Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2012

A voir ! Richard Millet - La dépossession

Emission de Frédéric Taddeï  "Ce soir ou jamais"  France 3

07/02/12

19:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Estelle Mouzin : l'enquête relancée par la découverte d'une valise dans un hôtel

Lire l'article: http://www.leparisien.fr/faits-divers/estelle-mouzin-la-d...

+ 2 VIDEOS

 

08/02/12

19:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Dupont-Aignan plutôt ridicule !!!

 Dupont-Aignan, crédité de 1 % au premier tour de l’élection présidentielle, voulait faire son show devant les caméras de France 3 pour dénoncer l’euro… Bien mal lui en a pris.

 Celui qui reprend toutes les idées de Marine Le Pen dans le but de l’affaiblir (ne riez pas !) s’est pris un vent lorsque sur le parking d’un supermarché les journalistes ont demandé à une jeune femme pour qui elle allait voter. Cette dernière sans sourciller prononça « Le Pen  car elle est la seule à avoir tout prédit sur l’euro».

08/02/12

19:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Marine Le Pen: "On cherche à m'écarter " (de l'île de La Réunion)

08/02/12

 

18:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Sopo: c'est le dérapage et la honte !

 

Communiqué de Jean-Pierre Chouraqui, du Bureau de l’Union des Français juifs

M. Sopo, le président de l’association soi-disant anti-raciste SOS Racisme, lors d’un dîner de cette association, vient de se livrer à une charge d’une rare violence contre Marine Le Pen.

Alors qu’une ex-salariée de la FIDL (fédération lycéenne proche de SOS Racisme) vient de porter plainte contre X pour « détournement de fonds sociaux et publics, abus de confiance, escroquerie, séquestration, harcèlement moral et vol », suite à un lourd contentieux (c’est bien le moins que l’on puisse dire à l’énoncé des griefs) avec M. Sopo et son association, celui-ci n’ a rien trouvé de mieux que de se lancer dans un dérapage invraisemblable à l’égard de Marine Le Pen, afin de détourner l’attention.

M. Sopo a notamment déclaré : « Je dis à Mme Le Pen qu’elle a un problème avec la Shoah et qu’elle n’a pas rompu avec les milieux néonazis ».

L’Union des Français juifs rappelle à M. Sopo que la Shoah n’est pas un événement anodin qu’il peut se permettre d’instrumentaliser à sa guise pour détourner l’attention des poursuites pénales dont il pourrait éventuellement faire l’objet, suite à la plainte de son ex-salariée.
De la même façon, l’invocation à tort et à travers du répugnant souvenir du nazisme, pour masquer des déboires personnels, est une insulte à la mémoire des millions de victimes de cette idéologie barbare.
Associer Marine Le Pen, une fois de plus, à des événements avec lesquels elle n’a bien évidemment à voir ni de près ni de loin, ressort d’un stratagème usé jusqu’à la corde et qui ne trompe heureusement plus personne.

M. Sopo a en outre déclaré : « Et donc, je dis à Marine Le Pen qu’elle appartient à une famille politique qui porte en elle le crime et qui fait qu’aujourd’hui, des dizaines d’adolescents ne sont plus là (…) pour construire la société en Norvège »
Cette incitation caractérisée à la haine, sans aucun fondement factuel ou idéologique, n’a en fait rien d’étonnant de la part du président d’une association dont le soi-disant anti-racisme semble très sélectif : jamais un mot sur le racisme anti-blanc, sur les manifestations de l’antisémitisme islamique, sur les rassemblements en plein Paris où l’on crie « Mort aux juifs ! ». Non, M. Sopo, les haines sélectives que vous défendez ne sont pas acceptables.

Mais le mépris de la Shoah et l’incitation à la haine n’ont pas suffi à M. Sopo ce soir-là. Il faut croire qu’il avait décidément beaucoup à se faire pardonner, et il fallait donc qu’il ajoute l’insulte à la France :

« Je dis à Mme Le Pen que son tournant étatiste constitue un rapprochement avec l’idéologie fasciste. Et je dis à Mme Le Pen que ces éléments font qu’elle-même et son parti sont un danger pour la République et pour la démocratie »

Nous ne demandons évidemment pas à M. Sopo de connaître l’Histoire de France. Nous lui rappelons simplement que celle-ci ne se limite pas au pétainisme, comme il semble le penser. Et que le tournant étatiste a été aussi, par exemple, celui de Colbert, de Léon Blum et du Général De Gaulle. La réduction de l’Histoire de France à la sombre période de la collaboration est une insulte à notre pays et à sa civilisation millénaire.

Le fascisme, auquel vous vous référez en permanence, M. Sopo, c’est le mensonge, c’est la haine, c’est la corruption. Regardez-vous donc dans une glace, et dîtes-nous, franchement, ce que vous voyez.

18:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Avis de grand froid: Nora Berra, secrétaire d'Etat à la Santé, recommande aux sans-abris "d'éviter de sortir de chez eux"...

La secrétaire d'état à la Santé, Nora Berra.
La secrétaire d'état à la Santé, Nora Berra.
La secrétaire d'état à la Santé, Nora Berra.

