Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/07/2008

VIDEO Le premier feu de l'été à La Ciotat

http://www.dailymotion.com/video/x64laz_incendie-de-la-ci...

Le 14 juillet, incendie criminel à La Ciotat, rapidement maîtrisé grâce aux pompiers, aux hélicos et aux Canadairs. Les incendiaires choisissent les jours de fort mistral pour que le feu se propage rapidement dans les pinèdes et atteignent les constructions.

Le blog de Marseille: http://www.tout-marseille.fr/blog/exclu-incendie-de-la-ci...

La Ciotat est une commune située dans le département des Bouches-du-Rhône et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, à 31 kilomètres à l'Est de Marseille.

Assise au fond d'une baie en croissant, la ville, adossée au Bec de l'Aigle et au Cap Canaille - point culminant de son territoire - fait face à la mer.

Autour de la ville, d'ouest en est, on trouve :

  • Cassis que l'on peut rejoindre par la superbe "route des crêtes" offrant des points de vue magnifiques ;
  • Ceyreste, qui ne formait qu'une avec la ville avant que celle-ci ne prenne son indépendance ;
  • Saint-Cyr-sur-Mer-Les Lecques enfin, au bout de la baie, qui marque le début du Var.

Nicolas Vizioz, le tireur de Carcassonne

115388532_resize_crop320par220.jpg
Balle réelle (g) et balle à blanc: il est impossible de les confondre.
La thèse d'un tir par négligence ne convainc pas le Franco-Suisse Hans Wolf. L'ex-légionnaire, en retraite à Chêne-Bougeries, ne connaît pas le sergent du 3e régiment parachutiste de marine qui a tiré à balles réelles, faisant 17 blessés à Carcassonne. Mais il connaît les armes et l'armée. Et les explications du sergent Nicolas Vizioz qui dit avoir «inconsciemment complété un chargeur dans lequel restaient des balles réelles», le laissent perplexe.

«Tout militaire vide totalement son chargeur avant de le compléter pour s'assurer que la plaque de poussée des balles affleure bien», explique-t-il. Le Parquet de Montpellier indiquait hier que le chargeur de 25 balles du fusil Famas a tiré «des balles à blanc, puis de 10 à 15 balles réelles». Ce fait est troublant pour Hans Wolf: «Les balles à blanc et les balles réelles ne sont pas de même couleur et ne peuvent être confondues. Les munitions remises pour l'exercice sont comptées et recomptées systématiquement.» Il s'étonne aussi que le sergent, bien noté, ait pu risquer de tirer à balles réelles avec «un bouchon de tir à blanc en plastique qui peut provoquer l'implosion de l'arme» et penche donc pour une malveillance.

Au Service d'information de l'armée de terre, à Paris, le lieutenant-colonel Le Testu confirme toutes les objections techniques mais ne doute pas de la «faute professionnelle grave». «La particularité de l'affaire de Carcassonne, c'est que le tireur était le responsable munitionnaire des dix hommes de son commando.» Il était donc bien placé pour redoubler d'attention et connaître le règlement qui interdit toute possession de munitions, hors exercice.

 La Tribune de Genève

22:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (24)

La blanche Colombienne et le soldat Shalit

Gilad Shalit, soldat.jpg
Gilad Shalit, 19 ans, soldat de Tsahal
Bétancourt décorée de la légion d'honneur.jpg
Ingrid Betancourt a été décorée lundi de la Légion d'honneur par Nicolas Sarközy, à l'occasion de la fête nationale du 14 juillet. En lui remettant les insignes de chevalier de la Légion d'honneur lors de la traditionnelle garden-party de l'Elysée, le chef de l'Etat a rendu hommage à cette femme qui a su rester "digne, droite, fière et courageuse", pendant ses "six ans et cinq mois de captivité aux mains de tortionnaires moyenâgeux".

"La République veut vous témoigner son admiration, sa reconnaissance", lui a dit Nicolas Sarközy. Il l'a invitée à rester encore en France, "où vous êtes bien, en sécurité, où l'on vous aime", lui a-t-il également assuré. Le président Sarközy a également parlé de "tous ceux, qui, dans le monde sont prisonniers", invitant à rester mobilisés pour eux, comme on l'a fait pour Ingrid Betancourt, "car ce qu'on fait, ça sert", a-t-il dit.

"Je ne mérite pas cette décoration"

Après s'être vu remettre par le président un gros bouquet de roses, Ingrid Betancourt, chignon haut et robe violette agrémentée d'une broche représentant une colombe de la paix, s'est exclamée d'une voix émue : "Habillée en femme, je redeviens peu à peu moi-même".
 
"Je suis bien consciente que je ne mérite pas cette décoration mais elle me fait tellement plaisir", a expliqué l'ex-otage. "Mon coeur se serre" en pensant "à mes compagnons d'infortune encore en captivité" qui, après l'opération militaire colombienne qui l'a délivrée avec quatorze autres otages, "doivent être probablement encore moins bien traités". "Il faut qu'ils soient libérés très vite. Je compte sur vous, monsieur le Président", a ajouté Ingrid Betancourt, qui a prononcé une partie de son discours en espagnol.

