Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1183

  • In Memoriam: François Brigneau est mort

     

    11/04/12 – 07h00
    PARIS (NOVOpress)
    – François Brigneau, de son vrai nom Emmanuel Allot, est décédé le 9 avril 2012. Il laisse derrière lui, sous divers pseudonymes tels que Julien Guernec ou Mathilde Cruz, une œuvre de journaliste, écrivain et critique d’une impressionnante acuité et d’une très grande diversité, du démontage des programmes télévisés à la chronique sportive en passant par le grand reportage et l’analyse politique.

    In Memoriam : François Brigneau est mortIssu d’une famille « de gauche », François Brigneau fut également un infatigable militant de la cause nationale, notamment dans les colonnes des hebdomadaires Rivarol, Minute, National Hebdo, du quotidien Présent, ou du décadaire Le Libre Journal de la France Courtoise.

    Il n’était pas nécessaire d’adhérer ou même de saisir tous ses engagements idéologiques pour reconnaître en François Brigneau un remarquable talent de plume et un art de pamphlétaire sans équivalent dans la morne presse contemporaine.

    Tonitruant, d’une ironie mordante et d’une intelligence acérée, parfois excessif, François Brigneau était avant tout un homme debout, d’une fidélité et d’une droiture sans faille. Force est de constater qu’il n’en reste que fort peu de cette trempe. Novopress lui rend hommage.

    Crédit photo : portrait au crayon de François Brigneau par Le Brieuc, 1987

    [cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

     

  • François Brigneau est décédé

    François Brigneau

    « François Brigneau, de son vrai nom Emmanuel Allot, est né le 30 avril 1919 à Concarneau. Il est décédé dimanche près de Paris.
    C’est sous les pseudonymes de Julien Guernec et surtout François Brigneau qu’il participa, toute sa vie durant, au combat nationaliste. Né dans une famille plutôt de gauche et anticléricale, la rumeur disait qu’il fut baptisé clandestinement contre la volonté de son père. Il n’hésita pas, en juin 1944 à s’engager pour défendre l’Etat français.

    Emprisonné pour son engagement politique, il se retrouva fin 1944 à la prison de Fresnes où il rencontra Robert Brasillach. Il restera toujours fidèle à la mémoire de celui-ci. Il publiera plus tard un livre, Notre après-guerre, dans lequel il racontera cette période que beaucoup préféraient oublier.

    Dans les années 50, François Brigneau deviendra journaliste. Il sera d’abord grand reporter dans la grande presse parisienne avant de devenir le polémiste redoutable de la presse nationaliste. Il travaillera ainsi, au cours des années 60, 70 et 80 successivement à Rivarol, à Minute, à Présent puis à National hebdo, journaux dans lesquels ses articles étaient souvent les plus cités. Son engagement lui valu de nombreux procès retentissants en raison des lois Pleven et Gayssot, notamment pour avoir comparé, dans National hebdo, Anne Sinclair, actuelle épouse de Dominique Strauss-Kahn, à une « pulpeuse charcutière casher » en 1988, alors que celle-ci avait copieusement insulté la mémoire de Jean-Pierre Stirbois, quelques jours seulement après la disparition tragique de celui-ci.

    François Brigneau s’engagea aussi dans le combat politique. Il fut l’un des principaux responsables d’Ordre nouveau au début des années 70, puis du Parti des Forces nouvelles.

    A partir de 1992 il publia une série de cahiers (Mes derniers cahiers) puis, petit à petit, il se retira discrètement de l’avant-scène politique et journalistique.

    L¹inhumation aura lieu le vendredi 13 avril à 14h 15 au cimetière de Saint-Cloud. L’équipe de Bocage partage la peine de sa famille et de ses amis.

    Roland Hélie »

    Source Synthèse nationale

    Quelques écrits de F. Brigneau sont disponibles ici.

    Contre-info.com - 11/04/12

  • Il n'y a pas de mosquée à Venise...

     

    !cid_EB5E80EA0ECB4FFFA6CCA1AAA2E5A2F7@peres05d6b13ad.jpg venise.jpg

    Françaisdefrance's blog

  • Aix-en-Provence: il frappe une vieille dame qui l'avait grondé dans la rue

    "Intolérant à la frustration". Bendaoud Benzakour pourra difficilement soutenir le contraire, devant la présidente Marie-Pierre Fournier, lorsque celle-ci va relater les faits tels qu'ils ont été décrits, devant les enquêteurs du commissariat d'Aix, par la victime.

