Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2008

Les associations membres du Centre LGBT

Associations membres du centre Lesbien Gay Bi et Trans:           

          ACGLSF, association culturelles des gays et lesbiennes sourds

          AGLA France, association d'Arméniens LGBT et de leurs amis,

  • AGLH, association de gays et lesbiennes handicapés,
  • AHTP – Homobus, association LGBT de la RATP,
  • AMG, association des médecins gays ,
  • AMINOURS, association conviviale centrée sur les Bears,
  • APGL, association des parents et futurs parents gays et lesbiens,
  • AQUA HOMO, association de natation,
  • ARDHIS, association militant pour le droit du sol des personnes LGBT,
  • ASB, association du syndrome de Benjamin, s'intéresse aux questions trans,
  • ASMF, association SM,
  • ASCM - Association Sportive Coqs Musclés, association de culturisme,
  • ATTITUDE IN,
  • BEIT HAVERIM, association de juifs LGBT et de leurs amis, actuellement adminitratrice du Centre,
  • BI’CAUSE, association conviviale et militante bisexuelle,
  • CARITIG, centre d'étude sur l'identité de genre,
  • CentraleGay, association des LGBT anciens de l'École Centrale de Paris,
  • CONTACT, association fondée sur le lien entre les LGBT et leurs parents,
  • David et Jonathan, association de chrétiens LGBT et de leurs amis,
  • EQUIVOX, cœur gay,
  • FC Paris Arc-en-Ciel, l'un des deux football clubs gays parisiens,
  • FSGL, Fédération Sportive Gai et Lesbienne, regroupe beaucoup d'autres associations sportives LGBT, actuellement administratrice du Centre,
  • Gai Moto Club, association sportive,
  • GAIPAR, association conviviale,
  • Groupe Grimpe et Glisse, association sportive,
  • Helem, association de LGBT libanais et leurs amis,
  • HOMO SWEET HOME, association conviviale,
  • Inter-LGBT, association militante LGBT, chargée de l'organisation de la marche des fiertés et du salon des associations (entre autres),
  • L'Autre Cercle, association de dirigeants et cadres supérieurs LGBT,
  • Les amis de Bonneuil, association offrant un accueil aux autres associations LGBT,
  • Les enrolleres, association sportive,
  • Les Fronts Runners de Paris, association sportive,
  • Les Gais Musette, association festive,
  • Les Gais Retraités, association conviviale, militant pour la reconnaissance des particularités des LGBT âgés,
  • Les Gamme'elles, cœur féminin,
  • Les Jeunes Séropotes, association conviviale et militante regroupant des gays séropos de moins de 30 ans,
  • Les Mâles Fêteurs, association conviviale,
  • Les Meufs, association féminine conviviale non mixte,
  • LONG YANG CLUB, association conviviale, regroupant des personnes issues des pays d'extrême orient et leurs amis,
  • Madison Street, association festive de danse,
  • MEC - Mecs En Caoutchouc, association tournée vers les fétiches,
  • MELO’MEN, cœur masculin,
  • Plongée Arc-en-Ciel, association sportive,
  • Rainbow Synphony Orchestra, association culturelle,
  • Rando’s IDF, association sportive,
  • RAVAD, Réseau d'Assistance aux Victimes d'Agression et de Discrimination,
  • SOS Homophobie, association militant contre l'homophobie, recueillant les appels et aidant les personnes victimes de discriminations liées à l'identité sexuelle ou de genre,
  • TITS, association tournée vers les fétiches,
  • Various Voices, chœur mixte

       (Source: WIKIPEDIA)

      

00:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Centre gay et lesbien à Paris

e4c8c6a7f38d798bc44d337dc3595569.jpg
10578b6e476fab7ec331cec8194348eb.jpg

Inauguration du nouveau centre gay et lesbien de Paris : incontournable pour Panafieu

Le centre gay et lesbien s’ouvre aux trans et aux bi et… quitte le XIème arrondissement de la capitale pour emménager dans des locaux “splendides” près du Marais où il remplace le syndicat Force ouvrière.

La structure massivement subventionnée par la mairie de Paris à hauteur de 100 000 euros pour trois ans (sans compter les subventions des nombreuses associations que le centre fédère) et dont est membre l’adjoint à la culture de Bertrand Delanoë, Christophe Girard, organise un débat dont le thème est “municipales 2008 : un centre LGBT à Paris, quels projets pour quels publics avec quels soutiens et quels partenaires ?” Y sont annoncés les homofous de service Denis Baupin (Verts), François Vauglin (PS), Ian Brossat (PC) mais aussi Roxane Decorte (UMP) et Pierre-Yves Bournazel, porte-parole de Françoise de Panafieu (UMP).

Cette dernière a par ailleurs annoncé lors d’un chat sur le site du Nouvel Observateur qu’elle rendrait «bien sûr» une visite au centre dont l’objectif est la lutte contre ”toutes les LGBTphobies” (sic).

Panafieu, une candidate de toute évidence de moins en moins incontournable pour l’électeur parisien de droite…

(Source: http://e-deo.net/)

NOVOPRESS. INFO  15.02.08

00:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

Qu'il s'occupe plutôt de la marée brune!

261a4f1c88671c2c71521573f56e1d29.jpg
Le 15 février 2008 dans une école de Périgueux
Sa proposition fait débat depuis mercredi. Vendredi, il s'est expliqué. Dans son discours sur l'école primaire prononcé à Périgueux, Nicolas Sarközy est revenu sur son idée de confier la mémoire d'un enfant victime de la Shoah à un élève de CM2. "On fait un grand tumulte là-dessus et on n'en fait pas sur parfois ce que voient comme films nos enfants, ce qu'on leur laisse d'images violences, dégradantes et gratuites." Mais "il s'agit d'une démarche contre tous les racismes, toutes les discriminations, toutes les barbaries", a-t-il dit. "Croyez-moi, on ne traumatise pas les enfants en leur faisant cadeau de la mémoire de ce pays" et cette proposition est dictée, selon lui par la nécessité de faire des écoliers français "des enfants aux yeux ouverts". "Si vous ne leur parlez pas de ce drame-là, ne vous étonnez pas que ça se reproduise. C'est l'ignorance qui fait la reproduction de situations abominables, c'est pas la connaissance", a-t-il lancé.
  • Sur la réhabilitation des emblèmes nationaux

Cette mémoire de la Shoah s'inscrira dans le cadre d'une instruction "civique et morale à l'école" renforcée, de même que d'autres symboles, d'autres "repères" pour le président : le drapeau français, Marianne et la Marseillaise. "L'affirmation des valeurs morales, l'énonciation de règles de comportements applicables à tous sont une absolue nécessité", a-t-il plaidé. "Cette instruction civique et morale prévoit notamment l'apprentissage des règles de politesse, la connaissance et le respect des valeurs et emblèmes de la République française." Or, a-t-il dit, "ce n'est pas faire du nationalisme que d'apprendre à nos enfants à respecter le drapeau de la nation qui est la leur" -, Marianne, et l'hymne national, "à l'écoute duquel ils devront se lever". "L'hymne national ne se siffle pas". "Devant le drapeau pour lequel nos anciens sont morts, on se lève. Ce sont des repères, des valeurs".

