Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2010

Carla Bruni avec Benjamin Biolay: la rumeur enflamme le web!

Bruni Biolay rumeur.jpg
Carla Bruni Tedeschi est née en 1967 à Turin
benjamin-biolay-vainqueur-de-son-637x0-2.jpg
Benjamin Biolay, né en 1973 à Villefrance-sur-Saône

Les médias français marchent sur des œufs. La rumeur se propage dans les rédactions de l’Hexagone et dans les milieux de la musique avec insistance. Comme une traînée de poudre. Même le tabloïd The Sun à Londres s’est fendu d’une nouvelle à ce sujet. Mais c’est bien le Net – par le biais du réseau Twitter – qui a allumé la mèche! Et personne ne sait très bien par quel bout prendre cette info brûlante et 100% scabreuse.

De quoi parle-t-on? Alors que Benjamin Biolay reçoit sa Victoire de la musique, samedi soir, un ou deux journalistes créent le buzz en suggérant sur leur Twitter que l’artiste français serait «pistonné», et qu’il entretiendrait une idylle avec Carla Bruni-Sarkozy. Le fait que la première dame de France soit «la première à le féliciter» n’arrange certainement rien à l’affaire…

Info ou intox? «Il n’y a pas de fumée sans feu», diront les observateurs avisés. Benjamin Biolay a collaboré avec Carla Bruni sur son troisième album: Comme si de rien n’était.

Selon le site du Journal du Dimanche, il y a quelques semaines, le «couple» se serait aussi envolé pour la Thaïlande. Pour quelques jours de vacances… écourtées par Nicolas Sarkozy en personne. Le président de la République aurait en effet affrété un avion pour faire revenir sa femme à Paris. Avait-il peur de la naissance d'un "flirt"?

Il n’en faut pas plus pour que l’Hexagone bruisse… On n’attend pas vraiment de communiqué officiel de l’Elysée. Il se peut même que les avocats de Benjamin Biolay et du couple présidentiel entrent bientôt en piste pour taper sur les doigts des instigateurs de la rumeur. Et là, ça risque de faire mal!

Jean-Daniel Sallin | 09.03.2010 | 18:23
La Tribune de Genève - 09.03.10

Le bruit court aussi que le président se consolerait avec Chantal Jouanno, 40 ans, championne de karaté kata....

 

 

 

19:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

VIDEO Massacre de chrétiens par des musulmans au Nigeria

http://www.youtube.com/watch?v=R6HgBaY6TEs

JT 20h - France 2 - 08 mars 2010 - Plus de 500 chrétiens ont été tués au Nigeria dans la banlieue de JOS par des musulmans extrêmistes.

19:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

L'affiche du FN provoque la sainte colère de l'Algérie

Alors que l’affiche du FNJ contre l’islamisation de la France fait un tabac, du côté d’Alger, on commence à s’énerver sérieusement : L’Algérie en appelle officiellement à la France, par l’intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères Mourad Medelci, afin de faire retirer cette affiche. Et sur les blogs et sites haineux des réseaux pro-FLN, on n’en fini pas de tirer à boulets rouges sur le FN et les patriotes français.

Pour Alger, « c’est à l’Etat français de prendre les dispositions qui s’imposent lorsque des symboles de pays étrangers sont mis à genoux », a déclaré toute honte bue le représentant de la diplomatie algérienne en marge d’une cérémonie présidée par Abdelaziz Bouteflika, à l’occasion de la Journée internationale de la femme (voilée ?). Et d’ajouter : « Je n’ai pas besoin de dire aujourd’hui que des comportements de ce type sont condamnables, qu’il s’agisse de la France ou d’autres pays. Nous devons respecter les symboles des uns et des autres. C’est la position de notre pays et nous ferons en sorte qu’elle soit respectée chez nous ». Bien entendu lorsque les drapeaux français à Alger étaient souillés et brûlés, les cimetières et églises vandalisés, les patriotes français fidèles à l’Algérie française assassinés, mutilés, torturés, impitoyablement réprimés, lorsque les fellouzes nettoyaient ethniquement les anciens départements français, aucun représentant officiel de la dictature raciste algérienne n’a émis la moindre protestation, ni eu le minimum de décence. Et quand, en France, notre drapeau est brûlé sur les places publiques, notre hymne national sifflé, notre nation salie par la racaille qui se revendique des symboles du FLN, Alger ne dit mot, Alger se marre.

Pour ce régime islamo-marxiste qui s’est imposé par la violence et la terreur en 1962, grâce à la trahison gaulliste, seule compte la haine vis-à-vis de notre nation et des nôtres, comme on peut encore s’en rendre compte ici.

Pour qu’une paix juste et durable s’installe enfin entre Algériens et Français, il n’y a pas trente-six solutions : il est urgent d’éradiquer la racaille en France, sans le moindre état d’âme, et balayer le régime pourri du FLN de l’autre côté de la Méditerranée qui est porté à bouts de bras par les dirigeants de la Ve République depuis près de 50 ans.

