Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1480

  • Le président du Crif apporte à Abbas le "message des juifs de France"

    Crif Abbas.jpg

    (Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

    La négociation pour la paix est "extraordinairement difficile", a-t-il notamment indiqué, précisant que pour lui, les constructions n'en sont qu'un "élément mineur".

    Après un entretien d'un peu plus d'une heure, les deux hommes se sont serré la main sur le perron de l'hôtel devant les caméras et les micros.

    Le président Prasquier a ensuite détaillé pour les journalistes son message au président de l'Autorité palestinienne, insistant sur "l'attachement fort des juifs vis-à-vis des juifs d'Israël". "De par leur histoire, les juifs forment un peuple, tout comme les palestiniens", a-t-il dit.

    "Les accords diplomatiques", a-t-il poursuivi, "ne se font pas seulement sur le papier mais aussi dans les têtes, c'est pourquoi il faut mettre en place une éducation de la paix, renoncer à l'éducation de la haine, c'est la meilleure façon de parvenir à la paix".

    Il a dit enfin avoir "un profond respect" pour Mahmoud Abbas qui a "toujours démontré son profond désir d'arriver à une solution de paix".

    Dimanche soir Mahmoud Abbas s'était entretenu pendant près de deux heures avec une vingtaine de personnalités françaises juives venues exprimer leur soutien au processus de paix israélo-palestinien.

    Parmi elles, le philosophe Alain Finkielkraut, les journalistes Jean-Pierre Elkabbach et Ruth Elkrief, la dirigeante de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), Arielle Schwab, et le président du Mémorial de la Shoah, Eric de Rothschild.

    Le Crif se définit comme "la voix officielle et politique" de la communauté juive en France qui compte quelque 600.000 personnes.

    AFP. 27/09/10

     

     

  • La Turquie s'apprête à engloutir sous les eaux la cité antique d'Allianoï

    Turquie 1 eaux.jpg

    Thermes de Galien

    Turquie 3 XXX.jpg

    (Cliquez sur les photos)

    Sous les yeux médusés des archéologues, interdits d'entrée sur le site, les travailleurs déversent leurs brouettes de sable sur les fondations de l'hôpital de Galien, un des pères de la pharmacie, né au IIe siècle après J.-C. dans la ville voisine de Pergame, l'actuelle Bergama.

    Bientôt, ce seront les thermes, avec leur bassin encore alimenté par une source chaude et protégés par des murs hauts de cinq mètres, la salle aux colonnes monolithes, les mosaïques et les allées couvertes qui disparaîtront sous le sable, après avoir été recouverts d'un enduit de protection roseâtre.

    Objectif de l'opération: tenter de préserver le site pour les générations futures. Car pour le présent, l'administration a tranché: bientôt, la vallée sera transformée en lac artificiel, destiné à l'irrigation de 8.000 hectares de terres agricoles.

    La construction du barrage est achevée depuis 2007 au lieu-dit de Yortanli, et la mise en eau est attendue pour la fin de l'année.

    Un crève-coeur pour le professeur Ahmet Yaras, qui pendant neuf ans a fouillé le site d'Allianoï et qui se désole aujourd'hui de voir échapper à la connaissance des scientifiques de nombreux trésors encore enfouis.

    "Normalement, les richesses culturelles doivent impérativement être examinées et inventoriées avant toute action. Ici, inonder la zone avant la fin des fouilles, c'est un massacre", peste le chercheur, assurant que 80% du site n'a pas encore été fouillé.

    "Il n'y a pas, au monde, de bains chauds, de centre de santé aussi bien conservé. Malheureusement, tout cela va être abandonné pour toujours", poursuit-il.

    Car pour l'archéologue, il ne fait pas de doute que le sable et le ciment utilisés ne suffiront pas à préserver les vestiges, sous 30 mètres d'eau.