  • Sur l'échec scolaire

Evoquant la réforme de l'enseignement scolaire, "la plus importante depuis des décennies", le chef de l'Etat a annoncé son objectif : "diviser par trois, d'ici la fin de la mandature, le taux d'échec scolaire, à la sortie du CM2". Car "contrairement à une opinion longtemps admise et encore répandue, notre école primaire ne se porte pas bien. Chaque année, ce sont plus de 15% des élèves qui en sortent en grande difficulté : soit plus de 100.000 enfants par an !", a-t-il déclaré. "Dès le mois de septembre, dans toutes les écoles primaires, il y aura deux heures de pédagogie en plus pour vos enfants en difficultés", a affirmé le président. Et "les nouveaux programmes présenteront l'ensemble d'un cursus scolaire recentré sur le français et les mathématiques".

  • Sur l'évaluation des enseignants

Les professeurs des écoles seront désormais évalués "tous les deux ans, au lieu de quatre actuellement en moyenne", a annoncé le président. L'évaluation "s'attachera d'abord aux progrès des élèves, et non au choix de telle ou telle méthode pédagogique, que je veux laisser à la libre appréciation de l'enseignant", a-t-il expliqué. "Nous allons concentrer tous nos efforts sur les résultats. La méthode m'indiffère." "Parallèlement, nous allons doter notre école primaire d'un véritable système d'évaluation permettant d'identifier rapidement les difficultés et de promouvoir les solutions qui marchent. Deux évaluations nationales témoins seront créées, qui serviront à mesurer chaque année les acquis des élèves au CE1 et au CM2", a-t-il dit. "Chaque famille recevra systématiquement, non seulement les résultats de son enfant, mais également ceux de son école. Un devoir de transparence." (LCI.fr)

A propos, où sont scolarisés Louis  et Aurélien ?

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

15/02/2008

Agression criminelle dans le métro parisien

Un homme de 27 ans "soupçonné" d'avoir provoqué la mort d'un intermittent du spectacle mortellement percuté par une rame de métro parisien le 3 février  a été mis en examen et placé en détention provisoire, a-t-on appris de source judiciaire.

Cet homme, dont l'identité n'a pas été révélée (pourquoi?) est poursuivi pour «vol précédé, accompagné ou suivi de violences ayant entraîné la mort», selon cette source. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.


Le cadavre de la victime, un intermittent du spectacle de 30 ans, avait été découvert au matin sur une voie de la ligne 6 du métro parisien dans le 15e arrondissement après la station Sèvres-Lecourbe en direction de Charles de Gaulle-Etoile.

Selon une source proche de l'enquête, la victime a été agressée alors qu'elle était ivre par un homme qui voulait lui dérober son baladeur numérique.

Après l'avoir frappée et lui avoir dérobé son bien, l'homme est descendu sur le quai, suivi par sa victime. Les portes de la rame se sont alors refermées et l'intermittent du spectacle, qui s'est retrouvé déséquilibré entre son agresseur et la rame, est tombé sur la voie alors que le métro redémarrait. (ce n'est pas très clair)

C'est en visionnant les vidéos de surveillance de la RATP et à l'aide de deux personnes qui se sont manifestées après un appel à témoins que les enquêteurs ont pu identifier l'auteur présumé des faits.

Déjà connu pour des vols dans le métro, il avait été interpellé dans une sandwicherie du IIe arrondissement et remis aux enquêteurs de la brigade criminelle, selon une source proche du dossier.

(le Parisien 15.02.08)

23:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La prudence de la rescapée et de la "faiseuse d'anges"

5043a2b5c98d32a6725af8bc2fa805b2.jpg

Simone Veil, présidente d'honneur de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et ancienne déportée, juge «inimaginable, insoutenable et injuste» la proposition de Nicolas Sarközy d'associer chaque élève de CM2 à un enfant victime des persécutions nazies.

Interrogée par l'express.fr, elle déclare qu'«on ne peut pas infliger ça à des petits de dix ans». «On ne peut pas demander à un enfant de s'identifier à un enfant mort. Cette mémoire est beaucoup trop lourde à porter», ajoute-t-elle.

«Nous mêmes, anciens déportés, avons eu beaucoup de difficultés après la guerre à parler de ce que nous avions vécu, même avec nos proches. Et aujourd'hui encore, nous essayons d'épargner nos enfants et nos petits-enfants. Par ailleurs beaucoup d'enseignants parlent - très bien - de ces sujets», ajoute Mme Veil.

Pour elle, la suggestion de M. Sarközy risque aussi d'attiser les antagonismes religieux : «Comment réagira une famille catholique ou musulmane quand on demandera à leur fils ou à leur fille d'incarner le souvenir d'un petit juif?», s'interroge-t-elle.

(Le Parisien 15.02.08)

Nous ferons remarquer à Simone Veil que les catholiques sont sans doute les plus à même de comprendre les souffrances d'un enfant juif persécuté: n'a-t-elle jamais entendu parler de la naissance de Jésus dans une étable, du massacre des Innocents sous Hérode et de la fuite en Egypte de la Sainte Famille?

