Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/04/2010

A Reims, la Grande Mosquée sort de terre

Grande mosquée de REIMS.jpg
09/04/2010 – 18h04
REIMS (NOVOpress)
– La ville du sacre des rois de France va bientôt accueillir une monumentale mosquée. La coupole de l’édifice, avec ses sept mètres de haut et un diamètre de 8 mètres, commence à rivaliser avec le sommet de la basilique Saint-Rémi. Mais le minaret sera encore plus ambitieux avec ses douze mètres de hauteur.

Les travaux vont bon train et devraient s’achever début 2011. La grande mosquée de Reims s’étendra alors sur une superficie de  3 700m², dont une salle de prière de 1 500m² pouvant rassembler 1 500 personnes. Le site abritera aussi une librairie, une bibliothèque, une salle polyvalente et même un salon de thé. C’est Clovis, le roi des Francs, baptisé à Reims, qui ne reconnaîtrait plus sa terre, en proie aujourd’hui à une islamisation conquérante.

19:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO Une vieille dame qui en a marre de Sarkozy

http://www.dailymotion.com/video/x6r4st_mamy-qui-en-a-mar...

Bien envoyé!

18:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Deux nouveaux francs-maçons au Conseil constitutionnel

Franc-maçonerie XXX.gif
Nouveau membre du Conseil constitutionnel, l’ex-sénateur UMP Hubert Haenel, présenté sans rire dans les médias comme « catholique pratiquant », appartient notamment à la loge “La lyre de Salomon” de la Grande Loge nationale française.

Quant au socialiste Michel Charasse, autre nouveau membre du Conseil constitutionnel, présenté souvent comme « maçon sans tablier », il a été secrétaire administratif de la Fraternelle parlementaire. Or pour en être membre, il faut bien évidemment être un initié.

Information révélée par le bulletin “Faits & Documents” via E-Deo

Altermedia Info - 9 avril 2010

18:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Vendée: Bruno Gollnisch s'élève contre l'annonce brutale des démolitions

Bruno Gollnisch, vice-président du Front national, a jugé "extraordinairement brutale" l'annonce de démolition des maisons sinistrées par la tempête Xynthia en Vendée et Charente-Maritime, invitant leurs habitants à "saisir les juridictions administratives".

"Je ne connais pas le dossier technique" mais "l'annonce de ces démolitions me paraît extraordinairement brutale, précipitée et ne s'accompagne apparemment d'aucune procédure contradictoire véritable, ni avec les élus ni avec les gens concernés, c'est ça que je conteste", a déclaré Bruno Gollnisch sur Canal+.

Pour les habitants dont la maison doit être détruite, "il y a des moyens de résister : ils peuvent saisir les juridictions administratives, ils peuvent protester bien sûr, j'espère bien qu'ils vont le faire", a-t-il dit.

A l'origine, "il n'y aurait pas dû y avoir délivrance de permis de construire" dans ces zones inondables, a fait remarquer le responsable FN jugeant qu'il y avait eu "une très grave faute des responsables publics".

Au total, 1.393 habitations sinistrées situées dans des zones "noires" seront rasées sur le littoral vendéen et charentais, selon le plan annoncé par le gouvernement.

Le Figaro - 9 avril 2010

17:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Sans surprise: l'Angolais sans-papiers est rentré à Lyon

L'Angolais sans-papiers, dont l'expulsion vers Luanda a échoué après plusieurs tentatives initiées par la préfecture du Rhône, où sa situation a généré une forte mobilisation, est rentré cet après-midi à Lyon.
Accueilli par une centaine de personnes, Guilherme Hauka Azanga, 45 ans , est arrivé à la mi-journée à la gare de la Part-Dieu avec sa compagne.

La préfecture du Rhône avait décidé de "mettre fin" hier soir à la "rétention administrative" du sans-papiers devant l'"impossibilité matérielle" de procéder à son expulsion, même si ce dernier, pour lequel élus socialistes et associations se sont massivement mobilisés à Lyon, reste toutefois "en situation irrégulière".

M. Hauka Azanga avait quitté le centre de rétention administrative (CRA) de Lyon Saint-Exupéry mercredi pour être transféré dans la soirée à Roissy-Charles de Gaulle, où le pilote du vol Air France pour Luanda (Angola) avait refusé par deux fois de l'embarquer, selon RESF.

Selon la préfecture du Rhône, il se trouvait jeudi soir en escale à Lisbonne, où à nouveau son "embarquement" pour Luanda "n'avait pas pu se faire".
"Quand il rentrera en France, il sera libre mais toujours tenu d'exécuter de lui-même une OQTF (obligation de quitter le territoire français), ce qui veut dire qu'il est reconductible à tout moment", avait souligné la préfecture.

M. Hauka Azanga est arrivé en France il y a huit ans, laissant en Angola sa première femme et leurs cinq enfants. Ses demandes d'asile ayant été rejetées, il avait été interpellé le 25 mars au domicile qu'il partage avec sa concubine.
Il a déjà purgé deux mois de prison pour refus d'embarquer. Conduit à l'aéroport à sa sortie de prison le 18 mars, il avait été reconduit en France après une escale à Francfort, le pilote ayant refusé de décoller car il était entravé.

Le Figaro - 9 avril 2010

17:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les obsèques d'Eugène Terre'Blanche

Funérailles Eugène Terre'Blanche.jpg
(Cliquez sur la photo)
Des milliers de fermiers blancs d'extrême droite se sont rassemblés aujourd'hui dans le temple réformé de Ventersdorp (nord-ouest de l'Afrique du sud) pour les funérailles sous haute sécurité du leader radical assassiné Eugène Terre'Blanche.
"Le monde était contre lui", a déclaré durant la cérémonie le pasteur Ferdie Devenier, s'exprimant en afrikaans, la langue de l'Eglise réformée et des descendants des premiers colons européens.
"Les gens ne voyaient que ce qu'il y avait de mauvais en lui", a continué le pasteur devant l'assemblée qui débordait du temple, certains choisissant de rester debout dans les espaces libres ou bien s'asseyant par terre.