Roland Machefer


COMMUNIQUÉ du FRONT NATIONAL

Affiche « Non à l’islamisme » : jamais deux sans trois

Après que le président du tribunal de Marseille a débouté la Licra de sa demande de destruction de l’affiche de campagne électorale du Front National, le MRAP a sollicité la même chose le lundi 8 mars devant le président du tribunal de grande instance de Nanterre. On annonce, en outre, une troisième procédure de SOS Racisme…
A Nanterre, Maître Khaled Lasbeur, l’avocat du MRAP, a indiqué que les Algériens étaient visés par cette affiche plus que les musulmans… Il a promis des émeutes et des « effusions de sang » si l’affiche n’était pas interdite.
Lorsqu’il a constaté que le dessin de la France recouverte du drapeau algérien était purement et simplement une reprise de celui figurant sur les tee-shirts portés par de très nombreux jeunes français de papier et sous lequel figure le mot Algérie, il a cru pouvoir plaider que ces tee-shirts étaient des « faux manifestement fabriqués par le Front National ».
C’est enfin au tour du gouvernement algérien de donner son avis : le Front National lui demande de se mêler de ses affaires et de ne pas interférer dans la campagne électorale française. Contrairement à ce que prétend ce gouvernement, le Front National n’utilise en aucun cas « le drapeau algérien pour dénoncer l’islamisme ». Encore une fois, le Front National utilise le dessin du drapeau algérien recouvrant la France tel qu’il figure sur des vêtements portés très fréquemment par de jeunes beurs, cela pour affirmer que la France c’est l’Algérie. On aurait aimé que le gouvernement algérien intervienne lorsqu’à Toulouse, après la qualification de l’équipe de France de football, le drapeau tricolore de la mairie a été brûlé et remplacé par le drapeau algérien.

Nations Presse Info - 09.03.10

18:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Yvelines: un quartier d'Elancourt envahi par les rats

Invasiion de rats.jpg
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

La peur, le dégoût, la colère… Les habitants du quartier des Nouveaux-Horizons à Elancourt vivent un calvaire depuis que les rats ont envahi, il y a un peu plus d’un an, les parties communes et privées de ces HLM.

« Il n’y a rien à dire, il y a juste à sentir, à écouter et à voir », lance, Amir, locataire du 42, rue des Nouveaux-Horizons.

Dans l’entrée de ce bâtiment, l’odeur nauséabonde de rats crevés empêche quiconque de rester plus de cinq minutes. Au sol, des déjections animales, au-dessus des têtes, dans la tuyauterie, des rongeurs couinent, courent et à chaque fois provoquent la frayeur des habitants.

 « Ils sont partout. Dans l’ascenseur, sur le radiateur du hall, dans le local à poubelles. Les gens n’osent même plus pénétrer à l’intérieur. Ils déposent désormais leurs ordures soit dehors, soit dans les couloirs de l’immeuble », précise Martine, une locataire du rez-de-chaussée. Ses voisins, également concernés, ont même condamné leurs jardins, occupés par ces nouveaux arrivants. Au , ce serait au moins quatre bâtiments du quartier qui seraient touchés.

Au 37, la situation est peut-être l’une des plus catastrophiques. « C’est Ratatouille! » ironise Angelo, l’un des habitants. Dans le local à poubelles, plusieurs dizaines de rats circulent en toute liberté sur les bacs à ordures, sur le sol ou encore sur les tuyaux de chauffage.

Exaspérés, les habitants ont envoyé plusieurs courriers à la mairie, à la Direction départementale des affaires sanitaires et sociales et surtout au bailleur, le groupe Immobilière 3F. Ce dernier assure que le problème est pris très au sérieux. « Nous avons mené dix campagnes de dératisation depuis janvier 2009 et nous avons rendez-vous en mars avec la copropriété et le chauffagiste. Nous allons réfléchir à l’utilisation de produits plus efficaces et peut-être changer de prestataire », précise Pascal Braban, directeur départemental du groupe 3F.

La mairie lancera également une nouvelle campagne de dératisation en avril en collaboration avec le bailleur 3F et la communauté d’agglomération.

Le parisien - 09.03.10

18:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

100 milliards de dollars pour le "fonds vert" de DSK

Le directeur exécutif du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, a défendu aujourd'hui à Johannesburg la création d'un fonds vert capable de mobiliser 100 milliards de dollars pour financer des programmes de lutte contre le réchauffement climatique.

Le changement climatique a "d'énormes conséquences macroéconomiques", a-t-il souligné devant des étudiants de la capitale économique d'Afrique du Sud, au deuxième jour d'une tournée sur le continent. "Il pourrait menacer la stabilité, la sécurité des sociétés, la démocratie et parfois même la paix", a-t-il poursuivi. "Dans ces conditions il nous a semblé important que le Fonds monétaire essaie d'apporter sa contribution sur un mécanisme de financement."

L'annonce fin janvier de ce fonds a fait froncer les sourcils de certains décideurs économiques qui craignent que Dominique Strauss-Kahn ne cherche à étendre les compétences du FMI en dehors de sa sphère traditionnelle. "Le problème du changement climatique n'est pas vraiment du mandat du FMI. Mais c'est le mandat du FMI d'aider à financer de manière durable ce qui doit être fait pour gérer ce problème, surtout dans les pays en développement", a-t-il rétorqué.

La veille, lors d'une intervention au Kenya, il avait toutefois précisé que le FMI n'entendait "pas gérer ce fonds" mais simplement contribuer au débat mondial sur le financement de la lutte contre le réchauffement. Il avait également décrit ce "fonds vert" comme un mécanisme transitoire pour débloquer des sommes à court et moyen termes en attendant la mise en place de modes de financement à grande échelle basée sur les émissions de carbone.

Le FMI présentera dans une dizaine de jour un document de travail qui expliquera le "mécanisme assez sophistiqué et assez innovant" imaginé pour dégager ces financements. Il sera ensuite transmis au Groupe consultatif international sur le financement de la lutte contre le réchauffement climatique, créé par l'ONU en février.

Le Figaro - 09.03.10

17:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Une enseignante d'Histoire agressée par son élève

Un élève de troisième d'un collège catholique ardéchois a été convoqué devant la justice pour avoir aspergé de gaz lacrymogène vendredi son enseignante d'Histoire qui venait d'expliquer qu'al-Qaïda était une organisation terroriste, a indiqué l'enseignante aujourd'hui.

