Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 278

  • Violences : c’est la CGT qu’il faut dissoudre !, par Franck Deletraz

    Chard-Interdire.jpg

    Partager sur Facebook Tweeter

     

    Après des semaines et des semaines de violences perpétrées par la CGT et ses camarades d’ultra-gauche, des dizaines de policiers blessés, dont certains grièvement, des centres-villes entièrement saccagés et les provocations insupportables de Martinez, c’est maintenant, et seulement maintenant, alors que nous vivons depuis des mois sous l’état d’urgence, que le gouvernement se pose la question d’interdire ces manifestations.

    Invité mercredi matin sur France Inter, le Premier ministre, après avoir souligné « l’attitude ambiguë du service d’ordre de la CGT », a en effet déclaré que « ces manifestations ne peuvent plus durer ainsi » et brandi la menace d’une interdiction.

    A l’origine de cette déclaration, les nouvelles dégradations et agressions commises la veille à Paris lors des manifestations contre la loi travail, qui ont fait au moins 40 blessés. Et notamment l’attaque intolérable de l’hôpital Necker par les militants de la CGT et leurs camarades.

    Des images ahurissantes, sur lesquelles on aperçoit ces « braves gens » caillasser allègrement les vitres de ce célèbre hôpital où sont soignés des enfants malades. Et notamment, ce jour-là, le petit garçon du couple de policiers massacré lundi par un djihadiste à Magnanville. Certains, selon les témoins, s’en sont même pris à la façade de l’hôpital à « coups de masse », brisant une quinzaine de baies vitrées. Et ce, comme l’expliquait un professeur exerçant à Necker, juste au niveau du bloc opératoire où des enfants subissaient au même moment une intervention chirurgicale.

    Des images, tout de même, qui auront scandalisé un foule d’internautes, nombre de politiques, et même quelques-uns de ces médias qui versent pourtant des larmes de crocodiles lorsque un casseur d’ultra-gauche a le malheur de prendre une gifle d’un CRS. Mais apparemment pas Philippe Martinez, qui a expliqué mercredi que « menacer d’interdire les manifestations est le signe d’un gouvernement aux abois » et que « la CGT ira jusqu’au bout ».

    Franck Deletraz

    Article paru dans Présent daté du 17 juin 2016

  • Censure d’une publicité à Londres : le maire Sadiq Khan impose la charia au nom du féminisme

    http://reinformation.tv/sadiq-khan-charia-censure-publicite-feminisme-maire-londres-mille-56606-2/

    Sadiq-Khan-Charia-Censure-Publicité-Féminisme-Maire-Londres-e1465909502843.jpg

  • Tuerie d’Orlando : Omar Mateen était bien lié à l’islam et au terrorisme

     

    Tuerie Orlando Omar Mateen Islam Terrorisme
     
    En refaisant l’enquête que le FBI avait ébauchée avant de se désintéresser d’Omar Mateen, les autorités américaines découvrent que le responsable de la tuerie d’Orlando entretenait des liens étroits avec l’islam et le terrorisme, en Amérique et au Proche-Orient. La thèse médiatique du déséquilibré violent s’effondre.
     
    Omar Mateen a fait deux voyages en Arabie saoudite, l’un de dix jours en 2011, l’autre de huit en 2012. Des déplacements à quatre mille dollars, selon l’agence musulmane Dar es Salaam où il avait acheté ses billets. Le tour comprenait La Mecque, Médine et des journées libres, avec des hôtels de luxe. Pourtant Omar Mateen était un jeune homme pas très riche, ayant tenté sans succès d’entrer dans la police, s’étant fait licencier d’un poste de gardien de prison et ayant fini par trouver une place dans une société de sécurité privée, où il apprit l’usage des armes qui lui ont servi pour la tuerie d’Orlando.
     

    Omar Mateen à La Mecque : Oumra ou terrorisme ?

