Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2013

C’était un 24 octobre 1870 : le décret Crémieux

 

portant le nom d’Adolphe Crémieux (de son vrai nom Isaac Moïse), député et ministre, et cosigné par Clémenceau, il accorde, en profitant de la débâcle de 70, la nationalité française aux Israélites indigènes des départements d’Algérie.

Il restera en vigueur jusqu’à l’indépendance (hormis sous l’État français).
Dans une circulaire adressée aux maires le 3 mai suivant, son instigateur Crémieux tente de se justifier « nous devons être disposés à accorder la nationalité française aux étrangers animés de l’esprit de nos institutions républicaines et qui, en outre, ont apporté en France, soit des capitaux, soit des industries [...] ».

Son décret déclenche un tel tollé que, le 21 juillet 1871, Thiers propose son abrogation.
Alphonse de Rothschild menace de retirer ses concours aux emprunts engagés par l’État : le décret est maintenu.

Pourquoi Isaac Moïse, de papiers français, voulut-il « naturaliser » des non- français ?
Cette disposition législative farfelue et totalement injustifiée est le simple fruit du communautarisme juif, qui fait fi des frontières.

Par ailleurs, les musulmans d’Algérie ont été légitimement indignés de ce traitement de faveur pour les seuls juifs, et de là allait naître un malaise qui allait se payer cher.

 

Contre-info.com

17:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Frédéric Mitterrand se dit «frappé par la beauté» de François Fillon...

3252787_fred_640x280.jpg

 

Publié le 23.10.2013, 22h40 | Mise à jour : 24.10.2013, 00h11

                                                                                 

Dans son nouvel ouvrage «La Récréation», l'ex-ministre de la Culture Frédéric Miiterrand raconte les coulisses de son mandat sous Nicolas Sarkozy, son petit faible pour François Fillon et un petit mot avec Laurent Wauquiez l'«allumeur». | LP / YANN FOREIX

                                                                       

                  

 

Dans un nouvel ouvrage baptisé «La Récréation», l'ancien ministre de la Culture dévoile les coulisses de l'ère Sarkozy sous laquelle il a officié entre 2009 et 2012. La teneur de ces 700 pages de confessions reprenant des impressions notées sur le vif pendant son mandat se veut badine et souvent croustillante, à en croire certains extraits à paraître ce jeudi dans l'hebdomaire Le Point.

Le neveu du premier de la Ve République François Mitterrand, qui n'a jamais caché son homosexualité, y révèle quelques petits secrets intimes, tels que son faible pour... François Fillon. «Je suis frappé par la beauté physique de cet homme-là», écrit-il à propos de l'ancien Premier ministre.

Laurent Wauquiez, «cet allumeur»...

On y apprend également que Laurent Wauquiez, ancien ministre du Budget et figure de proue de la jeune génération de l'UMP, a déjà testé «son pouvoir de séduction sur (lui)pour se distraire». «Cet allumeur de Laurent Wauquiez me fait passer un petit papier au conseil des ministres, raconte l'auteur. Il est assis en face de moi. Il a écrit : "Pourquoi tu me regardes avec cet air langoureux ?" Il doit s'ennuyer». Et cela semble marcher : «C'est effectivement un beau gars dans le genre qu'on regarde dans les vestiaires après un match de foot et à qui on parle de filles en pensant éventuellement à autre chose», avoue l'ex-locataire de la rue de Valois.

Celui qui fut également directeur de la Villa Médicis à Rome (Italie) a rarement été avare en confessions de ce genre. En mai 2012, dans un entretien accordé à France Culture dans son bureau au soir de son exercice ministériel, il commentait : «Tiens voilà Manuel Valls et son physique de beau ténébreux, il est beau gosse Manuel Valls».

Pas de vie amoureuse rue de Valois

Dans cette interview, l'ex-ministre reconverti au journalisme culturel sur France Inter faisait aussi part de «l'absence totale de toute vie amoureuse» qui découlait de sa fonction. «Compte tenu de mes caractéristiques (son homosexualité et son libertinage, ndlr), je ne voulais pas imposer cela à mes officiers de sécurité», avait-t-il expliqué. Et d'ajouter : «Je n'ai pas de liaison régulière (…) Ca n'aurait pu être que des aventures... Je ne peux pas les avoir chez moi parce que j'ai mon fils (adoptif) et je ne veux pas lui imposer ça. Ça peut difficilement se passer au ministère». Il avait néanmoins admis avoir eu «trois ou quatre petites escarmouches, mais vraiment très clandestines», mais ce n'était «pas satisfaisant». Cet «univers «aseptisé, rude, presque asexué» est très bien retranscrite dans «La récréation», note le Point.

