Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2010

Mondialisme: les terroristes du métro de Moscou servent de couverture aux services secrets des Etats-Unis

Couverture ssecrets US.jpg

Le Conseil de sécurité de la Russie à la Douma (Parlement) estime que Dokou Oumarov n'a rien à voir avec les attentats perpétrés dans le métro de Moscou, et que sa revendication n'est qu'une campagne de propagande destinée à amplifier les capacités réelles des séparatistes du Caucase. Certains parlementaires du Conseil de sécurité n'hésitent plus à pointer du doigt les Etats-Unis qui, selon eux, se cacheraient derrière ces attaques terroristes.

« La revendication par Dokou Oumarov des attentats terroristes du métro de Moscou doit être vérifiée », a indiqué hier Guennadi Goudkov, vice-président du comité de sécurité à la Douma, sur les ondes de la radio russe « Echo de Moscou ».

« Nous sommes conscients que cela ne pourrait être qu'une campagne de propagande destinée à amplifier la capacité des rebelles qui sévissent dans le Caucase. Nous devons trouver les terroristes qui se cachent derrière ces attaques ainsi que leurs commanditaires », a encore indiqué M. Goudkov.

Cette déclaration confirme les doutes que nous avons exprimés sur Mecanopolis, le jour même des attentats, en publiant une vidéo, datée du 19 février dernier, où Dokou Oumarov faisait état des difficultés financières rencontrées par les forces séparatistes du Caucase (lire à ce propos Entretien avec le commandant des séparatistes du Caucase).

Le cafouillage des communiqués, jeudi 1er avril, tendrait plutôt à accroitre encore ces doutes. Un porte parole de l'Emirat du Caucase avait d'abord réfuté que l'organisation soit à l'origine de ces attaques avant que Dokou Oumarov, dans une nouvelle vidéo, ne les revendiques (voir notre article Confusion autour de la revendication des attentats de Moscou).

Les États-Unis dans le collimateur

Après les déclaration de Viktor Jirinovsky, mardi dernier, qui indiquait sans détour que « Ces deux attentats dans le métro de Moscou s’inscrivent directement dans un plan de destabilisation de la Russie, élaboré à Londres par les services spéciaux britanniques et étasuniens » (lire Les attentats de Moscou sont l’œuvre des services spéciaux américains et britanniques), de nombreux députés du Conseil de sécurité de la Russie lui emboite le pas aujourd'hui.

Ainsi, le chef de file de ces parlementaires, Gadzhimet Safaraliyev, a indiqué hier que « les terroristes du métro de Moscou servent de couverture pour une organisation plus puissante. qui est à l'origine de ces attentats : les services secrets des États-Unis. Nous avons d'ailleurs des éléments qui nous permettent de penser que ces attaques ont été préparées en Géorgie ».

« Les commanditaires sont les mêmes que ceux qui ont planifiés l'attentat du train Nevsky Express, en novembre 2009, et pour lequel nos services fédéraux (FSB) savent qu'il n'y a aucune implication des rebelles du Caucase » a encore indiqué M. Safaraliyev.

Spencer Delane, pour Mecanopolis

Sources : Al-Kavkaz, Lenta.ru, NEWSru.com

Reproduction autorisée avec indication des sources

Alter Info - 4 avril 2010

20:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Afrique du Sud: climat tendu

6 Afrique du Sud.jpg
121.jpg
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)
Des centaines de personnes se sont rassemblées aujourd’hui dans un climat tendu devant le tribunal de Ventersdorp (nord-ouest de l’Afrique du Sud) où devaient comparaître les deux meurtriers d’Eugène Terre’Blanche. La police a déployé un important dispositif pour empêcher tout débordement entre les patriotes blancs et les Noirs des alentours, qui ont formé deux camps d’importance similaire.

En milieu de matinée, elle a déplacé une clôture en fil de fer barbelé, initialement érigée pour empêcher la foule de s’approcher du tribunal, de manière à séparer les deux groupes. Un hélicoptère survolait le Palais de Justice où les deux meurtriers devaient être déférés dans la matinée en vue d’une inculpation.

Ils sont accusés d’avoir assassiné dans des conditions sordides, samedi, le leader du Mouvement de résistance afrikaner (AWB), la formation patriote qui a tenté d’organiser la résistance face à la déchéance de l’Afrique du Sud. Déchéance voulue et encouragée par les multinationales et les diamantaires.

En attendant leur arrivée, placés sous la protection des forces de l’ordre, des hordes sauvages dansaient sur des rythmes tribaux en invectivant à l’aide de mimiques animales les passants et les partisans de l’AWB.

Les militants de cette formation sont restés dignes malgré le comportement provocateur du rassemblement anti-blanc. De l’autre, certains Noirs portaient des T-shirts du Congrès national africain (ANC), au pouvoir depuis la fin tragique du développement séparé, ou du président Jacob Zuma. A l’ancien hymne national en afrikaans (langue dérivée du néerlandais parlé par les descendants des premiers colons européens), entonné par les uns, répondaient des hurlements et des vociférations. Une bagarre a éclaté sur la ligne de séparation des deux groupes, mais a été rapidement contenue.

“Nous avons demandé à nos membres de ne pas commettre de violences. Dès que l’audience sera terminée, nous nous disperserons et rentrerons chez nous”, a affirmé le porte-parole de l’AWB, Pieter Steyn.

Un militant, affichant “100% Boer” (fermier) sur sa chemise n’a pas hésité à apostropher l’autre camp: “Qui est-ce qui a tué Terre’Blanche? Un Blanc ou un Noir ?” La réponse a aussitôt fusé: “L’ennemi est celui qui exploite et agresse les Noirs. Les fermiers blancs sont racistes jusqu’à la moëlle”.