Nicolas Sarkozy n'oublie pas le soldat Gilad Shalit

Le président Nicolas Sarközy a promis lundi de "se mobiliser pour faire sortir Gilad Shalit", le soldat franco-israélien détenu en otage par le Hamas à Gaza depuis plus deux ans. Samedi et dimanche, à l'occasion du lancement de l'Union pour la Méditerranée à Paris, la quarantaine de chefs d'Etat présents "ont beaucoup parlé de Gilad Shalit", a ajouté Nicolas Sarközy.

LCI fr. 14 juillet 2008
Ingrid Betancourt était une otage des FARC. Gilad Shalit, soldat de Tsahal, n'a pas été enlevé, mais fait prisonnier de guerre par le Hamas.

18:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

La Fête "nationale" dans les banlieues: l'assimilation n'est pas pour demain!

Incendie voitures 13-14 juilltet.jpg
AFP.14.07.08.

297 véhicules ont été incendiés en France, ainsi qu'un gymnase dans le Val-d'Oise, et 121 personnes ont été interpellées sur le territoire national dans la nuit du 13 au 14 juillet, selon un bilan dressé lundi à 08H00 par le ministère de l'Intérieur.

Selon ce bilan, sur les 297 véhicules incendiés, la majorité l'a été en Ile-de-France avec 211 véhicules détruits par les flammes.

Lors de cette nuit du 13 au 14 juillet, au niveau national, 121 personnes ont été interpellées, dont 102 en Ile-de-France, et 72 ont été placées en garde à vue, dont 52 en Ile-de-France.

En 2007, un bilan arrêté plus tôt, à 06H00, par le ministère de l'Intérieur, avait fait état, pour la nuit du 13 au 14 juillet, de 266 véhicules incendiés dont 195 en Ile-de-France, 100 personnes interpellées, dont 89 en Ile-de-France, et 46 placées en garde à vue dont 43 en Ile-de-France.

Dans les Hauts-de-Seine, à Asnières-sur-Seine, un commissaire de police a été blessé par le ricochet d'un tir d'un engin pyrotechnique. Son état de santé n'a pas été précisé.

A Gonesse (Val-d'Oise), un gymnase de 8.000 m2 a été à moitié détruit par un incendie "d'apparence criminelle", avait indiqué dans la nuit une source policière.

 Dans l'Essonne, la police a essuyé plusieurs caillassages: entre 23H00 et 01H00 du matin dans le quartier Les Grands Ensembles à Massy, et aussi à Corbeil-Essonnes dans le quartier de Montconseil. A Grigny, les vitres d'un bus ont été brisées par des jets de projectiles et deux personnes ont été légèrement blessées, dont une hospitalisée.

A Massy, la police a fait état d'attroupements "violents" qui se sont soldés par deux interpellations.

Sept feux de véhicules, et 18 feux de conteneurs, "à peine plus qu'un samedi agité", ont été enregistrés dans le département.

En Seine-Saint-Denis, la police a procédé à une trentaine d'interpellations, vingt voitures incendiées ayant été comptabilisées à 02H00 du matin.

Dans les Yvelines, selon les pompiers, il n'y a pas eu d'incidents majeurs: une vingtaine de voitures et de poubelles ont été incendiées, principalement à Mantes-La-Jolie, Les Mureaux, Sartrouville et Elancourt. Les incendies ont eu lieu majoritairement peu avant minuit.

Les pompiers des Yvelines ont envoyé vers minuit trois fourgons à leurs collègues de Paris pour éteindre des feux de véhicules et un fourgon à ceux du Val-d'Oise pour lutter contre un feu de pavillon.

Une bagarre a éclaté à Achères (Yvelines) peu avant 22h00 sur la voie publique entre quatre personnes qui se sont intoxiquées avec des bombes lacrymogènes.

Dans le Val-de-Marne, la police a fait état de divers incidents sans gravité, notant une très légère augmentation de leur nombre par rapport à l'année dernière.

En Seine-et-Marne, 20 véhicules et 19 poubelles ont été incendiés dans la nuit, selon le bilan chiffré communiqué par la Préfecture à midi. Les communes les plus touchées ont été Emerainville et Noisiel où trois personnes ont été interpellées. Plus tôt, en début de matinée, la police avait signalé quelques "affrontements ici et là, mais sans gravité" dans la zone police.

QUEL ECHEC POUR LE GOUVERNEMENT ! ET LES FRANCAIS CONTINUENT A PAYER POUR CETTE RACAILLE!

15:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

LE 14 JUILLET 1790

FederationThevenin.jpg
Fête de la Fédération le 14 juillet 1790, par Thévenin (Musée Carnavalet)

Le 14 juillet 1790, à Paris, les Français commémorent en grande pompe le premier anniversaire de la "prise de la Bastille".

La Fête nationale du 14 juillet perpétue le souvenir de cette fête, qui, elle-même, commémorait la prise de la Bastille.

Les serments qui préludent à la Terreur - Louis XVI signe son arrêt de mort

Des fêtes civiques spontanées organisées çà et là dans les départements ont inspiré l'idée de cette grande fête d'union nationale aux députés de l'Assemblée constituante et au marquis de La Fayette, homme de confiance du roi.

Deux jours après le vote mémorable de la Constitution civile du Clergé, les députés et les délégués de tous les départements, les «Fédérés» forment un immense cortège qui traverse la Seine et gagne la vaste esplanade du Champ-de-Mars.

