Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2010

Autriche: un vote test - Barbara Rozenkranz

Barbara Rozenkranz.jpg
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)
Le dimanche 25 avril, c’est-à-dire demain, les Autrichiens désigneront leur président. Leur choix est limité car seuls deux candidats se présentent à leurs suffrages. L’un, le social-démocrate Heinz Fischer, est le candidat unique de tous les partis du système. L’autre, Barbara Rosenkranz, porte les couleurs du Parti autrichien de la liberté.

Agée de 51 ans, identitaire,  libre-penseuse, Barbara Rosenkranz est véritablement « le chien dans le jeu de quille » et sa candidature a suscité une frénétique campagne de dénonciation où se sont retrouvés côte à côte le cardinal-archevêque de Vienne, Christoph Schönborn, qui a estimé qu’aucun catholique ne pouvait voter pour une « telle personne », et la communauté juive qui l’a dénoncée comme un « rat de cave nazi ». Il est vrai que cette femme a tout pour déplaire aux ligues de vertu. Son look tout d’abord : elle est la plupart du temps vêtue de la tenue traditionnelle autrichienne. Sa vision de la femme et de la famille ensuite : elle a été mère à dix reprises et elle n’a de cesse de dénoncer le féminisme comme « une voie erronée » qui conduit à une humanité désexualisée. Ses idées religieuses enfin : elle a donné à ses enfant des prénoms germaniques particulièrement enracinés (tels Mechthild, Hildrun, Arne ou Sonnhild) et aucun d’entre eux n’a été baptisé, chaque année elle organise dans sa demeure campagnarde une grande fête pour le solstice d’été et elle refuse de verser sa part d’impôt qui correspond au denier du culte (perçu dans les pays concordataire germanique par l’État).

S’il n’y avait que cela, la candidature de Barbara Rosenkranz pourrait encore, à l’extrême limite, être acceptable par l’establishment et les biens pensants. Mais, il y a pire ! Son époux par exemple. Horst Rosenkranz était, en effet, quand Barbara l’a connu tout sauf un modéré et elle même ne fait pas mystère que le père de ses enfants fut un dirigeant majeur du Parti national-démocrate autrichien (interdit pour « nostalgie »… en 1988) puis du parti Un cœur pour les nationaux et qu’il fut tête de file de la coalition électorale Non à l’invasion migratoire en 1990. Depuis, Horst Rosenkranz s’est calmé. Il a renoncé à l’activisme, mais il n’a pas cessé d’écrire ce qu’il pense et il publie la revue Les Faits où il n’a de cesse de dénoncer l’immigration incontrôlée et « les poncifs éculés des prétendus crimes de la Wehrmacht et des horreurs des camps ». Barbara Rosenkranz partage sans doute beaucoup de ses idées in pectore. Ainsi, a-t-il fallu un tollé qui a duré plusieurs jours dans les médias et dans le monde politique, pour qu’elle se décide à déclarer – sous serment tant la pression était forte – qu’elle ne militait pas pour l’abolition de la loi qui, en Autriche, réprime les activités néonazies ou les opinions révisionnistes, tout en précisant que cependant, elle considérait que, « certaines parties » de cette loi, étaient attentatoire à la liberté d’opinion.

Le droit de vote s’exerçant dès seize ans en Autriche, il reste à savoir comment cette personnalité indomptable et très carrée sera perçue par les jeunes générations. Dans l’immédiat les sondages sont particulièrement flous et la candidate du FPO recueille, selon les instituts, de 19 à 26 % des intentions de vote. Ce qui est déjà, on en conviendra, énorme…

Lionel Placet

NP Info - 24/04/2010

21:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'Arménie commémore le génocide mais ménage la Turquie

42979_une-erevan.jpg
Au mémorial à Erevan - (Cliquez sur la photo)
L'Arménie a commémoré vendredi le 94e anniversaire des massacres commis sous l'Empire ottoman, en soulignant que la question de la reconnaissance de ce génocide par la Turquie ne ferait pas obstacle au rapprochement en cours entre les deux pays. "Il n'y a pas de prescription pour les crimes contre l'humanité, ni dans les souvenirs des gens ni dans l'Histoire. (...) Il s'agit de rétablir la justice historique", a déclaré le président arménien Serge Sarkissian. "L'Arménie va continuer à militer pour une reconnaissance internationale du génocide." Toutefois, ce processus "n'est pas dirigé contre le peuple turc", a-t-il ajouté, sur fond d'amorce d'un rapprochement entre les deux pays ces derniers mois, après des années de tensions. "La reconnaissance du génocide par la Turquie n'est pas une condition préalable à l'établissement de relations bilatérales."

Étape importante, les deux pays sont tombés d'accord mercredi sur une "feuille de route" en vue d'une normalisation de leurs relations, au cours de discussions entreprises avec la médiation de la Suisse. Le vice-président américain, Joe Biden, a appelé Serge Sarkissian pour le féliciter de cet accord et a rappelé "le soutien de l'administration américaine à l'Arménie et à la Turquie dans ce processus". Ce réchauffement a été permis par une visite historique du président turc, Abdullah Gül, à Erevan, en septembre 2008, à l'occasion d'un match de football entre les deux pays. Les massacres et déportations de 1915-1917 ont fait plus d'un million et demi de morts selon les Arméniens, 300.000 à 500.000 selon la Turquie, qui récuse la notion de génocide. Ils ont également poussé des milliers d'Arméniens à fuir vers ce qui est actuellement l'est de la Turquie.

