Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2010

Le nuage volcanique arrive, Orly et Roissy vont fermer

Avions cloués au sol à Londres.jpg
Avions cloués au sol à l'aéroport de Londres Heathrow  (Cliquez sur la photo)

Un énorme nuage de cendres craché par un volcan d'Islande en pleine éruption cloue au sol une bonne partie des avions en France. Les aéroports du Nord sont fermés depuis 17 heures. "Par mesures de sécurité, les aéroports de Calais, Merville, Le Touquet, Dieppe, Cherbourg, Amiens, Lille, Valenciennes seront fermés", indique la Direction générale de l'aviation civile dans un communiqué. Les aéroports de Roissy-Charles de Gaulle, Orly et Le Bourget ainsi que plusieurs aéroports de l'ouest et de l'est du pays le seront au plus tard à 23 heures, a annoncé, jeudi, la DGAC.

"Les aéroports de Brest, Lannion, Deauville, Morlaix, Quimper, Rennes, Caen, Strasbourg, Vatry, Reims, Metz, Beauvais, Pontoise, Toussus-le-Noble d'Orly, Roissy-Charles de Gaulle et Le Bourget seront fermés au plus tard à 23 heures", a détaillé la Direction générale de l'aviation civile, qui "recommande aux passagers aériens de contacter leur compagnie aérienne".

Les perturbations pourraient durer "deux jours" (Eurocontrol)

Le trafic est sensiblement perturbé jeudi à l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry et devrait l'être encore vendredi, ont annoncé les autorités aéroportuaires. Vingt-neuf vols (quatorze vols à l'arrivée et quinze au départ) à destination du nord de la France et du nord de l'Europe ont été annulés, ont-elles ajouté.

Selon une porte-parole d'Eurocontrol, organisme européen chargé de la sécurité aérienne, les perturbations dans le ciel européen "pourraient durer deux jours", mais "cela dépendra de la façon dont évoluera le nuage", tandis que de gigantesques colonnes de fumée continuent de s'échapper du volcan Eyjafjöll. "Nous estimons qu'entre 4.000 et 5.000 vols pourraient être affectés en 24 heures jusqu'à minuit ce soir", a précisé Kyla Evens. L'Europe enregistre normalement quelque 28.000 vols par jour, a-t-elle précisé.

Le Point - 15 avril 2010

19:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Catastrophe de Smolensk: le parquet militaire polonais pourrait ouvrir une enquête au sujet des "fuites"

Le chef du parquet militaire polonais Krzysztof Parulski a mis en garde jeudi contre les "fuites" dans l'enquête sur les causes de l'accident du Tupolev 154 qui s'est écrasé le 10 avril près de Smolensk en Russie, tuant ses 96 occupants dont le président Lech Kaczynski. "Les informations sur de prétendues conclusions concernant les causes de la catastrophe doivent être considérées comme des spéculations infondées, sans rapport avec les conclusions réalisées jusqu'ici", a dit Krzysztof Parulski sur les lieux de la catastrophe, dans une déclaration télévisée.

Une source proche de l'enquête, citée jeudi par l'agence russe Interfax, avait indiqué qu'une erreur de pilotage était à l'origine du drame. "Une analyse des données, en particulier les premiers résultats du décodage des boîtes noires, montre qu'une erreur de pilotage est à l'origine de la catastrophe", avait déclaré cette source citée par Interfax.

"Aucune preuve attestant qu'un haut responsable à bord de l'avion a contraint les pilotes à atterrir à Smolensk n'a été trouvée pour l'instant", avait aussi affirmé une source anonyme citée par Interfax, alors qu'une telle hypothèse a été avancée par les médias. Le chef du parquet militaire polonais a insisté sur le fait que l'enquête en "était encore à son stade préliminaire" et a promis d'informer l'opinion publique sur ses résultats. "J'appelle à tenir compte du fait que toute insinuation ne peut que faire du tort aux proches des victimes", a-t-il dit.

Le Point - 15 avril 2010

19:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Eruption volcanique en Islande - Le "nuage" devrait arriver au-dessus de Paris jeudi soir

Nuage de cendres Islande.jpg
Nuage de cendres (Cliquez sur la photo)
Un énorme nuage de cendres craché par un volcan en pleine éruption en Islande cloue au sol une bonne partie des avions dans le nord de l'Europe. De gigantesques colonnes de fumée s'échappent du Eyjafjöll. Cette éruption pourrait se prolonger plusieurs semaines, voire plusieurs mois, selon un expert islandais. lepoint.fr a demandé à Emmanuel Bocrie, ingénieur prévisionniste à Météo-France, d'analyser les scénarios météorologiques possibles au-dessus de la France.

lepoint.fr : Que se passe-t-il actuellement en Islande ?
Emmanuel Bocrie : L'éruption du volcan Eyjafjöll , qui est situé à 1.600 mètres d'altitude, a commencé mercredi matin. Son "panache" - les roches anormalement chaudes qui remontent en provenance du manteau terrestre - s'élève jusqu'à 11 kilomètres d'altitude, ce qui correspond à l'atmosphère météorologique, soit l'altitude au-dessus de laquelle il n'y a pas d'événements météorologiques : ni pluie, ni nuage, ni orage... Les particules émises sont ensuite emmenées par les vents. Le "nuage" se déplace ainsi en direction de la mer du Nord, puis redescend vers le nord de la Russie, les îles britanniques et la Manche.

