Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/09/2008

VIDEO Thierry Meyssan à la TV russe le 12 septembre 2008 - extrait

http://www.dailymotion.com/video/x6rbpr_thierry-meyssan-i...

01:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Une exposition de la LICRA à la paroisse Saint Bonaventure à Lyon

A la paroisse Saint Bonaventure à Lyon se tient une exposition de la LICRA, à l’intérieur même du sanctuaire !


De nombreux panneaux expliquent que c’est l’Eglise qui est responsable de l’antisémitisme, qu’au Moyen-Age les chrétiens vivaient de préjugés et qu’ils s’adonnaient régulièrement à des pogroms et à d’autres actes antisémites à la sortie de la messe.

Comment peut-on tolérer de tels propos à l’intérieur même de nos églises ?

Ne nous laissons pas faire : manifestons notre mécontentement !!!

Ecrivez ce que vous pensez de cette exposition :

Au recteur du sanctuaire Saint Bonaventure :
Le Père Roger Philibert :
philibertroger@wanadoo.fr

Au responsable de la communication du diocèse de Lyon :
M. Pierre Durieux -
directeur@communication-lyon.cef.fr
Ne rien faire c’est laisser faire !! Agissez et faites circuler !!

La présentation de l’expo est visible ICI

Lien avec "Amitié judéo-chrétienne":  http://ajcf.lyon.over-blog.com/

nations presse info - 20.09.08

00:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

20/09/2008

Jean-Claude Martinez, candidat à la président du FN

Jean-Claude MARTINEZ.jpg
Jean-Claude Martinez, député européen, est né le 30 juillet 1945 à Sète

PARIS (AFP) — Jean-Claude Martinez, vice-président du FN, sera candidat à la présidence du Front National, à l'instar de Marine Le Pen et Bruno Gollnisch.

"Si on fait des primaires ouvertes, je serai candidat pour le congrès du FN en 2010", a-t-il indiqué dans une interview au quotidien Aujourd'hui en France - Le Parisien de samedi.

M. Martinez, professeur d'université, "propose un changement de fond: prendre acte de la mondialisation". "Ce serait un nationalisme d'ouverture, une nouvelle idéologie du FN", explique Jean-Claude Martinez qui sera également candidat "dans la circonscription du Sud-Ouest" aux élections européennes en 2009.

Selon lui, Marine Le Pen est "une illusion médiatique" et Bruno Gollnisch "lui, est conservateur". "Il incarne un courant traditionnel proche de la grande bourgeoisie française" et "n'amènera pas le parti au sommet, à cause de son manque de charisme", estime-t-il.

En cas de victoire de Marine à la succession de son père, Jean-Marie Le Pen, il explique qu'"elle sera candidate en 2012 à la présidentielle. Elle fera un maximum de 7%".

Et, "dans quelques années, elle sera peut-être nommée secrétaire d'Etat dans un gouvernement UMP". "Après avoir rêvé d'un grand centre commercial, nous finirons comme le petit épicier du coin", prédit M. Martinez.

23:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Manifestation à Paris contre la présence française en Afghanistan

Presence-francaise-en-afghanistan-denoncee-par-des-manifestants-a.jpg

PARIS (Reuters) - Plusieurs milliers de personnes - 2.000 selon la police - ont défilé à Paris entre la place de la République et celle de Clichy pour dénoncer la présence de troupes françaises en Afghanistan.

Cette manifestation survient à deux jours du débat sur ce sujet prévu lundi à l'Assemblée nationale, qui fait suite à l'embuscade qui a coûté la vie à 10 soldats français le 18 août.

"Troupes françaises hors d'Afghanistan", "Maintenant, tout de suite, retrait des troupes françaises", ont scandé les manifestants, parmi lesquels figuraient beaucoup de jeunes gens et de syndicalistes.

"Ce n'est pas notre guerre, ce n'est pas la guerre du peuple français", a déclaré à Reuters Caroline Minacori, enseignante à Paris. "Nous sommes dans une période de crise où l'argent doit aller à l'éducation. Nous n'avons pas à envoyer des enfants pour servir de chair à canon."

Comme elle, beaucoup de manifestants ont dénoncé le coût de la présence en Afghanistan pour les finances du pays.

"Pas un euro, pas un homme, pas une arme pour la guerre", pouvait-on lire sur une banderole. "La guerre, c'est un milliard d'euros volés à l'école, à la santé, à la Sécu", indiquait une autre.

"Cette guerre coûte des sommes folles alors qu'on n'a pas d'argent et qu'on nous demande toujours plus", a déploré Sophie, secrétaire à Pantin (Seine-Saint-Denis), en dénonçant "les massacres des populations civiles" en Afghanistan.