A l'extérieur, plusieurs milliers de personnes suivaient le service retransmis par haut-parleurs, sous la surveillance d'un impressionnant déploiement policier.
Au pied du pasteur, le cercueil avait été revêtu du drapeau du Mouvement de résistance afrikaner (AWB) aux couleurs très proches de celles du parti nazi: une croix noire rappelant la swastika, dans un cercle blanc sur fond rouge.
Le chef de la police nationale, Bekhi Cele, qui avait rencontré la famille avant la cérémonie, a été rejoint par la ministre de l'Agriculture Dipuo Peters, aux côtés des fermiers et de partisans de l'AWB en tenue paramilitaire.
"Ce seront des funérailles normales, pas des funérailles politiques. C'est ce qu'a demandé la famille", avait indiqué plus tôt un porte-parole de l'AWB, Pieter Steyn, soulignant que le mouvement avait renoncé à toute manifestation aujourd'hui.

La mort d'Eugène Terre'Blanche, 69 ans, battu à mort samedi par deux de ses ouvriers agricoles noirs, a fait resurgir les tensions raciales sous-jacentes dans les zones rurales, où persistent d'effarantes inégalités 16 ans après la chute de l'apartheid.
Les meurtriers présumés, inculpés mardi, ont expliqué s'être disputé avec leur patron au sujet d'un salaire mensuel impayé, de l'ordre de 30 euros.
A l'issue du service religieux, Eugène Terre'Blanche devait être enterré sur sa ferme, à une dizaine de kilomètres du centre de Ventersdorp. La procession devait éviter le centre-ville.
Le Figaro - 9 avril 2010

17:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Apéro Facebook à Caen

Près de 1.800 personnes se sont rassemblées en début de soirée sur les pelouses du château de Caen à l'appel d'un abonné à Facebook pour un "apéro géant", malgré une interdiction préfectorale, a-t-on appris auprès de la préfecture. "C'est calme. Certains boivent, d'autres discutent, assis en petits groupes sur la pelouse", a déclaré un responsable policier à l'AFP vers 20H30. Vers 21H00, ils étaient 1.800 environ, selon une source préfectorale.

Les gens qui continuaient à affluer en début de soirée avaient commencé à se rassembler vers 18H00 sur les pelouses ensoleillées.

Mercredi la préfecture du Calvados avait annoncé dans un communiqué qu'elle interdisait cet "apéro géant" prévu sur les pelouses du château, dans un périmètre où, depuis décembre 2009, un arrêté préfectoral interdit déjà la consommation d'alcool sur la voie publique à partir de 20H00.

"L'arrêté a été avancé à 18H00", a précisé jeudi après-midi à la presse le préfet Christian Leyrit estimant qu'à cette heure-là, la circulation était importante sur la route qui longe les pelouses du château. 

Selon un autre policier, une demi compagnie de CRS, soit une quarantaine d'hommes, et huit fourgons de gendarmerie étaient en outre mobilisés.

Avant l'interdiction de la préfecture, 4.480 invités avaient "confirmé" par ordinateur leur présence à ce rassemblement, tandis que 4.600 autres internautes avaient indiqué qu'ils viendraient "peut-être".

Le Figaro - 8 avril 2010

00:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

USA, l'Etat voyou

Etat voyou.jpg
Bien que nulle part dans le monde les États-Unis ne soient face à un ennemi capable de s'opposer à eux sur le champ de bataille, le budget de la Défense de 2011 sera augmenté de 7,1 % par rapport au niveau actuel. Une grande partie des nouvelles dépenses iront dans des drones, la dernière contribution des USA à la civilisation occidentale, capable de surveiller de grandes surfaces de terrain et de délivrer la mort depuis le ciel. C'est une vision de la guerre typiquement zunienne, avec un « pilote » assis à un bureau à l’autre bout du monde, capable de détruire une cible tout en bas en appuyant sur un bouton. Hygiénique et automatique, c'est un peu comme un jeu vidéo, sans nettoyage salissant après.


Diffusé récemment, le Bilan Quadriennal de la Défense des États-Unis fait état de la manière dont le Pentagone développera une nouvelle génération de supers drones pouvant rester très longtemps en l'air pour frapper n'importe où et à tout moment dans le monde, afin de tuer ses ennemis. Certains supers drones pourront voler à des vitesses supersoniques et d'autres seront assez grands pour transporter des armes nucléaires. Conçus pour la Marine, quelques-uns de ces nouveaux drones seront capables de décoller des porte-avions pour étendre la puissance zunienne même aux points chauds les plus lointains. Les drones sont particulièrement estimés par les décideurs car ils n’ont pas d’équipage, peuvent voler au ras du sol et violer « accidentellement » l'espace aérien de quelqu'un sans que ça n’aboutisse nécessairement à un incident diplomatique.


      L'une des raisons majeures pour lesquelles les États-Unis sont devenus l'empire du mal réside dans l’adoption des drones comme arme de choix de Washington pour ses assassinats internationaux. Les drones constituent le poing déployé de ce qui se référait d’habitude à la Doctrine Bush. En vertu de cette doctrine  Washington prétend avoir le droit d'user de sa force militaire préventive à tout moment contre quiconque dans le monde, à partir du moment où la Maison Blanche détermine que cette action peut être interprétée comme une défense des États-Unis. Le vice président Dick Cheney a défini la politique en termes de pourcentage, affirmant que, si une évolution quelque part dans le monde avait 1% de chance de mettre les Etats-Unis en danger, le gouvernement des États-Unis était tenu d'agir.