     
    Le but invoqué par Omar Mateen pour ses voyages en Arabie saoudite est l’oumra. Ce petit pèlerinage à la Mecque, d’origine pré musulmane, n’a rien d’obligatoire, mais il présente l’avantage par rapport au Hadj de pouvoir se faire à n’importe quel moment de l’année et de laisser du temps libre. Il est extraordinaire pour un musulman de le faire deux années de suite. « Ce n’est pas donné et les jeunes n’y vont pas deux fois, estime Adnan Khan, ancien patron du conseil pour les affaires pakistano-américaines. Surtout quand on n’appartient pas à une famille très pratiquante », ce qui était le cas d’Omar Mateen.
     
    Pour Ryan Mauro, analyste de la sécurité nationale américaine au Clarion Project, un institut de recherche sur le terrorisme global situé à New York, c’est le « signal rouge » qui indique le lien entretenu avec l’islam radical. « Un voyage unique en Arabie pourrait être dû à l’oumra, mais le second, qui a donné lieu à une visite aux Émirats arabes unis montre que le pèlerinage était une couverture ». D’autant que l’itinéraire d’Omar Mateen sur place reste inconnu : « Il est tout à fait possible de s’embarquer pour l’Arabie saoudite et de faire une extension dans un pays comme le Yémen. Quand on rapproche cela de la relation entre Omar Mateen et un imam d’Orlando condamné pour aide au voyage du djihadisme international, il est fort probable que ces séjours en Arabie saoudite n’étaient pas bénins. » Rappelons qu’Al-Qaïda est installée depuis longtemps au Yémen, que Daech vient de s’y implanter et que de nombreux moudjahidines américains vont s’y entraîner.
     

    La tuerie d’Orlando au nom de l’islam

     
    Les liens entre Omar Mateen, l’islam et le terrorisme sont établis aussi par ses propres déclarations pendant la tuerie d’Orlando. Au cours de plusieurs appels passés au 911 pendant qu’il retenait une part de ses victimes en otages, il a non seulement professé son obéissance à Daech et son admiration pour le mollah Abou Bakr el Baghdadi mais aussi son soutien admiratif aux adeptes de l’islam suicidés à l’explosif sur le parcours du marathon de Boston en 2013. Enfin, l’enquête de proximité près du logement qu’occupaient Omar Mateen, son amie et leur enfant montre un couple peu expansif et ne manifestant pas d’engouement ostentatoire pour l’islam, mais des proches affirment qu’il arrivait au jeune homme de louer le terrorisme et ses divers prophètes.
     
    On retiendra un détail, pas nécessairement anecdotique : né à New York, Omar Mir Seddique, l’homme de la tuerie d’Orlando, a changé son nom en 2006 pour celui de Mateen, qui signifie « fort, puissant », en arabe. Mais on considérera comme beaucoup plus sérieux, avec le gouvernement américain lui-même, la réévaluation des liens entre Omar Mateen et Moner Abu-Salah, l’homme qui s’est fait sauter avec seize tonnes d’explosif dans un bâtiment administratif syrien sur l’ordre d’Al Nosra en mai 2015. Au début de 2014, le FBI avait découvert que les deux hommes fréquentaient la même mosquée dans l’est de la Floride, mais classait l’affaire, jugeant « l’association minimale ». Aujourd’hui, le gouvernement américain estime les liens entre Omar Mateen et Moner Abu-Salah « plus profonds ».
     

    La thèse du loup solitaire s’effondre

     
    Selon le directeur du FBI James Comey, un témoin qui a identifié Omar Mateen pendant l’enquête menée sur Abu-Salah a affirmé que Mateen regardait des vidéos de l’imam américain Anouar el-Aouakli, terroriste d’Al-Qaïda qui figure sur la liste noire de la CIA. Sans qu’il s’agisse d’une preuve irréfutable, c’est au moins un signe très fort de lien étroit avec le terrorisme islamique. Les espoirs du terrorisme élevés en Amérique ont en effet pour passage obligé de lire El-Aouakli. Tashfeen Malik et Sayed Faruk l’ont fait avant d’aller tuer quatorze personnes à San Bernardino et décembre 2015. Les deux artificiers du marathon de Boston en ont fait autant avant d’aller poser leurs bonbonnes de gaz en 2013. Et quatre ans avant, Nidal Hasan avait échangé des courriels avec cette conscience du terrorisme avant d’aller faire le coup de feu à Fort Hood.
     