Des dizaines de jeunes ont défilé derrière un panneau où l'on pouvait lire "Nous voulons étudier, pas nous engager."

"Je suis fondamentalement pacifiste et pour moi cette guerre est indéfendable idéologiquement", a déclaré Timothée Poisot, étudiant de 21 ans.

"On ne peut répondre à la barbarie par une autre barbarie", a ajouté le jeune homme venu manifester avec un drapeau arc-en-ciel symbole de paix.

Selon un sondage BVA pour Orange et L'Express rendu public mardi, les Français sont à 62% opposés au maintien d'une présence militaire de la France en Afghanistan.

Dès mars dernier, les deux tiers des Français désapprouvaient la décision du président Nicolas Sarkozy d'envoyer des renforts.

Quelque 2.600 soldats français sont actuellement déployés en Afghanistan.

19:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Disparue depuis le 8 septembre

Disparition inquiétante Nord.jpg
Virginie Foreau, 19 ans
Avis de recherches

Une famille vit dans l'angoisse à Marcq-en-Baroeul, une commune de la périphérie de Lille. Le 8 septembre, Virginie Foreau a quitté le domicile familial pour se rendre à Villeneuve-d'Ascq. Depuis, ses parents ne l'ont plus revue et sont sans nouvelles. Une enquête de police est actuellement en cours. Au commissariat de Marcq, on indique que cette disparition est effectivement inquiétante.

 

Il est 9 heures en ce lundi 8 septembre. Virginie Foreau va prendre son poste dans un grand restaurant lillois, L'Écume des mers, où elle est commis de salle. À 10 heures, elle est sur place. À 11 heures, elle rentre chez elle : la période d'essai de son contrat (elle avait été embauchée le 26 août) n'a pas été concluante. Sa maman, Sylvie, prépare son dossier pour qu'elle puisse se rendre aux ASSEDIC, à Villeneuve-d'Ascq. À 13 heures, Virginie quitte le logis. Elle n'est pas reparue depuis.

Au commissariat de police de Marcq-en-Baroeul, qui nous a contactés, l'on indique que l'inquiétude est de mise. Virginie est partie sans carte d'identité, ni carte bancaire, ni téléphone portable. Elle n'a pas de permis de conduire. Elle n'a pas non plus emporté de vêtements de rechange. La maman, qui nous a également contactés, ajoute que Virginie n'a pas un euro sur elle, juste son ticket hebdomadaire de transports en commun.

Jeune fille sans histoires, personnalité calme, pas spécialement expansive mais facilement souriante, Virginie est l'aînée de trois enfants. Ce jour du 8 septembre, elle ne semblait pas spécialement secouée par la perte de son emploi. Sa mère précise : «  Elle était sans doute déçue, mais elle n'en faisait pas une catastrophe. »

« Pas une fugue »

Comment s'est-elle rendue à Villeneuve-d'Ascq ? «  Nous l'avons vue prendre la direction d'un arrêt de bus du quartier du Pont. À Lille, elle a dû prendre le métro. Mais elle n'est jamais arrivée aux ASSEDIC : j'ai consulté son dossier, sur l'Internet, il n'y a pas eu de mise à jour le 8 septembre ni les jours suivants. » Au total ni Sylvie Foreau ni son époux ne croient à une fugue : «  Elle n'avait pas de petit ami. Nous savons également qu'elle n'est pas allée chez sa grand-mère - qui m'aurait aussitôt prévenue - ou chez d'autres membres de la famille. En fait, on perd sa trace peu après sa sortie de la maison. »

 Les services de police lancent un avis de recherches. Ils prient toute personne qui l'aurait aperçue de bien vouloir prendre contact avec eux. Le jour de sa disparition, Virginie, 19 ans mais paraissant moins que son âge, portait un T-shirt rouge à manches longues orné du logo Estri, un jean bleu, une veste longue légère de couleur marron, et des mocassins marron avec de petites perles. Elle est mince, mesure 1,75 m, a les cheveux mi-longs châtain clair et les yeux marron. •

PHILIPPE LEROUX  - LA VOIX DU NORD 20.09.08

> Commissariat de police de Marcq-en-Baroeul, au 03 20 66 20 00.

Suicide d'un enseignant de 38 ans: quelques précisions sur les faits...

Un professeur du collège César-Savart de Saint-Michel (Aisne) a mis fin à ses jours hier après avoir passé une journée en garde à vue. L'homme avait été entendu par les gendarmes parce qu'un de ses élèves l'avait accusé de lui avoir donné un coup de poing.