Reconnaissance du génocide par les États-Unis ?

Ankara n'entretient pas de relations diplomatiques avec Erevan depuis l'indépendance de l'Arménie, en 1991, en raison des divergences sur la question des massacres. Signe que la question continue de mobiliser la population en Arménie, des milliers de personnes ont gravi, vendredi, sous le soleil, une colline de la capitale Erevan pour déposer des fleurs et des couronnes devant un monument dédié aux victimes des massacres. Les commémorations rassemblent chaque année des dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup d'Arméniens de la diaspora qui reviennent à Erevan pour l'occasion.

Selon les analystes, de nombreux d'Arméniens soutiennent les efforts de leur gouvernement pour renouer le fil du dialogue avec la Turquie, dans l'espoir qu'une ouverture de la frontière mette fin à une longue période d'isolement économique de leur pays. Nombre d'entre eux espèrent aussi que le nouveau président américain Barack Obama va tenir sa promesse de campagne de reconnaître le génocide, dans une déclaration sur l'Arménie, vendredi, à la Maison-Blanche. Mais le président Gül a laissé entendre vendredi qu'il ne s'attendait pas à ce que ce soit le cas. "Il est désormais mieux informé sur toutes ces questions", a dit ce dernier, qui avait rencontré Barack Obama début avril.
Le Point - 24/04/2010

21:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

Tsahal tire sur des Palestiniens dans la bande de Gaza

Trois Palestiniens et une Maltaise ont été blessés aujourd'hui par des tirs de l'armée israélienne alors qu'ils manifestaient dans la bande de Gaza, près de la frontière avec Israël, selon des sources médicales et des témoins palestiniens.

Quelque 150 manifestants, dont six étrangers, protestaient contre l'interdiction faite par l'armée israélienne à des agriculteurs palestiniens de s'approcher de la clôture frontalière.

A cet effet, l'armée a décrété une "zone tampon" de 300 mètres de profondeur, tirant à vue en direction de toute personne s'approchant de la frontière.

La Maltaise, âgée de 28 ans, est membre d'International Solidarity Movement (ISM), un groupe de solidarité avec les Palestiniens. Selon un communiqué d'ISM, elle a été blessée à la jambe alors qu'elle filmait la manifestation à l'est du camp de réfugiés d'Al-Maghazi, à une centaine de mètres de la clôture frontalière.

Le Figaro - 24/04/2010

20:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Chili : décès à 88 ans d'un ex-caporal nazi

L'ex-caporal nazi Paul Schaefer, fondateur de l'enclave allemande Colonia Dignidad au Chili, est décédé à 88 ans samedi à Santiago de problèmes cardiaques, dans l'hôpital de la prison où il purgeait une peine pour "abus sexuels et torture", a-t-on appris de source pénitentiaire.

Le Figaro - 24/04/2010

20:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'avocat de Polanski implore la Suisse...

La Suisse, qui doit statuer sur l'extradition vers les Etats-Unis de Roman Polanski, "doit rendre une fois pour toute sa liberté" au cinéaste, a affirmé samedi son avocat Hervé Témime après le refus d'une cour d'appel de Californie de le rejuger en son absence.

"Aujourd'hui, il appartient aux autorités suisses, hors du vacarme et des pressions intolérables de l'opinion mal informée de dire le vrai et de rendre une fois pour toute sa liberté à Roman Polanski", déclare l'avocat.

Le réalisateur franco-polonais, accusé par la justice américaine de "relations sexuelles illégales" avec une mineure en 1977, est assigné à résidence dans son chalet à Gstaad (Suisse) dans l'attente d'une décision de la justice suisse de l'extrader ou non vers les Etats-Unis.

Les autorités suisses avaient indiqué en février qu'elles ne statueraient pas sur l'extradition du cinéaste franco-polonais avant une décision définitive de la justice américaine sur un jugement par contumace. Or jeudi, une cour d'appel de Californie a refusé à Roman Polanski de pouvoir être jugé en son absence.

Pour Me Témime, "la déception est d'autant plus grande qu'elle est inattendue dans la mesure où la même cour d'appel avait "recommandé" que Roman Polanski puisse être jugé "in absentia"".

Le Figaro - 24/04/2010

20:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Sodome et Gomorrhe manifestent contre le Vatican

Une centaine de personnes se sont rassemblées samedi à Paris à l'appel d'une association d'homosexuels devant le palais de Tokyo (XVIe arrondissement) pour dénoncer les propos du numéro deux du Vatican liant homosexualité et pédophilie. A l'appel de l'Interassociative lesbienne, gaie, bi et trans (Inter-LGBT) les manifestants ont voulu "dénoncer les propos scandaleux venus du Vatican, étant donné que c'est le numéro deux du pape qui les a tenus", a déclaré à l'AFP Daniel Meyer trésorier de l'organisation.

Pendant un peu plus d'une heure, ils ont scandé des slogans dont "Vatican, Etat homophobe" ou "Oui à la capote, non à la calotte". Au milieu du rassemblement, un militant qui a souhaité rester anonyme a jugé que "le message venu du Vatican est haineux". "C'est une atteinte à la communauté homosexuelle", a-t-il ajouté.