    Voilà quelques éléments concrets qui mènent à ne pas voir dans la tuerie d’Orlando le geste d’un loup solitaire, ni dans Omar Mateen un atrabilaire haineux, homosexuel rentré retournant sa phobie sur soi-même et sur les autres : il était bien lié à l’islam et au terrorisme.
     

    Pauline Mille

    Réinformation tv

  • Brexit: la population britannique n'aura pas le dernier mot

     

    15/06/16 à 11:15 - Mise à jour à 11:21

    Source: Le Vif/l'express

    La Grande-Bretagne se prononcera sur la sortie de l'UE le 23 juin prochain. Un point important de ce referendum n'a pas été beaucoup mentionné dans la presse alors qu'il est plutôt crucial: ce sont les parlementaires qui auront le dernier mot, rapporte un éditorialiste du Financial Times. Ils ne sont donc pas automatiquement obligés de faire sortir la Grande-Bretagne de l'Union européenne même si la population a voté dans ce sens...

    (suite de l'article payant pour les abonnés)

  • Attentat d'Orlando: la femme d'Omar Mateen pourrait être inculpée

    La femme d’Omar Mateen, l’homme qui a tué 49 personnes et fait 53 blessés dimanche dans une discothèque d’Orlando en Floride, était au courant de son projet et pourrait prochainement être inculpée dans cette affaire, ont annoncé mardi les médias américains en citant des sources policières.

    D’après la chaîne de télévision Fox News, un grand jury fédéral a été convoqué et pourrait inculper Noor Salman dès mercredi. Il pourrait s’agir d’une inculpation de complicité pour 49 assassinats et 53 tentatives d’assassinat, ainsi que pour non information des services de police et de justice au sujet de l’attaque qui allait avoir lieu et mensonge à agent fédéral.

    « Elle semble coopérer »

    Sur CNN, le sénateur Angus King, membre de la commission du Renseignement du Sénat américain, a précisé: 

    « Il apparaît qu’elle avait une certaine connaissance de ce qui se passait. (…) Elle semble coopérer et peut nous fournir des informations importantes ». 

    Selon NBC News, Noor Salman a dit aux agents fédéraux qu’elle avait essayé de persuader son mari de ne pas mener à bien son projet. Mais elle a aussi dit au FBI qu’elle l’avait une fois conduit en voiture à la discothèque The Pulse parce qu’il voulait la voir de plus près, précise la chaîne de télévision.

    Toutes ces informations n’ont pas été officiellement confirmées par le FBI.

    Boulevard Voltaire

  • Larossi Abballa : « Nous ouvrons les portes du djihad sur votre territoire »

    Larossi-Abballa-1-600x317.jpg

    Partager sur Facebook Tweeter

     

    15/06/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Le djihad, c’est maintenant et c’est en France que ça va se passer. C’est en substance ce que proclame Larossi Abballa, le terroriste islamiste qui a assassiné hier le couple de policiers à Magnanville, dans la vidéo de 11 mn qu’il a enregistrée à destination de ses frères en religion pour qu’ils « s’élancent ». « Tuez, tuez, tuez ! », ordonne ce salaud dans cette vidéo que nous avons pu visionner, désignant comme cibles les gardiens de prison, les journalistes, les rappeurs, ainsi que les députés et les maires. Extraits.

    « Vous aussi mes chers frères, attaquez les surveillants pénitenciers. Leur sang n’est-il pas licite ? Oh que si. Et même s’ils s’appellent Mohamed ou Aïcha, tuez-les. Ils sont les bras exécutif du [régime mécréant]. »

    « Maintenant je m’adresse aux musulmans de France. Ceux qu’Allah a privilégiés en leur accordant la bonne compréhension des textes […]. Attaquez ces mécréants par vos moyens. Faites trembler la France et leurs âmes. Soyez la cause pour qu’Allah redonne suprématie à sa religion. »

    Larossi Abballa 3« Ô vous qui avez tout à gagner, élancez-vous et répondez à l’appel de votre émir. […] Il te suffit de t’élancer, de mourir et te voilà au paradis. »