 

23:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Irrévérences

e3f852df4f12143b60372e7660202d9d.jpg3a24b0aa8d438290a9fe439dd06261d7.jpg
5cbd6563a221f68cd17d8bf02f5bdb1b.jpg

22:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Communiqué: contre l'indépendance du Kosovo

06a355448c5752cab85e97dce957896f.jpg
Le Prince Lazar à la bataille de Kosovo -15 juin 1389
Ce Dimanche 17, si (et seulement si) la déclaration unlatérale d'indépendance du Kosovo est proclamé, UN RASSEMBLEMENT EN VUE D'UNE MANIFESTATION SPONTANEE SERA ORGANISE CONTRE CELLE-CI, SUR PARIS.


Pour les détails sur l'heure et le lieu précis du rendez-vous, si et seulement si l'independance est proclamé ce même jour, contactez moi: psgmax@hotmail.com
Un message circule d'une manifestation à République, dans le 11e à 15h.
En tout cas cela n'a pas de rapport avec notre rassemblement, qui en cas de déclaration d'indépendance du Kosovo-Métochie, n'aura de toute façon lieu ni à République, ni à 15h!!!
Aussi je vous invite a me contacter pour le rassemblement, que nous prévoyons en cas d'indépendance, afin de recevoir plus de détails.


Lieu et heure seront dévoilés le plus tard possible, (probablement dimanche, très tôt... Le jour de la quasi-certaine déclaration d'indépendance..)

N'hésitez pas à me contacter!


Précisions: Ce rassemblement contre l'indépendance du Kosovo (qui aura lieu si celle-ci est proclamée), doit se dérouler dans le calme. Soyons plus intelligents, nous savons que les Occidentaux n'attendent que ça de pouvoir nous pointer du doigt afin de nous décrédibiliser! Montrons l'exemple!

Nous devons nous unir!

Не заборавите да Само Слога Србина Спашава!



22:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Emeutes ethniques au Danemark

90f180ffc4185a6f135e75401dd70d3d.jpg
à Copenhague 15 février 2008
Il y aurait eu 110 incendies. Plusieurs voitures et même des maison et des écoles on été incendiées. Ils y a aussi eu des bagarre entre “jeunes” et la police. Ces actes de guerre civile seraient en rapport avec les caricatures de Mahomet.

Information censurée dans les médias francophones.

Article dans la presse danoise
http://jp.dk/indland/article1266489.ece

Article AFP Anglais
http://afp.google.com/article/ALeqM5g1zaGznN4_AnmJKpg7cnF...

(Source AMI-France)

20:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La nuit, tous les chats sont gris...

2f6bc4cf59d7f06dbb273b005bdb8c75.jpg

00:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Même interné et soigné, il tue: le crime est-il "guérissable"?

6f079c1f230e92389da21070d02e5725.jpg
Poste de contrôle infirmier dans la zone diurne d'une Unité pour Malades dangereux

 AFP. 14.02. Un homme de 24 ans hospitalisé d'office depuis un mois à l'hôpital Robert-Ballanger d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) est soupçonné d'avoir étranglé samedi une patiente de 59 ans, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

"C'est un drame qui nous plonge dans la désolation", a expliqué le directeur de l'hôpital, Jean-Michel Toulouse, selon qui cette agression était "imprévisible" au regard du bon comportement du patient depuis son admission dans l'unité psychiatrique de l'hôpital intercommunal.

"Connu pour des antécédents agressifs", le jeune homme "était coopératif et suivait bien son traitement" et "ne s'était jamais montré agressif avec le personnel soignant ou un malade", a-t-il précisé.

Le patient, qui aura 25 ans en avril, n'a pas pu être entendu par les services judiciaires ce week-end compte-tenu de son état. Il a été transféré dimanche dans l'Unité pour malades difficiles (UMD) Henri-Colin de l'hôpital Paul-Guiraud à Villejuif (Val-de-Marne) après un nouvel arrêté d'hospitalisation d'office pris par le préfet. Il pourrait y rester plusieurs mois, selon M. Toulouse.

Connu pour avoir été violent dans le passé, il avait été interné à Aulnay après un premier arrêté pris le 7 janvier par le préfet, à la suite d'une expertise psychiatrique ordonnée en novembre par le tribunal de Bobigny, a précisé la source judiciaire.

En novembre 2007, il avait été renvoyé en comparution immédiate devant le tribunal pour des violences sur sa mère. Il avait été placé en détention provisoire en attendant le résultat de cette expertise. Prenant acte de son irresponsabilité pénale pour ces faits, le tribunal l'a déclaré non coupable le 7 janvier.

Pour l'homicide de sa voisine de chambre, le patient dangereux sera entendu dans les jours qui viennent par un magistrat, après l'ouverture d'une information judiciaire.

L'unité psychiatrique, qui compte actuellement une trentaine de malades, était sous la surveillance samedi soir de deux infirmières et une aide-soignante, "soit l'effectif normal", selon M. Toulouse.

La victime y était régulièrement hospitalisée depuis 20 ans.

"L'effectif normal" nous semble bien faible pour trente malades mentaux dangereux! 

00:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

14/02/2008

Affreux et criminel

da7422c8841b4dbf0b7a35d0acabdeeb.jpg
 Communiqué de presse de Jean-Marie LE PEN

Jean-Marie Le Pen tient à exprimer sa stupéfaction face à l’aberrante initiative du président de la République de confier la mémoire d’un enfant victime de la Shoah à chaque élève de CM2.

Il est affreux sur le plan moral, et criminel sur le plan psychologique, d’obliger les petits enfants des écoles à se confronter ainsi, de façon personnelle, à des drames historiques, ce qui revient à leur faire endosser ces drames.

Il n’est pas besoin d’être psychologue ou pédopsychiatre pour savoir que nombre d’enfants se sentiront coupables et en seront brisés.

Il reste à espérer que les syndicats d’enseignants fassent revenir le président de la République sur une initiative qui offense à ce point le sens commun.

(AMI-France 14.02.08)

23:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Shoah: l'initiative de Sarközy est jugée "inquiétante" pour les droits de l'enfant

La demande de Nicolas Sarközy de confier à chaque enfant de CM2 la mémoire d'une victime de la Shoah «inquiète» l'association «Enfants du Monde-Droits de l'Homme» (EMDH) qui s'interroge sur «les conséquences sur le développement» des enfants. «Si elle était mise en oeuvre, une telle proposition remettrait en cause le développement harmonieux des enfants en leur faisant porter le poids d'une histoire individuelle qu'ils n'auraient pas choisie», affirme l'association, membre du Conseil français pour les droits de l'enfant (Cofrade).