      Il convient de noter que le président Barack Obama n'a renié ni la Doctrine Bush, ni la résolution du 1% de Dick Cheney, et a même été jusqu'à prétendre que les États-Unis font des « guerres justes, » approuvées par le christianisme, une position contestée entre autres par le pape Benoît XVI. Loin d’éviter la guerre et le massacre, le nombre et l'intensité des attaques de drones ont augmenté sous Obama, tout comme le nombre de victimes civiles, auquel fait allusion le splendide euphémisme non ensanglanté de « dommages collatéraux. »


      Des drones tuent en ce moment des gens en Afghanistan, au Pakistan, au Yémen et en Somalie. Il convient de noter que les États-Unis ne sont pas en guerre contre tous ces pays. Dans un monde sain d'esprit cela devrait impliquer l’illégalité de ces meurtres en vertu tant du droit international que de la Constitution zunienne. Pour rendre difficile aux Zuniens de partir en guerre, les pères fondateurs des États-Unis se sont servis de contraintes constitutionnelles qui exigent du Congrès une déclaration de guerre. Malheureusement, ça ne marche pas comme ça. Les États-Unis sont embringués dans une guerre quasi permanente depuis la Seconde Guerre mondiale, mais la plus récente déclaration de guerre véritable fut celle du 8 décembre 1941. Et puis il y a les opérations spéciales et clandestines qui couvrent le monde. À part Israël, aucun autre pays du monde n'a une politique avouée ouvertement d’agissements meurtriers contre des gens. On pourrait penser qu’en conséquence la communauté internationale regarderait en parias à la fois Tel Aviv et Washington, mais la peur de froisser la seule superpuissance du monde et son principal État satellite fait avorter la plupart des critiques. Les nations se sont en majorité résignées à laisser agir comme ils leur plaisent les équipes d'assassins et les drones armés des feux de l’enfer. Si l'Iran utilisait des drones et faisait la peau de ses ennemis en des lieux comme Dubaï, vous pourriez être sûr que la réaction serait vraiment différente.


      Et ça ne s'arrête pas là. Eric Holder, l’Attorney Général (ministre de la Justice) d’Obama a en réalité bloqué toute enquête sur le recours à la torture des fonctionnaires étasuniens, majoritairement de la CIA. L'administration prétend avoir cessé la pratique, mais a déclaré que personne ne sera puni pour avoir obéi à l’ordre de soumettre des prisonniers à la torture de la noyade, un argument qui était inacceptable au procès de Nuremberg en 1946 et qui ne devrait pas être acceptable maintenant. Les États-Unis sont signataires de l'accord international sur la torture et il y a aussi des lois fédérales et locales qui interdisent soit de la pratiquer, soit de la permettre. C’est pourquoi la décision du pouvoir consiste essentiellement à ignorer les crimes graves qui ont été commis contre des individus qui, dans de nombreux cas, étaient à la fois sans défense et totalement innocent. Ça ignore aussi la participation des juristes du ministère de la Justice et des médecins de la CIA dans le processus, une participation que beaucoup auraient considéré à la fois immorale et contraire à l'éthique. Pire que tout, ça permet de laisser s’échapper de vrais criminels de guerre, des gens comme George Tenet et ceux de la Maison Blanche qui ont approuvé cette pratique. Tenet, on s'en souvient, a reçu la Médaille présidentielle de la liberté et un contrat d’avocat de 4 millions de dollars. Il enseigne toujours à l’université Georgetown. Les juristes du ministère de la Justice, John Yoo et Jay Bybee, qui ont fabriqué l'argumentation juridique de la torture, sont maintenant respectivement professeur titulaire à Berkeley et juge à la Cour d'appel fédérale. On suppose que les véritables tortionnaires de la CIA seront toujours employés par le gouvernement fédéral ou bénéficieront d'une retraite confortable. Voilà pour le devoir de rendre des comptes pour les crimes de guerre sous le président Obama.


      Enfin, il y a l'assassinat. Le 3 février, Dennis Blair, le directeur du Renseignement intérieur, a fait remarquer lors d'un briefing au Congrès que les États-Unis se réservent le droit de tuer leurs citoyens à l'étranger quand ils sont « impliqués » activement dans des groupes considérés comme terroristes. L’implication est naturellement une expression très mouvante procurant une liberté maximum à ceux qui cherchent à faire un cas de l'exécution sommaire. Une liste de cibles implique une sorte de processus propre dans lequel un fonctionnaire du gouvernement prend une décision qui doit être basée sur des directives, mais elle ne permet pas à l'accusé de rejeter ou de contester la preuve contre lui. Il convient de noter également que personne au Congrès n’a objecté devant la déclaration de Blair, et que les médias n’ont guère signalé l'affaire. Ce qui suggère que la tolérance envers l’activité illégale et immorale imprègne désormais l’establishment. Comme l’a commenté Bruce Fein, l’ancien procureur général adjoint de Reagan, le pouvoir de suspendre les droits constitutionnels de quelqu’un à l'étranger peut être étendu à quiconque aux États-Unis. Il suffit de le déclarer combattant ennemi en vertu des clauses de la loi sur les commissions militaires. Bien que c’était un citoyen américain, Jose Padilla a été démis de son droit constitutionnel en un procès équitable, et a été arrêté à Chicago, pas à l'étranger. Pouvons-nous anticiper les exécutions extrajudiciaires de citoyens zuniens aux États-Unis dans le cadre de la guerre contre le terrorisme ? Bien sûr que nous le pouvons.