Dans les tribunes, sur les côtés de l'esplanade, on compte 260.000 Parisiens auxquels s'ajoutent une centaine de milliers de fédérés, rangés sous les bannières de leur département.

La tribune royale est située à une extrémité du Champ-de-Mars, sous une haute tente. À l'autre extrémité, un arc de triomphe. Au centre de l'esplanade, Talleyrand, évêque d'Autun (qui ne se cache pas d'être athée), célèbre la messe sur l'autel de la patrie, entouré de 300 prêtres en surplis de cérémonie.

Ensuite vient la prestation de serment. La Fayette, commandant de la garde nationale, prononce celui-ci le premier, au nom des gardes nationales fédérées : «Nous jurons de rester à jamais fidèles à la nation, à la loi et au roi, de maintenir de tout notre pouvoir la Constitution décrétée par l'Assemblée nationale et acceptée par le roi et de protéger conformément aux lois la sûreté des personnes et des propriétés, la circulation des grains et des subsistances dans l'intérieur du royaume, la prescription des contributions publiques sous quelque forme qu'elle existe, et de demeurer unis à tous les Français par les liens indissolubles de la fraternité».

Après La Fayette, c'est au tour du président de l'Assemblée de prêter serment au nom des députés et des électeurs.

Enfin, le roi prête à son tour serment de fidélité aux lois nouvelles : «Moi, roi des Français, je jure d'employer le pouvoir qui m'est délégué par la loi constitutionnelle de l'État, à maintenir la Constitution décrétée par l'Assemblée nationale et acceptée par moi et à faire exécuter les lois». La reine, se levant et montrant le Dauphin : «Voilà mon fils, il s'unit, ainsi que moi, aux mêmes sentiments».

L'Europe se met au diapason

À l'étranger, quelques privilégiés ont motif de se sentir lésés par la Révolution française, notamment les princes allemands qui ont perdu leurs possessions alsaciennes. Mais dans l'ensemble, surtout en Allemagne et en Italie, la Révolution française est plutôt bien accueillie à ses débuts par la bourgeoisie urbaine.

Il faut dire que la philosophie des «Lumières» (Voltaire, Rousseau, Montesquieu,etc...) a profondément imprégné la pensée des Européens cultivés. D'autre part, des révolutions démocratiques ont déjà triomphé en Angleterre, aux États-Unis, en Hollande, tandis que l'Autriche est bouleversée par les réformes de l'empereur Joseph II, «despote éclairé».Comme en France, on plante ici et là des arbres de la Liberté.

En Angleterre, le Premier ministre William Pitt le Jeune voit lui-même avec faveur ce mouvement généreux... qui affaiblit l'ennemie héréditaire, la monarchie française... Son rival, le libéral Charles Fox, montre un enthousiasme plus franc. Ne déclare-t-il pas au Parlement de Westminster à propos des événements de 1789 : «On n'avait jamais fait un si grand pas pour l'affranchissement de l'humanité» ?

Et puis, pourquoi les Européens devraient-ils s'inquiéter ? Les députés de l'Assemblée constituante n'ont-ils pas proclamé dans un décret en date du 12 mai 1790 : «La nation française renonce à entreprendre aucune guerre dans le but de faire des conquêtes» ?

 83 DEPARTEMENTS CREES EN 1789 

Avant 1790, le Royaume de France était organisé en provinces. Peu après le début de la Révolution française de 1789, la France fut découpée en départements à la suite du décret du 22 décembre 1789. Leur nombre exact (83) et leurs limites furent fixés le 26 février 1790, et leur existence prit effet le 4 mars 1790.

À l'époque, chaque département possédait son assemblée, constituée de 36 membres élus, ceux-ci désignant à leur tour un président et un directoire exécutif permanent. Les départements étaient divisés en districts, cantons et communes. Il pouvait y avoir jusqu'à neuf districts par département et neuf cantons par district.

Cette organisation proposée par Jean Cassini visait à homogénéiser le découpage du territoire français tout en conservant une administration locale, mais en retirant les spécificités des provinces, considérées comme provenant essentiellement des privilèges de l'aristocratie locale.

02:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Ombres sur la Méditerranée

 

Décidément, Nicolas Sarközy n’a pas fini d’essuyer des rebuffades avec son Union pour la Méditerranée (UPM) lancée à la va-vite en décembre dernier. Les premiers ennuis, on s’en souvient, étaient venus du « Nord ». La chancelière Angela Merkel n’avait pas apprécié une initiative française qui s’était arrogé le droit de choisir parmi les pays européens ceux qui seraient aptes à figurer dans cette nouvelle zone de libre-échange. Sarközy avait dû se replier en bon ordre : tous les pays membres feraient donc partie de la nouvelle Union, limitée au demeurant à une coopération sur quelques grands dossiers comme l’eau, l’énergie et l’environnement. Mais voilà à présent que les ennuis viennent du Sud.

 Un mois tout juste avant la proclamation de l’UPM, le 13 juillet à Paris, un vent de fronde souffle depuis l’Algérie. Les pays arabes, réunis vendredi à Alger pour préparer cette échéance, ont demandé à la France des éclaircissements sur la participation israélienne. La ficelle, en effet, est un peu grosse. En intégrant Israël à cette entité économico-politique, la France contraint les pays arabes à un partenariat qu’ils n’ont pas choisi. De fait, Nicolas Sarkozy obtiendrait, au plus grand profit d’Israël, une normalisation des relations entre l’État hébreu et le monde arabe. Et cela, sans contrepartie. Or, si cette normalisation est souhaitée depuis 2002 par la Ligue arabe, c’est en échange d’un retrait israélien des territoires palestiniens occupés depuis 1967.