EMDH affirme partager l'impératif du devoir de mémoire, ainsi que les objectifs de lutte contre la discrimination, mais estime que «l'on ne peut faire porter à un enfant de 10 ans la personnalisation d'une mort dans des circonstances telles que la Shoah sans qu'il en soit affecté, psychologiquement et humainement».

«Lier aussi intimement un enfant à un pair mort, qu'il n'aura pas choisi, dont il n'aura pas connu la vie et qu'il ne pourra comprendre, si ce n'est dans la souffrance, ne peut qu'avoir des conséquences dommageables à son développement», ajoute l'association.

Elle déplore que «l'effet d'annonce prenne le pas sur le fond», «aucun projet éducatif ne peut se construire sur la mort».

Il serait plus approprié, souligne EMDH, de «donner aux écoles les moyens de promouvoir et défendre les droits de l'enfant, d'offrir de l'espoir et des outils de compréhension à nos enfants plutôt que de leur faire porter le poids de nos propres responsabilités».

Mercredi, lors du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), le président de la République a demandé que dès la rentrée 2008, chaque enfant de CM2 connaisse «le nom et l'existence d'un enfant mort dans la Shoah».

(Le Parisisien 14.02.08)

23:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

La Serbie annule par avance l'indépendance du Kosovo

Le gouvernement serbe a rejeté jeudi l'imminente proclamation de l'indépendance du Kosovo et condamné le projet de l'Union européenne d'y envoyer une mission, quelques heures avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU sur ce dossier.

 

"Les actes et les activités des autorités intérimaires du Kosovo qui proclament l'indépendance unilatérale sont annulés (par le gouvernement) parce qu'ils violent la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Serbie", a indiqué le gouvernement.

Cette annulation à l'avance intervient alors que le Parlement kosovar doit se réunir vendredi pour approuver une procédure d'adoption rapide des lois liées à l'indépendance.

Elle revêt toutefois un caractère symbolique et n'aura, à l'évidence, aucune conséquence sur la décision des dirigeants kosovars albanais de proclamer, dimanche ou lundi, l'indépendance de la province du sud de la Serbie, dont la population est en grande majorité albanaise.

Belgrade a manifesté aussi son opposition au projet de l'Union européenne (UE) d'envoyer une mission au Kosovo pour "encadrer" la prochaine indépendance le qualifiant d'"illégal".

 "Les décisions (de l'UE) n'ont aucun fondement légal et n'imposent pas d'obligations à la Serbie à l'égard de l'Union européenne", a souligné le gouvernement serbe.

"Nous avons des relations saines avec l'UE et notre querelle ne porte que sur un point concret", a toutefois précisé le Premier ministre nationaliste Vojislav Kostunica au cours d'une conférence de presse.

Le gouvernement s'est réuni alors que la Serbie et son alliée traditionnelle, la Russie, ont obtenu une réunion jeudi du Conseil de sécurité de l'ONU sur le Kosovo.

Avant cette réunion, le président russe Vladimir Poutine a qualifié d'"immoral et illégal" tout soutien à une indépendance "unilatérale" du Kosovo que les Etats-Unis et les principaux pays de l'UE devraient rapidement reconnaître.

"Nous avons déjà des réponses toutes prêtes, et nous savons ce que nous ferons", a mis en garde M. Poutine sans donner de précisions.

"Nous ne sommes pas très optimistes sur l'issue de la réunion du Conseil de sécurité", a toutefois admis le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

Avant la réunion du gouvernement serbe, M. Kostunica avait indiqué que les autorités serbes travaillaient "constamment" sur les mesures que la Serbie va prendre après la proclamation de l'indépendance du Kosovo.

Le Parlement serbe a adopté récemment un "plan d'action" dont les détails sont toutefois restés secrets.

La Serbie ne devrait avoir recours ni à l'option militaire ni à un blocus économique contre un Kosovo indépendant, a indiqué sous couvert de l'anonymat une source proche du gouvernement. Contournable par les autorités kosovares, le blocus risquerait surtout de frapper les Serbes (environ 100.000) qui vivent dans la province, a expliqué cette source.

Mais la Serbie devrait revoir ses relations diplomatiques avec les pays qui reconnaîtront l'indépendance du Kosovo et une rupture avec les Etats-Unis, n'est pas écartée, selon la même source.

"La Serbie fera tout ce que ferait n'importe quel pays qui a un minimum de dignité", a dit M. Kostunica.

Comme pour apaiser à l'avance la colère serbe, la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, a tendu la main à la Serbie et déclaré que les Etats-Unis souhaitaient "être de bons partenaires" de la Serbie.

Alors que des incidents sont à craindre après la proclamation d'indépendance, Belgrade a voulu rassurer les Serbes restés au Kosovo après le conflit de 1998-1999.

"La Serbie fera tout pour protéger tous les aspects de leur vie, y compris leur sécurité", a dit M. Kostunica.

La partie nord du Kosovo, où les Serbes sont majoritaires, devrait faire sécession ou demander son rattachement à la Serbie après la proclamation d'indépendance.

AFP. 14.02.08

22:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEO Explosion nucléaire

http://www.youtube.com/v/f0uBU409Uxw&rel=1

02:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

13/02/2008

Le dîner annuel du CRIF: Shoah, religion, morale, Israël...

946f961c9b328ac757827ae9c100a3f9.jpg
Nicolas Sarközy et Simone Veil au dîner annuel du CRIF le 13 février 2008

Ils étaient presque tous là. Nicolas Sarközy a participé mercredi soir avec le Premier ministre, François Fillon, et une vingtaine de membres du gouvernement au pavillon d'Armenonville, dans le Bois de Boulogne, à Paris, au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).
 
Pour la première fois, un président de la République était présent à ce dîner annuel dont le Premier ministre est habituellement l'invité d'honneur. L'occasion pour le chef de l'Etat de revenir sur sa notion de la laïcité et de proposer que chaque élève de CM2 se voit confier la mémoire d'un enfant victime de la Shoah. "J'ai demandé au gouvernement, et plus particulièrement au ministre de l'Education nationale, Xavier Darcos, de faire en sorte que, chaque année, à partir de la rentrée scolaire 2008, tous les enfants de CM2 se voient confier la mémoire d'un des 11.000 enfants français victimes de la Shoah", a-t-il dit.

