Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/02/2016

VIDEOS. «Jungle» de Calais : pas de décision ce mardi, le démantèlement en suspens

http://www.leparisien.fr/societe/calais-la-juge-du-tribun...

20:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Migrants: les quotas quotidiens entrent en vigueur en Autriche

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/migrants-l...

5560483_f31cbac9beb47c5ba32dfaed360d9c18d06aeae0_545x460_autocrop.jpg

19:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le Groupe de Visegrád, l’avenir de l’Europe deux fois millénaire ?

visegrad_eu.jpg

 
Le Groupe de Visegrád a, au moins, le mérite de proposer des solutions européennes à un problème que nos élites européistes n’arrivent plus à résoudre.

Le salut viendra-t-il des pays d’Europe centrale ? Le Groupe de Visegrád a, au moins, le mérite de proposer des solutions européennes à un problème que nos élites européistes n’arrivent plus à résoudre. Si ce n’est pas le salut, elles s’en rapprochent !

Et pourtant, la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie sont, encore et toujours, taxées de nationalistes et accusées de « favoriser le repli identitaire »… Catherine Horel, spécialiste au CNRS de l’Europe centrale, a une théorie toute fraîche sur ce sujet : ces pays ont une « identité nationale fragile », et notamment « l’angoisse de disparaître »… Éric Zemmour s’adressait en 2015, dans l’émission « Ce soir (ou jamais !) » à Jacques Attali en disant : « Il y a des gens qui sont là… qui sont là depuis mille ans… Et qui ont encore envie d’être là pendant mille ans… Ils n’ont pas envie d’être métissés, Monsieur Attali, excusez-les ! Ils n’ont pas envie d’être submergés ! […] Alors c’est con, et ce n’est pas tellement altruiste, mais c’est leur vie ! »

Il n’est donc pas question de peur et d’angoisse mais bien de volonté de rester un peuple majoritairement de « race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne », pour reprendre la phrase prêtée au général de Gaulle et désormais honnie. Ce Groupe de Visegrád est, aujourd’hui, une des forces qui va croître au sein même de l’Union européenne. Ils proposent la restauration des frontières des pays pour endiguer l’afflux massif des migrants, notamment pour les pays qui sont sur la route de la migration vers l’Allemagne. Ils mettent également, au service des pays qui en feront la demande, une douane composée de policiers des différents pays du Groupe pour surveiller les frontières et assurer leur étanchéité. En somme, ils font l’Europe telle qu’elle devrait être originellement : une coopération entre des pays pour assurer la survie du continent et la vie de ses habitants. D’ailleurs, à cet effet, le Groupe a déjà prévu des plans pour gérer certaines futures problématiques comme l’éclatement de l’Union européenne ou le fameux « Brexit »…

L’anticipation est un maître mot en matière de diplomatie, mais l’Union européenne met un point d’honneur à nous prouver son incompétence en la matière, à la différence de ces États souverains !

Ces quatre anciens satellites de l’URSS, qui ont connu l’horreur successive du nazisme, du communisme et voient maintenant la menace de l’islamisme, refusent aujourd’hui en bloc tout système de pensée extérieure qui viendrait assujettir leurs peuples. « Les pays d’Europe centrale et de l’Est n’ont pas l’habitude de cohabiter avec des citoyens d’Afrique du Nord ou du Moyen-Orient », aurait affirmé un diplomate polonais. Et ils ne veulent pas le faire.

Mais, mordious, c’est leur droit le plus sacré de nations libres et indépendantes !

 
B.V.

19:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO - Visites d'Hervé Mariton et d'Emmanuel Macron à Moscou. Par Xavier Moreau

https://youtu.be/dW0cMPgxlCc

 

(merci à Dirk)

18:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Alain Minc souhaite que Marine Le Pen soit "écrabouillée" au second tour

Alain Minc est fils de Joseph (1908-2011) et Lisa, née Bogacz. Son père, prothésiste-dentaire de formation, né au sein de la communauté juive de Brest-Litovsk, adhère au Parti communiste polonais, alors formation politique clandestine et choisit l'exil en France, du côté de Bordeaux, pour passer son diplôme de dentiste. Rattrapé par la guerre, menacé d'être déporté, il combat pendant l'occupation au sein des FTP-MOI. En 1947, Joseph, devenu dentiste diplômé d'Etat, et son épouse Lisa, tous deux naturalisés français, s'installent rue Chapon : c'est là que le petit Alain passe son enfance[2]. Joseph quittera le Parti communiste en 1967.