      Trois chances et vous êtes fini, M. Obama. Votre régime tolère le meurtre préventif et le tir de missiles contre des habitants de pays qui ne sont pas en guerre avec lui, laisse en liberté les tortionnaires et ceux qui permettent la torture, et prétend avoir le droit d'assassiner ses propres citoyens partout dans le monde sur la base de preuves secrètes. Ronald Reagan a autrefois décrit sa vision des États-Unis comme une ville brillante sur une colline. Ces dix dernières années, la ville brillante est devenue l’État Voyou absolu, glorifié par la puissance et l'orgueil en dépit des signes visibles de déclin et de l’avancée inexorable vers une chute catastrophique.


L'auteur: Ancien officier de la CIA, Philip Giraldi est aujourd’hui conseiller de rédaction à l’American Conservative et associé à l’American Conservative Defense Alliance.

Original : original.antiwar.com/giraldi/2010/03/10/the-rogue-nation/
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

Source de l'article: http://www.alterinfo.net

Url de cet article: http://www.internationalnews.fr/article-l-etat-voyou-par-...

20 mars 2010

00:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

08/04/2010

Vient de paraître

Dictionnaire du racisme.jpg
(Cliquez sur la photo)
Devinette: Quelle communauté ne figure pas comme victime d’une quelconque forme d’exclusion, de racisme ou de discrimination?
Altermedia Info - 8 avril 2010

23:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Scène de guerre civile à Grigny...

untitled Bus incendié à Grigny.JPG
Un autobus a été incendié par une vingtaine de jeunes gens mercredi soir dans une cite sensible de Grigny, après une opération antidrogue dans l’Essonne. Peu avant minuit, après avoir fait descendre le chauffeur de l’autobus et ses deux passagers, des jeunes ont mis le feu au véhicule à l’aide d’une “substance incendiaire” dans le quartier de la Grande-Borne, a précisé une source policière.
 Personne n’a été blessé et il n’y a eu aucune interpellation.

Selon le syndicat de police Alliance, cet acte criminel fait suite à l’arrestation d’un trafiquant de drogue. Des policiers étaient intervenus dans les communes d’Athis-Mons, Grigny et Montgeron dans le cadre de trafics de stupéfiants ou de différents vols. A chaque fois, les forces de l’ordre ont été “prises à partie par des bandes de voyous et ont fait l’objet de coups de feu ou de caillassages”.

Alliance dénonce un “climat de voyoucratie où les délinquants tentent d’intimider les honnêtes citoyens et de provoquer les policiers pour maintenir leurs trafics en tout genre”. “Nous constatons de plus en plus une banalisation et une professionnalisation des violences urbaines déclenchées par des délinquants dont la stratégie consiste à anticiper ou empêcher les opérations de police notamment en s’interposant, en nombre, aux interpellations”, fustige Alliance.

Le 31 mars, à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), un autobus avait été incendié et un autre caillassé, deux jours après une spectaculaire opération antidrogue dans une cité.

Altermedia Info - 8 avril 2010

23:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

En disgrâce, Dati est privée de palace à Genève

Les déconvenues se succèdent pour l'ancienne garde des Sceaux. Le 15 mars dernier, se rend à Genève pour une conférence devant les membres d’une association d’expatriés proche de l’UMP. A sa descente d', mauvaise nouvelle : on lui apprend que le secrétariat de l’UMP à refuse de prendre en charge la réservation de sa chambre à l’hôtel Mandarin Oriental, un palace qui longe le Rhône.

Trop cher, lui dit-on. Cette nouvelle mésaventure, c'est le quotidien suisse «La Tribune de Genève» qui l'a rendue publique jeudi.

 L’UMP a préféré lui réserver une chambre au NH Hôtel, un établissement proche de l’aéroport international, bien coté mais «nettement moins glamour. «Ce quatre étoiles (le Madarin Oriental en possède cinq, ndrl) est situé en bord de route et près d’un terrain vague qui sert de parking au centre commercial voisin. Ce n’est pas un hôtel étape pour V. I. P., mais plutôt pour V. R. P. (représentant de commerce), explique le journal suisse. Le prix de la chambre est de 200  francs suisses (140 euros) au lieu de 500  francs suisses (350 euros)» au minimum.

Sa voiture ministérielle enlevée la veille

La veille, jour du premier tour des régionales, la maire du VIIe arrondissement parisien avait été privée de sa voiture ministérielle, de son chauffeur et des trois officiers de sécurité qui se relayaient autour d'elle pour sa protection. Selon «Le Canard enchaîné», Nicolas Sarkozy aurait été fâché d'entendre son ancienne porte-parole de campagne et ministre de la Justice s'exprimer sur France 2.

Une chambre partagée avec son attachée parlementaire

Nouveau signe de sa nouvelle disgrâce que ce changement d'hôtel à Genève ? Comble de cruauté, à 23 h 30, lorsqu’elle arrive à son hôtel, la réceptionniste ne trouve pas la réservation. «Rachida Dati est au bord des larmes. Finalement, on découvre qu’une chambre double a bien été réservée, mais au nom de son attachée parlementaire. Il semble qu’elle ait dû se résigner à faire chambre commune», rapporte «La Tribune de Genève».

Le secrétariat de l’UMP confirme la réservation dans cet hôtel «très pratique», mais conteste le caractère punitif de cette décision. Le journal poursuit : «Quant à la chambre double, l’UMP rejette toute responsabilité. Visiblement, l’hôtel était plein ce soir-là. A Paris, il y aurait bien deux bordereaux de réservation, l’un au nom de Rachida Dati, l’autre au nom de son attachée parlementaire».