"Les enfants de CM2 devront connaître le nom et l'existence d'un enfant mort dans la Shoah. Rien n'est plus intime que le nom et le prénom d'une personne. Rien n'est plus émouvant pour un enfant que l'histoire d'un enfant de son âge, qui avait les mêmes jeux, les mêmes joies et les mêmes espérances que lui", a-t-il ajouté.

Morales religieuse et laïque sont "complémentaires"

Dans son discours, Nicolas Sarközy a aussi répondu aux critiques qui ont suivi ses discours de Rome et de Ryad, en décembre et janvier derniers, où il semblait faire l'éloge de la religion. "Jamais je n'ai dit que la morale laïque était inférieure à la morale religieuse", a déclaré le président. "Ma conviction est qu'elles sont complémentaires et que, quand il est difficile de discerner le bien et le mal, ce qui somme toute n'est pas si fréquent, il est bon de s'inspirer de l'une comme de l'autre", a-t-il ajouté.

"La première préserve des certitudes toutes faites et apporte sa rationalité. La seconde oblige chaque société, chaque époque à ne pas se penser uniquement comme leur propre fin", a-t-il souligné, assurant que "personne ne veut remettre en cause la laïcité. Personne ne veut abîmer ce trésor trop précieux qu'est la neutralité de l'Etat, le respect de toutes les croyances, comme celui de la non-croyance, la liberté de pratiquer comme celle d'être athée". 
 
En visite en Israël en mai 

"C'est vrai, je suis l'ami d'Israël", a-t-il souligné, annonçant au passage qu'il se rendrait "en mai" dans l'Etat hébreu créé il y a 60 ans. "J'attache une grande importance au resserrement des liens d'amitié, politiques et économiques" entre la France et Israël, a-t-il dit. "La France souhaite de toutes ses forces l'entrée d'Israël dans la francophonie", a-t-il ajouté.

Le président a aussi affirmé qu'il ne serrerait "pas la main à ceux qui refusent de reconnaître l'Etat d'Israël". Il avait auparavant stigmatisé les "propos insensés du président iranien", Mahmoud Ahmadinejad, ajoutant : "la France condamne ses propos".

Mahmoud Ahmadinejad a tenu fin janvier de nouveaux propos contre Israël déclarant que "la sale entité sioniste" tomberait "tôt ou tard".

Un millier de convives ont participé à ce dîner. Parmi eux, des dignitaires religieux comme l'archevêque de Paris, le cardinal André Vingt-Trois, le président de la Fédération protestante de France, le pasteur Claude Baty, et le recteur de la Grande mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, aux côtés du grand rabbin de France, Joseph Sitruk. Le maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, et sa rivale UMP aux élections municipales, Françoise de Panafieu, étaient aussi présents de même que des artistes (Roger Hanin, Rika Zaraï), l'écrivain Marek Halter et les avocats Beate, Serge et Arno Klarsfeld.

(LCI.fr 13.02.08)

ndb. Est-il légal, est-il normal "d'instrumentaliser" ainsi les élèves de CM2 de l'enseignement laïque et démocratique? il est lourd pour de jeunes esprits de porter la mémoire d'enfants morts il y a 60 ans, qu'ils n'ont jamais connus. Tous les dictateurs essaient de s'approprier la jeunesse dès l'école primaire alors qu'elle est la plus malléable. Certes, il s'agit ici de la Shoah. Mais le président de la République a-t-il le DROIT de culpabiliser peu ou prou des enfants qui ne sont en aucune façon responsables de la tragédie des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale? Devront-ils aussi apprendre les nom et prénom d'un petit Arménien chrétien mort lors du génocide de 1915 opéré par la Turquie? D'un enfant Palestinien tué dans les massacres de Tsahal? La Mémoire ne se partage pas. Tous les enfants morts en martyrs à cause de la folie des hommes ou de leurs intérêts ont droit à la même place dans la Mémoire universelle de l'humanité. Parce que tous les enfants de cette terre sont égaux devant la souffrance et la mort, à nos yeux et à ceux de Dieu pour les croyants. Il n'y en a pas de privilégiés par décret divin.

Et comment vont réagir les parents et élèves arabes et africains musulmans issus de l'immigration?

23:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

"Gaza, l'enfer à côté de chez nous"

25a747db55084e6f1906254f5ec37a7c.jpg
Bombarder la bande de Gaza, lui imposer un blocus ou l’envahir ne sert à rien. Car il n’y a aucun moyen d’écraser la résistance d’une population à une armée étrangère, rappelle l’écrivain israélien Yigal Sarna.
 Comment essayons-nous d’apaiser l’enfer ? En le rendant encore plus chaud. Tous les ans, nous tuons des centaines de ses habitants, nous détruisons maisons et véhicules, et nous attendons que les choses se calment. C’est comme ça que ça marche, à Gaza. Enfin, c’est comme ça que ça ne marche pas. Nous tuons dix-neuf personnes en une journée, dont le fils d’une personnalité [le fils de Mahmoud Zahar, l’un des dirigeants du Hamas], et nous attendons que le calme règne. S’ensuit une pluie de [roquettes palestiniennes] Qassam. La routine est simple : l’armée israélienne, peu désireuse d’entrer dans la bande de Gaza par crainte de subir de lourdes pertes, procède à des frappes dures, non chirurgicales.

L’idée géniale d’une invasion au sol refait à nouveau surface ; c’est exactement ce qu’on a fait à la fin de la deuxième guerre du Liban de 2006 – avec les trente-trois morts des dernières heures, inutiles. Une invasion de Gaza, c’est comme le traitement de la calvitie : tout le monde compte dessus, mais personne n’y croit. Supposons que nous entrions dans Gaza, que nous ratissions maison par maison tous ses camps misérables et que nous procédions à des arrestations. Pourrons-nous pour autant nettoyer l’immense prison qu’est Gaza, avec son million et demi de détenus ? Arrêter tous les hommes armés ? Trouver toutes les caches d’armes ? Resterons-nous là-bas pendant un an pour ensuite rêver d’en partir ? Ne verrons-nous pas une pluie de Qassam nous tomber dessus pendant l’opération ? Songez à la guerre du Liban, et vous saurez tout.

