Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 761

  • FN: Stéphane Ravier arrive en tête dans le 7e secteur de Marseille (32,88%)

     

     
    Marseille 7e secteur / Publié le Lundi 24/03/2014 à 00H57
     
     

    Résultats définitifs : Stéphane Ravier (FN) arrive en tête avec 32,88% dans le 7e secteur de Marseille, devant Richard Miron (UMP-UDI) qui récolte 27,83% des voix et Garo Hovsépian (PS-EELV) qui obtient 21,66% des suffrages.

    La Provence

  • Municipales : les résultats définitifs globaux à Marseille

     

     
    Publié le Lundi 24/03/2014 à 01H24
     
     

    Les résultats définitifs globaux sur Marseille donnent Jean-Claude Gaudin (UMP-UDI) en tête avec 37,64% des voix (96 132) devant Stéphane Ravier (FN) avec 23,16% (59 159) et Patrick Mennucci (PS) avec 20,77% (53 030). Suivent Jean-Marc Coppola avec 7,10% (18 132 voix) et Pape Diouf avec 5,63% (14 377).

    Suivent :
    Marseille à vivre : 2,22% (5 672)
    Union pour Marseille : 1,83% (4 684)
    Marseille Unie : 0,62% (1 591)
    Lutte ouvrière : 0,25% (646)
    Marseille j'y crois : 0,25% (639)
    Alliance écologique indépendant : 0,18% (467)
    Marseille ensemble : 0,12% (313)
    Parti ouvrier indépendant : 0,10% (247)
    Marseille populaire : 0,08% (199)
    Une qualité de vie pour tous : 0,04% (93).

    Résultats sur 491 097 inscrits.

    Votants : 53,53% - Exprimés : 52% - Nuls : 2,86%

     

    LaProvence.com

  • Municipales : le FN en tête dans au moins une quinzaine de communes

     

    Sébastien Lernould et Mehdi Pfeiffer | Publié le 20.03.2014, 11h33 | Mise à jour : 23.03.2014, 23h50

     

     

    Avec au moins quinze candidats FN arrivés en tête au premier tour des élections municipales, le parti de Marine Le Pen crie d'ores et déjà victoire. 

                                                                                                     

    Avant le les municipales, le affichait son ambition : prendre une quinzaine de villes et faire élire plus de 1000 conseillers municipaux. Dimanche, le parti dirigé par , qui présentait 597 listes, interprète déjà les premiers résultats comme un succès. De nombreux candidats frontistes se maintiennent en effet au second tour, mais surtout, quinze au moins sont en arrivés en tête au premier tour, dont Steeve Briois, directement élu avec 50,26% des voix à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). Une victoire «spectaculaire et inespérée», s'est réjouie Marine Le Pen.

    «Le Front national s'implante comme il le voulait et il le fait avec un cru exceptionnel», a déclaré la présidente du Front national, en saluant ce qu'elle décrit comme «la fin de la bipolarisation de la vie politique française».

    La crédibilité du FN, qui partait de zéro ou presque était en jeu.
     
    Certes, pour l'instant, seul Steve Briois est d'ores et déjà assuré d'être maire, mais avec ces résultats, le FN a résolument marqué les esprits. Mais surtout, le parti de Marine voit plus loin. Tous les nouveaux conseillers municipaux seront autant de candidats potentiels pour les prochaines élections cantonales et législatives. Des candidats qui auront acquis leur légitimité en se confrontant à la gestion d'une municipalité. 