Alain Minc est ingénieur diplômé de l'École nationale supérieure des mines de Paris (promo 1968)[3], diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (promo 1971), puis de l'École nationale d'administration (promo 1975), d'où il sort major[4] de la promotion Léon Blum, voie d'administration économique.

03:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Australie : Asha, le bébé migrant hospitalisé sera finalement expulsé avec sa famille (Màj)

https://youtu.be/cgLUL-TJ9AA

LIEN VIDEO

19h31

22/02/2016

Son nom signifie « espoir » en népalais, mais pour Asha, ce sera bientôt le retour à la case départ. Cette petite fille d’un an avait été admise dans un hôpital australien, fin janvier, après avoir été brûlée à l’eau bouillante lorsqu’elle vivait avec ses parents dans un camp de migrants sur l’île de Nauru. Malgré la pression des manifestants, elle et sa famille seront prochainement renvoyées sur la petite île.

03:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Hollande prépare les Français à une arrivée massive de migrants

 

Entre Brexit, Merkel et Schengen

François Hollande se livre en ce moment à un exercice tout à fait passionnant : il donne la démonstration, en grandeur et en temps réels, de la mécanique du gouvernement profond à l’œuvre en France. Les simagrées auxquels les dirigeants européens se livrent autour d’un possible « Brexit » lui en donnent l’occasion parfaite.

 

Hollande et la doxa du gouvernement profond

Au fondement de la mécanique hollandaise, on trouve l’inlassable énumération d’une doxa qui s’entretient toute seule à partir de quelques piliers dont toute remise en cause est taxée de populisme, de poujadisme ou de démagogie. Dans ce salmigondis de certitudes toutes démenties par la plus évidente des réalités, l’idée de base est encore et toujours le principe générique selon lequel l’Europe comme construction communautaire, quelle qu’en soit la forme précise (et généralement la plus fantasmée), est une bonne chose. La conséquence immédiatement tirée de cette certitude est qu’il faut forcément plus d’Europe, plutôt que moins d’Europe, et plus d’Europe au lieu de mieux d’Europe.

Sur France Inter, ce vendredi soir, François Hollande n’a pas dit autre chose :

« Je fais ce qu’il faut pour que nous puissions garder le Royaume-Uni dans l’Europe, mais à condition que l’Europe puisse avancer. » (…)

« Que la Grande-Bretagne reste ou non, l’Europe devra prendre des décisions au lendemain du référendum. » Le président français dit ainsi s’être rapproché de l’Allemagne pour ne « pas attendre la rupture, le Brexit  » mais « prendre l’initiative ». Il rappelle son projet de s’appuyer sur un « noyau dur » européen.

Alors que la zone euro est économiquement malade, que les décisions agricoles et diplomatiques européennes mettent nos éleveurs à genoux, que la désaffection populaire pour l’Europe est visible et forte, François Hollande fore droit : il faut plus d’Europe.

Hollande et sa logique européenne oblique

Ce principe étant posé, il emporte tous les autres.

Première conséquence de la prémisse du raisonnement : il faut conserver la Grande-Bretagne coûte-que-coûte ou presque dans l’Union. Personne ne juge bien entendu utile de souligner que la Grande-Bretagne menace de quitter l’Union à cause d’un afflux d’immigrés qu’elle souhaite pouvoir endiguer. Face à cet afflux, la Grande-Bretagne reproche à l’Europe d’être impuissante… mais oublie de dire que l’élargissement à marche forcée de l’Union a toujours trouvé un soutien massif auprès des gouvernements britanniques successifs, qui se réjouissaient de l’impuissance européenne que ce mouvement artificiel engendrerait.

Donc, pour garder la Grande-Bretagne dans l’Union, il faut lui concéder le droit de mener une politique migratoire dérogatoire et exorbitante du droit commun.

Deuxième conséquence de la même prémisse : il faut sauver Schengen, car remettre Schengen en cause, c’est aller vers moins d’Europe, et nous, nous voulons plus d’Europe. Le maintien de Schengen, comme le dit François Hollande, permet de ne pas noyer ni torpiller la Grèce qui reçoit des dizaines de milliers de migrants chaque mois.