Cette proposition de troc diplomatique a encore été renouvelée par la Ligue arabe en mars dernier, n’obtenant guère plus qu’un haussement d’épaules des responsables israéliens. Non seulement il n’est pas question de décolonisation, mais nous évoquions ici même la semaine dernière un nouveau plan de constructions en Cisjordanie récemment rendu public par Ehud Olmert. La situation est si désespérée que même Mahmoud Abbas, d’un naturel si prudent, s’apprête à renouer le dialogue avec le Hamas, bravant l’interdit posé par les États-Unis. Façon pour lui de prendre acte (enfin !) de l’arnaque d’Annapolis, ce « processus de paix » mort-né initié par George Bush fin 2007. Est-ce donc vraiment le moment de donner à l’État hébreu tout ce qu’il peut souhaiter, et même davantage, sur la scène internationale ? De le récompenser pour bonne conduite ? L’invitation faite à la Syrie de participer à la réunion du 13 juillet s’inscrirait aussi dans cette stratégie qui solderait en quelque sorte le conflit israélo-palestinien sans tenir compte des revendications palestiniennes.

Damas obtiendrait son intégration économique à une large zone incluant l’Union européenne en échange de son abandon de la cause palestinienne. Paradoxalement, ce seraient ainsi les Européens - notre Sarkozy en tête - qui porteraient l’estocade en retirant aux pays arabes et aux pays membres de l’Union les moyens de pressions diplomatiques et économiques qui restaient en leur possession. Tout cela serait d’ailleurs cohérent avec l’ordre du jour du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UE, le 16 juin à Luxembourg, qui prévoit un renforcement des liens avec Israël.

L’aboutissement de cette stratégie d’ensemble se heurte toutefois aux réticences, pour ne pas dire plus, de plusieurs capitales arabes. Mais l’UPM disposerait de quelques arguments pour les « convaincre ». À la fin des années 1970, l’Égypte et la Jordanie ont été grassement récompensées par les États-Unis pour leur reconnaissance d’Israël aux dépens des Palestiniens. Certaines capitales pourraient aujourd’hui trouver intérêt à se montrer discrètes sur une normalisation des relations avec Israël qui passerait ainsi « en contrebande » de la proclamation de l’Union pour la Méditerranée. Après l’Égypte, la Tunisie pourrait par exemple obtenir une « sanctuarisation » de sa politique intérieure, de sa conception de la démocratie et des droits humains. Et cela au moment même où des mouvements de protestation sociale s’intensifient dans le Sud tunisien. En outre, on ferait miroiter à ces pays l’intégration dans un ensemble ultralibéral semblable à l’Accord de libre-échange nord-américain.

 Mais peut-on faire comme si la paix régnait au Proche et au Moyen-Orient ? Comme si le conflit israélo-palestinien n’existait plus ? À Damas, comme à Alger, comme à Tunis et au Caire, la question palestinienne reste le symbole de l’injustice à l’encontre du monde arabo-musulman. Ce déni international piégeant les capitales arabes dans un ensemble dont Israël serait un partenaire en vue aurait - à supposer qu’elles y consentent - un inconvénient de taille aux yeux des responsables occidentaux : plus que jamais, il consacrerait l’Iran comme le pays de la résistance. Est-ce souhaitable pour tout le monde ?

par Denis Sieffert


(Source: bilaterals.org -13 juillet 2008) 

00:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

13/07/2008

Fusillade de Carcassone: le calvaire du petit Gabriel

Gabriel fusillade de carcassonne.gif
Gabriel, 3 ans, AVANT d'être grièvement blessé par "l'erreur humaine"

Perpignan (Pyrénées-Orientales)

Quinze jours après le terrible accident survenu lors d'une démonstration d'exercice militaire à Carcassonne, cinq blessés sont toujours hospitalisés. C'est notamment le cas de Gabriel, un petit garçon de 3 ans dont les parents ont également été touchés par des éclats de balles. « C'est un calvaire que notre petit-fils vit jour après jour, un calvaire ! Et encore, c'est lui qui me donne de la force...

Aujourd'hui encore, je n'ose pas le prendre contre moi de peur de lui faire mal », souffle Marie-Jeanne Gayrard, sa grand-mère de 55 ans, une habitante de Narbonne (Aude). Mercredi soir, Gabriel a dû subir sa cinquième opération au centre hospitalier de Purpan à Toulouse (Haute-Garonne). Ce petit garçon se trouvait debout sur sa poussette en première ligne lorsque le sergent du 3e RPIMa (Régiment parachutiste d'infanterie de marine) a ouvert le feu à balles réelles.

« J'espère que cette année l'Etat fêtera avec la pudeur nécessaire le 14 Juillet »

L'enfant a reçu un projectile dans le poumon. Un autre a touché son coeur à deux millimètres de l'artère coronaire. Il a toujours une balle dans le bras et des éclats à l'intérieur de la boîte crânienne. « Mon petit-fils n'arrête pas de dire : Lui le soldat, il était protégé. Il avait un casque et un fusil. Et il m'a cassé le bras. Et mon ventre aussi est tout cassé. Malgré tout ça, il ne se plaint jamais des souffrances physiques qu'il endure », insiste la grand-mère qui souhaite que les autorités n'oublient pas les blessés de Carcassonne.