    Le 8 mars dernier, sur le cours Mirabeau à Aix, Bendaoud ne parvient pas à prendre son bus. "Peut-être qu'il m'a pas pris, le chauffeur, parce que j'avais une canette de bière à la main..." De rage, il lance l'objet sur un platane près de l'abribus, et le contenu va venir éclabousser Suzanne. "Enfin, cela ne se fait pas !" : la dame âgée de 82 ans, choquée par ce comportement, vient de se permettre d'adresser une remarque à Bendaoud. Qui voit rouge.

     

    Selon la victime, il lui aurait donné un coup de pied à la poitrine, la faisant lourdement chuter au sol. Le prévenu, détenu à la prison de Luynes depuis les faits, voit les choses autrement. C'est en tout cas ce qu'il va expliquer à la présidente : "Elles m'ont barré le passage, la dame et deux autres femmes. En voulant partir, je l'ai bousculée accidentellement avec mon sac de sport. Et puis, qu'est-ce qu'elle faisait, à l'arrêt de bus ?" Et surtout : "Elle est tombée vraiment tout doucement par terre".

     

    Bendaoud repart en marchant, pour rentrer chez lui, mais il est désigné par des témoins à une patrouille de police : "Je me suis pas enfui, je me suis dirigé vers eux pour leur expliquer", dit-il. Suzanne, elle, est en pleurs. "Et depuis, dira son avocate Me Baptiste, elle ne sort plus de chez elle tellement elle a peur de le croiser à nouveau..." Un médecin a conclu à cinq jours d'ITT, après la chute de Suzanne. Ce qui fait réagir le prévenu : "Ouais, mais les médecins, vous allez les voir et hop, ils vont font un papier avec huit jours d'ITT tout de suite". Bendaoud, surtout, ajoute : "En fait, dès que je bois, j'ai un problème". La juge opine : "Oui, c'est peut-être ça, le problème..."

     

    Poursuivi pour violences en récidive légale, Bendaoud voudrait bien sortir de prison et rentrer chez lui, "au moins pour aller récupérer mes dents". Et puis, dit-il, "je suis pas violent, je ferais même pas de mal à un moustique". Reste que Suzanne présente aujourd'hui des blessures réelles, indique encore son avocate : "Des douleurs et des hématomes à l'aine et aux côtes. Avant, cette dame de 82 ans, particulièrement dynamique, sortait tous les jours. Depuis ce jour-là, elle reste chez elle". Dans son box, Bendaoud soupire. D'autant plus lorsque c'est le procureur Pozzo qui enchaîne : "Il soutient qu'i l'a bousculée par inadvertance, avec son sac, mais les faits sont têtus ! Et la victime, très précise : il jette une canette contre le platane dans sa direction. Cela l'éclabousse et elle fait une remarque."

     

    "Je ne suis pas violent, je ne ferai pas de mal à un moustique"

     

    Le procureur souligne que l'homme avait pleinement conscience de la vulnérabilité de la victime : "Il dit bien qu'il a bousculé la plus vieille des dames". Tenant compte des douze condamnations qui figurent déjà sur le casier du prévenu, avant tout pour des faits de violence, elle requiert deux ans d'emprisonnement.

     

    En défense, Me Foulon veut faire la distinction : "On ne parle pas de témoignages au sens précis du terme, mais de clameur publique ! Et ce n'est pas parce qu'il raconte n'importe quoi, qu'il est coupable". Il poursuit : "Peut-être que le témoignage d'une personne âgée n'est pas aussi objectif que ce qu'on croit... Cinq jours d'ITT pour un coup de pied au thorax sur une dame de 82 ans, je n'y crois pas..."

     

    Bendaoud Benzakour sera reconnu coupable et condamné à deux ans de prison dont un an avec sursis et mise à l'épreuve durant deux ans : il a obligation de suivre des soins.

