. »

Reste que comme relève David Doucet dans Les Inrocks, Jean-Marie Le Pen avait prévenu que cette collecte des signatures pour Marine serait tout  sauf un parcours de santé.  Le  FN est bien évidement un outil politique perfectible,  mais il  ne faut pas perdre de vue   que si  le  Système  protège mal notre pays, il  se défend bien avec toutes les armes dont il dispose contre  l’opposition nationale.

 Enfin, le très intéressant article  paru dans le quotidien La Montagne dnnant la parole aux élus d’Auvergne et du Limousin qui avaient signé pour Jean-Marie Le Pen   expose parfaitement pourquoi  «ces maires qui ont parrainé le FN » « ne le referont plus »… «du moins tant que l’anonymat ne sera pas de mise ». Et force est de constater à la lecture de ces exemples qu’à l’évidence le FN  est confronté à  une  grève massive des signatures. Il appartient donc au Conseil constitutionnel saisi par Marine sur cette question de trancher ce nœud gordien.  Et aux militants et cadres frontistes de poursuivre leurs démarches puisque le FN ne doit  avant tout comme à chaque fois  compter que sur ses propres forces.

Blog de Bruno Gollnisch

01:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Maldives: les islamistes saccagent le musée national et brisent des statues bouddhistes

untitled.bmp bouddha.jpg

(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Des statues bouddhistes ont été renversées par une foule de manifestants au musée national des Maldives, a annoncé mercredi la police, un acte de vandalisme attribué par l'ancien président, Mohamed Nasheed, à des islamistes radicaux.

 Dans cet archipel de l'océan Indien peuplé de musulmans sunnites où l'islam  est la religion officielle, toute autre religion pratiquée ouvertement est  interdite. "Une foule est entrée hier (mardi) dans le musée. Elle a renversé de  nombreuses statues, dont plusieurs statues de Bouddha", a déclaré à l'AFP un  porte-parole de la police, Ahmed Shiyam. Dans un entretien à l'AFP mercredi, l'ancien président a affirmé qu'une  foule d'habitants, dont des radicaux islamistes, s'en était pris au musée parce  qu'ils croyaient que certaines des statues à l'intérieur étaient "idolâtres".

 L'islam est la religion officielle aux Maldives, un archipel de l'océan  indien surtout connu pour être une destination touristique de luxe. L'ancien vice-président des Maldives, Mohamed Waheed, a été investi mardi  nouveau chef de l'Etat après la démission de Mohamed Nasheed, dans la foulée  d'une mutinerie de policiers et de semaines de manifestations d'opposants dans  la capitale de l'archipel, peuplé de 330.000 musulmans sunnites.

TF1 News - 13/02/12

 

01:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

13/02/2012

Sarkozy se congratule sur son bilan sécurité

untitled.bmp sarkozy Issy.jpg

(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Ce n'est pas cinq, mais dix années de politique de sécurité dont Nicolas Sarkozy s'est félicité, lundi, devant un parterre de gendarmes venus assister à l'inauguration des nouveaux bâtiments de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), à Issy-les-Moulineaux. Retrouvant le temps d'un discours - et en l'absence de son ministre de l'Intérieur Claude Guéant, toujours en Martinique - les habits de "premier flic de France" qui ont tant servi sa carrière politique, le chef de l'État,qui s'est amusé du suspense savamment entretenu par ses équipes sur son annonce de candidature, n'a pas hésité à faire explicitement référence à son passage place Beauvau : "Dix ans après l'annonce que j'avais faite de réunir les forces de sécurité de notre pays au sein d'un même ministère, celui de l'Intérieur, que je dirigeais à l'époque, nous sommes réunis pour inaugurer la direction générale unifiée que la gendarmerie attendait depuis plus de 50 ans", a-t-il commencé.