« Si les frontières intérieures ferment, si Schengen n’est plus appliqué, ces réfugiés vont rester en Grèce, un pays qui a déjà des difficultés économiques considérables, qui va en faire quoi ? »

Lire la suite de l’article sur eric-verhaeghe.fr

03:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Calais: Cazeneuve promet aux associations une évacuation "progressive" du sud de la "Jungle"

http://www.leparisien.fr/societe/calais-guy-bedos-agnes-b...

+ VIDEOS

02:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Polynésie française: Père Auguste, le curé qui bouffe de l'atome

http://www.leparisien.fr/societe/video-polynesie-francais...

02:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Quand Fox News invente les propos de Marion Maréchal-Le Pen

http://www.fdesouche.com/702863-quand-fox-news-invente-le...

23h46

Dans un portrait réalisé dans le cadre de l’émission «Full Measure», diffusée notamment sur Fox News, un entretien avec la nièce de la présidente du Front National a fait l’objet d’une traduction surréaliste.

 

Le passage complet diffusé sur Fox News

Source

 

 

02:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Moselle : sauvé des flammes par son chat

photo-pierre-heckler-1456152899.jpg YYY.jpg

Pussy a juste 6 mois

 

| MAJ :

réagir
23
 

«Pas spécialement fan des chats», il va peut-être changer d'avis. Un homme de 34 ans, habitant d'Ottange, doit la vie sauve à son chat qui l'a sauvé d'un incendie, tôt dimanche matin, raconte "Le Républicain lorrain"

 
  

Après ce qu'il qualifie lui-même de «bonne» soirée, Emmanuel rentre chez lui dans la nuit de samedi à dimanche. Ayant faim, il allume son barbecue électrique pour se faire cuire des saucisses et s'installe dans le canapé le temps qu'elles soient prêtes. Mais il s'endort. 

Il est réveillé par des coups de patte de son chat Pussy, un cadeau fait par la mère de son fils, dont il est séparé. «Le chat m’a carrément secoué. Il me donnait des coups au visage, sur les joues, mais sans les griffes», explique Emmanuel, qui se trouve alors dans une pièce remplie de fumée. Cet ancien pompier de Paris essaye, tant bien que mal, d'éteindre les flammes avant d'appeler les secours. 

Les analyses montrent qu'Emmanuel est passé tout près d'une intoxication au monoxyde de carbone. «Sans le chat, j’y restais. Je me dis que j’aurais pu m’endormir comme ça, tranquillement, définitivement». Rétrospectivement, ce père de famille est pris d'une certaine peur : « D’habitude, j’ai mon fils avec moi. Exceptionnellement, comme j’avais prévu de sortir, il dormait chez ses grands-parents.»
 
Le Parisien

01:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

22/02/2016

En Europe, la chasse aux anti-migrants a commencé

Police-menottes.jpg

 
Immigration, islamisation ? On ne pourra peut-être bientôt plus rien écrire de non élogieux sur le sujet. Dans aucun pays d'Europe.

Immigration, islamisation ? On ne pourra peut-être bientôt plus rien écrire de non élogieux sur le sujet. Dans aucun pays d’Europe.

C’est un Écossais de l’île de Bute, 7.000 habitants et bientôt 1.000 migrants (neuf familles déjà sur place), qui vient d’en faire les frais. Le motif de son arrestation ? Avoir posté sur Facebook « des commentaires jugés offensifs » à propos de leur arrivée prochaine. L’inspecteur de la police de Dunoon assume pleinement sa décision et « espère que l’arrestation de cet individu va résonner comme un message clair : la police écossaise ne tolérera aucune forme d’activité qui pourrait inciter à la haine […] ». Menaces, intimidations, interdiction de tout esprit dissident : si cela ne signifie pas l’entrée en régime totalitaire…

Aux Pays-Bas, un porte-parole de la police nationale a révélé l’existence de dix unités de « détectives digitaux en charge de la surveillance, en temps réel, de Facebook et de Twitter diffusant des messages qui vont trop loin ». Par exemple ? Les tweets d’un jeune Hollandais tel celui sur « la proposition du conseil municipal de Sliedrecht de prendre 250 réfugiés au cours des deux prochaines années : quelle mauvaise idée ! » Mark a reçu la visite de policiers à son travail, lui intimant l’ordre de « surveiller [son] ton », semblables propos étant jugés « séditieux ».

