Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/01/2014

Julie Gayet nommée à la villa Médicis par le ministère de la Culture

 

 

 

Selon le Canard Enchaîné, l'actrice Julie Gayet a été nommée membre du jury 2014 de la Villa Médicis par arrêté ministériel, peu avant les fêtes.

Une polémique peut en cacher une autre. L'information est passée presque inaperçue, glissée dans un encart en bas de page de l'édition du Canard Enchaîné du mercredi 15 janvier. On y apprend que la veille de Noël, Aurélie Filipetti a nommé par arrêté «une certaine Julie Gayet» parmi quatre personnalités du monde de la culture qui composeront le Jury 2014 de la Villa Médicis.

Sur la page officielle de la prestigieuse institution, son nom figure en effet au côté de l'artiste plasticienne Anne Marie Clairet, de la chorégraphe et danseuse étoile de l'Opéra de Paris Marie-Agnès Gillot, et de la compositrice Lucia Ronchetti.

Le jury compte sept membres au total, en comptant le directeur de l'institution, Eric de Chassey, et deux autres administrateurs de la villa, Pierre Oudart et Thierry Tuot. Il est chargé d'auditionner à Paris et de désigner les futurs pensionnaires de l'Académie de France à Rome, que les heureux élus intègreront en septembre. «Une belle carte de visite pour la suite», relève le journal satirique au sujet de la nomination de Julie Gayet.

 

Le Figaro


23:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Clash entre Gilbert Collard et Rama Yade!


Clash entre Gilbert Collard et Rama Yade par 20Minutes

23:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Vaudeville élyséen: le véritable propriétaire de l'appartement se dit " choqué"

 http://www.leparisien.fr/politique/affaire-hollande-gayet...

+ VIDEO: Valérie veut une "clarification"


23:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La Shoah à la maternelle ? 12 01 14

22:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

L'affaire François Hollande et Julie Gayet vue de Taïwan : délirant !

14/01/2014 – 20h00
TAIWAN (NOVOpress) -
Le site d’information taiwanais Tomonews, spécialisé dans les images de synthèse, a réalisé une vidéo d’une minute qui se propose d’illustrer – de manière osée – l’affaire François Hollande et Julie Gayet.

Le scénario et ses scènes délirantes contribuent à ridiculiser le Président le plus impopulaire de la Vème République.

Voici la vidéo en version française !

21:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Avec Hollande et ses amis, la politique dans le caniveau…

 

Avec Hollande et les autres, la politique dans le caniveau...Assouline dit de Copé qu’il abaisse la politique, qu’il est désastreux pour avoir dit que le Président donnait de la France une image désastreuse. Que le « président » de l’UMP, élu dans les conditions confuses que l’on sait, n’élève pas le débat est une évidence. Il fait feu de tout bois, mais en l’occurrence, ce n’est pas lui qui place le niveau aussi bas. De Gaulle n’appartient pas à la préhistoire. En moins un demi-siècle, l’image politique de la France s’est effondrée. On pouvait critiquer la politique du Général. On ne peut nier que sa dimension historique donnait à la France dans le monde un poids largement supérieur à sa puissance, notamment économique. Si le visage altier du personnage le rendait parfois inaccessible, on savait que c’était une volonté déterminée chez lui de donner à sa fonction un prestige inséparable du pouvoir et de sa légitimité. Les contours de sa vie privée et de son rôle public étaient clairs et visibles. Les médias ne pénétraient pas le sanctuaire familial de la Boisserie. Charles de Gaulle payait de sa poche le goûter de ses petits-enfants lorsqu’ils lui rendaient visite à l’Élysée. Mais, dans le fond, rien n’était caché, seulement discret, comme l’était la Première Dame, qui partageait la vie du Président, mais savait bien qu’elle n’avait aucune légitimité politique. Par la suite, la distance s’est atténuée avec Pompidou, puis chez les successeurs l’écart s’est creusé entre la façade impeccable et des boudoirs qui l’étaient moins. Le cynisme y a pénétré comme il se doit avec Mitterrand. Les Français ne lui en ont pas tenu rigueur au nom de leur libéralisme dans le domaine des moeurs et du sacro-saint respect de la vie privée. Les esprits chagrins seront toutefois enclins à souligner qu’il s’agissait là d’une vie privée douteuse financée par l’argent public, et que ce n’était pas acceptable.