Nora Berra, la secrétaire d'Etat à la Santé, fait le buzz sur la toile depuis quelques jours et ses recommandations aux personnes vulnérables en cette période de grand froid.

Sur son blog, Nora Berra, conseille aux personnes vulnérables de ne pas sortir étant donné le froid polaire qui s'abat sur la France. Mais dans ce billet, daté de samedi dernier et intitulé "Mes recommandations face au froid", la secrétaire d'Etat à la Santé englobe dans les personnes vulnérables les sans-abris, les nourrissons, les personnes âgées ou présentant certaines pathologies chroniques cardiovasculaires, respiratoires ou endocriniennes. Quelques lignes plus loin, elle leur "recommande d'éviter de sortir"...

Sur le blog de la secrétaire d'Etat, la mention "sans-abris" a été supprimée...

01:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L'Autriche carrefour de l'extrême-droite ?

Entretien avec Andreas Peham, chercheur au centre de documentation de la résistance juive de Vienne.

« Malheureusement, je vois un avenir radieux pour l’extrême-droite en Autriche »

Quelle est l’importance du fameux bal qui a eu lieu le 27 janvier?

 Le bal des « Wiener Korporationsring » (WKR) est important pour trois raisons. Premièrement, il est le lieu de démonstration de force des fraternités qui se rattachent au « peuple allemand » et pour certaines d’entre elles à l’idéologie néonazie. Ces confréries se retrouvent au bal, qui a lieu au Palais Hofburg de Vienne, l’ancienne résidence impériale qui sert maintenant de résidence au président fédéral autrichien. Le lieu lui-même souligne donc l’importance de l’événement. Deuxièmement, le bal joue un rôle important pour le réseautage de l’extrême-droite. Avec de nombreux invités internationaux et proches idéologiquement, les liens d’allégeances se construisent ainsi que des arrangements d’affaires. Il y a enfin une dimension politique importante dans ce réseautage exploité par les politiciens de l’extrême droite européenne, Marine Le Pen étant la plus célèbre d’entre eux. Dans les années passées, par exemple, les membres du Vlaams Belang ou du NPD allemand étaient invités au bal. Ainsi, le bal des WKR joue le rôle de rassemblement politique central pour l’extrême droite européenne.

 Comment l’opinion publique autrichienne a-t-elle réagi à ce bal ?

 C’est une question difficile, et des données exhaustives ne peuvent être fournies pour y répondre. En règle générale, l’opinion publique est divisée sur le bal. La majorité de ceux qui ne sont pas indifférents envers le bal s’y opposent. Mais la puissance des fraternités ne doit pas être surestimée.  Etant donné que moins de cinq pour cent de la population autrichienne se considère « allemande », l’idéologie des fraternités ne trouve pas beaucoup d’adeptes.

 Comment voyez-vous l’avenir de l’extrême-droite dans votre pays ?

 Malheureusement, je vois un avenir radieux pour l’extrême-droite en Autriche. Trois facteurs peuvent être identifiés ici. Premièrement, la stratégie de maximisation des voix du Parti de la Liberté semble très bien fonctionner. Les derniers sondages estiment le Parti de la Liberté à 27 pour cent des suffrages, ce qui ferait de lui le deuxième parti d’Autriche, juste un pour cent derrière les socio-démocrates (SPO). Le Parti de la Liberté est, comme il est bien connu, le véhicule politique de l’extrême-droite socialement acceptable. Récemment par exemple, le Président du Parti de la Liberté, Heinz-Christian Strache, a suivi une stratégie de communication plus modérée, une tentative pour apparaître plus « capable de gouverner ». Deuxièmement, les politiciens des autres partis, tels le SPO ou le Parti populaire conservateur modéré (OVP) ont souvent sous-estimé la dangerosité de l’extrême droite, dans une certaine mesure, parce qu’ils ont gardé des options ouvertes de « fusion ». Troisièmement, la presse tabloïd en Autriche, la plus importante étant l’influent Kronen Zeitung, minimise aussi l’extrême-droite, l’opinion publique ne réagit pas de manière significative. Cela contribue positivement à la crédibilité de la stratégie du Parti de la Liberté de se présenter comme un parti « normal » et contribue à légitimer des événements comme le bal du WKR.

 Comment expliquez-vous la présence de Marine Le Pen ?

 Marine Le Pen a été invitée par le président du Parti de la Liberté Heinz-Christian Strache. Sa présence a été une surprise sans aucun doute, étant données ses tentatives récentes visant à faire disparaître l’antisémitisme et les réminiscences de l’idéologie nazie. Cependant, le bal du WKR reste un événement de réseautage important pour la politique d’extrême droite en Europe. Sous cet angle, on peut supposer que le bal a été utilisé pour cultiver des contacts et les liens entre le Parti de la Liberté et le Front national. Comme Wolfgang Jung, un ancien député du Parti de la Liberté, l’a dit récemment à la télévision : « Pourquoi ne devrait-il y avoir aucune internationale des nationalistes ? ». Encore une fois, il faut insister sur l’aspect politique du bal. Dans le passé, le père de Marine Le Pen et son principal adversaire au sein du parti, Bruno Gollnish, avaient été invités au bal.