    « Elancez-vous et ne pensez pas à vos proches, ni à vos femmes, ni à votre argent. Ne pensez ni à vos proches, ni à vos enfants, ni à vos femmes. […] Tout ce qui pouvait être un frein, Allah l’a cité. On n’a aucune excuse. […] Actuellement, Allah distingue et dévoile les gens. Donc profitez-en pour savoir qui est votre allié, et surtout, qui est votre ennemi. »

    « Je vous appelle à privilégier les policiers. Et je viens de tuer un policier, et je viens de tuer sa femme. »

    « Je vous appelle à privilégier les policiers, les surveillants pénitenciers, les journalistes en particulier. Ecoutez-moi et mettez bien ça en œuvre : attaquez les journalistes en particulier Gilles Kepel, Léa Salamé, Bernard de la Villardière – tuez-le-, suivez-le jusqu’à chez lui, tuez-le –, Ruth Elkrief, Audrey Pulvar, et l’apostat hypocrite Mohamed Sifaoui. Je ne peux pas tous les citer, Allah ne m’a pas inspiré tous leurs noms. Tuez-les, tuez-les, tuez-les, tuez-les. Ils ont vendu la religion, ils ont trahi Allah et son prophète, donc tuez-les, ainsi que les députés ou maires de vos villes. C’est hyper simple. Il suffit de les attendre devant leurs locaux. […] On vous attendra devant vos demeures, telle est votre rétribution. »

    « Je vous appelle à cibler aussi les rappeurs car ils sont les alliés de Satan. […] s’est moqué de notre seigneur. Mettez-lui une balle entre les deux yeux. De même que Booba […]. Ils égarent les gens, ils méritent d’être envoyés en enfer. Ô vous rappeurs, repentez-vous d’un repentir sincère car on viendra vous chercher comme je suis venu chercher ce policier chez lui. »

    « Je m’adresse aussi aux autorités mécréantes française. Voici l’aboutissement de votre travail. […] Nous ouvrons les portes du djihad sur votre territoire. […] On vous réserve d’autres surprises pour l’Euro, je ne vous en dis pas plus. L’Euro sera un cimetière. Nous aussi Hollande, nous serons impitoyables. Et j’ai été impitoyable avec ce policier et sa femme.

    « O vous Français, sachez que notre religion s’établira en dépit de l’aversion de certains d’entre vous. »

  • Valérie Pécresse donne 25 000 euros pour financer la Gay Pride

    in Politique / by / on 14 juin 2016 at 20 h 33 min /

     

    Voici la fausse droite qui finance l’étalage du vice ; Valérie Pécresse a accepté de donner 25 000 euros pour financer la Gay Pride :

    Madame, Monsieur,

    Vous m’avez récemment interrogée sur le financement par la Région Ile-de-France de la Marche des Fiertés.

    Je tiens tout d’abord à rappeler que cette manifestation, qui est aujourd’hui interdite dans de nombreux pays, est symbolique de la lutte contre l’homophobie et de la liberté d’expression. C’est pour cela que j’estime nécessaire que la Région la soutienne, et cela même si elle est aussi le lieu de revendications politiques que je ne partage pas, comme je l’ai d’ailleurs fait savoir aux organisateurs. Je pense en particulier aux revendications portant sur la légalisation de la PMA et de la GPA.

    La marche se déroulera en outre dans un contexte de vigilance terroriste maximum qui nécessite une protection renforcée.

    Toutefois, j’ai fait le choix de baisser la participation de la région cette année. Elle s’élèvera ainsi à 25 000 euros contre 30 000 euros l’an dernier car la Région ne financera plus de char.

    Telles sont les précisions que je souhaitais porter à votre connaissance.

    Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma meilleure considération.

    Valérie Pécresse

    Au moins les choses sont claires…si toutefois elles ne l’étaient pas !