Eugène Terre’Blanche doit être enterré vendredi sur sa ferme.

Altermedia Info - 6 avril 2010

25.jpg

19:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Des chrétiens expulsés du Maroc, accusés d'ébranler la foi des musulmans

Ce soir-là, mardi 30 mars, les fidèles réunis à l'église Notre-Dame-de-Lourdes de Casablanca, pour la messe chrismale d'avant Pâques, ont sans doute tendu l'oreille plus qu'à l'accoutumée. Pour la première fois, un responsable de l'Eglise catholique évoquait, publiquement, les expulsions de chrétiens au Maroc, nombreuses depuis le début du mois.

Dans son homélie, le nonce apostolique Mgr Antonio Sozzo a insisté sur la ligne de conduite tenue et à tenir. L'Eglise, a-t-il souligné, ne fait pas de prosélytisme. Mais devant l'assistance médusée, l'ambassadeur du Vatican a dû également reconnaître qu'il n'avait obtenu aucune explication des autorités marocaines au sujet de l'expulsion du prêtre Rami Zaki, le 8 mars, en même temps que 15 autres missionnaires, évangéliques pour la plupart.

Tous sont soupçonnés d'"ébranler la foi des musulmans", un délit de prosélytisme inscrit dans la loi marocaine et puni de six mois à trois ans de prison. Comme les autres, le Père franciscain Zaki, qui officiait à Larache, dans la région de Tanger, n'a donc eu que quelques heures pour faire ses bagages.

Une première. Hispanophone, d'origine égyptienne, il a été renvoyé par avion au Caire, où il est resté sept heures en garde à vue sans pouvoir expliquer les raisons de son départ forcé. Et sans motif clair, pas de recours possible. "Est-ce une erreur ? A-t-il commis une faute ? Nul ne le sait", soupire le Père Daniel Nourissat, chargé de la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes de Casablanca.

En l'espace de quelques semaines, ce sont ainsi une trentaine de religieux, Américains, Coréens, Néerlandais... qui ont été priés de quitter sans délai le territoire marocain. Du jamais-vu. Seize de ces personnes travaillaient dans le Village de l'espérance, un orphelinat situé à Aïn Leuh, (province d'Ifrane) dans l'Atlas. Depuis plusieurs années, le centre s'occupait d'enfants défavorisés ou orphelins, et avait même obtenu les agréments officiels pour cela.

Pour une raison ignorée, les autorités marocaines, encouragées par les discours outranciers de l'imam local, ont décidé, le 8 mars, qu'il ne respectait pas la kafala ("procédure d'adoption"). Les seize personnes, parmi lesquelles figuraient des éducateurs, des administratifs, ont eu deux heures pour rassembler leurs affaires. Avant cela, il y a eu l'expulsion d'un Américain - installé au Maroc depuis vingt-deux ans ! - à Amizmiz, au pied du Haut Atlas. Après, il y a eu les refoulés, ceux qui, de retour de congés, n'ont même pas pu sortir de l'aéroport. C'est le cas notamment d'un pasteur sud-africain de Fès. Ou bien du président de l'organisme qui chapeaute l'école américaine George-Washington.

L'activisme d'évangéliques, pour certains affiliés à la droite américaine la plus conservatrice, ne fait guère de doute et selon plusieurs sources, religieuses et étatiques, le Maroc compterait aujourd'hui plus de 500 missionnaires.

Mais nul ne peut justifier le choix des personnes visées ces dernières semaines, et nul ne peut expliquer, pas plus que les motifs exacts, les dates de cette vague d'expulsions - qui a curieusement coïncidé avec le premier sommet entre l'Union européenne et le Maroc sur le statut avancé de ce dernier, qui en fait un partenaire -privilégié.

D'autres incidents se sont produits au cours de la même période. Pour la première fois, des policiers marocains ont pénétré dans l'enceinte d'un temple protestant à Marrakech pour y arrêter deux hommes, un Congolais et un Tchadien. "Le motif était qu'ils auraient été vus en compagnie de chrétiens marocains, puis la police a reconnu son erreur et s'est excusée", soupire Jean-Luc Blanc, président de l'Eglise évangélique au Maroc. Depuis neuf ans sur place, ce pasteur ne défend aucunement les fondamentalistes évangéliques. Mais, ajoute-t-il, "il y a quand même un durcissement" des autorités marocaines. "C'est un climat bizarre", acquiesce le Père Nourissat.

L'inquiétude grandit dans la communauté chrétienne, essentiellement étrangère. Car, contrairement aux campagnes dont s'est faite l'écho une partie de la presse, proche du palais pour une part, le nombre de chrétiens marocains ne dépasse pas 1 000 à 2 000 personnes, contre 30 000 chrétiens étrangers. Les conversions sont rarissimes, et pour cause. Les chrétiens marocains sont tout juste tolérés, à la condition qu'ils pratiquent de façon quasi souterraine leur foi et s'ils ne se réunissent pas à plus de vingt personnes.

"En ce moment, ils ne se montrent pas en compagnie de chrétiens étrangers car ils ont peur, mais de convertis, je n'en connais personnellement pas de nouveaux", souligne le pasteur Jean-Luc Blanc. Contacté, l'un d'eux finira par annuler une rencontre, même avec la garantie de l'anonymat. "Plus tard peut-être, mais pas en ce moment, c'est trop sensible", s'excuse-t-il.

