Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/01/2014

France – Arabie saoudite : liaison dangereuse. Par Aymeric Chauprade

 

arabie-saoudite
Le 22 janvier 2014
Des voix s'élèvent à Washington pour réexaminer les liens troubles entre Al-Qaïda et l'Arabie saoudite à propos du 11 septembre.
             
        

Au moment où les États-Unis et la Russie démontrent qu’une sortie de crise pacifique est possible à propos de l’Iran, Paris choisit de s’aligner sur les positions bellicistes de l’Arabie saoudite face à la Syrie et l’Iran.

Comment expliquer que la France qui, du général de Gaulle jusqu’à Jacques Chirac, avait maintenu séculairement notre tradition d’équilibre en politique étrangère, puisse aujourd’hui autant s’en écarter ?

L’Arabie saoudite est certes le premier producteur et exportateur de pétrole mais elle est, avant tout, le cœur « nucléaire » d’un islam rigoriste, conquérant et même terroriste. Longtemps allié des États-Unis aux côtés d’Israël pour détruire les régimes arabes modernisateurs, le royaume wahhabite est, partout dans le monde, la source première de la radicalisation de l’islam. Tant que l’État profond saoudien et ses services secrets séviront, aucun islam apaisé ne pourra l’emporter dans le monde musulman, aucune tradition locale ne pourra tempérer le Coran et aucune paix véritable ne sera possible entre le monde islamique et les autres civilisations. L’État saoudien est responsable de l’implosion syrienne et des 130 000 morts qui en résultent, des décapitations de chrétiens par les hordes salafistes, comme il est sans doute derrière l’attentat de Volgograd en Russie.

Est-ce donc avec ce pays qui coupe des mains d’enfants, réprime physiquement les homosexuels et réduit les femmes et les travailleurs immigrés à l’esclavage, que le « pays des droits de l’homme » entend refonder sa politique arabe au Moyen-Orient? J’ai toujours défendu la realpolitik et je ne ne suis pas un partisan de l’idéalisme en politique étrangère, mais il y a des limites au cynisme et au « court-termisme ». Or, avec l’Arabie saoudite, nous, Français, entrons en contradiction avec ce que nous sommes !

Nous avons, au minimum, 6 millions de musulmans qui vivent sur le territoire français, dont l’immense majorité est sunnite. Voulons-nous que l’enchevêtrement économique de la France et de l’Arabie saoudite favorise la radicalisation des Français musulmans ? On ne peut pas faire la guerre contre le fondamentalisme islamique, soutenu par l’Arabie saoudite et le Qatar, au Mali et jusqu’en Centrafrique, et prétendre, en même temps, faire de Riyad notre meilleur allié au Moyen-Orient. Notre politique étrangère ne peut s’asseoir sur ce paradoxe intenable alors que bien d’autres choix sont possibles, à commencer par un retour en Iran, un pays bien plus prometteur sur le plan économique et humain.

L’Iran a autant de pétrole (2e réserve mondiale) et bien plus de gaz (2e réserve mondiale) que l’Arabie saoudite ; c’est surtout un État multimillénaire solide qui se réformera quand l’Arabie saoudite, wahhabite dans ses fondements, ne pourra le faire. Avec la Russie, l’Iran est sans doute l’allié stratégique et énergétique naturel de l’Europe, sur le continent eurasiatique où la Chine de demain pèsera lourd.

Les États-Unis sont en train de se dégager en douceur de l’alliance avec l’Arabie saoudite et ce n’est pas un hasard si, au même moment, des voix (Congrès, justice) s’élèvent à Washington pour réexaminer les liens troubles entre Al-Qaïda et l’Arabie saoudite à propos du 11 septembre. Il n’est pas impossible que les Américains « gardent au chaud » quelques révélations qui pourraient s’avérer bien embarrassantes pour la France lorsque celle-ci se sera enfoncée plus profondément et imprudemment encore dans l’alliance saoudienne…

BOULEVARD VOLTAIRE

19:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Affaire Dieudonné: nouvelle garde à vue après la plainte d'un huissier

 http://www.leparisien.fr/faits-divers/amendes-impayees-de...

17:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Acharnement contre Dieudonné et son épouse


Dieudonné: sa compagne aurait molesté un... par BFMTV
Plainte d'un huissier: "Dieudonné en garde à... par BFMTV

16:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

LLPT ?

