Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 744

  • Le travesti Tom Neuwirth, surnommé « Conchita Wurst », gagne l’Eurovision 2014

     

     

     

    Conchita Wurst

    « Victoire de la tolérance », titre Rue89 qui s’interroge toutefois : « Est-ce la chanson de Conchita qui l’a emportée, ou est-ce le plaisir de faire gagner un symbole de tolérance face à la montée (sic) des conservatisme ? » Aux Nouvelles de France, nous avons notre petite idée… Voilà la prestation de l’individu érigé en modèle par l’oligarchie :

     

    Avis aux zoophiles et autres malades mentaux qui nous lisent : tentez l’Eurovision en 2015, vous aurez toutes vos chances de devenir un symbole de la résistance « face à la montée des conservatismes » !

    NOUVELLES DE FRANCE

    VN:F [1.9.22_1171]
  • Face au CRAN, Eric Zemmour persiste et signe

     

     

     

    « Je n’aurais pas changé un mot aujourd’hui », « j’assume tout, au moindre mot », explique Éric Zemmour, vendredi 9 mai sur I>Télé. Il dénonce le « maccarthysme » du CRAN, qui vit « grassement de subventions publiques », rappelle-t-il. Le président du CRAN, Louis-Georges Tin, « est à la confluence de deux lobbies : le lobby gay et le lobby antiraciste. (…) Il pense qu’il faut détruire la norme hétérosexuelle », « il réclame que la France paye des réparations pour la traite négrière à toutes les populations antillaises ». Le « délire pathologique » dénoncé par le CRAN ? « C’est la vieille méthode des communistes soviétiques de psychiatriser le conflit idéologique. Quand ils ne sont pas d’accord (avec vous, ndlr), ils vous mettent en asile psychiatrique ». Du grand Zemmour.

    NOUVELLES DE FRANCE

  • Européennes/Pays-Bas: la crainte des Marocains face au populiste Geert Wilders


    Européennes. Les Marocains choqués par les... par leparisien

    A deux semaines des élections européennes, les partis populistes, et notamment ceux qui prônent des valeurs et xénophobes, risquent de réaliser des scores historiques le 25 mai. En cherchant à créer un groupe parlementaire avec le néerlandais Geert Wilders et d’autres partis d’extrême droite, Marine Le Pen espère se doter d’une tribune pour pilonner l’Europe. <btn_noimpr>

    Aux Pays-Bas, l'inquiétude grandit au sein de la communauté marocaine, prise pour cible par Wilders.

    Le 19 mars dernier, lors d’une fin de soirée électorale des municipales à La Haye où son parti finissait second, le leader populiste Geert Wilders haranguait ses supporters : «Voulez-vous plus ou moins de Marocains dans votre ville et aux Pays-Bas ?» «Moins, moins !», hurlaient les foules. Et le chef de file du PVV, le Parti pour la liberté, de promettre, tout sourire : «Nous allons nous en charger !»

    Ces paroles, qui ont provoqué une immense vague de protestations à travers tout le pays et même des démissions au sein de la formation d’extrême droite, ont évidemment choqué la communauté prise pour cible. A quelques jours des élections européennes lors desquelles le PVV pourrait arriver en tête des suffrages, une grande partie des 360 000 Néerlando-Marocains sont plus que jamais inquiets.

    Plaintes pour discrimination et incitation à la haine raciale

    «Il y a aujourd’hui de l’angoisse mais aussi une volonté de se mobiliser», résume Habib El Kaddouri, porte-parole de la Fondation pour les Néerlando-Marocains qui se prépare à porter plainte contre les diatribes xénophobes du député Geert Wilders. Déjà, à titre individuel, des centaines d’habitants ont déposé plainte ces dernières semaines pour discrimination et incitation à la haine. Des recours visant le fondateur du PVV qui, par le passé, avait comparé le Coran à «Mein Kampf» d’Adolf Hitler et qualifié l’Islam de «religion fasciste».