On ne peut à la fois occuper une responsabilité de premier plan dans le monde et détenir en France un pouvoir que la Constitution a rendu particulièrement éminent sans que les obligations qui en découlent soient aussi exceptionnelles. Au premier rang, figure le devoir d’offrir au monde entier, une image respectable de la France et des Français que l’on représente. La présence d’une concubine aux côtés du Président créait une situation boiteuse. La tendance de l’intéressée à s’afficher et à revendiquer un droit à la parole était incongrue. La publicité faite autour d’une autre liaison fait dériver le « statut » entre le pathétique et le ridicule. L’image du « Chef de l’État » sur un scooter, casqué allant à ses rendez-vous galants, a fait s’esclaffer la terre entière. Ce n’est pas tolérable. On dira que c’est la vie privée d’un homme normal. Précisément, non. Même un Président « normal », qui évite les excès de l’hyperprésidence, n’a pas le droit de se contenter d’être un homme normal. Il doit à tout moment affirmer une dignité exemplaire. Les « c’est du sérieux » ou « casse-toi » du prédécesseur ont été des entorses à cette règle. La légitimité n’est pas seulement une situation juridique, c’est un sentiment qui repose sur le respect qu’inspire son détenteur. Le locataire actuel de l’Élysée a méconnu cette seconde obligation. Enfin, pendant le temps de sa présidence, le Premier des Français appartient à ceux-ci, matériellement puisque ce sont eux qui lui fournissent les moyens d’existence privilégiés dont il jouit, et psychologiquement aussi. La disponibilité du Président n’est pas limitée aux heures de bureau. Les Français veulent que le Chef de l’État soit concentré sur leurs problèmes. Lorsqu’ils apprennent qu’il en a d’autres dont l’importance peut contrarier son action, alors un doute s’installe. Un tel pouvoir exige une ascèse. C’est encore plus vrai lorsque les temps sont durs pour beaucoup de Français et que les résultats ne sont pas au rendez-vous.

Valls veut interdire les paroles qui divisent les Français. L’affichage provoquant d’une morale idéologique à deux vitesses divise bien plus fortement les Français. Qu’une Ministre de la culture se réjouisse d’une interdiction, même justifiée, alors qu’elle applaudit bruyamment à des spectacles qui sont aussi des transgressions, qu’une autre parle de l’avortement comme d’un droit fondamental, sont des comportements qui manquent à la prudence, au respect de la diversité des Français. Un exécutif dirige et représente toute la Nation. Manifestement, ceux qui occupent ce pouvoir actuellement ne semblent pas en avoir conscience.

NOUVELLES DE FRANCE

20:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Finkielkraut : «Nous sommes engagés dans un mouvement de profanation intégrale»

Tribune
Publié le 14 Janvier 2014

 

 

Interview - écrivain, philosophe, essayiste, Alain Finkielkraut construit une œuvre autour de la transmission, la défense des humanités et la critique de la modernité. Le racisme, l'antisémitisme, l'antiracisme nourrissent depuis longtemps sa méditation sur l'identité. Sorti au mois d'octobre, son dernier ouvrage, L'Identité malheureuse (Stock), a été au cœur d'un âpre débat et connaît un important succès de librairie. Il réagit à l'affaire Dieudonné.

 

Le Figaro : Que révèle l'affaire Dieudonné de notre société et de notre pays?

 

Alain Finkielkraut : Je dirais pour commencer que nous devons au ministre de l'Intérieur la prise en compte par les grands médias de l'ampleur et de la gravité du phénomène. Dieudonné faisait, en toute quiétude, son show au Théâtre de la Main d'Or à Paris et ses tournées dans les grandes villes de province devant des salles bondées. Il a fallu que Manuel Valls demande aux préfets d'interdire ces spectacles pour que les journaux se saisissent du problème et pour qu'émerge sous nos yeux ébahis la génération Dieudonné. Une France multicolore cimentée non, comme on le dit, par le racisme, mais par la haine des juifs.