    Les communes où le FN est arrivé en tête au premier tour

    Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), Steeve Briois (FN) 50,26%. Elu dès le premier tour.
    Perpignan (Pyrénées-Orientales), Louis Aliot (FN) 34,20% devant Jean-Marc Pujol (UD-UMP), 30,57% et Jacques Cresta (UG-PS), 11,92%.
    Béziers (Hérault), Robert Ménard (DVD, soutenu par le FN) 45%, devant Elie Aboud (UMP) 30% et Jea-Michel Du Plaa (PS-EELV-PRG) 18,2%.
    Fréjus (Var), David Rachline (FN) 40,2% devant Philippe Mougin (UMP-UDI) 18,1%, Elie Brun (DVD) 17,8% et Elsa di Méo (PS) 16,4%.
    Avignon (Vaucluse) Philippe Lottiaux (FN) 29,4% devant Cécile Helle (PS) 27,5%, Bernard Chaussegros (UMP-UDI) 22,3% et André Castelli (Front de Gauche) 13,5%
    Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence), Marie-Anne Baudoui-Maurel (FN) 27,69%, devant Patricia Granet (DVG) 26,08%, Franck Di Benedetto (DVG) 20,35% et Christian Barbero (UMP) 16,54%.
    Forbach (Moselle), Florian Philippot (FN) 35,75%, Laurent Kalinowski (PS) 33%, Eric Diligent (DVD) 18,99% et Alexandre Cassaro (UMP) 12,26%
    Montigny-en-Gohelle (Pas-de-Calais) Emmanuel Rignaux (FN) 28.86 %, Bruno Yard (PS) 26.86%. Claude Ponchaut (DVG) 20.91 % et Edmond Bruneel (PC) 17.51 %.
    Villers-Cotterêt (Aisne), Franck Briffaut (FN), 23,04%, devant Jean-Claude Pruski (Div) 22,16%, Jean-Claude Gervais (DIV droite) 13,61%, Yves Richard (Divers droite) 13,42% et Fabrice Dufour (12,64%)
    Beaucaire (Gard), Julien Sanchez (FN) 32,84%, devant Jacques Bourbousson (DVD) 22,46%, Christophe André (DVD) 18,17%, Claude Dubois (DVG) 12,07%, Valérie Arese (DVD) 11,93%.
    Saint-Gilles (Gard), Gilbert Collard (FN) 42,57%, devant Valadier (UD-UMP) 36%, Alain Gaido (PS) 14%.
    Le Pontet (Vaucluse). Joris Hébrard (FN) 34,66% devant Claude Toutain (UMP) 28%, Divers droite 15,36%, Miliani Makechouche (Union gauche) 13,12%.
    Brignoles (Var) Laurent Lopez (FN) 37,07% en tête, suivi de Josette Pons (UMP) à 35,54% et  Broquier (Div gauche) à 27,39%.
    Cogolin (Var) Marc-Etienne Lansade (FN) 39,03%, devant Jacques Senequier (Divers droite), 26,72%, Francis-José Maria (Divers gauche), 19,22% et Alain Ciarimboli(UMP) 15,03%.
    Mantes-la-Ville (Yvelines). Cyril Nauth, (FN) 21,66 %, devant Annette Peulvast-Bergeal (Div gauche) 20,15 % et Monique Brochot (PS) 19,61%.

        

    LeParisien.fr

  • Résultats spectaculaires pour le FN ! Steeve Briois élu maire à Hénin-Beaumont

    PHO1bfbfb1c-b2c5-11e3-94f7-841413f0da67-805x453.jpg

    http://elections.lefigaro.fr/municipales-2014/2014/03/23/01052-20140323ARTFIG00191-resultats-historiques-pour-le-fn-briois-elu-a-henin-beaumont.php

  • VIDEO - Polémique sans précédent contre Geert Wilders aux Pays-Bas

    http://fr.euronews.com/2014/03/20/polemique-sans-precedent-contre-wilders-aux-pays-bas/

     

  • Château de Versailles: Le Nôtre un génie français

    Extrait de l’émission « Des Racines et Des Ailes : Du Versailles des Rois au Versailles de la République » diffusée le 23/10/2013, et reportage « Le Nôtre, un génie français » en intégralité.

    Contre-info.com 23 03 14

  • Le Kenya légalise la polygamie, que les femmes y consentent ou non 21/03/2014

      

    Le Kenya légalise la polygamie, que les femmes y consentent ou non




    Les députés kényans ont voté une loi permettant aux hommes d’épouser autant de femmes qu’ils le souhaitent, sans en toucher mot à leur première épouse, à la fureur d’élues qui ont claqué la porte du Parlement de Nairobi, indiquent vendredi les médias.