     

    La Provence - 10/04/12

  • Goldman Sachs finance la prostitution des mineures

     

     

     

     

    Goldman Sachs, la plus pourrie des banques. Au menu du jour, le trafic des prostituées mineures. L’info ne vient pas d’un site alter, allumé à l’anti-US primaire, mais du New York Times de ce samedi, et sous la signature d’un journaliste de renom, Nicholas D. Kristof.

    Kristof écrit : « La plus grande plateforme du trafic sexuel de jeunes filles mineures aux Etats-Unis semble être un site Internet appelé Backpage.com ». Ce site gère les annonces pour les escort girl. Mais écrit Kristof, Backpage joue un rôle majeur dans la prostitution des mineurs. Le journaliste fait état de nombreuses démarches de la justice et de parlementaires, et il évoque notamment une affaire judiciaire en cours à New York concernant une jeune fille de 15 ans « droguée, ligotée, violée et vendue à travers Backpage »

    Ce véritable magasin de femmes et de fille est la propriété de la société Village Voice Media, et comme pour nombre de sociétés US, il est difficile d’en connaitre les propriétaires. C’est sur cette question que Kristof a enquêté… et a trouvé : « Nous avons résolu le mystère. Il apparaît que les vrais propriétaires incluent des sociétés financières, parmi lesquelles figure Goldman Sachs dans une proportion de 16% ».

    Kristof raconte que, lorsque la banque a appris qu’il enquêtait sur le sujet, elle s’est activée pour vendre ses actions, et elle l’a appelé vendredi après midi pour lui dire qu’elle venait de signer la fin de sa participation à la direction du site.

    Andrea Raphael, porte-parole de Goldman Sachs, plaide comme un voyou de seconde zone : « Nous n’avons eu aucune influence sur la conduite de cette compagnie ». Donc, en gros, « on est planté jusque là, mais nous ne sommes que de misérables financiers, sans pouvoir de décision ». Mais Kristof précise que Scott L. Lebovitz, l’un des managing directors de Goldman, a siégé pendant quatre ans au conseil d’administration de Village Voice Media, jusqu’en 2010. Un repentir ? Tu parles ! A cette époque, la situation leur est apparue intenable… car après des enquêtes judiciaires, le Congrès avait lancé les premières enquêtes sur cette société. Scott L. Lebovitz s’est cassé, mais le fric est resté !

    Village Voice Médias annonce être vigilant pour écarter les annonces des trafiquants, mais c’est une juste une plaisanterie. L’État de Washington vient d’adopter une loi prévoyant des sanctions pénales qui seraient applicables si Backpage publie des annonces sans vérifier l’âge des femmes, loi qui s’annonce d’application délicate du fait de la protection de la vie privée.

    Kristof conclut : « Ainsi, depuis plus de six ans Goldman détient une participation importante dans une société connue pour ses liens avec le trafic sexuel, et a siégé parmi les dirigeants de l’entreprise pendant quatre ans. Il n’y a aucun indice pour dire que Goldman a utilisé sa participation au capital pour pousser Village Voice à abandonner annonces d’escort girl ou à vérifier l’âge des jeunes femmes ».

    Comme je suis moins modéré que Nicholas D. Kristof, je conclurai en disant que les dirigeants de cette banque sont des fumiers.

    Egalité & Réconciliation

  • Grèce: policiers à louer

    10/04/2012

       
    Les autorités de Grèce ont inventé un moyen de compléter le budget: dorénavant n'importe qui peut louer une voiture de police et même des gardiens de l'ordre.  Le prix de location est de 40 dollars/heure. Les policiers peuvent être loués pour assurer la sécurité pendant des initiatives différentes, ainsi que pour participer au tournage d'un film. Un porte-parole de la police grecque a expliqué qu'auparavant des services similaires avaient été octroyés gratuitement, mais dans des cas exceptionnels.
     