« J'espère que cette année l'Etat fêtera avec la pudeur nécessaire le 14 Juillet. Et surtout, qu'il y aura un minimum de compassion pour les victimes du drame de Carcassonne », ajoute-t-elle. Au moment de la « bavure militaire » la famille était au premier rang. La maman de Gabriel, Julie, 29 ans, a reçu une balle dans la jambe et une autre dans le poignet. Et Franck, son compagnon de 41 ans, souffre d'une double fracture tibia-péronnet péroné et d'une fracture du fémur. Les trois sont hospitalisés à Purpan. « Gabriel a reçu la première balle. Puis ma fille a été touchée à l'aller puis au retour de la rafale. Lorsqu'elle vient visiter son enfant, sur son brancard dans la chambre des soins intensifs, elle ne peut même pas le serrer dans ses bras », raconte encore la grand-mère.

Avec son mari, sa fille et le compagnon de celle-ci, ils viennent de se constituer partie civile. Leur avocat, Me Etienne Nicolau, n'hésite pas à dénoncer « l'incompétence des militaires » et entend bien obtenir réparation pour cette famille qui reste aujourd'hui la plus gravement touchée par cet accident.

Le Parisien - 13 juillet 2008

BAYROU: ce sont les contribuables qui paieront les 285 millions d'euros de Tapie!

Bernard TAPIE Bayrou.jpg
Bernard Tapie a remporté une victoire tardive. Quatorze ans après l'affaire Adidas, l'homme d'affaires touche-à-tout va recevoir 285 millions d'euros d'indemnités de la part du Consortium de réalisation (CDR), chargé d'assumer les créances douteuses du Crédit lyonnais. L'ancien ministre ne devrait réellement toucher qu'une petite part de la somme, le reste comblant ses dettes.

23:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Refus d'accorder la nationalité française à une Marocaine pour port de burqa

Burqa marocaine.jpg
Quelques semaines après l'annulation d'un mariage entre deux époux musulmans, au motif que la femme avait menti sur sa virginité, une nouvelle affaire, révélée vendredi par le quotidien Le Monde, pose la question de l'acceptation des particularismes religieux et culturels dans la société française.

Faïza M. est une Marocaine de 32 ans, mariée à un Français et mère de trois enfants nés en France. Elle vit en France depuis 2000, parle français et a demandé la nationalité française. Demande refusée, au seul motif qu'elle porte la burqa. «Pour la première fois en France, le Conseil d'Etat, dans un arrêt du 27 juin, a pris en compte le niveau de pratique religieuse pour se prononcer sur la capacité d'assimilation d'une personne étrangère», rapporte Le Monde.

Faïza M. «a adopté, au nom d'une pratique radicale de sa religion, un comportement en société incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française, et notamment le principe d'égalité des sexes», a estimé le Conseil d'Etat, qui se prononce sur le cas de Fazia M. après un premier refus de la nationalité en première instance en 2005 pour «défaut d'assimilation».

La ministre de l'Enseignement supérieur Valérie Pécresse a elle approuvé samedi la confirmation par le Conseil d'Etat du refus gouvernemental d'accorder la nationalité française à cette Marocaine.

Interrogée sur France Info, Valérie Pécresse a estimé que «le principe de l'égalité des sexes n'est pas négociable dans la République française» et que «le Conseil d'Etat en rendant cette décision a voulu réaffirmer qu'on ne pouvait pas avoir la nationalité française quand on n'adhérait pas à ce principe». «Au-delà même du port de la burqa, il y avait la question du fait que cette femme n'allait pas voter, du fait que cette femme n'avait pas de vie indépendante en dehors des déplacements qu'elle faisait accompagnée de son mari. Je crois que cela n'est pas la République française», a conclu la ministre. Le couple reconnaît son appartenance au salafisme, un courant rigoriste de l'islam. Dans le même temps, Faïza M. a toujours affirmé que, depuis son arrivée en France, elle n'avait jamais cherché à remettre en cause les valeurs de la République.


«D'après ses propres déclarations (Faïza M.) mène une vie presque recluse et retranchée de la société française. Elle n'a aucune idée sur la laïcité ou le droit de vote. Elle vit dans la soumission totale aux hommes de sa famille»,
souligne Emmanuelle Prada-Bordenave, la commissaire du gouvernement chargée de donner un avis juridique et qui a eu plusieurs entretiens avec le couple, interrogée par le quotidien. D'après elle, ces déclarations sont «révélatrices de l'absence d'adhésion à certaines valeurs fondamentales de la société française».

Le Conseil d'Etat étant la plus haute juridiction administrative, Faïza M. n'a plus de voie de recours.

Libération- 12 juillet 2008

PALESTINE, la dernière colonie?