Le Crif - 07/02/12

00:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

07/02/2012

L'Etat n'assure pas la sécurité de Marine Le Pen à La Réunion

Communiqué de Louis Aliot, Directeur opérationnel et porte-parole de la campagne de Marine Le Pen 

Alors que Marine Le Pen, parlementaire et élue de la république, candidate à la présidence de la République, se trouve sur un territoire français à La Réunion, les autorités ont décidé de ne pas assurer la sécurité afin d’empêcher les débordements.

Quelques dizaines de nervis gauchistes perturbent depuis ce matin les déplacements de Marine, sans que le Préfet ne prenne les dispositions républicaines nécessaires au rétablissement du calme.

En refusant de prendre Marine Le Pen au téléphone et en n’assurant pas sa sécurité ni celles des Réunionnaises et Réunionnais qui veulent entendre démocratiquement la candidate, l’Etat montre de plus en plus son esprit partisan.

Nous demandons solennellement à Monsieur Guéant, ministre de l’Intérieur, d’intervenir afin que cessent ces atteintes intolérables à la liberté d’expression et de réunion sur un territoire de la République française.

23:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

"Merci la Russie!" scandent à Damas des dizaines de milliers de Syriens

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, arrivé mardi février 2012 à Damas pour s’entretenir avec le président Bachar el-Assad, a été acclamé par des dizaines de milliers de Syriens rassemblés à Damas pour "remercier" la Russie, alliée de poids de la liberté des peuples dans cette région.

"Merci, la Russie ! Merci, la Chine !" scandait la foule rassemblée dans une grande artère à Mazzé, à la périphérie de Damas, selon des images diffusées par la télévision publique syrienne.

Le convoi de Sergueï Lavrov s’est frayé un passage au milieu d’une marée de drapeaux syriens et russes, et plusieurs dizaines de personnes se sont précipitées pour le saluer, selon les images montrées à la télévision.

"Nous sommes venus ici au nom du peuple syrien pour remercier la Russie, nous lui serons à jamais reconnaissants", s’écrie une Syrienne, interviewée par la télévision. Selon la télévision publique, la foule s’est rassemblée "en hommage à la position de la Russie qui appuie la Syrie et son peuple ainsi que les réformes en cours" dans le pays. "Sergueï Lavrov et Mikhaïl Fradkov (chef des services de renseignements extérieurs russe) sont arrivés à Damas pour des entretiens avec le président Bachar el-Assad", avait auparavant indiqué le ministère russe des Affaires étrangères sur son compte Twitter.

Cette visite intervient après le veto de la Russie et de la Chine samedi à l’ONU à un projet de résolution du Conseil de sécurité présenté par les Occidentaux et des pays arabes condamnant la répression en Syrie.

Ce double veto sino-russe a soulevé "l’indignation" des Occidentaux et de plusieurs pays arabes...
 
 
VOXNR - 07/02/12

23:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Icônes de la barbarie ou de la nouvelle religion ?

 

Symboles et icônes de l’étrange religion qui se met en place tous les jours sous nos yeux, de pareilles monstruosités sont érigées ici et là dans nos lieux publics, nos monuments historiques et même, avec la complicité d’un certain clergé, dans nos églises.

Cette statue hideuse, haute comme une maison de deux étages, se trouve devant l’aéroport de Nice. A quelques kilomètres de là, sur une aire de repos de l’autoroute du soleil, existe une œuvre similaire. A Nice toujours, quai des Etats-Unis et à quelques dizaines de mètres des jardins Albert 1er, trois énormes poutres de ferraille rouillée se dressent agressivement face à la mer. Les touristes et les passants, nombreux en cet endroit, se demandent quelle est leur signification en ces lieux. A Versailles, des expositions provocantes et qui n’ont aucun lien avec les bâtiments historiques condamnés à les héberger, sont organisées dans les parties les plus symboliques du château.

Dans son ouvrage, L’art caché – Les dissidents de l’Art Contemporain, (éditions Eyrolles), Aude de Kerros décrypte toutes ces œuvres de laideur maximale, sans liens de parenté apparents et qui appartiennent à l ’Art Contemporain. Ces manifestations qui n’ont rien à voir avec l’art sont de plus en plus connues désormais sous le diminutif d’ « AC ». Comme nous allons le voir, leur manque flagrant d’esthétisme n’est pas dû au hasard où à une quelconque technique défaillante.