    IRIB

     
     

     

     

  • Le Gouvernement britannique estime qu'à la différence des musulmans les chrétiens n'ont pas le droit de porter de signe religieux sur leur lieu de travail

     

    Le Gouvernement britannique estime qu’à la différence des musulmans les chrétiens n’ont pas le droit de porter de signes religieux sur le lieu de travail
     
     
     

    10/04/2012 – 12h00
    LONDRES (NOVOpress Breizh) – Les chrétiens n’ont pas le droit de porter ostensiblement une croix ou un crucifix sur leur lieu de travail. Telle est la position que le gouvernement britannique entend défendre dans un litige porté par deux femmes devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

    Selon le Sunday Telegraph, qui a révélé cette affaire, le Gouvernement conservateur de David Cameron estime que le fait de porter une croix sur son lieu de travail n’étant pas une « exigence » posée par la foi chrétienne, les employeurs peuvent interdire le port de la croix et licencier les salariés qui persistent à le faire. Cette position a fait l’objet de critiques de la part de nombreuses personnalités. Lord Carey, l’ancien archevêque de Canterbury, a accusé le 10 Downing street de vouloir dicter aux chrétiens leur conduite et a affirmé que c’était là un nouvel exemple de marginalisation du christianisme dans la vie officielle.

    Nadia Eweida, une chrétienne copte salariée de British Airways, avait été suspendue en 2006 pour avoir refusé d’enlever la croix qui, selon ses employeurs, ne correspondait pas à l’uniforme réglementaire de la compagnie. Mme Chaplin, une femme originaire d’Exeter, s’est vu dénier quant à elle le droit de travailler en qualité d’infirmière dans un établissement hospitalier par Royal Devon and Exeter NHS Trust après avoir refusé de cacher la croix qu’elle portait au bout d’une chaînette. Cette décision a eu pour effet de mettre fin à sa carrière longue de 31 ans.

    Ayant été déboutées devant les tribunaux du Royaume-Uni, les deux femmes ont porté le litige devant la Cour de Strasbourg en se fondant sur les dispositions de l’article 9 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme, selon lesquelles : « Tout un chacun jouit de la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit inclut la liberté de changer sa religion ou sa croyance, et la liberté de manifester, seul ou en commun avec d’autres en public ou en privé, sa religion ou sa croyance, dans le culte, l’enseignement, la pratique et l’observation. »

    Les avocats des deux requérantes estiment que la position du Gouvernement britannique est excessivement restrictive et que la « manifestation » de la religion inclut le fait de faire des choses qui ne sont pas une « exigence de la foi » ; que de ce fait leurs clientes sont protégées par les Droits de l’Homme.

    Ce refus du gouvernement de David Cameron de reconnaître aux chrétiens le droit d’afficher le symbole de leur foi sur le lieu de travail intervient alors que les membres d’autres religions se sont vu accorder un statut spécial pour des tenues ou des symboles tels que le turban sikh, le bracelet kara ou le hijab (photo) musulman. Manifestement, dans le royaume de sa Très gracieuse Majesté, il est aujourd’hui des communautés qui sont plus privilégiées que d’autres. Le titre officiel d’Élisabeth II – « par la grâce de Dieu, reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et de ses autres royaumes et territoires, chef du Commonwealth, défenseur de la foi » – serait-il devenu obsolète ?

    [cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine
  • Les jeunes choisissent Marine Le Pen

     

    marine-jeunes
     
    (Cliquez sur la photo)
     
     

    10/04/12 – 18h00
    PARIS (NOVOpress)
    – Voilà un sondage qui bouscule les idées reçues concernant le vote « nationaliste » en France ! A rebours des clichés sur la « nostalgie » et le « passéisme », c’est chez les jeunes que Marine Le Pen trouve le plus large soutien et le plus fort taux d’intentions de votes aux prochaines élections présidentielles.

    Dans une France vieillissante, frileuse, encore empêtrée dans l’héritage soixanthuitard, la présidente du Front national recueille 26 % des suffrages chez les 18-24 ans et devance d’un point François Hollande (25 %). La candidate nationale gagne ainsi près de 13 points depuis la précédente étude CSA faite sur les jeunes en décembre 2011.

    Un sondage somme toute logique à l’heure où les retraités et les « post-soixanthuitards » bénéficient encore d’un certain confort social et financier et se maintiennent coûte que coûte aux postes de pouvoir, alors que les jeunes générations sont confrontées de plein fouet à la violence des bandes ethniques et à la précarité économique issue du capitalisme libéral incontrôlé.

