Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2011

Qui est-ce? n°16

16 XXX.jpg

02:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (19)

Hymne national de la Palestine (mawtini, mon pays)

01:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'Hatikva, l'hymne d'Israël chanté par Enrico Macias

Hatikva
Aussi longtemps qu'en nos coeurs,
Vibrera l'âme juive,
Et tournée vers l'Orient
Aspirera à Sion

Notre espoir n'est pas vain,
Espérance bimillénaire,
D'être un peuple libre sur notre terre,
Le Pays de Sion et Jérusalem.

Cet hymne fut composé pour la première fois par Naphtali Herz Imber en 1878 à Jassy en Moldavie, sur un air folklorique moldave, inspiré semble-t-il par la nouvelle de la fondation de la cité de Petah' Tiqwah en Palestine. Remanié à plusieurs reprises, l'hymne n'a pris sa forme définitive qu'à la création de l'Etat d'Israël en 1948, bien qu'il fut entonné à tous les congrès sionistes et qu'il fut officiellement accepté lors du 18ème congrès de Prague en 1933, en même temps que le drapeau. Cet hymne suggère une volonté affirmée, mêlée à de la tendresse.

 

00:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Un jeune aveugle oublié dans un train à Paris

aveugle train.jpg

Alexis Munoz, un jeune aveugle, a été oublié dans un train où un agent de la SNCF devait le prendre en charge à son arrivée à Paris. Le jeune homme, en provenance de Bayonne, est donc resté bloqué durant 2 heures. D'après RTL qui relate cette mésaventure, Alexis Munoz avait fait appel au service «Accès Plus» de la SNCF, et aurait dû à son arrivée à Paris trouver une assistance.

Mais il n'y avait personne. Et les choses se sont compliquées quand le train reliant Bayonne-Paris est rentré au dépôt. Coincé à l'intérieur, le pauvre Alexis n'a été aidé que deux heures plus tard lorsqu'une femme de ménage le découvre. Les faits remontent au 2 mai dernier.

«Je me suis retrouvé enfermé dans ce train. Personne n'est venu me chercher et j'ai été acheminé vers une voie de garage. Ça a été très très choquant pour moi, émotionnellement parlant. Ça a été très difficile à vivre et à supporter. J'ai vécu en fait 2 heures de cauchemar», a expliqué le jeune homme à RTL.

Très marqué par cette mésaventure, le jeune aveugle compte demander une explication et même une  indemnisation symbolique à la SNCF. De son côté, la SNCF, qui a admis son erreur, a annoncé l'ouverture d'une enquête.

Source Le Parisien - 03/06/11

00:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

04/06/2011

Situation à Sevran: au lieu de les passer au Karcher, Sarkozy laisse les voyous faire la loi

 

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National :

Où est donc passé le Karcher de Nicolas Sarkozy, celui qui devait « nettoyer les cités » ? Sevran est aujourd’hui le symbole de l’échec dramatique du sarkozysme, une politique de communication sans action.

Comme tant d’autres en France, la ville de Sevran est confrontée à la montée de l’hyper violence, qui oblige les enfants à rester cloîtrés dans leur classe pendant les heures de récréation. Les gangs et les trafiquants de drogue, souvent lourdement armés, y sévissent en toute impunité, et les agressions se multiplient.

Le maire de Sevran a raison de comparer à Chicago ce qu’est devenue sa ville : le gouvernement Sarkozy laisse la situation dégénérer à un point tel que la République perd chaque jour le contrôle de nouveaux territoires.

Les voyous et les dealers font la loi dans un nombre croissant de quartiers, et n’ont rien à craindre d’un Nicolas Sarkozy et d’un Claude Guéant, toujours dans le blabla et jamais dans l’action.

Sous Nicolas Sarkozy, seules la police et la gendarmerie sont passées au Karcher : 19.000 effectifs en moins depuis 2005 ! C’est criminel.

Marine Le Pen, Présidente du Front National, appelle à la reconquête des territoires perdus de la République.

En ce sens, il faut réaffirmer partout et sans aucune faiblesse l’autorité de l’Etat, rebâtir les effectifs de la police et de la gendarmerie détruits par Nicolas Sarkozy, et préférer l’action à la communication.

La drogue est au cœur du problème : l’impunité doit cesser dans ce domaine aussi. Une lutte sans merci doit être menée contre les dealers, et les consommateurs doivent être sanctionnés.