    La proposition de loi, adoptée tard jeudi, formalise en droit kényan des lois coutumières. A l’origine, le texte donnait la possibilité aux épouses de s’opposer à une décision de leur mari d’épouser plusieurs femmes.

    Mais unissant leurs forces au-delà des appartenances politiques, les élus hommes sont finalement allés plus loin, abandonnant cette clause donnant voix au chapitre aux femmes.

    “Quand vous épousez une femme africaine, elle doit savoir que la deuxième va suivre, puis la troisième (…) c’est l’Afrique”, a expliqué devant la chambre l’un de ces élus, Junet Mohammed, cité par Capital FM.

    “A chaque fois qu’un homme rentre à la maison avec une femme, elle est considérée comme la deuxième ou la troisième femme”, a renchéri Samuel Chepkong’a, président de la commission des Affaires juridiques et légales du Parlement, cité par le quotidien Nation. “Selon la loi coutumière, vous n’avez pas besoin de dire à votre épouse quand vous rentrez à la maison avec une deuxième ou une troisième femme. Toute femme que vous ramenez à la maison est votre femme”.

    Comme dans beaucoup de pays africains, la polygamie est une pratique commune au Kénya.

    Jeudi, c’est surtout l’abandon de la clause imposant le consentement de la première épouse qui a déclenché la colère des élues.

    “Si c’est bien vous l’homme dans la maison, et que vous choisissez de ramener quelqu’un d’autre — ou deux ou trois autres personnes — je pense que vous devez avoir le cran d’admettre que votre femme et votre famille ont le droit de savoir”, a estimé devant la chambre l’une d’entre elles, Soipan Tuya, également citée par Capital FM.

    Le texte doit encore être promulgué par le président kényan pour entrer en vigueur.

    http://www.algerie1.com/flash-dactu/le-kenya-legalise-la-polygamie-que-les-femmes-y-consentent-ou-non/
     
    ALTER INFO
  • Les cartes pipées de la dame Timochenko

    9h_50059838.jpg

     
    Hier, 18:45
     

     

     

    Par La Voix de la Russie | Entourée de son nimbe de martyre, l’ex-première ministre ukrainienne Ioulia Timochenko a fait valoir ses ambitions présidentielles. Elle fait son retour dans la grande politique directement d’Allemagne où elle s’est soignée à sa sortie de prison et après son intervention on ne peut plus pathétique sur Maïdan. De toute façon, le début de campagne électorale montre que la stabilité en Ukraine n’est pas pour demain.

    Les élections législatives et présidentielles en Ukraine  sont fixées au 25 mai. Elles sont pour le moins douteuses parce que c’est le fait des hommes qui se sont installés au pouvoir à la suite d’un coup d’État armé. Par ailleurs, si l’on considère ces élections comme une chance d’établir la paix et la concorde sur le sol ukrainien, elles pourraient être justifiées du point de vue historique. En revanche, il n’est pas du tout évident de savoir qui accédera au pouvoir par les urnes. Tout porte à croire qu’on distribuera le même jeu pipé de politiciens dont la population ukrainienne est lasse parce qu’ils se sont avérés incapables de l’unir autour d’une idée raisonnable et non pas destructrice.

    Les nationalistes Oleg Tiagnibok et Dmitri Yarosch ne constituent pas un terrain d’entente entre l’Ouest et la Sud-Est d’Ukraine et finiront plutôt par diviser le pays encore uni. Le premier ministre Arseni Iatseniouk, le leader du parti UDAR Vitali Klitchko et le président intérimaire Alexandre Tourtchinov n’ont pas l’étoffe d’hommes politiques sérieux et leur mission consiste à réaliser sur le terrain les idees conçus en Occident.