 

Son public assure qu'il s'en prend à tous.

 

Dieudonné ne choisit pas les juifs comme une cible parmi d'autres de son humour dévastateur. Les juifs sont son obsession et l'antijudaïsme sa philosophie. Il interprète l'histoire comme une confrontation planétaire entre deux subjectivités: les juifs et, non pas les Aryens, mais les peuples, tous les peuples. Il déclare que les juifs se sont enrichis grâce à la traite négrière, que plus récemment ils ont très vraisemblablement introduit le sida en Afrique. Il ne considère pas le sionisme comme un mouvement de libération nationale ni même comme une forme de colonialisme dont les Palestiniens auraient à souffrir. Le sionisme à ses yeux est une entreprise de domination du monde. S'affranchissant de toutes les données géographiques, il confère au sionisme les deux attributs de l'omniprésence et de l'omnipotence. Nous revenons, avec Dieudonné, à la thématique du Protocole des sages de Sion. Les one-man-show de Dieudonné sont structurés par l'antisémitisme. Au lendemain de l'initiative de Manuel Valls, il a dit ceci: «Les juifs et les nazis se sont fait la guerre. Qui a tort? Qui a raison? Moi, je suis neutre. Je ne sais pas lequel a volé l'autre, mais j'ai ma petite idée.» Éclats de rire dans la salle. Et on voudrait nous faire croire qu'il peut tout d'un coup se métamorphoser en Bourvil ou en Pierre Dac. Dieudonné peut prendre quelques petites précautions et mettre autant que possible «sioniste» à la place de «juif» dans ses sketchs, cela ne trompera personne… Lire la suite.

CRIF

20:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Patrick Klugman, l’avocat des Femen, de BHL, de Caroline Fourest et de SOS Racisme…

 

klugman-Femen

Focus sur Maître Patrick Klugman. Celui-ci est à la fois l’avocat des Femen, de Caroline Fourest, de Bernard-Henri Lévy et de SOS Racisme.

Cet avocat trouve naturel d’interdire les spectacles de l’humoriste Dieudonné mais considère que les Femen doivent pouvoir librement profaner les lieux de culte catholiques.

Né en 1977, Patrick Klugman est ancien président de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF).

Proche de Bertrand Delanoë, Patrick Klugman est membre du PS et siège au Conseil de Paris. Il a été élu dans le 17e arrondissement.

Vice-président de SOS Racisme, Patrick Klugman est également membre coopté du Comité Directeur du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).

Me Patrick Klugman est fréquemment l’invité des médias. Entre 2004 et 2008, il était très régulièrement présent dans l’émission de Samuel Etienne sur i-Télé. Depuis, il est un invité incontournable de Jean-Marc Morandini sur Europe 1.

Patrick Klugman dispose aussi d’une tribune hebdomadaire sur RCJ, radio communautaire juive, ainsi que un blog littéraire dirigé par BHL.

MEDIAS-PRESSE-INFO

20:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Pays-Bas : les détenus devront payer leur séjour en prison 14/01/2014

  

Pays-Bas : les détenus devront payer leur séjours en prison





Les autorités des Pays-Bas examinent un projet de loi visant à faire payer les condamnés à une peine de prison chaque nuit passée derrière les barreaux.

Le gouvernement néerlandais veut que ses prisonniers participent aux frais de leur incarcération à hauteur de 16 euros par nuit passée en maison de détention pendant au maximum deux ans, ce qui constitue 7 % environ des dépenses de l'Etat pour chaque détenu.

Une proposition similaire vise à faire participer les condamnés aux frais de l'enquête dont ils ont été l'objet.

L'année dernière, les Pays-Bas ont annoncé vouloir fermer une vingtaine de prisons dans le cadre de coupes budgétaires.

Si elle est adoptée par le parlement néerlandais, cette loi entrera en vigueur l'année prochaine.


http://french.ruvr.ru/news/2014_01_14/Pays-Bas-les-detenus-devront-payer-3235/
 
ALTER INFO.NET
 


   

19:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Ariel Sharon, homme clé du 11 Septembre ?