La France va-t-elle être touchée par le "nuage" venu d'Islande?
Le nuage devrait arriver cette nuit (la nuit de jeudi à vendredi) au-dessus du nord de la France, plus précisément au-dessus de la région Nord et jusqu'au Bassin parisien. Mais attention : cela ne veut pas dire que les Français vont voir arriver un gros nuage au-dessus de leur tête. Beaucoup de cendres seront invisibles, puisque les poussières vont se disperser. Cependant, le fait que le nuage soit invisible à l'oeil nu ne signifie pas pour autant qu'il n'existe pas, et que les conséquences - notamment pour l'aéronautique - ne sont pas importantes. Par ailleurs, si l'éruption continue et que les vents ne tournent pas, la situation devrait rester identique. Et la DGAC pourrait alors décider d'éviter tout risque d'accident aéronautique en prolongeant le blocage de l'espace aérien. Il est impossible de dire à l'heure actuelle combien de temps cela peut durer, tout dépend évidemment de la durée des émissions.

Ce nuage peut-il provoquer des conséquences météorologiques à long terme ?
Si l'éruption s'arrête demain, elle n'aura eu aucune conséquence. En revanche, si les émissions continuent pendant plusieurs mois, les météorologues percevront une baisse de la luminosité et de l'ensoleillement au sol pendant un à deux ans, ainsi qu'une baisse des températures de 0,2 à 0,4 degré pendant la même durée, ce qui a été le cas pour l'éruption du Pinatubo en 1991. Mais "monsieur Tout-le-Monde" ne s'en apercevra même pas...

Comment le nuage se dispersera-t-il ?
Ce sont essentiellement les vents qui dispersent les particules. Mais la pluie nettoie aussi les parties basses de l'atmosphère.
Le Point - 15 avril 2010

18:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO Tirs sur des bus en Seine-Saint-Denis

http://rutube.ru/tracks/3143441.html?v=74892f3e86c905f673...

18:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Immigration: trois nouveaux bus attaqués en Seine-Saint-Denis - L''incapacité de l'Etat sarkozien

Trois bus des Courriers de l'Ile-de- (CIF) ont de nouveau été caillassés mercredi soir, cette fois à Villepinte (Seine-Saint-Denis). Trois véhicules des lignes 15,45 et 39 ont été pris pour cible, vers 19 heures puis vers 23 heures, alors que l'un d'entre eux au moins bénéficiait d'une escorte policière. L'un des projectiles a traversé de part en part l'un des bus.

Conséquence : l'ensemble des bus du dépôt des CIF de Tremblay-en- était de nouveau à l'arrêt jeudi matin, les 250 machinistes ayant fait valoir leur droit de retrait. 

 Selon , qui présentait jeudi son bilan de la lutte contre la délinquance au premier trimestre, ces incidents sont liés à l'interpellation de trois individus, plus tôt dans la soirée mercredi, à Tremblay. «A 20H30, a expliqué le ministre de l'Intérieur, des effectifs de policiers locaux ont procédé au contrôle d'un individu sur un scooter dans la cité des Grands ensembles et, à ce moment-là, une cinquantaine d'individus ont pris à partie les policiers en leur jetant des projectiles».

«L'individu a été interpellé, ainsi que deux autres pour rébellion, et les trois ont été placés en garde à vue à Villepinte», a ajouté le ministre. Selon une source policière, il n'est pas exclu que des coups de feu visant les bus aient été tirés et des «investigations» à cet égard «ont été diligentées. 

«Les caillassages alternent avec des périodes de calme»

Ces nouveaux incidents se produisent au lendemain de l'annonce par le ministre de l'Intérieur d'un plan de sécurisation des transports. Le ministre avait déjà décidé de dispositions concernant Tremblay-en-France lors de sa visite aux conducteurs agressés. «Nous avions déjà prévenu à ce moment-là que ce ne serait pas suffisant, les caillassages se font de manière cyclique, alternant avec des périodes de calme, on vient d'en avoir la parfaite illustration là», a déclaré jeudi matin à l'AFP Ben Abdelmalek, délégué du personnel.

Au début du mois, déjà, les conducteurs des CIF avaient fait valoir leur droit de retrait à la suite du caillassage d'un bus et de l'incendie d'un autre véhicule de la ligne 15, le 31 mars, dans la cité de Grand Ensemble à Tremblay. D'après les autorités, ces incidents faisaient suite à une opération de police antidrogue dans la cité deux jours auparavant. D'après les chauffeurs de bus, des caillassages étaient intervenus bien avant avant l'opération.

Le Parisien - 15/04/10

17:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

14/04/2010

L'extrême-droite et la pensée völkisch en Hongrie

Garce nationale hongroise.jpg
La Garde nationale hongroise, interdite en 2009 
 (Cliquez sur la photo)
L’homologue de Jean-Yves Camus en Hongrie s’appelle Magdalena Marsovszky. Voici son analyse sur le résultat des élections hongroises, telle que relayée par le CRIF :

« Alors que la victoire des conservateurs (Fidesz) et de l’extrême-droite (Jobbik) se profile aux élections d’avril, La Garde hongroise, organisation paramilitaire créée par le parti d’extrême-droite hongrois Jobbik et interdite en 2009, poursuit plus que jamais sa campagne de dénigrement des juifs et des tsiganes. Magdalena Marsovszky, chercheuse germano-hongroise spécialiste de l’antisémitisme et de l’extrême-droite en Hongrie, nous explique les tenants et aboutissants de la pensée « völkisch » en Hongrie.

« On peut dire que la société hongroise est une « société duale ». Une grande partie de la société est « völkisch » tandis qu’une plus petite partie est libérale, cosmopolite et démocrate. La pensée « völkisch » est avant tout organique et essentialiste ; elle est caractérisée par une conception de la nation comme une communauté ethniquement homogène. Il s’agit d’autre part d’une pensée impérialiste qui comprend également les minorités magyares des pays environnants. Les frontières actuelles de la Hongrie ne sont donc pas prises en compte par cette pensée.

