Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2007

Meeting anti-raciste à Genève

4e10002c780e3aa76eb7a21594088048.gif

(Source: JI PARIS)

12:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

La semaine de 4 jours pour les écoliers dès la rentrée 2008

9ebfcaae5e38f8e974c1a6411e9e0934.jpg
Tous les écoliers ne travailleront plus que quatre jours par semaine, avec deux heures de cours en moins, à la rentrée 2008, a décidé Xavier Darcos, déclenchant vendredi une vague de protestations des enseignants, parents et associations, sur le fond comme sur la forme.

"Cette mesure sera la pierre angulaire de la réforme de l'école primaire" que le ministre de l'Education doit détailler "fin octobre", après en avoir discuté les modalités avec les partenaires, a précisé l'entourage de M. Darcos.

Nombre de ces partenaires ont demandé vendredi à être reçus "en urgence", furieux que les concertations soient initiées sur la base d'"une décision unilatérale" selon le Sgen-CFDT, "précipitée et incohérente", selon la FCPE.

Concrètement, a détaillé vendredi le ministère, la disparition du samedi matin travaillé se traduira par la suppression hebdomadaire de deux heures (moyenne annuelle). Dans les écoles qui avaient déplacé le samedi au mercredi matin, ce sont les deux heures du mercredi qui disparaissent.

Les enfants feront désormais face à leurs maîtres 24 heures par semaine, soit six heures par jour, au lieu de 26 heures, et 864 heures par an contre 936 aujourd'hui.

Le ministère uniformise ainsi le calendrier scolaire en plaçant tout le monde sous le même régime d'une semaine répartie en deux fois deux jours.

Finies donc les rentrées anticipées et les petites vacances rognées qui concernaient près d'un quart des écoliers.

Mais l'argument de l'uniformisation, habituellement populaire, satisfait de manière très incomplète les acteurs du monde éducatif. Ils insistent sur "la complexité" de la question, influencée par la "demande sociale", et regrettent qu'elle ait été tranchée "sans débat" préalable.

"Ca va intensifier les apprentissages et je ne suis pas sûr que les enfants soient gagnants", prédit Faride Hamana, président de la FCPE, qui y voit "une volonté personnelle" du chef de l'Etat, plus qu'une décision dans l'intérêt des élèves.

"Supprimer sèchement le samedi*, c'est satisfaire l'intérêt des parents et des enseignants", renchérit l'association Jeunesse au Plein air, présidée par François Testu, chercheur spécialiste des rythmes scolaires, pour qui il faut se concentrer sur "la durée de la journée de classe".

"Un arrêt des activités intellectuelles pendant deux jours entraîne une difficulté pour les élèves à se remettre au travail le lundi" et ce constat est encore plus prégnant chez les élèves issus de milieux défavorisés, ajoute Gilles Moindrot, secrétaire général du SNUipp-FSU (majoritaire).

Du côté des enseignants, leurs statuts imposent qu'ils effectuent 26 heures devant les élèves. M. Darcos souhaite qu'ils consacrent les deux heures désormais manquantes au suivi des élèves présentant de grandes difficultés scolaires. Ces deux heures de soutien supplémentaires seront réparties sur les quatre jours, en quatre fois une demi-heure ou deux fois une heure, après concertation.

Pour le ministère, "cette mesure permettra de faire en sorte que nul ne rentre au collège sans savoir lire, écrire et compter".

M. Darcos a enfin prié les municipalités d'organiser un accueil le samedi matin pour les élèves "livrés à eux-mêmes", provoquant la colère d'élus, y compris dans les rangs de la majorité
. Le député UMP Jacques Myard l'a ainsi enjoint de consulter les maires sur cette question qui ne peut se régler, selon lui, par "une décision nationale et jacobine".
* Et le tourisme d'hiver, les week-ends à la neige? Le respect du sabbat religieux? Les emplois créés pour ceux qui garderont les enfants dont les parents travailleront "plus" pour gagner "plus"? Il ne faut pas oublier non plus ces considérations.
  Cette mesure autoritaire, qui accélère la montée de l'inculture, n'est pas "que pour les enfants" comme le célèbre biscuit au chocolat à double face...

00:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

28/09/2007

Essaouira, l'ancienne Mogador...

31af7baf3cfd8ce5118c5e8a68d3afe9.jpg 
Borj elbaroud
21635d9ecfbed22badf3328e816ea1d6.jpg
L'océan à Essaouira
b8fa931addb6a619c2887402635ec681.jpg
Les remparts d'Essaouira
5a46c2b79bb2ec3780c3e015ae2c2a4d.jpg 
Femme voilée à Essaouira
de64883418dbd014e9f42729edf05c33.jpg
 Dans le souk d'Essaouira
b247fd3b984d306c3cb35e22e84165fa.jpg
En 1764, le sultan Mohammed ben Abdellah décide d'installer à Essaouira sa base navale, d'où les corsaires iront punir les habitants d'Agadir en révolte contre son autorité. Il fait appel à Théodore Cornut, un architecte français à la solde des Britanniques de Gibraltar. Le sultan le reçoit avec tous les honneurs dus à un grand artiste et lui confie la réalisation de la nouvelle ville « au milieu du sable et du vent, là où il n'y avait rien ». Cornut l'Avignonnais, qui avait été employé par Louis XV à la construction des fortifications du Roussillon, travailla 3 ans à édifier le port et la kasbah, dont le plan original est conservé à la Bibliothèque nationale de France à Paris. Avec son plan très régulier, la ville mérite bien son nom actuel d'Es Saouira, qui signifie « la Bien-Dessinée ».
L'importance d'Essaouira n'a cessé de croître jusqu'à la première moitié du XIXe siècle, et la ville connut une formidable prospérité grâce à l'importante communauté juive. On y compta jusqu'à 17 000 juifs pour à peine 10 000 musulmans. La bourgeoisie marocaine accourait y acheter des bijoux...