Le cardinal Tarcisio Bertone, numéro deux du Vatican, avait déclaré début avril au Chili: "Nombre de psychologues, de psychiatres ont démontré qu'il n'y avait pas de relation entre célibat et pédophilie, mais beaucoup d'autres ont démontré, et m'ont dit récemment, qu'il y avait une relation entre homosexualité et pédophilie".

"Les propos tenus par le cardinal Bertone nous ont profondément blessés (...) en plus cet amalgame n'a aucun fondement ni scientifique ni médical", s'est offusqué Patrick Sanguinetti, co-président de l'Association David & Jonathan. Bien que mouvement homosexuel chrétien, "ça ne nous empêche pas d'être opposés à certaines positions du Vatican", a-t-il poursuivi.

Le rassemblement qui devait initialement se tenir devant la Nonciature a été délocalisé non loin de là devant le palais de Tokyo après que les organisateurs eurent appris que des "organisations d'extrême droite" comptaient y organiser une contre-manifestation, a précisé M. Meyer.

L'Inter-LGBT regroupe une soixantaine d'associations de défense des droits des personnes homosexuelles et de lutte contre les discriminations.

Le Figaro - 24/04/2010

20:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

L'affaire du niqab au volant rebondit Place Beauvau

Niqab - homme et femme.jpg
(Cliquez sur la photo)
Le ministre de l'Intérieur souhaite déchoir de sa nationalité française l'époux de cette femme, qu'il soupçonne de polygamie et de fraude aux aides sociales.

L'affaire du voile rebondit place Beauvau. Réagissant à la verbalisation le 2 avril, à Nantes, par la police, d'une femme de 31 ans, parce qu'elle conduisait en portant un voile intégral, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a écrit vendredi à son collègue à l'Immigration, Eric Besson. Dans ce courrier, auquel a eu accès Le Figaro, il lui révèle que, selon ses informations, l'époux de cette femme «appartiendrait à la mouvance radicale du Tabligh et vivrait en situation de polygamie, avec quatre femmes dont il aurait eu douze enfants. Au demeurant, chacune de ces femmes bénéficierait de l'allocation de parent isolé.»

L'hôte de la place Beauvau poursuit : «J'ajoute, en outre, que ces quatre femmes porteraient le voile intégral.» Et le ministre de conclure : «J'ai demandé au préfet de la Loire-Atlantique de faire, sans délai, toutes les diligences utiles, auprès du parquet et des services sociaux, pour réprimer, le cas échéant, les faits de polygamie et de fraude aux aides sociales qui ont été signalées. Je vous serais très reconnaissant, en outre, de bien vouloir faire étudier les conditions dans lesquelles, si ces faits étaient confirmés, l'intéressé (NDLR : l'époux) pourrait être déchu de la nationalité française».

 Vendredi, la conductrice avait donné une conférence de presse, où elle affirmait éprouver un «sentiment d'injustice» pour avoir reçu une amende de 22 euros par un motard de la police qui estimait que porter un voile intégral au volant affecte la vigilance du conducteur.

Le Figaro - 24/04/2010

20:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

23/04/2010

Toujours des déconnexions

Les déconnextions continuent... Les "fenêtres" sont de cinq minutes...

Je vous remercie encore une fois de votre compréhension!

 

 

13:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le Grand rabbin à Vichy

bernheim.jpg
Gilles Bernheim à la synagogue de la Victoire à Paris
philippe-petain.jpg
Le Grand rabbin de France Gilles Bernheim doit se rendre à Vichy dimanche, Journée des déportés, une visite à très haute portée symbolique et la première d'un grand rabbin de France depuis la Seconde Guerre mondiale.

Dans ce chef-lieu de l'Allier, capitale de l'Etat Français du maréchal Pétain, le rabbin Bernheim doit donner une conférence, sur le thème "Juifs et Français, quelle position aujourd'hui?", qu'il présente comme un devoir de mémoire et un appel à la vigilance pour la Journée des déportés le 25 avril.

Cette visite a "une portée symbolique évidente, d'autant qu'il n'y avait pas eu de visite d'un grand rabbin de France à Vichy depuis la guerre", a déclaré à l'AFP Gilles Bernheim.

"Il faut, ajoute-t-il, rappeler que les Juifs de France gardent et garderont toujours en mémoire que si Vichy a abouti à une faillite morale, que si le gouvernement d'alors s'est déshonoré en contribuant à la perte d'un quart de la population juive de ce pays, les trois quarts doivent leur survie à la sympathie sincère des Français non Juifs et à leur solidarité agissante, surtout à partir du moment où ils ont compris que les familles juives tombées aux mains des Allemands étaient vouées à la mort".

Sur les 75.721 Juifs déportés de France vers les camps nazis--dont 11.400 enfants-- entre 2.500 et 3.000 ont survécu. Il y avait en France 330.000 Juifs en 1940, dont 190.000 Français et 140.000 venus de Pologne et d'Europe de l'Est après 1914 ou d'Allemagne après l'arrivée d'Hitler au pouvoir.

"La communauté juive de France, plus qu'aucune autre, sait que sa meilleure protection est son enracinement dans la communauté nationale et son attachement aux valeurs de Liberté, Egalité, Fraternité. Elle épouse ces valeurs avec l'ensemble des Français et les défend avec eux", selon M. Bernheim.
Il parle de "nécessaire et incessant combat pour la mémoire" parce que "ne rien oublier des heures sombres de notre histoire, c'est défendre une idée de l'Homme, de sa dignité, de sa liberté".