Pour se définir, la pensée « völkisch » dépend par conséquent de la recherche d’ennemis à l’intérieur même de la Hongrie. Et ces ennemis sont les juifs et les « tsiganes ».En outre, l’antisémitisme hongrois dans sa forme actuelle ne s’oriente pas nécessairement contre des juifs réellement existants, mais contre tous ceux qui correspondent à des stéréotypes antisémites. Il vise donc également les cosmopolites, les radicaux, les urbains et l’intelligentsia ou la ville corruptrice. Tout ce qui ne correspond pas à cette pensée « völkisch » est étiqueté comme juif.

C’est ainsi que l’UE peut être considérée comme une communauté faite par des juifs et judaïsée, contrôlée par des étrangers. Dans les cercles d’extrême-droite en Hongrie, on parle ainsi de « l’axe Tel Aviv – New York – Bruxelles ». Derrière la pensée « völkisch » se cache un terrible potentiel de violence… Le « völkisch » est présent dans toutes les couches de la société hongroise. Il existe même des lotissements « völkisch ». Des annonces comportent parfois la mention « Ne nous contacter que si vous êtes nationaliste ». Il existe même une compagnie de taxis appelée Jobb-Taxi et proche du parti d’extrême-droite Jobbik, c’est-à-dire « seuls des partisans « völkisch » nous appellent ». La magyarité dit « Achetez chez nous », sous-entendu, « n’allez pas chez les juifs ». Parallèlement au Festival Sziget se déroule tous les ans en été l’anti-festival Magyar Sziget (« île magyare »), qui attire beaucoup de monde et sacralise la nation. La pensée « völkisch » est également répandue dans les écoles et les médias publics… »

Source: relevé par Anne Kling sur le site du CRIF

Altermedia Info - 14 avril 2010

23:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Tremblay "en France": la guerilla urbaine continue...

14/04/10 – 19h00
PARIS (NOVOpress Paris)
– Moins de deux semaines après les violents incidents de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), un bus a de nouveau été caillassé par des groupes de voyous.

Cette nouvelle attaque s’est déroulée près de la cité de Grand ensemble, à Tremblay-en- « France », la maintenant mal nommée (Seine-Saint-Denis).

Un bus des Courriers d’Ile-de-France a été pris pour cible par une bande de jeunes casseurs, à la suite de heurts entre deux bandes rivales. C’est ce qu’affirme Ahomar Aït Mouhoub, délégué CGT et membre du comité d’hygiène et de sécurité de la compagnie.
Aucun blessé n’est cette fois à déplorer.

Ce nouvel incident intervient moins de 15 jours après la vaste opération de police qui avait conduit, le 31 mars dernier, à la saisie de près d’un million d’euros.
Depuis, la présence policière a été renforcée, sans parvenir pour autant à rétablir l’ordre.

....................................................................................................................................

Deux bus stationnés dans un dépôt Véolia de Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne) ont été incendiés ce midi, sans faire de blessés, a-t-on appris aujourd'hui de source policière, confirmant une information du Parisien.

Peu après 12h00, un premier bus a été incendié alors qu'il était stationné sur le parking du dépôt Véolia de Moissy-Cramayel et le feu s'est propagé à un deuxième bus qui a été endommagé, a-t-on expliqué de source policière, précisant qu'il n'y a pas eu de blessés.

Les causes de cet incendie n'étaient pas connues cet après-midi, a-t-on ajouté de même source.
Depuis début avril, des chauffeurs de ce dépôt sont en grève, selon cette source.
L'enquête a été confiée au commissariat de Moissy-Cramayel.

Le Figaro - 14 avril 2010

 

23:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Bruno Gollnisch parle d'entente sous conditions avec l'UMP

Bruno+Gollnisch.jpg
  Il se dit lassé de tendre la main, mais Bruno Gollnisch n’exclut pas une nouvelle tentative de rapprochement avec la majorité présidentielle s’il devait succéder à Jean-Marie Le Pen à la tête du Front national.

Mais pour le député européen, qui sera en compétition avec Marine Le Pen pour la présidence du parti en janvier 2011, une telle entente ne serait possible « qu’à condition que l’UMP change totalement d’attitude et d’orientation ».

« C’est à eux de changer d’attitude à notre égard et sur beaucoup de sujets (idéologiques). La balle est dans leur camp », dit-il dans une interview à Reuters.

Bruno Gollnisch rappelle que son parti a été frappé d’ostracisme par Jacques Chirac pendant de longues années et constate que sous la présidence de Nicolas Sarkozy, « l’UMP ne pratique que l’ouverture à gauche ».

« J’en ai assez de tendre la main à des gens qui ne le méritent pas. Mais ça peut changer », ajoute-t-il.

Le vice-président du FN souligne qu’il avait été l’artisan de l’apport des voix frontistes aux candidats RPR et UDF lors des élections régionales de 1998.

« A l’époque, les droites étaient majoritaires dans 20 régions sur 22 à condition que cette entente se réalise. J’ai conduit cette opération », dit-il.

Quatre présidents de région de droite avaient alors été élus avec le soutien du Front national, une alliance qui avait fait scandale, poussant par la suite les gouvernements Jospin et Raffarin à modifier le mode de scrutin.

« JE SUIS CE QUE JE SUIS »

Marine Le Pen, également vice-présidente du FN, doute pour sa part qu’un rapprochement soit possible avec la majorité, car Nicolas Sarkozy et l’UMP devraient pour ce faire renoncer à leurs fondamentaux, en particulier sur l’Europe.

« Ce ne serait plus l’UMP, ni Nicolas Sarkozy, donc la question ne se pose même pas », a-t-elle dit lundi à des journalistes. Avant d’ironiser : « Mais l’UMP a le droit d’appeler à voter pour le candidat du FN au deuxième tour de la présidentielle, je n’y verrai aucun inconvénient. »

Priée de dire si elle envisageait de changer le nom du Front national, Marine Le Pen a répondu : « Pour l’instant non, si quelqu’un aurait pu le faire, c’est Jean-Marie Le Pen.