En Suède, c’est l’Expressen, l’un des plus grands journaux du pays, qui fait appel aux hackers pour se livrer à la chasse aux blogueurs qui « dérapent ». Descente à domicile pour les « interviewer », publication de leur nom et parfois même de leur photo, avec pour conséquence, pour l’un d’eux, la perte de son emploi. La Suède, supposée être la panacée de la démocratie, adepte des méthodes des pires régimes totalitaires. Qui l’eût cru ?

Le Danemark, en août 2015, a condamné à une amende de 893 euros un ancien politicien, « pour délit à caractère raciste », qui avait osé dénoncé, dans un tweet en 2014, « l’antisémitisme musulman ».

Et chez nous ? On a www.internet-signalement.gouv.fr qui encourage, comme au bon vieux temps de la Révolution française ou de la Collaboration, la dénonciation de « contenus ou comportements illégaux punis par une loi française » (en ligne de mire, évidemment, les lois Pléven, Gayssot et Compagnie). Mais existe aussi denoncerlahaine.org, site créé par quatre avocats pour pallier « l’inaction des réseaux sociaux » en ce domaine, expliquait l’un d’eux, Maître Bensaid, en février 2015.

Idée reçue 5 sur 5 par Mutter Merkel qui, en septembre dernier, se rendit à New York tirer les oreilles de Mark Zuckerberg. Et depuis décembre, Facebook, Twitter et Google se sont unis pour faire appliquer, en 24 h chrono, la loi allemande visant à supprimer « les discours de haine ». Ce dispositif s’appelle : « Initiative pour le courage civil »…

On comprend alors pourquoi, depuis ces derniers mois, la chasse aux antimigrants – aux patriotes, en fait – a pris pareille tournure. Et dire qu’on se plaignait déjà de ne plus pouvoir rien dire ! Ça promet…

 
B.V.

23:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Près de 1000 «home-jackings» en France durant l'année 2015

 

 

 

INFO LE FIGARO - Ces agressions au domicile des particuliers ont touché en 2015 beaucoup de personnes vulnérables en pavillon.

«Home-jacking»: ces agressions hyperviolentes varient au gré des pulsions de l'auteur. Le malfaiteur s'introduit dans la résidence de sa victime, qu'il choisit de préférence vulnérable, lui vole sa voiture dans le parking, puisqu'elle détient les clés, mais aussi son argent liquide et sa carte bancaire, dont le code aura été révélé sous la contrainte. Le phénomène est connu. En apparence, ce sont de simples faits divers, brièvement relatés dans les éditions de la presse régionale. Mais voilà: mis bout à bout, sous le prisme de l'analyse criminelle, c'est une menace qui se dessine.

Cliquez ici pour agrandir l'infographie

Le Figaro a reconstitué la carte de ces «vols à main armée contre des particuliers à leur domicile» qui ont bondi en 2015 de presque 20 %! Près d'un millier d'agressions de ce type ont ainsi eu lieu en une seule année. Les départements les plus touchés sont, par ordre décroissant, les Bouches-du-Rhône, la Seine-Saint-Denis, Paris, le Val-de-Marne, le Nord, sans oublier les départements ultramarins de la Guyane et de la Guadeloupe, qui explosent souvent les scores des faits de criminalité violente par rapport au nombre d'habitants. Le home-jacking aura été, l'an dernier, l'infraction grave qui a connu la plus forte inflation, avec les séquestrations, qui elles-mêmes ont dépassé le seuil des 4000 faits en douze mois, soit une hausse de plus de 40 %.

23:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

« Mais où est le pognon pour briser la popularité de Trump ? »

il-installe-un-poster-geant-de-donald-trump-devant-sa-maison-youtube-thumbnail-e1456098486912.jpg

 
C'est ce qui est sorti de la bouche d'une commentatrice de CNN, sur le plateau des commentateurs suite à l'élection en Caroline du Sud.

« Mais où est le pognon pour briser la popularité de Trump ? » C’est ce qui est sorti de la bouche d’une commentatrice de CNN, sur le plateau des commentateurs suite à l’élection en Caroline du Sud. Les « pressetituées » à la solde des néo-cons et du nouvel ordre mondial se lâchent ouvertement. Leur candidat, Jeb Bush, s’est fait laminer et, larmoyante, la commentatrice continue: « Une dynastie vient de s’éteindre. » Quelle dynastie ! Celle de va-t-en-guerre ! Restent, désormais, dans la course Cruz, Rubio, Trump.