Le Parisien - 8 avril 2010

 

22:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Un soldat français tué en Afghanistan

Afghanistan légionnaire tué 8 4 10.jpg
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Le légionnaire, qui appartenait au 2e Régiment étranger de parachutistes de Calvi, a trouvé la mort alors qu'il participait à une mission d'appui des troupes afghanes dans le nord-est du pays.

Un légionnaire appartenant au 2e régiment étranger de parachutistes (REP) de Calvi (Haute-Corse) a été tué jeudi en Afghanistan alors qu'il participait à une mission d'appui des troupes afghanes, a annoncé dans la soirée l'Elysée.

Le soldat français, qui participait à une mission dans le sud de la vallée de Tagab, au nord-est de Kaboul, a été grièvement blessé par balle au cours d'un échanges de tirs avec des insurgés et est décédé à son arrivée à l'hôpital militaire français de Kaboul où il avait été transporté par hélicoptère.

 

41 français tués depuis 2001

 

Dans un communiqué, Nicolas Sarközy a rendu hommage à ce militaire qui «a payé de sa vie l'engagement de la France au service de la paix et de la sécurité du peuple afghan» et présenté ses condoléances à sa famille.

Le chef de l'État a également réaffirmé «son soutien au peuple afghan et aux autorités afghanes» et exprimé «la détermination de la France à continuer d'oeuvrer au sein de la Force internationale d'assistance à la sécurité» déployée sur le territoire afghan.

Cette attaque porte à 41 le nombre de militaires français morts en Afghanistan depuis 2001. Quelque 3.500 soldats français sont pour l'heure stationnés dans ce pays.

 

Le Figaro - 8 avril 2010

22:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Violences à l'école: Chatel sort son arsenal - Mesures désespérées pour masquer le véritable problème...

Chatel Luc.jpg
Luc Chatel ce matin à la Sorbonne

La lutte contre les violences en milieu scolaire va passer par le renforcement de la formation des enseignants, de la sécurité pour les établissements difficiles et par une réforme du dispositif de sanctions, a annoncé jeudi le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel.

   Des décisions jugées par des représentants du monde éducatif "en décalage", avec les deux jours de débats des "états généraux de la sécurité à l'école", décidés par le ministre après plusieurs incidents graves en début d'année dans le Val-de-Marne, dont la mort d'un lycéen.

 

D'abord, M. Chatel n'a pas pu faire l'impasse sur les demandes de formation des personnels, qui ont été le leitmotiv de ces "états généraux" convoqués à la Sorbonne.

 

A l'avenir, les étudiants préparant les concours d'enseignants auront en master "une formation spécifique à la gestion des conflits" et chaque professeur recruté suivra lors de sa première année d'exercice un "module de tenue de classe". "L'ensemble des personnels" des établissements les plus exposés auront aussi de la formation continue, a détaillé le ministre, sans précision d'horaires.

 

Les annonces dans ce domaine étaient d'autant plus attendues que l'actuelle réforme de la formation, dite "masterisation", est presque unanimement dénoncée par le monde éducatif comme affaiblissant la pédagogie et l'alternance.

"Le métier d'enseignant, cela s'apprend" et "il n'y a pas à opposer transmission des savoirs et pédagogie", a d'ailleurs martelé Eric Debarbieux, président du conseil scientifique de préparation et suivi des états généraux.

Comme 10% des établissements concentrent la moitié des violences, des efforts sont concentrés sur les académies les plus exposées.

Les effectifs des "équipes mobiles de sécurité" (équipes mixtes composées de personnels éducatifs, policiers et gendarmes) vont y être doublés et des expérimentations seront faites dans une centaine d'établissements dès la rentrée 2010, pour permettre aux chefs d'établissements de choisir leurs équipes et faciliter les innovations pédagogiques.

 M. Chatel a aussi décidé de réformer les procédures de sanctions, avec un recours moins systématique aux exclusions, la tenue du conseil de discipline à l'extérieur de l'établissement scolaire et une "motivation écrite" pour chaque sanction disciplinaire.

Le dispositif statistique de mesure des violences va devenir trimestriel et inclure une "enquête de victimation" fondée sur les déclarations des victimes.

Enfin, M. Chatel a annoncé une "conférence nationale", très attendue par le monde éducatif, sur les rythmes scolaires.

Hormis ce dernier point, représentants d'organisations enseignantes, lycéennes ou de parents ont, dans un même élan, jugé les choix ministériels "en décalage" avec les débats.

Il s'agit d'un "rendez-vous raté", a dit la secrétaire générale de la FSU Bernadette Groison, les décisions n'étant "pas à la hauteur" des propositions faites, a renchéri Thierry Cadart pour le Sgen-CFDT.

Les deux journées de débats ont été un "réquisitoire" contre la politique éducative menée depuis 2007 par le gouvernement, ont estimé Christian Chevalier pour le SE-Unsa et Antoine Evennou, président de l'organisation lycéenne UNL, politique dont M. Chatel ne s'est pas encore assez démarqué à leur goût.

 La pierre d'achoppement restant sans conteste la réforme de la formation, dont la fédération de parents d'élèves FCPE a réclamé "l'abandon".

Choix salué, en revanche, celui d'un "suivi" de ces états généraux et d'un "bilan d'étape", selon le ministre "dans six mois".

AFP - 8 avril 2010

20:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Xynthia: 250.000 € d'indemnisation en moyenne pour les maisons qui seront démolies

PARIS (AP) — Les propriétaires des 1.510 maisons qui doivent être détruites après le passage de la tempête Xynthia recevront en moyenne 250.000 euros d'indemnisation, a-t-on appris jeudi auprès de la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA).