    "Et même s'ils étaient protégés, dans 50 ans, la sédimentation due au barrage atteindra 15 ou 16 mètres. Il faudrait être fou pour tenter d'exhumer à nouveau ces vestiges à une telle profondeur", ajoute-t-il.

    Les paysans des villages proches ne voient bien sûr pas les choses de la même façon.

    "Ils exagèrent, je ne pense pas qu'il y ait grand chose d'antique là-bas. C'est juste une source chaude", commente Mehmet Aydin, 52 ans, cultivateur de coton, tomates et maïs, qui voit dans la mise en eau du barrage la fin de ses soucis d'irrigation.

    Après tout, le ministre de l'Environnement Veysel Eroglu l'a lui même affirmé, fin août: "Allianoï n'existe pas, c'est une invention. Il y a juste une source chaude, comme on en trouve dans toute la Turquie".

    La déclaration a semé la consternation dans la communauté scientifique, conduisant les représentants du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), du programme européen Europa Nostra et de l'Union des archéologues européens à adresser une lettre au gouvernement turc l'enjoignant de tout faire pour préserver "l'héritage commun" d'Allianoï.

    Les jeux semblent cependant faits, le ministre de la Culture Ertugrul Günay paraissant peu décidé à remettre en cause la dernière décision de la commission locale de préservation du patrimoine, qui a autorisé fin août l'enfouissement.

    AFP. 27/09/10

    Ce site appartient au patrimoine mondial!

     

  • Woerth: le premier procureur de France "recommande" la saisine d'un juge d'instruction, mais...

    Désormais il appartient au parquet général de Versailles, voire au parquet de Nanterre, de suivre ou non cette recommandation. Les syndicats de magistrats et l'opposition emmenée par le PS avaient réclamé tout l'été la désignation d'un juge d'instruction "indépendant".

    Le procureur général près la Cour de cassation a toutefois estimé qu'à ce stade il n'y avait pas lieu de saisir la Cour de justice de la République (CJR), seule habilitée à juger les délits commis par un ministre dans l'exercice de ses fonctions.

    Cet été, l'eurodéputée Corinne Lepage (Cap21) avait écrit à M. Nadal pour lui demander de saisir la CJR, afin d'éclaircir les soupçons pesant sur Eric Woerth. Le ministre du Travail est soupçonné d'avoir fait embaucher son épouse par le gestionnaire de fortune de Liliane Bettencourt, Patrice de Maistre. Il aurait également facilité l'attribution à M. de Maistre de la Légion d'honneur.

    M. Nadal avait alors demandé au procureur général de Versailles, Philippe Ingall-Montagnier, de lui transmettre les éléments du dossier. Onze jours après avoir reçu cette synthèse, M. Nadal juge prématurée une éventuelle saisine de la CJR.

    Pour déterminer si M. Woerth s'est ou non rendu coupable de faits délictuels lors de son passage au ministère du Budget (mai 2007 à mars 2010), il a demandé au parquet général de Versailles de mener de "nouvelles investigations".

    Surtout, le haut magistrat a averti la Chancellerie qu'il avait "recommandé au procureur général de Versailles que les investigations se poursuivent dans le cadre de l'information judiciaire, seul cadre procédural de droit commun existant qui permette le strict respect des droits de la défense par l'accès à la procédure et l'assistance d'un avocat."

    Une telle demande n'est pas comminatoire. En effet Jean-Louis Nadal n'est pas le supérieur hiérarchique de Philippe Ingall-Montagnier, qui peut décider de laisser le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, proche de Nicolas Sarkozy et souvent attaqué sur la question de son indépendance, continuer ses enquêtes.

    A ce jour, M. Courroye a ouvert trois enquêtes préliminaires: sur les écoutes clandestines chez Liliane Bettencourt, sur un éventuel trafic d'influence et sur des soupçons de blanchiment de fraude fiscale. Les deux dernières sont susceptibles de gêner l'ex-trésorier de l'UMP et pourraient être transformées en information judiciaire.