Pour contrer l'émoi provoqué à l'extérieur du Maroc par les expulsions de chrétiens - en France, la Fédération protestante s'est émue -, le gouvernement a réuni l'ensemble des représentants religieux et exigé des églises chrétiennes officielles une réaction. "Le ministre de l'intérieur m'a demandé un communiqué de presse", reconnaît Jean-Luc Blanc.

Le pasteur et l'archevêque Mgr Vincent Landel ont donc rédigé, le 10 mars, un texte dans lequel ils évoquent les expulsions de chrétiens étrangers "sous l'accusation de prosélytisme, ou d'autres motifs que nous ignorons". Le texte ayant été en partie tronqué par les médias officiels, l'Eglise catholique, furieuse, l'a reproduit in extenso sur son site. A chaque expulsion, tout se passe très vite, oralement.

Une méthode que Khalil Naciri, le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement marocain justifie tout en reconnaissant 27 expulsions, "seize à Aïn Leuh et onze autres éparpillés dans le pays". "La procédure juridique a été écartée, déclare-t-il au Monde, car nous voulions que cela se fasse de la façon la plus "soft" possible : un procès aurait immanquablement débouché sur des emprisonnements."

Pour le ministre, "si cela se produit maintenant, c'est qu'il a fallu faire des enquêtes pour être sûr des faits : nous disposons de CD, de livres, de cassettes, cela devenait du catéchisme. Pour le reste, le Maroc n'a pas changé de cap, les églises ont toujours pignon sur rue." Les autorités marocaines affichent d'autant mieux leur fermeté qu'elles ont, au nom d'un islam "modéré" que le royaume entend promouvoir, durement réprimé des musulmans extrémistes.

Des centaines d'écoles coraniques auraient été ainsi fermées. "Nous avons été très sévères contre eux, contre les chiites, plaide M. Naciri, et il y a moins d'un an, nous avons fermé l'école irakienne de Rabat." Le porte-parole du gouvernement ajoute : "Les pouvoirs publics ont le devoir de rester en phase avec leur opinion publique. Nous ne pouvons pas nous permettre de jouer avec le feu."

Autrement dit, les récentes expulsions de chrétiens seraient le fruit d'un équilibre... A l'appui de cette thèse, que bon nombre d'observateurs et de responsables chrétiens avancent, certains datent le début de la vague répressive au mois de décembre 2009, quand une famille suisse, un ingénieur prothésiste, sa femme et leurs enfants, installés depuis plusieurs années à Oujda, près de la frontière algérienne, ont dû quitter par la contrainte le Maroc en laissant tout derrière eux. C'était une semaine après le vote interdisant la construction de minarets en Suisse.

Désormais, le ministre de l'intérieur a promis de nommer bientôt un wali ("préfet") avec pour mission de devenir un interlocuteur des chrétiens.

Le Monde - 6 avril 2010

18:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Sarkozy chez un céréalier francilien

cerealier-agriculteur-nicolas-sarkozy-4373191uazmz_1902.jpg
Ils l'attendaient de pied ferme. Les céréaliers devaient voir Nicolas Sarkozy mardi lors de sa visite d'une exploitation en Ile-de-France, celle de Samuel Herblot à Buno-Bonnevaux, dans l'Essonne. Ce céréalier est adhérent au Syndicat des Jeunes Agriculteurs (JA) dont la section Ile-de-France (IDF) a mené ces derniers mois plusieurs actions spectaculaires.
Cet automne, une cinquantaine d'agriculteurs franciliens ont bloqué pendant deux heures le trafic sur les Champs-Elysées avant de déverser en décembre de la paille devant le palais présidentiel. Au salon de l'agriculture, ils avaient menacé de perturber la visite du chef de l'Etat avant de renoncer après avoir obtenu un rendez-vous avec ce dernier. Nicolas Sarkozy les a reçus à la mi-mars et leur a promis cette visite dans l'Essonne.
 
"C'est une question de survie. Il faut des mesures"
 
"Nous sommes totalement exsangues financièrement", affirme Christophe Hillairet, 39 ans, céréalier et président de la chambre d'agriculture d'Ile-de-France. Selon lui, si aucune mesure n'est prise "un tiers du secteur des grandes cultures (céréales, colza,...) aura disparu en 2011". Son exploitation de 170 hectares est dans le rouge et c'est son "épouse qui (le) fait vivre". Les jeunes céréaliers demandent des annonces. "C'est une question de survie. Il faut des mesures", martèle Damien Greffin, 34 ans, président des JA IDF, qui se dit prêt à en découdre à nouveau.
 
L'an dernier la filière a vu ses revenus baisser de 51% dans la foulée de la chute des cours des céréales (-24%) qui avaient été au plus haut en 2006 et 2007. La baisse de la rémunération des céréaliers est similaire à celle des producteurs laitiers alors qu'en moyenne le monde agricole a enregistré une diminution de 34% de ses revenus en 2009.
 
En toile de fond de cette exaspération, il y a surtout la décision en 2009 de l'ancien ministre de l'Agriculture Michel Barnier de rééquilibrer les aides européennes pour une politique agricole commune (PAC) "plus juste". Cette décision prévoit qu'à partir de cette année, plus d'un milliard d'euros vont être réorientés vers des secteurs à soutenir (agriculture bio, élevage,...), aux dépens des céréaliers, jusqu'ici les plus favorisés. Un choix mal accepté par ces derniers et qui a suscité d'importantes dissensions au sein du monde agricole.
TF1 News - 6 avril 2010

18:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Afrique du Sud: les deux criminels inculpés après l'assassinat d'Eugène Terre'Blanche

Afrique Sud blancs pancartes.jpg
Fermiers blancs devant le tribunal de Ventersdorp
Afrique Sud noirs chantent hero hero.jpg
Foule noire chantant "hero, hero" et acclamant les meurtriers
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

Les deux hommes arrêtés samedi après la découverte du cadavre de l'extrémiste de droite sud-africain Eugène Terre'Blanche ont été inculpés mardi de meurtre, a déclaré à la presse le procureur George Baloi.

