Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2007

Si Israël attaquait l'Iran...

b357e8743bd25809da6270c069bd5971.gifUn haut responsable des forces aériennes iraniennes a assuré mercredi que les bombardiers iraniens étaient capables de frapper Israël si ce dernier attaquait l'Iran. "Nous avons un plan selon lequel, dans l'éventualité d'un geste fou de ce régime (israélien, ndlr), les bombardiers iraniens pourraient exécuter une attaque de représailles contre le territoire israélien", a dit le général Mohammad Alavi, commandant-adjoint des forces aériennes, cité par l'agence Fars.

Réagissant à ces propos, les Etats-Unis ont dénoncé une volonté de provocation iranienne. "Des propos tels que ceux qui ont été rapportés d'Iran sont inutiles, ils ne sont pas constructifs et ils paraissent presque provocateurs", a dit la porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino, ajoutant qu'Israël ne cherchait "pas la guerre avec ses voisins".

La force aérienne iranienne est considérée comme largement obsolète par les experts militaires occidentaux. Ses appareils encore en service ont été achetés notamment aux Etats-Unis avant la révolution islamique de 1979. Le général a mentionné la capacité de frappe iranienne à l'aide de missiles, avant de poursuivre: "nous pouvons les attaquer avec nos avions de chasse et répondre à leur attaque improbable avec une attaque aérienne sur leur sol".

 Ces commentaires interviennent alors que le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, a provoqué une certaine émotion en évoquant le risque d'une "guerre" avec l'Iran si la diplomatie échouait à convaincre Téhéran de suspendre son programme nucléaire controversé. M. Kouchner a ensuite insisté sur le fait que ses propos visaient à éviter une telle issue, en signifiant la nécessité d'accentuer la pression diplomatique sur l'Iran.

 Des experts et universitaires occidentaux ont fait état de plans israéliens pour détruire dans un raid aérien les installations nucléaires iraniennes, sur le modèle de l'opération "Opéra", dans laquelle des appareils israéliens avaient détruit en 1981 la centrale nucléaire irakienne Osirak.

 Le général Alavi a estimé que les discussions sur une attaque aérienne israélienne étaient "seulement une guerre psychologique, car nous rejetons l'idée que ce régime ait la capacité d'attaquer l'Iran par les airs".

 L'armée de l'air israélienne dispose notamment des chasseur tactique F-15I et chasseur multirôle F-16I, d'origine américaines, ainsi que des appareils de ravitaillement en vol mettant l'Iran à leur portée. Israël est réputé avoir reçu des Américains des bombes conçues pour frapper des installations protégées sous des blockhaus.

 L'armée de l'air iranienne dispose de 287 avions, dont des F-14 américains achetés avant la révolution et des F-4 et F-5 dont la conception remonte aux années 1960, des F-7 chinois dérivés du MiG-21 soviétique, des MiG-29, ainsi que des Mirage F-1 saisis lors de la guerre contre l'Irak, selon l'ouvrage du groupe d'informations militaires britannique Jane's. Aucun de ces appareils ne dispose d'un rayon d'action suffisant pour frapper Israël et pouvoir en revenir. De surcroît, une telle opération supposerait de violer l'espace aérien de pays comme l'Irak, où les Etats-Unis dominent le ciel, ou d'alliés américains, comme les monarchies du Golfe, l'Arabie saoudite ou la Jordanie...

17:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Libération anticipée pour Cantat?

La demande de remise en liberté du chanteur sera examinée demain par le tribunal d'application des peines. Condamné à huit ans de prison pour la mort de sa compagne, Marie Trintignant, il pourrait être relâché après quatre ans de détention.

Bertrand Cantat pourra-t-il bénéficier d'une libération conditionnelle, comme de nombreux autres détenus modèles ? Ce sera tout l'enjeu du débat contradictoire, lors de l'audience du tribunal d'application des peines qui se tiendra demain après-midi au centre de détention de Muret (Haute-Garonne). Le chanteur du groupe Noir Désir y purge huit ans de prison pour la mort de sa compagne, Marie Trintignant, après une violente dispute dans la nuit du 26 au 27 juillet 2003 à Vilnius, en Lituanie. Ce soir-là, le rocker français a asséné quatre violentes gifles à l'actrice, qui sombrait dans un coma profond. Les amants vivaient une passion exclusive et Bertrand Cantat avait rejoint Marie Trintignant sur le tournage du téléfilm « Colette », réalisé par la mère de l'actrice.

A cette époque, le musicien était encore à la tête d'une des plus impressionnantes machines de scène en activité dans l'Hexagone depuis le milieu des années 1980. Noir Désir reste aujourd'hui le symbole de l'exigence artistique et de la réussite commerciale : des millions de disques vendus, des tournées marathons dans les plus grandes salles de France et des chansons emblématiques comme « Aux sombres héros de l'amer », « l'Homme pressé » ou « Tostaky » dans lesquelles certains ont tenté de trouver les raisons d'un geste incompréhensible.