C’est-à-dire : La Lanterne Pour Tous ?

Le président de la République a déclaré :

« Valérie Trierweiler va mieux et elle se repose en ce moment à la résidence de la Lanterne. »

Madame Massonneau Valérie, divorcée de monsieur Trierweiler Denis, qui n’a à l’état civil aucun lien avec monsieur Hollande François, étant autorisée à se prélasser dans une (autre) résidence de la République, cela veut-il dire que tout autre citoyen(ne) n’ayant aucun lien à l’état civil avec monsieur Hollande François peut également aller s’y reposer ?

Pendant combien de temps ?

Y a-t-il une liste d’attente ?

Faut-il fournir un certificat médical ?

Le blog d'Yves Daoudal

02:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

La quenelle les rend fous

 Alex Chesterman.jpg

Communiqué de la Fédération anglaise de football :

« A la 40e minute de jeu, Anelka a fait un geste qui était abusif et/ou indécent et/ou insultant et/ou déplacé, contraire à l'article E3 du règlement de la FA. Les faits sont aggravés par les références à l'origine d'une ethnie et/ou d'une race et/ou d'une religion, comme le définit l'article E2 du règlement. »

Il s’agit de la fameuse « quenelle » du 28 décembre.

Le geste était si l’on veut indécent, dans la mesure où la « quenelle » est un geste obscène comme le « bras d’honneur » ou sa version mini le « doigt d’honneur »…

Mais on se demande où est la référence à une « ethnie », une « race » ou une « religion ».

Il y en a un qui sait : Alex Chesterman, patron de Zoopla, le principal soutien financier de l’équipe où joue Nicolas Anelka. Alex Chesterman (photo) est un juif militant et il a décidé que la quenelle était « antisémite ». Il a donc mis fin au partenariat financier avec l’équipe : perte sèche de 3,6 millions d’euros.

Donc Anelka est condamné.

A quoi ? Il le saura plus tard, car il a le droit, mais oui, de présenter sa défense.

Heureusement que la peine de mort n’existe plus en Angleterre. Cela dit, comme il a 34 ans, s’il est condamné à une longue suspension, ce sera une peine de mort de sa carrière.

Blog d'Yves Daoudal

02:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Birobidjan, l'Etat juif du bout du monde


Birobidjan, l'Etat juif du bout du monde par Ali-Fredo

E&R

01:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Hiroo Onoda, le soldat japonais qui refusait de se rendre, est décédé à l’âge de 91 ans

 

Ainsi que le révèle le site d’information japonais The Asahi Shimbun, un ancien soldat qui a vécu caché dans la jungle aux Philippines jusqu’en 1974, ignorant la fin de la Seconde Guerre mondiale, et attendant en vain des renforts, est mort aujourd’hui à 91 ans.

Jusqu’en 1974, Hiroo Onoda, un officier de renseignement et spécialiste des techniques de guérilla a vécu sur l’île de Lubang aux Philippines, où on l’y avait envoyé en 1944 avec l’ordre formel de ne jamais se rendre, et de tenir jusqu’à l’arrivée de renforts qui ne viendront jamais.

Avec trois autres soldats, il est resté dans la jungle, ignorant que la guerre avait pris fin. Leur existence est d’abord connue dans les années cinquante, lorsque l’un d’eux décide de rentrer au Japon.

Dès lors, des tracts sont largués par avion, annonçant que la guerre était terminée depuis longtemps et que l’armée impériale avait été battue, mais le soldat refuse d’y croire. En 1959 les recherches sont arrêtées, Japonais et Philippins étant persuadés qu’Onoda et son dernier coéquipier sont morts.

Pourtant, en 1972, ils refont surface pour attaquer des troupes philippines. Onoda réussit à s’enfuir alors que son dernier homme est tué. C’est finalement l’ex-commandant d’Onoda, envoyé par Tokyo dans la jungle qui, en 1974, doit lui ordonner de déposer les armes pour qu’il accepte de rentrer chez lui.

L’annonce de la capitulation, le 15 août 1945, par l’empereur Hirohito considéré comme un dieu vivant au Japon, avait alors laissée perplexe de nombreux soldats dévoués corps et âme à la cause impériale.

E&R

01:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Dieudonné largement applaudi par 4 000 personnes à Metz

 

Le spectacle de Dieudonné s’est déroulé hier soir 19 janvier 2014 aux Arènes de Metz sans encombre et devant 4 000 personnes.