La "zone noire", où les constructions doivent être démolies, inclut 915 logements en Vendée et 595 en Charente-Maritime.

L'Etat va acquérir ces maisons soit à l'amiable soit par expropriation puis il procédera aux démolitions.

Si la maison a été endommagée par Xynthia fin février, "l'assurance prendra en charge le montant des dégâts causés par la tempête et le fonds Barnier prendra en charge le solde de l'indemnisation", expliquait-on à la FFSA.

Si la maison n'a pas été endommagée mais doit être détruite parce qu'elle se trouve dans une zone à risques, "l'assurance ne jouera pas, seul le fonds Barnier sera compétent et donc indemnisera", précisait-on de même source.

Le montant de 250.000 euros "n'est qu'une moyenne", insistait-on à la FFSA.

Le fonds de prévention des risques naturels majeurs (dit Fonds Barnier) a été créé en 1995 pour financer l'expropriation de biens exposés à certains risques naturels menaçant gravement des vies humaines. Il est principalement alimenté par une part des primes pour la couverture du risque de catastrophes naturelles figurant dans les contrats d'assurances. AP

Le Nouvel Obs - 8 avril 2010

19:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Les sinistrés de Xynthia entre colère et incompréhension

Xynthia colère incompréhension.jpg
A La Faute-sur-Mer le 7 avril  (Cliquez sur la photo)

Des propriétaires des 915 maisons vouées à la destruction à L'Aiguillon-sur-Mer et La Faute-sur-Mer (Vendée) ont laissé éclater leur colère et leur incompréhension jeudi.

Plus de 1.500 logements seront détruits en Vendée et en Charente-Maritime dans les zones ravagées fin février par la tempête Xynthia.

Les habitants des communes vendéennes parmi les plus touchées ont été fixés sur leur sort lors de réunions publiques où ont été dévoilées les cartes des zones inconstructibles.

A La Faute-sur-Mer, où 29 personnes ont péri, la réunion s'est vite transformée en tribunal populaire, où les sinistrés ont réclamé avec véhémence des comptes au préfet Jean-Jacques Brot, nommé 13 jours avant la catastrophe, et au maire René Marratier.

"Je ne peux pas supporter que vous m'accusiez de la responsabilité de ce drame", a répondu Jean-Jacques Brot à une habitante qui dénonçait la responsabilité de l'Etat dans l'attribution des permis de construire litigieux.

Un patron d'auto-école, qui a perdu ses parents dans les inondations, a alors lancé : "Pour un excès de vitesse de 53 km/h, on se retrouve au tribunal". "Là, il y a eu 29 morts et un millier de maisons rasées, et il n'y aurait pas de responsable ? Je ne peux l'accepter".

"Nous ne sommes pas devant un tribunal, je ne suis pas procureur de la République, ce n'est pas le lieu pour pointer des responsabilités", a répliqué le préfet de Vendée.

Des sinistrés du camping municipal s'en sont pris au maire, qui leur a facturé 900 euros l'évacuation des mobile homes inondés alors qu'elle devait se faire aux frais de la commune.

"GROS SUR LA PATATE"

"C'est indécent : on a tout perdu, et en plus on nous réclame de l'argent", fulmine Serge Frideloux, 69 ans, un retraité habitué du camping municipal depuis vingt-huit ans.

Plus tôt dans la matinée, la réunion de L'Aiguillon-sur-Mer avait déjà été l'occasion pour les propriétaires appelés à quitter leurs maisons sinistrées d'exprimer leur colère.

"On ne va pas accepter de partir comme ça", a déclaré Jean-Pierre Denys, propriétaire d'une résidence secondaire sur la Pointe de l'Aiguillon appelée à disparaître, inondée de seulement "25 cm d'eau" la nuit de la catastrophe.

"On va faire appel à la justice et on va signer des pétitions, pour que notre bon droit soit respecté", a dit cet agent de stationnement de 55 ans, à la sortie du gymnase où se tenait la réunion publique de L'Aiguillon-sur-Mer.

Pour cet homme qui "en a gros sur la patate", il faut d'abord "renforcer la digue et installer des protections plus hautes, comme aux Pays-Bas".

Contre toute attente, certains alignements de maisons n'ont en effet pas été classés en "zone noire", contrairement à ceux d'en face appelés à être détruits dans la même rue.

Alors que les premiers se trouvent à hauteur de la digue qui protège la commune des crues de l'estuaire du Lay, les secondes se trouvent un à deux mètres en contrebas.

La carte a été établie selon plusieurs critères (hauteur d'eau constatée, topographie des lieux, possibilité de se protéger? ) "pas seulement liés à la tempête Xynthia", a insisté le préfet Jean-Jacques Brot.

PREMIERS RACHATS CET ÉTÉ

"Ce sont des critères justes, fiables et objectifs. Ils ne sont pas liés à un principe de précaution exacerbé, mais à une question de bon sens et de prudence", a-t-il dit.

Une "cellule d'accompagnement et de suivi" va être mise en place dès vendredi dans les deux communes sinistrées, a promis le préfet.

L'Etat se propose de racheter à l'amiable 915 maisons à La Faute-sur-Mer et L'Aiguillon-sur-Mer, selon les prix du terrain et des bâtiments constatés avant le passage de la tempête Xynthia. A défaut, des procédures d'expropriation seront intentées à l'encontre de leurs propriétaires en justice.

Les premiers rachats pourraient avoir lieu cet été, et les premières destructions de maisons en septembre. Les terrains sinistrés seront rendus à l'état naturel ou retrouveront "une vocation touristique ou agricole" selon le préfet de Vendée.