    En savoir plus sur http://www.medias-presse.info/valerie-pecresse-donne-25-000-euros-pour-financer-la-gay-pride/56333#53aczQArhVlF4k2D.99
  • Le tueur du massacre de la boîte gay d’Orlando était…homosexuel

    in Etats-Unis, International / by / on 15 juin 2016 at 11 h 47 min /

     

    image: http://media.medias-presse.info/wp-content/uploads/2016/06/Orlando_omar_mateen-300x200.jpg

    Orlando_omar_mateen

    Alors que les médias mainstream français font de la tuerie d’Orlando aux Etats-Unis un crime motivé par la haine des homosexuels, peu rapportent que le tueur était homosexuel et un habitué de la boîte de nuit dans laquelle il a perpétré le massacre.

     

    Omar Mateen qui a tué 49 personnes était un drôle de musulman : bien que marié et père d’un enfant, il était homosexuel, et bien que musulman, il fréquentait la boîte de nuit avec, selon les témoins, un alcoolisme et une violence prononcés, et des ivresses récurrentes. Il était également inscrit sur le réseau social gay Jack’d.

    Histoire dramatique qui ne ressemble en rien aux thèses simplistes des médias : un musulman alcoolique et homosexuel qui perpètre un massacre dans un lieu qu’il fréquente…Il n’y a là rien qui ressemble à une soit disante « homophobie » ni à un acte qui serait la résultante d’une conviction islamique…Il semble surtout s’agir d’une acte d’un déséquilibré aux ressorts psychologiques complexes et contradictoires.

    Pour autant, par souci de propagande, la tour Eiffel a dû subir hier les couleurs arc-en-ciel…


    En savoir plus sur http://www.medias-presse.info/le-tueur-du-massacre-de-la-boite-gay-dorlando-etait-homosexuel/56349#zqwAd7OlHg4fxqBb.99
     
    NdB: Il avait néanmoins fait allégeance à l'islam en appelant le 911...
    En faisant du musulman Omar Mateen un homosexuel alcoolique et déséquilibré, on fait le jeu de Clinton contre Trump. Ce massacre n'est plus un acte de l'islamisme radical, on n'est alors dans le djihadisme mais dans la psychiatrie: le tueur était un "homosexuel refoulé" - ce qui est beaucoup moins effrayant pour les électeurs.
     
    Faut-il croire ces témoins?
     
    Rappelons qu'Omar Mateen était membre du parti démocrate...
     
     
  • L'article 411-4 du Code pénal

    Capture.PNG Article  loi.PNG

  • Marseille: violences sur le Vieux-Port, le rappeur marseillais k- rhyme le roi en garde à vue

    rossi.jpg   Karim.jpg

    Le rappeur en bleu et pantalon blanc au centre, crâne rasé

     
     

     

  • Meurtre d'Alexandre Junca : la prison à vie requise contre Mickaël Baehrel

    5862387_alexandre-junca.jpg

    La réclusion à perpétuité a été requise contre Mickaël Baehrel, principal accusé du meurtre d'Alexandre Junca en juin 2011 à Pau (Pyrénées-Atlantiques). Baehrel a révélé ce mercredi que le collégien de 13 ans n'était pas mort sur le coup, mais qu'il l'avait achevé parce qu'il pleurait. «Il n'y a pas d'autre issue que de prononcer la sanction maximale, la réclusion criminelle à perpétuité», a demandé l'avocat général, Jean-Christophe Muller, aux jurés de la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques.

     

    «Nous parlons de la vie d'un enfant qui est mort de violences qui se situent sur une échelle de gravité particulièrement élevée», a ajouté le magistrat, sans toutefois demander d'assortir la condamnation «d'une peine de sûreté exceptionnelle», pour «tendre la main» à l'accusé.

     

    Depuis le début du procès le 7 juin, Mickaël Baehrel, un marginal de 30 ans jugé pour «vol avec violence ayant entraîné la mort», a constamment varié dans son récit du meurtre, survenu dans le centre-ville de Pau le 4 juin 2011. Ce soir-là, Alexandre Junca rentre chez son père lorsque Christophe Camy, un autre marginal âgé de 28 ans, co-accusé de Baehrel et qui encourt comme lui la réclusion à perpétuité, lui vole son portable. Selon les deux hommes, le collégien serait revenu pour réclamer son téléphone. 