 

Mardi, après le dernier cours du matin, un collégien de 15 ans monte sur son booster et rentre chez lui. Il est en retard, son père commençait à s'inquiéter. L'adolescent lui raconte alors que son professeur de physique l'a retenu après la fin du cours qu'il lui a donné un coup de poing pour avoir refusé de remettre son carnet de correspondance.

Le père se fâche. Le lendemain matin lui et son fils se rendent à la gendarmerie pour déposer une plainte pour coups et blessures.

Jeudi matin, l'enseignant est placé en garde à vue pour être entendu par les gendarmes. Il donne une tout autre version de ce qu'il s'est passé mardi matin et nie catégoriquement être l'auteur de violences.

En fin d'après-midi, le collégien est lui aussi convoqué par les enquêteurs. Une confrontation a lieu entre le prof et son élève, mais les deux parties camperont sur leurs déclarations. À l'issue de la confrontation, l'enseignant est remis en liberté.

À ce moment-là, rien ne laisse présager la tournure dramatique que prendra cette affaire. Hier matin, le procureur de la République Olivier Hussenet déclarait qu'il n'y avait «  aucune raison de poursuivre cet enseignant. Ça se passe dans une salle de classe : un lieu clos, sans témoins. C'est la parole de l'un contre la parole de l'autre ». Selon lui, l'enquête de gendarmerie devait permettre d'y voir plus clair.

Affaire « prof gifleur bis », en plus grave, en perspective ? Simple invention d'un adolescent ? Difficile de savoir qui, de l'enseignant ou de l'élève, disait la vérité. L'adolescent pourrait éventuellement revenir sur sa déclaration, pas le professeur.

Hier en début d'après-midi, le principal du collège, inquiet de ne pas avoir vu l'enseignant de la matinée alors qu'il était censé assurer des cours, alerte les gendarmes. Ce sont les sapeurs-pompiers qui, vers 15 heures, frappent à la porte de son domicile qui devront briser une vitre pour entrer. Pour y trouver le corps sans vie de l'enseignant, qui a mis fin à ses jours. Jean-Luc Bubert avait 38 ans.

LA VOIX DU NORD - 20 septembre 2008

18:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (18)

L'Allemagne et ses démons suicidaires

Cologne policiers face à des manifetants d'ext gauche.jpg
Cologne: des policiers face aux manifestants d'extrême gauche pro-islam

Au premier jour du « congrès anti-islamisation » organisé ce week-end à Cologne, une foule bigarrée a formé une chaîne humaine, hier, devant le siège du Ditib, le syndicat de la communauté turque en Allemagne. De jeunes étudiantes blondes tiennent la main à des femmes voilées d'origine turque. Des sympathisants communistes fraternisent avec des élus du parti libéral (FDP-centre droit). Quelque 500 personnes se sont ainsi rassemblées, pour protester contre la venue dans leur ville de militants d'extrême droite.

Face à une montée du nationalisme, qui commence à inquiéter en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (NRW), le message inscrit sur des dizaines de banderoles se veut très ferme. « Nazis dehors ». « Plus jamais de fascisme, non au fondamentalisme ». « Temple, église, synagogue, mosquée, tout est OK ». « Attention à la peste brune. »

 Le mouvement Pro Köln (Pour Cologne), qui dénonce « l'islamisation de l'Allemagne » et en particulier la construction d'une grande mosquée à Cologne, a convié des personnalités européennes de la droite la plus radicale à ce « congrès » dont le point d'orgue sera un rassemblement prévu cet après-midi dans le vieux centre-ville, avec des discours sur le thème de la défense des valeurs chrétiennes.

 Les autorités, qui redoutent des heurts, ont déployé 3 000 policiers. Quelque 1 500 militants d'extrême droite et 40 000 contre-manifestants de tous bords sont attendus.

 

« Idées nauséabondes »

 

Pro Köln a notamment invité Filip Dewinter, le leader du parti flamand Vlaams Belang, Andreas Mölzer, député européen du parti autrichien FPÖ, l'Italien Mario Borghezio, député européen de la Ligue du Nord, des Britanniques et des Espagnols. Le Français Jean-Marie Le Pen, président du Front national (FN), a, quant à lui, décliné l'invitation. Pro Köln a aussi prévu une visite en bus des quartiers « multiculturels » de la ville, dont il dénonce l'extension.

Formé en 2004 pour lutter contre la construction d'une mosquée, Pro Köln compte 4 élus municipaux à Cologne. Et pourrait entrer au Landtag (Parlement) de NRW lors des élections régionales de 2010. « Le populisme de droite s'exprime aujourd'hui dans un soi-disant soulèvement citoyen, c'est très inquiétant », estime Charlotte Knoblauch, présidente du Conseil central juif allemand.