Depuis la mort de Marie Trintignant, Bertrand Cantat a fait profil bas. Il a suivi une longue psychothérapie. Il a renoué avec sa compagne Kristina, mère de ses deux enfants. On le présente aujourd'hui comme un détenu exemplaire prêt à se réinsérer. Mais pour cette audience, l'avis consultatif de la partie civile a été sollicité et c'est Nadine Trintignant qui a pris la plume. La réalisatrice estime bien « prématurée » l'éventuelle libération de Bertrand Cantat. A ses yeux, le chanteur n'a pas hésité à « salir » la mémoire de sa fille, accusée, selon elle, d'être la responsable de « sa propre mort ». De son côté, Xavier Cantat, le frère aîné du chanteur, a refusé hier de réagir à ces propos pour « ne pas influencer la justice et protéger la sérénité des débats à venir » et dit attendre seulement que « le droit soit dit ». Me Georges Kiejman, l'avocat de la famille Trintignant, et Me Olivier Metzner, celui de la famille Cantat, n'ont pas souhaité commenter la situation dans un souci d'apaisement. En effet, les permissions de sortie accordées au chanteur l'an dernier avaient provoqué un début de polémique vite dissipé, car Bertrand Cantat est avant tout un prisonnier comme les autres aux yeux de la justice.

(Source: Le Parisien)

17:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

VIDEO Pork-Coke: énorme!

http://www.dailymotion.com/video/x1ye65_porkandcoke_family

 

 

17:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO Afghanistan:les femmes et les enfants aussi

http://fr.youtube.com/watch?v=KCO95uFf2pk

16:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

18/09/2007

L'HEROÏNE AFGHANE

77d0143f27162e4e1d2130b73598d8d3.jpg
Craig Murray: "Les Etats-Unis contrôlent l'héroïne afghane"
Lors de son intervention à la table ronde sur la torture de la conférence internationale Axis for Peace, l’ancien ambassadeur britannique en Ouzbékistan Craig Murray a souligné le fait que, trois ans après l’invasion de l’Afghanistan par la Coalition menée par les Etats-Unis, la production d’opium et - fait nouveau - le raffinage de l’héroïne n’ont jamais été aussi importants dans ce pays. De plus, a-t-il ajouté, « les “seigneurs de guerre” sur lesquels cette Coalition s’est appuyée pour contrôler le pays sont en vérité des “seigneurs de la drogue”. En outre, parmi ces derniers, le plus puissant est certainement Rachid Dostum qui entretient précisément des liens étroits avec Islam Karimov, le dictateur de l’Ouzbékistan qui est actuellement l’un des régimes les plus sanguinaires de la planète. Il se trouve que l’Ouzbékistan est précisément le principal couloir d’exportation de l’héroïne afghane vers les marchés occidentaux. »

"Tandis que le trafic d’opium était presque entièrement bloqué et défendu sous le régime des Talibans, l’occupation de six ans a rendu possibles de nouveaux records concernant la culture du pavot somnifère et la production d’opium brut. Cependant, l’Afghanistan n’exporte aujourd’hui plus guère l’opium brut, car le pays a réussi à augmenter « la plus-value » à l’intérieur du pays – l’Afghanistan exporte aujourd’hui de l’héroïne pure !

L’héroïne n’est plus produite dans des caves-laboratoires, mais dans de vraies fabriques à partir d’opium brut. Des millions de litres des produits chimiques nécessaires sont importés en Afghanistan et on les transporte sur les routes qui ont été construites comme « aide aux Tiers-Monde ». Comment une chose pareille a-t-elle pu se passer ? La réponse nous est donnée par l’ancien ambassadeur anglais en Ouzbékistan, Craig Murray : « La réponse est simple. Les quatre auteurs principaux de ce jeu sont tous membres du gouvernement afghan pour lequel nos soldats se battent et meurent. Quand nous avons attaqué l’Afghanistan, l’armée de l’air états-unienne a recouvert le pays de bombes, pendant que la CIA a armé et équipé les barons de la drogue et les seigneurs de guerre afghans pour qu’ils effectuent les opérations terrestres – puis nous les avons nommés ministres. Le président Karzai est un bon garçon. Mais personne ne croit réellement qu’il a voix au chapitre dans le pays. Les États-Unis ignorent ses vœux de manière glaciale. Et avant tout, il n’a aucune influence sur les barons de la drogue et les chefs de tribus dont chacun contrôle strictement son domaine et dont chacun s’enrichit personnellement avec le trafic de drogue.

Tout cela, je l’ai appris pendant mon séjour en tant qu’ambassadeur en Ouzbékistan. J’étais près du « pont de l’amitié » à Termez et j’observais les véhicules qui transportaient l’héroïne à travers le pays en direction de l’Europe. Et j’observais les camions-citernes qui roulaient en direction de l’Afghanistan. Mais cependant, j’étais incapable d’amener mon propre pays à entreprendre quelque chose là-contre. "

Et d’ajouter : "Maintenant on récolte de l’opium partout en Afghanistan mais en quantité spécialement grande dans la région contrôlée par le général Abdul Rashid Dostum. Aujourd’hui, le général Dostum est le chef suprême de l’armée afghane. Là aussi mon propre gouvernement n’a reculé devant aucun effort pour cacher ces faits. Il a prétendu que la plupart de l’héroïne provenait de la région contrôlée par les Talibans. Mais cette région est formée en majeure partie de déserts rocheux et infertiles. Il est tout à fait impossible que cette énorme quantité d’opium puisse provenir de cette région.