Contre l’avis des « spécialistes », lesquels, comme chez nous, depuis le premier débat des GOP (Grand Old Party), enterraient six pieds sous terre Trump, je croyais en sa candidature. Il tuait à lui seul le politiquement correct. Il exprimait les exaspérations des Américains, face aux politicards corrompus de l’establishment. Il cassait tous les codes établis. Il déclarait même avoir fait partie de ce système, qu’il estime aujourd’hui contre-productif et qui doit disparaître. Il se finance seul, ce qui lui permet des libertés d’expression qu’aucun autre candidat ne peut se permettre, fût-ce du côté démocrate. Je l’ai intitulé « Tsunami Trump » puis je l’ai comparé à Gargantua. Gargantua, une nouvelle fois, vient de s’asseoir sur l’establishment avec une belle avance sur ses concurrents. Ils vont désormais se déchaîner pour briser sa popularité. Ils le disent sans fard. « Désormais, nous allons l’observer à la loupe, ce que nous avons négligé de faire jusqu’à présent. »

Tout est une question de pognon pour eux, les commentateurs de l’establishment. Jamais un mot sur le peuple qui vote. Le peuple reste encore, dans leur tête, une masse informe, puante, suintante, dont on ne sait que faire. La majorité silencieuse que l’on méprise et à laquelle Trump ne cesse de s’adresser. Qu’ils ne s’inquiètent pas, le peuple saura quoi faire des représentants du « nouvel ordre mondial » dont ils ne veulent plus. Ce qu’ils veulent, c’est un chef qui leur rende la fierté d’être américains. Qui restaure les infrastructures, limite l’immigration, combat l’islam radical, ramène du boulot au pays, arrête ces guerres meurtrières, écrase l’organisation État islamique, rétablisse des règles, révise le TAFTA et, enfin, parle avec le président Poutine, conscient que le monde n’est pas unipolaire mais multipolaire.

Je crois qu’il faut se rendre compte de la montagne face à laquelle se trouve Donald Trump : face à 6 groupes mondiaux qui possèdent 90 % de la presse américaine : General Electric, News Corp, Disney, Viacom, Time Warner et CBS ! Tous membres du Bilderberg, présidé par le Français Henri de Castries, PDG d’Axa ! Ils vont mettre le rouleau compresseur en marche pour lui barrer la route, à ce Gargantua. S’il sort vainqueur, ce sera grâce aux oubliés, au peuple américain, qui aura pour une fois montré qu’il est plus fort que les quelques tenants du « nouvel ordre mondial » qui fait et défait les présidents, lors des réunions secrètes du groupe Bilderberg.

Pour nous, Européens, l’espoir, c’est Donald Trump, car aucun des autres candidats n’est prêt à parler avec la Russie, qui ne demande qu’une chose : un bon partenariat avec l’Amérique. Et nous, Européens, nous suivrons, pour le bon sens et l’intérêt général.

 
B.V.

21:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

VIDEO - Florian Philippot invité de Jean-Jacques Bourdin (22 02 2016)

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/florian-philippot-...

21:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Les observateurs de la vie politique

Bluj_dessin_remaniement_ministeriel_primaires_droite_politique.jpg

02:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Ces Français extraordinaires : Albert Séverin Roche, « le premier soldat de France »

 

J-3

Albert Séverin Roche naît à Réauville dans la Drôme le 5 mars 1895, troisième fils dans une modeste famille nombreuse de cultivateurs. En 1914, à 19 ans, lors de la mobilisation, le conseil de révision le refuse car l’estimant trop chétif pour servir, à la grande joie de son père: on a besoin de bras pour faire tourner la ferme.

En 1920,  Albert Séverin Roche fait partie des 11 braves désignés pour choisir le Soldat Inconnu puis porte avec 7 de ses camarades le cercueil de celui-ci lors de la cérémonie à l’Arc de Triomphe.

Albert veut cependant coûte que coûte se battre. Devant l’opposition de son père, il fait son sac et se sauve. Il se présente au camp d’instruction d’Alban qui l’affecte au 30e Bataillon de Chasseurs. Cependant son incorporation se passe mal: mal noté, mal-aimé, il s’énerve et s’enfuit. Aussitôt rattrapé, il est envoyé en prison pour désertion.