    A La Haye, dans le quartier de la gare Hollands Spoor, là où la communauté marocaine est la plus importante, la sortie ultra-radicale de Geert Wilders a laissé des traces. «J’ai un peu peur, je me sens insulté, il nous prend pour des criminels», s’alarme Mustapha, un coiffeur qui fait cohabiter à l’entrée de son échoppe les drapeaux hollandais et marocain. A quelques rues de là, devant le «supermarkt (supermarché) Tanger», Fouad, 51 ans, professeur d’arabe originaire de la région d’Oujda, se dit «très touché». «Je ne comprends pas ce discours haineux. Moi, je n’ai aucun problème avec les Hollandais. En fait, il ne connait pas les Marocains, il n’a jamais parlé avec ceux qui ont réussi aux Pays-Bas, qui sont professeurs à l’université, parlementaires...» Le jeudi 22 mai, jour de scrutin en Hollande pour choisir ses représentants au Parlement de Strasbourg, il donnera sa voix à un parti de gauche «pro-européen».

    «Je suis pour qu’on vive tous ensemble», explique-t-il. Nordine, qui a également le coeur à gauche confie, lui, qu’il ne se sent pas «visé» par les attaques anti-marocaines. «Moi, je suis allé à l’école, je suis entrepreneur dans le secteur de la communication, je fais du bon business. Nous, les Marocains sommes plus qu’intégrés, nous sommes assimilés !», défend-il. Son «pote» Omar, 29 ans, travailleur social, préfère «ignorer» le député provocateur. «Il faut le laisser parler, ne pas aller au combat. J’ai le passeport néerlandais, c’est ma nationalité et ça ne lui appartient pas. Prêcher contre l’islam, ça lui donne du pouvoir auprès de certains Hollandais», regrette-t-il. Le jeune homme qui se «sent marocain à la maison, avec la famille» et «hollandais» dès qu’il en sort, ne croit pas à une nouvelle vague populiste aux européennes. «C’est beaucoup de blabla. Je ne vois pas les Hollandais passer, dans les urnes, à l’acte de la radicalisation», pronostique-t-il. Lui se prononcera en faveur du «CDA», le parti démocrate-chrétien.

    Le Parisien 11 05 14

  • Marine Le Pen : "je reviendrai sur le "mariage" homosexuel

    Posté le 11 mai 2014 à 14h26 | Lien permanent

    Marine Le Pen, tête de liste aux européennes dans le Nord, répond à son tour à Présent :

    "Christine Boutin qui a lancé ses listes Force-Vie chasse clairement sur vos terres. Elle vous a attaqué très directement en affirmant notamment que « toutes les références chrétiennes sont éliminées du Front national et que vous avez abandonné les fondamentaux sur la vie et la dignité humaine ». Pensez-vous que son pourcentage de voix puisse vous porter tort ?

    Je trouve les attaques de Mme Boutin particulièrement outrancières et scandaleuses. Je n’ai pas de leçon à recevoir de quelqu’un qui a retiré sa liste au bénéfice de Nicolas Sarkozy en se faisant payer 600 000 euros par l’UMP. Christine Boutin a participé à un gouvernement qui a œuvré contre la famille et contre les valeurs traditionnelles de la France. Et qui a même tenté d’aller jusqu’à inscrire le communautarisme dans la Constitution française – c’était une mission qui avait été confiée à Nicolas Sarkozy par Simone Veil. Le simple fait d’avoir participé à ce gouvernement décrédibilise à mon avis Mme Boutin jusqu’à la fin des temps. Et elle a toujours apporté les voix de ses électeurs à ces gouvernements-là en toutes circonstances, sans aucune exception.

    — Elle affirme aujourd’hui à ce sujet qu’elle a changé.

    Le « j’ai changé » c’est un peu usé jusqu’à la corde, non ? Nicolas Sarkozy l’a utilisé déjà deux fois, il peut d’ailleurs encore l’utiliser une troisième fois. Je répète ce que je vous disais tout à l’heure : tous ceux qui changent juste avant les élections, sont des menteurs.

    Vous réaffirmez que vous reviendrez sur le « mariage » gay ?