"Ils ont été inculpés", a indiqué le procureur à la sortie du tribunal de Ventersdorp (nord-ouest) en citant quatre chefs d'accusation: effraction, meurtre, tentative de vol et atteinte à la dignité de la victime.

"Après avoir agressé le défunt, ils ont baissé son pantalon jusqu'à ses genoux et révélé ses parties intimes", a ajouté M. Baloi pour expliquer le dernier chef d'accusation.

Les deux suspects, des ouvriers agricoles âgés de 15 et 28 ans, ont quitté en début d'après-midi le palais de justice à bord d'un véhicule des forces de l'ordre sous les vivats de dizaines de Noirs.

Les militants de l'extrême droite blanche, qui s'étaient également rassemblés devant le tribunal dans la matinée, avaient en revanche quitté les lieux.

Les deux hommes ont été remis en détention jusqu'à une prochaine audience, le 14 avril, a précisé le procureur.

Zola Majavu, l'avocat du mineur, a indiqué à l'AFP qu'il ferait une demande de mise en liberté provisoire à cette occasion.

Eugène Terre'Blanche, le leader du Mouvement de résistance afrikaner (AWB), a été battu à mort samedi à l'âge de 69 ans dans sa ferme de Ventersdorp, à une centaine de kilomètres de Johannesburg.

Deux de ses ouvriers agricoles s'étaient immédiatement livrés à la police. Ils ont expliqué s'être énervés parce que leur patron avait refusé de leur verser leur salaire mensuel de 300 rands (30 euros), selon les médias locaux.

L'affaire a ravivé les tensions raciales dans un pays où la couleur de la peau reste déterminante 16 ans après l'abolition de l'apartheid.

AFP - 6 avril 2010

17:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Obama restreint le recours à l'arme atomique

Le président américain a décidé de limiter les circonstances dans lesquelles les Etats-Unis seraient susceptibles d’utiliser la bombe atomique. Une nouvelle doctrine nucléaire qui ne s’appliquera pas aux "Etats hors-normes" comme l’Iran et la Corée du Nord.

Dans quelles conditions les Etats-Unis pourraient avoir recours à l’arme atomique ? Contre quels pays ? Là où ses prédécesseurs avaient volontairement entretenu l’ambiguïté, Barack Obama a décidé de jouer la transparence, en présentant sa stratégie nucléaire.

Dans ce texte, l’administration Obama affirme que l’arme ultime ne sera utilisée que "dans des circonstances extrêmes", en vue de défendre les intérêts vitaux des Etats-Unis et ceux de leurs alliés.
"La nouvelle doctrine nucléaire stipule très clairement qu’un Etat qui n’est pas doté de l’arme nucléaire et qui respecte le traité de non-prolifération aura l’assurance que nous n’utiliserons pas l’arme nucléaire contre lui" avait affirmé hier Barack Obama dans une interview au New York Times. Cependant, "les Etats hors-norme comme l’Iran et la Corée du Nord" seront des exceptions à cette nouvelle règle.

En revanche, cette règle resterait valable même dans le cas où un adversaire attaquerait les Etats-Unis à l’aide d’armes chimiques ou bactériologiques, voire par une cyberattaque. Seule "une attaque bactériologique dévastatrice", croit savoir le New York Times, pourrait décider les Etats-Unis à utiliser l’arme nucléaire.

C’est la troisième fois seulement depuis la fin de la Guerre froide que la doctrine nucléaire des Etats-Unis est révisée. Cette réforme reflète l’engagement pris par Barack Obama en faveur de la dénucléarisation des Etats-Unis et du reste du monde.
Le président américain doit d’ailleurs signer jeudi avec son homologue russe un nouveau traité START sur la réduction des arsenaux nucléaires. Washington et Moscou vont s’engager à se limiter à 1.500 ogives nucléaires.

France Info - 6 avril 2010

17:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

05/04/2010

Pâques: Poutine se félicite du dialogue entre l'Eglise et l'Etat

Eglise Etat Poutine se félicite du dialogue.jpg
Pâques 2010 - Vladimir Poutine avec le Patriarche Cyrille de Moscou
Eglise Medvedev Poutine.jpg
Pâques 2010 à l'église
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

Le premier ministre russe Vladimir Poutine a adressé ses félicitations à l'occasion de Pâques au Patriarche Cyrille de Moscou et de toutes les Russies, a annoncé dimanche le service de presse du Kremlin.

"Je suis certain que le dialogue fructueux entre l'Eglise orthodoxe russe continuera à se développer. Que la grande fête de Pâques apporte la paix et l'amour dans chaque famille", lit-on dans le télégramme de félicitations.

"Cette grande fête unit des millions de nos citoyens. Elle possède une immense force créatrice en offrant la joie, l'espoir de  renaissance spirituelle, de renouvellement moral et de perfectionnement", a indiqué M.Poutine dans son télégramme.

Le premier ministre a souligné le rôle très important de l'Eglise orthodoxe russe pour faire renaître les traditions et sauvegarder la concorde nationale.