Le fait que le général Dostum soit l’actuel ministre de la Défense de l’Afghanistan est un signe supplémentaire que notre politique est pourrie. Car ce n’est pas un secret que Dostum fait assassiner prisonniers et opposants de manière atroce. Aussi triste cela soit-il, mais Dostum n’est probablement pas même le pire des marchands de drogue qui siègent au gouvernement afghan sous la tutelle de l’OTAN. Et la prochaine fois que vous entendrez parler du nombre des victimes de la guerre en Afghanistan, n’oubliez pas qu’il faut y ajouter les jeunes gens, dont la vie a été ruinée et sacrifiée par l’héroïne. Eux aussi sont les victimes de notre guerre d’intervention en Afghanistan", a déclaré Craig Murray amèrement.

(Source: voltairenet.org -12 septembre 2007)

23:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

L'extrême droite sera représentée au Parlement grec

L'eurodéputé Georges Karatzaferis dirige un parti nationaliste et xénophobe, le L.A.O.S, qui a couvert le pays d'affiches le représentant avec des gants de boxe sur un fond bleu comme le drapeau grec. Le L.A.O.S a obtenu, avec 3,79% des voix, les 3% nécessaires pour avoir des députés. L'extrême droite sera donc représentée au Parlement grec pour la première fois depuis une trentaine d'années.
6b5b3d0b22e7d2a4f36ed0abf5c09ba0.jpg

17:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

17/09/2007

Précieuse ridicule

Au Québec, où elle est en déplacement, l'ancienne candidate socialiste à l'élection présidentielle, interrogée par la charge que livre contre elle Lionel Jospin, s'en est référée aux évangiles.

«Pardonnez-leur car ils ne savent pas ce qu'ils font», a répliqué Ségolène Royal à ses détracteurs du Parti socialiste depuis le Québec où elle a entamé un déplacement de quatre jours. «Donc, a-t-elle ajouté, je pardonne à tous ceux qui m'agressent parce que d'abord je pense qu'ils me font moins de mal à moi qu'aux socialistes, qu'à toute la gauche».

«Je crois aussi malheureusement qu'il y a, et peut-être est-ce aussi inconscient, dans toutes ces attaques, du sexisme et à le voir à ce point aussi fort, j'en suis moi-même surprise, je pense qu'il s'apparente au racisme», a-t-elle répondu alors que des journalistes l'interrogeaient plus spécifiquement sur les propos de l'ancien Premier ministre socialiste, qui estime qu'elle n'a ni «les qualités humaines» ni «les capacités politiques» pour diriger le Parti socialiste lors de la prochaine présidentielle.

«J'ai l'impression en lisant tous ces ouvrages que si j'étais Jeanne d'Arc, j'aurais déjà été brûlée vive. Heureusement que nous sommes à cette époque», a-t-elle ironisé lors d'un point de presse.

99f4cd58a4c2a8937e48e17f249d51f5.jpg

23:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Bayrou fait démodé

57eed34403745807d9ebe28ff0a61a88.jpg

François Bayrou s'était promis de ne pas mener de guérilla contre Nicolas Sarkozy. C'est une charge au canon qu'il a sonnée dimanche à Seignosse, en clôture du forum des démocrates. Après un week-end passé à marteler son indépendance chèrement payée en isolement politique depuis la présidentielle, il s'est promis de faire sortir le centre de ses alliances automatiques avec la droite : « Ce n'est pas du ni-ni, j'ai toujours détesté cette expression, mais une voie originale que je propose, l'idée que l'affrontement clanique n'est pas l'avenir de la France.

 Devant 2 500 militants, dont un millier avait payé 200 pour suivre depuis jeudi les premiers pas du Mouvement démocrate (MoDem) dont le congrès constitutif, le 25 novembre, signera la disparition de l'UDF, François Bayrou a détaillé son « conflit de valeurs » avec Nicolas Sarkozy, dénonçant « l'absolutisme » du président, « facteur de retour en arrière pour notre pays ». Il a critiqué son alignement sur « le modèle dominant et inégalitaire » des Etats-Unis : « Tous ses choix montrent qu'il conduit la France non pas à la résistance contre ce modèle, mais à son alignement. »

Le leader du MoDem s'est défendu d'entretenir un « contentieux personnel » avec le chef de l'Etat, chez qui il trouve quelques qualités : « Il est brillant, ne baisse jamais les bras, sait communiquer.* Il est tous les jours à la télé, infatigable, d'où l'incroyable fortune de l'idée d'une journée sans lui à la télé. »

Il a poursuivi sa charge en pointant « ces signes multipliés au monde de l'argent, au CAC 40, aux milliardaires, à l'univers du Fouquet's... la jubilation des hot-dogs avec Bush père, Bush mère et Bush couple... Ah, que j'ai aimé ce jour-là que Cécilia ait une angine blanche ! » Critiquant les largesses fiscales qui vont, prévoit-il, « revenir en boomerang », Bayrou a dénoncé la présence « d'un proche du président derrière chaque grande décision économique. Nous sommes une République et avons bien l'intention de le rester. » Il a plaint, enfin, « le gouvernement disparu » et un « Premier ministre ravalé au rang de collaborateur », victime d'un « concours de lèche permanent... Le cirage de pompes est devenu un sport national dans notre pays ». Actualité sportive oblige, il a même ironisé sur « le pauvre Guy Môquet, qu'on met désormais à toutes les sauces et les moins séantes »

* C'est sans doute pour cela que Sarközy a été élu par les Français!!!