"Quand souffle l'esprit de la haine alimenté par la peur, quand des groupuscules se révèlent plus ou moins ouvertement racistes et antisémites, il me semble important de rappeler notre vigilance", souligne-t-il.
A Vichy, le grand rabbin déposera une gerbe devant une stèle à la mémoire des déportés.
Le monument a été installé il y a cinq ans à l'initiative de la communauté juive de la ville, devant l'Hôtel du Parc où résidait le Maréchal Le grand rabbin de France Gilles Bernheim doit se rendre à Vichy dimanche, Journée des déportés, une visite à très haute portée symbolique et la première d'un grand rabbin de France depuis la Seconde Guerre mondiale.

Dans ce chef-lieu de l'Allier, capitale de l'Etat Français du maréchal Pétain, le rabbin Bernheim doit donner une conférence, sur le thème "Juifs et Français, quelle position aujourd'hui?", qu'il présente comme un devoir de mémoire et un appel à la vigilance pour la Journée des déportés le 25 avril.

Cette visite a "une portée symbolique évidente, d'autant qu'il n'y avait pas eu de visite d'un grand rabbin de France à Vichy depuis la guerre", a déclaré à l'AFP Gilles Bernheim.

"Il faut, ajoute-t-il, rappeler que les Juifs de France gardent et garderont toujours en mémoire que si Vichy a abouti à une faillite morale, que si le gouvernement d'alors s'est déshonoré en contribuant à la perte d'un quart de la population juive de ce pays, les trois quarts doivent leur survie à la sympathie sincère des Français non Juifs et à leur solidarité agissante, surtout à partir du moment où ils ont compris que les familles juives tombées aux mains des Allemands étaient vouées à la mort".

Sur les 75.721 Juifs déportés de France vers les camps nazis--dont 11.400 enfants-- entre 2.500 et 3.000 ont survécu. Il y avait en France 330.000 Juifs en 1940, dont 190.000 Français et 140.000 venus de Pologne et d'Europe de l'Est après 1914 ou d'Allemagne après l'arrivée d'Hitler au pouvoir.

"La communauté juive de France, plus qu'aucune autre, sait que sa meilleure protection est son enracinement dans la communauté nationale et son attachement aux valeurs de Liberté, Egalité, Fraternité. Elle épouse ces valeurs avec l'ensemble des Français et les défend avec eux", selon M. Bernheim.
Il parle de "nécessaire et incessant combat pour la mémoire" parce que "ne rien oublier des heures sombres de notre histoire, c'est défendre une idée de l'Homme, de sa dignité, de sa liberté".

"Quand souffle l'esprit de la haine alimenté par la peur, quand des groupuscules se révèlent plus ou moins ouvertement racistes et antisémites, il me semble important de rappeler notre vigilance", souligne-t-il.
A Vichy, le grand rabbin déposera une gerbe devant une stèle à la mémoire des déportés. Le monument a été installé il y a cinq ans à l'initiative de la communauté juive de la ville, devant l'Hôtel du Parc où résidait le Maréchal Pétain et à deux pas du Casino où l'Assemblée lui a voté les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940.
Le Figaro - 23/04/2010
 

12:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17)

Egypte: des pièces à l'effigie de Ptolémée III découvertes dans une oasis

Momie - Oasis du Fayoum.jpg

Photo du 26 avril 2009 montrant un sarcophage en bois contenant une momie découvert dans une nécropole à l'entrée de l'oasis du Fayoum.

Une mission d'archéologues égyptiens a découvert dans une oasis au sud du Caire des pièces de monnaie à l'effigie du roi Ptolémée III ainsi que des colliers en coquille d'oeufs d'autruche, a annoncé le ministère égyptien de la Culture jeudi.

Les 383 pièces datant de plus de 2250 ans découvertes près du lac Qaroun, dans l'oasis du Fayoum, à environ 120 km au sud du Caire, sont dans un état d'excellente conservation, indique le ministère dans un communiqué.

La zone de fouille d'une superficie de 7 km2 contenait notamment des pièces de monnaie en bronze pesant 32 grammes chacune et sur lesquelles figurent, sur l'une des faces, la représentation du dieu Amon, et sur l'autre, les mots "roi" et "Ptolémée III" en grec, précise le communiqué.

La dynastie ptolémaïque (330 à 30 av JC environ), d'origine grecque, fut la dernière dynastie pharaonique avant que l'Egypte ne passe sous domination romaine. La reine Cléopâtre en fut la dernière souveraine.

Selon le communiqué, c'est la première fois qu'une mission d'archéologues égyptienne découvre des colliers réalisés en coquilles d'oeufs d'autruche dans le Fayoum.

Le site contenait également d'autres objets de plusieurs époques différentes tels des étuis à khôl liquide datant de l'époque ottomane et deux bagues en corail.

Des morceaux de squelettes d'une baleine de 42 millions d'années ont également été trouvés, selon le communiqué.