NPI - 04/06/11

19:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

HENRI MATISSE

 

502.jpg Matisse nature morte.jpg

507.jpg Matisse fenêtre.jpg

Fenêtre à Collioure

 (Cliquez sur les tableaux)

19:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

"La colonisation, vecteur d'universalité" - Entretien avec Jean-François Mattéi

matteiune-322213-jpg_203402.jpg

(Cliquez sur la photo)

Le Point : Pour vous, c'est quoi, l'Europe ?

Jean-François Mattéi : L'Europe est essentiellement une identité culturelle qui n'a jamais réussi à réaliser son unité politique. Ce ne fut pas le cas à l'époque des Romains, puisque l'Empire s'est effondré. Ce ne fut pas le cas ensuite à l'époque de Charlemagne, ni même à celle de Napoléon. C'est d'autant plus paradoxal que ce sont l'Europe et les Européens qui ont inventé la politique et la démocratie. Or l'Europe n'est pas parvenue à s'unir, alors qu'elle avait trois facteurs d'unité évidents : la science grecque, le droit romain et la religion chrétienne, qui fut son ciment culturel. Ce qui m'intéresse, c'est donc moins l'Europe actuelle dans ses échecs que la substance culturelle qui la constitue dans ses réussites.

Les réussites de l'Europe vous paraissent à ce point remarquables ?

Valéry avait déjà noté que tout est venu à l'Europe et que tout en est venu. En science, en politique, en éducation, en musique... toutes les inventions sont européennes depuis cinq ou six siècles. C'est là une fécondité extraordinaire et en même temps un échec tout aussi extraordinaire à s'unifier politiquement. Les États-Unis, peuplés d'Européens, ont au moins réussi leur unification, mais pas l'Europe, qui s'est toujours déchirée en des guerres sanglantes. Elle n'a pas été à la hauteur de ses ambitions culturelles et de ses exigences éthiques.

Vous proposez pourtant à l'Europe une devise très positive, celle de Charles Quint.

Lorsque Charles Quint corrige le proverbe latin appliqué aux Colonnes d'Hercule entre Gibraltar et Ceuta : "Nec plus ultra", pour en faire la devise de l'Espagne, il supprime l'interdiction,"Nec", et garde la transgression "Plus ultra". C'est-à-dire l'idée d'"aller plus loin" dans les explorations et les découvertes. Dans la pensée européenne, ce qui est important, c'est le besoin d'outrepasser toutes les frontières.

Une devise un peu agressive.

Je ne crois pas, parce qu'il s'agit moins d'action militaire que de conquête de la connaissance sur le plan théorique et de l'humanité sur le plan pratique. C'est ainsi que l'Europe a imposé au monde la religion chrétienne, tout en faisant en sorte de promouvoir l'éthique et la politique avec l'humanisme, la démocratie et les droits de l'homme. Cette évolution va de la Magna Carta Libertatum des Anglais de 1215 jusqu'à la Déclaration universelle de 1948, laquelle provient des Européens et de leurs descendants qui ont fait souche en Amérique.

À l'opposé de cet esprit de conquête, n'avez-vous pas l'impression qu'il y a aujourd'hui une sorte de frilosité de l'Europe, un repli identitaire qui se traduit par exemple par le débat sur l'immigration ?

En réalité, les Européens n'ont plus conscience de leur héritage culturel. Même si l'on multiplie les manifestations publiques et médiatiques sur cet héritage, dans les musées et les expositions, cette présence reste abstraite et n'est pas vraiment vécue. Cela n'a pas toujours été le cas. Au XVIIIe ou au XIXe siècle, et même jusqu'au début du XXe siècle, tous les penseurs et les artistes, philosophes, poètes ou musiciens avaient le sentiment d'appartenir à une entité culturelle unique. Pensez à Diderot, à Hugo, à Baudelaire ou même, de l'autre côté de l'Atlantique, à Edgar Poe ou Thoreau. Ils avaient le sentiment d'une habitation commune : la pensée européenne ou, si vous préférez, occidentale. Aujourd'hui, ce sentiment s'est affadi. Cela se traduit par un faux repli identitaire accompagné d'une crainte de tout ce qui vient de l'extérieur. Nous avons un héritage considérable, mais nous n'en avons plus le mode d'emploi. Comme si ceux qui nous ont précédés avaient oublié de nous le livrer, et avec lui le souffle avec lequel nous devons penser l'Europe. Nous ressentons un sentiment d'échec qui provoque immanquablement un mouvement de repli.