   A croire que Bayrou aurait voté pour lui s'il n'avait pas été son rival...

23:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

La France vulgaire

Fadela Amara veut y aller "à donf"...

Le mot avait fait sursauter les autres membres du gouvernement le 7 septembre 2007 lors du conseil des ministres décentralisé à Strasbourg.

Fadela Amara le répétait avec un plaisir évident dimanche 16 septembre sur Canal+. "Tolérance zéro pour la glandouille !", disait-elle à Laurence Ferrari. "Il faut absolument trouver une solution pour tous les gamins qui sont en situation de désoeuvrement dans les quartiers", expliquait-elle en ayant recours à un mot plus châtié. "Glandouille" a beaucoup fait pour la gloire de celle qui est, depuis cet été, secrétaire d'Etat chargée de la politique de la ville. L'usage du verlan, aussi. "On a intérêt, comme je le disais au conseil des ministres, à y aller à donf", disait-elle dimanche. Ce langage a ravi Nicolas Sarkozy. Et ce qui ravit Nicolas Sarkozy plaît aussi, fatalement, aux membres de son gouvernement. Ils sont venus en masse féliciter Fadela Amara de son franc-parler. Celle-ci en garde encore un souvenir ému. "J'ai un langage un peu particulier, mais c'est un langage que tout le monde peut comprendre", dit-elle. Le président de la République ne lui a pas demandé d'en changer, ni d'arrondir les angles. Elle avait déjà donné la preuve de son sens de la formule en créant, en 2003, l'association Ni putes ni soumises après la mort de la jeune Sohane, brûlée vive à Vitry-sur-Seine parce qu'elle refusait les avances d'un petit caïd local. On a déjà, dans le passé, entendu des propos énergiques concernant la banlieue tenus dans des palais de la République, mais c'est la première fois qu'ils proviennent d'une jeune femme issue d'une famille algérienne de onze enfants. Cela fait évidemment une différence. Dans le palais de la République qui lui a été attribué, elle a tout de suite remarqué la fresque à la gloire de la colonisation, qui n'est pas du tout à son goût...

Et si elle respectait la langue française?

Pour être un peu moins vulgaire?


19:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Roselyne Bachelot ...

98a9f2030c0f2f75911fd8efd569545a.jpg
Roselyne Bachelot préfère les débats sur l'homophobie et les discriminations

LE SCANDALE DES PESTICIDES

Aux Antilles françaises:

 La ministre de la Santé Roselyne Bachelot a estimé aujourd'hui que le Pr Dominique Belpomme, selon lequel les Antilles sont «empoisonnées» par les pesticides, n'avait pas pour l'instant établi de «lien scientifique», mais a néanmoins appelé la population locale à prendre certaines précautions (!).
«Les inquiétudes du Pr Belpomme, que je partage, ont besoin d'être confirmées par des études scientifiques de haute qualité», a déclaré la ministre sur France 2. «Pour l'instant, le Pr Belpomme pose des questions, il n'apporte pas de réponse formelle», a-t-elle ajouté.

La ministre a néanmoins appelé les Martiniquais et Guadeloupéens «à la plus grande précaution» pour les produits ne provenant pas des circuits commerciaux (production de jardins familiaux ou prélèvements d'eau de source). Elle n'a pas demandé l'arrêt de leur consommation, mais a recommandé «de ne pas les consommer plus de deux fois par semaine»...

Roselyne Bachelot a par ailleurs indiqué que la France allait proposer que le règlement européen définissant les taux maximaux de résidus de pesticides autorisés dans les aliments «soit encore plus sévère», passant de 50 microgrammes par kg à 20 microgrammes.

En France:

Les pesticides laissent des traces sur les grappes de raisin que vous achetez au marché, dans l'air que vous respirez, les fleuves, les nappes phréatiques... Mais quels sont leurs effets sur les hommes, les poissons, les abeilles en France, qui est le troisième consommateur au monde d'insecticides, herbicides et fongicides ? Pour l'heure, beaucoup de questions restent sans réponse, mais certaines études s'avèrent inquiétantes.

Santé : les paysans en première ligne
Selon la Mutualité sociale agricole, un agriculteur sur cinq se plaint de « troubles » liés à l'utilisation de produits phytosanitaires. Le grand public ne serait pas, non plus, à l'abri des effets nocifs de certains pesticides. Des scientifiques évoquent les conséquences pour la santé des résidus de ces « tueurs de parasites » que l'on retrouve sur la moitié des fruits et légumes. Selon eux, ces molécules pourraient être à l'origine de certains cancers. Lors d'une étude de l'Institut national de la consommation effectuée sur 150 lots de fruits et légumes, des substances chimiques non autorisées avaient été détectées sur des carottes et des salades.