AFP - 23/04/2010

11:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'opérette de Germain Tillion joué samedi au camp de Ravensbrück

sculptures-femmes.jpg
L'opérette "Le Verfügbar aux enfers", une oeuvre à l'humour noir de la résistante et ethnologue française Germaine Tillion, sera jouée samedi pour le 65e anniversaire de la libération du camp de concentration de Ravensbrück (Allemagne), où elle fut écrite.
La pièce, que son auteur avait rédigée en 1944 en déportation dans ce camp proche de Berlin qui fut le seul réservé exclusivement aux femmes, sera présentée en version de concert, selon les organisateurs.
Elle sera interprété par la chorale d'un lycée parisien, des membres de la Jeune philharmonie du Brandebourg et la chorale féminine d'un lycée berlinois, ainsi que par des chanteurs et danseurs du Théâtre du Châtelet (), "en présence d'environ 150 déportés du monde entier", précise un communiqué de la Fondation des mémoriaux du Brandebourg.
Jamais joué dans son intégralité, cette oeuvre sans équivalent dans l'histoire des camps nazis avait été mise en scène en juin 2007 par le Théâtre du Châtelet à l'occasion du 100e anniversaire de Germaine Tillion (1907-2008).
Ethnologue et résistante, déportée à Ravensbrück entre 1943 et 1945, elle appartenait à cette catégorie de prisonniers rebelles (les Verfügbar, littéralement "disponibles") qui, n'étant délibérément inscrits dans aucune colonne de travail, étaient corvéables à merci.
En octobre 1944, elle avait écrit "Le Verfügbar aux enfers" dissimulée au fond d'une caisse d'emballage, pour soulager sa détresse et celle de ses compagnes d'infortune, mais aussi pour faire acte de résistance.
Soulignant l'enfer des camps nazis tout en faisant un clin d'oeil à une opérette d'Offenbach ("Orphée aux enfers"), la pièce est empreinte d'humour noir teinté d'autodérision.
Quand Germaine Tillion évoque "un camp modèle avec tout confort, eau, gaz, électricité", le choeur répond: "gaz surtout"...
L'auteur a utilisé des classiques musicaux, comme "La Habanera" de Carmen ou la "Danse macabre" de Saint-Saëns.
Le Parisien - 23/04/2010







 

10:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Nantes: 22 euros d'amende pour avoir conduit avec le niqab

92910_niqab-une.jpg
Une femme de 31 ans portant le niqab a écopé début avril d'une amende de 22 euros, infligée pour "circulation dans des conditions non aisées" après un contrôle routier à Nantes.

La femme de nationalité française porte depuis neuf ans un niqab qui ne laisse voir que ses yeux. Elle a fait l'objet de ce contrôle le 2 avril dernier alors qu'elle circulait au volant de sa voiture dans une rue de Nantes. "Deux agents à moto m'ont fait signe de m'arrêter", a-t-elle expliqué. Elle leur a tendu alors ses papiers et ceux de la voiture et a dévoilé son visage pour que son identité soit vérifiée. "Et là, le policier m'annonce qu'il va me verbaliser à cause de ma tenue vestimentaire. Je lui dis alors qu'il n'en a pas le droit, que c'est de la discrimination pure et simple", a-t-elle poursuivi.

L'agent a évoqué un "risque pour la sécurité"

Sur le procès-verbal est mentionné l'article 412-6 du Code la route : 22 euros pour "circulation dans des conditions non aisées", le fonctionnaire estimant que le champ de vision de la jeune femme était réduit. "C'est laissé à la libre appréciation de l'agent verbalisateur. Cet agent a fait son travail. Il a estimé que dans ces circonstances, il y avait un risque pour la sécurité", a précisé la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

"Nous sommes quand même dans le pays des droits de l'homme ! Le port du voile sur la voie publique n'est pas prohibé, que je sache ? Si ne voir que les yeux constitue une infraction, alors il faudrait interdire au GIGN de conduire avec des cagoules!", a raillé Me Jean-Michel Pollono, l'avocat de la jeune Nantaise. Celle-ci s'est opposée à sa contravention en envoyant un recommandé au ministère public jeudi. "Le tribunal de proximité tranchera", a conclu la DDSP.

Le président Nicolas Sarkozy a opté mercredi en faveur d'un projet de loi d'interdiction générale du voile intégral en France, malgré les réserves juridiques exprimées en mars par le Conseil d'État.
Le Point- 23/04/2010

09:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

Déconnexions

Le blog subit depuis hier soir des déconnexions intempestives et répétées, qui m'empêchent de placer des notes et de répondre aux commentaires comme je le voudrais.

Ces déconnexions sont dues à des travaux de percement d'un tunnel autoroutier près de chez moi.

Je vous demanderai toute votre compréhension et je vous en remercie par avance.

Gaëlle Mann

 

09:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Affaire Polanski: l'appel du cinéaste pour être jugé par contumace rejeté aux Etats-Unis

Polanski.jpg

LOS ANGELES (AP) — Roman Polanski n'en a pas fini avec la justice américaine: une cour d'appel de Californie a rejeté jeudi la demande du cinéaste franco-polonais d'un procès par contumace dans le cadre des accusations pour relations sexuelles avec une mineure en 1977 dont il fait l'objet. Ce refus ouvre la voie à son extradition éventuelle de la Suisse où il est assigné à résidence.

Le réalisateur avait demandé à être jugé par contumace, mais la cour d'appel du deuxième district de Californie a rejeté sa requête. Son avocat avait aussi proposé qu'il soit condamné à une peine de prison égale à celle qu'il a déjà purgée, mais la cour ne s'est pas prononcée sur cette proposition.