    "C'est à la justice de s'organiser comme elle souhaite", a réagi M. Woerth, se refusant à en dire plus "avant les conclusions finales de la justice".

    Le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, a estimé que la prise de position du procureur Nadal était "la meilleure réponse à ceux qui expliquaient que les procureurs n'étaient pas indépendants".

    "Satisfait" de la non-saisine de la CJR, l'avocat de M. Woerth s'est déclaré "beaucoup plus réservé" sur une information judiciaire. "Mon souci est qu'on aille vite", a confié à l'AFP Me Jean-Yves Leborgne. "Une enquête préliminaire très dense est en cours depuis trois mois, je n'ai pas envie que l'on reparte à zéro avec un nouvel interlocuteur qui reparte à zéro".

    Enfin, concernant l'hippodrome de Compiègne, dont les conditions de vente à une société hippique ont suscité une polémique sur le rôle de M. Woerth, M. Nadal a "demandé au procureur général près la cour d'appel de Paris de lui adresser tous les éléments utiles lui permettant d'apprécier les faits".

    AFP. 27/09/10

  • "Il n'y a pas d'affaire Woerth"

    VIDEO  http://www.2424actu.fr/actualite-sociale/un-juge-d-instruction-recommande-pour-woerth-1464397

    Le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, entend poursuivre son enquête préliminaire dans le volet de l'affaire Bettencourt mettant en cause Eric Woerth, écartant de facto à ce stade la saisine d'un juge d'instruction, a appris lundi l'AFP de source proche de l'enquête.

    "Le parquet de Nanterre continue ses investigations notamment sur le volet de trafic d'influence, entamées début juillet, qui ne se sont depuis jamais arrêtées. Il est déjà procédé à des investigations approfondies", a indiqué cette source, après que le procureur général près la Cour de cassation a recommandé la saisine d'un juge d'instruction.

    "Si à un moment donné, il s'avérait que des éléments donnent matière à une poursuite judiciaire alors, le procureur Courroye déciderait d'une citation directe des personnes mises en cause", a-t-elle ajouté.

    Jean-Louis Nadal, procureur général près la Cour de cassation, a recommandé lundi la désignation d'un juge d'instruction pour mener de nouvelles investigations, décidant de ne pas saisir pour l'instant la Cour de Justice de la République concernant le ministre du Travail, Eric Woerth.

    Eric Woerth, qui n'est à ce stade pas judiciairement mis en cause, est soupçonné de conflits d'intérêts entre ses anciennes fonctions gouvernementales de ministre du Budget, son ancien poste de trésorier de l'UMP, et l'embauche de sa femme Florence en 2007 par la société gérant le patrimoine de Liliane Bettencourt, héritière du groupe de cosmétiques L'Oréal.

    Il a en outre été mis en cause pour avoir remis la Légion d'honneur au gestionnaire de fortune de Mme Bettencourt et patron de son épouse, Patrice de Maistre.

    AFP. 27/09/10

  • Félicitations!

    Oui, félicitations à ceux et celles qui ont bien répondu et ce n'était pas facile!

    10 - Philippe IV de France, dit Philippe Le Bel (1268-1314) - un grand roi, dont le seul souci était le Royaume de France: il était impitoyable avec ses ennemis.

    Il est mort prématurément des suites d'une chute de cheval. Il repose à Saint-Denis. Son tombeau a été profané par les révolutionnaires.  

    11 - Louis II de Bavière (1845-1886). Les châteaux qu'il a fait bâtir sont de pures merveilles, des châteaux de contes de fée!

    Bravo et merci d'avoir participé à ce petit jeu!

  • 11 - Qui est-ce?

    qui est-ce 11.jpg

  • 10 - Qui est-ce?

    Qui est-ce 10.jpg

  • Des vestiges gréco-romains au lac de Tibériade

    fresq.jpg

    La fresque de la déesse grecque de la fortune, Tyché, trouvée à Sussita. Sa tête à la chevelure abondante est couronnée, et la jeunesse du regard soulignée.