Le parquet de Privas a confirmé l'agression, sans en préciser les circonstances. "Je venais d'expliquer que les attentats du 11 septembre 2001 étaient dus à l'organisation terroriste al-Qaïda, comme c'est écrit sur leur livre. Il s'est levé, a dit qu'al-Qaïda n'était pas terroriste, que les talibans non plus", a expliqué l'enseignante, également chef de ce petit établissement privé de Largentière.

Le garçon de 15 ans, d'origine maghébine, a ensuite aspergé de gaz lacrymogène l'enseignante puis le conseiller principal d'éducation, qui ont été légèrement incommodés, a-t-elle ajouté, confirmant une information de la radio France Bleue. Ils ont porté plainte. Le garçon, qui va passer en conseil de discipline au sein de l'établissement, a également été convoqué devant le juge des enfants du tribunal de Privas mardi 16 mars.

Le Figaro - 09.03.10

17:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Dalil Boubakeur en appelle à Bouteflika face au climat "d'islamophobie"...

boub_sark1_368097733.jpg
Le recteur de la grande mosquée de Paris réagit à la campagne de dénigrement de la communauté musulmane vivant en France et déplore le "climat d'islamophobie".
   Dalil Boubakeur en appelle au président algérien. Dans un communiqué parvenu, hier à notre rédaction, il " appelle les autorités de notre pays à intervenir pour que cessent  les vexations et les discriminations publiques qui ne se comptent plus contre l’islam et les musulmans". Il pointera du doigt la dernière sortie du leader du Front national, Jean-Marie Le Pen qui, profitant de la campagne électorale a déversé "tout son fiel" sur les musulmans de France.
Il rappellera aussi " les atteintes" faites "au culte musulman" et qui "prennent une intensité et une fréquence inquiétante". " Certains dérapages visant les personnes et les symboles de l’islam ne manquent pas" dira-t-il. En citant en guise d'exemple de "cette islamophobie haineuse" les différents actes de "profanations répétées des mosquées sur l’ensemble du territoire national", le recteur de la grande mosquée de Paris rappellera aussi les propos forts du président français Nicolas Sarkozy lors de l’hommage rendu aux combattants musulmans de la Première guerre mondiale dans son intervention au cimetière militaire de Notre Dame de Lorette, en France.
"L'islam, disait-il, est aujourd'hui la religion de nombreux Français. Et notre pays, pour avoir connu non seulement les guerres de religion mais aussi les luttes fratricides d'un anticléricalisme d'Etat, ne peut laisser stigmatiser les citoyens français musulmans".
Echorouk Online - 02.03.10

00:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (26)

08/03/2010

Autriche: une candidate néo-nazie va défier le président sortant

Barbara Rosenkranz_neu06-6.jpg
Barbara Rosenkranz

Les Autrichiens éliront le 25 avril prochain un nouveau , dont le rôle est surtout honorifique et moral. Barbara Rosenkranz, 51 ans, mère de dix enfants, dirigeante du parti populiste d' FPÖ, sera la seule candidate opposée au chef de l'Etat sortant, le social-démocrate Heinz Fischer. 

Si elle n'est créditée que de 15 à 20% des voix  dans les sondages, ses prises de position font craindre une nouvelle dégradation de l'image de l'Autriche à l'étranger.

 La candidate d'extrême droite conteste en effet la loi d'interdiction du parti , adoptée en 1947. Ce texte - le Verbotsgesetz - prévoit une peine maximum de 20 ans de prison pour quiconque reconstitue le parti ou une organisation similaire, propage son idéologie ou nie les crimes nazis contre l'humanité, dont l'Holocauste.

Barbara Rosenkranz, dont le mari est un ancien fondateur du parti néo-nazi NPD, conteste au nom de «la liberté d'expression» les articles du Verbotsgesetz qui répriment «de simples opinions». Elle considère que la négation de l'Holocauste par un député de son parti relevait uniquement de cette «liberté d'expression». Sa candidature a suscité un tir de barrage allant du Parti social-démocrate (SPÖ), au pouvoir en alliance avec les démocrates-chrétiens (ÖVP), à la communauté juive, en passant par l'Eglise catholique.

Le parti d'extrême-droite embarrassé

Parmi ses soutiens initiaux et dans son propre parti, on assiste même à un rétro-pédalage: lors d'une conférence de presse convoquée en catastrophe le 5 mars, le président du FPÖ, Heinz-Christian Strache, a estimé que Barbara Rosenkranz «aurait pu mieux choisir ses mots» et qu'il était «hors de question de toucher au Verbotsgesetz». Le patron du quotidien populaire Kronen Zeitung, Hans Dichand, après avoir appelé à voter pour elle, a exigé d'elle «une claire condamnation du nazisme et de l'Holocauste» sous peine d'être «disqualifiée».

Barbara Rosenkranz s'est vue contrainte lundi de faire une déclaration sous serment devant la presse, à Vienne, dans laquelle elle assure «condamner les crimes du national-socialisme» et «rejeter son idéologie». Elle avait pourtant été lancée par Heinz-Christian Strache dans la bataille présidentielle précisément parce qu'elle est une figure de l'aile la plus conservatrice du FPÖ, farouchement anti-immigrés et anti-européenne.

Alors que ses dix enfants portent tous des prénoms germaniques - tels Mechthild, Hildrun, Arne ou Sonnhild - son image d'avocate des valeurs traditionnelles de la famille a pris un coup après la révélation qu'elle avait quitté l'église et qu'aucun de ses enfants n'avait été baptisé.

Le parisien - 08.03.10

...........................................................................................................................

Chaque année au mois de juin, elle organise dans son jardin une "fête du solstice" à connotation païenne où des orateurs encouragent à "préserver notre peuple grâce à des familles saines, fortes et nombreuses". Un ancien dirigeant du FPÖ, Ewald Stadler, y a fait jadis scandale en critiquant "l'idéologie officielle" selon laquelle les Autrichiens ont été, en 1945, "soi-disant libérés du fascisme et de la tyrannie".