La cause des victimes

Très à l'aise au pupitre, s'offrant de longues minutes d'improvisation, Nicolas Sarkozy a alterné hommages appuyés au travail de la police et de la gendarmerie ("Il faut faire confiance aux gendarmes !" a-t-il notamment répété), mise en valeur de son propre bilan et piques implicites au projet de François Hollande. "Les réformes fondamentales menées depuis 10 ans n'avaient qu'un seul but : améliorer la sécurité de nos compatriotes. (...) Je voudrais vous remercier pour votre activité, vos résultats", a-t-il lancé à l'état-major de la gendarmerie. "En dix ans, grâce à votre travail, policiers et gendarmes, le nombre de personnes mises en cause a progressé de 30 %. Le taux d'élucidation, en 2002, était de 26 %. En 2011, il est de 40 %, dans le même pays, avec les mêmes effectifs, il y a quand même des choses qui ont dû changer !" s'est-il encore congratulé. Nicolas Sarkozy a encore insisté sur le bilan du gouvernement en matière de "crimes sexuels" : "Je le dis pour que les victimes l'entendent. On retrouve aujourd'hui un criminel sur deux, grâce aux réformes que nous avons engagées", a-t-il martelé, cherchant le public du regard.

Le chef de l'État, qui s'efforce de réorienter la campagne présidentielle sur le thème des "valeurs", à quelques jours (heures ?) de l'officialisation de sa candidature, a aussi longuement insisté sur la question du fichier national d'empreintes génétiques, créé en 1998, mais élargi en 2003 aux auteurs de simples délits, au prix d'une vive polémique. "Souvenez-vous, a-t-il lancé. J'avais été accusé de vouloir faire un État policier ! Et en plus un fichier d'empreintes génétiques, le mot prononcé... Demandez aujourd'hui aux victimes ce qu'elles en pensent ! Si ce fichier avait existé à l'époque du serial killer Guy Georges..." Rendant hommage à Jacques Chirac - sans prononcer son nom -, le chef de l'État s'est également longuement félicité du bilan de la majorité en matière de "délinquance routière" : "Pensez qu'en 10 ans le nombre d'accidents en France a baissé de 40 % et le nombre de tués a baissé de 50 %. Ce sont 32 000 vies qui ont épargnées." Là encore, Nicolas Sarkozy n'a pas hésité à illustrer son propos en jouant la carte "victimes" : "Ce sont 4 000 familles à qui l'on n'est pas venu dire en 2011 que leur fils ou leur fille est mort contre un platane sur une route."

"Une fois la réforme adoptée, plus personne n'en parle !"

Le presque candidat a enfin profité de ce discours pour exposer sa vision d'une bonne gouvernance, attaquant indirectement son futur rival, François Hollande : "Quand on dirige un pays comme la France, il faut fixer un horizon, fixer une ligne, parce qu'on la croit juste. Il faut savoir dire non. Je le dis à tous ceux qui pensent que gouverner, ce n'est pas choisir, que gouverner, c'est dire oui", a-t-il expliqué. À l'adresse de ses opposants, le chef de l'État est également revenu quelques instants sur les "polémiques" suscitées à l'époque par le rapprochement décidé entre la police et gendarmerie : "C'est toujours ainsi en France ! On débat avant la réforme ; une fois la réforme adoptée, plus personne n'en parle."

Le ton était moins moqueur, mais la petite phrase n'est pas sans rappeler celle qu'avait prononcée Sarkozy après la réforme du service minimum - "Désormais, quand il y a une grève en France, plus personne ne s'en aperçoit" - ou encore le discours tenu par la majorité sur la réforme des retraites, aujourd'hui approuvée par une majorité de Français, alors qu'elle avait suscité un important mouvement de protestations fin 2010. D'aucuns, dans la majorité, espèrent d'ailleurs que la TVA sociale, qui doit être discutée cette semaine à l'Assemblée, connaîtra, à force de "pédagogie", le même destin...

Le Point - 13/02/12

23:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

A Lavaur, les enfants "réquisitionnés" pour acclamer Sarkozy ! Honteux!

23:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Rungis: un couple poignardé à mort par un jeune du voisinage

C'est au d'une violente dispute entre voisins, qui aurait commencé dans la maison des victimes pour se terminer dans la rue, qu'un jeune homme, âgé de 28 ans, a poignardé un couple en pleine rue, lundi à Rungis. Selon nos informations, les deux victimes sont mortes à quelques minutes d'intervalle.

Les faits se sont déroulés dans une petite impasse longue d'à peine une centaine de mètres.

Vidéo:

Bordée de pavillons avec des petites courettes, la rue de ce petit quartier calme a été bouclée plusieurs heures par la police. . Dans le jardinet du couple, un gros pot de fleurs a été renversé, signe a priori d'une lutte entre l'agresseur et la femme qui aurait reçu le coup fatal dans la rue. L'homme, âgé de 54 ans, aurait été touché de trois ou quatre coups de couteau dans le coeur et sa femme de 43 ans de plusieurs coups dans le dos.

Le suspect a été interpellé, précise une source judiciaire, ajoutant que les circonstances et les motifs de l'agression restent à éclaircir. Il habiterait à deux rues de là. Selon nos informations, l'auteur présumé des faits se serait présenté, en fin de matinée, au bureau de la police municipale pour signaler qu'il avait des problèmes avec un couple, avant de repartir.
Les policiers municipaux auraient effectué une patrouille dans le quartier et auraient découvert le drame.

Dans le quartier, c'est la sidération. «J'habite ici depuis vingt-huit ans et il ne s'est jamais rien passé», confie une voisine dont le fils avait été à l'école avec l'auteur des faits. «Tout le monde se connaît ici».

Le Parisien - 13/02/12

23:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La reculade sans surprise de Boutin: elle se rallie à Sarkozy...

Christine Boutin  (PCD) a annoncé ce soir sur TF1 qu'elle retirait sa candidature à l'élection présidentielle et se rallie à . «J'ai décidé avec mon Parti chrétien-démocrate de faire une alliance avec le de la République, candidat sans doute cette semaine. Je veux être avec lui pour faire gagner la France», a-t-elle déclaré.

 LeParisien.fr - 13/02/12

21:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Discours de Marine Le Pen: " Pour une République rigoureuse et exemplaire "

 

Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle, tenait aujourd’hui lundi 13 février un point presse devant le Conseil économique, social et environnemental sur le thème : « Pour une République rigoureuse et exemplaire ! ».

Vous voudrez bien trouver ci-dessous le texte de son intervention.

Le discours de Marine Le Pen :

« Pour une République rigoureuse et exemplaire », c’est le sens du message que je porte aujourd’hui devant vous.

Comme moi, vous avez pu constater en effet la montée d’un sentiment d’injustice parmi les Français, qui considèrent, à juste titre il faut le dire, qu’on demande sans cesse des efforts aux mêmes alors que les autres, tout en haut, les puissants, sont épargnés.

Pire, tout en haut, on continue de bien vivre, de vivre de mieux en mieux, de profiter d’un système qui reste doux avec ceux qui le dirigent, mais qui se montre de plus en plus impitoyable avec les plus misérables, avec les classes moyennes, avec les jeunes comme les retraités.

Il est donc temps que des décisions soient prises pour montrer que chacun, y compris et surtout au plus haut niveau, participe à l’effort national.

Il est temps de prendre des mesures fortes pour combler le fossé entre des élites épargnées et un peuple affligé.
Il est temps que les grands notables de la République et les institutions participent à l’effort. Bref, que la République redevienne ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être : rigoureuse, et exemplaire. Lire la suite de cet article »

20:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Euromondialisme: la Grèce à feu et à sang !

 

La Grèce a choisi dimanche 12 février d’accepter l’austérité imposée par ses créanciers afin de pouvoir échapper à la faillite et rester dans la zone euro, après un vote du Parlement en faveur d’un programme de rigueur draconien violemment contesté lors de spectaculaires manifestations. 100.000 Grecs manifestent contre les plans d’austérité inhumains réclamés par l’Union européenne, le FMI, la BCE, la Troïka … Bienvenue dans la dictature de l’Euroland !