Anomalies génitales chez les bébés
En 2001, un professeur du CHU de Montpellier a constaté un taux élevé d'anomalies de l'appareil génital chez des nouveau-nés issus de familles de viticulteurs et d'agriculteurs de la région vivant dans des zones exposées aux pesticides. Autre observation troublante d'un biologiste de l'université de Caen : l'herbicide baptisé Roundup serait susceptible de provoquer des fausses couches, des avortements spontanés et des malformations chez les femmes enceintes. Il serait même potentiellement cancérigène, selon une autre étude.

Des nappes souterraines et des rivières souillées
La consommation massive de pesticides entraîne une « pollution chronique » des eaux jugée « préoccupante » par l'Institut français de l'environnement. Selon ce dernier, 96 % des rivières et 61 % des nappes souterraines sont concernées, ce qui lui vaut les coups de semonce réguliers de la part de la Commission européenne. Cette présence conduirait à une fragilisation des populations aquatiques : baisse des « performances de reproduction » des poissons et vulnérabilité accrue à la prédation. Sans parler du coût : le traitement pour rendre l'eau potable coûte très cher aux collectivités.

Un ennemi des abeilles
Au début des années 2000, les apiculteurs du Sud-Ouest ont découvert des milliers de cadavres dans leurs ruches. Accusé : le Régent, un insecticide dont la vente a été suspendue en France le 23 février 2005. L'Union européenne envisage d'autoriser de nouveau ces prochaines semaines - et sous certaines conditions - la molécule active de ce produit, le fipronil.

(Source Le Parisien)

18:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Fillon a son idée à propos de l'Iran...

En marge de sa visite au 1er Régiment d'infanterie de marine, basé à Angoulême, François Fillon est revenu sur la crise du nucléaire iranien:

«Les Iraniens doivent comprendre que la tension est à son extrême et en particulier dans la région, dans la relation entre l'Iran et ses voisins, dans la relation avec Israël, a indiqué le Premier ministre. Nous sommes dans une situation de très grande tension.»

«Une confrontation avec l'Iran serait la dernière extrémité que n'importe quel responsable politique doit souhaiter», a-t-il poursuivi jugeant également que «les sanctions (imposées à Téhéran) n'ont pas été jusqu'au bout»...

(Source: Le Parisien)

17:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

16/09/2007

KOUCHNER APPELLE A LA GUERRE CONTRE L'IRAN

7cb508d56ec2ea9e3cdd705efa3f504e.jpg

Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a estimé dimanche que le monde devait se "préparer au pire", c'est-à-dire à la possibilité d'une "guerre" avec l'Iran et a demandé des sanctions européennes, tout en appelant à "négocier jusqu'au bout" pour éviter que Téhéran ne se dote de l'arme atomique.

"Il faut se préparer au pire", a dit M. Kouchner, invité de l'émission radio-télévisée le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI. Interrogé pour savoir ce que cela signifiait, il a répondu sans précaution diplomatique: "c'est la guerre".

M. Kouchner a estimé "qu'il n'y a pas de plus grande crise" à l'heure actuelle que celle du programme nucléaire iranien, suspecté de servir de paravent à des activités militaires malgré les démentis de Téhéran.

"Nous n'accepterons pas que cette bombe soit construite" car cela constituerait un "vrai danger pour l'ensemble du monde", a dit le ministre. *

Ce langage particulièrement dur à l'égard de Téhéran rappelle celui du président Nicolas Sarkozy, le 27 août. Rompant avec la réticence des dirigeants occidentaux à évoquer ouvertement un conflit, Sarközy avait mis en garde contre une alternative catastrophique: la bombe iranienne ou le bombardement de l'Iran".

A Washington, le secrétaire à la Défense Robert Gates a déclaré que la diplomatie restait "pour le moment la meilleure approche" pour traiter avec l'Iran. Mais "toutes les options restent ouvertes", a-t-il ajouté.

Evoquant le risque d'un bombardement contre l'Iran, M. Kouchner a toutefois cherché à démentir qu'une attaque soit imminente.

Il a indiqué "qu'aucun signe ne nous permet de penser en dehors des préparations militaires" qu'un bombardement américain de l'Iran soit proche. "Je ne crois pas que nous en soyons là" mais il "normal qu'on fasse des plans", a-t-il dit.

M. Kouchner a souligné que la négociation restait l'option privilégiée pour amener Téhéran à suspendre sa production d'uranium enrichi. "Nous devons négocier jusqu'au bout", a-t-il insisté.

Mais il a aussi déclaré que Paris plaidait pour que l'Union européenne prenne des sanctions économiques contre Téhéran, en dehors du cadre des Nations Unies jusqu'ici suivi.

Cette attitude traduit un durcissement de la position française, et une crainte que l'adoption d'un nouveau train de sanctions par le Conseil de sécurité -souhaité par Washington, Londres et Paris notamment- ne se heurte à l'hostilité de la Russie ou de la Chine.