Même si l’humoriste polémique Dieudonné a largement été applaudi lors de sa représentation messine, le spectacle s’est tout de même joué sous la surveillance de représentants de la justice et de la police, chargés de contrôler le contenu du show.

C’est initialement le spectacle Le Mur, jugé antisémite et raciste, qui avait été interdit par le maire de Metz. C’est pour cette raison que c’est un autre spectacle qui a été joué, intitulé Asu Zoa, consacré à l’Afrique, dont les passages les plus choquants ont été supprimés.

Avant sa représentation à Metz, Dieudonné a tenu à tourner une vidéo où il revient sur la polémique et règle ses comptes.

Le final du spectacle à Metz est identique à celui de Nancy, on peut y voir le public reprendre en chœur une « petite chanson » à destination du président de la République François Hollande.

E&R

00:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

La phrase du jour

« L'âme supérieure n'est pas celle qui pardonne, c'est celle qui n'a pas besoin de pardon.  »

François-René de Chateaubriand

00:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

21/01/2014

La rombière


Bernadette Chirac sur Europe 1 par Europe1fr

23:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Noémie Montagne, la femme de Dieudonné, entendue cet après-midi à la gendarmerie d'Anet

La-maison-de-Dieudonne-a-Mesnil-Simon_scalewidth_460.jpg

Son audition a fait suite à la visite d'un huissier au domicile du couple. L'humoriste doit lui aussi être entendu.

Noémie Montagne, l'épouse de Dieudonné, a été entendue plusieurs heures mardi soir, à la gendarmerie d'Anet, en Eure-et-Loir. Elle était entendue sous le régime de l'audition libre, et n'était donc pas placée en garde à vue, comme l'affirmait certains médias. Son audition faisait suite à la visite d'un huissier à son domicile lundi soir. Une visite qui aurait dégénéré. L'humoriste devrait lui aussi être entendu très prochainement.

Le couple visé par une procédure de recouvrement. Lundi soir, un huissier se rend au domicile de Dieudonné et de sa compagne, à Saint-Lubin-de-la-Haye, un petit village en Eure-et-Loire. Le fonctionnaire est dépêché sur place pour une procédure de recouvrement - Dieudonné a en effet été condamné plusieurs fois, sans jamais s'acquitter des sommes réclamées.

 

L'huissier pris pour cible d'un tir ? Sauf que la visite de l'huissier dégénère. Selon Me Sanjay Mirabeau, l'avocat de Noémie Montagne, cette dernière pensait avoir repoussé un inconnu qui tentait de pénétrer à son domicile. Elle avait alors signalé l'intrusion à la gendarmerie. Sauf que, de son côté, l'huissier a porté plainte. "Mais il s'avère aujourd'hui que ce sont des huissiers qui ont porté plainte", abonde Me Sanjay Mirabeau. Selon les informations d'Europe 1, l'huissier aurait été pris pour cible de tirs à son départ. Il n'a toutefois pas été touché. C'est donc dans le cadre d'une enquête ouverte pour "violence avec arme" que la compagne de Dieudonné a été entendue.


Une enquête préliminaire sur ses appels aux dons. La justice a tenté à plusieurs reprises de saisir des biens de l'humoriste, qu'elle soupçonne d'avoir organisé son insolvabilité, pour payer ses amendes pénales. Parallèlement, une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris sur les appels aux dons lancés Dieudonné pour payer ses amendes pénales. L'enquête préliminaire ouverte sur signalement d'une association anti-raciste, la Licra, a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (la BRDP).

L'humoriste doit 65.000 au Trésor public. Le polémiste doit au Trésor public plus de 65.000 euros d'amendes liées à ses condamnations pour propos antisémites. Dieudonné poste régulièrement des vidéos sur Internet sous forme d'appels aux dons, soit pour l'aider à payer ses amendes, soit, comme l'an dernier, pour l'aider à racheter sa maison. Le 10 janvier, France Info précisait que l'humoriste s'était engagé à rembourser ses fans avant l'été 2013. La justice poursuit parallèlement deux enquêtes ouvertes il y a environ un an contre Dieudonné, soupçonné d'avoir organisé son insolvabilité et aussi d'avoir blanchi de l'argent.

Europe1 - 21 01 14

Maintenant c'est sa femme que l'ON va harceler à domicile! A quand ses enfants?