Il se défend en ces termes : « Les mauvais soldats, on les expédie là-haut, et moi je veux aller où l’on se bat. » Il est alors envoyé le 3 juillet 1915 au 27e bataillon de Chasseurs Alpins engagé dans l’Aisne, bataillon surnommé « diables bleus » par les Allemands.

Il se porte volontaire pour aller détruire un nid de mitrailleuses. Rampant jusqu’aux tranchées ennemies, il parvient à proximité de la cible, atteint le tuyau de cheminée du poêle autour duquel se pressent les Allemands pour se chauffer et y fait tomber une poignée de grenades. La position est neutralisée: il y a plusieurs morts et les survivants se rendent, croyant être attaqués par un bataillon entier. Albert revient à sa base avec les mitrailleuses et 8 prisonniers.

Régulièrement en première ligne, il se retrouve un jour être le seul survivant de sa position, une tranchée à Sudel en Alsace, tous ses camarades ayant été tués. Il positionne alors tous les fusils des morts avec lesquels il tire alternativement faisant croire à l’ennemi à la résistance d’une garnison, mettant ceux-ci en déroute.

Régulièrement volontaire pour des missions de reconnaissance, il est un jour fait prisonnier avec son lieutenant blessé. Isolé dans une casemate lors d’un interrogatoire, il parvient à maîtriser et tuer son interrogateur à qui il a subtilisé le pistolet. Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, il ramène 42 nouveaux prisonniers et son lieutenant blessé sur son dos.

Lors d’une offensive de la bataille du Chemin des Dames, son capitaine est grièvement blessé et gît entre les lignes. Il rampe alors sous le feu au péril de sa vie pendant six heures pour le rejoindre, puis encore quatre heures pour le ramener avant de le confier aux brancardiers.

Épuisé, il s’endort dans un trou de guetteur. Il est réveillé par une patrouille qui le prend pour un déserteur. « Abandon de poste sous le feu, fusillé dans les 24 heures ». Malgré ses dénégations, sans témoin et en période de mutinerie, il est envoyé au cachot en attente de l’application de la sentence. Il écrit alors à son père « Dans une heure je serai fusillé, mais je t’assure que je suis innocent. ». Il est emmené au peloton d’exécution qui s’apprête à faire sa besogne lorsqu’une estafette l’interrompt : le capitaine est sorti juste à temps de son coma et apporte son témoignage disculpant Albert.

Au cours du conflit, il est blessé neuf fois, fait 1.180 prisonniers à lui tout seul. À la fin du conflit à 23 ans il est toujours deuxième classe.

Le 27 novembre 1918, il est présenté au balcon de l’hôtel de ville de Strasbourg par le généralissime Foch devant une immense foule en liesse en ces termes : « Alsaciens, je vous présente votre libérateur Albert Roche. C’est le premier soldat de France ! ». Peu de temps auparavant, Foch avait découvert avec étonnement les états de service d’Albert devant lesquels il s’était écrié : « Il a fait tout cela, et il n’a pas le moindre galon de laine !».

Il reçoit la croix de la Légion d’honneur des mains du commandant de l’armée des Vosges, le général de Maud’huy. Il est invité à la table du général Mangin. En 1920, il fait partie des 11 braves désignés pour choisir le Soldat Inconnu puis porte avec sept de ses camarades le cercueil de celui-ci lors de la cérémonie à l’Arc de Triomphe.

Il fait ensuite partie de la délégation française conduite à Londres en 1925 par le général Gouraud pour assister aux obsèques du Field Marshall Lord French. Il est convié à la table du roi George V avec cinq représentants de l’Armée.

Wikipédia

(Merci à T. pour l’idée et l’inspiration)

02:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le patron d’Europol estime que 3000 à 5000 terroristes entraînés par Daech sont déjà entrés en Europe

1602201716460088.jpg Europol.jpg

 

12h47

Le patron d’Europol Rob Wainwright a mis en garde sur le nombre de djihadistes.
Il a estimé entre 3.000 et 5.000 les combattants entrés en Europe après avoir été formés par ISIS au Moyen-Orient et a averti que l’Europe est actuellement confrontée à la menace la plus élevée depuis 10 ans.