Il n’y a aucun moyen d’écraser la résistance d’une population face à une armée étrangère : j’ai entendu ce message cent fois dans la bouche des responsables du Shin Beth [services secrets]. Il n’y a pas de solution militaire et, pourtant, Olmert lui-même, l’avocat rusé – qui a perdu sa foi en l’armée et qui a même osé dénoncer le pouvoir qu’a celle-ci de nous entraîner tous avec elle –, tente encore et toujours cette méthode. Il y est poussé par Ehoud Barak, son ministre de la Défense, qui est par ailleurs un rival politique qui souhaite son départ.

C’est le même establishment de la Défense qui n’a pu empêcher quelques hommes armés de kidnapper le soldat Gilad Shalit [juin 2006] dans son char à Gaza. C’est le même establishment de la Défense qui n’a pu reprendre ses esprits immédiatement après l’embuscade et récupérer le soldat ; le même establishment qui n’a pu conduire des pourparlers rapides et efficaces pour obtenir sa libération.

Disons-le pour la millième fois : Gaza, c’est l’enfer. Pendant les quarante ans que la bande a été entre nos mains – et elle est toujours entre nos mains malgré notre départ, grâce à nos avions espions, nos incursions, nos collaborateurs, les clôtures –, on n’y a même pas construit une chambre d’hôpital ni un puits d’eau potable. C’est un enfer sujet à des bombardements et à des incursions nocturnes incessantes. Gaza est un enfer à côté de chez nous. Et tant qu’elle ne sera qu’un punching-ball pour nos soldats, tant qu’il n’y aura ni aide, ni véritables pourparlers diplomatiques, Gaza nous empoisonnera comme un abcès.

Aucune incursion terrestre ne sauvera la ville israélienne de Sderot : Sderot et les villes palestiniennes de Khan Younis et Beit Hanoun sont liées comme des siamoises. Plus Gaza s’enfonce, plus elle a faim, plus elle est plongée dans le noir, brûlée, pulvérisée et battue, et plus la portée des missiles augmentera. La portée des missiles, c’est la profondeur du désespoir. Gaza ne reviendra au calme que lorsqu’elle commencera à espérer.

Je connais cet enfer triste, malade, poussiéreux, assoiffé, affamé, sans travail et sans espoir. Il sera toujours là, à côté de nous et, comme tous les lieux en feu, il continuera de cracher des éclats brûlants tant qu’il brûlera.

Ceux qui souhaitent éteindre l’incendie par une incursion terrestre ou en tuant les fils des personnalités locales devraient lire le rapport Winograd [sur les échecs de la guerre au Liban en 2006]. Tout y est : la folie de l’establishment militaire ; la brutalité de l’armée et la complète démission des autorités politiques face au problème.

Publié par le quotidien israélien Yediot Aharonot le 9 février 2008

22:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Odieux: des voyageurs doivent changer de wagon pour un harem

46982714a9695afca511fc37f810a4cb.jpg
A la SNCF c'est possible! Une vingtaine d’occupants de deux wagons de première classe d’un TGV se sont retrouvée à l’autre extrémité du train, pour permettre à des membres de la famille du roi d’Arabie saoudite de voyager ensemble, révèle le Canard enchaîné.
 
Les voyageurs, qui étaient déjà installés dans le TGV au départ de Bourg-Saint-Maurice pour Paris le 2 février, ont été informés par un contrôleur peu avant le départ du train qu’ils devraient déménager à la station suivante de Moûtiers.

Motif invoqué: «L’épouse du roi d’Arabie saoudite» a réservé la rame pour elle et sa suite, composée de 80 personnes.

En dépit des protestations de certains, les passagers, dont deux femmes enceintes, ont dû s’exécuter et rejoindre un autre wagon de première à l’autre bout du train. A Chambéry, où aucun arrêt n’était initialement prévu, les membres de la famille royale saoudienne et leur suite, soit 80 personnes, ont pu monter à bord à la faveur d’une «escale technique».
 
L’information a été confirmée à l’AFP par un porte-parole de la SNCF qui a assuré que ce genre de «procédure» arrivait «fréquemment». «On l’a fait pour la famille royale saoudienne, cela aurait pu être pour un comité d’entreprise». Mouais.
La "première dame" du harem n'avait rien réservé du tout! La SNCF a menti!

18:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Qu'Attali fiche la paix à la France!

98311d622ffacd5a299374060279c9bd.jpg
Jacques Attali le 12 février 2008  

Ancien sherpa de François Mitterrand, Jacques Attali a été nommé par Nicolas Sarközy à la tête d'une commission chargée de faire des propositions « pour libérer la croissance française ». Un document volcanique.

Publié chez XO Editions, le rapport Attali, qui regroupe 300 propositions, a déjà été vendu à 43 000 exemplaires. Beaucoup d'élus sont persuadés qu'on veut les court-circuiter et les taxis, sans même attendre qu'un projet de loi ait vu le jour, ont bloqué les grandes villes. Scandalisé de ce qu'il tient pour des faux procès, Attali s'explique.

Pour lui, la France a le devoir de se réformer. Pour cela, il compte sur le tandem Sarkozy-Fillon.

Les élus UMP vous montrent du doigt. Vous êtes « le » responsable de leur chute dans les sondages et bientôt, craignent-ils, de leur échec dans les urnes...

Jacques Attali. Je ne suis pas un homme politique. Mon rôle a consisté, à la demande du président de la République et du Premier ministre, à réunir des femmes et des hommes de très haut niveau (des hypernomades) pour dire, très concrètement et de façon non partisane, ce qu'il faut faire pour améliorer la société française. C'est tout. Nous l'avons fait sereinement, après de longues études et à l'unanimité. Et, à chaque page de notre rapport, nous répétons que la réforme est vitale mais que tout doit être fait dans la négociation pour protéger l'intérêt des plus faibles.

On vous reproche d'être une commission d'experts arrogants...

C'est ridicule ! Tous, nous avons depuis longtemps des responsabilités dans des associations, des entreprises, des syndicats, des universités et l'Etat. Les uns sont venus de province, d'autres de Paris, d'autres encore de l'étranger. Nous ne sommes ni des technos ni des professeurs Tournesol. Nous sommes très fiers de la qualité de notre travail. Cela dit, j'insiste, nous ne sommes pas un gouvernement bis : ce n'est pas à nous de décider.

Quelle volée de bois vert a reçu votre rapport !