Couverture livre PALESTINE.jpg
L'implantation incessante de nouvelles colonies juives en Palestine, des attentats suicides en Israël, une paix impossible à conquérir au Proche-Orient ?
En partant du XVIème siècle, Lucas CATHERINE nous immerge dans cette région pour nous décrire la Palestine comme une terre fertile et Jérusalem comme une ville en plein essor.
A la fin du 19ème siècle, une infime minorité juive y est présente mais pour des raisons essentiellement religieuses ; elle n'avait à cette époque aucune ambition économique ou politique.
En 2003, 92% des territoires palestiniens ressortent «de la propriété inaliénable de l'ensemble du peuple juif»... Alors que plus de 4 millions de Palestiniens ont déjà été exilés en dehors des frontières historiques de la Palestine, les enfants de la seconde Intifada subissent l'occupation militaire de Tsahal et restent confrontés au principe sioniste : "Un pays sans peuple pour un peuple sans pays"
Qu'est-ce que le sionisme ? Que prône cette idéologie et qui la soutient ? Est-ce la dernière forme du colonialisme ? Quelle est l'implication des Etats-Unis et des principaux pays européens dans ce conflit sanglant ? Et quelles sont les conditions pour y mettre fin ?

Richement illustré avec des photos et des cartes, cet ouvrage de fond s'imposait pour répondre à l'une des questions les plus complexes de l'histoire contemporaine.

Lucas CATHERINE est un spécialiste du monde arabe.
Editions EPO - octobre 2003

Sarközy n'ira pas à la garden-party du ministère de la Défense

Tous les ans, tradition oblige, le ministre de la Défense organise une garden-party le 13 juillet au soir dans les jardins de son ministère à l'hôtel de Brienne, en l'honneur des unités militaires qui défileront le lendemain. Tous les ans, avec la même régularité, le président de la République vient s'associer à cet hommage bon enfant et prononce un petit discours.

De 1995 à 2006, Jacques Chirac n'y a jamais manqué. L'an dernier, le nouveau président Nicolas Sarközy n'a pas dérogé à cet aimable devoir et à cette occasion de rencontrer sans trop de protocole des militaires aux anges. Mais cette année, il ne viendra pas. Pas envie, ou pas le temps ? La version donnée par l'Élysée aux services de la défense invoque un problème d'emploi du temps. Trop occupé par le sommet de l'Union méditerranéenne et par ses multiples obligations, le Président "n'a pas pu trouver un quart d'heure pour faire un saut" à la réception, indique une source bien informée. Naturellement, dans l'ambiance assez tendue qui prévaut depuis quelques semaines entre le chef de l'État et les armées, cette absence risque d'être perçue comme une dérobade. Peut-être convient-il d'attendre le contre-ordre ?

En fin de journée, l'Élysée a précisé au Point qu'il ne fallait pas voir malice dans l'absence du Président : "Avec son emploi du temps, le 13 juillet, c'était impossible. Et il ne se rendra pas également à la traditionnelle garden-party du ministère des Dom-Tom."
Le Point - 12.07.08

00:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

12/07/2008

Londres: Daniel Sonnex inculpé

Londres Dano suspect.jpg
Daniel Sonnex

Un deuxième homme a été inculpé de meurtres samedi dans le cadre de l'enquête sur la mort de deux étudiants français à Londres fin juin, a annoncé la police.

 
Scotland Yard a déclaré dans un communiqué que Daniel Sonnex, 23 ans, de Peckham (sud-est de Londres) avait été inculpé des meurtres de Gabriel Ferez et Laurent Bonomo, dont les corps avaient été découverts dans le quartier populaire de New Cross, dans le sud-est de Londres, le 29 juin.

Il a également été inculpé pour avoir entravé le cours de la justice. Il sera présenté devant un tribunal lundi matin, a ajouté Scotland Yard.

Un sans domicile fixe, Nigel Edward Farmer, 33 ans, a déjà été inculpé pour ces meurtres et écroué jeudi dans l'attente d'une prochaine audience, fixée au 16 octobre.

Deux étudiants français.jpg

Gabriel Ferez (g) et Laurent Bonomo 

23:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Des coups d'épée dans l'eau...

Drapeaux Parlement européen.jpg
Le Parlement européen a demandé la libération des ‎milliers de prisonniers palestiniens détenues en Israël.
 Cette ‎institution européenne a souligné que Tel-Aviv avait une ‎conduite inhumaine avec ces prisonniers. Toujours d'après, le ‎Parlement européen, les forces israéliennes ont arrêté plus de ‎‎700.000 Palestiniens depuis 1967, dont un grand nombre ont ‎passé des années dans les geôles de ce régime. L'Autrichienne ‎Mme. Benita Ferrero Waldner, commissaire européenne, tout en ‎se déclarant inquiète de la violation des droits des prisonniers ‎palestiniens dans les geôles israéliennes a exprimé sa solidarité ‎avec eux. La situation critique des prisonniers palestiniens a ‎suscité des protestations mondiales et même dans les pays ‎occidentaux dont les gouvernements protègent le régime ‎sioniste. Ces prisonniers font systématiquement objet de tortures ‎les plus sauvages, de sorte que des centaines d'entre eux y ont ‎succombé et trouvé le martyre, et, s'ils survivent à ces pratiques ‎dignes de l'époque médiévale, ils en souffriront tout au long de ‎leur vie des séquelles. Le régime usurpateur cherche à travers la ‎répression sans répit des Palestiniens à les dissuader de résister. ‎
Or, la résistance palestinienne a prouvé que le régime barbare ‎d'Israël, quoiqu'il fasse, ne parviendra jamais à la faire plier. Ce ‎régime inhumain a pratiquement séquestré une grande partie de ‎la population palestinienne par le blocus et beaucoup d'autorités ‎onusiennes et de personnalités internationales ont qualifié des ‎villes et des villages palestiniens de grande prison créée par le ‎régime occupant Qods. Les actes inhumains de ce régime ‎barbare ont provoqué les critiques de la communauté ‎internationale dont l'opinion publique et certaines autorités ‎européennes ainsi que le Parlement européen et ils ont demandé ‎la libération des prisonniers palestiniens.
Et ce alors que le ‎régime factice d'Israël qui bénéficie des soutiens tous azimuts ‎des gouvernements occidentaux, qui profite voire abuse du ‎laxisme des instances internationales, continue en toute ‎impunité, ses crimes et ne prend nullement au sérieux les ‎demandes des autorités occidentales et les qualifie de "purs ‎spectacles".