D’après Aude de Kerros, « L’Art Contemporain s’applique à remplacer l’esthétique par la morale. Il veut désincarner l’art parce que la chair est mauvaise. Il craint la séduction et entend éradiquer toute idée de beauté qu’il perçoit comme une perversion. L’AC est un rêve de pureté absolue fondée sur une haine du corps et de la matière. Les thèmes et pratiques omniprésents de l’AC sont la maltraitance, la trivialité, la dégradation. La chair est si méprisable qu’elle peut être souillée sans conséquence. Le corps glorieux n’existe pas. »

Comme on le voit, les religions du désert ne sont pas loin

Aude de Kerros poursuit : « L’AC se veut le signe visible du Dieu absent. Il unit les hommes dans la célébration de la mort irrémédiable qui nous rend tous égaux et martyrs d’un Dieu inconnaissable pour certains, improbable pour d’autres. »

« Le dogme de l’AC dit qu’à partir d’Auschwitz la pratique de la peinture est une insulte à la mémoire des victimes. Il n’y a pas de comparaison possible entre le mal qui se manifeste sur le Golgotha et celui qui déferle sur Auschwitz. Le premier était représentable parce qu’il s’ouvrait sur l’espoir d’une rédemption. L’autre est un mal absolu, sans remède, irrémissible, donc irreprésentable. »

Un des mythes fondateurs de l’AC serait Auschwitz. Derrière l’AC, il y a donc la Shoah. Cette chose étant reconnue, les choses commencent à s’éclairer.

« Par ailleurs l’AC n’étant pas une esthétique mais une métaphysique et une morale, elle entre en concurrence pour ne pas dire en conflit avec l’Eglise sur les questions du contenu de l’art et donc du dogme. L’Eglise catholique joue en France un rôle important dans le domaine de l’Art, elle est à la fois source de commandes d’œuvres monumentales et fondateur de légitimité dans un pays traditionnellement de monarchie de droit divin pendant treize siècles. »

(…) « Cette attitude ébauchée au cours des années1980, affirmée lors de la construction de la cathédrale d’Evry en 1987, rendue systématique dans les années 1990, a eu des conséquences graves dans la vie culturelle en contribuant à supprimer les polarités de la vie artistique. »

Certes, tout le clergé n’est pas en cause et ne fait pas bloc unanimement derrière Mgr Rouet, mais quelques exemples montrent bien la profondeur du mal.

En l’église Saint-Eustache, à Paris, une énorme couronne de fer barbelé en fonte d’aluminium de 3m40 de haut est posée sur le pavement du cœur. Elle n’est pas là pour rappeler la couronne d’épines du Christ mais les barbelés d’Auschwitz. Dans l’église Saint Bernard, à Paris toujours, Suboth Gupta a exposé une énorme tête de mort constituée d’un assemblage de casseroles et intitulée : « Very Hungry God », ce qui peut se traduire par « Dieu affamé » ou « Dieu avide ». En l’église Saint Sulpice, c’est une « machine à baptiser » conçue par Faust Cardineli qui a été proposée aux fidèles.

Aux « idiots utiles » qui permettent et facilitent les choses, Aude de Kerros rappelle pourtant : « Pour développer tous ses concepts et pour atteindre sa dimension métaphysique, l’AC a besoin de détourner à son profit les lieux sacrés, historiques et patrimoniaux. C’est le contexte qui lui permet d’exister. Comment transgresser, blasphémer, choquer sans lui ? La nouvelle gnose n’est rien, ne peut rien sans la religion qu’elle prétend remplacer. »

Tout cela avec des fonds publics, donc, avec nos impôts et sans que ceux qui disent veiller sur le total respect de la laïcité ne s’en émeuvent. Mais revenons à notre ouvrage :

« En France, il n’y a pas de filières de reconnaissance en dehors de l’Etat. Ce sont aujourd’hui les fonctionnaires du ministère de la Culture qui gèrent les dossiers de commande d’art sacré. Progressivement, ils s’approprient toute la création d’art sacré en France. Le Drac est à l’affût des moindres travaux dans les modestes chapelles romanes des campagnes les plus reculées pour proposer des vitraux « contemporains » à la place de vitraux du XIXème siècle que les municipalités, départements et régions doivent financer. Les populations impuissantes et désespérées assistent au détournement de leur patrimoine et de l’argent public au profit de cette secte qui maintenant représente l’art officiel. »

Beaucoup de questions qui se posaient à nous devant ces si irritantes manifestations restaient sans réponse. On se demandait qui en était les manipulateurs et d’où leur venait ce pouvoir qui leur permettait de s’installer aussi impunément à Versailles, à Nice, et jusque dans nos cathédrales malgré toutes les protestations. Comme on vient de le voir, Anne de Kerros a apporté une réponse. Est-ce la seule ? Nous verrons que non.

A propos d’un ouvrage de Milan Kundera sur les vicissitudes du peuple tchèque balloté de démocratie en nazisme, puis de nazisme en communisme avec finalement un retour à la case démocratie, tout cela en un demi siècle, l’historien et sociologue américain Arthur M. Schlesinger dans un ouvrage qui soulignait les dangers des divers communautarismes et leurs prétentions à réécrire l’histoire du pays en partant de leurs particularismes :  Desuniting of america . Il y fait le constat suivant :

« Le premier pas pour liquider un peuple est toujours d’effacer sa mémoire. Détruire ses livres, ses arts, sa culture, son histoire, pour écrire de nouveaux livres, créer une autre culture, inventer une autre histoire. Avant longtemps la nation aura oublié ce qui est et ce qui fut. Le combat de l’homme qui refuse d’entrer dans le moule n’est que le combat de la mémoire contre l’oubli. »

C’est un constat admirable et pourtant il semble aujourd’hui oublié de tous puisque personne ne le rappelle jamais. L’explication des ouvrages disparus des rayons et des anthologies expurgées devient d’une clarté aveuglante et cela explique aussi pourquoi nos lieux publics exhibent de nos jours des horreurs qui n’ont absolument rien à voir avec l’art reconnu depuis la plus haute civilisation.