 

23:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Florian Philippot: le pacte de responsabilité ou la troïka UMP- PS- MEDEF

22:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Italie : « être un peu plus foncé » pour recevoir des aides (vidéo)

Buonanno-600x310.jpg

 

 

21/01/2014 – 14h00
ROME (NOVOpress/Bulletin de réinformation) –
Le député italien de la Lega Norte Gianluca Buonanno s’est grimé le visage en noir et a demandé au Parlement italien s’il fallait « être un peu plus foncé » pour recevoir des aides.

Il a notamment évoqué les immigrés en provenance de l’extérieur de l’UE qui reçoivent des allocations alors qu’ils n’ont pas travaillé une seule journée en Italie.

« Je propose qu’on se maquille tous en noir, et peut‑être pourra‑t‑on bénéficier des mêmes aides que reçoivent les immigrés ».

Je dis donc aux Italiens : faites donc tous comme ça, allez voir la police, allez dans les mairies, et déclarez‑vous « réfugiés politiques » ! Comme ça, vous serez nourris et logés et on vous donnera quelques sous.

21:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Marseille - Marseille : séquestrée et violée chez elle, Yvonne raconte son calvaire

 

 
Marseille / Publié le Mardi 21/01/2014 à 05H14
 

La septuagénaire a accepté d'évoquer la terrible expérience vécue dimanche

          
 

N'importe qui à sa place serait anéanti au fond d'un lit d'hôpital, l'esprit à peine apaisé par de puissants anti-dépresseurs. Yvonne fait face, chez elle. Même choquée et meurtrie au plus profond de son être, elle a accepté de détailler son agression, les minutes d'enfer qu'elle a traversée, "pour l'exemple", précise-t-elle d'emblée.

À 77 ans, Yvonne a été séquestrée, dépouillée et violée par trois jeunes hommes, qui se sont introduits à son domicile dimanche au petit matin, boulevard Baille (6e). "Je me suis réveillée avec trois hommes au pied de mon lit", témoigne-t-elle assise à la table de son séjour, dans son appartement cossu. Ils avaient une espèce de torchon sur la tête, pour ne pas que je voie leurs visages. Ils me disaient aussi de ne pas les regarder."

Il est 5h environ, quand les cambrioleurs passent à l'acte. Profitant d'une porte-fenêtre mal fermée, donnant sur le jardin, ils pénètrent dans l'appartement au rez-de-chaussée de l'immeuble bourgeois. Yvonne est endormie dans sa chambre. Face à elle, l'un des trois agresseurs brandit un couteau. "Ils l'ont peut-être trouvé dans la cuisine. Ici, je n'ai jamais d'argent, mais ils m'ont demandé ma carte bancaire et le code. Je les leur ai donné tout de suite. Ce qu'ils ont trouvé anormal, c'est que je n'ai pas de collier en or. Ensuite , ils m'ont attachée avec du fil électrique, les mains dans le dos et les pieds."

Malgré la gravité de la situation, Yvonne contient ses angoisses. Les trois garçons d'une vingtaine d'années ne semblent pas bien prendre la mesure de leurs faits. Aucun ne porte de cagoule ni de gants. Pire, ils n'hésitent à pas à se servir à boire dans la cuisine. "Ils ont même ouvert une bouteille de champagne, se souvient Yvonne. Et ils ont eu le toupet de me dire qu'ils ne le trouvaient pas bon."

En gardant son sang-froid, la retraitée préserve une forme de calme dans l'appartement où se joue malgré tout un vol à main armée avec séquestration, chez une personne vulnérable. Une infraction déjà passible des assises. Mais bientôt, tout va basculer dans l'indicible. Deux des cambrioleurs se décident à quitter les lieux. Yvonne, toujours fermement ligotée et un bâillon dans la bouche, espère alors la fin de son calvaire arrivée. Mais un agresseur reste sur place, pris d'une abominable pulsion. "J'étais toujours attachée et il m'a prise en poids pour m'emmener sur mon lit. Là, il a essayé de me violer. Il m'avait enlevé mon pantalon. Je suis traumatisée. Cela dépasse l'entendement."