 On l'a longtemps surnommé le port de Tombouctou, car les caravanes chargées d'or, d'épices et d'esclaves venues d'Afrique subsaharienne y étaient négociées. Le commerce y était florissant. Mais la plupart des juifs partirent après la guerre des Six Jours. Aujourd'hui, il ne reste que quelques familles juives dans la ville.


Pendant des années, ce fut le seul port marocain ouvert au commerce extérieur. Le déclin commença avec le protectorat français et le développement d'autres ports (
Casablanca, Tanger, Agadir). Handicapée par ses eaux peu profondes et ne pouvant pas recevoir les gros bateaux modernes, la ville connaît cependant une renaissance spectaculaire depuis une quinzaine d'années, renaissance due essentiellement au tourisme mais aussi à sa vocation culturelle.

17:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Mama Galledou implore les jeunes incendiaires de parler

«Pourquoi on m'a laissé brûler ? A quoi pensiez-vous lorsque vous êtes partis en m'abandonnant ? » Implorante, Mama Galledou voulait des réponses.

Ou au moins un début de vérité sur ce 28 octobre 2006 où une bande d'adolescents l'a transformée en torche humaine, brûlée à 62 %. Hier, face aux deux plus jeunes, elle s'est heurtée à un mur de silence.

Hésitante jusqu'aux derniers instants, Mama Galledou a finalement bravé ses craintes et ses douleurs pour témoigner, hier matin, face à deux de ses jeunes bourreaux, Cyrille* et Rachid*. Arrivée très discrètement, peu avant 8 heures, par le parking souterrain du TGI de Marseille (Bouches-du-Rhône), elle s'est installée dans la bibliothèque du tribunal, d'où une caméra, plan serré sur son visage, diffusait son témoignage à l'audience. Elle n'a eu qu'une seule exigence : à aucun moment n'apercevoir ses agresseurs.

« On est dans l'échec le plus total »

Eux, leurs avocats, la cour, avaient le regard braqué sur elle. Pendant quarante minutes, elle a parlé « sans mélo », d'après son conseil, Me Alain Molla. Sobrement, elle a raconté le bus 32 pris d'assaut, les flammes, la douleur. Puis elle s'est adressée aux deux adolescents, leur demandant de répondre à ses questions : pourquoi avoir incendié le bus, pourquoi n'avoir pas d'abord fait descendre ses passagers, pourquoi l'avoir abandonnée ? Et surtout, pourquoi refuser toute explication de leur geste pendant ce procès ? Cyrille* et Rachid* n'ont pas dit un mot, se contentant de répéter du bout des lèvres leurs regrets. Du côté des parties civiles, la frustration confine à la colère : « Au fond, cela s'est très mal passé. Ma cliente n'a obtenu aucune réponse. On est dans l'échec le plus total. »

A la sortie de l'audience, même les avocats des deux mineurs cachaient mal leur désarroi, face au silence de leurs clients. Ce qui ne va pas faciliter leur tâche, puisque aujourd'hui, la parole est à la défense.

* Les prénoms des jeunes ont été changés

 N.B. du blog: Mama Galledou est une jeune fille sénégalaise, diplômée en master, venue terminer ses études à Marseille. Elle vit aujourd'hui dans cette ville avec son père, professeur de chimie à l'Université de Dakar, qui pris une année sabbatique pour être auprès de sa fille. Grièvement brûlée sur tout le corps, elle poursuit actuellement une longue et pénible rééducation à Hyères (Var). Elle ne veut pas se montrer en public et fuit toute médiatisation.

Nous admirons son courage et sa dignité et nous lui souhaitons bonne chance. 

 

(Source Le Parisien)

15:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

La lettre à Cécilia qui fait jaser les people!

166404a7cf516640f7e3aa26f08a8d39.jpg
Sarközy portant le "document" à la sortie du conseil des ministres! (12 septembre 2007)
Le magazine Choc (édité par la Société de conception de presse et d'édition, SCPE, groupe Lagardère) a décidé de ne pas publier un article comportant une photo de Nicolas Sarkozy, prise par l'AFP, sortant du conseil des ministres le 12 septembre avec une lettre manuscrite sous le bras. Agrandi par la rédaction de Choc, ce courrier, écrit par une femme (?) selon le bimensuel, comportait un mot doux : "J'ai l'impression de ne pas t'avoir vu *depuis une éternité et tu me manques. Jeudi on part faire notre virée à Essaouira pour mon [illisible]. Mais j'aimerais bien réussir à te voir la semaine ou le week-end suivant. Millions de besitos." De quoi alimenter des rumeurs... 