Vous vous offusquez par exemple qu'on n'ait pas été capable de trouver des symboles authentiquement européens aux billets libellés en euros.

Sur les billets français, on reconnaissait auparavant Corneille, Pasteur, Delacroix ou Debussy. Sur les billets européens, on ne trouve aucun visage humain. C'est comme si l'Europe qui a inventé l'humanisme occultait sa propre humanité. Nos dirigeants politiques auraient pu choisir aussi des monuments historiques réels : le pont du Gard ou le pont Charles à Prague, par exemple. Ils ont préféré évoquer des ponts virtuels afin de ne blesser aucune susceptibilité. C'est bien là le repli dont vous parliez : celui du réel sur le virtuel.

Comment réagissez-vous au débat récurrent sur les racines chrétiennes de l'Europe ?

Ce débat montre à l'évidence qu'il y a une occultation volontaire d'une partie de l'héritage européen. Tout se passe comme si les élites intellectuelles de notre temps avaient peur de rappeler que l'Europe possède, non pas d'abord, non pas surtout, mais également un héritage chrétien. À une époque où l'on nous demande d'insister sur la dimension mémorielle de l'Histoire, il est étrange de vouloir effacer une partie du passé européen. N'oubliez pas que la laïcité, dont nous nous réclamons à juste titre, est une invention chrétienne. Sans parler du célèbre "Rendez à César ce qui est à César...", c'est l'Église qui a distingué entre ce qui relève du laos, le "peuple", et ce qui relève du klêros, le "clergé". Le mot grec qui sert à définir la laïcité est issu d'un découpage religieux qui sépare le monde laïque du monde clérical.

Pourquoi défendez-vous une sorte de suprématie de la culture européenne ?

Je pense que la culture européenne est une métaculture dans le sens où elle a imposé ses normes aux autres peuples à travers la découverte et l'étude de leurs cultures. Aucune autre culture n'a inventé l'ethnographie ou l'anthropologie. La volonté de transgresser les frontières, d'aller voir plus loin l'inconnu, cette curiosité insatiable de l'autre est une attitude typiquement européenne. Toutes les autres cultures ont été des idiosyncrasies qui se sont perçues sous un angle particulier alors que la culture européenne a instauré une culture de l'universel. Il est vrai qu'elle en a parfois fait mauvais usage.

C'est tout le problème de la colonisation.

L'histoire humaine est marquée par une suite de colonisations. La Gaule a été colonisée par Jules César et elle est devenue gallo-romaine avant d'être colonisée par les Francs, qui ont donné son nom à notre peuple. La colonisation est une greffe qu'une civilisation implante dans une autre. Toutes les cultures ont été colonisées ou colonisatrices. L'originalité de la colonisation européenne, qu'elle soit le fait des Français, des Anglais, des Espagnols ou des Portugais, c'est qu'elle a apporté aux autres peuples son universalité. Le verbe latin colere signifie "habiter", "cultiver", "soigner" et "élever un culte". C'est cette racine qui a donné le mot colonia, ou "colonie". Autrement dit, étymologiquement et intellectuellement, la colonisation, la culture et le culte énoncent la même idée : l'être humain doit prendre soin de ce qu'il cultive. Loin d'être l'abomination que l'on dénonce aujourd'hui, et en dépit de ses abus et de ses violences, la colonisation a été le processus historique de développement de l'humanité dans sa recherche de principes et de savoirs universels.

Vous trouvez donc inutile la mode actuelle de la repentance ?

Oui, parce que cela permet à certains de nos contemporains de se donner bonne conscience à peu de frais en battant leur coulpe sur les crimes de leurs prédécesseurs. D'autre part, nous ne pouvons revenir en arrière : les colonisations ne sont plus actuelles. En outre, la plupart des peuples, à un moment ou à un autre, ont été colonisateurs, et pas seulement les peuples européens. Enfin, on ne veut voir que les méfaits de la colonisation, qui sont indubitables, et on oublie ses bienfaits. Prenez l'Algérie. La colonisation par la France a été la plus courte de ce pays, de 1830 à 1962, après celle des Phéniciens, des Romains, des Arabes et des Ottomans, parmi d'autres envahisseurs. Mais elle a été la plus prodigue dans le développement de la Régence d'Alger, qui n'était pas encore un pays unifié et autonome.