Même s'il n'arrive pas à ses fins, le jeune homme est désormais considéré comme un violeur. Il s'enfuit alors à son tour pour rejoindre ses complices. Yvonne, elle, se débat encore de longues minutes pour se défaire, à peine, de ses liens et se réfugie dans l'appartement du dessus. "Je n'oublierai jamais cette vision d'elle, se désole sa voisine. Dévêtue, un pantalon enroulé autour de la tête. J'ai eu un mal fou à couper le fil électrique avec les ciseaux. C'est une femme forte, mais c'est terrible ce qu'il lui est arrivé."Depuis, la Sûreté départementale multiplie les constatations pour identifier les auteurs, qui ont abandonné de nombreuses traces sur les lieux du crime.

La Provence

20:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Marseille : un mineur arrêté pour homicide, suspecté du viol de la septuagénaire

20140121_1_6_1_1_0_obj5662017_1.jpg

 

Yvonne, 77 ans, extrêmement choquée, a su garder son calme face à une situation cauchemardesque. Photo thierry garro      

 

 
Marseille / Publié le Mardi 21/01/2014 à 17H28
 

Un garçon de 16 ans a été arrêté ce matin vers 1h place Sadi-Carnot (2e) à Marseille pour un homicide commis le 20 décembre dernier. Il est également soupçonné d'avoir participé au viol de la septuagénaire, chez elle boulevard Baille, dimanche matin

                       
 

Un garçon de 16 ans a été arrêté ce matin vers 1h place Sadi-Carnot (2e) à Marseille pour un homicide commis le 20 décembre dernier dans le quartier d'Endoume, rue Chaix (7e) contre un octogénaire retrouvé mort, sans doute après un cambriolage.

L'adolescent est également soupçonné d'avoir participé au viol de la septuagénaire, chez elle boulevard Baille, dimanche matin, après un vol avec effraction, puis une séquestration, commis avec deux complices.

La police marseillaise, sensibilisée à la dangerosité du suspect, avait diffusé son signalement massivement afin d'arrêter le jeune au plus vite.

C'est un équipage du Service interrégional de sécurisation des transports en commun qui a procédé à son interpellation. Il se trouve actuellement en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire, en charge de l'enquête sur l'homicide.

Son empreinte papillaire avait été trouvée chez l'homme retrouvé mort, ainsi que chez la retraitée violée. Une fois l'audition du jeune suspect terminée terminée et une très probable mise en examen, il sera interrogé par la Sûreté départementale dans le cadre des investigations sur le vol avec séquestration et l'agression sexuelle.

Il pourrait par ailleurs avoir commis d'autres faits très violents  au domicile de personnes âgées. Les investigations pourraient désormais s'accélérer avec les résultats des analyses des traces ADN trouvées chez la victime du boulevard Baille.

La police s'attache désormais à mettre la main sur les deux complices présumés du principal suspect, également soupçonnés d'avoir été présents lors des différentes agressions.

La Provence

20:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Boulogne-Billancourt : l'ex-préfet de région Bernard Fragneau met fin à ses jours

 

  Roberto Cristofoli | Publié le 20.01.2014, 22h42 | Mise à jour : 23h29

 

  Ce haut fonctionnaire portant une imposante moustache poivre et sel était décrit comme «atypique».
| LP/Nicolas Jacquard

                                                                         
L'ex- de la région Centre et du Loiret, Bernard Fragneau, 63 ans, a mis fin à ses jours, ce soir vers 19 heures, à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Le haut fonctionnaire a commis l'irréparable dans des locaux professionnels de son épouse.

En 2010, ce haut fonctionnaire portant une imposante moustache poivre et sel et décrit comme «atypique» avait demandé à être relevé de ses fonctions après avoir été désavoué par le président de la République, Nicolas Sarkozy, pour avoir fait expulser Najlae Lhimer, 19 ans, une étudiante marocaine en situation irrégulière.
 
Elle avait été arrêtée et expulsée après être venue porter plainte dans une gendarmerie de Château-Renard (Loiret) contre son frère qui la battait, avant d'obtenir son rapatriement quelques semaines plus tard et de faire un retour très médiatisé en France devant les micros et les caméras.

Cet énarque de la promotion Michel de l'Hospital était depuis préfet hors cadre après avoir été en poste dans le Jura, l'Eure, l'Essonne, le Pas-de-Calais et dans la région Poitou-Charentes.