Seulement une dizaine de propositions sur 316 ont été critiquées. Ce n'est pas si mal. Comment pourrait-il en être autrement quand on nous a prêté des propositions qui n'ont jamais été les nôtres ? A écouter certains, nous aurions réécrit la Constitution, et elle aurait été rejetée par les taxis. On rêve !


Vous ne voulez vraiment pas la « mort » des taxis ?

Je ne voulais pas, à l'origine, que notre commission traite des taxis, qui ne sont pas des privilégiés. C'est le président de la République et le gouvernement qui ont demandé que nous traitions la question des professions réglementées. Parlons des taxis. Nous avons rencontré les professionnels, les responsables syndicaux et proposé toute une série de réformes importantes qu'ils demandent depuis très longtemps : pour Paris, des voies réservées jusqu'à Roissy ; le droit à la maraude ; le droit d'utiliser les plaques à plusieurs. Et de les vendre dès qu'ils le souhaitent. Nous n'avons, en revanche, jamais proposé ce contre quoi les taxis ont manifesté, c'est-à-dire la déréglementation de la profession. En revanche, il y a des professions qu'il faut, à notre avis, cesser de protéger : les avocats au Conseil d'Etat, par exemple, ou les grands corps de l'Etat. Une mutation radicale de l'appareil d'Etat est indispensable.

Donc, vous persistez et signez ?

Je persiste et signe.

Comprenez-vous tout de même que toute une série de professions aient peur de vous et de votre commission ?

Je leur demande simplement de lire ce qu'on a proposé. Moi, je ne peux pas me défendre contre des propositions qu'on n'a pas faites.

L'idée de supprimer les départements, Nicolas Sarközy n'en veut pas...

Nous ne disons jamais que le département est mal géré ni que c'est une mauvaise structure. Nous disons qu'il faut choisir. Rendez-vous compte ! Il y a en France sept niveaux de décision : la commune, la communauté de communes, le canton, le pays, le département, la région, l'Etat. Dans les autres pays, c'est trois. Gardons-nous de cet enchevêtrement, transférons progressivement les pouvoirs vers les deux niveaux efficaces que sont l'agglomération pour tout ce qui est proximité et la région pour les grandes infrastructures.

Le refus de cette proposition par l'Elysée ne remet-il pas en cause les équilibres globaux de votre rapport ?

Encore une fois, plus de 300 propositions sont en bonne voie pour être mises en oeuvre. Et d'ici à dix ans, je suis convaincu, quel que soit le gouvernement, qu'il soit de gauche ou de droite, que les compétences principales du département seront discrètement « vidées ». Je ne fais là qu'annoncer ce qui est déjà en train de se passer, et qui va simplement s'accélérer. Ou alors c'est le FMI qui viendra nous dire : « Messieurs, il faut le faire. »

Ne regrettez-vous pas d'avoir dit que votre rapport est un tout, à prendre ou à laisser ?

Je n'ai jamais dit cela. Si, il l'a dit! Et ce n'est pas écrit. Simplement, de notre point de vue, cela ne marchera pas s'il n'y a pas, dans les choix qui seront faits, une cohérence d'ensemble. Prenons un exemple : la réforme de la distribution ne peut être bénéfique que si des mesures sont prises pour soutenir fortement le petit commerce. C'est une question d'équilibre.

Ne craignez-vous pas que les parlementaires « enterrent » votre rapport ?

Si vous saviez les encouragements et félicitations que nous recevons !... De la majorité, de l'opposition, du gouvernement, des chambres de commerce, de la société civile, des jeunes surtout... Déjà, entre 30 et 50 propositions - de l'université aux PME - sont mises en oeuvre...

Cela ne vous gêne pas d'être pillé ?

Nous ne demandons que cela ! Mme Boutin a plébiscité notre rapport d'étape sur la distribution et le logement. De même, Mme Lagarde sur la distribution et la concurrence. En avril, la loi sur la modernisation de l'économie s'inspirera très largement, à ma connaissance, de nos travaux...


Entre Nicolas Sarkozy et l'opinion, le désamour aujourd'hui est violent...

Je ne suis pas son conseiller. Je note simplement qu'à gauche, après la victoire de 1981, la phase de désamour a surgi pareillement, mais un an plus tard. Et François Mitterrand s'en est très bien sorti puisqu'il est resté quatorze ans au pouvoir. Cela dit, avec un déficit de 40 milliards d'euros, cinq fois plus qu'en 1983, la situation réelle du pays est aujourd'hui beaucoup plus grave. En 2050, au train où on va, il y aura 70 millions d'habitants de moins en Europe, et un tiers de la population aura plus de 65 ans. Si nous n'ouvrons pas les bras aux élites des pays tiers, si nous ne développons pas l'économie de la connaissance, si nous ne réformons pas l'Etat, ceux qui auront commis ces erreurs verront leurs propres retraites s'effondrer. Et à juste titre, parce que les nouvelles générations leur reprocheront de n'avoir rien fait et refuseront de payer ces charges immenses.

Vous arrivez malgré tout à être optimiste ?

Oui. Pour l'heure, les élections rendent tout le monde très nerveux. Après, on verra... Le président de la République a un avantage par rapport à François Mitterrand : lui a dix-huit mois sans élections. Il a du temps devant lui. Au gouvernement, donc, d'agir, ce sera son succès ou son échec. Je suis simplement convaincu que notre rapport sera lu dans vingt ans comme l'exposé de ce qu'il fallait faire. Après les mutations historiques de 1945, de 1958, de 1981, la France a l'obligation morale de se moderniser, donc de faire sa révolution.

18:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

L'indépendance du Kossovo est imminente

382aec21530f322bd920bcab84040aca.svg
AFP. Les responsables occidentaux et russes se préparent à une déclaration d'indépendance du Kossovo, qui pourrait intervenir dimanche 17 février. Cette date est considérée comme probable par les diplomates, mais elle pourrait aussi servir à annoncer l'indépendance pour le mois de mars. Elle semble avoir été choisie car le lendemain, lundi 18 février, les ministres européens des affaires étrangères ont prévu de se réunir à Bruxelles, où ils tenteront de dégager une position commune.