    Sussita, sur la rive orientale de la mer de Galilée, ou lac de Tibériade, est une cité fondée au IIe siècle avant notre ère par les Séleucides, qui contrôlaient à l'époque la région. Elle a traversé les époques hellénistique, romaine, byzantine et celle des Omeyades, avant d'être détruite par un tremblement de terre en l'an 749.

     La 11e campagne de fouilles de Sussita, conduite par Arthur Segal et Michael Eisenberg, de l'Université de Haïfa, en Israël, a révélé des œuvres liées à la mythologie grecque et datant du IIIe ou IVe siècle de notre ère, c'est-à-dire à la fin de l'époque romaine ou au début de l'époque byzantine.

    L'équipe de Mark Schuler, de l'Université Concordia, aux États-Unis, explorait une résidence qui, par la qualité et la complexité de sa construction, semble avoir appartenu à l'un des notables de la ville. Dans une cour intérieure où une fontaine occupait le centre, les archéologues ont découvert près de la fontaine une fresque de Tyché, la déesse grecque de la fortune, de la prospérité et de la destinée. Une autre trouvaille est une remarquable petite sculpture d'une Ménade, ou Bacchante pour les Romains Selon la mythologie grecque, les Ménades accompagnaient Dionysos, le dieu du vin, en dansant des danses frénétiques et en tenant un thyrse, long bâton surmonté d'une touffe de feuilles de vigne et qui symbolise la sexualité et la fécondité.

    Ces trouvailles témoignent d'éléments de culte gréco-romain, à une époque où le christianisme commençait à dominer et à éradiquer les cultes pré-existants.

    POUR LA SCIENCE.fr - 22/09/10 diminuer la taille de la police agrandir la taille de la police imprimer écrire au rédacteur transmettre à un ami réagir à l'article


     
     
     

     
  • Colonies: la construction est repartie de plus belle en Cisjordanie!

    VIDEO http://www.2424actu.fr/actualite-internationale/negociations-israelo-palestiennes-gel-des-colonies-de-quoi-s-agit-il-1457936

    Dès dimanche, des colons israéliens ont repris la construction afin de marquer la fin du gel décrété le 25 novembre dernier par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

    De son côté, l'administration américaine poursuivait jusqu'à la dernière minute ses efforts pour conjurer l'effondrement prématuré des pourparlers israélo-palestiniens, moins d'un mois après leur ouverture à Washington.

    "Nous allons continuer d'exhorter, exhorter, et faire pression toute la journée pour obtenir une résolution" sur la colonisation, a déclaré David Axelrod, principal conseiller du président américain Barack Obama, qui a solennellement appelé à la poursuite du moratoire ainsi que des pourparlers.

    Le conseiller a indiqué que la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton maintenait le dialogue entre les deux camps en "espérant qu'ils continuent à négocier".

    Israël, qui s'est dit disposé à un "compromis agréé par toutes les parties", a signifié que le gel des nouvelles constructions dans les colonies, décrété il y a dix mois, ne serait pas reconduit tel quel.

    M. Netanyahu a toutefois appelé les colons à "faire preuve de retenue et de responsabilité".

    Sans attendre l'expiration officielle du moratoire à minuit (22H00 GMT), les militants de la colonisation l'ont néanmoins célébrée au cours de deux cérémonies.

    "La mission du sionisme est de construire sur la terre d'Israël et nous allons reprendre cette mission dès ce soir", a affirmé Danny Dayan, le dirigeant de Yesha, la principale organisation des colons de Cisjordanie, pendant une manifestation dans l'implantations de Revava (nord de la Cisjordanie).

    "Le gel est fini", a déclaré Danny Danon, membre de l'aile ultra du parti Likoud de M. Netanyahu, après que la foule de quelque 2.000 personnes, dont des députés de diverses formations de droite ou religieuses, eut lancé un compte à rebours au coucher du soleil.