Ne va-t-on pas vous reprocher une forme d'arrogance européenne ?

L'originalité de la pensée européenne, c'est qu'elle est toujours critique à l'égard d'elle-même. Même lorsqu'elle s'arroge le droit de parler aux autres peuples, elle revient toujours sur elle-même et fait son autocritique. Considérez Montaigne et le chapitre des Essais qui s'appelle Des cannibales. Il nous dit que les Indiens du Nouveau Monde, que l'on qualifiait alors de "barbares", étaient moins barbares que les Espagnols et les Portugais. C'est là l'une des premières critiques de la colonisation qui s'appuie sur les principes juridiques, moraux et religieux des Européens. La grandeur de la civilisation européenne a toujours été de prendre conscience de ses méfaits et de tenter de les corriger. Son humanisme si décrié est pourtant à l'origine de la Déclaration universelle des droits de l'homme, aujourd'hui reconnue par la plupart des peuples.

Propos recueillis par Michel Colomès

Le procès de l'Europe. Grandeur et misère de la culture européenne, de Jean-François Mattéi (PUF, 264 p., 22 euros).

 

Repères

 

1941 : Naissance à Oran, en Algérie.

1962 : à 21 ans, exil vers la France.

1965 : diplômé de sciences politiques de l'IEP d'Aix-en-Provence.

1967 : agrégé de philosophie.

1967-1979 : professeur au lycée Fermat de Toulouse et au lycée Thiers de Marseille.

1980-2006 : professeur à l'université Nice Sophia-Antipolis.

1993-1994 : conseiller personnel du ministre de l'Education nationale François Bayrou.

1996 : Platon et le miroir du mythe (PUF).

1999 : La barbarie intérieure (PUF).

2005 : De l'indignation (La Table ronde).

2006 : La crise du sens (Cécile Defaut).

2006 : L'énigme de la pensée (Ovadia).

2009 : Le sens de la démesure (Sulliver).

Source  Le Point - 26/05/11

19:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Paris: massacré à coups de marteau par deux jeunes, il est entre la vie et la mort

 

1480654_marteau_640x280.jpg

(Cliquez sur la photo)

Nicolas Moulis, 30 ans, luttait hier soir contre la mort. Ce jeune homme, cadre supérieur dans un grand groupe agroalimentaire, a été plongé dans le coma après avoir été sauvagement agressé à coups de marteau par deux adolescents dans la nuit de jeudi à vendredi dans le XIe arrondissement à Paris. Selon les premières investigations, confiées aux enquêteurs du 2e district de police judiciaire (DPJ), ses agresseurs s’en sont pris à lui pour son portefeuille.

Interpellés quelques instants après les faits, les deux mineurs, âgés de 15 et 16 ans, ont été placés en garde à vue. Hier soir, ils devaient être présentés à une juge d’instruction.

Tout commence vendredi vers 1 heure. Nicolas stoppe sa voiture avenue de Taillebourg, à deux pas de la place de la Nation, pour effectuer un retrait d’argent à un distributeur. Alors qu’il regagne son véhicule, le jeune homme voit deux adolescents surgir devant lui. Un des deux lui assène un très violent coup de marteau à la tête. Sous le choc, Nicolas chute au sol. Ses agresseurs en profitent pour redoubler de violence. La victime reçoit de nombreux coups de marteau à la tête et au visage ainsi que des coups de pied. Ses deux agresseurs parviennent à lui arracher son portefeuille avant de prendre la fuite. Alertés par les cris du jeune homme, des policiers de la brigade des réseaux ferrés (BRF) en patrouille aperçoivent les deux adolescents en train de s’enfuir avant de porter secours à Nicolas Moulis.

Prise en charge dans un état grave par les pompiers puis par une équipe du Samu, la victime est évacuée vers les urgences neurologiques de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, situé dans le XIIIe arrondissement de la capitale.

« Il a été plongé dans le coma et son pronostic vital est engagé, relate une source proche de l’affaire. Il souffre de très graves blessures au niveau du crâne. Ses agresseurs se sont littéralement déchaînés. Il a aussi eu une joue transpercée sous la violence des coups. » Lancés à la poursuite des agresseurs, les policiers sont parvenus à les arrêter, boulevard de Charonne, dans le XIe arrondissement.