 

Cela serait le point de départ d'une série de reconnaissances du nouvel Etat indépendant - décision qui se prend à titre national et non au niveau de l'Union européenne. Les Etats-Unis et les grands pays européens prêts à reconnaître rapidement le Kossovo indépendant (France, Royaume-Uni, Allemagne et Italie) procéderaient de façon concertée, si ce n'est quasi simultanée.

 

La Russie prépare de son côté une réplique. Elle conteste la légalité de l'accession à l'indépendance de la province placée depuis 1999 sous la tutelle de l'ONU. Cela "saperait les fondements de la sécurité en Europe", a dit, mardi 12 février, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Affichant son soutien à la Serbie, Moscou a demandé la convocation d'une séance spéciale du Conseil de sécurité de l'ONU jeudi 14 février, au cours de laquelle le ministre serbe des affaires étrangères devrait prendre la parole. "L'objectif est peut-être de dissuader les Etats qui seraient tentés de reconnaître le Kossovo", avance un diplomate occidental.

L'ambassadeur russse à l'ONU, Vitaly Tchourkine, a aussi prévenu qu'il demanderait une autre réunion du Conseil de sécurité, en urgence, dès la déclaration d'indépendance, peu importe le jour ou l'heure. "Gardez votre téléphone portable sur votre table de chevet !", a-t-il lancé à ses homologues. En raison du droit de veto des Occidentaux, Moscou n'a toutefois aucune chance d'obtenir une quelconque déclaration ou résolution condamnant la sécession des Kossovars albanais.

A l'ONU, certains craignent que la déclaration d'indépendance du Kossovo ne mène à une "partition molle" du nord de la province, peuplé de Kossovars serbes. L'Assemblée kossovare pourrait, dimanche, se réunir en session spéciale et déclarer une indépendance qui serait immédiatement dénoncée par les Kossovars serbes. Dès lundi, le nouvel Etat indépendant inviterait la mission de l'Union européenne (UE) à se rendre dans le pays, dont elle doit encadrer l'indépendance.

Selon un haut responsable de l'ONU, il sera "très difficile" pour l'OTAN de "forcer les gens du nord du Kosovo à se mettre sous la coupe de Pristina". La Serbie, ajoute cette source, va "sans doute prendre des mesures pratiques qui vont compliquer la vie du Kosovo provisoirement", notamment en fermant sa frontière au commerce ou en coupant l'alimentation en électricité d'une partie du Kosovo.

Confronté à un Conseil de sécurité divisé, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, se trouve dans une position délicate. Les Etats-Unis et les puissances européennes attendent de lui qu'il réduise jusqu'à une peau de chagrin les effectifs de la Mission des Nations unies au Kossovo (Minuk), pour faire place à la nouvelle mission européenne. Mais Moscou presse au contraire le secrétaire général de déclarer illégale toute proclamation d'indépendance et de ne faciliter en rien sa mise en oeuvre.

"Les Russes menacent Ban Ki-moon de ne pas avoir de second mandat et lui promettent l'enfer s'il s'oppose à eux", relate un ambassadeur occidental. Mais "s'il essayait d'empêcher l'indépendance, très vite il y aurait des violences" sur le terrain, observe un haut responsable de l'ONU, qui estime que M. Ban "sera obligé de gérer l'ambiguïté". De son côté, l'Union européenne est encouragée par certains à ne pas le pousser à donner une onction onusienne au déploiement européen. "Il faut que l'UE accepte de se déployer sur une base qui sera un peu ambiguë", estime cette source.

A quelques jours d'une éventuelle déclaration d'indépendance, les capitales européennes divergent toujours sur l'opportunité de reconnaître le nouvel Etat. Chypre et l'Espagne, dont les gouvernements sont engagés dans des campagnes électorales à l'issue incertaine, sont les plus opposés à cette perspective. La Grèce, la Bulgarie, la Slovaquie et la Roumanie ont annoncé qu'elles la refuseraient aussi. Les capitales partisanes de l'indépendance espèrent que le processus de reconnaissance sera néanmoins aussi ordonné que possible.

Les Vingt-Sept souhaitent être capables de déployer au plus vite la mission civile de l'UE (1 800 policiers et juristes), destinée à accompagner les premiers pas du Kossovo indépendant. Et cela malgré l'absence d'une nouvelle résolution de l'ONU qui devait jeter les bases juridiques d'un tel déploiement.

(Le Monde 13.02.08)

17:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Carla Bruni-Sarközy s'excuse pour son dérapage

9e390d27e3ff498eb6ecd47d07a6d2d3.jpg

Interview: Le président a porté plainte pour faux, usage de faux et recel à la suite de la mise en ligne sur le site d'un hebdomadaire d'un SMS présumé: est-ce le début d'une attitude agressive envers les médias?


CB-S: La plainte justifiée de mon mari n'est pas contre un organe de presse, bien sûr, mais contre les "nouveaux moyens de désinformation". Internet peut être la pire et la meilleure des choses. A travers son site Internet, Le Nouvel Observateur a fait son entrée dans la presse people. Si ce genre de sites avait existé pendant la guerre, qu'en aurait-il été des dénonciations de juifs?

 

Mise au point

Dans une interview à Rue89, Michel Labro, directeur de la rédaction du Nouvel Observateur, répond ce mardi soir aux accusations de Carla Bruni, formulée ci-dessous, à l'encontre du site Internet de son journal, où elle compare ses méthodes - en l'occurrence un article relatant l'envoi d'un présumé SMS par Nicolas Sarkozy à son ex-épouse Cécilia par lequel il lui aurait demandé de revenir - à celles des journaux de la collaboration. "On ne joue pas avec ce genre d'affirmation, prévient Michel Labro, qui juge l'interprétation de la nouvelle première dame de France "parfaitement hallucinante, assez incroyable et pathétique", bref "parfaitement imbécile".

Carla Bruni a tenu à réagir immédiatement, en faisant parvenir à Christophe Barbier le texte suivant:
"Dans l'édition d'aujourd'hui, 13 février 2008, L'Express me consacre une longue interview, au cours de laquelle j'ai comparé, à tort, les méthodes employées dans les sites Internet avec celles employées par la presse collaborationiste. Si j'ai pu blesser quelqu'un, j'en suis extrêmement désolée. J'ai juste voulu dire tout le mal que je pense de ces attaques ad hominem, qui dégradent l'information. Et le danger potentiel qu'elles représentent."

(Source L'Express 12.02.08)

 

 

01:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)