Bruno Gollnisch, qui est soutenu par l’aile traditionaliste du parti, face aux modernistes proches de Marine Le Pen, se défend d’être moins déterminé dans la course à la succession qu’il y a quelques années.

Cet ancien officier de marine et ex-avocat, devenu universitaire, estime que « la personnalité tout à fait exceptionnelle de Jean-Marie Le Pen ne trouvera pas, évidemment, de clone parmi ses successeurs ».

Le président du FN avait estimé dans une interview en 2008 que son ex-numéro deux n’était pas assez combatif.

« Je suis ce que je suis », répond Bruno Gollnisch en mettant en avant ses qualités propres, une « grande expérience de la bataille politique », son « assiduité » et une « aptitude à rassembler ».

Il insiste également sur son expérience internationale, puisqu’il coordonne l’Alliance européenne des mouvements nationaux dont les partis ont actuellement le vent en poupe.

En Hongrie, où avait été lancée cette alliance, l’extrême droite vient de faire une entrée en force au parlement.

« La plupart des mouvements nationaux en Europe et même en dehors d’Europe me reconnaissent comme leur coordinateur », dit Bruno Gollnisch, qui est aussi conseiller régional en Rhône-Alpes, sa terre de prédilection.

Edité par Sophie Louet  - NP Info Rhône-Alpes - 14 avril 2010

22:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

VIDEO Marine Le Pen: "Jamais de rapprochement avec cette UMP! Ce sont les électeurs de l'UMP qui vont rejoindre le FN"

http://www.dailymotion.com/video/xcxgzc_marine-le-pen-jam...

22:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Delanoë est "consterné" par le lien entre homosexualité et pédophilie

Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, qui est le deuxième homme politique français à avoir fait état de son homosexualité, a vivement déploré mercredi les propos du numéro deux du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone, liant la pédophilie à l'homosexualité.

"J'ai pris connaissance avec consternation des propos du Cardinal Tarcisio Bertone, établissant un lien choquant entre l’homosexualité et la pédophilie", a déclaré le maire de Paris dans un communiqué. "Contrairement au contenu de ces déclarations, aucun scientifique ne soutient une thèse à ce point inacceptable, la pédophilie ne concernant pas plus les homosexuels que les hétérosexuels", a-t-il rappelé.

De telles prises de position, selon Bertrand Delanoë "sont d’autant plus dangereuses qu’elles stigmatisent délibérément une identité et portent ainsi atteinte au respect de la diversité et de la liberté individuelle".

Il souhaite que "les autorités épiscopales se désolidarisent de cette "sortie" aussi inattendue que regrettable. Chacun est légitimement en droit d’attendre de la communauté scientifique et des instances internationales qu'elles prennent leurs distances avec de telles assertions".

Lors de sa récente visite officielle au Chili, le cardinal Bertone a récusé le lien entre les cas récents de pédophilie impliquant le clergé et la question du célibat des prêtres, estimant que "le problème" est lié à l'homosexualité.

Le Figaro - 14 avril 2010

19:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Le Vatican clarifie les propos du cardinal Bertone

Tarcisio Bertone.jpg
Le cardinal Tarcisio Bertone le 12 avril au Chili

Le cardinal Bertone se "référait évidemment au problème des abus commis au sein du clergé et non à ceux commis dans l'ensemble de la population", a argumenté le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican.

Le père Lombardi a précisé à l'AFP qu'il s'agissait d'une "clarification et pas d'une prise de distance" du Vatican par rapport aux déclarations du secrétaire d'Etat.

Le cardinal Bertone avait déclaré lundi au Chili: "Nombre de psychologues, de psychiatres, ont démontré qu'il n'y avait pas de relation entre célibat et pédophilie, mais beaucoup d'autres ont démontré, et m'ont dit récemment, qu'il y a une relation entre homosexualité et pédophilie".

Seul pays à avoir jusqu'ici réagi officiellement, la France a condamné mercredi les propos du numéro deux du Vatican en les qualifiant d'"amalgame inacceptable".

Les déclarations du secrétaire d'Etat du Vatican ont aussi suscité une vague de rejet dans toute l'Europe et mercredi encore, les réactions d'associations ainsi que les commentaires dans la presse continuaient d'affluer.

Pour les homosexuels catholiques portugais de Novos Rumos, de tels propos "continuent de creuser le fossé entre l'Eglise, en tant que communauté de fidèles, et une certaine hiérarchie".

Du côté de la presse, La Libre Belgique, pourtant considérée comme proche de l'Eglise, dénonce quant à elle "un couac de trop": "Stigmatiser la communauté homosexuelle à coups d'arguments non étayés n'est pas fait pour ramener la sérénité entre Rome et l'opinion".

Les responsables du Vatican "sont dans une situation de crise et se rendent parfaitement compte que ce scandale est très dangereux pour l'Eglise", analyse pour l'AFP le vaticaniste Bruno Bartoloni. Du coup, "ils sont un peu paniqués et dépassent la mesure", dit-il.

Déjà, le 6 avril, des propos d'Angelo Sodano, prédécesseur du cardinal Bertone, qui avait comparé les mises en cause du pape sur la pédophilie à celles visant le controversé Pie XII, avaient indisposé la communauté juive.

AFP. 14 avril 2010

19:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

FN: la condamnation de Germanos est d'une "scandaleuse légèreté"

Le Front National a dénoncé la "scandaleuse légèreté" de la peine --10 mois de prison avec sursis-- à laquelle a été condamné mardi à Paris le général Raymond Germanos pour avoir téléchargé des milliers d'images pédo-pornographiques.