     

    «De l'entendre pleurer, ça m'a rendu fou. J'ai asséné plusieurs coups de marteau»

     C'est à ce moment que Baehrel lui aurait asséné coups de poing et de marteau, parce qu'«il avait la rage», sans plus d'explication. Mais jusqu'à présent, le SDF avait toujours soutenu que le collégien était déjà mort lorsqu'il l'avait transporté dans l'immeuble de sa compagne, Fatima Ennajah, 50 ans, accusée de «non-dénonciation de crime». Énième mensonge ou aveu suscité par la présence, dans la salle d'audience, de son père, l'une des rares personnes devant laquelle il semble soucieux de faire bonne figure ? Mercredi matin, Baehrel a glacé la cour d'assises en affirmant pour la première fois qu'Alexandre avait repris conscience.

     

    Mickaël Baehrel explique avoir commencé par porter à l'adolescent des coups de poing et un coup de marteau, qu'il avait sur lui. «Dans quel état est l'enfant à ce moment-là ?», le presse le président Francis Bobille. «Il est sonné», répond Baehrel, assurant qu'il le croit mort à cet instant. Mais une fois devant l'appartement de Fatima Ennajah, elle «m'a vu avec Alexandre et lui donne un médicament car il était revenu à lui, il pleurait», poursuit-il. «De l'entendre pleurer, ça m'a rendu fou. J'ai asséné plusieurs coups de marteau. Après, il était mort...», bredouille l'accusé.

     

    3 ans requis contre Ducos, le dépeceur

     

    Selon Mickaël Baehrel, c'est Claude Ducos, 76 ans, qui donnait de l'argent au marginal en échange de fellations, qui viendra chercher le corps le lendemain pour le charger dans le coffre de sa voiture. Le septuagénaire, chasseur chevronné, est soupçonné d'avoir ensuite démembré le cadavre pour le faire disparaître. La découverte du corps du collégien avait eu lieu des semaines après sa disparition. D'abord un fémur fin juin, puis d'autres restes en octobre en bordure de la rivière traversant Pau. Lundi, Baehrel avait brièvement reconnu avoir tenté de découper lui-même sa victime peu après le crime, avant de se rétracter. Ce n'est qu'après qu'il aurait fait appel à Ducos.

     

    Contre Christophe Camy, une peine «entre 15 et 18 ans de réclusion» a été requise par l'avocat général qui a souligné «sa qualité de complice de Baehrel».

     

    Quant à Claude Ducos, qui a une nouvelle fois protesté de son innocence ce mercredi, le magistrat a réclamé trois ans de prison, la peine maximale, et une privation des droits civiques, évoquant des «éléments précis dans le dossier» et «aucune raison de les mettre en doute». «Il a réponse à tout sans répondre à rien. Ce ne peut être que lui qui a procédé à cette profanation», a ajouté le magistrat. Il a également requis la peine maximale, trois ans de prison, contre Fatima Ennajah.

     

    Le verdict est attendu jeudi. 

    LE PARISIEN

  • Les Brigandes - La loge des Jacobins

    (merci à Dirk)

  • IGNACE

    13394017_1312800028748502_2132697337765962638_n.jpg

  • Le gouvernement en état végétatif

    mlp.jpg

     

    Au quotidien

    C’est l’Euro 2016, ce devrait être une période festive, une compétition sportive à même de donner une belle image de notre pays. Et pourtant, le moment est bien sombre, bien triste. Nous vivons une bien étrange période. Les attentats se suivent, à des échéances de plus en plus rapprochées, et le pays s’endeuille régulièrement. Avant-hier encore, la terreur islamiste frappait dans le domicile d’un couple de policiers, laissant un malheureux enfant de 3 ans sans père ni mère. Dans le même temps, alors même que l’état d’urgence a été déclaré, et plusieurs fois prolongé, nos villes sont presque chaque jour désormais dévastées par des hordes de casseurs d’extrême gauche.