En réaction, 150 bars de Cologne affichent le slogan « pas de Kölsch (bière locale) pour les nazis ». Des groupes de manifestants « anti-extrême droite » sont rassemblés à chaque halte prévue sur le parcours. Le siège de la Ditib dans le quartier d'Erhenfeld, où doit être érigée la grande mosquée, figure au programme. « Les radicaux d'extrême droite de toute l'Europe se sont donné rendez-vous à Cologne, s'indigne le maire du quartier, Josef Wirges. Il était hors de question que nous les laissions nous scruter comme des animaux dans un zoo pendant leur tournée en bus. Nous sommes venus dire qu'ils n'ont pas leur place ici. Ils utilisent le problème des mosquées et de l'intégration, pour propager leurs idées nauséabondes et reprendre pied dans notre société. Nous sommes ici pour leur barrer la route. »

Le maire chrétien-démocrate (CDU, droite) de Cologne, Fritz Schramma, s'est battu, parfois contre les élus municipaux de son parti pour imposer la grande mosquée. Avec deux minarets de 55 mètres de haut et une capacité d'accueil de 2 000 places, elle sera la plus grande du pays, qui en compte 159 pour 3,4 millions de fidèles musulmans. Les travaux doivent commencer en 2010. Les élus de la CDU jugent que l'édifice, trop visible à leur goût, nuit à l'intégration. Mais ils se démarquent clairement des radicaux de Pro Köln, qui veulent empêcher purement et simplement sa construction. « De même que nous sommes fiers de nos églises et de notre cathédrale à Cologne, nous sommes fiers de notre grande mosquée et de nos synagogues, scande Schramma. La liberté religieuse fait partie de la démocratie. Elle est inscrite dans notre loi fondamentale. Vive la tolérance. »

Le Figaro - 20.09.08

18:21 Publié dans Blog | Tags : mouvement pro-köln | Lien permanent | Commentaires (10)

Pourquoi ce voyage à Jérusalem?

Dati en Israel - esplanade des mosquées.jpg
Sur l'esplanades des Mosquées
La ministre française de la justice, Rachida Dati, a entamé samedi une tournée de trois jours en Israël et dans les territoires palestiniens par une visite de l'esplanade des Mosquées, dans la Vieille ville de Jérusalem.


Lors de sa visite sur ce troisième lieu saint de l'Islam (après La Mecque et Médine), un édile musulman, cheikh Abed al Azim Salhab, s'est plaint auprès de Mme Dati "des souffrances des fidèles (de Cisjordanie) qui se voient interdire l'accès à ce lieu de prière" du fait des sévères restrictions israéliennes à l'entrée de Jérusalem-est, annexée après sa conquête par Israël en juin 1967.


Mme Dati est née en France d'un père marocain et d'une mère algérienne. (a-t-elle triple nationalité?)
Cheikh Salhab, qui préside le Conseil suprême du Waqf, l'office des biens musulman, lui a demandé "d'intervenir auprès des autorités israéliennes pour faciliter le passage des fidèles", a constaté la correspondante de l'AFP.
Rachida Dati, les cheveux recouverts par respect pour la tradition musulmane, a visité la mosquée d'Al Aqsa et la mosquée du Dôme du Rocher à la célèbre coupole dorée, puis s'est rendue au musée islamique, situé sur l'Esplanade où le conservateur lui a remis un Coran en cadeau.
Elle a ensuite visité l'église St Anne, domaine de la France, également située dans la Vieille ville, dans la partie orientale de la ville sainte.
Au terme de cette visite, elle s'est rendue à Ramallah, le centre politique et administratif palestinien de Cisjordanie, en zone autonome au nord de Jérusalem, pour y être reçue par le ministre de l'Intérieur, le général Al Yahia et par son homologue palestinien Ali Khashan.
La ministre française doit signer à cette occasion un accord de coopération dans le domaine de la justice avec l'Autorité palestinienne présidée par Mahmoud Abbas.
Dans une interview au quotidien palestinien Al Ayam, proche de l'Autorité palestinienne, la ministre a souligné le voeu de la France "d'aider le peuple palestinien à établir un Etat de droit".