« Dans leur fuite, un des deux s’était débarrassé du marteau qui a été retrouvé, tandis que le second avait jeté le portefeuille, poursuit la même source. L’un des deux adolescents est domicilié dans le XVIIIe arrondissement et est déjà connu pour des faits de détention d’arme et de violence. Le second loge dans un foyer d’accueil dans le XIVe arrondissement. Ils ont précisé avoir choisi leur victime totalement au hasard. »

En garde à vue, les deux auteurs présumés ont reconnu les faits avant d’expliquer s’être acharnés pour « être sûrs de pouvoir s’emparer du portefeuille » de la victime, domiciliée à Montrouge (Hauts-de-Seine).

Jointe hier, la mère de Nicolas Moulis, originaire de Gironde, a simplement indiqué avoir été prévenue des faits par  sa belle-fille . « Nicolas travaille depuis trois ans à Paris, confie la maman, sous le choc. Nous montons ce soir (hier soir) à Paris pour aller le voir à l’hôpital. Je ne sais pas grand-chose de son agression. J’attends d’être sur place pour savoir précisément. »
 
 
Source Le Parisien - 04/06/11

 

 

 

17:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Nouvelle ligne de métro écologique entre Marseille et Aubagne

!cid___0@Foxmail.jpg

(Cliquez sur la photo)

02:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

03/06/2011

Bactérie tueuse en Allemagne: la folle hypothèse du gaz de schiste

Un vent de panique commence à souffler sur l'Europe. Chez les maraîchers, qui assistent à la chute de la vente des concombres et à une méfiance qui se généralise. Le Premier ministre espagnol tonne contre cette mise à l'index et réclame des dédommagements pour les préjudices subis. Mais les Pays-Bas, l'Allemagne et le Portugal réclament aussi des aides pour leur agriculture, plusieurs pays européens ayant cessé d'acheter des fruits et légumes et la Russie ayant décrété un embargo sur les légumes en provenance de tous les pays de l'Union européenne.

De leur côté, les scientifiques se démènent. Les chercheurs allemands planchent depuis des jours sur des centaines d'échantillons. Le laboratoire du professeur Alfredo Caprioli, en Italie, spécialisé dans la bactérie Eceh, essaie de mettre au point des méthodes efficaces de contrôle des aliments et a commencé à transmettre des modèles de protocole d'urgence.

Hypothèse « folle »

Le professeur français André Picot, toxicologue de haute volée, suggère dans une interview (lire ci-dessous) une autre explication, dont il dit lui-même qu'elle est « folle ». Il se demande si les forages concernant les gaz de schiste qui viennent de commencer en Basse-Saxe n'ont pas quelque chose à voir avec cette épidémie.

Il est vrai qu'il a créé une association (ATC) à la frontière entre toxicologie et chimie et qu'il vient de publier un rapport sur les gaz de schiste, où il explique ce que dégage leur extraction et pourquoi il existe des pluies d'oiseaux morts.

Trois questions à André Picot, toxicochimiste, directeur honoraire au CNRS:

 Croyez-vous que la contamination soit due à un légume, concombre ou autre ?

Il n'y a pas que les aliments qui soient toxiques. La bactérie tueuse Eceh est une bactérie commune qui n'est pas pathogène, que l'on trouve partout et qui peuple nos intestins. Elle est d'ailleurs éliminée par eux et se retrouve dans les selles, donc dans le sol et dans l'eau. Et la contamination par le sol et par l'eau est aussi importante que par les légumes et les fruits. De plus, il peut s'agir d'une mutation de la bactérie qui n'a pas été encore détectée et qui multiplie par deux le risque pathogène. La mutation peut être due à la présence d'antibiotiques ou à l'irradiation.

Pensez-vous à une autre hypothèse sur l'origine de la contamination ?

Une théorie folle pour laquelle je n'ai aucune preuve. Le foyer de départ semble être la région de Hambourg. Or l'Allemagne, où Exxon Mobil détient des baux sur 750 000 hectares dans le bassin inférieur de la Saxe (Basse-Saxe), commence à y extraire du gaz de schiste. On sait que ces forages rejettent de grandes quantités d'eau en surface qui, si elle n'est pas traitée convenablement avant de se retrouver dans l'environnement, peut générer des pollutions conduisant à des problèmes sanitaires. Et, contrairement aux Américains, les Allemands n'utilisent pas de biocides. Ceux-ci sont des pesticides à usage non agricole dont la substance active exerce une action contre les organismes vivants dits « nuisibles » (1). Nous avons des collègues qui suivent ce type d'actualité allemande, notamment en Pologne.