    Je ne mets pas sur le même plan les deux phénomènes. Mais je m’interroge sur la passivité coupable du gouvernement, qui, quelle que soit la gravité des actes commis, se contente de commenter, et de jouer ce rôle étrange de spectateur de la violence. Les communiqués du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, ses déclarations martiales, ou celles du Premier ministre, Manuel Valls, s’enchaînent, sans que jamais leur tonalité ne change. C’est à chaque fois un indécent satisfecit sur l’action de l’Etat, et un commentaire du désastre. Mais il n’y a jamais dans ces propos le début d’une prise de conscience, ni l’indication que le gouvernement se préparerait à agir. Non, hélas, il n’y a rien d’autre dans ces discours que l’aveu de l’impuissance de l’Etat. Le gouvernement donne le sentiment à beaucoup de Français, sentiment justifié, d’un état végétatif. Incompréhensible, dangereux.

    Parlons d’abord du terrorisme islamiste. Que nous dit le Premier ministre ? Qu’il y aura d’autres attentats, comme il l’avait déjà dit, et que d’autres innocents perdront leur vie. Commentaire d’un spectateur désabusé, peut-être sincère dans sa compassion, mais effroyablement impuissant, inactif, et, au final, terriblement inquiétant sur la capacité du gouvernement à agir. Car que veulent dire ces propos au final ? Simplement que l’équipe au pouvoir, tout comme la précédente, a laissé grossir la bête monstrueuse, et constate aujourd’hui, désemparée, qu’elle commence de déchaîner sa violence. Mais que veulent-ils faire ? Que pourraient-ils faire ? Eux, qui n’ont jamais voulu admettre le mal, pendant des années, qui ont préféré taire ce que nous dénoncions avec vigueur. Ils n’ont jamais voulu combattre le fléau d’une immigration incontrôlée et du communautarisme, ils n’ont jamais voulu reconnaître que des pans entiers du territoire se nourrissaient d’une radicalisation islamiste insupportable, ils n’ont jamais accepté que l’on parle des frontières, par où passent les armes, les terroristes potentiels partis s’entraîner à l’étranger, ils n’ont jamais rien voulu entendre. PS comme UMP ont laissé se gangréner le pays. Et parce qu’ils n’ont pas une claire conscience des causes de ce phénomène monstrueux, ils sont aujourd’hui incapables d’imaginer les solutions. Parce qu’agir aujourd’hui voudrait dire remettre en cause l’ensemble de la politique menée depuis des décennies, l’ensemble de leurs aveuglements, ce revirement est pour eux inacceptable. Il y a pourtant urgence à agir, à prendre des dispositions essentielles à la sûreté de la Nation. Nous déclinons chaque jour nos propositions, concernant les forces de sécurité, la Justice, la politique pénitentiaire, les frontières nationales, la catastrophe Schengen, la laïcité, l’immigration. Mais ils n’entendent rien, et se contentent de commenter. Cela devient intolérable. Et dire que nous devrons encore attendre un an pour avoir l’espoir de bouger.

    Parlons ensuite des casseurs. Ceux-ci vont et viennent, de ville en ville, quand ils ne viennent pas de l’étranger (là aussi les frontières seraient bien utiles), et cassent. Partout, impunément, sous les yeux de forces de l’ordre à qui l’on donne comme seule consigne de ne pas bouger. Voilà qu’après avoir tenté de tuer des policiers, ils s’attaquent désormais à des hôpitaux, à un hôpital qui soigne les enfants malades. Quel plus abject symbole. Je fais la part des choses entre la légitime contestation de la loi Travail par les Français, que nous combattons depuis le premier jour et qui n’est que l’imbécile traduction de recommandations européennes, loi qu’il suffirait aujourd’hui d’abandonner pour retrouver un peu de sérénité, et l’action de ces hordes d’extrême gauche que personne ne devrait accepter de voir sévir sur notre territoire. Pourquoi une telle mansuétude pour ces acharnés de la violence, ces prétendus « antifa » qui appliquent en réalité des méthodes proprement fascistes ? Vraiment, l’on s’interroge.