Rachida Dati doit entamer dimanche le volet israélien de sa visite par une rencontre avec le président Shimon Peres ainsi qu'avec son homologue israélien Daniel Friedmann.
Elle devrait aussi se rendre au Mur des lamentations, qu'elle n'a pu visiter samedi à cause des services de prières du Shabbat.
Situé au pied de l'Esplanade, le "Kotel Maaravi" (Mur occidental) est le lieu de pèlerinage le plus sacré du judaïsme, comme vestige du Temple biblique.
Elle doit également visiter dans la matinée le Mémorial de la Shoah de Yad Vashem, à Jérusalem-ouest, qui commémore le génocide nazi durant la Seconde guerre mondiale.
Des rencontres avec de hauts responsables politiques sont prévues lundi, alors qu'Israël est en pleine crise politique, avec la probable annonce dimanche de la démission du Premier ministre Ehud Olmert.

AFP - 20.09.08

 

17:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Passage à niveau: collision mortelle

accident-carambolage-picto-2389385_1378.jpg

Les circonstances de l'accident entre un train de marchandises et un véhicule sur un passage à niveau restent à établir, plusieurs après ce drame, qui a fait deux morts et un blessé dans la nuit de  vendredi à samedi à Saulxures-les-Vannes, dans la Meurthe-et-Moselle. Les personnes décédées sont "une jeune femme et un ou une passagère" d'un véhicule immatriculé dans le Morbihan qui est entré en collision avec le train  qui l'a traîné sur 600 mètres, a précisé samedi matin la préfecture.

La voiture s'est encastrée sous la motrice, rendant longue et difficile la désincarcération des deux victimes.

Le blessé est le conducteur du train. Très choqué, il aurait  déclaré que le véhicule heurté "était immobilisé sur la voie", selon un responsable régional de la SNCF. Le train qui transportait du fret de Metz à Dijon, roulait à 100 km/h, "ce qui est une vitesse normale", pour le responsable SNCF. D'après les premiers éléments, les barrières automatiques ne seraient pas endommagées mais l'enquête de gendarmerie "ne fait que commencer", selon la préfecture de Meurthe-et-Moselle.

Ce passage à niveau automatique "n'est pas signalé dangereux" et "a fonctionné correctement", a précisé la préfecture, ajoutant que la route ne présente pas de virages sur cette portion permettant une bonne visibilité des signaux optiques se déclenchant avant le passage d'un train. Selon la SNCF, il y a eu deux accidents mortels en 2007 sur des passages à niveau du département. Dans l'un des cas, il s'est avéré qu'il s'agissait d'un suicide, a expliqué Denis Lorrain, directeur de cabinet à la région SNCF de  Metz.

D'après agence - 20.09.08

17:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEO Interview de Marine Le Pen le 19 septembre 2008

http://www.dailymotion.com/video/x6t4u2_interview-marine-...

16:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Suicide du professeur mis en garde à vue à la suite de l'accusation d'un élève

Collège césar Savart Aisne.jpg

Un professeur de l'Aisne, placé quelques heures jeudi en garde à vue après la plainte d'un élève qui l'accusait de lui avoir donné un coup de poing, a été retrouvé pendu à son domicile vendredi, a-t-on appris samedi de source judiciaire.

  Enseignant au collège César-Savart de Saint-Michel, le professeur, retrouvé vendredi par les pompiers et les gendarmes, avait "de gros problèmes familiaux", a indiqué à l'AFP le procureur de Laon Olivier Hussenet, qui a toutefois estimé que la garde à vue avait pu être "un élément déclencheur" du suicide.

Le professeur de sciences, âgé de 38 ans, aurait eu un différend mardi avec un élève de 15 ans, arrivé en retard en classe.

Lors d'une explication sans témoin, à la fin de la classe et dans la salle de cours, il aurait donné un coup de poing à l'élève, lequel, muni d'un certificat médical établi le jour des faits, avait porté plainte avec ses parents mercredi. 

Le professeur, qui a toujours nié les faits, avait été placé en garde à vue jeudi matin pour violences ayant entraîné une incapacité totale de travail (ITT) inférieure à huit jours par une personne chargée d'une mission de service public. Sa garde à vue avait été levée jeudi en fin d'après-midi.

Installé "depuis 15 ans" dans la région, il avait ensuite été raccompagné chez lui par le principal du collège.

Le suicide, qui a eu lieu "dans la nuit de jeudi à vendredi", "ne fait aucun doute", selon le procureur.

Le professeur avait laissé un mot annonçant qu'il allait mettre fin à ses jours, et dans lequel "il n'y a rien sur les raisons de son geste", a ajouté M. Hussenet, qui s'est dit "consterné par ce drame".

La vie privée de cet enseignant, qui avait mis en vente son domicile, "était en train de se défaire", selon le magistrat qui a évoqué notamment "une séparation de couple", sans autre précision. "Ca a pu avoir une incidence sur le plan professionnel", a-t-il estimé.