Sa demande avait déjà été refusée le 22 janvier par un juge de Los Angeles. Rappelant que Roman Polanski s'était soustrait à la justice américaine en prenant la fuite, le magistrat, Peter Espinoza, avait rejeté cette requête au nom de la "défense de l'intégrité du système judiciaire" et "la dignité du tribunal".

La cour d'appel du deuxième district de Los Angeles avait auparavant rejeté la demande de la victime de Polanski, Samantha Geimer, en faveur d'un abandon des poursuites judiciaires engagées contre le cinéaste. Cette requête avait été déposée par son avocat le 23 mars dernier. Elle était motivée par de nouveaux amendements constitutionnels adoptés dans l'Etat de Californie, qui accordent davantage de droits aux victimes au regard du déroulement des procès.

"Le maintien des poursuites judiciaires lui nuit et elle souhaite que celles-ci prennent fin", a mentionné l'avocat de la victime dans sa requête. "Elle n'a pas bénéficié d'un traitement juste".

Les procureurs ont argué que la décision des électeurs californiens d'inclure une déclaration des droits des victimes dans la Constitution californienne en 2008 ne donnait pas à Samantha Geimer et aux autres victimes de crime l'autorité pour mettre un terme à des poursuites judiciaires.

Les autorités suisses avaient fait savoir qu'elles attendaient la décision de la justice américaine avant de confirmer ou non l'extradition de Roman Polanski vers les Etats-Unis. Le cinéaste demeure assigné à résidence dans son chalet suisse de Gstaad.

Le réalisateur de "Rosemary's Baby" avait dans un premier temps été accusé d'avoir donné du champagne et du Quaalude à Samantha Geimer, âgée de 13 ans à l'époque des faits, puis de l'avoir violée au domicile de l'acteur Jack Nicholson. Initialement inculpé de six chefs, dont viol avec utilisation de drogues, agression de mineur et sodomie, il avait ensuite plaidé coupable d'un chef de relations sexuelles illégales. Il avait quitté les Etats-Unis en 1978 avant l'énoncé de la sentence.

"La cour d'appel a pris une décision que nous jugeons appropriée", a commenté une porte-parole du parquet, Sandi Gibbons, dans un communiqué. Elle a précisé que les autorités ne feraient pas d'autre commentaire sur cette affaire.

Dans le cadre de la procédure d'appel, les avocats de Polanski avaient cité de nouvelles preuves selon lesquelles un procureur, Roger Gunson, avait tenté en 1977 d'exclure le juge suspecté d'avoir commis des erreurs lors de la conduite de l'affaire. A l'époque des faits, les supérieurs du procureur l'en avaient dissuadé.

Selon les conseils du cinéaste, le magistrat a témoigné de ces errements lors de récentes sessions tenues secrètes. Ils ont demandé à ce que les retranscriptions du témoignage, qui restent sous scellées, soient révélées à la défense. AP

Le Nouvel OBS - 23/04/2010

08:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

AVERTISSEMENT

Les commentaires qui tombent sous le coup des lois de censure en vigueur seront supprimés. Ainsi que tout commentaire injurieux, malveillant ou hors sujet.

08:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Les aéroports islandais vont devoir fermer à cause du volcan

Vik en Islande.jpg
Vik - (Cliquez sur la photo)

L'éruption du volcan Eyjafjöll, situé à 120 km au sud-est de la capitale, Reykjavik, a semé pendant six jours la pagaille dans le trafic aérien européen. (La bonne prononciation (en phonétique) pour Eyjafjallajökull, donnée par l'ambassade d'Islande est : ET YA LA YEU KEUTL).

Les compagnies européennes ont maintenant redécollé, mais, le vent ayant changé de direction, il pousse désormais le nuage de cendres volcaniques vers la capitale et ses aéroports qui vont devoir fermer.

"Compte tenu des prévisions pour vendredi 23 avril, on peut s'attendre à ce que la zone de vol pour les aéroports de Keflavik et de Reykjavik soit fermée pendant un certain temps", annonce un communiqué de l'aviation civile.

"C'est la première fois que la zone de vol autour des deux aéroports internationaux islandais ferme depuis le début de l'éruption", ajoute le communiqué.

Le site de l'aéroport de Keflavik, principal aéroport international desservant Reykjavik, annonce plusieurs annulations de vol pour vendredi ainsi que plusieurs vols avancés jusqu'à 5h00 GMT, avant l'interdiction de survol qui devrait intervenir à partir de 6h00 GMT.

L'Express - 22/04/2010

00:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Sarkozy aurait aimé "être Savoyard"

"Le peuple savoyard est un très vieux peuple qui, depuis la Préhistoire, n'a cessé de se mélanger, de se métisser, mais qui s'est très tôt forgé une unité, une identité", a lancé le président.

Il a vu en cette région, l'une des dernières devenue française, "un condensé de la France" et en ses habitants, des "Français et Savoyards" tout à la fois.

Le chef de l'Etat, accompagné d'élus du cru (Bernard Accoyer, Hervé Gaymard) et de Christian Estrosi (maire de Nice, le comté de Nice ayant été également rattaché à la France en 1860), s'exprimait devant une foule rassemblée sur la place du Château, pour célébrer le rattachement de la Savoie.