    Sur cette toile de fond, Ioulia Timochenko avec sa fameuse fausse natte a l’air assez exotique de comédienne de province. Mais elle possède un avantage, c’est l’image de martyre, victime du « régime cruel et mensonger » de Viktor Ianoukovitch. Nous avons interrogé le politologue Vladimir Pantine sur ses chances réelles de remporter la présidentielle. Et voici sa réponse :

    Elle a déjà perdu une partie de son électorat et on le voyait bien à la réaction de Maïdan à son intervention qui était tiède dans la majorité. En outre, elle a désormais des rivaux influents comme Vitali Klitchko. Les oligarques ukrainiens se livrent également une lutte d’influence qui ne fera que s’exacerber. Je dirai donc que les chances de Timochenko sont 50 sur 50. Cependant, les événements qui peuvent se produire à la veille des élections peuvent soit accroître sa popularité, soit la diminuer. D’ailleurs, du moment qu’elle est soutenue par les États-Unis, elle pourrait déployer des efforts pour gagner en popularité à la faveur notamment des slogans antirusses.

    Certes, Timochenko sera également présente sur « le terrain nationaliste » en ôtant le pain à Tiagnibok et Iaroch. Elle pourrait également changer de ton en s’adressant aux régions du Sud-Est parce que l’ex-première ministre est connue pour sa souplesse face à certaines situations. Il se peut aussi qu’elle se soit entourée de bons spécialistes en communication. De toute façon, Timochenko a déjà déclaré qu’elle assumait l’entière responsabilité de la situation en Ukraine en créant ainsi l’image d’une mère de tout le peuple à la fois généreuse, charitable,  forte et juste. Cette technologie politique simple mais sûre peut marcher en Ukraine dans son état « dissolu » actuel. Il importe surtout de ne pas exagérer comme c’est déjà arrivé début mars, quand Timochenko a envoyé une lettre au célèbre poète ukrainien Taras Chevtchenko, littéralement dans l’au-delà.

    Bogdan Bezpalko, directeur adjoint du Centre d’études ukrainiennes et biélorusses de l’université de Moscou, estime que les chances de Timochenko dépendent directement de sa rhétorique et des démarches concrètes. Il y a cependant de nombreuses « contre-indications » et contradictions :

    Qu’elle ait pris ses distances vis-à-vis des putschistes est un facteur à la fois négatif et positif. Il est positif qu’elle puisse déclarer n’avoir joué aucun rôle dans la prise du pouvoir. Mais il est négatif qu’elle n’ait pas pris part au renversement de son ennemi juré Ianoukovitch  en étant un témoin passif des événements.

    Le jeu des candidats au poste présidentiel n’incite pas à un optimisme particulier quant à la sortie de l’Ukraine d’une crise politique, économique et sociale profonde. Il n’y a pas de visages nouveaux, la thèse répétée comme une litanie par les leaders de Maïdan, mais aussi, et c’est le plus grave, il n’y a point de personne qui pourrait arrêter le démontage collectif de l’État ukrainien et fédérer les forces saines de la société. Cela signifie que Maïdan et l’exaltation générale iront toujours bon train. Quant aux semailles et au travail en général, il peut attendre sine die parce que faire la grève, c’est plus amusant que travailler.
    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_03_22/Les-cartes-pipees-de-la-dame-Timochenko-6397/

  • Commentaires: dysfonctionnement

    Certains commentaires reçus, lus et publiés ne s'affichent pas cependant sur l'écran.

    C'est le cas, par exemple, de récents commentaires de parvus: il ne s'agit pas de modération de ma part, mais d'un dysfonctionnement dans le système de publication des commentaires.

    J'espère que ce problème va être réglé rapidement.
    Personnellement je ne peux rien faire d'autre que de mettre cette note.

    Je suis désolée.

    Bien cordialement,

    Gaëlle Mann

     

     

     

     

  • Athènes: des milliers de migrants manifestent contre les néonazis et le racisme

     

    Le Vif

    Source: Belga
    samedi 22 mars 2014 à 19h15

    Des milliers de migrants, sympathisants de gauche et des droits de l'homme, ont manifesté samedi à Athènes dans une ambiance bon enfant contre "le fascisme" et "le racisme", selon la police.

    Des-milliers-de-personnes-ont-manifest-samedi-Ath-nes-contre-le-fascisme-et-le-racisme-.jpg

     

    A l'occasion de la Journée internationale contre "le fascisme et le racisme", des communautés de migrants, surtout Pakistanais, Bangladeshis et Africains, se sont rassemblés dans le centre-ville et ont marché jusqu'à la place Syntagma, en contrebas du parlement, où un concert a clôturé la manifestation avec le soutien de la Mairie d'Athènes.