RIA Novosti - 4 avril 2010

 

23:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

VIDEO - Corrida basta!

feria.jpg
anti-corrida.jpg
Militants anti-corrida informant le public 
(Cliquez sur les photos)
VIDEO La face cachée des corridas: http://www.youtube.com/watch?v=N9EjWES7aXs
Le site officiel de la feria de Pâques à Arles (Bouches-du-Rhône), qui doit s'achever ce soir, a été piraté ce matin par des militants anti-corrida. Ils ont  affiché sur la page d'accueil le message « la fête est finie » et des photos représentant des toros baignants dans leur sang. Le site est désormais inaccessible.

La page d'accueil affichait également une phrase de Ghandi : « On reconnaît le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite ses animaux. »
En dessous, étaient visibles cinq photos dénonçant la pratique de la corrida dont l'une montrait un toro
encornant par le postérieur un matador. Les autres montraient des photos de bêtes baignant dans leur sang. Enfin, un autre message annonçait la fermeture définitive prochaine du comité de la feria.

Midi Libre. com - 5 avril 2010

22:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO Hommage à Eugène Terre'Blanche

http://www.youtube.com/watch?v=4GgNTt0cJM8

18:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Violent séisme en Basse-Californie pour Pâques

Californie tremblement de terre.jpg
Sur l'autoroute reliant Mexicali à Tijuana  (Cliquez sur la photo)

Un séisme d'une magnitude de 7,2, dont l'épicentre est situé au sud-est de Tijuana, a causé dimanche après-midi deux morts en Basse-Californie au Mexique, et a été ressenti en Californie américaine.

Il n'y avait pas eu de tremblement de terre aussi puissant dans la région depuis 1992. Dimanche après-midi, la terre a violemment tremblé en Basse Californie/ Le centre américain d'études géologiques (USGS) a annoncé que l'épicentre de ce séisme d'une magnitude de 7,2 sur l'échelle de Richter, était situé en Basse-Californie, au Mexique, à 30 km au sud-est de Mexicali, localité qui se trouve à 175 km au sud-est de Tijuana. Le séisme a eu lieu à 15h40, heure locale (00h40 à Paris). Trois répliques de magnitude de 5.1, 4.5 et 4.3 ont suivi dans l'heure. Les secousses se sont fait sentir jusqu'à Phoenix, en Arizona. Au total, environ 20 millions de personnes ont ressenti ce tremblement de terre.

 

La ville la plus touchée est Mexicali. Le directeur de la protection civile de l'Etat de Basse-Californie a confié qu'un homme avait été retrouvé mort après l'effondrement de sa maison. Un autre homme a été tué par une voiture alors qu'il fuyait paniqué. Une centaine de personnes ont été blessées, principalement par des chutes d'objets. Des équipes de secours avec des chiens et du matériel de creusage venant de Tijuana sont en route vers Mexicali.

 

 

L'électricité a été coupée dans toute la ville et la coupure devrait durer au moins 14 heures, a ajouté Alfredo Escobedo. Le parking du centre commercial de la ville s'est également effondré, mais personne n'aurait été blessé. Plusieurs glissements de terrain ont entraîné la fermeture de l'autoroute entre Tijuana et Mexicali, provoquant des ralentissements.

La ville de Calexico, en Arizona, a enregistré beaucoup de dégâts et la municipalité a décrété l'état d'urgence. Le lieutenant de police Gonzalo Gerardo a précisé que des véhicules de police avaient été déployés dans le centre-ville pour surveiller les magasins dont les vitrines ont été brisées. La plupart des dégâts ont été constatés dans le centre où les bâtiments datant des années 30 et 40 n'ont pas été reconstruits selon des normes antisismiques.

A Los Angeles, quelques ascenseurs ont été bloqués et le séisme a fait vibrer des immeubles dans l'ouest de la ville et dans la vallée de San Fernando, interrompant les déjeuners de Pâques. Les autorités américaines ne signalent aucun dégât à Los Angeles ou San Diego pour le moment. La secousse a été ressentie jusqu'à Las Vegas.

Le Figaro - 5 avril 2010

18:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La générosité d'Israël... de vieux vêtements!

Israël a autorisé l'entrée de plusieurs convois de vêtements dans la bande de Gaza soumise à un blocus depuis plusieurs mois, a annoncé aujourd'hui un garde-frontière gazaouï.

Raed Fattouh a précisé que dix camions chargés de vêtements et de chaussures avaient pu entrer dimanche dans le territoire palestinien aux mains du Hamas depuis 2007.

Mais beaucoup étaient endommagés après avoir passé deux ans stockés.

Il s'agit du premier convoi non humanitaire depuis 2007, bien qu'un porte-parole de l'armée israélienne ait assuré que cette dernière laissait passer occasionnellement des biens de cet ordre, dans le cadre de l'aide coordonnée par l'ONU.

Le Figaro - 5 avril 2010

17:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Bernard Lugan: depuis 1994, la "Nouvelle Afrique du Sud" est livrée à la loi de la jungle

Bernard_lugan.jpg
Bernard Lugan
Bernard Lugan vient de publier le communiqué suivant sur son blog à propos de la mort d’Eugène Terre'Blanche :

Eugène Ney Terre'Blanche est le 1.148e fermier assassiné en Afrique du Sud depuis l’accession au pouvoir de l’ANC au mois d’avril 1994. A titre de comparaison :

-Dans les années 1950, au Kenya pendant la guerre des Mau-Mau, une douzaine de fermiers blancs furent tués.

-Pendant la guerre de Rhodésie, en 15 ans, 270 fermiers blancs furent assassinés.

-En Afrique du Sud, entre 1970 et 1994, en 24 ans, alors que l’ANC était « en guerre » contre le régime blanc, une soixantaine de fermiers blancs furent tués.

Ces 1.148 meurtres commis dans un pays officiellement en paix traduisent les profondes tensions raciales caractérisant l’Afrique du Sud et que ne parvient plus à gommer l’image d’Epinal de la « Nation arc-en ciel ».