    "Nous revenons à la normale et à la construction mais nous respecterons la demande du Premier ministre", a indiqué David Haivri, président du conseil régional de Samarie (nord de la Cisjordanie).

    Le bureau de M. Netanyahu a donné son accord au redémarrage de la construction à condition qu'elle ne soit pas trop visible, ont affirmé à l'AFP sous le couvert de l'anonymat des sources parmi les colons.

    Auparavant, quelques dizaines de colons et militants d'extrême droite venus avec un bulldozer avaient  jeté les fondations d'une crèche dans l'implantation voisine de Kiryat Netafim.

    Selon la radio publique, les mises en chantier de plus de 1.500 logements, ayant obtenu tous les permis nécessaires des autorités israéliennes, peuvent commencer "immédiatement".

    Côté palestinien, le président Mahmoud Abbas, en visite à Paris, a répété que les négociations de paix seraient "une perte de temps" si Israël ne prolongeait pas son moratoire sur la colonisation.

    M. Abbas avait auparavant annoncé que la Ligue arabe tiendrait le 4 octobre, à sa demande, une réunion sur la poursuite des négociations.

    "Le comité central du Fatah, la direction palestinienne et le Comité exécutif de l'OLP vont se réunir pour discuter de la poursuite des négociations", a-t-il encore noté.

    Le Hamas, qui contrôle Gaza, a lui estimé que, "face à l'arrogance des sionistes", Mahmoud Abbas devait "immédiatement se retirer de ces négociations et annoncer leur fin".

    AFP. 26/09/10

     

     

  • Israël Nisand veut la pilule gratuite et anonyme pour les mineures

    1083098_nisand1 - 2.jpg

    A Strasbourg en juin - (Cliquez sur laphoto)

    Israël Nisand est gynécologue mais également à l’initiative d’Info Ado, un dispositif qui permet aux jeunes filles de bénéficier gratuitement et anonymement de la pilule contraceptive.

    Les IVG de mineures augmentent. Que faire pour inverser la tendance ?

    Israël Nisand. Il faut d’urgence rendre la pilule anonyme et gratuite pour les jeunes filles de moins de 18 ans.

    L’an dernier, il y a eu 237 000 IVG en , dont 15 000 pratiquées sur des mineures. Il y a une aberration : l’IVG est anonyme et gratuite pour les mineures, la pilule du lendemain est anonyme et gratuite pour les mineures, mais la pilule contraceptive, non… C’est monstrueux! Une jeune fille de moins de 18 ans qui veut prendre la pilule sans que ses parents soient au courant ne le peut pas : quand elle va à la pharmacie, ça passe sur la Sécu des parents… Il faut absolument remédier à cela, sinon on continuera chaque année à se lamenter sur l’augmentation du nombre d’IVG de mineures… Les petites jeunes n’ont pas à payer l’addition des tabous de notre société.

    Concrètement, quelles mesures faudrait-il prendre selon vous ?
    C’est très simple. Info Ado est applicable du jour au lendemain dans le Cantal ou dans n’importe quelle région. La force du dispositif est d’utiliser les structures déjà existantes, gynécologues, généralistes, pharmaciens, ce qui le rend facilement exportable. Il y a quatre ans, j’ai rencontré qui s’est dite très intéressée. Elle m’a dit : « Il faudrait faire une expérience régionale. » Je lui est répondu qu’elle était déjà faite depuis longtemps en Alsace. Puis je n’ai plus eu de nouvelles…

    Et le Pass contraception de ?
    Ségolène Royal a au moins eu le mérite de proposer quelque chose. Le pass a été distribué dans certains établissements scolaires mais ça a bloqué au niveau de Luc Chatel (NDLR : le ministre de l’Education). Et puis, Ségolène Royal m’a déjà entendu parler de sexualité aux collégiens, et elle a trouvé que je faisais « de l’incitation à la débauche ». En fait, tout le monde fait de grands moulinets avec les bras mais personne ne bouge. Car donner la pilule à des gamines de 15 ans, ce n’est pas ménager son électorat. Même la loi de 2001, qui impose de parler de contraception aux élèves, n’est d’après moi pas vraiment appliquée. Ils n’ont qu’à carrément l’abroger! En tout cas, je constate une chose : en Hollande, où ils parlent de sexualité aux jeunes dès la 8e, il y a trois fois moins d’IVG de mineures qu’en France!