Le mari de Mme Rosenkranz, Horst, est connu pour ses liens avec la mouvance néonazie. Veillant sur le foyer depuis que son épouse, après quinze années de pause maternelle, s'est lancée à plein temps dans la politique, il édite la revue Fakten, toujours prête à dénoncer "les Turcs, les Tchétchènes, les Asiatiques, les Tziganes et les nègres" ou "les poncifs éculés des prétendus crimes de la Wehrmacht et des horreurs des camps".

Avec cette aura sulfureuse, Barbara Rosenkranz pourra-t-elle mordre au-delà des 20 % à 22 % que le FPÖ recueille régulièrement dans les sondages ? Sa candidature a fait débat au sein de son propre parti, le chef du FPÖ, Heinz Christian Strache, doutant de son impact sur les franges jeunes de l'électorat. Mais elle a été imposée par un leader d'opinion influent entre tous : Hans Dichand. Le tout-puissant patron du tabloïd Kronen Zeitung, lu par près de la moitié de la population, a fait l'éloge de la "courageuse mère" de famille nombreuse. N'est-elle pas la seule députée fédérale à avoir refusé le traité européen de Lisbonne, contre lequel le Kronen Zeitung avait mené, en 2008, une campagne acharnée ?

A ce jour, elle est aussi l'unique adversaire du chef de l'Etat sortant, le social-démocrate Heinz Fischer, les démocrates-chrétiens du Parti du peuple (ÖVP, droite) et les Verts ayant renoncé à présenter des candidats : elle aura beau jeu de disqualifier M. Fischer, assuré d'une confortable victoire, comme l'homme du système établi.

Sa critique du féminisme et de la théorie du "genre", qu'elle a résumée dans un pamphlet sous-titré "Vers des êtres humains asexués", trouve un écho dans les milieux conservateurs, tout comme son refus de faire passer les droits des femmes "avant le bien-être des enfants".

L'archevêque de Vienne, le cardinal Christoph Schönborn, a beau affirmer que Mme Rosenkranz "n'est pas éligible" pour les chrétiens, à cause de ses ambiguïtés sur le nazisme, et l'ÖVP révéler qu'aucun de ses dix enfants n'a été baptisé, la "courageuse mère" s'apprête à sillonner le pays, armée de sa bannière xénophobe et antieuropéenne.

Le Monde - 08.04.10

23:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Le MRAP attaque l'affiche du Front national

MRAP.png
(Cliquez sur la photo)
L'association antiraciste MRAP a demandé aujourd'hui au tribunal de Nanterre d'interdire les affiches du Front national dénonçant l'islamisme avec une carte de France recouverte du drapeau algérien et de minarets, alors que la Licra a été déboutée d'une demande similaire à Marseille. Le tribunal de Nanterre, saisi en référé la semaine dernière par le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), rendra sa décision vendredi à 14H00, à deux jours du premier tour des élections régionales.

A l'audience, l'avocat du MRAP, Me Khaled Lasbeur, a évoqué un risque d'"émeutes", de "manifestations" et d'"effusions de sang", si les affiches ne sont pas retirées par la justice, des déclarations qualifiées de "totalement exagérées" par l'avocat du FN, Me Wallerand de Saint-Just.

Ces affiches, diffusées par le mouvement jeunesse du FN en région Provence-Alpes-Côte d'Azur puis dans toute la France, représentent une femme intégralement voilée, à côté d'une carte de France recouverte du drapeau algérien sur laquelle se dressent des minarets faisant penser à des missiles. En titre et en grosses lettres noires, on peut y lire : "non à l'islamisme".

"On assimile l'Algérie à l'islamisme, donc au fanatisme", a dénoncé Me Lasbeur, qui a invoqué "la provocation à la discrimination, à la haine et à la violence raciales" pour justifier la demande du MRAP.
"L'affiche n'attaque en aucun cas l'islam ou les musulmans. Elle attaque l'islamisme", lui a répondu l'avocat du FN.

L'avocat du parti de Jean-Marie Le Pen a également soulevé plusieurs arguments de procédure pour obtenir la nullité de l'assignation du MRAP, dont celui utilisé avec succès face à la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) devant le tribunal de Marseille, qui a rendu son ordonnance lundi après-midi.
Le Figaro - 08.03.10

20:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

La Poste à Beaucaire!

Beaucaire poste.jpg
(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

A Beaucaire (Gard), les services de La Poste ne savent plus quoi faire pour satisfaire leur clientèle, quitte à pratiquer une politique discriminatoire en faveur de l’importante colonie nord-africaine installée dans la ville. C’est ainsi que, au bureau de poste, les explications de timbrage sont écrites en français et en arabe. Pas en castillan ni en portugais… bien que nombre de Beaucairois aient leur origine outre-Pyrénées, Non ! en arabe, car, sur les deux marchés du dimanche matin, c’est dans cette langue que s’expriment majoritairement les gens que l’on croise.

Au Moyen Age, la foire de Beaucaire attirait des marchands venus de tous les pays. Les Arabes – que l’on appelait alors les Maures ou Sarrazins – étaient même autorisés à remonter le Rhône pour venir à la foire où se négociaient entre autres choses les rançons pour obtenir la libération des Chrétiens enlevés par les pirates. Est-ce en souvenir de ces temps lointains que La Poste – oubliant que les Sarrazins ne faisaient que passer – est aux petits soins avec les Maghrébins d’aujourd’hui qui, eux, ont bel et bien l’intention de prospérer à nos frais.

Lucien Ruty

NPI - 08.03.10

20:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Grand succès du meeting de Marine Le Pen à Lesquin

Marine-Lesquin-2010.jpg
Meeting à Lesquin - 7 mars 2010
(Cliquez sur la photo)
Extraordinaire meeting que celui d’hier. 700 personnes se sont réunies à Lesquin pour un grand banquet festif qui faisait office de meeting de fin de campagne.