    Oui je l’ai dit. Je suis contre le « mariage » homosexuel et je reviendrai sur le « mariage » homosexuel dans le cadre de l’état de droit. A savoir sans rétroactivité. Ceux qui ont été mariés le resteront. Mais il n’y aura plus de « mariage » homosexuel en France. Je reviendrai sur cette loi. Sans tambours ni trompettes, à la différence d’autres qui se sont beaucoup agités pendant ce débat, qui ont fait beaucoup de déclarations tonitruantes et qui le jour où la loi a été votée ont indiqué – comme l’a fait Jean-François Copé en tête – qu’évidemment ils ne reviendraient pas sur une loi qui a été votée."

    Michel Janva

    Le Salon Beige

  • A Moscou aussi, les Ukrainiens peuvent voter

    3832069_sup2427-235359-01-02-new.jpg

    Vote dans l'Est de l'Ukraine sous l'œil d'un militant pro-russe armé

    2014-05-11T180958Z_1007200001_LYNXMPEA4A0BB_RTROPTP_3_OFRWR-UKRAINE-RUSSIE-REFERENDUM.jpg

    Vote à Moscou

    MOSCOU (Reuters) - Plusieurs milliers d'Ukrainiens ont voté dimanche à Moscou dans le cadre du référendum d'autodétermination organisé par les séparatistes pro-russes de l'est de leur pays.

    Près de trois millions d'Ukrainiens travaillent en Russie et le choix de ceux qui sont allés voter dans un bureau improvisé, près de la gare Kievski, ne fait pas de doute.

    "Bien sûr que je vais voter pour le rattachement à la Russie", affirme ainsi Marina Vachtchouk, installée provisoirement à Moscou. "Nous ne voulons pas du fascisme et souhaitons que tout le monde vive en paix, sans la junte de Kiev", ajoute Oleg.

    "Ensemble nous sommes le pouvoir! Nous sommes invincibles!", a scandé un groupe d'électeurs.

    Rien ne garantit que leurs voix seront prises en compte dans les résultats qui pourraient être connus lundi.

    En Ukraine, les électeurs des oblasts de Donetsk et de Louhansk devaient répondre à la question: "Soutenez-vous la proclamation d'autodétermination de la République populaire de Donetsk ?"

    Le scrutin a été qualifié de "farce criminelle" par le ministère de l'Intérieur à Kiev, qui parle des bulletins "tachés de sang".

    (Steve Gutterman, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

    Yahoo!Actualités - 11 05 14

    NdB: Comme pour le référendum en Crimée, les bulletins de vote sont placés directement dans l'urne transparente sans avoir été mis auparavant sous enveloppe: ainsi chacun peut voir ce qu'a voté l'électeur qui le précédait.  Le secret du vote n'est pas respecté.

     

  • La Syrie honore ses martyrs

    http://www.altermedia.info/france-belgique/uncategorized/syrie-honore-ses-martyres_107480.html#comment-159603

    3 VIDEOS

     Très beau et émouvant reportage: à regarder absolument

     

  • Marseillaise: Taubira revendique de ne pas participer au "karaoké d'estrade"

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/couacs/2014/05/11/25005-20140511ARTFIG00116-marseillaise-taubira-revendique-de-ne-pas-participer-au-karaoke-d-estrade.php

    Nombreux tweets

  • Manuel Valls doit annoncer ce soir le limogeage de Madame Taubira

     

    Affiche-votez-patriote

    Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

    En comparant « La Marseillaise » à un « karaoké d’estrade », et en refusant de la chanter, Christiane Taubira a révélé son vrai visage, et celui du gouvernement.

    Ce dérapage inacceptable est en effet une preuve symbolique de premier ordre de leur mépris pour la France, pour son histoire, et pour son peuple, qui, lui, aime chanter son hymne, et en est fier.

    Marine Le Pen pense avec émotion à tous les résistants, à tous les fusillés, à tous les morts pour la France, qui sont tombés en chantant la Marseillaise. Que leur mémoire ne soit pas entachée par cette attitude nauséabonde et antipatriotique.

    La France vaut mieux que Taubira.

    Monsieur Valls doit annoncer ce soir qu’il limoge Madame Taubira, il en va de l’honneur de la France et de son peuple.