Nous vivons théoriquement dans un monde très aseptisé. La chaîne du froid fonctionne bien, et les risques de contamination sont limités.

Qui peut réfléchir et proposer des solutions à ce type de problèmes ?

Des microbiologistes, pas des chimistes. Si on analyse l'eau issue des fractures, on s'aperçoit qu'elle sort très acide et que, au fur et à mesure qu'elle remonte, des bactéries remontent aussi. Mais on peut aussi les neutraliser. Les plus capables dans ce domaine sont les gens de l'Institut Pasteur et les Américains.

(1) Il existe une directive communautaire (98/8/CE) sur la mise sur le marché des produits biocides et l'harmonisation de la réglementation des États.

Source Sud-Ouest - 03/06/11

23:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

DSK: le calme avant la tempête

dskmaisontribecanewyork.jpg

A TriBeCa comme sur le reste de l'île de Manhattan, le week-end s'annonce orageux. Depuis plusieurs jours déjà, une lourde chaleur étouffe les avenues encombrées et assourdissantes de New-York, et liquéfie les valeureux touristes en short. A deux « blocks » du tumulte de Broadway et de Canal Street, le quartier de TriBeCa, avec ses squares, ses terrasses de restaurants et ses petits immeubles, est un havre de paix. Loin de l'effervescence de Wall Street et des grattes-ciel époustouflants de Central Park.

Au 153 Franklin Street, quatre parasols rouges et blancs ont été dressés sur la petite terrasse, totalement invisible depuis la rue, calme et pavée. Impossible, cependant, de savoir si Dominique Strauss-Kahn, bracelet électronique à la cheville, et son épouse Anne Sinclair viennent goûter là l'ombre et la brise de la rivière Hudson : les rares photographes qui se sont risqués à escalader l'échafaudage d'un immeuble voisin ont été délogés avant d'immortaliser une scène très hypothétique en cette fin de semaine. Car, en perspective de sa comparution, lundi, devant la Cour suprême de New-York, DSK a mieux à faire que de paresser sur son toit. Ce week-end sera en effet le dernier avant l'ouverture – officielle – des hostilités judiciaires avec le procureur de Manhattan Cyrus Vance Jr. Une lutte sans merci que Strauss-Kahn a bien l'intention d'emporter après avoir plaidé « non coupable » de la tentative de viol dont l'accuse Nafissatou Diallo, femme de chambre à l'hôtel Sofitel de New-York.

Hommes de ménage

Voilà dix jours, maintenant, que l'ancien candidat favori des Français aux présidentielles de 2012, inculpé par la justice américaine le 19 mai dernier, vit reclus dans ce luxueux hôtel particulier de 630 m2, au sud-ouest de l'île. Et il l'a compris : le risque qu'il passe les semaines, voire les mois, à venir dans cette maison de briques rouges, louée 50.000 dollars par mois (35.000 euros) et surveillée jour et nuit par une patrouille de police, est immense. Preuve en est, la décision du couple Strauss-Kahn de faire venir à Franklin Street plusieurs de leurs meubles et objets personnels.

Jeudi dernier, un camion de déménagement s'est ainsi garé devant la maison de ville. A l'intérieur :  une quarantaine de cartons, un sofa, des fauteuils et quelques tableaux prestement emportés à l'intérieur de l'habitation par quelques gros bras d'une société de transport de Virginie.

Dans la semaine, le couple s'est en outre adjoint les services d'une entreprise de nettoyage. Deux hommes de ménage – l'anecdote n'a pas manqué d'être relevée par les tabloïds new-yorkais - viennent donc chaque jour ranger, astiquer salons, chambres et salle de home-cinéma, et sortir les poubelles.

Décor de cinéma

De la rue, peu passante, la façade de la petite bâtisse, coincée entre deux immeubles, ressemblerait presque à un décor de cinéma. Des stores blancs, obstinément fermés, masquent les fenêtres des deux étages qui donnent sur le trottoir. Au rez-de-chaussée, les vitres des portes sont en verre blanc  dépoli. Même les trois plantes vertes, fichées dans de grands pots noirs posés sur la chaussée, paraissent fausses. Avec, sur le trottoir voisin, des caméras de télévision qui enregistrent à plein régime, on pourrait même croire à un tournage dans ce quartier de New-York si cher à Robert de Niro.