    Le Parisien - 26/09/10

  • VIDEO Le lapsus de Dati: elle confond inflation et... fellation!

    http://www.dailymotion.com/video/xeynin_lapsus-dati-confond-inflation-et-fe_news

    Rachida Dati était l'invitée ce dimanche midi de l'émission "Dimanche +" sur Canal +.

    Interrogée sur les raisons d'un plan de licenciement chez Lejaby dans l'Ain, l'ancienne Garde des Sceaux a la langue qui fourche. Fâcheux.



    Rachida Dati: "Je déplore le sort qui est fait à ces femmes et ces hommes qui ont consacré leur vie à cette entreprise. Ces fonds d'investissement étrangers n'ont pour seul objectif que la rentabilité financière à des taux excessifs. Moi quand je vois certains qui demandent des rentabilités à 20, 25% avec une fellation quasi nul, et en particulier en période de crise..."

    Edit à 18h:

    Le lapsus de l'ancienne ministre fait le buzz sur le Web. La vidéo a été vue plus de 120.000 fois à 18h. Et ça ne plaît pas à Rachida Dati qui vient de le faire savoir sur Facebook.


    "Cela peut arriver de parler trop vite dans ce format d'émission... Cependant, je trouve dommage que ce soit le seul message politique qui ait été repris surtout sur un sujet aussi grave...", écrit-elle sur son profil. Mauvaise joueuse?
    LE POST - 26/09/10

     

  • Mahmoud Abbas s'entretient avec des personnalités juives françaises à Paris

    A l'hôtel Meurice (1er arr), M. Abbas a rencontré le philosophe Alain Finkielkraut, les journalistes Jean-Pierre Elkabbach et Ruth Elkrief, la dirigeante de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) Arielle Schwab, le président du Mémorial de la Shoah Eric de Rothschild ou encore l'ancienne secrétaire d'Etat Nicole Guedj.

    "Je pense que c'est une occasion à saisir pour manifester notre soutien au processus de paix, à la solution de deux Etats et pour poser des questions précises aux protagonistes palestiniens", a déclaré M. Finkielkraut à l'AFP, peu avant la rencontre.

    Les questions à M. Abbas sont "que va-t-il se passer dans les jours qui viennent puisque le moratoire se termine ? Quelle est sa propre marge de manoeuvre ? Qu'attend-il des Israéliens ?", a-t-il poursuivi.

    M. Abbas s'entretiendra lundi avec le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Richard Prasquier, a annoncé dimanche le Crif.

    En arrivant à Paris, M. Abbas a annoncé que la Ligue arabe tiendrait le 4 octobre à sa demande une réunion sur la poursuite des négociations avec Israël, qui pourrait être compromise par l'expiration dimanche soir du moratoire israélien sur la colonisation en Cisjordanie.

    AFP. 26/09/10

  • Le virus Stuxnet frappe l'iran, Téhéran parle d'une guerre informatique de l'Occident

    Stuxnet, qui s'attaque à des programmes de gestion industrielle, a infecté au moins 30.000 ordinateurs en Iran mais sans faire de "dégâts sérieux", selon des responsables iraniens cités dimanche par la presse qui a évoqué une "guerre électronique".

    Quelque 30.000 adresses IP -identifiant un ordinateur- infectées par Stuxnet ont été jusqu'à présent dénombrées en Iran, selon Mahmoud Liayi, responsable des technologies de l'information au ministère de l'Industrie.