Latuff_ariel_sharon_crime-6059c-b03f3.jpg

Latuff_ariel_sharon_hell-22a15-f9106.jpg

 

Tabou. Panamza vous propose de découvrir les faits relatifs à la responsabilité – passée sous silence – de l’ancien Premier ministre israélien Ariel Sharon dans les attentats du 11 septembre 2001.

« Hier encore, il était l’une des personnes les plus haïes en Israël et dans le monde. Aujourd’hui, après l’évacuation de Gush Katif, il est devenu presque partout le chouchou de l’opinion publique. Les dirigeants des nations l’ont sacré “grand guerrier qui s’est transformé en héros de la paix”.

Tout le monde est d’accord pour dire que Sharon a totalement changé, qu’il est passé d’un extrême à l’autre, qu’il est devenu l’Éthiopien proverbial qui a changé de peau, le léopard qui a changé ses taches.

Toutes ces analyses n’ont qu’une chose en commun : elles n’ont rien à voir avec le vrai Ariel Sharon. Elles sont basées sur l’ignorance, l’illusion et l’aveuglement. »

Un Napoléon made in Israël, Uri Avnery, 7 janvier 2006

Le cœur du titre de l’article (« homme clé ») peut choquer ou surprendre certains lecteurs. C’est volontaire.

Depuis l’annonce, samedi dernier, de la mort d’Ariel Sharon, commentateurs politiques, journalistes et internautes sur les réseaux sociaux se divisent sur le terme à employer pour résumer la carrière de l’Israélien, généralement présenté – avec une infinie délicatesse – comme un personnage « controversé » : « faucon », « guerrier héroïque », « criminel de guerre », « leader exceptionnel », « homme de paix », « boucher de Sabra et Chatila », etc…

Lire la suite de l’article sur panamza.com

E&R

 

19:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Sondage : après la polémique Dieudonné, Valls perd 7 points

 

Le ministre de l’Intérieur perd de nombreux points dans les sondages, à gauche comme à droite.

Voilà un « effet Dieudonné » que Manuel Valls n’avait peut-être pas anticipé en lançant son offensive à l’encontre de l’humoriste controversé. À en croire deux sondages, le ministre de l’Intérieur ne sort pas grandi aux yeux de l’opinion de cette polémique qui agite le landernau depuis plusieurs semaines. Au point que dans le baromètre Ifop pour Paris Match, il perd la place tant convoitée de personnalité politique préférée des Français.

Il perd la première place dans le baromètre Ifop pour Paris Match. Place Beauvau, on préfère prendre ces études d’opinion avec humour. « C’est la réponse à tous ceux qui disent qu’on fait de la politique le nez sur les sondages », rétorque-t-on au ministère de l’Intérieur, selon les informations de Caroline Roux, éditorialiste à Europe 1. N’empêche. Le mal est profond. Manuel Valls perd ainsi six points dans le dernier baromètre Ipsos-Le Point.

Lire la suite de l’article sur europe1.fr

E&R

19:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen n° 348

19:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Florian Philippot débat sur i>TELE

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

18:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le statut (inexistant) de "première dame" en question

18:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Hollande esquive sèchement la question d'un journaliste à propos de Trierweiler - 14 01 14

18:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

La LICRA s'inquiète du possible sens caché d'Asu Zoa

ob_788000_asu-zoa-dieudonne-2.jpg

ASU pour USA ?

ZOA pour http://zoa.org/ ?

01:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Asu Zoa: Dieudonné rejoue le même spectacle, expurgé des charges antisémites

 

3489967_diedopoulp.jpg

 http://actu.voila.fr/actualites/france/2014/01/14/dieudon...

 

 

00:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

13/01/2014

Quenelle judiciaire pour Dieudonné

 

QUENELLE JUDICIAIRE POUR DIEUDONNE - L’extraordinaire bonne conscience des censeurs

 


L’extraordinaire bonne conscience des censeurs



Jean Ansar
le 13/01/2014
Dieudonné s’est déballonné. Il a été obligé, pour échapper à la peine capitale civile et financière, de renoncer à son spectacle « Le mur ». Cette renonciation lui a été imposée par une démarche de censure administrative appliquée par des décisions d’interdiction. Pour le moment aucun tribunal n’a jugé « Le mur » par rapport aux lois Gayssot interdisant pénalement la contestation du génocide juif. Il s’agit donc d’une censure considérée comme légitime par notre système car là il faut bien parler de système, un système qui a renforcé les interdits comme tout le monde peut s’en rendre compte.