(Alterinfo - 12 Juillet 2008)

17:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Iran: Ehud Barak va faire pression sur Washington

Barak juif.jpg

Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak se rendra à Washington la semaine prochaine pour rencontrer de hauts responsables du gouvernement américain ainsi que le président Bush dans ce qui sera, selon ce que certains laissent entendre, la dernière séance de planification en prévision d'une attaque militaire contre l'Iran.



Ehud Barak aura des entretiens pendant trois jours avec le Secrétaire à la défense Robert Gates, le Vice-président Dick Cheney, la Secrétaire d'État Condoleezza Rice, le conseiller à la Sécurité nationale Stephen Hadley et le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon – de même qu'avec le président des États-Unis George Bush.

La visite d'Ehud Barak précédera également une visite du chef d'État-major de l'armée israélienne le lieutenant général Gabi Ashkenazi, qui doit rencontrer le président du Comité des chefs d'États-majors interarmes l'amiral Michael Mullen.

Cette visite fait suite à celle effectuée par le chef du Mossad Meir Dagan à Washington au cours de laquelle il a rencontré les hauts responsables des Services de renseignement.

« Les visites des responsables israéliens surviennent alors qu'un intense débat continue de faire rage au sein de l'administration américaine entre ceux qui, dirigés par Dick Cheney, sont favorables à une action militaire, et ceux qui, dirigée par Robert Gates, s'y opposent, » selon un reportage du Jerusalem Post.

Les pourparlers surviennent au moment où deux essais de tir de missiles réalisés par l'Iran, et peut-être même trois viennent tout juste d'être réalisés.

Loin de démontrer la capacité meurtrière de l'Iran, il semble que l'un des essais n'aurait effectivement pas réussi.

L'analyste militaire Mark Fitzpatrick à l'Institut international d'études stratégiques (IISS) à Londres a étudié les photographies des lancements de missiles et il est arrivé à la conclusion qu'elles avaient été falsifiées.

« Tout porte à croire que l'Iran a trafiqué les photos pour dissimuler ce qui semble apparemment être un lancement raté de l'un des missiles, » a déclaré Fitzpatrick.

En réponse aux essais, le ministre russe des Affaires étrangères Sergei Lavrov a déclaré aujourd'hui que la portée limitée de la technologie des missiles iraniens, qui se limite à moins de 2000 kilomètres, prouve que rien ne justifie l'installation d'un nouveau bouclier antimissile en Europe.

« Les essais réalisés en Iran confirment que l'Iran possède des missiles d'une portée maximale de 2000 kilomètres et confirment que… un bouclier de défense antimissile avec ces paramètres n'est pas nécessaire pour surveiller ou pour réagir à ces menaces, » a-t-il dit.

La rhétorique concernant "la menace iranienne" de même que la propagande colportée par la presse marchande sont montées crescendo au cours des deux dernières semaines, mais les anticipations d'une action militaire qui ont été abondantes depuis les trois dernières années ne se sont jamais avérées.
(Alterinfo - 12 juillet 2008)

17:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

VIDEO Liszt - Alfred Cortot

 http://www.youtube.com/v/qBsoCD94lPk&hl=fr&fs=1

Rhapsodie hongroise n°2

Enregistrée en 1926

01:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEO Hitler au musée de cire de Berlin

http://fr.youtube.com/watch?v=Guq6EjEb8QE

01:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Un cabinet noir pour intimider les "gêneurs"

Fabius a avoué s'être lui aussi senti "suivi, écouté, épié...", Voynet vient d'être cambriolée...

et Leila  Bouachera, ex-candidate à la candidature présidentielle pense à un cabinet noir à l'Elysée.

Docteur en droit, chargée de mission au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), Leila Bouachera, 48 ans, avait tenté, sans succès, de se présenter à l'élection présidentielle de 2007. Inconnue du grand public, cette juriste de formation installée à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) désignait à l'époque le candidat Nicolas Sarközy comme « un réel danger pour la démocratie ». Ex-membre du RPR puis de l'UMP, elle a été cambriolée deux fois et se dit, comme Ségolène Royal, victime d'une opération « d'intimidation ».



En quoi votre cas ressemble-t-il à celui de Ségolène Royal ?