La troisième réponse n’est pas nouvelle puisqu’elle a déjà plus de septante ans. Elle est de Louis-Ferdinand Céline qui ne voit en ces manifestations que fumisteries et tentatives d’escroquerie et les traite sans ménagement ni complexe. Car, il serait peut être bon de le rappeler, la chose n’est pas si nouvelle que cela. L’urinoir de Duchamp, c’était déjà de l’AC grand teint. Voici ce qu’il en dit dans Bagatelles pour un massacre :

« A partir du moment où certains (ce n’était pas exactement le terme) arrivent à faire admettre que l’on peut exclure de toutes les œuvres d’art l’émotion, la beauté, le rythme vivant, la confusion règne. La farce, la publicité et l’imposture remplacent tout, s’installent dans la place et prolifèrent.

N’importe quelle croulante supercherie peut devenir à l’instant l’objet d’un culte, déclencher des torrents d’enthousiasme, ce n’est plus qu’une question de publicité. La publicité, bien sûr, est mise en branle par les décideurs et par leur fric. »

« Ce qui est présenté comme œuvre d’art doit être d’une grande banalité. Comme le pseudo artiste, il doit être interchangeable. Pour s’imposer au goût, à l’admiration des foules les plus abruties, l’article à lancer doit être encore plus con qu’eux tous réunis. Mais ces fausses idoles ne seront jamais dangereuses pour leurs donneurs d’ordres. Jamais idoles ne furent aussi fragiles et aussi facilement oubliables au moindre instant de défaveur. A partir du moment où fatigués de leurs petites grimaces leurs maîtres se décideront à couper les ficelles des marionnettes, celles-ci retourneront au néant. Et cela ne causera même pas de vide : il n’y avait rien. »

Traiter l’AC par le mépris ne serait peut-être pas la plus mauvaise des réponses s’il n’y avait cet envahissement progressif de tous nos lieux publics. Ah, comme cela est pénible de voir la décadence s’installer partout, dans tous les domaines de notre civilisation.

D’après Abel Bonnard : « L’art ne fait jamais que reconnaitre les idées maitresses d’une civilisation. » Eh bien, c’est une drôle de civilisation qu’on nous prépare ! Et Bonnard avait ajouté : « Aujourd’hui, des talents peuvent encore naitre mais ils ne pourront plus ni croître ni fleurir. »

Que ce soit dans les domaines financiers ou artistiques, ceux qui tiennent le haut du pavé à New York, n’ont pas fini de nous surprendre. Mais sachons-le bien, les constatations de Milan Kundera ne valent pas que pour le peuple tchèque ni les dangers de désintégration pour la seule Amérique. A nous de ne pas oublier qui nous sommes. A nous de refuser d’entrer dans le moule et de rejeter ces icônes d’une religion qui n’est pas et ne sera jamais la nôtre.

Léon Arnoux
2/02/2012

Voir aussi :

«L'art caché - Les dissidents de l'art contemporain» de Aude de Kerros

Correspondance Polémia- 7//02/2012

Image : statut devant l’aéroport de Nice

 

23:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

La manipulation de l'Elysée, par Emmanuel Ratier

07/02/12

22:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Shoah: "sentiment religieux" qui fait l'unanimité en Israël

Lu dans  le Courrier International : Plus de 80 % des Juifs d' Israël croient en Dieu, 67 % se considèrent comme le « peuple élu » et 61 % estiment que la vie publique en Israël doit s’organiser selon le rythme de la  tradition judaïque, révèle « Yediot Aharonot ». (…)
Pour sa part, sous le titre « La religion de la Shoah », Merav Michaëli s’inquiète dans « Ha’Aretz » d’une réponse que peu de chroniqueurs semblent avoir relevée : « pour 98 % des Juifs israéliens interrogés, le principe qui doit guider Israël et le judaïsme n’est ni plus ni moins que la mémoire de la Shoah.

Bref, ce qui fait consensus en Israël, ce n’est pas le respect du précepte religieux ou de la règle démocratique, mais tout simplement la mémoire d¹un génocide. Outre cette culture traumatique, ce qui devrait nous faire paniquer, c’est que l’enseignement de la Shoah, selon d’autres enquêtes, n’encourage que 2,5 % des jeunes Juifs à reconnaître la primauté des principes démocratiques mais en encourage 12 % à s’engager activement dans l’armée. Nos dirigeants ont réduit le judaïsme au rang de syndrome post-traumatique et nous engagent sur le chemin de l’autodestruction. »

 

Note : Cette enquête a été menée en 2009. Ses résultats viennent d’être
rendus publics.