Après un repas extrêmement convivial, Marine est intervenue dans un discours particulièrement fort qui a enflammé les foules. La tête de liste du Front National dans le Nord Pas de Calais est intervenue sur la gestion calamiteuse du système socialiste, et l’incompétence des pseudos opposants, du Parti Communiste à l’UMP, en passant par le MoDem. Marine a ainsi pu vilipender les tendances seigneuriales de Daniel Percheron, dont elle a épinglé l’opacité du système qu’il a contribué à installer dans tout le Nord Pas de Calais. Opacité dont la démonstration a été faite cette semaine, puisque les codes d’accès de Steeve Briois au site de la Région ont été supprimés, preuve que les élus ne veulent pas que les citoyens puissent y accéder. L’occasion de révéler un véritable scandale, à savoir la liste de certains employés régionaux, totalement publique et légale, mais à laquelle le Conseil Régional a voulu interdire l’accès. Cette liste contient en effet les noms des employés du Conseil régional…parmi lesquels on trouve en fait énormément d’amis et membres des familles des élus socialistes. La vérité est la suivante : les socialistes ont transformé les services du Conseil régional en entreprise familiale !

Marine a enfin rappelé la nécessité pour les habitants du Nord-Pas de Calais d’élire un maximum d’élus du Front National afin de leur offrir une alternative et une opposition crédible au Conseil Régional.

Le meeting s’est clos sur une Marseillaise très émue qui aura laissé un souvenir mémorable à tous les militants, sympathisants et adhérents présents.

NPI - 08.03.10

19:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La LICRA déboutée à Marseille: victoire pour le Front National!

Affiche anti-islam PACA.jpg
Exclusif Nations Presse Info

Nous venons d’apprendre par Frédéric Boccaletti, directeur de campagne de Jean-Marie Le Pen et Stéphane Ravier, tête de liste à Marseille pour ces régionales, que dans l’affaire opposant les ligues de vertus, dont la LICRA, au Front national, au sujet de l’affiche du FNJ « Non à l’islamisme », le tribunal de grande instance de Marseille (13) vient de se déclarer incompétent et a condamné la LICRA à verser au Front national la somme de 1.000 euros pour remboursement des frais de procédure.

L’affaire contre le MRAP devrait être jugée ce soir à Paris.

Communiqué du Front National
LICRA : le procès de trop

La Licra a été déboutée ce lundi 8 mars de sa demande de destruction de l’affiche du Front national de la jeunesse « NON A L’ISLAMISME ». Le président du tribunal de Marseille a consacré le droit pour le Front National, dans une campagne électorale, de faire connaître son opinion sur l’islamisme.

C’est bien le moins. Il est inadmissible qu’une association comme la Licra puisse ainsi s’arroger la possibilité de brider un mouvement politique. Le Front National demande que ces ligues de « vertu », grassement subventionnées, soient mises hors d’état de nuire à la démocratie et à la liberté d’opinion.

NPI - 08.03.10

19:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un enfant retrouvé seul à Saint-Dizier - Personne ne l'a encore réclamé

Enfant retrouvé seul à St Dizier.jpg
Agé de 2 ou 3 ans il a été retrouvé dimanche midi dans le quartier du Vert Bois a Saint-Dizier.

Il errait tout seul devant un immeuble de Saint-Dizier. Les policiers, alertés par un habitant du quartier, l'ont recueilli.
L'enfant est en bonne santé, il portait sur lui des vêtements chauds et des chaussures de marque. Il a été admis au service pédiatrique de l'hôpital de Saint-Dizier.

A cette heure, personne ne l'a encore réclamé, il est impossible de l'identifier. Les policiers ont pourtant fait le tour des écoles, pédiatres et services sociaux de la ville, sans succès.

enfant St Dizier non identifié.jpg

La police lance un appel à témoins, toute personne ayant vu quelque-chose dimanche ou connaissant l'enfant peut appeler le commissariat de police de Saint-Dizier :
03 25 06 56 56

Info Champagne-Ardennes -08.03.10

19:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Morano persécute des fumeurs en Lorraine

Nadine Morano fumeurs.jpg

La secrétaire d'Etat à la Famille Nadine Morano a fait contrôler samedi par les gendarmes un bar lorrain dont les clients fumaient dans l'établissement, une pratique interdite par la loi anti-tabac, a-t-elle indiqué dimanche.

La scène s'est déroulée samedi à Neuves-Maison (Meurthe-et-Moselle), au sud de Nancy, lors de la braderie annuelle.

de liste pour les régionales en Lorraine, Laurent Hénart était accompagné par la secrétaire d'Etat, par ailleurs colistière du candidat de la majorité.

 

Visite surprise ou plan de com ? 

En pénétrant dans un café, ils découvrent alors plusieurs clients en train de fumer à l'intérieur même de l'établissement.

Mme Morano rappelle alors au patron que, depuis l'entrée en vigueur le 1er janvier 2008 de la loi anti-tabac, il est interdit de fumer dans les établissements dits «de convivialité», notamment les cafés, a expliqué la secrétaire d'Etat, confirmant une information dévoilée par L'Est Républicain dans son édition de dimanche. «Je suis ministre de la République, si j'arrive et que je ne dis rien, c'est comme si je cautionnais», a-t-elle expliqué.

Elle a ensuite tenté de faire entendre au patron et aux clients qu'ils devaient aller fumer dehors et, selon la secrétaire d'Etat, le gérant, qui n'était pas joignable dimanche en fin d'après-midi, lui aurait répondu : «S'il fallait que je respecte les lois, il y a longtemps que j'aurais fermé boutique».

