Sur le corps de la « sextrémiste » il était écrit : « Our God is Woman » (Notre Dieu est une femme). L’action était dirigée « contre toutes les formes d'oppression des femmes qui existent dans ce monde », selon le service de presse du mouvement. «Nous n'avons ni Dieu ni maître. Nous avons la liberté, et c'est ce que nous allons enseigner à tous ceux qui pensent qu'ils peuvent nous opprimer », précise le communiqué de FEMEN.
 http://french.ruvr.ru/news/2013_12_10/Une-premiere-action...