    Crédit Photo : RemiJDN via Flickr (CC)

    [cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine
  • Iran: un réseau terroriste lié à Israël démantelé

     

    Iran ; Un réseau terroriste lié à Israel démantelé

    IRIB-Le ministère du renseignement de la RII a fait part de l’arrestation des membres d’un réseau terroriste lié au régime sioniste.

    L’un des grands réseaux terroristes et de sabotage du régime occupant Qods a été identifié et un groupe de terroristes criminels et leurs mercenaires ont été arrêtés, a indiqué les services des relations publiques du ministère iranien du renseignement. La série d’opérations qui ont été menées dans des provinces frontalières et centrales de l’Iran et qui ont débouché sur l’arrestation des terroristes liés au régime sioniste, sont le fruit d'une opération déclenchée il y a quelques mois et ces opérations ont abouti à la découverte du QG régional des agents sionistes dans l’un des pays de la région et l’arrestation des éléments actifs. Des bombes, toute sorte de mitrailleuses et de revolvers, des silencieux, des équipements militaires et de télécommunications et d’autre outils terroristes, ont été saisis.

    IRIB - 10/04/12

  • Marine Le Pen: "Le monopole des marchés financiers et de l'Union européenne nous ont privés de toute liberté"

    Posté par le 10 avril 2012

     

    Marine Le Pen candidate à l’élection présidentielle de 2012, s’est entretenue dans les colonnes du quotidien Les Echos disponible en ligne.

    Lire l’intégralité de l’interview

    Marine Le Pen : « L’euro n’est qu’une parenthèse de dix ans »
    Les Echos poursuivent, avec Marine Le Pen, une série d’entretiens des principaux candidats à la présidentielle afin de passer au crible leur programme économique et social. Pour la candidate du Front National à la présidentielle « la spirale de la mort de l’euro est lancée, l’austérité est une absurdité. Il faut organiser le retour concerté aux monnaies nationales. »

  • Quand Patrick Bruel jouait avec le fisc

    sans-titre.png Bruel XXX.png

    Lire: http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Bruel

     

    Le chanteur détient une participation valorisée à 15 millions d'euros du leader français du poker en ligne, Winamax, dont il est l'un des actionnaires. Un site qui, avant 2010, a opéré dans des conditions douteuses depuis le Royaume-Uni. Révélations.

    "Je suis très content de participer à une solidarité [sic], très content de reverser une grande partie de ce que je gagne. Mais là, ça atteint des proportions où ça devient limite confiscatoire et spoliateur." Le 5 avril, Patrick Bruel s'est cassé la voix au micro de RTL, vilipendant la proposition de François Hollande de taxer à 75% les revenus supérieurs à 1 million d'euros. "Ce n'est pas honteux de faire fortune, martelait-il. Ce n'est pas honteux à partir du moment où on redistribue, et on redistribue beaucoup. Ne serait-ce que 50 % de ce que vous gagnez, c'est déjà énorme."

    Le cri du coeur. Après des décennies de succès, le chanteur comédien a sans doute accumulé un joli patrimoine. Il s'est aussi révélé un redoutable investisseur. En six ans, l'artiste a pris les commandes, avec quelques associés, de Winamax, le leader français du poker en ligne.

    Les actionnaires ont contourné le droit français

    Problème: pour se hisser au plus haut niveau, les compères n'ont pas hésité, selon nos informations, à ruser, au moins au regard du droit français. Le 8 juin 2010, tout va pour le mieux. Winamax décroche une licence en France, lors de l'ouverture du marché des paris et jeux en ligne. Une vaste campagne de publicité de 30 millions d'euros est lancée. Pour en faire la promotion, le chanteur-acteur, roi du tapis vert -il a déjà remporté plusieurs grands tournois de poker- est mis en avant. A l'écran, dans les publicités télévisées, Patrick Bruel s'affiche, tout sourire: "Le plus important au poker, ce ne sont pas les cartes, c'est ce que vous en faites." On ne saurait mieux dire.