Des gendarmes à la rescousse

Mme Morano s'est ensuite rendue à la gendarmerie, située de l'autre côté de la rue, où elle a signalé aux militaires la situation. «J'ai prévenu le patron que j'allais voir les gendarmes», a-t-elle indiqué.

Lorsque les gendarmes sont arrivés, «les cigarettes étaient éteintes et les cendriers évacués des tables», selon L'Est Républicain, qui indique que le gérant, convoqué, a toutefois reconnu les faits.

Il encourt une amende de 135 euros, contre 68 euros pour les fumeurs.

Le parisien- 07.04.10

 

18:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Sarkozy autorise le retour de la jeune Marocaine expulsée

Marocaine expulsée Najilae Lhimmer.jpg
Najlae Lhimer
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

En cette Journée internationale de la femme, a entendu les protestations d'associations et d'élus après l'expulsion d'une lycéenne marocaine de 19 ans, victime de violences de la part de son frère.

Ce lundi 8 mars, le chef de l'Etat s'est dit «prêt à accueillir en France» Najlae Lhimer, «si elle le souhaite».

 

Samedi 20 février, la jeune femme avait été renvoyée de force dans son pays d'origine. En situation irrégulière, elle avait eu le tort de porter plainte pour violences contre son frère qui l'hébergeait depuis 2005 dans le Loiret, rappelant ainsi son existence aux forces de l'ordre. L'affaire, dévoilée par Réseau sans frontière (RESF), avait révolté l'association féministe Ni putes ni soumises. Des élus socialistes s'étaient, peu de temps après, joints à la protestation : le cas de Najlae était d'autant plus grave, que la jeune femme risquait d'être mariée de force dans son Maroc natal, d'où son immigration il y a cinq ans en .

Ce lundi, Nicolas Sarkozy recevait à l'Elysée 22 femmes représentantes d'associations de défense des femmes, sur le thème de la lutte contre les violences faites aux femmes. Au cours de la réunion,  elles l'ont interrogé sur la situation de Najlae Lhimer.

Un engagement pris devant deux ministres et deux secrétaires d'Etat

A la sortie de l'entretien, Sihem Habchi, présidente de l'association Ni putes ni soumises, a affirmé que le chef de l'Etat avait pris «l'engagement personnel» de faire revenir en France la jeune Marocaine. «Je m'en félicite car le retour de Najlae, c'est un message lancé à toutes les femmes qui aujourd'hui peuvent se rendre dans les commissariats, dénoncer les violences qu'elles subissent et porter plainte», a-t-elle ajouté.

Deux ministres, Michèle Alliot-Marie (Justice) et Brice Hortefeux (Intérieur), et deux secrétaire d'Etat, Nadine Morano (Famille) et Fadela Amara (Politique de la Ville), ont assisté à cette réunion. 

Le Parisien - 08.03.10

18:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le massacre des innocents: Bachelot annonce la hausse des forfaits IVG

Foetus avorté de 10 semaines.jpg
Foetus avorté à 10 semaines - (photo CBR)
(Cliquez sur la photo)
foetus 9 semaines.gif
foetus 5 mois.gif
Foetus à 5 mois de grossesse

Les forfaits versés aux établissements pratiquant des avortements vont être augmentés de près de 50% dès 2010, a annoncé, lundi, la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, dans le cadre d'un plan pour améliorer la prise en charge des grossesses non désirées. Versé par la Sécurité sociale en cas d'interruption volontaire de grossesse  (IVG), cette hausse du forfait représente un montant de "27 millions d'euros  supplémentaires" et devrait avoir lieu "dans les prochaines semaines", a indiqué la ministre en conférence de presse.

Il s'agit d'une "revalorisation moyenne de l'IVG de 50%, mais ça peut être  beaucoup plus pour l'IVG instrumentale avec anesthésie, où on passe de 383 euros  à 625 euros, donc une augmentation de 63% qui couvrira les frais réels", a  également déclaré Mme Bachelot.

TF1 News - 08.03.10
Centre pour la Recherche Bioéthique: http://www.trdd.org/cbr/Resources/picturesF.html
Ouvrez ce lien et regardez d'autres photos de foetus avortés
...............................................................................................................

Le gouvernement augmente la somme versée aux cliniques et hôpitaux qui pratiquent l'avortement, pour éviter que certains établissements arrêtent cette pratique.

Roselyne Bachelot a saisi l'occasion de la Journée de la Femme, lundi, pour annoncer une augmentation de la rémunération des actes d'interruption volontaire de grossesse (IVG). La ministre de la Santé a détaillé son plan pour améliorer la prise en charge des grossesses non désirées, dans lequel elle prévoit en effet d'augmenter au niveau du coût réel les forfaits versés aux établissements pratiquant des avortements. Ce qui correspond à une augmentation de 50% du forfait IVG, qui passera ainsi de 383 à 625 euros dès 2010.

L'annonce intervient un mois après la parution d'un rapport édifiant de l'Inspection générale des Affaires sociales (Igas) sur le sujet. Ce rapport, qui pointait les carences dans la prise en charge, relevait notamment que les IVG chirurgicales (praticables jusqu'à quatorze semaines après les dernières règles) constituait une activité déficitaire pour les établissements de santé. De fait, certains d'entre eux se désengagent de cette activité, ce qui contribue à réduire le nombre de lieux de prise en charge pour les femmes.

Mal considéré, l'acte chirurgical ne suscite en outre pas de vocation dans le corps médical. La revalorisation du forfait, destinée à le rendre plus attractif, est réclamée depuis longtemps par les associations de défense du droit à l'IVG. Ces dernières font valoir que ce droit est de plus en plus difficile à appliquer et déplorent les voyages de femmes en souffrance dans des cliniques espagnoles ou néerlandaises, où tout est plus simple pour subir une IVG.