Contre-info. com - 07/02/12

 

 

20:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La charge d'un élu de gauche (Martinique) contre Guéant provoque un incident à l'Assemblée

PARIS (Reuters) - Les membres du gouvernement ont quitté mardi l'hémicycle de l'Assemblée après qu'un député apparenté PS eut comparé les propos de Claude Guéant sur les civilisations aux idéologies qui ont mené aux camps de concentration du XXe siècle.

Dans un communiqué diffusé après l'incident, survenu lors de la séance des questions d'actualité, le Premier ministre François Fillon a demandé à l'opposition de condamner "une provocation indécente" à l'encontre du ministre de l'Intérieur.

"Il est des comparaisons qui font honte à ceux qui les professent. La France est une démocratie, un Etat de droit dans lequel la parole libre ne saurait servir à salir même un adversaire politique", souligne le Premier ministre. "Le martyre des victimes de la Seconde Guerre mondiale ne doit pas être galvaudé pour des raisons partisanes."

C'est le député apparenté socialiste de Martinique, Serge Letchimy, qui a provoqué la colère de François Fillon en lui posant une question sur les propos du ministre de l'Intérieur, qui a jugé que toutes les civilisations "ne se valent pas".

"Vous, M. Guéant, vous privilégiez l'ombre, vous nous ramenez jour après jour à ces idéologies européennes qui ont donné naissance aux camps de concentration au bout du long chapelet esclavagiste et colonial", a-t-il déclaré sous les huées des députés de la majorité.

"M. Guéant, le régime nazi, si soucieux de purification, était-ce une civilisation ?", a lancé l'élu, qui dirige le Parti populaire martiniquais (PPM), créé par Aimé Césaire.

Il a ensuite accusé le ministre de l'Intérieur de chercher à "récupérer" une part de l'électorat du Front national en flattant "une France obscure qui cultive la nostalgie de cette époque". "C'est un jeu dangereux", a-t-il dit.

"SI M. GUÉANT S'EXCUSE..."

"C'est insupportable", a alors lâché François Fillon, qui, d'un signe de la main, a prié les membres du gouvernement de se lever. Les députés UMP ont suivi dans la cohue, tandis que des huissiers de l'Assemblée établissaient un cordon entre les bancs de l'opposition et ceux de la majorité. La séance a été levée.

Lors des débats qui ont suivi, le président du groupe UMP, Christian Jacob, a demandé à deux reprises des excuses à son homologue socialiste, Jean-Marc Ayrault, qui a éludé en dénonçant les "provocations" de Claude Guéant.

Appelant au calme et au sang-froid, Bernard Accoyer a précisé que le bureau de l'Assemblée se saisirait de cet incident "très grave" le 22 février.

"Il s'agit d'un amalgame historique inapproprié", a déclaré le président de l'Assemblée, qui a convoqué le député.

Ce dernier court le risque d'être sanctionné par le bureau soit d'une censure simple, qui entraînerait la privation pendant un mois de la moitié de son indemnité parlementaire, soit d'une censure avec exclusion temporaire, a-t-on appris.

Serge Letchimy, qui préside le conseil régional de Martinique, a refusé par la suite de s'excuser.

"Si M. Guéant s'excuse vis-à-vis des blessures infligées aux peuples opprimés, aux peuples qui sont en difficulté, aux peuples qui sont actuellement en pleine émancipation, en plein développement, si M. Guéant s'excuse, à ce moment-là on parlera d'excuses, mais il ne s'excuse pas", a-t-il dit à Reuters.

GUÉANT ASSURE NE VISER AUCUNE CULTURE

Sa charge a été saluée par Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de Gauche à la présidentielle.

"Je le remercie pour ce qu'il a fait, c'est salutaire", a-t-il déclaré lors d'un déplacement à Lyon, estimant que Claude Guéant avait voulu envoyer "des signes à l'électorat xénophobe".

Pierre Moscovici, directeur de campagne du candidat socialiste à l'élection présidentielle, François Hollande, a déclaré au Nouvelobs.com que les propos de Serge Letchimy lui étaient "personnels" et exprimaient "sa sensibilité".

"La réaction de la majorité et du gouvernement paraît disproportionnée. Il ne faut pas grossir l'incident", dit-il.

Pour l'eurodéputé Jean-Luc Bennahmias, vice-président du MoDem de François Bayrou, "la surenchère était assurée" après "une énième provocation" de Claude Guéant.

"C'est l'arroseur arrosé! La campagne présidentielle mérite mieux que ça", dit-il dans un communiqué.

Lors d'une réunion à huis clos du syndicat UNI, proche de la droite, samedi dernier à l'Assemblée, le ministre de l'Intérieur a déclaré lors d'un discours sur le "relativisme de gauche" que "toutes les civilisations ne se valent pas".

Accusé d'être "un rabatteur de voix FN" par l'opposition socialiste, Claude Guéant, qui a été au coeur de plusieurs polémiques dans un passé récent, a maintenu ses propos, qualifiés lundi "de bon sens" par le président Nicolas Sarkozy.