 

20:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La destruction de Dresde

untitled.bmp Dresde laffont.jpg

1963

20:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

La destruction de Dresde : un holocauste (13 au 15 février 1945)

untitled.bmp la destruction de Dresde.jpg

untitled.bmp cadavres à Dresde.jpg

(Cliquez sur les photos)

Par Richard Odorfer

Il existe des milliers de films, de livres et de mémoriaux consacrés aux
victimes de l'Allemagne nazie, mais, pour ce qui concerne la quantité énorme
de crimes de guerre commis pendant et après la Deuxième Guerre mondiale par
les vainqueurs contre des Allemands innocents, les grands médias en font des
sujets officieusement tabous. 

   En 1945 Dresde était une ville splendide de 650.000 habitants. Le 13
février de cette année-là, la ville était envahie par près de 750.000
réfugiés qui avaient fui devant l'invasion de l'armée soviétique et
campaient dans les parcs, sur les trottoirs, dans les rues. Chacun se
sentait en sécurité puisque Dresde n'était pas une cible militaire, c'était
une ville hôpital qui pouvait se vanter de posséder 25 grandes installations
médicales. La ville ne fabriquait pas de matériel de guerre, et par
conséquent était laissée sans défense.

   A 22h 15, 800 bombardiers britanniques, avions d'escorte et de diversion
convergeaient sur Dresde et larguaient des bombes incendiaires qui mettaient
le feu à la ville d'une extrémité à l'autre. Une fois le ciel dégagé des
avions ennemis, ceux qui avaient survécu dans des abris ressortaient dans
les rues pour aider les blessés et enlever les morts. Des unités de service
de secours de la région environnante se précipitaient dans la ville détruite
pour apporter leur aide.
   Les Anglais faisaient alors croire aux Allemands que le raid était
terminé pour la nuit, mais ils envoyèrent une deuxième vague de bombardiers
pour "faire coup double" en revenant piéger les secouristes dans les rues en
feu.


   Ce deuxième raid allait tuer des milliers de personnes qui se trouvaient
en plein air, et eut aussi pour effet de produire la tempête de feu
planifiée par les Anglais, provoquant dans la vieille ville des températures
atteignant le niveau incroyable de 3.000 degrés Fahrenheit [1600°C].


   Ce crime contre l'humanité était tel que les victimes étaient aspirées
dans un mur de flammes par un vent si puissant qu'il en avait renversé des
wagons. Les sauveteurs découvriront dans les caves, à plusieurs pieds de
profondeur, de la chair humaine fondue et des os.
   En tous les cas, de toutes les horreurs que peut produire une tempête de
feu dans une ville surpeuplée, la plus déchirante est quand des milliers
d'enfants ont perdu leurs parents dans la panique et, essayant de fuir les
incendies, se sont retrouvés les pieds englués dans le goudron et l'asphalte
en fusion. "Ils empoignaient leurs membres torturés puisque leurs toutes
petites jambes brûlées ne les tenaient plus debout ... puis ils
s'effondraient jusqu'à ce que la mort vienne les libérer de leur misère
physique."


   Le massacre continuait le lendemain matin, avec une troisième attaque de
400 avions américains qui larguaient des bombes sur la ville déjà détruite,
et des avions de combat, volant à basse altitude, mitraillaient le personnel
médical et leurs patients étendus sur des couvertures le long de l'Elbe.
   Mais ce n'était pas tout.

Dresde était bombardée encore trois fois, par
un total de 1.172 avions: le 15 février, le 3 mars et le 17 avril 1945.
   Le nombre des tués de Dresde oscille entre 250.000 et 400.000. Ce fut le
pire massacre de l'homme.


   Le sinistre 13 février devrait être retenu comme un jour de deuil et de
souvenir.