    Je ne suis qu'un actionnaire, ce sont les responsables opérationnels qui connaissent les détails

    A cette époque, une partie des sommes encaissées par Winamax est reversée à sa maison mère, Oxley Properties. Cette holding a d'abord eu son siège dans un paradis fiscal, les Iles Vierges, puis dans un autre pays à la fiscalité accommodante, le Grand-Duché du Luxembourg. En soi, cette localisation n'est pas illégale, mais ses bénéficiaires peuvent ainsi échapper à l'impôt français. Ce montage a déjà permis à Bruel et à ses associés de placer jusqu'à 1,14 million d'euros au Luxembourg, pour financer l'organisation de tournois comme le montre ce document issu du rapport annuel de Winamax. Tenue à présent de se mettre en conformité avec la loi française et taxée lourdement, la société a basculé dans le rouge. Fin 2010, elle affichait une perte de 16 millions d'euros dans l'Hexagone pour un chiffre d'affaires de 39,8 millions...

    Avant d'être homologué, le site était bien connu des joueurs français de poker. En 2006, déjà, l'"Enfoiré" en assurait la promotion. L'artiste avait d'ailleurs été entendu par les policiers de la Direction centrale des renseignements généraux dans le cadre d'une enquête visant à éclaircir son rôle exact au sein de Winamax alors que les jeux en ligne n'étaient pas encore autorisés en France. Pour le chanteur, les choses en étaient restées là. Il avait évoqué pour sa défense un contrat d'image le liant à la société britannique. "Je fais semblant", chantait-il à l'époque devant un public sous le charme.

    En 2006, pourtant, Bruel l'entrepreneur s'est déjà bien fait la main. Associé à Marc Simoncini, fondateur du site de rencontres Meetic -ces deux-là font la paire- il est entré au capital d'une société de jeux, baptisée Table 14, qui a en commun avec Winamax de partager... les mêmes actionnaires. Il a mis sur la table 480 000 euros, tandis que Simoncini a investi 120 000 euros aux côtés de deux créateurs du service de messagerie électronique Caramail, Alexandre Roos et Christophe Schaming. En mars 2010, Table 14 est rachetée pour 7,9 millions d'euros par... Winamax, quelques semaines avant l'ouverture du marché français. Laquelle Winamax se retrouve de ce fait blanchie au regard de la législation hexagonale. Joli sens du timing! Commentaire d'un connaisseur du dossier: "Il est malheureux de constater qu'aucune suite judiciaire n'a été donnée à cette histoire." Pour ses actionnaires, en tout cas, l'aventure se révèle fructueuse. Une levée de fonds valorise alors la nouvelle entité autour de 80 millions d'euros. Patrick Bruel, lui, multiplie sa mise de départ par plus de 20, soit 15 millions d'euros, au bas mot, aujourd'hui logés dans Oxley, au Luxembourg.

    "Illégal en droit français, mais pas en droit européen"

    L'artiste a misé, gagné, et su bluffer. En 2009, Winamax affichait sur le marché français, pourtant encore fermé à la concurrence, un chiffre d'affaires de 19,9 millions d'euros et un bénéfice de 2,8 millions. "En droit français, cela était peut-être illégal, mais en droit européen, sûrement pas", plaide Marc Simoncini. Ces résultats, demeurés secrets jusqu'à ce jour, ont été publiés au mois de décembre 2011 au Royaume-Uni, où le groupe demeure enregistré, alors qu'il n'y réalise que 1,1 % de son activité. Agacé, Patrick Bruel se défend auprès de L'Express: "Je ne suis qu'un actionnaire, ce sont les responsables opérationnels qui connaissent les détails."

    Le chanteur et ses associés préfèrent évoquer l'avenir. En France, Winamax pèserait déjà un tiers du marché total du poker en ligne. Mais la société voit plus grand encore. Avec près de 300 000 joueurs actifs chaque semaine sur le Web, le poker compte beaucoup plus d'adeptes que les paris sportifs ou hippiques. Sur Internet, les mises ont atteint 7,6 milliards d'euros en 2011, selon l'Autorité de régulation des jeux en ligne. Bruel et ses amis regardent maintenant de l'autre côté de l'Atlantique. "Nous cherchons à entrer sur ce marché, mais nous ne le ferons pas seuls, explique Marc Simoncini. Nous avons doublé de taille en 2011 et sommes désormais rentables." L'homme d'affaires Bruel, champion de l'optimisation fiscale, ne manque pas de projets. Avec ou sans Hollande à l'Elysée.  