Dans une lettre adressée au Conseil français du Culte musulman (CFCM), le ministre assure qu'il ne visait ni la communauté musulmane, ni "aucune culture en particulier", alors qu'il avait évoqué, dimanche sur France Inter, deux exemples relatifs à l'islam - le port du voile intégral et les prières de rue - à l'appui de son raisonnement.

Sophie Louet avec Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Yahoo: Actu - 07/02/12

20:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Breivik réclame sa "libération immédiate"

© ap
 
Anders Behring Breivik, auteur des attaques sanglantes du 22 juillet en Norvège, pourra être maintenu en détention provisoire jusqu'à l'ouverture de son procès le 16 avril, a tranché le tribunal d'Oslo lundi.
Lors de l'audience, l'extrémiste de 32 ans avait réclamé sa "libération immédiate", affirmant avoir agi pour "défendre la population ethnique norvégienne". "Je n'accepte pas l'emprisonnement. J'exige d'être libéré immédiatement", a déclaré Behring Breivik, qui était entré dans la salle d'audience en faisant un salut, un geste adressé à l'extrême-droite, selon son avocat Geir Lippestad.
 
Hostile au multiculturalisme et à l'"invasion musulmane" en Europe, Behring Breivik avait fait feu pendant plus d'une heure sur un rassemblement de jeunes travaillistes sur l'île d'Utoya le 22 juillet dernier, après avoir fait exploser une bombe près du siège du gouvernement norvégien. Ses attaques, le pire massacre commis sur le sol norvégien depuis la Seconde Guerre mondiale, avaient fait 77 morts, dont de très nombreux adolescents. (JAV)
 
 
RTL Info belga - 06/02/12

20:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Un prof poignardé par un lycéen à Alfortville. Sa vie n'est pas en danger. Tout va bien.

Deux jeunes gens qui se bagarrent, un enseignant qui s'interpose, et un coup de couteau qui part... L'homme de 37 ans est hors de danger, et les deux lycéens ont été arrêtés.

  La scène s'est déroulée en pleine récréation, dans la cour du lycée polyvalent Maximilien Perret d'Alfortville, dans le Val-de-Marne, mardi matin, aux alentours de 10h15. Deux élèves se bagarrent dans la cour de cet établissement ultramoderne, inauguré en décembre dernier. Un enseignant, un homme de 37 ans, intervient pour les séparer. C'est là qu'il a été blessé, d'un coup de couteau. Une blessure sans gravité, au flanc droit. « Mais quand même, elle fait quatre centimètres de profondeur, ce n'est pas anodin... En tout cas, l'enseignant va mieux », commente une source policière. Il a été pris en charge à l'hôpital Henri Mondor de Créteil. Son pronostic vital, en effet, n'est pas engagé.
 

S'ils ont pris la fuite après que l'un d'entre-eux ait blessé le professeur, les deux jeunes gens, identifiés, ont pu être interpellés peu après. Ils sont actuellement en garde à vue au commissariat d'Alfortville. Les cours ont repris, sous la surveillance d'équipes mobiles de sécurité. Reste à savoir qui a porté le coup de couteau, et les causes de cette altercation.

France-Soir - 07/02/12

19:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

SOS Racisme appelle à la haine contre le Front National

 

Communiqué de Louis Aliot, Directeur opérationnel et porte-parole de la campagne de Marine Le Pen

Dans un délire dangereusement scandaleux, le président de SOS Racisme Dominique Sopo vient de diffamer gravement Marine Le Pen et par voie de conséquence les millions de Français qui s’apprêtent à voter pour elle.

En disant que Marine Le Pen « appartient à une famille politique qui porte en elle le crime et qui fait qu’aujourd’hui, des dizaines d’adolescents ne sont plus là (…) pour construire la société en Norvège », Monsieur Sopo a franchi un cap dans l’ignominie.

Ces propos qui recèlent une incitation claire à la haine sont particulièrement dangereux et nous rappellent furieusement les procès de Moscou de sinistre mémoire.

La Gauche et son bras armé antiraciste tentent de diaboliser Marine au moment où sa percée populaire, face au système, est de plus en plus remarquable et remarquée.

SOS Racisme, officine socialiste payée par nos impôts, montre son vrai visage, celui de la haine, du mensonge et de la démagogie.

Si nous n’avons rien à voir avec l’idéologie Nazie, on ne peut pas en dire autant de cette gauche complice des pires régimes communistes qui ont ensanglanté la planète et dont monsieur Sopo en est intellectuellement un digne héritier.

19:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le Président de la République intervient dans l'instance constitutionnelle en cours au mépris de sa fonction d'arbitre et de garant

 

Communiqué de Louis Aliot, Directeur opérationnel et porte-parole de la campagne de Marine Le Pen

Le président de la République, en s’exprimant sur l’anonymat des parrainages a violé la mission dévolue par l’article 5 de la constitution : « Le président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État. »

Alors que l’affaire est pendante devant la plus haute juridiction de l’État, Nicolas Sarkozy a estimé ce matin que « l’anonymat n’avait pas sa place » dans les parrainages des élus pour les candidats à la présidentielle.