  • Grèce: dans les coulisses d'un meeting de l'Aube dorée pour les européennes


    Européennes. Dans les coulisses d'un meeting du... par leparisien

    Dans les coulisses d'un meeting du parti  Aube dorée à Athènes (Grèce), où les dirigeants sont venus présenter leurs candidats aux élections européennes. En France, au Royaume-Uni, au Danemark, aux Pays-Bas, en Autriche, en Hongrie, les partis eurosceptiques et europhobes pourraient arriver en tête ou à la deuxième place.

  • Un élu FN agressé, deux interpellations

     

     
    Sarrians / Publié le Dimanche 11/05/2014 à 11H53
     
     
     

    Vendredi vers 16 heures, sur la commune de Sarrians (Vaucluse), Rémy Arnaud, conseiller municipal Front National de Monteux, tête de liste frontiste aux dernières élections municipales, a été victime d'une violente agression physique.

    Après l'avoir reconnu à un carrefour du boulevard de Verdun, deux individus l'ont pris à partie, et l'ont frappé au visage à coups de poing et de pied.

    Une patrouille de la gendarmerie de Beaumes-de-Venise, qui passait sur les lieux, est intervenue immédiatement et a interpellé les deux agresseurs, un père et son fils.

    Très choqué, l'élu a été transporté vers le Pôle santé de Carpentras, où une incapacité temporaire de travail de quatre jours lui a été prescrite. Il a déposé plainte et une enquête est en cours.

    À la suite de ces faits, la section départementale du FN a tenu à réagir officiellement : "Dans un contexte national de dégradation de la sécurité et d'augmentation des violences faite aux personnes, le Front National condamne sévèrement cette lâche agression d'un citoyen français qui est aussi un élu de la République. Apportant tout son soutien à M. Arnaud et à ses proches, il espère que la justice sera exemplaire face à des délinquants dont l'impunité n'a que trop duré."

    La Provence

     

     

  • Taubira refuse de chanter la Marseillaise, la comparant à un "karaoké d'estrade" !

    3832225_taubira.jpg

    http://www.leparisien.fr/politique/attaquee-pour-ne-pas-avoir-chante-la-marseillaise-taubira-replique-11-05-2014-3832225.php

    Qu'elle soit limogée !

  • Premières roses

    photo 1.JPG roses.JPG

    Dans le jardin du consulat d'Allemagne à Marseille

    (Photo EB  - 10 mai 2014)

  • L’Europe ou la grandeur de l’humilité [Tribune d'Aymeric Chauprade]

    455691.jpg

     

     

    [Tribune] —. Quand l’Europe se trahit en se construisant comme l’univers déraciné d’un homme nouveau, les nations sont appelées à revenir au meilleur d’elles-mêmes. Prendre au sérieux l’unité européenne, c’est vérifier humblement son désir dans la vérité de sa culture.

    AU SOIR DU 25 MAI prochain, que représentera le peuple français aux yeux des autres peuples européens ? La résignation et l’avachissement ? Ou au contraire le sursaut porté par une juste colère ?

    Notre peuple doit se relever par un ressourcement profond de son être ! Contre tous les fatalismes, défaitismes et déterminismes, contre le soi-disant sens de l’histoire, contre les manipulations ourdies dans des officines postnationales, il est donné à la France l’occasion de manifester sa profonde détermination à sortir du mensonge pour « vivre dans la vérité », pour reprendre l’expression de Vaclav Havel.

     

    L’antique orgueil prométhéen 

    Vivre dans la vérité tel est le principe de la dissidence, dissidence au totalitarisme, communiste à l’époque de Vaclav Havel, aujourd’hui couvert par d’apparentes libertés individuelles, mais non moins existant pour autant. L’Union européenne construit une Europe post-démocratique fondée sur le mensonge. Or la récolte du mensonge est toujours le malheur et « la défense de la vérité est la condition de la défense de la personne, de la morale, de la civilisation, » comme le dit saint Jean-Paul II. Il est de notre responsabilité de chercher et de défendre à temps et à contretemps la vérité au cœur de la crise nihiliste que traverse notre époque.