    L'EXPRESS - 10/04/12

  • Relogement en IDF: 79,7% des bénéficiaires sont nés à l'étranger

    Rédacteur : Damien le 31 mars 2012 à 10:08

     

    Une manifestation de « mal-logés » en région parisienne
     
    79,7 % sont nés dans un pays autre que la France dont 77,9% en Afrique sub-saharienne.

    La DRIHL (Direction Régionale et Interdépartementale de l’Hébergement et du Logement), en association avec la FNARS, l’AORIF, a commandité une étude menée par une doctorante au Lab’Urba de l’université Paris-est, sur le relogement des personnes anciennement hébergées en Ile-de-France. Interrogées sur leur situation actuelle et passée, 279 personnes logées en Ile-de-France, à l’exception de Paris, ont été sollicitées par téléphone. Toutes ont connu l’hébergement avant de retrouver le chemin du logement et 156 ont accepté de répondre aux questions de cette chercheuse sur leur itinéraire particulier. (…)

    Etude de la Drihl (p.38)
    19,6% des personnes interrogées sont nées en France métropole ou dans les départements et territoires d’outre-mer. Elles sont 79,7% à être nées dans un pays autre que la France. (…) 77,9% d’entre elles sont nées en Afrique sub-saharienne (13,9% en Afrique du Nord). 1,6% des personnes nées dans un pays étranger sont nées en Europe.

    Source : Drihl, Merci à L’entrepreneur en démolitions

    Voir en complément : Logement en France, les étrangers d’abord (vidéos)

    Défrancisation

  • Nicolas Sarkozy annonce la création d'un institut de formation des imans

    le 10 avril 2012 à 15:18

     

     
     
    Les musulmans ont vocation à vivre dans la République.
    Nicolas Sarkozy

    Après une courte cause pascale, les candidats à la Présidentielle sont de retour sur le terrain. A moins de deux semaines du premier tour, Nicolas Sarkozy a effectué une visite surprise à Drancy, en Seine-Saint-Denis. Il y a rencontré des responsables religieux et des responsables associatifs locaux. Il s’agit du premier déplacement en Seine-Saint-Denis du chef de l’Etat, qui brigue un Lire la suite…

    Défrancisation - 10/04/12

  • Breivik déclaré sain d'esprit lors du massacre en Norvège

     

     
    0
     
    Anders Behring Breivik, qui a massacré 77 personnes l'été dernier en Norvège, a été considéré "sain d'esprit" lors de son acte par une équipe de psychiatres. /Photo prise le 6 février 2012/REUTERS/Lise Aserud/Scanpix
(c) Reuters
     
     
     
    Anders Behring Breivik, qui a massacré 77 personnes l'été dernier en Norvège, a été considéré "sain d'esprit" lors de son acte par une équipe de psychiatres. /Photo prise le 6 février 2012/REUTERS/Lise Aserud/Scanpix (c) Reuters

    par Walter Gibbs

    OSLO (Reuters) - Anders Behring Breivik était sain d'esprit lorsqu'il a massacré 77 personnes l'été dernier en Norvège, a estimé mardi un collège d'experts psychiatriques, contredisant un précédent rapport qui le jugeait pénalement irresponsable de ses actes.

    L'auteur de l'attentat à la bombe d'Oslo et de la fusillade sur l'île d'Utoya insiste lui-même pour que ces attaques soient jugées comme des actes politiques et non l'oeuvre d'un esprit dérangé.

    Breivik les a conçues comme une action punitive contre les "traîtres" qui favorisent l'immigration, soulignent les experts, dont la principale conclusion est que l'accusé "n'était pas psychotique le 22 juillet 2011", dit dans un communiqué le tribunal d'Oslo devant lequel son procès doit s'ouvrir lundi prochain.

    "Nous parlons de psychoses, et nous n'en avons trouvé aucune preuve", a dit à la presse Asgar Aspaas, un des deux psychiatres chargés de cette nouvelle expertise de l'état mental de Breivik. Leur rapport de 310 pages n'a pas été rendu public dans son intégralité.

    Le précédent rapport d'experts rendu en novembre estimait à l'inverse qu'Anders Behring Breivik souffrait de troubles psychotiques et avait développé une forme de schizophrénie à tendances paranoïaques au moment des faits.