Le relogement des habitants se fera "au cas par cas".

"Nous tiendrons compte de leurs goûts et de leur attachement aux communes, pour les réinstaller au plus près de leurs intérêts matériels", a promis le préfet mercredi.

Parmi les 915 maisons visées en Vendée, 674 se trouvent à La Faute-sur-Mer (582 résidences secondaires et 92 résidences principales). Sur les 241 maisons concernées dans la commune voisine de L'Aiguillon-sur-Mer, 216 sont des résidences secondaires et 25 des résidences principales.

 

L'Express - 8 avril 2010

19:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Immigration et excision

Carte excision.jpg

Toutes les femmes menacées d’excision vont-elles se réfugier en France ? C’est en tout cas ce qu’on peut craindre suite à la décision de la Cour nationale du droit d’asile, au sujet d’une mère sénégalaise vivant à Blois depuis 2005 avec ses deux filles.

Sachant que cette odieuse mutilation sexuelle est pratiquée officiellement dans une bonne trentaine de pays, essentiellement africains, mais aussi en Asie du sud-est (Indonésie), cela représente une population d’au moins 600 millions d’habitants, et donc plusieurs dizaines de millions de candidates potentielles au titre de réfugiée !

N’est-ce pas d’ailleurs Nicolas Sarkozy qui avait déclaré que la France avait vocation à recueillir toutes les femmes victimes de violences dans le monde entier ?

Il serait plus approprié de lutter contre l’excision dont la pratique se développe en France comme dans d’autres pays européens, allant de pair avec une immigration massive de populations inassimilables. Mais sur ce phénomène inquiétant, le pouvoir préfère fermer les yeux. Surtout pas de vagues dans les « quartiers sensibles » !

NPI - 8 avril 2010

18:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Châteauroux: 14 tombes chrétiennes saccagées au cimetière de Cré

cimetière de Châteauroux.jpg
Samedi 3 avril, la Nouvelle République ne consacrait que quelques lignes à la dégradation de plusieurs tombes au cimetière de Cré à Châteauroux.  Le même jour, nous avions déploré sur notre site l'absence de réaction des élus et des “autorités morales” habituellement promptes à s'émouvoir du moindre “tag” sur une tombe musulmane (*).
Après une nouvelle profanation découverte dimanche matin, la Nouvelle République consacre tout de même un article plus important sur l''évènement. Mais les élus locaux et nationaux comme les fameuses “autorités morales” restent toujours silencieux. Seul un maire-adjoint de Châteauroux chargé des cimetières a fait part de son indignation ! Il semblerait, comme d'habitude, que certaines profanations soient moins importantes que d'autres… Les Français de souche et chrétiens de surcroît ne font pas partie des “espèces protégées” !
Voir aussi le site du FN 36.
Front National de Loir-et-Cher - 7 avril 2010

18:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Hamid Karzaï ne veut plus être la marionnette des Occidentaux

Karzaï avec Obama.jpg

La visite éclair d'Obama le 28 mars a pu contribuer à faire sortir de ses gonds le président afghan.

De notre correspondante à New Delhi

Pour Hamid Karzaï, trop, c'est trop. Des couleuvres, il en a avalé beaucoup depuis 2001. La dernière en date remonte au 28 mars. Ce jour-là, Barack Obama prévient son homologue afghan une heure seulement avant d'atterrir à Kaboul de son intention de s'inviter à dîner au Palais présidentiel. La nuit est tombée depuis longtemps. Certes, cela passe assez bien dans les coutumes locales : l'hospitalité des Pachtouns est légendaire. Il n'empêche. Obama, qui ne s'était jamais rendu en Afghanistan depuis son élection, y restera moins de six heures ; il ne consacrera que vingt-cinq minutes à Karzaï. Et encore, pour lui faire la morale.

«Nous voulons continuer à faire des progrès en matière de bonne gouvernance, d'application de la loi, d'efforts anticorruption, toutes ces choses qui conduiront à construire un Afghanistan plus prospère, plus sûr, indépendant», lance le président américain au chef de l'État afghan. Karzaï lui répond poliment qu'il espère que «le partenariat avec les États-Unis contribuera à construire un Afghanistan stable, fort et pacifié qui pourra fonctionner par lui-même et aller de l'avant». Les termes «souveraineté de l'Afghanistan» ou encore «indépendance de son président» ne sont pas encore prononcés. La vengeance est un plat qui se mange froid. La visite surprise de Barack Obama a-t-elle contribué à faire sortir le président afghan de ses gonds, au point de déclencher la logorrhée des derniers jours ? Il aura fallu attendre mercredi pour que le Palais présidentiel à Kaboul s'efforce de calmer le jeu.

 

Propos incendiaires

 

Waheed Omar, le porte-parole de Karzaï, a démenti les informations rapportées par plusieurs députés afghans au cours du week-end, affirmant que le président s'était dit prêt à rejoindre les talibans si les Occidentaux continuaient de faire pression sur lui. Hamid Karzaï aurait tenu ces propos incendiaires durant une réunion à huis clos du Parlement. «Si les États-Unis continuent de me harceler publiquement pour que j'en fasse toujours plus pour mettre un terme à la corruption, au népotisme et à la fraude électorale, alors je pourrais bien rejoindre les rangs des talibans», aurait-il lancé. Expliquant dans la foulée, qu'après tout, «la différence entre résistance et rébellion était de l'épaisseur du trait».