Au-delà de l’immixtion du chef de l’État dans ce débat et cette instance constitutionnelle, le président de la république méconnaît la Loi de 1962 qui, à l’origine, organisait l’anonymat des parrainages.

C’est d’ailleurs en substance ce que disait le général De Gaulle, lui qui, au Conseil des ministres du 2 octobre 1962, avait précisé que : « Ou bien les élus accordent une véritable investiture, et il faut y aller carrément (…) en procédant à une véritable élection préalable par collège restreint. Ou bien on renonce à ce système, on adopte le suffrage universel dans toute son ampleur et alors, il ne doit pas y avoir de condition préalable. »

19:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Marine Le Pen en déplacement à La Réunion - " racis déor! "

 

En déplacement à l’île de la Réunion dans le sud-ouest de l’Océan Indien, Marine Le Pen, candidate à l’élection présidentielle de 2012, a atterri en début de matinée à l’aéroport de Saint-Denis pour deux jours de rencontres avec les Français de l’Outremer. Elle est accompagnée de Jean-Michel Dubois, son conseiller à l’Outre-mer.

Dans la vidéo ci-dessus, on peut voir que les deux premiers reportages (du même groupe média) n’offrent qu’un seul son de cloche : ils relatent assez facilement la situation lors de l’arrivée de la candidate du peuple français sur le sol de l’île dans l’archipel des Mascareignes, quant, à l’opposé, des autres chaînes de télévision daignent laisser quelques secondes de parole à Marine Le Pen pour réagir et s’exprimer librement

18:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Sarkozy a déclaré qu'il était contre l'anonymat des parrainages

Le débat sur les parrainages et l'anonymat des élus apportant leur signatures aux candidats à l'élection présidentielle est loin d'être clos. Nicolas Sarkozy lui-même s'est invité dans la discussion, mardi, à l'occasion du petit-déjeuner de la majorité. Pour le chef de l'État –probable futur candidat de l'UMP– l'anonymat des parrainages « n'a pas sa place », a rapporté l'un des participants. Une déclaration qui confirme la position du président sur le sujet, comme le rappelle l'entourage de Nicolas Sarkozy. « Il est contre l'anonymat, il l'a déjà dit, le Premier ministre (François Fillon) est sur la même ligne, sa position a toujours été la même », souligne un proche du président.

Cliquez ici !

"Vous pouvez compter sur moi"

La publicité des parrainages, instaurée en 1976, est une règle régulièrement fustigée par certains candidats à la fonction présidentielle et notamment Marine Le Pen. La présidente du Front national assure que, du fait de cette publicité, de nombreux élus ne veulent pas lui accorder leur signature de peur d'être sanctionnés par la suite – soit par leur parti, soit par leurs électeurs.

Marine Le Pen a d'ailleurs déposé une question prioritaire de constitutionnalité en ce sens. Le Conseil constitutionnel doit se prononcer avant le 22 février, date du Conseil des ministres devant examiner le décret de convocation des électeurs.

France-Soir - 07/02/12

18:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Allemagne: Merkel appelée à la "retenue" dans la campagne présidentielle française

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle, a appelé mardi l'Allemagne à "la retenue" dans la campagne électorale française alors que le soutien appuyé de la chancelière au président français Nicolas Sarkozy en vue de la présidentielle suscite des remous.

"Je conseille à tous les partis allemands une certaine retenue respectueuse dans la campagne électorale française", a déclaré le chef de la diplomatie après une rencontre avec son homologue hongrois, Janos Martonyi, à Berlin."Je ne crois pas qu'il soit judicieux de transposer les disputes partisanes allemandes dans la campagne électorale française et le gouvernement n'est de toute façon pas un parti dans la campagne électorale française", a-t-il ajouté.

Des voix se sont élevées mardi dans l'opposition allemande après que la chancelière conservatrice Angela Merkel eut apporté la veille à Paris son soutien à Nicolas Sarkozy, probable candidat à sa succession lors du scrutin présidentiel français les 22 avril et 6 mai.Le dirigeant du Parti social-démocrate (SPD/opposition), Sigmar Gabriel, a jugé "plutôt pitoyable" l'interview commune télévisée donnée lundi par les deux dirigeants.
Le chef des députés Verts au Bundestag, Jürgen Trittin, a estimé que, par son soutien marqué à un président qui "se trouve le dos au mur", Angela Merkel nuisait aux relations franco-allemandes et outrepassait la neutralité de la fonction de chancelière.

 Guido Westerwelle, dont le parti libéral est le partenaire minoritaire de la coalition gouvernementale, avait déjà critiqué ce week-end la chancelière pour ce soutien. Celle-ci avait toutefois insisté sur le fait qu'elle agissait en tant que dirigeante de l'Union chrétienne-démocrate (CDU), un "parti ami" du parti de droite français UMP.

Le JDD - 07/02/12

18:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)