    "Il vit dans son propre monde délirant, et ses pensées et ses actes sont déterminés par cet univers", avait alors rapporté le procureur Svein Holden.

    CINQ JUGES

    Mais les conclusions de ce premier rapport psychiatrique avaient suscité un débat en Norvège, où de nombreux survivants et proches des victimes ont souligné que seul un individu en pleine possession de ses facultés mentales avait pu commettre une tuerie de manière aussi froide et systématique.

    Et la justice avait demandé une seconde expertise.

    La décision finale sur l'état de santé mentale du militant d'extrême droite de 33 ans sera prise par un panel de cinq juges peu avant la fin de son procès, qui devrait durer dix semaines.

    Si Breivik est reconnu responsable de ses actes, il sera passible d'une peine de 21 ans de prison. Le droit norvégien permet en outre de prolonger sans limitations une peine si un risque de récidive est avéré.

    Si les juges estiment à l'inverse qu'il est pénalement irresponsable, il sera probablement interné dans un asile psychiatrique fermé pour une période indéterminée.

    Dans une longue lettre écrite de sa cellule et transmise au début du mois à plusieurs médias, Breivik estimait qu'être déclaré pénalement irresponsable serait "la pire chose" susceptible de lui arriver.

    "Envoyer un militant politique en asile psychiatrique est plus sadique et mauvais que de le tuer", ajoutait-il dans ce texte.

    Selon son avocat, Geir Lippestad, Breivik a accueilli avec satisfaction les conclusions de ce second rapport d'expertise.

    L'avocat a également conseillé à ses compatriotes de se préparer au témoignage cru de son client devant la cour. "Non seulement il s'expliquera mais il dira aussi qu'il regrette de ne pas être allé plus loin", a-t-il prévenu.

    Avec Victoria Klesty; Tangi Salaün et Henri-Pierre André pour le service français, édité par Gilles Trequesser

    Le nouvel Observateur - 10/04/12

  • Sortie d'Eva Joly contre Marine Le Pen à Hénin-Beaumont !

    Posté par le 10 avril 2012

     

    Communiqué de Presse de Steeve Briois, Secrétaire Général du Front National, Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais et Conseiller municipal d’Hénin-Beaumont

    La sortie d’Eva Joly proférée aujourd’hui contre Marine Le Pen sonne à nos oreilles comme un cri de désespoir pour enfin parvenir à franchir la barre symbolique des 1 %.

    Venue à Hénin-Beaumont uniquement pour bénéficier de la médiatisation que cela lui pouvait lui procurer, Eva Joly n’a pu trouver comme seuls arguments pour discréditer Marine Le Pen que des mensonges tous plus gros les uns que les autres, le plus énorme étant de dire que l’élue régionale du Nord Pas de Calais n’a rien fait concrètement contre la corruption dans cette ville.

    Eva Joly n’est décidément intègre que quand cela l’arrange…

    Steeve Briois, secrétaire général du Front National, conseiller régional du Nord Pas de Calais, et conseiller municipal d’Hénin-Beaumont, aimerait rappeler deux choses à Eva Joly : la première, c’est que le parti qui la soutient aujourd’hui comme la corde soutient le pendu a clairement aidé à faire élire Gérard Dalongeville en 2001.

    La seconde, c’est que si Marine Le Pen et Steeve Briois n’avaient pas été là, Gérard Dalongeville serait probablement encore maire d’Hénin-Beaumont à l’heure qu’il est, et le système mafieux mis en place par le PS dans la région n’aurait pas été révélé au grand jour. L’affaire Demarquilly, le scandale d’Adevia, les multiples plaintes pénales et recours administratifs déposés contre Gérard Dalongeville… Marine Le Pen et Steeve Briois sont à l’évidence les seuls à avoir joué leur rôle d’opposant politique à Hénin-Beaumont !

    Fort heureusement, la candidature d’Eva Joly est à l’image de ses convictions : bio-dégradable, il n’en restera rien après le 22 Avril…

    Après cela, il y a fort à parier qu’Eva Joly ne s’intéressera plus jamais à Hénin-Beaumont. Steeve Briois et Marine Le Pen, eux, seront toujours là.