    A la tête du cortège se trouvaient des migrants surtout d'Asie, travailleurs dans des champs de fraises de Manolada en Péloponnèse (sud), où de nombreux incidents violents avaient eu lieu ces dernières années entre des propriétaires grecs des exploitations et des migrants protestant contre les conditions misérables d'emploi.

    "Éliminez les néonazis dans tout quartier, ni au Parlement européen, ni aux mairies ou les préfectures", était inscrit sur une banderole.

    Des élections locales doivent se dérouler en Grèce le 18 mai, une semaine avant les Européennes et le parti néonazi Aube dorée est crédité entre 5% et 8%, arrivant en troisième position derrière la droite et la Gauche radicale Syriza, à en croire des récents sondages d'intention de vote.

    La plupart de manifestants scandaient des slogans contre Aube dorée dont la moitié des députés dont le dirigeant, ont été inculpés après l'assassinat en septembre du musicien antifasciste Pavlos Fyssas près d'Athènes par un membre de ce parti.

  • Crimée: des blindés russes attaquent une base aérienne. "Nous sommes au bord de la Troisième Guerre mondiale"

    http://www.fdesouche.com/436237-crimee-des-blindes-russes-attaquent-une-base-aerienne-nous-sommes-au-bord-de-la-troisieme-guerre-mondiale

    tBMEMn5.jpg

  • Petit traité de déculpalisation, par Alexandre Del Valle

     

    La gauche perdrait 90% de son pouvoir si l’on cessait de se culpabiliser - Alexandre Del Valle

    (merci à Dirk)

  • Vague de protestation aux Pays-Bas contre Wilders qui veut "moins de Marocains"

     

    Le Vif

    Source: Belga
    vendredi 21 mars 2014 à 08h11

    Le député anti-islam néerlandais Geert Wilders faisait face jeudi à une vague de protestations sans précédent après avoir promis à ses partisans qu'il ferait en sorte qu'il y ait "moins de Marocains" aux Pays-Bas

    1195061336622.jpg

    © Image Globe / KOEN VAN WEEL

    Des centaines de plaintes ont été déposées jeudi contre M. Wilders et un des députés de son Parti pour la Liberté (PVV) a quitté le groupe parlementaire au lendemain de ces déclarations. "Le PVV est sur une pente glissante", a soutenu le député Roland van Vliet dans une lettre à Geert Wilders annonçant sa démission. "Il était temps pour moi d'avoir un examen de conscience au sujet de ce qui se passe avec le PVV", a soutenu M. Van Vliet: "votre déclaration d'hier au sujet de la communauté marocaine m'a amené à quitter le PVV et siéger en indépendant au parlement". Le parquet a pour sa part indiqué avoir reçu plus de 100 plaintes et signalé que plus de 500 personnes ont accusé M. Wilders de discrimination via le site internet de la police.

    Une page Facebook intitulée "Je porte plainte contre Wilders" avait accumulé plus de 48.000 mentions "J'aime" jeudi soir. Le plus grand groupement de Marocains des Pays-Bas avait indiqué jeudi matin qu'il allait porter plainte contre M. Wilders. Mercredi soir à La Haye, à la suite d'élections municipales ayant vu son parti terminer second dans cette ville, Geert Wilders avait harangué ses partisans, leur demandant s'il voulaient "plus ou moins de Marocains dans votre ville et aux Pays-Bas". "Moins! Moins! ", ont scandé les partisans, ce à quoi Geert Wilders a répondu: "nous allons nous en charger".

    Le Parti pour la Liberté (PVV) de Geert Wilders se présentait mercredi dans deux villes des Pays-Bas: il a terminé premier à Almere, ville-dortoir à l'est d'Amsterdam, et second à La Haye, où siège le gouvernement. "Nous pensons qu'en visant un groupe particulier, Wilders est allé trop loin cette fois", a soutenu Habib El Kaddouri, un responsable de la Fondation pour les néerlando-marocains, se référant au procès dans lequel M. Wilders avait été acquitté en 2011 d'incitation à la haine. Les juges avaient estimé que le député ne pouvait pas être condamné car ses critiques étaient dirigées contre l'Islam, une religion, et non contre un groupe ethnique.