 


Est-ce une censure ? "Absolument pas!", répond Christophe d'Antonio, rédacteur en chef de Choc. "Nous avions récupéré la photo. N'ayant pas trouvé l'auteur de ce mot, nous avons décidé de ne pas publier l'article et la photo. Je n'avais d'ailleurs pas validé le texte accompagnant la photo", explique-t-il. Le Parisien révèle dans son édition de vendredi 27 septembre que le mot que tenait Nicolas Sarkozy (mais pourquoi l'avait-il avec lui?) était en fait adressé à Cécilia Sarkozy et signé par Isabelle Balkany, (une proche du couple présidentiel) ... laquelle est, paraît-il, morte de rire!

Isabelle Balkany invitait en effet Cécilia pour son anniversaireau Maroc, à Essaouira où elle est née le 20 septembre 1947. Mais Mme Balkany, femme du député-maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, manque singulièrement d'orthographe: écrivant à une femme, elle aurait dû mettre un e à "vu"... accord du participe passé!

A moins que ce soit à la rédaction que la faute d'accord avec le féminin ait été commise? 

* vu ou vue?

(LE MONDE 28.09)

12:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le nu retrouvé

5745f96f9d6cca2c5948cb9635e6a56a.jpg
Femme nue couchée (oeuvre disparue, h/t, 75 × 95, signée datée en bas à droite, "Gustave Courbet" et "1862". Fernier 335 ; Courthion 321). Cette notice elliptique désigne un nu de Courbet, l'un de ses plus beaux et des plus érotiques, huile sur toile de 1862, d'une authenticité inattaquable. Une oeuvre "disparue" : on ne l'a plus revue depuis une exposition au printemps de 1940, au Musée des beaux-arts de Budapest.

 


C'est pourtant lui que vous avez sous les yeux : une jeune femme, cheveux noirs dénoués, étendue sur un lit, vêtue seulement d'une paire de bas blancs. En raison de son importance dans l'oeuvre, de sa qualité, de sa longue disparition et de sa réapparition soudaine, ce tableau, propriété d'un collectionneur londonien, sera l'une des raretés de la rétrospective Courbet qui ouvrira au Grand Palais le 13 octobre. Elle pourrait voler la vedette à L'Origine du monde, devenue le plus célèbre sexe féminin de la peinture - une toile avec laquelle elle a bien des points communs, historiques et artistiques.

Gustave Courbet a peint Femme nue couchée entre mai et septembre 1862. Il séjourne alors en Saintonge, au château de Rochemont, chez son ami Etienne Baudry. Celui-ci est le premier propriétaire de la toile, dont le modèle serait une jeune Saintaise prénommée Françoise. La toile réapparaît en 1878, à la Galerie Durand-Ruel, quand Baudry s'en sépare. Elle passe de collection en collection, avant de devenir la propriété du personnage central de l'histoire, le baron Ferenc Hatvany.

Grâce aux travaux récents de Thierry Savatier (L'Origine du monde, Bartillat, 250 p., 20 €), Ferenc Hatvany et sa collection sont aujourd'hui mieux connus. Né en 1881, il descend d'une ancienne et importante dynastie de financiers juifs, banquiers de la monarchie hongroise au XVe siècle. Les affaires de la famille ayant prospéré dans l'industrie sucrière, les Hatvany jouissent au début du XXe siècle de la plus considérable fortune de Budapest. Le jeune baron ne s'intéresse ni au sucre ni à la banque, mais à la peinture. Elève à Paris dans l'atelier de Jean-Paul Laurens, il travaille dans un style entre réalisme et impressionnisme. Surtout, il collectionne. A partir de 1908, il constitue un ensemble de ce qu'il aime plus que tout, la peinture française du XIXe siècle : Ingres, Delacroix, Corot, Chassériau, Manet, Renoir. Et Courbet - Courbet plus qu'aucun autre. Il achète Les Lutteurs, aujourd'hui au Musée des beaux arts de Budapest, des portraits, une version de La Vague, une nature morte. En 1913, à la galerie Bernheim-Jeune, à Paris, il acquiert L'Origine du monde. Puis, en 1913 encore, la Femme nue couchée, auprès du marchand berlinois Paul Cassirer.

Il l'accroche dans son hôtel particulier, au 26, Hunyadi Janos uca, sur la colline de Buda, près du palais royal. Sur tous ses murs, il y a des tableaux - entre 750 et 800. L'Origine du monde est en retrait, dans la salle de bains du baron, mais la Femme nue couchée est en évidence dans l'un des grands salons : des photographies en témoignent. L'oeuvre est prêtée pour des expositions : en 1929 à Paris, en 1938 à Amsterdam, en 1939 à Belgrade. Et donc, pour la dernière fois, à Budapest même, au début de 1940.