Le Parisien

17:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

21 janvier : anniversaire du régicide

20 janvier 2014

Le 21 janvier 1793, la racaille révolutionnaire, ivre de haine et de rage, assassinait le roi de France, Louis XVI, âgé de 38 ans.
Cet acte sauvage recelait une grande force symbolique : en décapitant celui qui était le père de la nation organique et le sommet de l’Etat monarchique, c’était l’ordre ancien qui était aboli, en profondeur, au profit d’une contre-civilisation qui allait s’instaurer progressivement et inexorablement et dont nous connaissons aujourd’hui une certaine étape.

Pour l’anecdote, et contrairement à ce que laissait espérer l’innovation technique que constituait la guillotine, l’exécution du roi martyr fut une boucherie.
Revenons donc à ce triste épisode, au cœur des heures les plus sombres de notre histoire.

Craignant un ultime rebondissement si le roi faisait un discours devant la foule, le commandant de la garde nationale donna l’ordre de faire jouer tous les tambours au pied de l’échafaud, qui était d’ailleurs fortement protégé.
Sur la dernière marche cependant, le roi fit un signe impérieux aux tambours qui, surpris, cessèrent de battre, et cria d’une voix tonnante : « je meurs innocent de tous les crimes qu’on m’impute. Je pardonne aux auteurs de ma mort, et je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne retombe jamais sur la France. Et vous, peuple infortuné… »


Déjà, des ordres étaient donnés et les tambours reprenaient.
Un journaliste de l’époque écrivit : « est-ce bien le même homme que je vois bousculé par quatre valets de bourreau, déshabillé de force, dont le tambour étouffe la voix, garrotté à une planche, se débattant encore, et recevant si mal le coup de la guillotine qu’il n’eut pas le col mais l’occiput et la mâchoire horriblement coupés ? »

D’après certains témoignages, il fallut s’y reprendre à deux fois pour trancher la tête, tandis que d’autres affirment que le bourreau dut appuyer de tout son poids sur la lame qui avait à peine entamé le crâne – au lieu du cou – afin de détacher la tête…
Le prêtre présent raconta qu’ensuite « le plus jeune des gardes, qui semblait avoir dix-huit ans, saisit immédiatement la tête, et la montra à la populace en faisant le tour de l’échafaud ; il accompagna cette monstrueuse cérémonie des gestes les plus atroces et les plus indécents ».

On notera avec inquiétude que l’idéologie républicaine, contre-nature et forgée dans le sang de très nombreux Français, connaît aujourd’hui un certain regain de popularité dans la « mouvance nationale », même si certaines structures comme le Renouveau français y ferraillent inlassablement contre la doctrine mortifère issue des Loges.

Ci-dessous, le beau testament de Louis XVI, rédigé le 25 décembre 1792, envoyé à la Commune de Paris le 21 janvier 1793 :
Lire la suite

Contre-info.com

17:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Les royalistes réunis en hommage à la mémoire de Louis XVI - 21 01 14

16:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le débat sur l’IVG revient aujourd’hui à l’Assemblée nationale

IVG-600x448.jpg

 

 

20/01/2014 – 14h05
PARIS (NOVOpress) - La proposition de certains parlementaires PS de réécrire la loi Veil de 1975 sur l’interruption volontaire de grossesse relance le débat. La refonte viserait à supprimer la référence à la « situation de détresse » de la femme, justifiant le recours à l’IVG, même si elle n’est pas appliquée en pratique — rappelons que plus d’un tiers des françaises ont déjà eu recours à l’avortement. Seconde mesure : l’extension du délit d’entrave à l’IVG au « fait d’empêcher ou de tenter d’empêcher de pratiquer ou de s’informer sur une interruption de grossesse ». Les associations de soutien aux femmes choisissant de garder leur enfant risquent désormais jusqu’à deux ans de prison et 30.000 € d’amende.

Ce débat anime aussi les plateaux télévisés et Roselyne Bachelot, ancienne ministre de François Fillon, a eu l’occasion de prendre farouchement la défense du droit à l’avortement : « Il s’agit, a‑t‑elle dit, d’une liberté imprescriptible, nous l’avons conquise il y a 40 ans, il n’est pas question de revenir sur ce droit ».

Crédit photo : petervidrine via Flickr (cc)

01:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Jacques Bompard contre l'avortement

On ôte la vie à 200.000 enfants par an depuis la loi Veil de 1975 ... depuis, ça fait des millions de citoyens français qui sont allés à l'incinérateur .

Jacques Bompard

01:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)