La rupture de la tectonique raciale sud-africaine a bien été illustrée par l’ancien leader du groupe parlementaire ANC, M.Tony Yengeni qui déclarait en 2001 : « Chaque chose que les Blancs possèdent, ils l’ont volée aux Noirs ».

Au mois de décembre 2002, la commission sud-africaine des Droits de l’Homme, organisme officiel, affirmait pour sa part que le slogan « Kill the Boer, kill the Farmer » n’était pas un discours de haine mais « un discours indésirable n’incitant pas à la violence et à la guerre ». Forte de cet assentiment, la Youth League de l’ANC a fait de « Kill the Boer » son chant de ralliement. Il semblerait que ses militants l’aient entendu.

La violence ne touche cependant pas que les Blancs. Depuis 1994, la « Nouvelle Afrique du Sud » est ainsi livrée à la loi de la jungle et plus de cinquante meurtres y sont commis quotidiennement...

NPI - 5 avril 2010

17:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO Afrique du Sud - Après le meurtre d'Eugène Maison'Blanche

http://www.2424actu.fr/actualite-internationale/afrique-d...

17:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO La mère du criminel du RER témoigne

http://www.dailymotion.com/video/xctx8x_la-mere-du-crimin...

Un homme de 52 ans est mort vendredi dernier à Paris après avoir été poussé contre une rame du RER A à la station Gare de Lyon, poussé d’un coup de pied par un individu qui se trouvait derrière lui au moment où le train entrait en gare. La mère du criminel présumé témoigne.

16:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

CHARD - La France est la première destination d'Europe pour les demandeurs d'asile

CHARD 10-11-12-millions.gif
(Cliquez sur le dessin)
Selon une dépêche de l’AFP du 3 avril, l’Office français des réfugiés et apatrides (OFPRA) devrait annoncer cette semaine une forte augmentation du nombre de demandeurs d’asile en France en 2009, avec 47.000 demandes déposées contre près de 42.600 l’année précédente (+ 10,3 %).

Les Kosovars (Albanais du Kosovo) ont été les plus nombreux à demander l’asile en France en 2009 (3.453) suivis par les Arméniens (2.300). L’AFP ne précise pas le taux d’acceptation des demandes, ni le nombre de déboutés (21.525 personnes en 2008) qui le plus souvent disparaissent dans la nature et se transforment en « sans-papiers ».

La France est redevenue le premier pays destinataire de demandeurs d’asile en Europe en 2008 et était la même année la troisième destination mondiale pour la demande d’asile, derrière les États-Unis et le Canada.

La tutelle de l’OFPRA est passée depuis novembre 2007 du ministère des Affaires étrangères à celui de l’Immigration.

Donc le Front National avait bien dit la vérité aux Français, et en particulier Marine Le Pen dans son fameux débat avec M. Besson, l’immigration a fortement augmenté en France depuis l’arrivée au pouvoir de M. Sarkozy, contrairement à ce qu’il a pu affirmer. Les rares expulsions ultra-médiatisées ne sont là que pour tromper les Français, avec la complicité de la gauche qui fait semblant de s’en offusquer. Ces chiffres, qui ne concernent qu’une des composantes de l’immigration « officielle » en apportent une nouvelle preuve s’il en était besoin.

NPI - 5 avril 2010

16:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

La direction de la police rejette les accusations de l'ETA

La direction générale de la police nationale (DGPN) a rejeté dimanche les accusations de l'organisation séparatiste basque ETA contre la police française, les considérant comme une revendication de facto du d'un policier français.

Un peu plus de quinze jours après la fusillade entre des policiers et un commando de l'ETA à la suite d'un braquage à Dammarie-les-Lys (Seine-et-Marne), qui a coûté la vie à un fonctionnaire de police, l'organisation séparatiste basque s'est en effet exprimée.

 Dans un communiqué, publié dimanche dans le quotidien basque Gara, l'ETA assure que la fusillade a eu lieu «contre sa volonté» et accuse la police française d'être à l'origine de l'échange de tirs.

 

Elle affirme qu'après avoir «neutralisé» et «séquestré» ce soir-là, quatre militants de l'ETA, la police française «a tiré deux fois en direction d'un militant au sol et sans arme». Après avoir entendu les coups de feu, trois autres membres de l'ETA se sont approchés et ont ordonné aux policiers français de «jeter leurs armes et de s'en aller», explique le texte, selon lequel deux policiers ont commencé à se retirer pendant que d'autres ont pointé leurs armes et commencé à tirer... C'est ainsi qu'ont débuté les tirs», assure le texte, qui affirme que les «militants d'ETA ont tiré neuf coups de feu, les policiers français, beaucoup plus».

Nicolas Sarkozy a promis d'éradiquer les bases de l'ETA

Selon les éléments établi depuis par l'enquête, le 16 mars dernier, vers 19 heures, un commando de six personnes, dont une femme, avait dérobé, sous la menace de leurs armes, six véhicules dans un dépôt-vente de voitures d'occasions. Une voiture de patrouille du commissariat de Dammarie, ignorant le braquage, avait alors décidé de rattraper un des véhicules, qui s'était engouffré en trombe dans un chemin rural, pour le contrôler. A l'arrivée d'une deuxième voiture du commando, une fusillade éclate. Bien qu'équipé d'un gilet pare-balles, le brigadier-chef Nérin (depuis promu au rang de commandant à titre posthume) s'écroule.

Ses collègues avaient réussi à interpeller un suspect, un militant basque de 27 ans, qui a affirmé appartenir à l'ETA. Les autres malfaiteurs sont toujpours en fuite.