    Le Parlement européen est l’un des foyers les plus actifs du relativisme anthropologique et culturel. En ayant délibérément refusé d’accueillir ses racines chrétiennes comme fondement de sa civilisation, l’Union européenne a révélé à tous son intention la plus chère : construire un homme et une société radicalement nouveaux. L’antique orgueil prométhéen inspire cette marche forcée, rythmée d’une multitude de normes édictées par les différentes institutions européennes.

    Marche vers quoi ? Vers un arasement des différences et des identités, vers la production d’individus artificiels et suffisamment lobotomisés pour devenir malléables à toutes les sollicitations.

     

    Repartir de la personne humaine

    Il est nécessaire de repartir de la personne humaine accueillie dans la richesse de son contenu et de ses liens. La personne se reçoit de différentes communautés dont les deux plus importantes sont la famille, fondée sur le mariage de l’homme et de la femme, et la nation. Ces communautés sont dites naturelles, non pas parce qu’elles existeraient indépendamment des choix humains mais parce qu’elles permettent à l’homme de se réaliser dans ses diverses capacités.

    Attaquer la famille et la nation comme s’y emploie avec un entêtement diabolique l’Union européenne, c’est créer un environnement culturel aliénant. Il n’est donc pas étonnant qu’un des principes de la construction européenne soit un contresens sur la notion de subsidiarité, clef de voûte de toute liberté véritable.

     

    Le respect dans la subsidiarité

    Comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, tout le monde a en réalité une expérience pratique de ce qu’est la subsidiarité.  Qui est fondé à agir sur tel ou tel sujet ? Voilà la question à laquelle répond la subsidiarité.

    La subsidiarité n’est rien d’autre que le respect et l’incitation par les autorités supérieures de la libre initiative des autorités inférieures, dans les domaines où elles sont compétentes, sauf si elles ne peuvent assumer seules une tâche et qu’elles ont besoin d’aide, l’aide n’étant en aucun cas la substitution. Ainsi une commune a la compétence de choisir où installer une piscine et ce n’est certes pas au ministère des Sports de le décider !

    La subsidiarité doit gouverner l’articulation famille/école/État, mais aussi la vie économique, notamment par un véritable accompagnement à la liberté d’entreprendre. Le contraire de la subsidiarité est non seulement le dirigisme mais aussi l’assistanat et l’infantilisation des personnes. C’est donc le rôle de l’État de protéger les droits fondamentaux inhérents à la dignité de la personne libre et responsable.

    On voit bien que depuis des années l’Union européenne se construit sur une inversion du principe de subsidiarité qu’elle comprend comme la délégation aux pays membres de missions qu’elle ne souhaite pas assumer elle-même ! Ce mouvement de haut vers le bas montre le mépris des technocrates bruxellois, pour la réalité humaine dans sa riche diversité.

     

    Revenir au meilleur de soi-même  

    Socrate exhortait Alcibiade dans le dialogue éponyme de Platon à prendre soin de lui-même et à se connaître. Lorsque Socrate le rencontre, ce riche, beau et talentueux jeune homme est mû par de puissantes ambitions ; mais Socrate discerne que son immaturité et sa démesure sont un danger pour lui-même et pour Athènes. Loin de le rabrouer, il l’invite à prendre au sérieux ses désirs en revenant en lui-même pour en vérifier la bonté. Cette démarche réflexive à laquelle Socrate initie Alcibiade peut être prise comme un des hauts exemples de la culture européenne.

    Qu’est-ce en effet qu’une culture si ce n’est ce mouvement par lequel l’homme, seul et en communautés, fait retour sur ce qu’il est pour y discerner en vérité ce qui lui convient et l’accomplir dans sa vie ?

    Ce n’est donc pas par une fuite en avant, mue par haine de soi, que les peuples européens se gouverneront librement. Seule la redécouverte de la richesse de sa civilisation, humaniste car enracinée dans son héritage chrétien, peut aider la France à se relever, à retrouver sa souveraineté nationale et son dynamisme économique.

    Aymeric Chauprade, docteur en sciences politiques, est géopolitologue. Dernier ouvrage paru :Chronique du choc des civilisations (Chronique éditions, 2013).