Assigné à résidence après avoir bénéficié d'une libération sous caution de 6 millions de dollars – 1 million cash et 5 millions de garantie -, l'ex-homme fort du Fonds monétaire international (FMI) n'a désormais d'autre choix que consacrer tout son temps à sa défense. Mardi, il s'est rendu avec son épouse chez son avocat new-yorkais, Me Benjamin Brafman, sur la 3e Avenue. DSK vit au rythme des visites de ses proches, des collaborateurs de ses conseils et des rondes des gardes du corps imposés par le juge de la Cour suprême Michael Obus.

Anne Sinclair, évidemment, n'est pas astreinte à cette surveillance de tout instant, ni au couvre-feu (22h-6h). Mais, pour autant, elle ne se sort de la maison qu'assez peu et, le plus souvent, en compagnie de Camille, l'une des filles de son époux, étudiante à New-York.

Lundi, l'ancienne star de TF1 prendra place aux côtés de son mari dans la Lexus noire aux vitres foncées. Direction : la Cour suprême, à quelques rues de Franklin Street. Une apparition publique de DSK qui pourrait peut-être être la dernière avant de longs mois passés sous le ciel new-yorkais.

 
Source France-Soir - 03/06/11

21:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Pas de tolérance pour la pédophilie!

21:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Contre les pédophiles

21:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Thomas, le fils de Laurent Fabius, condamné pour abus de confiance

 

Le fils de l’ancien Premier ministre a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à 15.000 euros d’amende dont 10.000 euros avec sursis.

Thomas Fabius a été condamné le mercredi 1er juin, à 15.000 euros d’amende, dont 10.000 euros avec sursis, dans le cadre d’une procédure de « plaider-coupable ».

La comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), dite « plaider-coupable », a pour objet d’éviter un procès à condition que l’intéressé reconnaisse sa culpabilité et accepte la ou les peines proposées.

Mercredi, lors d’une audience de quelques minutes devant le juge homologateur, Thomas Fabius a reconnu avoir « détourné des fonds d’un montant de 90.000 euros qui lui avaient été remis » par un investisseur pour co-financer un projet de cartes à puce sécurisant les paiements à distance.

Lire la suite

Nations Presse Info -  03/06/11

19:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Paris: un haut cadre du groupe Barilla agressé à coups de marteau


Paris : un homme agressé à coups de marteaux par BFMTV

03/06/11

18:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Sevran: le maire appelle les militaires à la rescoussse

02/06/2011 – 23h30
SEVRAN (NOVOpress) –
Dans son édition du 2 juin, Le Parisien consacre une enquête sur de « graves incidents à répétition » dans la ville de Sevran (Seine-Saint-Denis).

 Concrètement, depuis plusieurs semaines, les élèves de l’école Montaigne, au cœur du quartier multiethnique Montceleux, sont souvent privés de récréation. Motif : ils doivent se mettre à l’abri de coups de feu tirés à proximité de l’établissement scolaire. Les lieux sont gangrénés par des trafics de drogue issus de l’immigration extra-européenne.

Interrogé par Carole Sterlé, journaliste au Parisien, le maire de la commune francilienne, Stéphane Gatignon, ne voit plus qu’une seule réponse face à cette délinquance à l’arme de guerre : il veut l’aide de forces militaires, davantage que l’hélicoptère de police qui sillonne le ciel de Sevran. « Il faut des forces d’interposition, des casques bleus, comme ceux qu’on envoie à l’étranger pour empêcher les belligérants de s’entre-tuer », exige l’édile.

Depuis l’année dernière, c’est aussi ce que réclame le Bloc identitaire, via la campagne  : « C’est dans nos banlieues qu’on a besoin d’eux. Exigeons le retour de nos soldats d’Afghanistan ».  Sur la même longueur d’onde que le Bloc identitaire, Stéphane Gatignon, membre pour l’instant d’Europe écologie,  pourrait ainsi rejoindre le parti politique présidé par Fabrice Robert…


[cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

NOVOPRESS - 03/06/11

18:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le général Mladic réfute les charges "ignobles" à son encontre

Mladic.jpg

LA HAYE (Reuters) - Ratko Mladic est apparu fatigué mais combatif vendredi lors de sa première comparution devant le tribunal de La Haye, fier de ses états de service et révolté par les charges "ignobles" prononcées à son encontre.