Si, de fait, "l'action publique est éteinte", l'enquête sur les faits présumés de violence "va se poursuivre discrètement, une fois que l'émotion sera retombée", selon le procureur, qui indique que d'autres élèves, d'autres parents et d'autres professeurs seront entendus.

AFP. 20.09.08

16:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO La Marche de Radetzky - Johann Strauss Sr. - Karajan

Radetzky-von-radetz.jpg

http://fr.youtube.com/watch?v=FHFf7NIwOHQ

 

Joseph Wenzel Radetzky von Radetz, couramment appelé comte Joseph Radetzky, était un maréchal autrichien d'ascendance tchèque, né le 2 novembre 1766 à Trebnitz (auj. Trebenice, Bohême), mort le 5 janvier 1858 à Milan.

Commandant en chef de l'armée autrichienne en Lombardo-Vénitie, il fut chargé du rétablissement de l'ordre suite aux révolutions de 1848 qui ébranlèrent l'empire d'Autriche. Il mena plusieurs batailles en 1848 et 1849 (Santa Lucia, 6 mai 1848 ; Vicenza, 10 juin 1848 ; Custoza, 25 juillet 1848 ; Mortara et Novare, mars 1849). Le français Georges de Pimodan sera son aide de camp.

(Source Wikipedia)

 

 

02:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO "Le Pouvoir, c'est nous"

http://www.wntube.net/play.php?vid=626

Michel Drucker, né en 1942 à Vire, est le fils d’Abraham Drucker, juif natif de Davideni en Autriche-Hongrie (aujourd'hui en Roumanie), et de Lola Schafler, juive d'origine viennoise, arrivés en France en 1925 et naturalisés Français dans les années 1930.

Son père s’est installé comme médecin de campagne à Saint-Sever-Calvados puis à Vire dans le Calvados. Pendant la seconde guerre mondiale, il a été médecin-chef du camp de Drancy.

Il est le frère de Jean Drucker et l’oncle de la journaliste Marie Drucker ( fille de Jean ) et de l’actrice Léa Drucker ( fille de son autre frère Jacques , professeur de médecine à Washington ). Marié à Las Vegas à l’actrice Dany Saval, il est le beau-père de Stéphanie, décoratrice de plateau de télévision (notamment ceux de Michel), que Dany Saval a eu d'une première union avec le compositeur Maurice Jarre.

(Source Wikipedia)

01:53 Publié dans Blog | Tags : michel drucker | Lien permanent | Commentaires (5)

Fillon jette Borloo: "les taxes vertes, c'est fini!"

"Il a fait son travail de chef du gouvernement et je l'en remercie vraiment".

Désavoué par le premier ministre, Borloo fait profil bas devant les caméras.

Le ministre de l'Ecologie avait souhaité instaurer le même système sur les produits électro-ménagers... Puis on a parlé de "taxe pique-nique", une taxe supplémentaire sur la vaisselle en plastique.

"Pas question d'étendre pour l'instant le bonus-malus à d'autres produits que la voiture. Le contexte économique n'est pas favorable." a répondu François Fillon.

Le ministre de l'Ecologie, qui s'exprimait à l'issue d'une visite à Monaco, a salué l'arbitrage du Premier ministre sur ce sujet. "Il a fait son travail de chef du gouvernement et je l'en remercie vraiment".
Le Post- 19.09.08


01:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Ici, le tchador, ça ne passe pas!

C'est ce qu'on aurait répondu à cette jeune femme qui voulait s'inscrire dans une auto-école...

"Je me suis sentie rabaissée, comme si, parce que j'étais une femme musulmane prtaiquante, j'étais indigne de passer mon permis." déclare sur France 3, Sabeh Kadi, 26 ans, qui s'est vu refouler d'une auto-école, au prétexte que les "tchadors" et "foulards" étaient "interdits".

L'auto-école, elle, invoque le règlement intérieur de l'établissement et la "République". Illégal répond Me Yassine Bouzrou, sur France 3.

01:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

La femme de BHL réalise un film porno hautement intellectuel

arielle-dombasle-2256834.jpg

Canal+ diffusera le 25 octobre, à partir de minuit, cinq court-métrages à caractère pornographique réalisés par les actrices Arielle Dombasle, Héléna Noguerra, Lola Doillon et Mélanie Laurent, et la réalisatrice Laetitia Masson, avec la volonté de révolutionner le genre par un regard féminin.
 
Produits avec la participation de Canal+ et du Centre national de la Cinématographie, ces films qui se veulent d'un genre nouveau, baptisé "X-plicit films", sont "à l'écoute du plaisir féminin, en prenant en compte ses critères esthétiques", assure la société de production SecondSexe.
 