Madrid et Paris avaient rapidement rendu l'ETA responsable de la mort du policier, premier membre des forces de l'ordre françaises à être tué par l'organisation séparatiste basque. Ce décès avait suscité une vive émotion dans les milieux policiers français.

Lors des obsèques du policier français, en présence du chef du gouvernement espagnol Jose Luis Zapatero, le président français Nicolas Sarkozy avait promis d'«éradiquer une à une toutes les bases» de l'ETA en France.

Alliance (second syndicat de gardiens de la paix) a déclaré dimanche  n'accorder «aucun crédit» aux accusations de l'ETA. «Quel crédit accorder à ces pseudo militants qui sont de vulgaires tueurs de flics et ne respectent pas le deuil de la famille d'un policier tué par leurs balles», a déclaré Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint.

Le Parisien - 5 avril 2010

16:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les prêtres doivent être "des messagers de la victoire sur le mal"

Benoît XVI à Castelgandolfo 5 avril 10.jpg
Benoît XVI à Castel Gandolfo le 5 avril 2010  (Cliquez sur la photo)

CASTEL GANDOLFO — Les prêtres doivent être "des messagers de la victoire sur le mal", a indiqué lundi le pape Benoît XVI, suscitant de nombreux applaudissements des centaines de fidèles réunis à Castel Gandolfo, près de Rome, pour la prière du Regina Caeli.

Le pape a insisté sur l'importance du rôle des prêtres alors que l'Eglise catholique est secouée depuis des semaines par des révélations d'abus pédophiles dans le clergé en Europe et aux Etats-Unis.

"Comme tous les baptisés nous recevons pour mission d'être des anges, des messagers du Christ" mais "les prêtres, ministres du Christ en sont chargés de manière spéciale", a souligné Benoît XVI, vêtu d'une simple redingote blanche en contraste avec les vêtements très solennels endossés pendant les fêtes de Pâques.

Etre "messagers du Christ" signifie répandre la nouvelle de sa "résurrection", célébrée le jour de Pâques dans la tradition catholique, et donc "être messagers de la victoire sur le mal et sur la mort".

Benoît XVI semblait tranquille et plus reposé après l'éprouvante semaine de Pâques, la plus importante fête pour les catholiques ternie cette année par la crise des scandales pédophiles qui ont même éclaboussé leur chef, accusé d'avoir couvert ces abus quand il était chef de la Congrégation pour la doctrine de la foi.

Après avoir récité le "regina caeli", prière consacrée à la vierge qui remplace l'angelus pendant la période de Pâques, il a salué en six langues (français, anglais, allemand, espagnol, polonais, italien) les fidèles rassemblés dans la cour intérieure du palais pontifical de Castel Gandolfo.

Comme pendant toute la semaine pascale, le pape n'a pas abordé les scandales de pédophilie, mais dans son salut en espagnol il a estimé que "la présence amoureuse (du Christ, NDLR) accompagne l'Eglise sur son chemin et la soutient au milieu des difficultés".

Plus proche physiquement du public que lorsqu'il récite l'angelus à Saint-Pierre, il a été littéralement acclamé.

Plusieurs groupes de fidèles brandissaient des pancartes avec des messages de soutien. "Sainteté nous sommes à tes côtés", disait l'une d'elle écrite en italien et portée par des soeurs.

Souriant, le pape s'est écarté de son texte au moment où il évoquait "le lundi de l'Ange" pour lancer en italien: "le soleil va peut-être sortir un peu plus tard, et de toute façon la joie est dans nos coeurs car le Christ est ressuscité".

AFP - 5 avril 2010

16:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

04/04/2010

Afrique du Sud: peur et colère au village d'Eugène Terre'Blanche

VENTERSDORP (Afrique du Sud) — Des dizaines de partisans d'Eugene Terre'Blanche, l'extrémiste sud-africain tué samedi, convergeaient dimanche autour de la ferme de l'ancien champion de la suprématie blanche, criant leur peur et leur colère.

Devant le portail bloqué par la police, quelqu'un a drapé un drapeau aux quatre couleurs de l'ancienne République Boer. Certains déposent des gerbes de fleurs, d'autres prient, en larmes. Tous les visages sont blancs.

Mais c'est la colère qui domine. Le meurtre, qui serait dû à une dispute pour des salaires non payés avec des employés de l'exploitation, a ravivé la crainte omniprésente d'un massacre des fermiers blancs.

"Vous voyez comment c'est, ici!", lance aux journalistes un des partisans du fondateur du Mouvement de résistance afrikaner (AWB), groupuscule militant pour la suprématie blanche qui s'est opposé à coup d'attentats et d'attaques à l'avènement de la démocratie multiraciale au début des années 1990.

"Ils tuent nos fermiers", affirme l'un d'eux, refusant d'être nommé par crainte de "représailles". "Tuer un vieil homme, comme ça, dans son sommeil, il n'y a pas de quoi être fier", ajoute-t-il.

Eugene Terre'Blanche, 69 ans, a été retrouvé battu à mort. Son corps gisait dans son lit.

La violence est élevée dans les exploitations agricoles d'Afrique du Sud, toujours pour l'essentiel entre les mains des fermiers blancs 16 ans après la fin de l'apartheid.

Près de 1.250 personnes ont été tuées entre 1997 et 2007 dans ces terres isolées, où le propriétaire continue souvent d'habiter le bâtiment principal tandis que les ouvriers agricoles se contentent de baraques sans électricité.