 

(…) DailyMail

01:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

La Pologne dit ne pas pouvoir cohabiter avec des gens du Moyen-Orient

1602211723010088.jpg

12h54

Varsovie s’oppose toujours au système de répartition des migrants par quotas. Un diplomate assure que son peuple ne peut cohabiter avec des ressortissants du Moyen-Orient.

 

La présidence néerlandaise du Conseil, appuyée par l’Italie, la Grèce et l’Allemagne, tente de convaincre les États d’Europe de l’Est de participer au projet de redistribution de 160 000 réfugiés partout en Europe.

 

« Les pays d’Europe centrale et de l’Est n’ont pas l’habitude de cohabiter avec des citoyens d’Afrique du Nord ou du Moyen-Orient », a assuré un diplomate polonais contacté par EurActiv.

« Depuis le début de la crise des réfugiés, les différences sociales dans ces pays ont été sous-évaluées. Avant d’accueillir et de redistribuer [des réfugiés], il faut communiquer avec les peuples d’Europe », a estimé ce diplomate, qui a préféré conserver l’anonymat.

(…) Selon un autre diplomate de haut niveau, jusqu’à 50 millions de migrants arriveraient en Europe dans les années à venir, un bouleversement démographique et culturel « changera l’Europe » pour toujours et que les pays de Visegrád ne sont pas prêts d’accepter.

Lors de leur « mini-sommet » du 15 février à Prague, les quatre pays se sont accordés sur un plan B en cas d’effondrement de l’espace Schengen, si la Grèce sort ou est expulsée de l’espace sans frontières.

Les dirigeants polonais, slovaques, hongrois et tchèques veulent la fermeture des frontières entre la Grèce, la Bulgarie et la Macédoine, afin de limiter drastiquement l’afflux d’immigrants qui arrivent de Turquie.

Varsovie a déclaré « comprendre le fait » que certains pays avaient des difficultés à protéger leurs frontières externes, mais estime que « ces pays devraient également comprendre que d’autres pays européens n’ont pas appris à vivre avec des personnes originaires du Moyen-Orient ».

01:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Projet de loi El Khomr sur le droit du travaili : la régression pour tous

Communiqués / 19 février 2016 / Étiquettes : /
Facebook Twitter Email
 

Communiqué de presse de Marine Le Pen

Le projet de loi El Khomri sur le droit du travail ne réglera en rien les difficultés économiques des TPE et des PME, une nouvelle fois grandes oubliées de cette réforme. Elle rendra en revanche possibles de lourdes régressions sociales pour les salariés, ainsi qu’un renforcement des dérives communautaristes au sein des entreprises.

En effet, ce projet révèle une méconnaissance aiguë des problèmes et attentes des chefs d’entreprise et notamment des patrons de TPE. Il faudrait d’abord leur permettre de remplir leur carnet de commandes, via un retour de la croissance. Il s’agit aussi de leur permettre l’accès au crédit et de les soulager d’une complexité administrative et d’une inflation de normes paralysante.

En réalité, les conditions posées dans le projet de loi pour la signature d’un accord font que seules les grandes entreprises, qui disposent d’une représentation syndicale, pourront appliquer cette dérégulation du code du travail, leur accordant ainsi un avantage concurrentiel au détriment des petites entreprises qui représentent pourtant l’essentiel du tissu économique du pays.

On est en outre frappé par l’incroyable blanc seing que donne le projet de loi aux revendications religieuses et communautaristes qui posent pourtant déjà d’énormes problèmes à beaucoup de chefs d’entreprise confrontés à des demandes inacceptables dans un pays supposé laïc. Au contraire il faut affirmer beaucoup plus solidement la laïcité dans l’entreprise.

Pour toutes ces raisons, il est du devoir de tous les défenseurs de la vitalité économique et de la justice sociale, de s’opposer à ce projet de loi.

Ce projet est clairement d’inspiration bruxelloise, s’inscrivant dans la feuille de route d’austérité édictée par une Union Européenne aux abois qui cherche à imposer comme seule voie possible la précarité générale.

L’idée déjà avancée que le gouvernement puisse avoir recours au 49.3 laisse perplexe tant il semble évident que cette procédure va engendrer un surcroît de tensions alors que le pays est déjà secoué de multiples crises, sociale, migratoire, agricole,…

00:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)