"Nous avons décidé, pendant que la négociation se poursuit --et elle doit s'amplifier-- de nous préparer à des sanctions éventuelles en dehors des sanctions de l'ONU, qui seraient des sanctions européennes", a-t-il déclaré.

"Nos amis allemands l'ont proposé", a-t-il ajouté, en précisant qu'il s'agirait de "sanctions économiques à propos des circuits financiers" visant notamment "les grandes fortunes, les banques" en Iran, pas la population ordinaire.

Sans attendre ces sanctions supplémentaire, Paris, a-t-il ajouté, a décidé de demander aux grandes entreprises françaises de ne plus investir en Iran, en particulier dans l'important secteur des hydrocarbures, a-t-il dit. Cette démarche a concerné la compagnie pétrolière Total ainsi que Gaz de France "et d'autres", a-t-il dit.

Les six grandes puissances (France, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Chine Russie et Allemagne) impliquées dans les discussions sur le dossier nucléaire iranien étudieront vendredi prochain à Washington un projet de résolution de l'ONU prévoyant de nouvelles sanctions, a annoncé le département d'Etat américain.

Le "gentil humanitaire" porteur de sacs de riz vient de tomber le masque...

* La France n'est nullement menacée par l'Iran.

23:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

CIORAN ET LA JEUNESSE

« Celui qui, avant la trentaine, n'a pas subi la fascination de toutes les formes d'extrémisme, je ne sais si je dois l'admirer ou le mépriser, le considérer comme un saint ou un cadavre.  
Vivre véritablement, c'est refuser les autres : pour les accepter, il faut savoir renoncer, se faire violence, agir contre sa propre nature, s'affaiblir : on ne peut concevoir la liberté que pour soi-même ; on ne l'étend à ses proches qu'au prix d'efforts épuisants. Fonction d'une ardeur éteinte, d'un déséquilibre, non point par surcroît, mais par défaut d'énergie, la tolérance ne peut séduire les jeunes. Donnez-leur l'espoir ou l'occasion d'un massacre, ils vous suivront aveuglément. Au sortir de l'adolescence, on est par définition fanatique : je l'ai été moi aussi, et jusqu'au ridicule. »

Emil Cioran (1911-1995)

(Source ZENTROPA -13.09.2007)

23:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO: Ave Maria Callas!

http://www.dailymotion.com/video/xpxxx_maria-callas-o-mio...

23:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

MARIA CALLAS

77fa89c8cad34edeedd725e7ade753be.jpg

Maria Callas est décédée il y a 30 ans, mais celle qui fut la plus célèbre cantatrice de la seconde moitié du XXe siècle, une tragédienne sur scène et à la ville, figure toujours au panthéon des amateurs d'opéra, et sa légende dépasse largement le cercle des mélomanes.

Le 16 septembre 1977, la soprano, née Maria Kalogeropoulos en 1923 à New York, s'éteignait à Paris à l'âge de 54 ans. "Les Dieux s'ennuyaient, ils ont rappelé leur voix", dira à chaud le couturier Yves Saint Laurent.

Depuis, les enregistrements de la Callas n'ont pratiquement jamais quitté le catalogue de son éditeur phonographique EMI, qui estime à 30 millions le nombre de disques de cette artiste vendus à ce jour dans le monde.


"C'est ça qui est extraordinaire: trente ans après sa mort, Callas continue à parler à tous, même à ceux qui n'étaient pas nés lors de sa disparition", explique à l'AFP Alain Lanceron, vice-président d'EMI Classics.

Les raisons de la fascination qu'exerce encore le personnage tiennent d'abord au pouvoir de séduction d'une voix singulière, sans doute pas la plus belle de son temps, mais dont Callas a su transcender les imperfections à force de travail.

Il y a trente ans, Maria Callas mourait seule, abandonnée de tous, dans un appartement parisien...

23:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Troublants extraits du journal intime de Kate McCann

29fba2f2a120123fdfd4f6495dba7e53.jpg

La presse portugaise a réussi à se procurer de larges extraits du journal intime de Kate McCann. La mère de Maddie se dit "épuisée" par ses enfants "hystériques". Elle se plaint de "l'excès de vitalité de Madeleine" et, selon le Correio da manha, du fait que son époux, "Gerry ne l'aide pas dans les tâches familiales et qu'elle doit s'occuper des plus petits".
Le quotidien Publico révèle que Kate était "préoccupée par l'agitation de ses enfants et par sa difficulté à les discipliner".

Les photocopies de son journal ont été saisies lors d'une fouille chez les McCann, il y a plus de deux mois. Jointes au rapport d'enquêtes, elles ne pourront être utilisées à charge qu'après accord du juge d'instruction.

 

 

15/09/2007 12h24

Kate McCann, la maman de la petite Madeleine, disparue début mai au Portugal, sera à nouveau entendue par la police. Le juge d'instruction portugais Pedro Anjos Frias en a fait la demande, selon l'édition de samedi du quotidien portugais Diário de Notícias. On ignore cependant si l'audition aura lieu en Angleterre ou au Portugal.