Démentir des propos rapportés par des tiers n'est pas très difficile. Faire oublier ceux prononcés devant un micro de la BBC, ou en présence du général Stanley McChrystal, commandant des forces américaines et de l'Otan en Afghanistan, est beaucoup plus délicat. Or, Karzaï l'a dit et répété, les fraudes massives qui ont entaché l'élection présidentielle en août dernier - et qu'il avait d'abord niées - sont le fait de «l'interférence étrangère».

 

Négociations avec les talibans

 

Au premier rang de cette ingérence, les Nations unies, les États-Unis et l'Union européenne, représentée par le Français Philippe Morillon. Pour faire bonne mesure, la présidence afghane a annoncé, mercredi, avoir «accepté la démission» des responsables de la Commission électorale afghane, accusée d'avoir favorisé la réélection de Karzaï. Surtout, les capitales occidentales soupçonnaient la Commission de se préparer à truquer les législatives qui doivent avoir lieu en septembre.

Ce qu'il a le plus sur le cœur, c'est pourtant à Kandahar, la ville du Sud où les talibans continuent d'avoir une cote impressionnante, que le président afghan l'a dit. En bon chef pachtoun, et en présence du général McChrystal.

S'adressant à 1 500 chefs tribaux à l'occasion d'une choura (assemblée traditionnelle), Karzaï a martelé : «La situation s'arrangera en Afghanistan quand son peuple sera persuadé que son président est indépendant, quand il croira que le gouvernement est indépendant et non pas une marionnette.» Et, l'heure de la revanche ayant sonné, il a poursuivi : «L'autre jour, j'ai dit à M. Obama que je ne pouvais pas remettre sur pied ce pays par la guerre. Cette situation dure depuis huit ans, nous voulons la paix et la sécurité. Je m'engage de toutes mes forces à ramener la paix dans ce pays.» McChrystal était assis sur l'estrade derrière Hamid Karzaï ; il n'est pas intervenu.

Karzaï n'est sans doute ni fou ni toxicomane. Il est simplement afghan, comme le souligne l'analyste politique indien M. K. Bhadrakumar, ancien diplomate en Afghanistan. Selon lui, le président pratique «une diplomatie à l'afghane» qui dépasse largement l'Administration Obama. La pierre angulaire en est la réconciliation avec les talibans. Et elle vient d'être mise à mal par Washington et Islamabad. Depuis cinq ans, Karzaï ne cesse de tendre la main aux talibans, y compris à leur chef spirituel, mollah Omar. Des négociations étaient en cours. Or les États-Unis les auraient court-circuitées en «sous-traitant» au Pakistan le processus de réconciliation, persuadé que c'était là le meilleur moyen d'en finir avec le conflit afghan.

Le Figaro - 8 avril 2010

17:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Pédophilie: la grande douleur du Pape

Le pape Benoît XVI éprouve "une grande douleur" à la suite des nombreux cas de pédophilie révélés ces derniers mois, a indiqué aujourd'hui son bras droit, le numéro deux du Vatican, le cardinal-secrétaire d'Etat Tarcisio Bertone.

 "Les cas de pédophilie parmi les prêtres ont provoqué une grande douleur chez le pape", a déclaré Mgr Bertone, cité par les médias italiens, alors qu'il se trouve au Chili. "Le Saint Père a souffert beaucoup, comme nous les pasteurs, pour ces cas de prêtres infidèles à leur propre vocation et à leur propre mission", a ajouté le haut prélat.

"L'Eglise catholique est une institution qui a une force intérieure et le charisme de Jésus Christ qui, en dépit de ces cas, continue de protéger et soutenir son Eglise", a conclu le cardinal italien.

Le Figaro - 8 avril 2010

17:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Yémen: les petites "fiancées de la mort"

yemen-trop-jeune-mourir-L-1.jpg
Petites filles au Yémen (Cliquez sur la photo)
Une fillette yéménite de 13 ans est décédée d'une hémorragie due à une déchirure vaginale cinq jours après avoir été mariée de force, a annoncé aujourd'hui une organisation de défense des droits de l'homme à Sanaa. Le décès de l'adolescente intervient alors qu'un projet de loi fixant l'âge minimum du mariage pour les femmes à 17 ans suscite la controverse au Yémen, les organisations de femmes le soutenant alors que les islamistes et les conservateurs y sont opposés.

Dans un communiqué, l'ONG Al-Chaqaeq a précisé que la fillette, Elham Mahdi al-Assi, originaire de la province de Hajja (nord-ouest de Sanaa), est décédée le 2 avril en raison "d'une hémorragie résultant d'une déchirure vaginale", selon le rapport du médecin légiste. Le mariage de la fillette avec un homme d'une trentaine d'années avait été célébré le 29 mars dans le cadre du "mariage d'échange", courant au Yémen, en vertu duquel les familles échangent les jeunes filles à marier, selon l'ONG.

Conformément à ce type de mariage, la soeur de l'époux a été donnée en mariage à un homme de la famille de la mariée. Selon l'ONG, la fillette a été "victime de ceux qui se jouent de la vie des enfants au Yémen". Sa mort constitue "un exemple frappant de ce à quoi appellent les détracteurs de la loi fisant l'âge du mariage". Le mariage des petites filles est courant au Yémen, le plus pauvre des pays de la péninsule arabique et à forte structure tribale.

Une loi fixant à 17 ans l'âge du mariage pour les filles et à 18 ans pour les garçons avait été votée l'an dernier. Mais des députés de plusieurs tendances politiques ont fait une demande au président du Parlement pour la réexaminer, ce qui empêche sa promulgation. En septembre, une fillette de 12 ans était décédée alors qu'elle mettait au monde son bébé, illustrant le cas des nombreuses "fiancées de la mort" mariées de force avant même d'être pubères.
Le Figaro - 8 avril 2010

17:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)