    Stuxnet, découvert en juin, recherche dans les ordinateurs qu'il infecte un programme de l'allemand Siemens servant au contrôle des oléoducs, des plate-formes pétrolières, des centrales électriques et d'autres installations industrielles.

    Sa fonction serait d'entraîner la destruction physique des installations touchées, selon certains experts qui ont évoqué un "sabotage par informatique".

    Stuxnet aurait principalement frappé l'Iran, mais aussi l'Inde, l'Indonésie ou le Pakistan, selon ces experts.

    C'est "probablement un gouvernement étranger qui est à l'origine de ce virus" compte tenu de sa complexité, a estimé M. Liayi, sans précision sur l'éventuel agresseur.

    Le quotidien gouvernemental Iran Daily n'a pas hésité à évoquer une "guerre électronique de l'Occident contre l'Iran", citant des experts occidentaux qui ont mis en cause les Etats-Unis et Israël.

    Les autorités ont mis en place un comité de crise réunissant des responsables de toutes les administrations concernées, et les industries sont en train de recevoir des systèmes destinés à combattre Stuxnet, a indiqué M. Liayi.

    Il a souligné que l'Iran avait décidé de ne pas utiliser un antivirus élaboré par Siemens car "il pourrait être porteur d'une nouvelle version du virus", dont les autorités iraniennes auraient déjà dénombré cinq versions différentes, selon l'agence Fars.

    Le ministre des Télécommunications et des technologies de l'information, Reza Taqipour, a affirmé de son côté qu'"aucun dommage sérieux à des systèmes industriels n'a été signalé dans le pays" du fait de Stuxnet.

    Le virus n'a pas été capable non plus "de pénétrer ou de causer des dégâts sérieux dans l'appareil gouvernemental", a-t-il ajouté.

    Un responsable de la centrale nucléaire de Bouchehr (sud), Mahmoud Jafari, a démenti dimanche que cette première centrale iranienne, qui doit entrer en service d'ici la fin de l'année, ait été affectée par Stuxnet comme certains experts occidentaux l'ont envisagé du fait d'un retard dans le chargement de son réacteur.

    "Tous les programmes informatiques fonctionnent normalement, et n'ont pas été endommagés par Stuxnet", a-t-il assuré, ajoutant que le chargement du combustible "se déroule selon le calendrier prévu et ne présente aucun problème".

    Siemens avait déjà affirmé vendredi que la centrale de Bouchehr, construite par la Russie, n'était pas équipée du logiciel infecté par Stuxnet.

    Le programme nucléaire iranien est au coeur d'un conflit entre Téhéran et les Occidentaux, qui soupçonnent la République islamique, malgré ses dénégations, de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert d'activités civiles.

    L'Iran est sous le coup de sanctions internationales sévères. Elles visent notamment les Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime qui a pris un rôle croissant dans l'industrie ces dernières années, notamment dans les infrastructures, les télécommunications ou le pétrole.

    AFP. 26/09/10

  • Des pacifistes juifs font voile vers Gaza pour briser symboliquement le blocus

    Militant pacifiste israélien Reuven Moshkovitz.jpg

    Reuven Moskovitz, militant pacifiste juif

    A bord d'Irene, un petit voilier bleu et blanc, ont pris place une juive américaine, un Britannique, une Allemande et quatre Israéliens opposés au blocus imposé par l'Etat hébreu à l'enclave palestinienne depuis 2006.

    "Nous voulons montrer au monde que tous les juifs n'approuvent pas la politique israélienne", a expliqué à l'AFP Edith Lutz, foulard turquoise dans les cheveux et étoile de David autour du cou.

    "C'est un devoir sacré pour moi en tant que survivant (de la Shoah, ndlr) de protester contre la persécution, l'oppression et l'enfermement de tant de gens, dont plus de 800.000 enfants à Gaza", a pour sa part estimé Reuven Moskovitz, un Israélien de 82 ans.