"Nous ne sommes pas des racistes. Nous pensons simplement que chacun doit rester avec ceux de sa race", affirme le "commandant" de l'AWB Pieter Steyn, arborant un T-shirt "100% Boer" (fermier en afrikaans, la langue des descendants des premiers colons néerlandais et huguenots).

Autour de lui, plusieurs portent des armes, ostensiblement. Un vieil homme embrasse son pistolet, qu'il vient de récupérer en sortant d'une conférence de presse du ministre de la Police Nathi Mthethwa.

Ce dernier a rendu visite dimanche à la famille de Terre'Blanche, avant d'appeler les Sud-Africains de toutes races à "ne pas attiser les flammes de la violence".

"Il (le ministre) dit qu'il combat les criminels, tout le monde dit qu'ils combattent les criminels, mais personne ne fait rien", affirme le fermier Pieter Hanekom, qui a lui aussi assisté à la conférence.

"Tuez Malema!", hurle un homme en passant. Julius Malema, c'est le président de la Ligue de la Jeunesse du parti au pouvoir depuis 1994, le Congrès national africain (ANC). Cet habitué des formules sans nuances a déclenché une nouvelle polémique ces dernières semaines, en entonnant une ancienne chanson de la lutte contre l'apartheid, dont le refrain appelle à "tuer le Boer".

"Les partisans de l'AWB vivent dans une peur permanente", remarque le chercheur Emile Coetzee, de l'Université de Johannesburg, venu se rendre compte de l'atmosphère à Ventersdorp.

Le meurtre "a réveillé de vieux spectres", dit ce spécialiste de l'extrême droite. "Les gens se mettent dans la tête que se sont des Noirs qui ont agi à cause de cette chanson."

AFP - 4 avril 2010

23:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Antivol efficace

Antivol efficace.JPG
(Cliquez sur la photo)

18:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Meurtre d'Eugène Terre'Blanche, qui avait consacré à sa vie à la défense des Blancs d'Afrique du Sud

eugene-terre-blanche-afrique-du-sud-apartheid-4362588sagcr_1713.jpg
Eugène Terreblanche à cheval.jpg
Eugène Terre'Blanche - (Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

Les partisans de l'extrémiste sud-africain Eugène Terre'Blanche, assassiné samedi après une vie consacrée à défendre la suprématie blanche, ont promis dimanche de le venger, tandis que le président Jacob Zuma appelait au calme.

Le Mouvement de Résistance Afrikaner (AWB) se réunira le 1er mai pour décider de sa réponse après la mort de son leader, apparemment tué par deux ouvriers agricoles pour des questions de salaires.

"Nous déciderons des actions pour venger la mort de M. Terre'Blanche  lors de notre conférence", a déclaré à l'AFP son secrétaire général, André Visagie.

"Il a été tué à coups de pangas (machettes) et de tuyaux de canalisation. Il a été battu à mort", a-t-il souligné. Cette brutalité a suscité la colère de nombreux membres de l'AWB qui ont demandé une "action violente immédiate", a précisé M. Visagie.

"Contrairement à ce que veulent nos membres, nous leur demandons de rester calmes pour le moment", a toutefois ajouté le responsable.

Ce meurtre ravive les tensions raciales dans un pays où la couleur de la peau reste un facteur de divisions seize ans après la fin officielle du régime d'apartheid.

Conscient du risque de dérapage, le président Jacob Zuma a appelé au calme dans la nuit de samedi à dimanche et demandé "aux Sud-Africains de ne pas permettre à des agents provocateurs de tirer profit de la situation pour inciter à la haine raciale".

Dans un autre geste d'apaisement, son ministre de la Police Nathi Mthethwa et le Directeur de la police nationale Bheki Cele ont reçu dimanche la famille de la victime, rapporte l'agence Sapa.

Eugène Terre'Blanche, 69 ans, a consacré sa vie à la défense de la suprématie blanche. A la tête de milices paramilitaires, doté d'une emblème proche de la croix gammée nazie, il s'était violemment opposé à l'abolition de l'apartheid au début des années 1990.

Emprisonné en 2001 pour avoir tenté d'assassiner un garde de sécurité noir, il avait été libéré en 2004 pour bonne conduite et était tombé dans un oubli relatif.

Son cadavre a été découvert samedi sur sa ferme de Ventersdorp, dans la province du Nord-ouest. La police a arrêté deux travailleurs agricoles, âgés de 15 et 21 ans, qui venaient de se disputer avec le leader radical pour des questions de salaires.

Les deux hommes, qui accusent leur patron d'avoir refusé de leur verser leur salaire mensuel de 300 rands (30 euros) et de les avoir agressés physiquement et verbalement, comparaîtront mardi devant un tribunal, selon un porte-parole de la police.

Même si leurs motivations ne semblent pas politiques, l'AWB a établi le lien entre l'assassinat de son leader et la polémique récente autour d'un chant de libération appelant à "tuer les boers" (fermiers blancs), remise au goût du jour par la ligue de la jeunesse du parti au pouvoir, le Congrès National Africain (ANC).

Deux tribunaux viennent d'interdire cette chanson, accusée par l'opposition et diverses associations d'inciter à la violence raciale. Mais l'ANC l'a défendue au nom de la mémoire de la lutte anti-apartheid.

La classe politique a condamné dimanche le meurtre d'Eugène Terre'Blanche, mais le parti africaniste Azapo a établi le parallèle avec les crimes commis par l'extrémiste.

"Le meurtre de M. Terre'Blanche nous laisse avec un sentiment mêlé de tristesse, d'horreur, de confusion et un brin d'excitation réprimé", a reconnu son porte-parole Funani ka Ntontela, cité par Sapa.

Le Point - 4 avril 2010

18:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)