 

Il y a 150 ans jour pour jour, le 22 avril 1860, les Savoyards plébiscitaient leur retour dans le giron français. C'est l'empereur Napoléon III qui avait obtenu leur rattachement, en échange de son soutien à l'unité de l'Italie contre l'occupant autrichien.

La commémoration avait débuté par les honneurs militaires rendus au chef de l'Etat par les trois bataillons de chasseurs alpins, suivis du chant des Allobroges (ancêtres celtiques des Savoyards) et de la Marseillaise, interprétées par le Choeur de l'armée française, puis d'une démonstration de la Patrouille de France.

Elle a surtout donné l'occasion au président d'exalter à nouveau les valeurs qui lui tiennent à coeur, maintes fois déclinées depuis sa campagne de 2007. Il a à de nombreuses reprises parlé d'"identité", sans toutefois lui accoler l'adjectif "nationale".

Après son discours sur "l'identité nationale" à la Chapelle-en-Vercors, le 12 novembre, M. Sarkozy semble ainsi clore le débat lancé par son ministre de l'Immigration, Eric Besson, à l'automne 2009, et qui a suscité de nombreuses réserves, à gauche mais aussi à droite.

Le discours de jeudi avait des accents beaucoup plus consensuels. "L'unité de la France a plus à craindre d'une uniformité rigide que d'une souplesse dans la diversité et la reconnaissance de chacune des identités de notre territoire. On ne bâtit pas un grand pays en niant les identités de toutes ses petites patries qui font la grande patrie française", a lancé M. Sarkozy.

 

Puisant dans le vocabulaire qu'il affectionne, le président a également exalté les notions d'égalité, de mérite, de travail ou d'effort.

"L'attachement viscéral des Français à l'égalité ne doit pas nous conduire au nivellement. L'égalité, c'est à chacun selon ses mérites, ses efforts, son travail. Ce n'est pas à chacun la même chose, parce que chacun n'a pas les mêmes handicaps, les mêmes atouts", a-t-il affirmé.

Selon M. Sarkozy, "on ne construit rien sur la haine, sur l'exclusion. On ne construit rien sans le travail, la droiture, le devoir et l'effort".

"Vous l'avez compris, j'aime beaucoup votre région. Je n'ai qu'un seul regret, j'aurais aimé être Savoyard. Même si je me suis rattrapé sur le tard, en allant épouser une Savoyarde de l'autre côté", a-t-il conclu, en allusion à son épouse Carla Bruni-Sarkozy, originaire de Turin...

L'Express - 22/04/2010

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

22/04/2010

Burqa: une nouvelle loi publicitaire

Marine-Le-Pen2-300x224.jpg
Burqas dans le métro.jpg
Communiqué de Presse de Marine LE PEN, Vice-Présidente exécutive du Front National :

Après une série d’annonces sur la sécurité qui n’ont provoqué rien d’autre que l’hilarité générale, Nicolas Sarkozy continue d’amuser la galerie en annonçant aujourd’hui une loi d’interdiction de la burqa. Intervenant après de longues tergiversations, le vote de cette loi n’a qu’un objectif : continuer de mentir aux Français et de leur faire croire que Nicolas Sarkozy est volontariste. En réalité, le président ne fait que confirmer sa pratique des lois publicitaires qui se succèdent sans que rien ne change pour les Français. Immigration massive, communautarisme, laïcité, discrimination positive : la situation se dégrade sur tous les plans et les écrans de fumée du gouvernement ne parviennent plus à masquer son laxisme. Pis pour Nicolas Sarkozy, les Français comprennent de mieux en mieux, grâce à son agitation ridicule, ses basses manœuvres électoralistes.

Stop aux manœuvres, place à l’action !

La burqa aurait pu être bannie depuis des années du territoire français, par simple règlement de police, ainsi que le voile islamique lui-même et toutes les autres manifestations du communautarisme. Un tout petit peu de volonté politique aurait suffi à réduire en miettes les atteintes graves à nos principes républicains. A l’inverse, devant le laxisme de Nicolas Sarkozy, toutes les dérives sont encouragées, sans que jamais l’Etat ne s’interpose : horaires de piscine réservés aux femmes, rues privatisées pour la prière musulmane comme dans le 18ème arrondissement à Paris, porc banni des cantines, viande hallal imposée aux consommateurs, drapeaux étrangers arborés avec arrogance alors qu’on brûle les couleurs nationales dans nos villes.

Au final, le Président s’inscrit dans la lignée de ses prédécesseurs : face aux dérives communautaristes, Nicolas Sarkozy fait du Chirac, c’est-à-dire rien du tout. La seule différence tient dans l’hypocrisie qu’il met à faire croire qu’il agit. En plus d’être nu, le roi est menteur et il va finir par devenir la risée de tous les Français, comme il est d’ailleurs déjà celle des autres chefs d’Etat, à l’international.

Certains commentateurs considèrent que Nicolas Sarkozy s’est engagé dans un sprint électoral pour rattraper les électeurs du Front National. Il se fatigue en pure perte : ses annonces publicitaires ne parviendront pas à masquer son inaction, lui qui est aux manettes depuis 3 ans comme président de la République et 8 ans comme ministre de l’Intérieur. Il a déjà largement perdu la confiance des Français.