A présent que Kate McCann est considéré comme suspecte dans la disparition de sa fille, elle a le droit de refuser de témoigner, ce qu'elle a déjà fait lors de sa précédente audition. Des amis de la famille McCann seront également à nouveau entendus. La presse britannique et portugaise ont affirmé samedi que la fillette, âgée de 4 ans, avait été jetée d'un yacht dans la mer et que la police craignait dès lors de ne jamais retrouver son corps.

17:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Les racailles ne craignent rien en France!

Les tonitruantes déclarations du gouvernement sarkösien contre la répression des "affrontements entre bandes rivales" ne semblent pas avoir été entendues dans les banlieues sensibles. A en croire l'actualité, combien lassante, de ces règlements de comptes sanglants dans des lieux publics, centres commerciaux, etc... Les bandes de racaille continuent à faire ce qu'elles veulent, pratiquement en toute impunité. Les "sarközystes" de tout poil qui s'imaginent que les choses s'améliorent sont cruellement démentis par la réalité...

Un jeune, originaire de Saint-Michel-sur-Orge, dans l'Essonne, a reconnu ce matin avoir fait feu hier après-midi (samedi 15 septembre) au cours d'un affrontement entre bandes au centre commercial Belle-Epine. Les jours des deux blessés ne seraient pas en danger.

L'auteur des coups de feu qui ont fait deux blessés au cours d'une bagarre entre deux bandes hier en fin d'après-midi au centre commercial Belle-Epine à Thiais (Val-de-Marne) a reconnu les faits.

Maîtrisé par des vigiles, le jeune homme, son arme encore à la main, âgé d'une vingtaine d'années, est originaire du quartier du Bois-des-Roches à Saint-Michel-sur-Orge (Essonne) tandis que ses adversaires venaient de la cité Saint-Hubert à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne).

Vers 17 h 30, les deux bandes s'étaient croisées près de l'enseigne des Galeries Lafayette et avaient commencé à se provoquer.

Les deux groupes se sont parlé puis une bagarre a éclaté entre deux individus, pour un motif qui reste encore aujourd'hui "mystérieux". Puis les autres, environ quatre de chaque côté, se sont mêlés à la bagarre. Alerté par des employés du grand magasin, un vigile du PC sécurité a scruté les écrans vidéo et a vu que l'un des jeunes gens était armé.

Avertis de la présence de cette arme, un pistolet 22 long rifle pouvant contenir six balles, les trois premiers vigiles interviennent avec un maximum de sécurité. « Ça se battait dans tous les sens. Il y avait déjà un jeune à terre, il saignait, raconte cet agent. Le tireur s'est alors dirigé une nouvelle fois vers lui et a tiré en visant le haut de la jambe. » Les vigiles décident alors d'attendre leur collègue. « On surveillait le tireur du coin de l'oeil tout en s'interposant entre les jeunes, poursuit l'employé de Belle-Epine. Il semblait sûr de lui, tranquille. » Un autre jeune homme a été blessé.

Finalement, les  policiers arrivent. Trois agents de sécurité sautent sur le tireur et parviennent à le maîtriser. Il aurait tiré «six coups de feu» mais aucune douille n'avait été retrouvée sur place samedi.

L'état de santé des deux blessés, des frères jumeaux d'une vingtaine d'années également, n'inspirait plus d'inquiétude ce matin. L'un d'eux a été touché par balle à la fesse et à la cheville. L'autre, plus gravement blessé et évacué samedi par hélicoptère, a reçu une balle qui lui a traversé la cuisse, touchant l'artère fémorale. Ils devaient être interrogés par la police en fin de matinée.

Le tireur et les victimes étaient tous trois connus des services de police dans l'Essonne pour des faits de délinquance, que la police qualifie de «violente». L'enquête a été confiée au service départemental de police judiciaire du Val-de-Marne...

(Source: Le Parisien)

A la prochaine!

16:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Scandaleux pillage de nos églises et cathédrales

45c9457437636e86f38064b0967ad27f.jpg

La ministre de la Culture, Christine Albanel, veut partir en croisade contre le pillage méthodique de notre patrimoine religieux. Chapelles, églises et cathédrales sont la cible de trafiquants d'objets d'art, d'autant qu'un marché se développe.

Les voleurs ne craignent pas les foudres du Seigneur. En trois mois, les cathédrales de Rennes (Ille-et-Vilaine), Toulouse (Haute-Garonne) et Perpignan (Pyrénées-Orientales) ont été méthodiquement pillées. On ne compte plus les vierges et les objets de culte qui disparaissent des petites chapelles, notamment dans le Sud-Ouest.

Des vols aux préjudices « inestimables » comme le plus récent, commis dans la nuit de mardi à mercredi à la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Perpignan, où de véritables trésors nationaux ont disparu. Face à l'ampleur du phénomène, la ministre de la Culture, Christine Albanel, s'est immédiatement rendue dans la cité catalane pour réclamer des lois plus dures contre ceux qui organisent les trafics de biens culturels. Elle n'a pas hésité à parler de « scandale » et a promis de se tourner vers le garde des Sceaux, Rachida Dati, pour résoudre le problème. « Il est exact qu'à l'heure actuelle les textes français ne distinguent pas un vol d'agrafeuse de celui d'une pièce inscrite au registre des monuments historiques », ajoute le lieutenant-colonel Pierre Tabel, chef de l'Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC).