    Connu pour ses formules incendiaires, Geert Wilders a par le passé comparé le Coran au Mein Kampf d'Adolf Hitler et qualifié l'Islam de religion fasciste. Lors de la campagne pour les municipales, M. Wilders avait plaidé pour une ville de La Haye avec "moins de Marocains". Il avait soutenu être habilité à poser la question en vertu de la liberté d'expression. La télévision privée RTL a pris publiquement position pour la première fois en 25 ans, le rédacteur en chef adjoint Pieter Klein assurant dans une lettre ouverte que Geert Wilders avait "vraiment dépassé les limites" et devrait en avoir honte.

    Le rédacteur en chef de la radio BNR Sjors Fröelich a pour sa part indiqué comprendre maintenant les comparaisons entre Adolf Hitler et Geert Wilders, soutenant que ce dernier savait exactement ce qu'il faisait et souhaite faire l'objet d'un procès. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a lui aussi critiqué Geert Wilders, affirmant que ces propos "laissent un mauvais goût dans la bouche": "il a encore été trop loin".

  • VIDEO - Ile de France : Municipales 2014 – 60 mosquées se mobilisent

     

     

    21/03/2014 – PARIS (NOVOpress)
    En conclusion de cette réunion de soixante mosquées d’Île-de-France “Il faut qu’on [les musulmans] se bouge avec solidarité et détermination” pour les municipales 2014.

  • L'effet boomerang des menaces d'Obama à Poutine

     

    Le Vif

    Source: Belga
    jeudi 20 mars 2014 à 18h54

    Le président Barack Obama a menacé jeudi Moscou de s'en prendre à des "secteurs clé" de son économie en représailles au rattachement de la Crimée à la Russie, et annoncé l'imposition de sanctions contre 20 nouveaux responsables et une banque.La réponse de Moscou e s'est pas faite attendre.

    Sommet-du-G20-Mexique-juin-2012.jpg

    Sommet du G20, Mexique, juin 2012 © Reuters

    "La Russie doit comprendre qu'une escalade supplémentaire ne fera que l'isoler davantage de la communauté internationale", a affirmé M. Obama lors d'une courte intervention à la Maison Blanche consacrée à l'Ukraine.

    Vingt personnes ont été ajoutées à la liste des personnes sanctionnées dans le cadre de la situation en Ukraine, a ensuite précisé le département du Trésor. Onze responsables russes ou pro-russes en Ukraine avaient déjà été punis lundi, voyant leurs éventuels avoirs aux Etats-Unis gelés. La banque concernée est "Bank Rossiya", présentée par des responsables américains comme très proche du Kremlin, détenant des avoirs de membres de l'entourage du président Vladimir Poutine. "Nous prenons ces mesures dans le cadre de la réaction à ce que la Russie a déjà fait en Crimée", a remarqué M. Obama. Mais il a aussi brandi la menace de sanctions aux conséquences sur des "secteurs clé" de l'économie russe si Moscou ne change pas de comportement.

    Barack Obama a en outre insisté sur le fait que le soutien de son pays à ses alliés de l'Otan resterait "inébranlable", et qu'il ferait passer ce message lors de la tournée qu'il va entreprendre en Europe à partir de lundi, aux Pays-Bas, en Belgique et en Italie.

    La réponse de Moscou

    Aussitôt après l'annonce par le président américain Barack Obama de nouvelles sanctions à son encontre, Moscou a publié jeudi sa propre liste de sanctions contre des responsables américains. Montrant que la Russie n'entendait pas se laisser impressionner, le chef de
    la diplomatie russe Sergueï Lavrov a, pour sa part, averti son homologue américain, le secrétaire d'Etat John Kerry, que Moscou ne reviendrait pas sur sa décision. "Qu'il n'y ait aucun doute: à chaque acte hostile, nous répondrons de manière adéquate", a prévenu le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

    "Nous n'avons cessé d'avertir que l'emploi de sanctions est à double tranchant et touchera les Etats-Unis eux-mêmes comme un boomerang", a-t-il ajouté, estimant que cette manière d'agir était "mal à propos et contre-productive".