Leila Bouachera. Comme elle, mon domicile a été visité à deux reprises. Le 2 décembre 2006, seul le disque dur de mon ordinateur, qui comprenait 202 promesses de signatures, m'a été dérobé. La police n'a constaté aucune trace d'effraction. Ma porte blindée trois points n'a pas été dégradée. L'alarme laser a été désactivée. Le 23 mai dernier, le mode opératoire a été le même. C'est du travail de professionnels, pas de barbouzes. Je maintiens qu'il existe un cabinet noir à l'Elysée qui s'occupe d'intimider les gêneurs.

Pourquoi n'avoir pas déposé plainte ?

Ça ne servirait à rien. Tout le monde tourne en ridicule Ségolène Royal. Lorsqu'une femme s'exprime pour oser dénoncer la mainmise du clan Sarközy, on la considère comme quasi folle... C'est scandaleux. Par contre, je déposerai plainte contre Nicolas Sarkozy pour détournements de fonds publics à l'époque où il était ministre de l'Intérieur. Je le ferai prochainement devant la doyenne des juges d'instruction du pôle financier du tribunal de Paris.

Vous parlez de « cabinet noir », mais avez-vous la moindre preuve ?

Comment pourrais-je apporter des preuves face à des professionnels qui rentrent et sortent de chez vous sans laisser la moindre trace ? Ce sont des fantômes... mais je ne craquerai pas.

00:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

11/07/2008

En plein Paris, deux adolescents blessés à coups de couteau

Deux adolescents âgés de 16 ans et 17 ans ont été agressés à coups de couteau à Paris, square Saint-Lambert dans le XVe arrondissement. Les deux victimes ont été surprises cet après-midi vers 15 heures par cinq ou six agresseurs avant de recevoir, chacune, un coup de couteau. Blessés au dos et à la tête, les deux garçons ont été rapidement transportés vers les hôpitaux parisiens de la Pitié-Salpétrière et Bichat.

Une des victimes a été sérieusement touchée, mais ses jours ne seraient pas en danger.

Le Parisien - 11 juillet 2008

23:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Panique mondiale sur le Web

Les géants informatiques mondiaux, dont Microsoft, Sun Microsystems et Cisco, se sont mobilisés ces derniers mois pour corriger une grave faille de sécurité qui menaçait l'internet mondial, et diffusent cette semaine à grande échelle un «patch» (logiciel de correction).

Le spécialiste en sécurité Dan Kaminsky, de IO Active, a découvert il y a six mois cette faille qui portait sur le Domain Name System (DNS), le système central qui met en relation les adresses des sites et les pages stockées sur des serveurs, via des numéros similaires à des numéros de téléphone.

Il a alors réuni les grands groupes internet, qui ont planché discrètement pendant des mois pour mettre au point une solution.


Le patch est diffusé cette semaine aux entreprises et aux internautes, généralement via des mises à jour automatiques des systèmes.

Cette faille aurait pu permettre à des pirates de rediriger n'importe quelle adresse internet vers d'autres sites de leur choix, et d'ainsi contrôler le trafic internet mondial.

Le risque est notamment celui du «phishing», où des escrocs dirigent les internautes à leur insu vers de faux sites de banques par exemple, pour récupérer leurs numéros de cartes bancaires ou autres données sensibles. Un pirate aurait aussi pu ainsi voler des courriels ou toute sorte de données.

«Aucune opération de sécurité n'a jamais été réalisée à cette échelle», a commenté M. Kaminsky, qui a mis en place un site (www.doxpara.com) pour permettre aux internautes de tester leur vulnérabilité à cette faille.

«C'est un problème-clé qui gouverne toute l'architecture de l'internet», a souligné l'expert en sécurité Rich Mogull, de la société Securosis, lors d'une conférence téléphonique. En détournant les adresses «vous auriez l'internet mais pas celui que vous attendez», a-t-il expliqué.

«Les gens peuvent être inquiets mais ne doivent pas paniquer, car nous avons gagné autant de temps que nous pouvions, afin de tester et de mettre en application le patch», a commenté M. Kaminsky.

M. Kaminsky et 16 autres chercheurs du monde entier s'étaient retrouvés en mars sur le campus de Microsoft à Redmond (nord-ouest des Etats-Unis) pour travailler sur une parade, dans un effort de collaboration sans précédent.

Généralement les experts en sécurité vendent aux entreprises les détails sur les failles qu'ils découvrent, mais M. Kaminsky a choisi d'agir en secret et de prévenir toute le monde en raison de l'importance de l'enjeu.

«J'ai découvert cette faille complètement par hasard», a-t-il raconté, «en regardant quelque chose qui n'avait rien à voir avec la sécurité». «Ce problème affecte non seulement Microsoft et Cisco, mais tout le monde», a-t-il dit, en évitant toute précision technique pour éviter d'inspirer des pirates.

Pour la première fois, les grands groupes informatiques ont décidé ensemble de lancer une diffusion massive simultanée du patch sur toutes les plate-formes informatiques, ce qui devrait protéger la plupart des internautes. Les détails techniques ne seront publiés que dans un mois, le temps d'installer le correctif.

Le Parisien - 10 juillet 2008 

Raciste à 4 ans!

1RockySpitSNAP_468x331.jpg

Young Rocky Smith, aged four, standing outside his school here, had been accused of racism after spitting at a black schoolmate.

 

But Rocky's parents Sarah and Iain Smith are angry that the matter was taken so far because they say

their son is too young to know what "racist" means.