A cette date, Ferenc Hatvany ne se fait déjà plus aucune illusion sur le sort des juifs hongrois. La première loi antisémite promulguée par le gouvernement pronazi de l'amiral Horthy date de 1938. D'autres suivent, de plus en plus cruelles, jusqu'à celles de 1942, qui préparent l'expropriation des biens juifs. Au même moment, l'aviation soviétique bombarde pour la première fois Budapest, capitale d'un Etat ennemi. Hatvany décide d'entreposer ses biens les plus précieux dans les caves des principales banques de Budapest. Deux amis chrétiens prêtent leurs noms, Karoly Veszely et Janos Horvath. En septembre 1942, L'Origine du monde rejoint les sous-sols de la Banque commerciale hongroise, la Femme nue couchée ceux du Crédit général de Hongrie.

(Source LE MONDE 28.O9)

12:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Granomort n'est pas oublié

Le jeune Israélien secouru par le policier Antoine Granomort le 23 novembre 2006 à Paris, à la fin d'un match houleux au Parc des Princes, a écrit à Nicolas Sarközy pour lui faire part de son émotion après la proposition de révocation de ce policier du fait d'une autre affaire (escroqueries).

Antoine Granomort avait tué Julien Quemeneur, jeune supporter, pour "protéger" Yanniv Hazout lors d'une échauffourée à la sortie du match. On se souvient des faits. La famille Quemeneur veut faire toute la lumière sur cette affaire de "légitime défense", contestée par certains témoins visuels.

RIP Julien Quemeneur

12:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

27/09/2007

Maddie-Bouchra: la traversée des apparences...

88718b6c287c410c8c7962c7e599f2af.jpg
La petite Bouchra Benaïssa le 27 septembre 2007 avec ses parents
 L'enfant a l'air "indifférente" ou fatiguée. Elle n'a pas la joyeuse expression de Maddie McCain. ddd442339dbf282a45f737bf66b826ef.jpg
Fillette photographiée le 31 août 2007 près de Zinat au Maroc
Le cliché d'une fillette blonde pris au Maroc par une touriste espagnole n'est finalement pas celui de la petite Britannique Madeleine McCann, amenuisant de nouveau les espoirs que la fillette soit encore en vie près de cinq mois après sa disparition au Portugal.

 

Selon un photographe de l'AFP qui a rencontré l'enfant et sa famille, mercredi 27 septembre au Maroc, cette photo est en réalité celle d'une petite Marocaine du nom de Bouchra Benaïssa, née le 24 octobre 2004, à Zinat près de Tétouan.


Les deux parents, Ahmed Ben Mohamed Benaïssa et Hafida Achkar, ont produit l'acte de naissance de leur fille et des papiers administratifs prouvant leurs identités. Des médias britanniques ont également rapporté que la photo ne correspondait pas à Madeleine McCann. Pour Clarence Mitchell, le porte-parole de Gerry et Kate McCann, il s'agit d'une "nouvelle décevante".
(Source LE MONDE 27.09.) 

23:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

La réforme des institutions à la mode Sarközy

Avant même d'être élaborée, la réforme des institutions telle que l'imaginait Nicolas Sarkozy a déjà quelques plombs dans l'aile.

 Deux premiers fronts sont ouverts. Primo, la volonté du chef de l'Etat d'être "un président qui gouverne" - et de voir la Constitution lui reconnaître ce rôle - irrite la gauche et provoque un casse-tête juridique ; au point de susciter l'opposition - sur ce point - du président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP). Secundo, l'accord trouvé entre le Parti socialiste et les centristes de François Bayrou, mercredi 26 septembre, sur plusieurs "principes essentiels" (dont l'introduction d'une dose de proportionnelle aux élections législatives) constitue une autre menace pour M. Sarkozy, l'UMP et ses alliés ne disposant pas de la majorité des trois-cinquièmes requise pour l'adoption d'une révision constitutionnelle.

 


Un objectif clairement signifié dans la lettre de mission

Extrait de la lettre de mission que Nicolas Sarkozy a adressée, le 18 juillet, à Edouard Balladur : "L'importance prise par l'élection présidentielle au suffrage universel direct, le passage au quinquennat et la réforme du calendrier électoral se sont conjugués pour donner au président un pouvoir très large sur l'ensemble de nos institutions et de l'administration, et un rôle essentiel qui - à la différence de celui du premier ministre - n'est pas assorti d'un régime de mise en cause de sa responsabilité. Il convient dès lors :

- En premier lieu, d'examiner dans quelle mesure les articles de la Constitution qui précisent l'articulation des pouvoirs du président de la République et du premier ministre devraient être clarifiés pour prendre acte de l'évolution qui a fait du président de la République le chef de l'exécutif ..."


Délicate réécriture de l'article 20. L'"hyperprésident" Sarkozy verrait d'un bon oeil la loi fondamentale lui reconnaître un rôle à sa mesure. Aussi a-t-il suggéré au comité sur la réforme des institutions, présidé par Edouard Balladur, de réfléchir à une réforme de l'article 20 de la Constitution, qui prévoit que "le gouvernement détermine et conduit la politique de la nation".

La piste envisagée - "le président détermine" et "le gouvernement conduit" - aurait l'avantage d'accorder le droit avec la réalité. Mais elle se heurte à un obstacle de taille : que se passerait-il si le président qui "détermine la politique de la nation" n'obtenait pas de majorité aux élections législatives ? Comment alors résoudre la crise ? Par une dissolution ? Elle n'a pas toujours les résultats escomptés, comme l'a montré le précédent chiraquien de 1997. Par une démission du président ? A ce jour, aucun des successeurs du général de Gaulle ne l'a envisagée.