La Belgique,  seule plaque tournante des trafiquants?

Sur un plan général, les vols d'oeuvres d'art sont en baisse depuis plusieurs années en France. De plus de 7 000 faits constatés en 2002, les chiffres sont descendus à 2 750 l'année dernière. Mais les pillages de lieux de culte, eux, ne baissent pas. « Aux Etats-Unis, il y a un réel engouement pour ces objets sacrés qui servent à décorer ensuite des jardins ou des salons. Comme il y a de la demande, les trafiquants se sont mis sur ce créneau. C'est la loi du marché », souffle Pierre Tabel. La preuve. Fin juin, un retable flamand disparaît de la cathédrale de Rennes. Quelques semaines plus tard, un marchand d'art de New York alerte les autorités françaises. Un collègue belge l'a contacté pour lui revendre ce retable. « Cela prouve que les premiers à pouvoir nous aider sont les professionnels du marché de l'art », relève le patron de l'OCBC qui souhaite que l'immense base de données des objets volés, baptisée Treima, soit enfin mise à leur disposition.

Autre enseignement de l'affaire de Rennes, la confirmation du rôle de plaque tournante de la Belgique. Grâce à une législation très permissive sur le recel d'objets volés, le pays est devenu l'eldorado des trafiquants. « Avant de s'embarquer vers les Etats-Unis en containers, les objets volés dans les églises françaises transitent par les ports belges », confirme l'OCBC. Depuis des années, la France attend une harmonisation des textes européens sur cette question. « En Belgique, au bout de cinq ans, le recel est prescrit. Donc, le trafiquant peut enterrer sa pièce pendant cette durée, puis la remettre sur le marché légal. On ne peut rien contre lui. C'est du blanchiment parfait », conclut le lieutenant-colonel Tabel.

L'Eglise désemparée face à la carence de l'Etat

«Suite au vol, quelqu'un de la commission nationale de sécurité est descendu de Paris pour nous rappeler les principes de sécurité qu'on applique déjà. On fait ce qu'on peut ! », soupire le curé de la cathédrale Saint-Etienne de Toulouse. Le père Michel Cathala est encore indigné après le pillage intervenu dans la nuit du 16 au 17 août.

Un vol sans effraction. Le ou les voleurs se sont sans doute laissé enfermer dans la cathédrale. « Ils ont trouvé les clés, qui étaient pourtant bien cachées dans la sacristie, car Dieu sait si on fait attention. Et ils ont pris le trésor avant de sortir par une porte coupe-feu », raconte le prêtre. Le comble, c'est que cette porte, qui a facilité la fuite du ou des voleurs, a été installée à la demande de la commission de sécurité. En plus des objets précieux qui composaient le trésor, la quête de la semaine a elle aussi disparu.

A la basilique Saint-Sernin, le sacristain est épaulé par des gardiens. Mais les basiliques sont la propriété des communes, alors que les cathédrales appartiennent à l'Etat. « Et je vois mal l'Etat nous envoyer des gardiens », sourit le curé. Alors, il lui faudra sans doute se contenter de renforcer les serrures et compter sur la bonne volonté des paroissiens pour assurer davantage de permanences d'accueil.

(Source Le Parisien)

Nous nous félicitons de la croisade entreprise par la ministre Christine Albanel contre le pillage systématique des lieux de culte catholique et nous espérons que son action trouvera toute l'aide nécessaire auprès du garde des Sceaux, Rachida Dati.

 

15:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

15/09/2007

ARCIMBOLDO (1527-1593) Exposition au musée du Luxembourg

a91f0308b6bbf1a4423b13fdff280015.jpg760f91bb173d9d7e17ee0ebf3d9c4102.jpg
df8563c8565e27f682e58571ed34a1f2.jpg
98a1fd0fa3158def4d13d2e6adefae3f.jpg

18:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Cécilia: l'adieu à son ex-mari

8960ee9a15b695754258bf97eb1e6d07.gif

Cécilia Sarkozy a prévu de se rendre aux obsèques de son ex-mari jeudi à Lyon. Divorcée en 1989, la première dame de France s'est efforcée de garder jusqu'au bout de bonnes relations avec Jacques Martin, le père de ses deux filles Judith (23 ans) et Jeanne-Marie (20 ans). Elle est même allée le voir plusieurs fois ces dernières années, lorsqu'il était malade.

« Elle est très affectée, elle a de la peine pour ses enfants », assure une de ses amies, jointe hier au téléphone.

 Nicolas Sarközy, lui, ne devrait pas faire le déplacement. Alors maire de Neuilly, il avait marié Jacques Martin et Cécilia en 1984, tombant presque aussitôt amoureux d'elle. La rupture avait été douloureuse pour l'animateur télé, qui parlait de cette époque comme de l'un des « pires moments » de son existence.

 Hier, le chef de l'Etat n'a pas fait publier de communiqué. Un silence remarqué car, ces dernières semaines, la présidence de la République a salué tour à tour la mémoire de Pierre Messmer, Raymond Barre, Henri Amouroux, Michel Serrault ou Michelangelo Antonioni.

L'élégance magyare...

18:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)