"J'ai défendu mon peuple, j'ai défendu mon pays, maintenant je me défends", a déclaré l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie à la fin de sa comparution initiale devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), qui a fixé sa prochaine audience au 4 juillet.

Comme prévu, Mladic a refusé de dire s'il plaidait coupable ou non coupable des accusations le visant pour crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide pendant le siège de Sarajevo (1992-95) et le massacre de Srebrenica (juillet 1995).

A l'ouverture de l'audience, vers 10h00 (08h00 GMT), l'ancien général, coiffé d'une casquette militaire, a brièvement salué la cour.

Ratko Mladic a déclaré au juge néerlandais Alphons Ories qu'il était "gravement malade", "en mauvaise santé", et qu'il ne souhaitait entendre "ni une seule lettre ni un seul mot" de l'acte d'accusation.

Il a hoché la tête négativement à l'écoute de la description par le magistrat du massacre de 8.000 hommes et adolescents musulmans bosniaques dans la bourgade de Srebrenica en juillet 1995.

"TUER, MUTILER, BLESSER, TERRORISER"

Personnage autrefois massif et intimidant sur le champ de bataille, Ratko Mladic est apparu plus vieux que ses 69 ans. Un coin de sa bouche s'affaisse et il a peiné à articuler ses phrases, possible résultat d'une attaque cérébrale.

L'ancien général a déclaré au tribunal qu'il avait été traité avec "équité et dignité". "Je ne veux pas qu'on m'aide à marcher comme un aveugle. Si j'ai besoin d'aide, je le ferai savoir", a-t-il cependant ajouté.

Evoquant le siège de Sarajevo, qui a coûté la vie à 12.000 personnes, Alphons Ories a décrit une campagne méthodique des forces bosno-serbes pour "tirer et bombarder pour tuer, mutiler, blesser et terroriser" les habitants de la capitale de Bosnie.

Ratko Mladic a été arrêté le 26 mai dans un village situé à une centaine de kilomètres au nord de Belgrade, seize ans après son inculpation par le TPIY. Il a passé la plupart de ses années de fuite en vivant discrètement à Belgrade.

Il est accusé d'avoir orchestré la campagne de conquête et de "purification ethnique" des territoires bosniaques après l'éclatement de la Yougoslavie, déchirée ensuite par cinq ans de conflit qui ont fait 130.000 morts.

Les nationalistes serbes le considèrent toujours comme un héros. Ils dénoncent la partialité du TPIY, en soulignant que les deux tiers des prévenus sont serbes.

Le tribunal, qui a prononcé 161 inculpations depuis sa création en 1993, répond que cette proportion reflète le plus grand nombre de crimes de guerre commis par les Serbes.

LES MÈRES DE SREBRENICA

Plusieurs proches des victimes de Sarajevo et Srebrenica ont assisté à cette première audience, qui s'est achevée au bout d'une centaine de minutes, vers 11h40 (09h40 GMT).

"Je suis venue pour voir s'il y avait encore du sang dans ses yeux", a déclaré Munira Subasic, dont le mari et le fils de 18 ans ont péri à Srebrenica.

"En 1995, je l'ai supplié de laisser partir mon fils. Il m'a écoutée et m'a promis de le laisser partir. Je lui ai fait confiance. Seize ans après, je cherche encore les restes de mon fils. Mladic n'avait pas l'air d'un meurtrier implacable quand je lui ai parlé à l'époque."

Le TPIY, critiqué pour la lenteur de ses procédures, doit achever ses travaux en 2014.

"C'est la préoccupation principale, savoir s'ils finiront ce procès", a déclaré l'avocat Axel Hagedorn, qui représente un collectif de mères de Srebrenica.

Avec Ivana Sekularac et Aaron Gray-Block; Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Source Yahoo! Actualités - 03/06/11

17:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Cohn-Bendit prend une raclée lors d'un débat sur les minarets en Suisse

03:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17)

3ème indice pour le n°15

port_de_collioure.jpg

Le port de Collioure qu'il aimait - (Cliquez sur la photo)

02:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Deux indices pour le n° 15

visuel_musee_XXX.jpg

Un musée

70196_4.jpg CC.jpg

La ville où il est né

(Cliquez sur les photos)

02:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)