Ce qui pouvait paraître comme une évidence, destinée à marquer la fin d'une hypocrisie, suscite de plus en plus de réticences. Jusque-là cantonnées dans le cercle des constitutionnalistes (Le Monde du 13 septembre), elles sont désormais partagées par le président de l'Assemblée nationale : "L'article 20 illustre à la fois la solidité et la plasticité de nos institutions. Quand on les modifie, il faut éviter de créer des situations dont on sait qu'elles pourraient déboucher sur des crises", a indiqué au Monde M. Accoyer. "On ne va pas changer la Constitution parce qu'une personnalité en place à tel trait de caractère ou tel mode d'action. Sinon, où va-t-on !", s'exclame-t-il.

Hostile à tout ce qui, de près ou de loin, pourrait ressembler à une présidentialisation du régime, le bureau national du PS a réclamé une application stricte de l'actuel article 20, s'opposant également à ce que le chef de l'Etat puisse s'exprimer directement devant le Parlement.

L'esquisse d'un front uni de l'opposition. A l'issue d'un tête-à-tête de près d'une heure, François Hollande, premier secrétaire du Parti socialiste, et François Bayrou, président du MoDem, ont fait état de plusieurs convergences. Le sujet le plus sensible est l'introduction d'une part de représentation proportionnelle "correctrice" concernant 10 % des députés, permettant aux partis ayant obtenu plus de 5 % des suffrages d'obtenir des élus. M. Hollande juge nécessaire une telle modification même s'il souligne que celle-ci "n'avantagerait pas le PS".

Entendu quelques heures plus tôt devant le comité Balladur, le chef de file des députés UMP, Jean-François Copé, a prévenu qu'"une écrasante majorité (d'entre eux) est totalement hostile à l'instillation d'une dose même minime de proportionnelle".

Socialistes et centristes du MoDem souhaitent également, pour le Sénat, un scrutin "plus juste" accordant davantage de poids aux représentants des grandes villes. "Si ces principes ne sont pas retenus, nous ne voterons pas le texte", a indiqué M. Hollande. "Si nos priorités ne sont pas retenues, nous n'accepterons pas le texte", a renchéri M. Bayrou, en observant que, du fait de la majorité des trois-cinquièmes nécessaire, le PS et le MoDem tenaient "en partie la clé de la réforme institutionnelle".

(Jean-Baptiste de Montvalon et Jean-Michel Normand)
 LE MONDE

17:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Maroc: "Ce n'est pas elle."

e0769cf7623f50af8038c90095956ddd.gif
Photo de Bouchra Benaïssa née au Maroc le 24.10.04 
3171b9e99b25679dabf8e2eaeeacdeff.gif
Photo de Maddie McCann
 Une lueur d'espoir qui a fait long feu. Mardi matin, les enquêteurs qui travaillent sur le cas de la petite Maddie, disparue le 3 mai dernier à Praia da Luz (Portugal), reçoivent une photo. Prise le 31 août dernier à Zinat, à côté de Tanger (Maroc), elle montre une petite fille blonde sur le dos d'une vieille femme marocaine (ci-dessus à gauche).

Clara Torres, touriste espagnole qui a pris le cliché et l'a transmis aux enquêteurs, est persuadée de reconnaître Maddie, d'autant qu'elle a appris par la presse que deux personnes affirment avoir vu la petite Anglaise au Maroc fin août. Hier, le mystère tombe, et l'espoir avec. Un quotidien anglais, qui a dépêché un reporter sur place, titre : « Ce n'est pas elle ». Le journaliste a retrouvé la trace de la petite fille de la photo, qui s'appelle en réalité Bouchra Benaïssa. Pour les parents de Maddie, qui se refusaient à tout commentaire, c'est « évidemment une mauvaise nouvelle ». Toujours suspects aux yeux de la justice portugaise, malgré de faibles charges, Kate et Gerry McCann ont seulement annoncé, par la voix de leur porte-parole, que la recherche de Maddie demeure leur priorité.

(Source Le Parisien)

Certes, la ressemblance est grande...

14:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

26/09/2007

Un haut responsable du Medef soupçonné de détournements

PARIS (Reuters) - Une enquête préliminaire de police a été ouverte par le parquet de Paris sur des retraits en espèces de 5,64 millions d'euros effectués entre 2000 et 2007 sur le compte de l'Union des industries des métiers de la métallurgie (UIMM) par Denis Gautier-Sauvagnac, haut responsable du Medef, annonce le bureau du procureur.

 

Cette procédure pour "abus de confiance", a été confiée à la brigade financière, a-t-on précisé. Elle fait suite à un signalement en début de semaine au parquet de la part de "Tracfin", la cellule anti-blanchiment du ministère de l'Economie.

Denis Gautier-Sauvagnac, président depuis 2006 de l'UIMM et principal négociateur du Medef, a nié toute malversation. "Nous n'avons rien à voir, ni de près, ni de loin, avec des malversations qui relèvent de Tracfin", a-t-il dit à la presse à Paris, en marge de négociations avec les syndicats de salariés.