Dans un communiqué, Marine Le Pen, vice-présidente du FN, affirme que "cette peine est d'une scandaleuse légèreté: 10 mois de prison avec sursis pour avoir notamment téléchargé des images ignobles de bébés de 6 mois subissant des actes inqualifiables, c'est en vérité une approbation par la justice de la conduite abjecte du sieur Germanos".

Marine Le Pen "dénonce ce jugement qui manifeste une tolérance insupportable à l'égard de ces actes honteux et de plus en plus fréquents. Elle demande que les sanctions disciplinaires, dont a dû faire l'objet M. Germanos, soient rendues publiques".


Agé de 69 ans, le général Raymond Germanos, général 5 étoiles --plus haut grade dans l'armée française--, a été condamné mardi à 10 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris.

Cet ancien directeur de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN), aujourd'hui à la retraite, était accusé d'avoir détenu des photos et vidéos mettant en scène des enfants âgés de 6 mois à 12 ans, durant quatre ans jusqu'en juin 2008. Il a regretté ses agissements qu'il a mis sur le compte de problèmes médicaux l'ayant "extrêmement perturbé".

Le Figaro - 14 avril 2010

18:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Lynchage à Grenoble: le principal suspect s'est rendu - La victime serait "tombée sur le couteau"!

L'auteur présumé des coups de couteau portés à Martin s'est présenté au commissariat mardi en fin d'après-midi. La victime, 23 ans, a été entendue lundi par les policiers. 

Les policiers qui enquêtent sur le lynchage de Grenoble, le 9 avril dernier, ont pu rendre visite à la victime pour la première fois lundi. Le visage tuméfié, le corps bandé aux endroits où la lame de ses agresseurs lui a tailladé le bras et transpercé le poumon,

Martin, 23 ans, a répondu aux questions du mieux qu'il pouvait. Les médecins craignaient qu'il ne manifeste des séquelles neurologiques après son coma. Mais il s'est exprimé sans que l'on décèle de troubles de la parole. Problème : du fait du traumatisme de l'agression et des dix heures d'opération qu'il a subies, il se souvient à peine des faits. La présentation des photos des suspects n'a rien donné, de son côté.

Pour cerner les responsabilités des voyous filmés dans le tramway peu avant l'agression, les policiers s'accrochent donc aux déclarations de ses camarades et des autres témoins.

Ce soir-là, vers 23 h 15, Martin, sa petite amie et deux autres copains montent dans une rame pour aller boire un dernier verre en ville. À bord, une bande issue des quartiers sud chahute. «Nous étions à l'avant du tram, raconte un copain, eux à l'arrière. Ils sont sortis en même temps que nous.»«Certains étaient visiblement dans un état second», ajoute un policier.

Drogue ? Alcool ? «Les jeunes mélangent souvent les deux les soirs de sortie et ce cocktail occasionne de nombreux dérapages», explique le fonctionnaire. «On voyait qu'ils cherchaient la bagarre, poursuit l'ami de la victime. Ils ont demandé une cigarette à la copine de Martin qui n'en avait plus.» Celle-ci s'est alors fait insulter. « Puis ils ont apostrophé Martin en lui lançant : Hé toi, le frisé !», raconte le témoin. Et voici comment le jeune cartographe, qui voulait calmer le jeu, a focalisé l'agressivité de la bande.

«Comme un instinct grégaire»

Le groupe d'amis a pressé le pas pour échapper aux provocations. Mais au bout de 200 mètres, sur la place Grenette, «ils ont commencé à le frapper et Martin s'est retrouvé à terre, raconte son camarade. On a essayé d'intervenir, mais les cinq ou six du départ ont reçu le renfort d'autres jeunes. Ils étaient au total quinze ou vingt

Une sorte de pulsion collective aurait donc poussé d'autres voyous présents sur les lieux à se mêler au lynchage. «Comme un instinct grégaire, constate un policier. Ce phénomène très inquiétant est d'ailleurs de plus en plus fréquent.» Une jeune fille, autre témoin direct, cité par Le Dauphiné, raconte : «Ils l'ont passé à tabac et se sont acharnés sur lui avec une violence inimaginable. L'un des agresseurs a même pris son élan pour lui décocher un coup de pied dans le dos.» Tout à coup, l'un des voyous a dit : «On se barre ! On se barre !» À cet instant, le groupe d'agresseurs s'est divisé en deux pour prendre la fuite. Martin venait d'être frappé de deux coups de couteau, dont l'un dans le dos.

Mardi, la police avait arrêté sept personnes, dont cinq mineurs. En fin de journée, le suspect principal, un jeune adulte connu des services de police pour violences, s'était présenté au commissariat de police, où il a été placé en garde à vue. Agé d'une vingtaine d'années, le jeune homme a été identifié comme l'auteur des coups de couteau sur la base de divers «témoignages» et d'«éléments techniques». Il a reconnu «avoir eu le couteau en main mais assure que ces coups seraient involontaires», a-t-on précisé de source judiciaire. Il devrait être déféré dans la matinée au parquet.

Seuls deux jeunes mis en cause reconnaissent avoir porté des coups, mais sans fournir d'explication à leur geste, se contentant de «déclarations a minima». Les autres nient toute violence. Le parquet, qui a ouvert une information judiciaire, a requis leur mise en examen pour tentative d'homicide visant l'auteur présumé des coups de couteau, violences aggravées en réunion avec usage d'une arme et «participation à un groupe violent».

Le Figaro - 14 avril 2010

17:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Puissant séisme en Chine: au moins 400 morts et 10.000 blessés

Chine séisme.jpg
(Cliquez sur la photo)

PEKIN - Un puissant séisme a fait au moins 400 morts et 10.000 blessés mercredi dans la province isolée du Qinghai (nord-ouest de la Chine), proche de la région autonome du Tibet, ont annoncé les autorités provinciales.