Depuis la fin de l’affaire Dieudonné on se rue sur le net et sur You Tube pour regarder les numéros sur les juifs de deux humoristes, Desproges et Coluche. Et la réflexion commune, quoi qu’on en pense, est celle-ci : « ah bon, on pouvait dire de telles choses à l’époque ! ». Cela rejoint un sentiment largement partagé qui est l’impression que dans la France d’aujourd’hui, on ne peut plus rien dire. La France est le pays le plus condamné d’ailleurs par la Cours européenne des droits de l’homme sur le plan du respect de la liberté d’expression. Cela interpelle peu les fils et filles autoproclamé de toutes les résistances.
 
La capitulation, pas sans conditions, mais capitulation tout de même de Dieudonné aura des conséquences. Il va décevoir une partie de son public qui ne le suivra pas forcément dans son nouveau spectacle fondé sur la souffrance des noirs et non plus sur l’antisionisme et la dérision de la mémoire juive. Ce recul va-t-il marquer comme l’espèrent ses censeurs un recul de l’antisémitisme ? C’est moins sûr. Valls a pris le risque de le transformer en un phénomène national en lui donnant une caisse de résonnance incroyable. Une contestation marginale est devenue un phénomène de société. Il a admis qu’il y avait en France en 2014, une forme mutante de l’antisémitisme. Un antisémitisme nouveau fondé sur l’antisionisme et qui s’attaque à la mémoire de l’holocauste car considérée comme un tabou empêchant toute critique. L’assimilation de l’antisionisme à l’antisémitisme est abusive. Dieudonné est-il d’ailleurs négationniste ? On ne peut semble-t-il à la fois affirmer qu’il n’y a pas eu de chambres à gaz et vouloir y envoyer un journaliste juif.

Tout cela montre à quel point ce nouvel antisémitisme dont les racines sont dans nos banlieues est une sorte de mutant qui se nourrit de toutes les frustrations sociales, ce qui le relie alors à l’antisémitisme de l’entre- deux- guerres.

Jean-Paul Gautier est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à différents courants de l’extrême droite. Il est notamment coauteur de  « La Galaxie Dieudonné : pour en finir avec l’imposture ». Il écrit notamment : « Roger Cukierman, le président du Crif, dit que c’est un « salut nazi inversé ». Je ne suis pas du tout d’accord avec lui : Dieudonné n’est pas un nazi. Pour moi, la « quenelle » est une nouvelle version du bras d’honneur contre les puissants, les riches et surtout les juifs. C’est un geste antisémite. Quand Dieudonné affirme que c’est un « symbole d’insoumission au système », il désigne un système dominé selon lui par les juifs. »

Un avis partagé par son public et maintenant connu de tous grâce à Manuel Valls. Quand on entend le ministre de la culture et de la bonne censure, madame Filipetti, expliquer qu’il faut enseigner l’histoire de cette période sombre, on croit rêver. Depuis des décennies il ne se passe pas une semaine sinon un jour sans qu’il n’y ait dans une télévision une émission ou un programme destiné à lutter contre l’oubli. Donc cela ne sert à rien. C’est bien, de plus, ce gouvernement qui a supprimé l’histoire aux programmes des séries collégiennes les moins intéressées par ce domaine. Pour qu’ils réussissent à 85 % leur bac, on supprime ce qui les perturbe ou ce qu’ils ne peuvent comprendre. Bingo ! Madame Filipetti voudrait que l’on rétablisse l’histoire mais pas celle de Napoléon, uniquement celle de la shoah. Un aveu d’échec, de manque de lucidité, un judéocentrisme dangereux pour certaines populations.