    La liste russe vise neuf personnes à qui l'entrée en Russie est désormais interdite. Elle concerne trois conseillers de M. Obama, Caroline Atkinson, Daniel Pfeiffer et Benjamin Rhodes. Le chef de la majorité démocrate Harry Reid, le chef républicain de la Chambre John Boehner, le président de la commission des Affaires étrangères au Sénat, Robert Menendez, ainsi que le sénateur conservateur John McCain, la sénatrice démocrate Mary Landrieu et le sénateur Daniel Coats sont aussi visés.

    Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a estimé que le principe même de listes de sanctions était "inacceptable"."Quels que soient les noms de familles qui figurent dans cette liste, la pratique consistant à faire des listes est pour nous inacceptable", a-t-il dit, cité par l'agence Interfax.

    Evoquant le cas du chef de l'administration présidentielle russe Sergueï Ivanov, il a indiqué que celui-ci prenait l'affaire avec humour. "Dans sa précédente vie professionnelle, en 20 ans et quelque de services (...) au KGB, puis au service des renseignements extérieurs, la plupart des pays occidentaux lui avaient déjà fermé leurs portes pour son activité, donc il a déjà l'habitude", a-t-il souligné, cité par l'agence Ria-Novosti.

    Lors d'une conversation téléphonique avec M. Kerry, M. Lavrov a indiqué que Moscou ne reviendrait pas sur le rattachement de la Crimée à la Russie, dont le traité a été ratifié dans la journée par la Douma (chambre basse du parlement). "Sergueï Lavrov a souligné que la décision de rattacher la Crimée à la Russie, résultat de l'expression de la volonté de la majorité absolue de ses habitants, ne serait pas reconsidérée et devait être respectée", selon un communiqué de la diplomatie russe.

  • Bête comme Ayrault, la preuve par Jean-Marc sur Radio J !

       ayrault_scalewidth_630-565x250.jpg

    Le 21 mars 2014
    Mauvaise pioche, monsieur le professeur de morale politique !
                  
             

    Jean-Marc Ayrault prie ! Pas dans une église ; sur une radio – Radio J, en l’occurrence –, il en appelle, de sa voix à nul autre ennui, à l’épouvantail du pacte républicain contre le FN un peu comme on lance un SOS : « Les républicains devraient tout faire pour qu’il n’y ait aucune possibilité qu’il y ait un maire Front national dans une commune de France. »

    « Tout faire » : vaste programme, lourd de menaces peu démocratiques, mais il est peut-être un peu tard pour cela et l’actuel chef du gouvernement a grandement sa part dans l’éventualité, dimanche prochain, d’un succès de suffrages du parti à la flamme tricolore… confirmé par de nombreux élus et quelques premiers édiles la semaine suivante !

    Car, comme il le dit lui-même, si « le Front national se développe sur le désarroi et les peurs », c’est tout de même un peu – voire beaucoup – le résultat de sa politique, comme de celle de ces prédécesseurs UMP et centristes… Quant au fait que le FN « n’apporterait aucune solution », faudrait-il encore que les Français aient la possibilité de le constater par eux-mêmes car la seule certitude qu’ils ont, c’est que l’UMPS aux affaires ne leur en a pas apporté, pour sa part, de bien concluantes…

    Au cas où la seule imprécation ne suffirait pas à détourner les Français d’un vote tant redouté, l’ennuyeux de Matignon ajoute : « D’ailleurs, il suffit de se référer aux expériences de mairies Front national, ça a toujours été la gabegie, la magouille, les combines… »

    À ce que l’on sait, aucun des maires élus par le passé sous l’étiquette FN n’a ruiné, triché ou s’est compromis dans la moindre « combine » politicienne a contrario de centaines d’autres élus, pour la plupart UMPS…