 La zone la plus touchée, épicentre du séisme, est la préfecture de Yushu avec son siège Gyegu - Jiegu en mandarin -, région pauvre proche du Tibet, avec une population de 280.000 personnes.

Dans la soirée, la télévision a annoncé que plus de 900 personnes avaient été sorties vivantes des décombres par les services de secours.

Selon l'agence de presse officielle Chine Nouvelle, Gyegu compte 100.000 habitants. Elle se situe à douze heures de route de la capitale provinciale, Xining.

La télévision officielle CCTV a montré des images de quartiers réduits à des tas de gravats sur fond de montagne.

Le tremblement de terre - d'une magnitude de 6,9 selon l'Institut de géophysique américain (USGS), de 7,1 selon les autorités sismiques chinoises - est survenu tôt mercredi matin. Selon Chine Nouvelle, 18 répliques ont suivi, certaines allant jusqu'à 5,8.

Pour mesurer la puissance d'un séisme, l'USGS utilise la "magnitude de moment" (Mw). Sur cette échelle ouverte, un séisme atteignant une magnitude d'au moins 6 est considéré comme fort.

Dans la ville de Gyegu, plus de 85% des bâtiments se sont effondrés, les routes ont été coupées par des glissements de terrain et les télécommunications sont rendues difficiles dans cette région montagneuse de la chaîne himalayenne.

Le bilan pourrait s'alourdir, des personnes se trouvant encore sous les décombres.

"Nous sommes en train de secourir les élèves de l'école primaire de Yushu. Il y a à peu près une vingtaine d'élèves ensevelis. Nous nous dépêchons pour leur apporter de l'aide", a déclaré à CCTV un responsable des pompiers, Kang Zifu.

L'Express - 14 avril 2010

17:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Pédocriminalité: dix mois d'emprisonnement avec sursis pour le général Germanos - Un verdict beaucoup trop clément pour des actes immondes

Germanos.jpg
Les trois juges de la 15e chambre du tribunal correctionnel de Paris ont renoncé à explorer les abîmes du cerveau reptilien et à s'aventurer dans les contrées en friche de l'influence des tumeurs temporales droites sur l'hyperactivité sexuelle de l'être humain en général et du général d'armée en particulier.

Ils sont restés du côté du droit qui fait du téléchargement d'images pédo-pornographiques un délit et de ceux qui s'y adonnent des coupables. Ils ont en conséquence condamné, mardi 13 avril, le général cinq étoiles Raymond Germanos à dix mois d'emprisonnement avec sursis pour avoir, de 2004 à 2008, téléchargé près de 3 000 photos et vidéos pornographiques mettant en scène des enfants de six mois à douze ans. Elles ont été retrouvées sur le disque dur de l'ordinateur du général Germanos et sur une clé USB, saisis lors d'une perquisition à son domicile après un signalement Interpol en provenance d'Autriche.

"Dans ce tribunal, où l'on voit beaucoup de choses, cet échantillon de photos figure parmi les plus "hard" que l'on a eu à connaître. Les enfants sont très jeunes, il y a des bébés qui subissent des pénétrations complètes. Ce sont des actes inqualifiables et certaines de ces images sont insoutenables", avait observé en début d'audience Marie-Françoise Guidolin, présidente de cette chambre spécialisée dans les agressions sexuelles sur mineurs. "Et pourtant, avait-elle ajouté, vous êtes officiellement quelqu'un de bien, si je puis dire..."

Face à elle, le général Germanos, 69 ans, ancien para, ancien chef du cabinet militaire des ministres de la défense Charles Millon et Alain Richard, ancien directeur de l'Institut des hautes études de défense nationale et du service d'information et de relations publiques des armées, ancien inspecteur général des armées, aujourd'hui conseiller sécurité du président camerounais Paul Biya, s'accroche à la barre. "Ces photos, je les regrette profondément. J'ai honte. Cela correspond à une période difficile de ma vie. J'avais perdu le sens de la logique et de la critique à ce moment. J'ai beaucoup travaillé avec des médecins pour comprendre comment j'avais pu dériver. J'ai désormais dépassé cela grâce à l'aide qui m'a été apportée", dit-il.

Le pourquoi de cette "dérive", il laisse son avocat, Me Olivier Schnerb, tenter de l'expliquer. Cité par la défense, s'avance à la barre des témoins le neurochirurgien Michel Desgeorges, qui a compté Raymond Germanos parmi ses patients. On quitte alors les encombrantes photos de fillettes ligotées sur des lits pour ouvrir le dossier médical du chef militaire. "Si je suis ici, c'est pour dire que chez quelqu'un qui a été opéré deux fois d'une tumeur cérébrale, les freins peuvent être moins performants que chez les autres", explique-t-il.

La faute en serait à cette tumeur temporale droite qui, si l'on a bien compris, serait susceptible "d'avoir entraîné une levée des inhibitions", en comprimant "le cerveau social" au profit du "cerveau primitif et de ses pulsions".

Sur ce terrain dégagé par une caution scientifique, Me Schnerb s'enflamme et plaide une possible atténuation de la responsabilité pénale de son client. "Ce n'est pas possible qu'un homme aussi extraordinaire se soit conduit en pédophile sans qu'une partie de son cerveau lui ait échappé !", s'exclame-t-il, en demandant au tribunal de solliciter un collège d'experts sur le sujet. Le général, précise son avocat, serait même tout prêt "à continuer à faire don de son corps à son pays pour mieux traiter ce fléau de la pédophilie !"

Le réquisitoire de la jeune substitut Sophie Havard, qui a ramené le dossier à sa triste réalité judiciaire - "la démarche volontaire" du téléchargement d'images pédo-pornographiques pendant quatre ans qui ne s'est interrompue que par l'interpellation du général - a davantage convaincu le "cerveau social" du tribunal.