Le cabinet de la ministre de l'Economie Christine Lagarde a confirmé la démarche de Tracfin mais affirmé que cette instance avait agi seule, sans qu'elle donne un feu vert.

Les mouvements de fonds litigieux remontent à plusieurs années et concernent notamment, mais pas seulement, la période ouverte en 2006 après l'accession à la présidence de l'UIMM de Denis Gautier-Sauvagnac, a-t-on précisé.

Le Figaro, qui a révélé l'information mercredi, fait état du document Tracfin qui impute à Denis Gautier-Sauvagnac des retraits en espèces de 5,64 millions d'euros.

La BNP, qui détient le compte, a interrogé Denis Gautier-Sauvagnac sur les motifs de ces débits, effectués par le dirigeant patronal en personne ou par des collaborateurs, à raison de montants allant jusqu'à 200.000 euros, dit le journal. Il a alors invoqué les "oeuvres sociales de la métallurgie et l'aide aux retraités et malades du secteur", raconte le Figaro.

Denis Gautier-Sauvagnac a précisé mercredi devant les journalistes : "je ne suis pas allé en personne à la banque, cette information est totalement fausse et je réserve toute autre information aux autorités compétentes qui me le demanderont".

La BNP a ensuite, comme la loi l'y oblige, saisi la cellule Tracfin, il y a plus de deux ans. Tracfin est une cellule d'enquête indépendante qui n'a pas à prendre ses consignes auprès des dirigeants politiques, a-t-on expliqué à Reuters au ministère de l'Economie.

Le Figaro affirme de son côté que la ministre Christine Lagarde a donné son feu vert à la saisine du parquet. Denis Gautier-Sauvagnac, 64 ans, est un personnage-clef du patronat français, l'UIMM constituant une des plus importantes organisations patronales du pays.

Il mène notamment en ce moment, au nom du Medef, des négociations très sensibles avec les syndicats de salariés sur la réforme éventuelle des contrats de travail.

(Source: LE MONDE)

17:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Tests ADN supprimés pour le regroupement familial

La commission des Lois du Sénat a supprimé mercredi l'article du projet de loi Hortefeux sur la maîtrise de l'immigration, instaurant un recours éventuel à des tests ADN pour le regroupement familial, a-t-on appris de source parlementaire.

Cette décision doit être confirmée par un vote des sénateurs en séance publique lors de l'examen du texte en première lecture qui doit commencer le 2 octobre.

Dans un communiqué, le président du groupe socialiste au Sénat Jean-Pierre Bel s'est félicité de cette suppression, qui a été obtenue par 24 voix contre 13.

La suppression de cet article est "conforme à la vision" que les sénateurs socialistes se font "de la France, de ses valeurs républicaines et de son image de pays des droits de l'Homme", souligne M. Bel.

Les sénateurs PS "attendent du Sénat la confirmation de ce vote important lors de l'examen en séance publique" du projet de loi adopté en première lecture par les députes le 20 septembre, ajoute le communiqué.

De leur côté, les communistes Nicole Borvo, présidente du groupe, et Eliane Assassi ont pris acte de ce que "le gouvernement et le rapporteur à l'Assemblée nationale" Thierry Mariani, auteur de l'amendement, avaient "été désavoués" sur les tests ADN.

"Fermement opposées à ces tests à la logique discriminatoire et avilissante pour les étrangers, nous prenons acte de ce recul tout en restant vigilantes quant au sort final de cette disposition en séance publique", ont-elles souligné dans un communiqué.

Le projet de loi du ministre Brice Hortefeux (Immigration, Intégration) sur l'immigration a été adopté par l'Assemblée le 20 septembre.

Le texte voté par les députés autorise, à titre expérimental, jusqu'au 31 décembre 2010, les tests ADN pour les étrangers candidats au regroupement familial voulant apporter une preuve de leur filiation.

L'examen génétique, facultatif et fait après consentement express du demandeur, lui sera remboursé si le visa est accordé
.

17:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

La photo de Maddie (?) prise au Maroc le 31 août

007b4889e918278de7ab42bb9a4319a2.jpg
Photo prise par Mme Clara Torres le 31 août à Zinat (nord du Maroc)
Celle-ci affirme que la petite fille dont on aperçoit la tête blonde dans le dos de la feme âgée (marchant à côté d'une personne vêtue de sombre et portant un jean) offre une très grande ressemblance avec la petite Britannique disparue le 3 mai. Pourquoi Mme Clara Torres prévient-elle si tard les autorités?
Ce cliché est-il crédible? Les McCann font analyser la photo: ils restent persuadés que leur fille Maddie a été enlevée... mais dans quel but? Toute cette affaire est de plus en plus étrange, mais aucune piste ne doit être négligée, même les plus incroyables.
Cette photo suscite beaucoup d'interrogations quand on la regarde attentivement: par exemple, quels bagages transporte l'homme qui marche en tête avec une brouette? Les femmes sont voilées et ne ressemblent pas à des touristes...
(Source: LE MONDE)

12:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le Vélib à Paris, ce n'est pas toujours rose!

eab6dfdb7a4c056a5dd631c9225d14c0.jpg

La mode du vélo a son revers de médaille. La multiplication des bicyclettes dans nos rues s'accompagne aujourd'hui de PV en cascade, de vols à répétition, et de rumeurs persistantes sur la dangerosité de ce mode de circulation.