Les principaux critères des "X-plicit Films" sont "une montée progressive du désir, un parti-pris esthétique, des acteurs et actrices naturels et des sensations justes où la libido féminine est au centre de la proposition", a expliqué à l'AFP Sophie Bramly, fondatrice de SecondSexe.
 
Les 5 films (interdits aux moins de 18 ans) que diffusera Canal+ le 25 octobre sont: "Peep-Show Heros" d'Héléna Noguerra, "Le bijou indiscret" d'Arielle Dombasle, "Se faire prendre au jeu" de Lola Doillon, "Enculées" de Laetitia Masson et "A ses pieds" de Mélanie Laurent.

Seront-elles devant ou derrière la caméra?

00:23 Publié dans Blog | Tags : culture dégénérée | Lien permanent | Commentaires (1)

Un prof en garde à vue: il aurait donné un coup de poing à un élève

Un professeur d'un collège de l'Aisne a été brièvement placé en garde à vue jeudi 18 après une plainte d'un de ses élèves qui l'a accusé de lui avoir donné "un coup de poing", a indiqué vendredi le parquet de Laon. Enseignant au collège César-Savart de Saint-Michel, dans l'Aisne, le professeur aurait eu un différend mardi avec l'élève, âgé de 15 ans, arrivé en retard en classe. C'est lors d'une explication "sans témoin, à la fin de la classe" et dans la salle de cours, que l'enseignant aurait donné un coup de poing à l'élève, lequel a porté plainte avec ses parents mercredi, a précisé le parquet.
 
Le professeur, qui "nie les faits", a été placé en garde à vue jeudi matin pour "violences ayant entraîné une incapacité totale de travail inférieure à huit jours par une personne chargée d'une mission de service public", selon le parquet.

Sa garde à vue "a été levée jeudi en fin d'après-midi, l'enquête se poursuit" et une décision sera prise "sans doute la semaine prochaine" sur les suites à donner à cette affaire, toujours selon le parquet qui ajoute que le collège n'a pas la réputation d'être particulièrement sensible.

00:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Une Algérienne brûle la main de sa fille pour l'empêcher de se marier avec un Français chrétien

RACISME ANTICHRETIEN

Une peine de six mois de prison avec sursis a été requise par le parquet de Mulhouse contre une Algérienne qui avait brûlé la main de sa fille pour l'empêcher de se marier avec un Français chrétien, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.
 
Cette mère musulmane de 49 ans avait demandé à maintes reprises à sa fille de 20 ans de mettre fin à sa liaison avec son ami français. Lundi soir, la jeune fille est rentrée à la maison avec un suçon. Le lendemain matin, la mère a chauffé à blanc un couteau et d'abord tenté de marquer sa fille au bras avant de lui brûler la main au 2e degré. La jeune fille, qui a subi une interruption temporaire de travail de trois jours, a porté plainte.
 
A l'audience jeudi en comparution immédiate, devant le tribunal correctionnel de Mulhouse, la mère a reconnu des menaces de mort contre sa fille mais a assuré qu'elle n'avait jamais voulu aller jusque là et qu'elle regrettait ses violences.
 
"Ma mère a rencontré les parents de mon ami et je pensais que tout allait s'arranger, mais finalement, elle a estimé que même s'il se convertissait, il aurait toujours du sang chrétien dans les veines", a déclaré sa fille en affirmant qu'elle était "embarrassée" par cette affaire, car elle aimait sa mère.
 
Le parquet a requis six mois avec sursis, une mise à l'épreuve de trois ans et une obligation de soin contre la prévenue. L'affaire a été renvoyée au 24 octobre après son expertise psychiatrique.

LCI.fr - 19.09.08
 

19/09/2008

Poutine et Fillon veulent des "liens étroits" entre la Russie et l'Europe

Poutine - Fillon.jpg

Vladimir Poutine et François Fillon, les Premiers ministres russe et français, ont insisté ensemble vendredi sur la nécessité de "liens étroits" entre la Russie et l'Europe pour garantir "la stabilité et la paix".

"Plus l'Europe et la Russie se parleront, entretiendront des relations confiantes, auront des liens économiques étroits, plus la stabilité et la paix seront faciles à construire", a affirmé M. Fillon à son arrivée à la résidence officielle de son homologue russe à Sotchi.

"Je suis absolument d'accord avec vous", a aussitôt répondu M. Poutine, lors d'un bref entretien devant la presse, en préambule à un dîner des deux dirigeants.

Ces propos interviennent au lendemain de vives critiques exprimées contre la Russie par la secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice.

La rencontre Poutine - Fillon a lieu dans le cadre d'un séminaire gouvernemental franco-russe prévu de longue date, mais qui était resté en suspens ces dernières semaines en raison de la crise géorgienne.