Le Monde - 14/04/10

17:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO - Agression de Grenoble: la victime a refusé de recevoir Hortefeux

http://www.dailymotion.com/video/xcxe7i_martin-a-grenoble...

GRENOBLE (NOVOPress) : Hier, France 3 annonçait que, lors de sa venue à Grenoble, Brice Hortefeux avait rendu visite à Martin, le jeune homme hospitalisé dans un état très grave après avoir été lardé de coups de couteaux par des racailles vendredi soir. Selon l’enquête menée par une équipe Novopress, il n’en est rien : au CHU où le jeune homme de 23 ans est soigné, le ministre de l’Intérieur n’a pas été admis dans sa chambre. Martin, qui est sorti du coma, « ne veut voir personne ». Pas même – et surtout pas ? – le ministre de l’Intérieur.

Sur le site Internet du ministère de l’Intérieur, un communiqué explique depuis hier soir, de façon très floue, que Brice Hortefeux a « tenu à témoigner l’émotion de l’Etat en allant au centre hospitalier universitaire de La Tronche où est soignée la victime ».

On y apprend que les voyous « étaient déjà très défavorablement connus des services de police, pour violences et usage d’armes blanches ». Ce qui relativise grandement les propos du ministre selon lequel « la bestialité inouïe de ces voyous sera durement sanctionnée ».  

13 avril 2010

00:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (21)

De Washington, Sarközy s'adresse aux Français...

Dans une mise au point sur la chaîne CBS, le chef de l'Etat assure que pour lui et son épouse, «tout ce petit clapotis n'a pas d'importance».

Dans une interview accordée à la chaîne américaine CBS en marge de sa participation au sommet sur la sécurité nucléaire, à Washington, Nicolas Sarkozy a fait le point sur plusieurs sujets. Ses principales déclarations :

Les rumeurs ne sont qu'un «clapotis». Interrogé sur les rumeurs qui entourent actuellement son couple, le chef de l'Etat a lancé : «Tout ce petit clapotis n'a pas d'importance pour nous. Cela fait partie de la vie moderne, d'un système. C'est comme ça, il n'y a pas lieu d'en faire de commentaires. De toute manière, on n'y peut rien».

Nicolas Sarkozy a assuré que lui et son épouse avaient «une vie très calme. Nous sommes très proches l'un de l'autre et tout ceci est très exagéré. Je dois dire que j'ai été très fier de la façon dont elle s'est exprimée à la radio, avec beaucoup de dignité, beaucoup de calme», a-t-il ajouté. «Je suis toujours désolé quand, autour de nous, à côté de nous, en face de nous, ou à cause de nous, les gens s'excitent trop. En tout cas, nous, on traverse cela en se serrant bien les coudes et en essayant de nous protéger de tout ceci. Cela n'a pas d'importance», a-t-il insisté. Et de conclure : «Il y a tant de souffrances des gens, il y a tant de difficultés dans leur vie quotidienne. Je suis toujours étonné que tout ceci prenne une telle place alors que cela n'en a pas».

Le chef de l'Etat a, semble-t-il, changé d'attitude sur le sujet. Le 12 mars dernier, en Grande-Bretagne, il avait affirmé ne pas avoir «une seconde, même une demi-seconde à perdre avec ces élucubrations». Et c'est sur cette même chaîne, CBS, que le chef de l'Etat, interrogé en novembre 2007 sur sa femme de l'époque, Cécilia, avait écourté une interview avec fracas. Le porte-parole, David Martinon, avait alors essuyé la colère du président.

La candidature à la présidentielle sera décidée l'année prochaine. Comme il l'a indiqué plusieurs fois ces derniers mois, Nicolas Sarkozy se prononcera en 2011 sur son éventuelle candidature à un second mandat. «Quelque part à la fin de l'été, début de l'automne 2011», plus précisément. La date avance donc un peu: dans une interview au Figaro Magazine, en mars dernier, il avait parlé de «fin 2011». «Mais pour les gens, ce n'est pas le problème, a-t-il aussitôt ajouté sur CBS. Les gens me demandent une chose et une seule : ‘sortez-nous de la crise dans laquelle nous sommes'. Et c'est ce qui doit motiver chaque minute, chaque instant de mon action. Le reste, c'est du détail pour eux».

La France «ne renoncera pas à l'arme nucléaire». «Je n'abandonnerai pas l'arme nucléaire, garante de la sécurité de mon pays, de façon unilatérale dans un monde aussi dangereux qu'il l'est aujourd'hui», a martelé Nicolas Sarkozy dans l'interview. «Je ne pourrais un jour, renoncer à cette arme que dans la mesure où je serais certain que le monde soit stabilisé et en sécurité», a-t-il insisté, ajoutant que «les Etats-Unis comme la France, nous sommes des démocraties, nous n'utiliserons jamais ces armes pour attaquer qui que ce soit».

Le chef de l'Etat a rappelé que la France avait «renoncé aux essais nucléaires», «ratifié le traité d'interdiction des essais nucléaires» et «réduit du tiers le nombre» de ses armes nucléaires, à «300». «Si j'allais plus loin, je pourrais mettre en cause la sécurité de mon pays», a-t-il plaidé.

Nicolas Sarkozy s'était déjà exprimé sur la dissuasion nucléaire, dans un discours prononcé à Cherbourg en 2008, la qualifiant de «strictement défensive». Il avait été très clair : «Tous ceux qui menaceraient de s'en prendre à nos intérêts vitaux s'exposeraient à une riposte sévère de la France, entraînant des dommages inacceptables pour eux, hors de proportion avec leurs objectifs».