 

20:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

Les médias en servitude: quant Polémia met la médiaklatura en examen

Polémia poursuit son travail d’analyse du phénomène médiatique. Après La tyrannie médiatique, le Dictionnaire de novlangue et le Dictionnaire de la réinformation, voici Les médias en servitude. Il s’agit d’une étude serrée de la médiaklatura, cette centaine d’hommes et de femmes qui donnent le la à l’opinion, cette sainte alliance du trotskysme de salles de rédaction et du capitalisme financier. Voici l’avant-propos de cet ouvrage.
Polémia.

Les médias en servitude : quand Polémia met la médiaklatura en examen

En principe la France est une démocratie.

Le suffrage y est libre. Le suffrage, sans doute, mais en est-il de même de l’information des électeurs ?

Assurément non ! Les médias asservissent et ils sont eux-mêmes asservis aux grandes puissances financières.

Derrière une façade de diversité, les grands médias scénarisent l’actualité selon la même grille de lecture, celle de l’idéologie unique qu’ils partagent : laisser-fairisme et libre-échangisme économique, cosmopolitisme et sans-frontiérisme, rupture de la tradition et révolution des mœurs. C’est la sainte alliance du trotskysme de salles de rédaction et du capitalisme financier. L’union des milliardaires et de la médiaklatura.

Le propos peut paraître polémique. Mais les faits accumulés dans cette étude, réalisée avec la collaboration de Claude Lorne, montrent, hélas, comment un tout petit nombre d’hommes a accaparé le contrôle des grands médias français.

Voici quels sont les acteurs majeurs de cette prise de pouvoir sur les esprits :

  • – les banques : cinq d’entre elles siègent au conseil d’administration de Bouygues, propriétaire de TF1 ; Rothschild contrôle Libération ; Lazard siège au Monde ; et le Crédit Agricole et le Crédit Mutuel se partagent la Presse quotidienne régionale (la PQR) à l’est d’une ligne Amiens/Marseille ;
  • l’industrie du luxe et les grandes fortunes : Bernard Arnault, Serge Dassault, François Pinault, Martin Bouygues, Vincent Bolloré, Arnaud Lagardère, Claude Bébéar sont omniprésents;
  • – les grandes agences de communication et de publicité : Euro RSCG de Stéphane Fouks et Publicis de Maurice Lévy sont au cœur des stratégies d’influence adossées à de puissants budgets ;
  • les paladins de « l’antiracisme » : Louis Schweitzer (la Halde), Pierre Bergé (SOS-Racisme), Bernard-Henri Lévy donnent le ton ;
  • – les grands éditocrates : Erik Israelewicz, Laurent Joffrin, Nicolas Demorand, Denis Olivennes ont un rôle clé, celui d’assurer la cohérence entre les bailleurs de fonds et les soutiers de l’information.

En tout une centaine d’hommes dirige la machinerie qui règne sur les esprits. Il n’y a pas de chef d’orchestre clandestin. Mais tous ou presque participent au lieu de pouvoir le plus sélect de la classe dirigeante française : le Club Le Siècle. Cette classe dirigeante française n’a plus aujourd’hui ni vision nationale ni conscience européenne et n’est plus que la section française de la Superclasse mondiale (SCM).

Notre société est de plus en plus exigeante en matière de transparence. Cette transparence doit aussi s’appliquer aux médias : leurs auditeurs et leurs lecteurs, qui sont aussi des électeurs, doivent savoir d’où ils parlent pour connaître les arrière-plans financiers, commerciaux, idéologiques ou communautaires qui structurent leurs prises de position et qui expliquent la disparition de tout véritable esprit critique.

Ecartant toute polémique inutile, Polémia se borne à rassembler des faits. Des faits qui éclairent d’une lumière vive la médiaklatura.

Voici un ouvrage à lire en se rendant sur le PDF (cliquer ici). En raison de l’immense documentation, réunie par Claude Lorne, qui a permis d’en faire une véritable banque de données, Les médias en servitude peut être commandé (15 € franco de port) à : Polémia, 60 ter rue Jean-Jacques Rousseau, 92500 Rueil-Malmaison

Source : Polémia.

Image : 1re de couverture

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

19:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)