Marine Le Pen, Vice-présidente du Front National, appelle ainsi Nicolas Sarkozy à cesser de se ridiculiser aux yeux des Français et l’enjoint à cesser de nous abreuver de ses belles paroles et intentions. Il est temps d’agir !

Altermedia info - 22/04/2010

23:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Dieudonné: des poursuites réclamées pour antisémitisme

Des associations comme la Licra, l'Union des étudiants juifs de France, SOS Racisme ou le MRAP, ont réclamé des poursuites pénales contre l'humoriste Dieudonné, qui a notamment déclaré sur une vidéo que "les plus gros escrocs de la planète étaient tous juifs".

Dans une vidéo postée sur Dailymotion le 16 avril, Dieudonné M'Bala M'Bala, déjà condamné à plusieurs reprises pour injures raciales, s'en prend au journaliste Eric Zemmour et affirme que "les plus gros escrocs de la planète sont tous des Juifs".
A propos de M. Zemmour, récemment au coeur d'une polémique pour des propos sur les "Noirs et les Arabes", Dieudonné estime qu'"il faut être juif pour avoir la liberté d'expression en France".

La Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a estimé jeudi dans un communiqué que "la violence et la réitération des propos antisémites de Dieudonné justifient que les poursuites judiciaires soient initiées par le parquet, qui représente la société française". La Licra précise qu'elle se constituera partie civile en cas de poursuites engagées contre l'humoriste.

Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) indique de côté qu'il "condamne, une fois de plus, les déclarations antisémites de Dieudonné" et qu'il "déposera également une plainte pour le délit d'injure raciale à l'encontre de Dieudonné". SOS Racisme, l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) ou encore le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme ont égalemnt annoncé des plaintes à Paris contre Dieudonné. Ces plaintes n'avaient pas encore été enregistrées jeudi après-midi par le parquet de Paris, selon une source judiciaire.

Le Figaro - 22/04/2010

19:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Le boom des adhésions au FN

«C’est Le Pénix qui renaît de ses cendres ! » s’amusait il y a peu Jean-Marie Le Pen, pour qualifier les bons scores de son parti aux dernières régionales (17,8 % sur les douze régions où il s’est maintenu). Huit ans, jour pour jour, après s’être qualifié pour le second tour de la présidentielle, et neuf mois avant le prochain congrès, où il cédera les rênes après trente-huit années de présidence, le vieux patron affirme donc qu’il a « remis le Front sur de bons rails ».

  

Alors, vraiment relancé le ? Quand on l’interroge sur le nombre de ses adhérents, Le Pen préfère pourtant botter en touche. « On reste discret là-dessus, c’est une vieille tradition… » confie-t-il à chaque fois qu’on l’interroge sur le sujet, sûrement pour éviter la comparaison avec des mastodontes comme l’UMP (environ 250 000 adhérents) et le (près de 200 000). Mais Louis Aliot, le secrétaire général, avance, lui, quelques chiffres. Le parti d’extrême droite aurait ainsi près de 20 000 personnes encartées en 2009. C’est loin, très loin même, des grands partis . « Mais la nouveauté, c’est que les militants reviennent, et en masse », insiste-t-il. Selon lui, ils sont 5 000 à avoir pris ou repris leur carte au cours des derniers mois. « Soit 30 % de hausse. C’est énorme… mais habituel quand nous faisons un bon score dans une élection, décrypte-t-il. Comme en 2002 par exemple, où nous avions enregistré près de 8 000 inscriptions en plus. »

Localement, le constat se confirme. A l’image du Nord-Pas-de-Calais, où le Front « a dernièrement enregistré 500 nouvelles adhésions, pour une fédération qui en comptait déjà 1 800 », assure Steeve Briois, son secrétaire. Et si l’approche des régionales a forcément joué, un autre événement aurait aussi servi de déclencheur selon le parti frontiste : « Il s’agit de l’intervention de Marine Le Pen, à l’automne dernier, sur le livre de Frédéric Mitterrand (NDLR : « la Mauvaise Vie », dans lequel il décrivait des scènes de tourisme sexuel) », souligne un autre cadre.
Le lundi 5 octobre 2009, sur France 2, la vice-présidente avait en effet accusé le ministre de la Culture pris pour cible par le FN pour son soutien apporté à Roman Polanski d’avoir lui-même effectué du tourisme sexuel. « On a lancé une pétition en ligne pour réclamer sa démission et elle nous a permis de récolter près de 15 000 signatures, avec des répercussions très nettes en termes d’adhésions », insiste Aliot.

 

Qui sont ces nouveaux membres ? « Beaucoup de jeunes, ajoute-t-il. Mais aussi des personnes issues des classes populaires et de la ruralité. » A l’image de Pascal Loubet, 18 ans, originaire d’un village proche de Béziers (Hérault), étudiant en droit et tenté depuis longtemps par le militantisme politique : « En 2007, Nicolas Sarkozy m’avait séduit. Mais depuis, j’ai le sentiment qu’il n’est pas à la hauteur de ses promesses. Alors, j’ai décidé de franchir le pas en prenant une carte. Pas à l’UMP… mais au FN. » Une adhésion qui semble faire des émules dans sa famille puisque son père, à l’UMP depuis trois ans, « compte prendre bientôt sa carte au Front »…

Le parisien - 22/04/2010

19:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)