"Nous avons tenu à ce que cette rencontre puisse avoir lieu à la date qui avait été fixée", a souligné vendredi M. Fillon, "car nous attachons une grande importance au renforcement du partenariat entre l'Union européenne et la Russie".

M. Poutine a loué en retour "la ténacité, le talent diplomatique, la patience" de Nicolas Sarkozy dans la crise, et reconnu que la France avait "une grande responsabilité" en conduisant actuellement la diplomatie de l'UE.

Il a également réaffirmé que "tous les accords obtenus grâce aux efforts du président français vont être réalisés".

Lors d'un sommet extraordinaire tenu le 1er septembre, les pays de l'UE avaient décidé de geler les négociations pour un nouveau partenariat stratégique UE-Russie, destiné à resserrer les liens politiques, économiques et énergétiques. II s'agit de la seule mesure prise par les Européens à l'encontre de la Russie, depuis le début du conflit avec la Géorgie.

La secrétaire d'Etat américaine Condoleezza Rice avait appelé jeudi les Européens à l'unité face à une Russie qu'elle jugeait de plus en plus "autoritaire" et "agressive". AFP. 19.09.08

 

23:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

MAM se ridiculise avec Edvige

MAM Edvige édulcoré.jpg
Sévèrement recadrée par Fillon, MAM refera sa copie autant de fois qu'il le faudra pour satisfaire la gauche et le lobby homosexuel

Après l'annonce de la refonte d'Edvige, les opposants à la création de ce fichier de police ont crié victoire, mais ils restent vigilants, évoquant notamment le maintien du fichage des mineurs. Le principal syndicat du monde enseignant, la FSU, a ainsi salué un "indéniable premier succès pour tous ceux qui se sont mobilisés". "Nous, nous attendons de voir pour y croire", a pour sa part indiqué Emmanuelle Perreux, présidente du Syndicat de la magistrature. "Mais ce qui nous inquiète énormément, c'est le fichage des mineurs. Avec un droit à l'oubli à leur majorité certes, mais l'oubli de quoi lorsque l'on n'a rien fait ?", ajoute-t-elle.

Pour Aides, membre du collectif d'associations qui avait déposé un recours auprès du Conseil d'Etat contre le fichier, "il semble y avoir des avancées", principalement sur la question de l'inscription de l'orientation sexuelle et de l'état de santé, mais "ce n'est pas encore limpide et on a besoin de garanties". "Nous maintenons notre volonté d'abrogation du décret", explique Olivier Dénoue, directeur délégué de Aides.

Même son de cloche chez Act UP, où Emmanuel Chateau, chargé de la prévention, regrette l'absence de concertation "contrairement à ce que nous avait promis Nicolas Sarkozy".

Plusieurs formations politiques ont également manifesté leur mécontentement, face à cette nouvelle mouture du fichier. Les sénateurs communistes, jugeant "inadmissible" la présentation d'un nouveau décret sur le ficher de renseignement Edvige, demandent "instamment que toute question qui relève des libertés publiques fasse l'objet d'un débat et d'un vote au Parlement". La Ligue communiste révolutionnaire d'Olivier Besancenot a aussi réclamé "le retrait et le non-remplacement" du fichier de renseignement, estimant que dans les projets du gouvernement "le fichage des mineurs à partir de 13 ans, simplement suspectés de pouvoir troubler l'ordre public, va rester".

AMERTUME DE LA POLICE

Le député Nouveau Centre Jean-Christophe Lagarde s'est quant à lui félicité de la présentation d'un nouveau décret sur le fichier Edvige, mettant en avant "l'intervention décisive" du ministre de la défense et président du NC, Hervé Morin. "Face à la mobilisation des associations et suite à l'intervention décisive d'Hervé Morin et des parlementaires du Nouveau Centre, le gouvernement a pris conscience que le contenu du fichier Edvige n'était pas acceptable", déclare-t-il dans un communiqué.

Cette version édulcorée du fichier de police a été accueillie avec amertume par les syndicats de policiers. David Barras secrétaire national du Syndicat national des officiers de police (SNOP, majoritaire), a estimé à propos de la polémique suscitée par la création d'Edvige qu'il s'agissait "d'une polémique politicienne qui a touché le rôle et les missions des services de renseignement, et au-delà toute l'institution policière". Bruno Beschizza, secrétaire général du syndicat Synergie, second syndicat des officiers de police, a pour sa part fustigé "un débat philosophique entre bobos parisiens dont 95 % n'avaient pas lu les 54 lignes concernant Edvige".

LE MONDE - 19.09.08

20:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)