La patience avec l'Iran «a des limites». «L'acquisition par l'Iran de l'arme nucléaire à des fins militaires, couplée aux déclarations multiples des dirigeants iraniens contre la démocratie d'Israël, c'est un danger et c'est inacceptable», a estimé Nicolas Sarkozy dans cette même interview. Le chef de l'Etat français a évoqué une «palette de sanctions possibles» : «ce peut être des sanctions financières sur les comptes d'un certain nombre de dirigeants» ou ce peut être de «ne plus acheter de pétrole à l'Iran».

Et d'asséner : «Je ne voudrais pas que le monde se réveille avec un conflit entre Israël et l'Iran parce que la communauté internationale aurait été incapable d'agir. La question des sanctions, et nous sommes bien d'accord avec le président Obama, c'est une question pour les jours ou les toutes prochaines semaines qui viennent».

Le Figaro - 13 avril 2010

00:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

13/04/2010

Les américano-sionistes veulent séduire les jeunes des banlieues

Samuel Jackson.jpg
Samuel Jackson de près.jpg
Samuel L. Jackson à Bondy
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

BONDY (Seine-Saint-Denis) — "Vous avez le pouvoir de changer les règles !" : l'acteur américain Samuel L. Jackson, très populaire en banlieue, s'est livré à une "opération séduction" mardi à Bondy (Seine-Saint-Denis), où il a encouragé les jeunes à travailler dur et à persévérer pour réussir.

"J'avais promis de revenir avec une vedette. Aujourd'hui je reviens avec une star d'Hollywood, un des plus grands ambassadeurs de la culture américaine", a dit d'entrée de jeu l'ambassadeur des Etats-Unis en France, Charles Rivkin, qui s'était rendu à la Courneuve (Seine-Saint-Denis) la semaine dernière.

Selon plusieurs associations présentes en banlieue, dont certaines participaient à la rencontre de mardi, les visites de représentants de l'ambassade américaine en France sont "régulières depuis les émeutes de 2005".

"Lorsque j'étais enfant, j'ai toujours pensé que j'étais un citoyen de seconde zone. Je devais être trois fois plus fûté que ceux contre lesquels je me battais. J'ai pris cela à coeur", a raconté Samuel Jackson aux jeunes présents.

"Les seules choses qui m'appartenaient étaient l'éducation que j'avais reçue et ma persévérance", a-t-il ajouté, en retraçant son parcours d'étudiant à la fac (océanographie) puis comme acteur.

"Nous avons tous un parcours pavé d'obstacles mais chacun doit trouver son chemin", a-t-il poursuivi, après avoir évoqué ses problèmes d'alcoolisme et de drogue.

"Vous êtes une force de vote. Vous pouvez faire avancer les choses parce que vous avez l'énergie et le pouvoir de changer les règles", a-t-il lancé, enthousiaste.

Il a dit croire à l'élection d'un président français issue de la banlieue, de quoi donner de l'espoir à la cinqantaine de jeunes présents dans la salle, préparant leurs questions mais concentrés sur leurs téléphones portables pour immortaliser l'instant.

"Je n'aurais jamais cru voir de mon vivant un président afro-américain", a-t-il poursuivi en évoquant l'élection de Barack Obama aux Etats-Unis. "Cela a été possible parce que les jeunes issus des quartiers ont pris conscience que leur voix avait du poids", a-t-il conclu.

"Quels conseils donneriez-vous aux jeunes pour réussir dans la vie ?", lui demande Idir, un des journalistes du Bondy Blog, créé pendant les émeutes de 2005 en banlieue, et qui a accueilli la rencontre dans ses locaux où se trouve aussi une antenne de l'ESJ (Ecole supérieure de journalisme).

"Si on travaille dur les portes s'ouvrent mais il faut être prêt quand l'opportunité se présente", lui a répondu Samuel L. Jackson.

Mais, s'interrogera Nacim, après la rencontre qu'il juge "géniale" : "est-ce que l'opportunité se présente quand on veut faire acteur et qu'on n'a pas de relations ?".

Nordine Nabili, le directeur de l'ESJ Bondy, est content : "Cela va marquer les jeunes. En France on a l'impression que la banlieue c'est loin. Les Etats Unis se sont rendus compte qu'il y avait des énergies en banlieue".

"Si cette opération peut alerter le gouvernement français sur l'urgence de faire changer les choses en banlieue, alors je prends", dit-il.

AFP. 13 avril 2010

23:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

Malte: un maire demande le retrait d'une sculpture phallique avant la visite du Pape

Monument phallique à Malte.jpg
LA VALETTE — Le maire d'une ville proche de l'aéroport international de Malte a demandé lundi que l'on retire un monument qui évoque la forme d'un pénis, afin de ne pas offenser le pape Benoît XVI qui effectue une visite sur l'île le week-end prochain.

Pour John Schembri, maire de Luqa, ce monument "honteux, vulgaire, obscène et embarrassant" devrait être retiré "en signe de respect pour le pape".

Le monument, baptisé Colonne Méditerranée, est l'oeuvre d'un sculpteur et artiste en céramique, Paul Vella Critien, qui en a installé de similaires en Allemagne, en Italie et en Australie, à Melbourne et Sydney.

Depuis l'installation de cette colonne turquoise tachetée de vert, rouge et jaune à un carrefour de l'entrée du village en janvier 2006, de nombreux habitants de l'île, très majoritairement catholique, ont exprimé des plaintes.

Pour le sculpteur, cette colonne, avant-gardiste mais inspirée de l'antiquité égyptienne, "pointe vers l'éternité".

AFP. 13 avril 2010

22:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

VIDEO Conférence de presse de Jean-Marie Le Pen

http://www.dailymotion.com/video/xcxi2z_conference-de-pre...

Nanterre - 12 avril 2010

20:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)