Le site d'investigation spécialisée dans les recherches sur le Net, Vocativ, vient de livrer un article  sur la résurgence de « Mein Kampf » (Mon combat) sur le Web, près de 70 ans après la chute du IIIème Reich. Selon cette étude, malheureusement non étayée par des chiffres indiscutables, la version e-book du manifeste national socialiste très antisémite, serait en tête des ventes sur la libraire en ligne Amazon, et aussi sur iTunes la plus importe plate-forme de téléchargement.

Si les versions classiques, imprimées et vendues «physiquement», sont soumises en France à une législation relativement contraignante, les textes antisémites devant être précédés d'un avertissement au lecteur, sur le Net, Mein Kampf serait plutôt soumis à la loi de la jungle. Sur Amazon, par exemple, on peut trouver sans être un as du surf une centaine de versions différentes du journal politique qu'Hitler dicta en prison en 1923 à son futur dauphin Rudolf Hess. Les nouvelles formes de lecture sont peut-être la cause de la recrudescence d'intérêt pour le manifeste politique du leader nazi. Téléchargements sur Smartphones, sur Kindle (la nouvelle tablette dédiée à la lecture), enregistrement sonore - c'est possible! - sur iPad, on peut dorénavant lire et même écouter Mein Kampf

Pourquoi donc, 70 ans après la chute du nazisme, les idées d'Hitler font-elles toujours flores sur la Toile? Vocativ identifie deux raisons principales: la crise économique et le goût de l'interdit. Les idées extrêmes se nourrissent du malheur et des conséquences de la crise. Mein Kampf est le symbole historique de la radicalisation des idées consécutive à la Première Guerre mondiale, puis à l'effondrement économique de 1929. La montée des communautarismes qui est aujourd'hui une conséquence de la crise actuelle augmente certainement l'attrait du pamphlet. Quant à l'attirance pour le fruit défendu sur la Toile, à n'en pas douter, la réputation sulfureuse du brûlot antisémite le place dans la catégorie des livres qu'il faut avoir lus sous le manteau.

Comme quoi censurer Dieudonné, l’obliger à s’autocensurer ne sera certainement pas suffisant quand on voit le nombre de sites antisémites notamment islamiques sur la toile. Faut-il alors censurer aussi le net ? Certains y pensent et trouvent que finalement ce n’est pas impossible puisque la Corée du nord et la Chine y arrivent. Mais chez nous, ce sera toujours au nom de la défense des libertés, de la démocratie et de la dignité
 
METAMAG

21:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Lucien Cerise : “La patrie est en danger. Toutes les patries sont en danger”

lucien-cerise-gouverner-chaos-traboule-600x450.jpg

    

13/01/2014 – 18h00
PARIS (NOVOpress) - Jeudi 16 octobre, dans le cadre du Cercle de Précy, les Identitaires lyonnais ont reçu Lucien Cerise, auteur de  ”Gouverner par le chaos”, à 20 heures à la Traboule, pour traiter de la surveillance et de la manipulation des masses. Novopress a rencontré, à cette occasion, cet auteur au parcours atypique et au discours plus que détonnant à cette occasion.


Vous avez un parcours atypique, venant de la gauche. Quelle est l’origine de cette évolution vers cette prise de conscience patriote ?

Pour ma part, je n’ai qu’une seule nationalité. Si on me retire ce pays, je suis foutu, j’ai tout perdu, je n’ai plus qu’à mourir, sauf à quémander un statut de réfugié et à entrer dans un processus d’immigration. Or, on est en train de me retirer ce pays, en le faisant disparaître, ainsi que sa qualité de vie, dans ce que l’on appelle la globalisation, le « village global » sans frontières, autrement dit le capitalisme mondialisé. Le but de cette manœuvre, c’est la fin des patries et « l’immigration pour tous ». Quand on sera tous des immigrés, le Capital aura gagné. Nous ne serons plus en position de nous défendre, à aucun niveau, et nous n’aurons plus qu’à disparaître. En effet, l’immigration n’est elle-même que l’outil d’un programme génocidaire global appliqué dans divers pays, dont le nôtre. La destruction totale d’un pays et l’extermination physique complète de sa population sont en cours, et c’est en France que ça se passe. Ce génocide a lieu ailleurs également, le capitalisme étant génocidaire par nature, comme l’indique Garry Leech, mais c’est ici que je vis et que je me retrouve le dos au mur, c’est donc ici que je dois me battre pied à pied pour ma survie, comme tous les habitants de ce pays, même si tous ne l’ont pas encore compris. La situation m’a sauté aux yeux quand j’ai vu ce que l’oligarchie faisait du référendum de 2005 sur le Traité établissant une Constitution pour l’Europe : les Français votent « Non » à un approfondissement de l’Union européenne, mais l’UMPS et la Commission européenne se sont empressés de trahir ce résultat car il contredisait leurs objectifs. À ce moment-là, nous avons eu la preuve éclatante que les frontières nationales étaient bien le seul obstacle sérieux au rouleau compresseur capitaliste.