    Via Liberté-politique.com

  • Le chantage à l’Europe

     

    Le chantage à l’Europe - Les européistes du marché technocratique jouent sur la peur

    Les européistes du marché technocratique jouent sur la peur



    Raoul Fougax
    le 09/05/2014
    Le pouvoir socialiste français redoute plus que tout une poussée du Fn aux européennes et que ce parti anti-Europe de Bruxelles ne devienne le premier parti de France. Cette inquiétude hexagonale est partagée par de nombreux pouvoirs européens à la solde du mondialisme financier qui craignent eux aussi une poussée populiste, c’est à dire une sanction démocratique des peuples.

    Comme on ne peut tout de même pas supprimer l’élection, il faut tenter de la manipuler. La stratégie des « soumis » à Bruxelles a été clairement exprimée par le président Hollande au cours des cérémonies du 8 mai. C’est la stratégie de la peur que les démocrates autoproclamés reprochent paradoxalement systématiquement à leurs adversaires anti-systèmes.

    "Attention, une victoire populiste provoquerait une situation qui pourrait détruire la construction européenne et nous ramener à une époque où le nazisme et la guerre seraient à nouveau possible", voila le discours récurent. Avec en prime  la perspective d’une faillite des nations qui voudraient sortir  de la zone euro ou la réaménager. L’Europe, c’est donc la paix, sauf pour la Serbie  bien sûr et  peut-être pour l’Ukraine.

    Cette référence permanente aux années d’avant guerre et au conflit mondial marche-t-elle encore ? On a du mal à le croire et pourtant on peut le craindre. Cette Europe qui ressasse une vision manichéenne du passé est la preuve en tout cas que cette construction administrative n’a pas de vision politique d'avenir. Le passé commun des démocraties occulte la communauté d’avenir. Mais ces démocraties qui, en Europe, doivent tant aux Américains ne peuvent ignorer ce qu’elles doivent également au totalitarisme stalinien. Le débarquement dont le 70ème anniversaire  permet un  déferlement de propagande n’a été possible que grâce à Stalingrad et une barbarie rouge qui a déferlé sur l’Allemagne puis sur une grande partie du continent européen. C’est pourquoi Poutine sera, malgré l’Ukraine, invité aux cérémonies du débarquement. Poutine qui récupère Staline sans état d’âme dans des fêtes de la victoire, démonstration de force pour prouver que la Russie n’est pas un tigre de papier. Certes ce n’est plus l’Urss, mais c’est une puissance nucléaire considérable avec laquelle il ne faut pas jouer imprudemment.

    Autour de l’Ukraine, propagande patriotique russe, autour des élections européennes, propagande des alliés d’hier, les propagandes se valent. La propagande démocratique n’est pas supérieure à celle du Kremlin, elle est même, au niveau des causes de la défaite du Reich, plus éloignée de la vérité historique. Agiter le spectre de la guerre mondiale pour faire peur aux électeurs, diaboliser ceux qui refusent l’Europe système capitaliste est tout de même le degré zéro du projet européen.

    Il ne faut pas hésiter à voter contre cette Europe…. Car ceux qui ont gagné la guerre n’ont jamais voulu que la paix  sur le continent se transforme pour les peuples en un asservissement à une ploutocratie internationale non élue. L’Europe a peut-être été libérée, elle a sûrement besoin de l’être à nouveau…il y a toujours des totalitarismes à combattre, même ceux camouflés et plus sournois que les autres.

    METAMAG
  • Depuis un an un accord de libre échange transatlantique est négocié secrètement

    atlantique.jpg

     

     

    07/05/2014 – BRUXELLES (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
    Le cinquième cycle de négociations entre l’Union européenne et les Etats‑Unis doit avoir lieu dans deux semaines. Si ce projet arrivait à son terme, les entreprises transnationales rivaliseraient avec le pouvoir des Etats souverains par le jeu du règlement privé des différends. Les appellations d’origine contrôlées, ainsi que les normes sanitaires européennes seraient remises en cause. De plus, les Etats‑Unis désirent un espace financier transatlantique commun, mais sans régulation financière. Et l’Union européenne, sans réaction face aux révélations sur l’ampleur de la surveillance par la NSA, n’est quant à elle que peu crédible quant à la protection des données personnelles.