    "L'Etat d'Israël est un rêve magnifique qui s'est réalisé, il faut faire en sorte qu'il ne devienne pas un cauchemar. Je suis sioniste, je crois que j'ai ma place sur cette terre, mais ce n'est pas une raison pour voler la terre des Palestiniens et violer les droits d'1,5 million de personnes", a-t-il ajouté.

     Avant de quitter le port, il s'est lancé, sous l'oeil éberlué de la police chypriote turque, dans un solo d'harmonica, un chant hébreu pour la paix.

    Le voilier a quitté Famagouste à la mi-journée, après des préparatifs très discrets, en partie par peur de sabotages ou de pressions qui pourraient empêcher son départ.

    "Nous avons choisi Famagouste car nous savions que les autorités (chypriotes) turques étaient favorable à ce type d'action, mais nous n'avions aucune garantie qu'ils nous laissent partir", a indiqué Yonatan Shapira, un ancien officier israélien, membre de l'équipage.

    En fin d'après-midi, le bateau a quitté les eaux territoriales chypriotes sans encombre, a-t-il précisé par téléphone satellitaire.

    L'opération, dont le budget dépasse les 20.000 livres (23.500 euros), a été financée par des dons récoltés notamment par différentes branches de l'organisation "Juifs européens pour une paix juste".

    A bord, une petite cargaison de jouets, livres, matériel de pêche ou encore médicaments, "une aide symbolique" pour la population de Gaza.

    Le trajet vers Gaza devait, en théorie, durer quelque 36 heures.

    Les militants ont l'intention de hisser à l'approche de Gaza des drapeaux de paix multicolores arborant les noms de dizaines de juifs soutenant leur action.

    "Nous avons une stratégie de non violence", a souligné M. Shapira.

    Parmi les passagers, Rami Elhanan, 60 ans, dont la fille Smadar a été tuée à 14 ans dans un attentat suicide.

    "Nous nous tapons la tête contre un mur de haine très dur. Mais notre objectif est de faire des fissures dans ce mur, car c'est ainsi que les murs finissent par tomber", a-t-il déclaré.

    "La chose la plus intelligente que pourrait faire Israël, c'est de nous laisser passer, ainsi personne ne se rappellera de nous. Mais quoi qu'il se passe, le pire m'est déjà arrivé, je n'ai pas peur", a-t-il poursuivi.

    Le 31 mai à l'aube, des commandos israéliens avaient donné l'assaut à un convoi humanitaire maritime, baptisée "La flottille de la liberté", tuant 9 passagers turcs.

    Après la vague de réprobations internationales soulevée par l'assaut, Israël a accepté d'alléger le blocus qu'il impose à Gaza depuis juin 2006, renforcé à la suite de la prise de contrôle du Hamas en juin 2007.

    L'Etat hébreu maintient toutefois un strict blocus maritime pour empêcher l'importation de matériel de guerre dans le territoire.

    AFP. 26/09/10

     

     

  • Bien deviné! Bravo!

    Vous êtes très forts!

    7- Otto Abetz (1903 -1958)

    8- Jean de Mayol de Lupé (1873 -1955)

    9- Mireille Balin (1909 - 1968)  -  http://fr.wikipedia.org/wiki/Mireille_Balin

    Merci pour votre sympathique participation!

    Ne faut-il pas lutter contre l'oubli?

     

     

     

     

     

  • 9 - Qui est-ce?

    Qui-suis-je 11.jpg

  • 8 - Qui est-ce?

    Qui suis-je 09.jpg

  • 7 - Qui est-ce?

    Qui suis-je 10.jpg

  • Les Roms de l'Inde

    571577_india-s-pardhi-community-branded-as-criminals.jpg

    Aux yeux de leurs concitoyens, les Pardhis restent des délinquants . Ici, le campement de Chincholi, centre de l'Inde. - (Cliquez sur la photo)

    Lire: http://www.lexpress.fr/actualite/monde/asie/les-roms-de-l-inde_922223.html

    L'Express - 25/09/10