Ma ligne directrice en politique, c’est donc l’anticapitalisme. Pourquoi ne suis-je pas au NPA dans ces conditions ? Parce que je suis un anticapitaliste cohérent, ce qui me conduit à dépasser certains clivages médiatiques. Il faut œuvrer à la « coagulation » des forces antisystème, vers le nouveau Conseil national de la résistance, le grand rassemblement des « nonistes » de 2005, tous unis contre l’ennemi commun, l’ennemi du genre humain, soit la dictature des banques et la barbarie ultralibérale mondialiste et cybernétique. Pour ce faire, il faut de nouveaux concepts, qui proposent un redécoupage dans le réel et qui permettent de recomposer de nouvelles alliances. À cette fin, je propose le « nationalisme permaculturel », appuyé sur la théorie féministe du Care, c’est-à-dire la notion de « prendre soin » de son environnement humain et matériel de proximité, selon la formule « Charité bien ordonnée commence par soi-même ».

La patrie est en danger. Toutes les patries sont en danger. Qu’est-ce qu’une patrie ? C’est un espace de stabilité. Aujourd’hui, c’est la possibilité même d’une stabilité quelconque qui est en danger. Le constat de cette déstabilisation et expatriation générale est purement empirique et précède même les idées politiques. En effet, quand on regarde les choses d’un point de vue systémique, on voit que le capitalisme déstabilise et accélère tout ce qu’il touche. Il provoque de l’entropie, c’est-à-dire du désordre, partout où il passe. En un mot, le capitalisme c’est le chaos. C’est d’ailleurs ce qu’en disent Deleuze et Guattari dans « L’anti-Œdipe » mais pour le célébrer, comme des « gauchistes » irresponsables, dans une dialectique étrange entre territoire et déterritorialisation qui recoupe celle entre l’enracinement et le déracinement. À l’opposé du chaos deleuzien, les processus vitaux ont besoin de stabilité et de lenteur, donc d’enracinement, pour se développer normalement. Les sociétés traditionnelles, précapitalistes, offrent des conditions de vie lentes et stables, alors que les sociétés dites progressistes, qui apparaissent toujours à la suite d’un traumatisme fondateur qu’on appelle une « révolution », accumulent les ruptures et les changements rapides.

Lire la suite

20:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Dieudonné jouera son nouveau spectacle ce soir à Paris

 

« Asu Zoa » (« La face de l’éléphant » en langue ewondo*), le nouveau spectacle de Dieudonné, aura bien lieu ce soir au théâtre de la Main d’Or, dans le XIe arrondissement parisien.

« Ils (les services de la préfecture, Ndlr) ont indiqué que le spectacle d’origine, Le Mur, était interdit et prennent acte qu’il s’agit d’un nouveau spectacle », a précisé Me Verdier, l’avocat du polémiste.

Après les interdictions, validées par le Conseil d’État, plus haute juridiction administrative française, d’une série de représentations du Mur pour antisémitisme, Dieudonné avait annoncé, ce samedi, qu’il renonçait à ce spectacle et jouerait désormais cet autre one-man-show .

Lundi matin, dans un entretien au Parisien/Aujourd’hui en France, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls était toujours dubitatif sur les projets de l’humoriste.

Lire la suite de l’article sur leparisien.fr

E&R

20:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)