Des rumeurs d'accidents en cascade, des points de permis de conduire qui sautent plus vite qu'un dérailleur, des gangs de voleurs organisés qui se spécialisent dans la pièce détachée.

Les amis de la petite reine n'auront pas savouré longtemps le succès de Vélib' à Paris. « Dangereux », « bobo », la riposte des opposants ne s'est pas fait attendre.

C'est un vrai conflit de civilisation dans une ville où la voiture règne depuis si longtemps. « Le vélo, c'est la liberté », clament les « pro ». « La liberté de griller les feux et de circuler n'importe comment », répondent les « anti », calés derrière leur volant bien à l'abri dans les bouchons. Des automobilistes bien aidés depuis quelques semaines par des policiers particulièrement vigilants, voire carrément zélés lorsqu'il s'agit de retirer des points sur les permis de conduire des cyclistes. Illégal, mais tellement réconfortant pour des automobilistes auxquels on ne passe rien depuis quelques années...

Tolérance pour les uns, discipline pour les autres

Le vélo à Paris, c'est aussi un enjeu politique et une salve de plus dans la guéguerre Paris-banlieue. Entre « ceux qui peuvent » pédaler avec insouciance dans les rues et ceux qui sont condamnés aux ralentissements matinaux quand ils viennent de Cergy-Pontoise, Marne-la-Vallée, Evry, Créteil ou ailleurs. Cette dimension très passionnelle autour du sujet explique sans doute les outrances. Il faudra du temps pour que les automobilistes et les cyclistes s'apprivoisent. Les uns devront apprendre la tolérance, les autres la discipline.

11:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le Nouvel Ordre Mondial selon Sarközy

d82170c5aa80bce736490dff51a31b5a.jpg 
Sarközy à la tribune de l'ONU 
Ou parler pour ne rien dire!
Du haut de la tribune des Nations unies, le successeur de Jacques Chirac a, dans un discours plutôt lyrique, souhaité l'avènement d'un nouvel ordre mondial, plus juste et plus respectueux des diversités et des cultures.

«Un new deal (NDLR : une nouvelle donne) écologique et économique » pour la planète : c'est ce que Nicolas Sarközy a proposé hier du haut de la tribune des Nations unies aux dirigeants du monde entier réunis à l'occasion de la séance d'ouverture de son assemblée générale annuelle. « Son excellence Nicolas Sarközy » s'y exprimait pour la première fois depuis son élection. Il avait fort à faire car les interventions de Jacques Chirac, suite au bras de fer avec les Etats-Unis sur l'Irak, avaient été accueillies par des ovations.

Au final, son successeur a été bien applaudi. Et au passage il a même eu droit à un hommage de George Bush. Dans sa déclaration solennelle à la tribune, le numéro un américain a salué le rôle que joue le « french president » au Darfour et le « leadership » de la France pour stabiliser la région.

Avertissement à l'Iran

Dans un discours aux accents plutôt lyriques, Sarközy s'est employé à développer sa vision du « nouvel ordre mondial du XXIème siècle » qu'il veut voir naître. Celui-ci doit, selon lui, reposer sur deux piliers. D'abord « le respect de la diversité, des identités nationales, des religions et croyances, des cultures » : « On n'évitera pas le choc des civilisations en imposant à tous les peuples de penser et de croire la même chose », assure-t-il, dans la droite ligne des discours chiraquiens. Ensuite, une plus grande justice : « Regardons notre monde en face. Jamais il n'y a eu autant de phénomènes de rentes qui concentrent autant de profits sur quelques grands groupes.* Je veux m'adresser à la conscience de tous ceux qui ont une responsabilité dans la conduite des affaires du monde. Parce que sinon les pauvres et les exploités se révolteront un jour contre l'injustice qui leur est faite », prédit-il. Au nom de cette justice, il suggère ainsi « d'assurer à tous les hommes l'accès à l'eau, l'énergie, l'alimentation, les médicaments, la connaissance ».

Le chef de l'Etat, qui rappelle que la France « restera disponible pour parler avec tout le monde, sur tous les continents », évoque peu de dossiers concrets. Il redit sa position sur l'Iran: « Ce pays a droit à l'énergie nucléaire à des fins civiles. Mais en laissant l'Iran se doter de l'arme nucléaire, nous ferions courir un risque inacceptable à la stabilité. Cette crise ne sera résolue que si la fermeté et le dialogue vont de pair. » Il appelle à un Liban « indépendant ». Concernant la Birmanie, il ne dit pas un mot à la tribune, mais annonce lors de sa conférence de presse, un peu plus tard, qu'il recevra aujourd'hui à Paris des représentants de l'opposition birmane pour leur affirmer le soutien de la France.