    Attentats, casse de nos villes… Je me pose la question : serions-nous capables aujourd’hui d’organiser, comme nous l’avions fait en 1998, une nouvelle coupe du monde ? Quand on voit à quel point le pays se désagrège, alors même qu’il est sous les projecteurs de tous les pays qui suivent l’euro, quand on voit à quel point la sécurité des Français et des visiteurs est malmenée, je me dis que cela ne serait plus possible, tant est grande la faillite de nos dirigeants.

    Nous sommes favorables à l’organisation de grandes compétitions sportives sur le territoire national. Cela peut être source de croissance, de gains pour le pays en termes d’image, de retombées positives dans maints domaines. Mais malheureusement cela devient de moins en moins possible. La faute à des gouvernements qui, par leur aveuglement et leur inaction, plongent peu à peu la France dans un état de guerre civile. Il faut rétablir l’ordre.

    Marine Le Pen

    Carnets d'espérances

     

  • Policiers tués à Magnanville : comment va leur fils de trois ans rescapé ?

     Jean-Basptiste Salvaing et Jessica Schneider ont tous les deux été tués par arme blanche par un terroriste de 25 ans, hier soir, lundi 13 juin, à Magnanville. Leur fils de trois ans est le seul rescapé de ce massacre.

    Francetv info

    Mis à jour le , publié le

    Jean-Basptiste Salvaing et Jessica Schneider ont tous les deux été tués par arme blanche par un terroriste de 25 ans, hier soir, lundi 13 juin, à Magnanville. Leur fils de trois ans est le seul rescapé de ce massacre. "On sait qu'il n'a pas été blessé physiquement, mais vous pouvez l'imaginer, il est ce soir très choqué, car c'est une scène d'horreur qu'il a vécue hier soir pendant plus de quatre heures dans la maison de ses parents. Après l'assaut du Raid, les policiers qui l'ont recueilli l'ont découvert 'prostré' selon leurs mots", explique Clément Le Goff, en direct de Magnanville (Yvelines).

    L'enfant reconnu pupille de la nation

    L'enfant est ce soir hospitalisé à l'hôpital Necker à Paris auprès de sa famille. S'il est sain et sauf, il reste "en état de choc", a indiqué le procureur de la République de Versailles, Vincent Lesclous. "On a appris aujourd'hui que le jeune orphelin serait reconnu pupille de la nation", conclut le journaliste. Ce statut remonte à 1917. Des milliers d'enfants sont alors orphelins à cause de la guerre. La mission est claire à l'époque : assurer les moyens de subsistance de ces citoyens de demain.

  • Brexit J-9 : « Nous devons nous libérer de la dictature de Bruxelles »

    Vote-Leave-Take-Control.jpg

    Partager sur Facebook Tweeter

     

    The Sun Brexit

    Alors que le quotidien The Sun prend ouvertement partie pour le Brexit, plusieurs sondages confirmeraient la victoire possible du Brexit avec 6 points d’avance dans une nouvelle enquête d’opinion d’ICM publiée lundi après-midi par The Guardian et avec 6 points d’avance pour YouGov :

    Dans son éditorial apparaissant également sur sa « une », le Sun soutient qu’une « sortie permettra de réaffirmer notre souveraineté – embrassant un avenir en tant que puissante nation autonome enviée de tous ».

    L’avenir de la Grande-Bretagne serait « bien plus sombre » au sein de l’Union européenne et serait absorbé par « l’expansion sans relâche de l’Etat fédéral allemand », poursuit le tabloïd appartenant au magnat des médias Rupert Murdoch. « Nous devons nous libérer de la dictature de Bruxelles », continue le quotidien, qualifiant l’UE de « plus en plus cupide, dépensière et harcelante » :

    « Notre pays a une histoire glorieuse. C’est notre chance de rendre la Grande-Bretagne encore meilleure, de reprendre notre démocratie, de préserver les valeurs et la culture dont nous sommes fiers à juste titre. »

    Le journal britannique estime que la campagne en faveur du maintien de la Grande-Bretagne au sein de l’UE a été « méchante » et « cynique », et accuse les pro-UE de tenter de « terrifier » en cas de « Brexit ».

    Texte repris du Salon beige