 

«Un droit toléré»

 

«On a fermé des centres d'IVG, nous recevons des femmes dont les délais légaux sont dépassés parce qu'on les promène d'un endroit à un autre», a réagi la présidente de Choisir la cause des femmes, Gisèle Halimi, sur RTL lundi matin. Si la militante féministe salue le geste de Roselyne Bachelot, elle estime toutefois qu'«on est passé d'une liberté à un droit toléré».

La ministre de la Santé a annoncé que, pour répondre au problème des zones rurales où les jeunes filles n'ont pas accès à un centre du planning familial, la mise en place d'une consultation gratuite auprès de médecins généralistes volontaires était confirmée. Les futures agences régionales de santé seront chargées d'identifier les zones et d'inciter à la signature de conventions avec les médecins. Enfin, la formation initiale des médecins sur la contraception doit être améliorée, par le biais de stages dans les centres de planification et d'éducation familiale. Les associations de défense du droit à l'IVG font en effet valoir que les médecins sont insuffisamment sensibilisés à l'avortement pendant leurs études.

Le Figaro - 08.03.10

18:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

07/03/2010

Avortement: honte à l'Espagne! Juan-Carlos doit être excommunié

Le roi Jean-Charles Ier d’Espagne a donc par sa signature, promulgué le 3 mars la loi abominable votée par les Cortès et le Sénat espagnols et qui autorise non seulement l’avortement sans aucune restriction jusqu’à la quatorzième semaine de grossesse, qui repousse à vingt-deux semaines (presque 6 mois ! alors que la médecine sait sauver des prématurés de cet âge-là !) la possibilité d’avorter “si la vie de la mère est en danger et si le fœtus montre des signes de graves malformations” (on connaît la chanson…), mais aussi la possibilité pour des jeunes filles mineures de 16 ans de se faire avorter sans consentement parental et, pour faire bonne mesure, la propagande abortionniste et homosexualiste dans les écoles publiques…

LIRE TOUT L’ARTICLE : http://www.americatho.over-blog.com/article-le-roi-d-espagne-est-il-excommunie-pro-vie-catholiques-et-canonistes-americains-s-interrogent-46160866.html

Nous partageons les souffrances de nos frères catholiques espagnols après l’arrivée de cette nouvelle loi immonde … Qu’ils sachent bien que la seule solution pour les peuples chrétiens de sortir de ce bourbier, c’est d’annihiler le libéralisme dans lequel ils se vautrent et de reconstruire la Chrétienté avec l’aide de Dieu …

Les Intransigeants - 07.03.10

23:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

Les Grecs ne veulent pas vendre leurs îles pour se renflouer

zante15.jpg
Zante
Delos temple d'isis.jpg
Délos - Temple d'Isis
1 Delos terrasse des Lions.jpg
Délos - Terrasse des lions
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

A Athènes, l’affaire faisait hier soir encore la une des journaux télévisés.  Deux jours après la proposition de députés allemands appelant la Grèce à vendre des îles pour financer sa dette, l’indignation des Grecs n’est pas retombée. Le sentiment général de l’homme de la rue est que c’est encore un coup des « germanarades », terme peu élogieux pour designer les Allemands.

Lesquels sont, de leur côté, très remontés contre une éventuelle aide financière à la Grèce, pays jugé par beaucoup dépensier et corrompu. « On vous donne du fric, donnez-nous Corfou », n’avait pas hésité à proclamer le quotidien populaire « Bild ».

Dans ce contexte tendu entre les deux pays, le du grec, Philippos Petsalnikos, pointe dans une interview à paraître demain dans le magazine allemand « Focus » le climat antigrec régnant en Allemagne. Il dénonce les commentaires « provocants » de certains responsables allemands avant de révéler que l’ambassade de Grèce à Berlin reçoit des « e-mails injurieux » de la part de citoyens allemands. « Il serait dommage que les bonnes relations soient écornées, a prévenu Philippos Petsalnikos. 350 000 Grecs vivent encore en Allemagne », conclut le responsable .
Signe de l’ampleur de la polémique, la première question posée vendredi lors de sa conférence de presse au Premier ministre grec, Giorgos Papandréou, au terme de sa visite vendredi à Angela Merkel fut de savoir s’il comptait bien vendre des îles. « Vous savez, on a versé du sang pour les garder et on aimerait bien que cela reste ainsi », répondit-il. La chancelière s’est efforcée de son côté d’apaiser les tensions, indiquant que la proposition de députés, y compris issus du CDU, son parti, de vendre des îles n’engageait pas le gouvernement.

A y regarder de plus près, cependant, l’idée n’est pas nouvelle. Au début des années 1990, les conservateurs grecs avaient envisagé de mettre quelques îlots en vente pour renflouer les caisses de l’Etat. Mais, devant le tollé, l’idée avait été abandonnée. Pourtant, le pays compte quelque 6 000 îles et îlots, dont seuls 227 sont habités. Or, le prix d’une île déserte peut varier de 2 millions d’euros à plusieurs centaines en fonction de sa taille, de son accessibilité et de sa notoriété.  Si elle dispose d’une source d’eau, le prix d’une île double automatiquement. La situation des finances publiques est si critique en Grèce « qu’il faudrait peut-être regarder dans cette direction pour trouver des fonds », estime le financier Manos Hadzidakis, de la société de courtage Pigassos. Il reste que la vente de ces bijoux du patrimoine grec ne va pas de soi. Témoin, Athina Onassis, la petite-fille de l’illustre armateur Aristote Onassis, a mis en vente l’île de son grand-père, Skorpios, il y a trois ans pour la modique somme de 300 millions de dollars. La rumeur a fait état d’un vif intérêt de la part de Madonna. Mais l’île, qui a reçu en son temps de gloire les plus grandes célébrités comme Maria Callas, est restée au rayon des invendus.
Pour le gouvernement de Giorgos Papandréou qui doit s’entretenir aujourd’hui avec Nicolas Sarkozy avant d’être reçu le 9 mars à la Maison-Blanche , cette affaire risque en tout état de cause d’empoisonner un peu plus le climat social. Après l’adoption vendredi d’un plan drastique de mesures d’austérité, le chef du gouvernement a promis hier à ses compatriotes que leurs « sacrifices auraient des résultats d’ici à trois ans ». Mais selon un sondage publié hier, 48 % des Grecs s’opposent à son plan d’austérité contre 46,6 % pour , et les syndicats ont appelé à une nouvelle grève générale le 11 mars.
Le Parisien - 07.03.10

23:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

"Les mosquées poussent comme des champignons"

Le Pen meeting 7 mars 2010.jpg
Meeting du 7 mars 2010 à Marseille - Palais des Congrès
(Cliquez sur la photo)
Le 07/03/2010 à 17h54
MARSEILLE (Reuters) - A une semaine du premier tour des élections régionales, Jean-Marie Le Pen dénonce "la présence islamiste en France", affirmant que les mosquées y "poussent comme des champignons".
Le président du Front national, tête de liste en Provence-Alpes-Côte d'Azur, tenait à Marseille son dernier meeting avant le premier tour.
"Les minarets sont comme la burqa le symbole de la présence islamiste en France", a lancé Jean-Marie Le Pen devant plusieurs centaines de militants.
"Les mosquées poussent comme des champignons et le chant du muezzin ne tardera pas à retentir dans nos rues", a-t-il poursuivi.
Dans la salle du Palais des Congrès de Marseille, les militants du Front National de la jeunesse brandissaient leurs affiches "Non à l'islamisme", représentant une femme portant un niqab noir devant une carte de France aux couleurs algériennes et cernée de minarets.
La justice doit statuer lundi sur la demande d'interdiction de cette affiche formulée par plusieurs associations antiracistes, dont la Licra et le Mrap.
"Cette affiche qui montre le drapeau algérien sur la carte de France n'est qu'une reprise du motif du tee-shirt porté par des jeunes Français de papier", a justifié Jean-Marie Le Pen.
"Ce drapeau algérien fait aussi référence aux hordes de supporters qui ont défilé par milliers derrière le drapeau fellagha", a-t-il ajouté, en référence à la qualification de l'Algérie pour la Coupe du Monde de football 2010 en novembre dernier.
Durant plus de deux heures de meeting, consacrées pour une bonne part à l'immigration et à l'islamisme, Jean-Marie Le Pen s'en est pris également à la politique de Nicolas Sarkozy.
"Ce qui va arriver, ce n'est pas la reprise, mais la re-crise", a-t-il dit.
"Seule une politique rationnelle de patriotisme économique permettra de remettre la France sur les rails. Mais il ne faut pas compter pour cela sur Nicolas Sarkozy qui est au service de ses amis du Fouquet's Club ", a-t-il ajouté.
Il a également dénoncé un échec sur la sécurité.
"Les Français sont floués, on maquille les statistiques à tour de bras. Les causes profondes de l'insécurité ne sont pas traitées par celui qui prétendait nettoyer les racailles au 'Kärcher'", a-t-il dit.
"Vous êtes un grand diseur et un petit faiseur", a-t-il lancé à l'adresse du président de la République.
François Revilla, édité par Sophie Louet
RMC.fr - 07.03.10

20:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Grippe A: facture de plus d'un milliard d'euros...

Bachelot facture.jpg
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)
La facture pour lutter contre la grippe H1N1 s'élève à plus d'un milliard d'euros, estime le Journal du dimanche (JDD), qui a notamment compilé ses propres estimations du coût de paiement des vacataires et des dépenses liées aux consultations des généralistes.

Le ministère de la Santé rétorque qu'il est "trop tôt pour valider la moindre estimation". "Nous sommes en train de traiter les différentes remontées chiffrées, l'objectif du ministère étant, dans un souci de transparence, de donner le coût constaté de la campagne de lutte contre la grippe", précise-ton dans les services de Roselyne Bachelot.

370 millions d'euros de vaccins

Pour arriver à ce chiffre, le JDD additionne le coût des doses de vaccins non annulées (370 millions d'euros), les 300 millions de masques (150 millions d'euros), l'achat des antiviraux (20 millions), les seringues et le coton (8,5 millions), la campagne de publicité (5,6 millions), le remboursement aux collectivités locales pour les locaux et les personnes mis à disposition (95 millions), le paiement des 10.000 vacataires (150 millions), l'envoi des 65 millions de convocations aux assurés sociaux (28 millions), l'achat du matériel pour la réanimation des cas les plus graves (5 millions), le traitement des déchets et acheminement des produits (41 millions) et les dépenses liées aux consultations de généralistes (145 millions). Le total atteint 1,018 milliard d'euros.

Le ministère de la Santé n'a jamais donné de chiffres précis sur la facture de la pandémie. Selon la presse et des spécialistes du secteur de la santé, elle se situerait dans la fourchette de 850 millions et 1,3 milliard d'euros.

En septembre, avant le déclenchement de la grippe, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, avait estimé le coût de la lutte contre la pandémie à 1,5 milliard d'euros, dont 1,1 milliard consacrés à l'achat de produits (vaccins, masques...) et 450 millions aux campagnes d'information, à la rémunération des médecins et du personnel. Cependant, la grippe a été moins virulente que prévu et seulement 5,6 millions de personnes ont été vaccinées, alors que le gouvernement a acheté 94 millions de doses de vaccins. Il est actuellement en négociation avec les laboratoires pharmaceutiques pour résilier les commandes de 50 millions de doses.
Le Figaro - 07.03.10

20:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)