 C'est aussi loin de la tribune de l'ONU qu'il évoque Ingrid Betancourt, pour laquelle il a multiplié les contacts durant son séjour new-yorkais. Il a notamment rencontré le président colombien Uribe, lui expliquant que la France « faisait confiance à Hugo Chavez ». Il accueillera d'ailleurs le chef d'Etat vénézuélien, décidé à jouer l'intermédiaire avec les Farc, en novembre à Paris.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad s'est livré à une violente diatribe contre les Etats-Unis dans son discours devant l'assemblée générale des Nations unies hier, les accusant de violer les droits de l'homme. D'autre part, Mahmoud Ahmadinejad a affirmé que son pays considérait que le dossier nucléaire iranien était « clos » et constituait désormais une question « ordinaire » relevant de l'AIEA.

* Il sait de quoi il parle : ses meilleurs "amis" amis sont des multi-milliardaires à la tête des plus grands goupes financiers internationaux...

(Source: Le Parisien)

11:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Maddie: rebondissement au Maroc?

Cette information est donnée sous toutes réserves:

Maddie: les enquêteurs ont reçu une photo d'une fillette prise au Maroc.

  

  Les enquêteurs chargés des recherches pour retrouver la petite Britannique Madeleine McCann, disparue en mai au Portugal, ont reçu mardi un cliché d'une petite fille blonde pris au nord du Maroc fin août, a indiqué la porte-parole de la famille McCann.

"Nous ne commentons aucun témoignage de personnes (affirmant avoir aperçu la fillette), pourtant dans ce cas précis, la photo a été transmise aux autorités compétentes dès qu'elle a été reçue et Gerry et Kate (McCann), sont impatients de la faire analyser dès que possible" a déclaré Clarence Mitchell, porte-parole officielle du couple McCann.

La photo montre une petite fille blonde portée sur le dos d'une vieille femme marocaine et a été prise le 31 août à Zinat (nord du Maroc) par une touriste espagnole, Clara Torres. Mme Torres s'est décidée à montrer le cliché lundi à la police après avoir appris par la presse que deux témoins affirmaient avoir vu la petite Maddie au Maroc, à Marrakech, quelques jours après sa disparition le 3 mai, selon Mme Mitchell.

"La ressemblance (avec Madeleine) est frappante", a affirmé Mme Torres sur la radio espagnole COPE. Les parents de la fillette, Kate et Gerry McCann, ont été mis en examen le 7 septembre par la police judiciaire portugaise et ont quitté deux jours plus tard le Portugal pour regagner l'Angleterre. Ils sont, selon leur entourage, soupçonnés d'homicide involontaire et de dissimulation de cadavre. Depuis, les McCann n'ont pas cessé de clamer leur innocence et d'appeler à la poursuite des recherches pour tenter de retrouver leur fille, aujourd'hui âgée de 4 ans, et dont ils se disent convaincus qu'elle a été enlevée.

(Source: ACTU Orange)

10:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

BUG INFORMATIQUE !

Chers amis et visiteurs,

Dimanche soir, vers 23h., Internet s'est bloqué brusquement alors que je recherchais un tableau pour illustrer le poème. Je ne pouvais plus alimenter le blog. Après une journée (éprouvante!) sur la Hotline d'ORANGE, qui n'a donné aucun résultat, j'ai demandé hier à ORANGE qu'on m'envoie à domicile un technicien informaticien: il vient de venir et de réparer, de réinitialiser la LiveBox qui ne recevait plus le signal. Il ne m'a donné aucune explication pour ce bug brutal. Des travaux sur le réseau Haut Débit à Marseille? C'est possible... Il m'a dit: "Voilà, c'est rétabli!" - C'est une intervention gratuite!

Je viens de lire tous les commentaires: merci! Je vais essayer de rattraper les deux jours perdus!

Bien cordialement à tous!

Gaëlle Mann

 

 

 

 

09:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

23/09/2007

Interlude

AUTOMNE

 

Dans le brouillard s'en vont un paysan cagneux

Et son boeuf lentement dans le brouillard d'automne

Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux

 

Et s'en allant là-bas le paysan chantonne

Une chanson d'amour et d'infidélité

Qui parle d'une bague et d'un coeur que l'on brise

 

Oh! l'automne l'automne a fait mourir l'été

Dans le brouillard s'en vont deux silhouettes grises

 

Guillaume Apollinaire  Alcools

23:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

L'agression armée contre Marine Le Pen

8d56d1d45f2a6ead40f7b1e09865f470.jpg
Marine le Pen le 23 septembre 2007
Dans un communiqué publié samedi soir, le FN dénonce "une très grave agression" et demande une entrevue au préfet du Pas-de-Calais "pour que soit garantie la liberté des élus de mener campagne en toute sécurité". Ce nouvel affrontement intervient alors que le 17 juin dernier, au soir du second tour des élections législatives, la permanence de la candidate avait été prise pour cible par plusieurs "jeunes" qui avaient lancé des projectiles. Deux d'entre eux avaient été déférés devant le tribunal correctionnel de Béthune pour violence en réunion par jets de projectiles ayant entraîné des dégradations
A cette heure, les deux agresseurs courent toujours...

20:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO L'Iran abat un drone espion américain

http://fr.youtube.com/watch?v=WINzQtvjnH8

19:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)