    Pourtant l’opposition s’organise

     

    Le Parlement allemand, le Bundestag, s’est notamment ému du manque de transparence des négociations. L’exemple du traité ACTA, un autre traité transatlantique portant sur les droits de la propriété intellectuelle, et finalement rejeté, en 2012, par le Parlement européen, peut donner de l’espoir aux opposants. Une centaine de mouvements citoyens se sont unis, en France dans le collectif « Stop TAFTA », et dans toute l’Europe pour coordonner des actions.

    Les Etats‑Unis négocient en même temps un traité de libre‑échange avec la zone Pacifique

    En effet, et cela révèle que l’accord transatlantique est plus qu’un simple accord commercial. L’Union européenne n’a pas pour but de devenir une puissance rivale des Etats‑Unis, mais de constituer avec eux un bloc occidental contre d’une part la puissante et indépendante Russie, et d’autre part, la dérangeante Chine. Par ces deux accords, les Etats‑Unis se constituent un vaste glacis commercial cernant ces deux puissances trop indépendantes.

  • La « gauche européenne » veut faire venir dix millions d’immigrés supplémentaires

    (pas de version doublée en français)

     

     

    10/05/2014 – ROME (NOVOpress) - S’il y a quelqu’un qui incarne l’oligarchie politique, médiatique et financière au pouvoir en Europe, c’est bien elle. Barbara Spinelli (vidéo)fondatrice de La Repubblica, est une journaliste italienne établie à Paris. Elle est la fille d’Altiero Spinelli, « père fondateur de l’Union européenne » – une des ailes du Parlement européen à Bruxelles porte son nom –, et de la réfugiée allemande et militante Ursula Hirschmann. Feu son compagnon, Tommaso Padoa-Schioppa, a été qualifié, pour sa part, de « père fondateur » de l’euro. Issu d’une famille de la grande bourgeoise juive italienne, après une vie passée à collectionner les présidences et les fauteuils, à la Banque Centrale européenne, au FMI, au Groupe Bilderberg etc., il a terminé sa carrière comme conseiller économique du Premier ministre grec George Papandreou – celui qui a mis son pays dans l’état que l’on sait. Évidemment, tous ces gens ont toujours été de gauche « antifasciste » et même d’extrême gauche. Spinelli père s’était fait élire au Parlement européen, en 1979 puis en 1984, sur la liste du Parti Communiste italien.

    Fidèle à cette tradition familiale, Barbara Spinelli se présente aux élections européennes sur la liste L’Altra Europa con Tsipras, qui soutient la candidature d’Alexis Tsipras, président du parti grec SYRIZA, à la tête de la Commission européenne. Son partenaire en France, au sein du parti audacieusement dit de « la gauche européenne », est le Front de Gauche.

     

    Le 25 avril dernier, dans un débat à la télévision italienne contre Matteo Salvini, secrétaire fédéral de la Ligue du Nord, Barbara Spinelli a exposé les conceptions du « Parti de la gauche européenne » en matière d’immigration. Selon elle, « l’Europe, c’est reconnaître la diversité de l’autre. Et puis économiquement – les démographes le disent – nous avons besoin d’au moins dix millions d’étrangers pour survivre en Europe comme système social » [au début de la vidéo].
    Matteo Salvini, visiblement stupéfait, a protesté en vain : « Avec quatre millions de chômeurs en Italie, il n’y a plus de place pour un seul immigré en plus » [à 34 sec dans la vidéo]

    Peut-être aurait-il fallu demander à Mme Spinelli : « Quand vous dites “nous avons besoin”, de qui parlez-vous exactement ? »


    Publié le 10 mai 2014

    NdB: Ce qui prouve que les immigrés ne viennent pas d'eux-mêmes en Europe: ON les fait venir selon le plan mondialiste de destruction de notre civilisation blanche et chrétienne. Le rapprochement est à faire avec les discours pro-immigration du pape François et son entreprise de "culpabilisation" des Italiens.