    « Ils ont ruiné les communes […] ils devaient protéger les gens et c’est l’inverse qui s’est passé, c’est pour ça qu’ils ont fini par disparaître », ajoute-t-il même et, emporté par sa conviction, insiste tant et plus que la gestion des communes par des élus du mouvement de Marine Le Pen serait « contre l’intérêt des Français… L’expérience nous montre que ça a toujours été un mauvais service rendu aux habitants de ces communes. »

    Ruiné leur commune ? Ah bon ! Daniel Simonpieri, élu maire FN de Marignane en 1995 et conseiller régional en 1998, a pourtant été réélu maire avec 62,5 % des voix en 2001 et réélu conseiller général en mars 2004, avec 72,75 % des suffrages… et s’il a été par la suite battu et a eu maille à partir avec la justice, c’est après avoir rejoint le groupe UMP-UDF et apparentés du conseil général des Bouches-du-Rhône !

    Mauvaise pioche, monsieur le professeur de morale politique !

    Et que dire du plus connu des anciens maires frontistes des années 1990, Jacques Bompard ? Même s’il a quitté ce parti sans renier ses convictions pour autant, il a été réélu triomphalement deux fois à l’hôtel de ville d’Orange et siège désormais à l’Assemblée nationale… après avoir été élu conseiller général du Vaucluse dans le canton d’Orange-Ouest avec 54 % des voix, réélu en mars 2008.

    Son épouse Marie-Claude Bompard, elle, n’a été élue qu’une fois à la mairie de Bollène (Vaucluse)… C’était le 16 mars 2008. On saura les 23 et 30 mars prochains ce que ses administrés pensent de sa gestion… Notons toutefois qu’élue également le 28 mars 2004 conseillère générale du Vaucluse (canton d’Orange-Est), elle a été réélue à cette fonction en 2011.

    Désolé, monsieur le professeur… Quand ça veut pas, ça veut pas !

    Philippe Randa, écrivain et éditeur

    BOULEVARD VOLTAIRE

  • La visite d'Obama en Europe mettra en évidence l'isolement de la Russie

     

    Le Vif

    vendredi 21 mars 2014 à 19h46

    La Maison Blanche a affirmé vendredi que la tournée du président Barack Obama la semaine prochaine en Europe montrerait que la Russie est "de plus en plus isolée" sur la scène internationale.

    Barack-Obama-et-Vladimir-Poutine-sommet-du-G20-St-Petersbourg-septembre-2013.jpg

    Barack Obama et Vladimir Poutine sommet du G20 à St Petersbourg, septembre 2013 © Reuters

    "Ce qui sera évident pour le monde entier est que la Russie est de plus en plus isolée et que la communauté internationale, Etats-Unis en tête, soutient les Ukrainiens et leur gouvernement, et est déterminée à imposer des coûts à la Russie" pour avoir mis la main sur la Crimée, a affirmé la conseillère de sécurité nationale de M. Obama, Susan Rice.

    M. Obama entreprend lundi une tournée de six jours qui le mènera successivement aux Pays-Bas pour un sommet sur la sécurité nucléaire et une réunion du G7, à Bruxelles pour un sommet avec les dirigeants européens et une rencontre avec le secrétaire général de l'OTAN. Il se rendra ensuite à Rome et au Vatican pour une audience avec le pape François et conclura sa tournée par l'Arabie saoudite.

    Le volet européen de ce voyage devrait être dominé par la crise aiguë ouverte par le rattachement de la Crimée à la Russie aux dépens de l'Ukraine, dénoncé par les Etats-Unis et leurs alliés qui ont commencé cette semaine à imposer des sanctions à l'entourage du président russe Vladimir Poutine.

    "Lors de ce voyage, le président mobilisera la communauté internationale et certains de nos partenaires les plus importants dans le monde au moment où nous devons faire face à des dossiers importants", a noté Mme Rice, qui intervenait au début du point de presse quotidien de la Maison Blanche. "S'il y a un thème commun à ce voyage, c'est l'importance fondamentale de nos alliances et partenariats", a assuré Mme Rice. La Maison Blanche a en outre confirmé que M. Obama rencontrerait en tête-à-tête son homologue chinois Xi Jinping en marge des sommets à La Haye