Dans un tout autre registre, Frédéric Mitterrand avait livré des détails sur son intimité dans «La Mauvaise vie», livre autobiographique publié en 2005. Il y relatait notamment ses amours tarifées avec des «garçons» au cours de ses voyages en Thaïlande. Des passages sulfureux dont le Front national s'était servi quatre ans plus tard pour décrédibiliser le ministre fraîchement nommé, en lui demandant de démissionner «par respect de la morale et des principes républicains».

 

02:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Le président du Congrès juif mondial a demandé à la Grèce d’interdire Aube dorée

 

Dans un article du 9 octobre 2013, Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial, avoue avoir personnellement exigé des autorités grecques la répression contre le parti Aube dorée. Il réclame désormais la fin du Jobbik en Hongrie, dont il demande la dissolution avant les prochaines élections.

« En tant que président du Congrès juif mondial, j’ai voyagé en Grèce en mars et en Hongrie en mai pour demander à ces nations de sévir contre leurs partis extrémistes avec des mesures fortes, incluant une législation punissant les discours de haine.

En mars, Antonis Samaras a été le premier Premier ministre grec en exercice en 100 ans à visiter une synagogue, se joignant à la communauté juive lors de la commémoration à Thessalonique du 70e anniversaire de la déportation de 48 000 juifs vers les camps de,la mort nazis. Il a solennellement promis que lui et son gouvernement seraient “complètement intolérants à l’égard de la violence et du racisme”.

Dans mon discours et durant mes rencontres avec Samaras, j’ai dit clairement que l’Aube dorée devait être réduite [curtailed]. Le Congrès juif mondial a demandé à la Grèce d’envisager d’interdire le parti. »

Dans ce même article, Ronald Lauder exprime la même animosité à l’égard du parti Jobbik de Hongrie, faisant pression sur les autorités hongroises pour l’interdire.

« Comme en Grèce, les Juifs de Hongrie sont consternés parce qui se passe dans leur pays et demandent des sanctions contre les extrémistes. L’année prochaine, des élections se tiendront en Hongrie. D’ici là, il est encore temps de s’assurer que les semeurs de haine du Jobbik soient expulsés du Parlement. Comme en Grèce, cela requiert courage et détermination. Tous les démocrates doivent agir avec audace contre les personnes qui constituent une menace pour la démocratie elle-même. »

Le 6 février 2013, Ronald Lauder a été décoré de la Légion d’honneur par François Hollande, qui a salué l’« homme de paix, de culture et d’engagement [1] ».

Notes

02:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Qui est Ian Brossat, nouvel allié d’Anne Hidalgo aux municipales ?

 

Première sortie pour le PS et le PCF après le vote des militants du Parti communiste en faveur d’une liste commune...

Anne Hidalgo et Ian Brossat ont officialisé devant les photographes l’union de leur liste. La candidate PS à la mairie de Paris et le chef de file des communistes parisiens ont réuni la presse ce mardi matin, dans un café parisien en face de la mairie du 17e, pour une conférence de presse commune. L’accord PS/PCF, c’était d’ailleurs le premier sujet à évacuer pour parler programme. « En 2001 et en 2008, nous étions ensemble. Nous avons créé une culture commune qui est le respect des différences et ce qui nous unit est l’intérêt des Parisiens », a vanté la candidate PS face à de nombreux médias. Pour Ian Brossat, l’exercice était un poil plus compliqué, surtout après que Jean-Luc Mélenchon a dénoncé cet accord PS/Front de gauche, jugeant avoir « le cœur en cendres » et se sentant trahi.

S’il y a eu accord, énonce Ian Brossat, c’est qu’il faut « tout faire pour battre la droite qui est opposée à tous les progrès sociaux » et parce qu’à Paris « nous menons une vraie politique de gauche » avec l’objectif de 30 % de logement sociaux, la gratuité des premiers mètres cubes d’eau par exemple. Mélenchon « devrait être heureux qu’un grand nombre de propositions du Front de gauche seront mises en œuvre dans les six ans à venir si on l’emporte », a ajouté le jeune élu communiste. Et presque de faire la leçon au leader du Front de gauche : « Quand on fait de la politique, c’est pour être utile. »

Lire la suite de l’article sur 20minutes.fr

  

Lu dans Faits & Documents n°362 (15-30 septembre 2013) :

Patron du groupe communiste au Conseil de Paris, l’ambitieux Ian Brossat a « épousé » durant l’été, à la mairie du XVIIème arrondissement de Paris, son compagnon, Brice, un professeur de mathématiques dans un lycée de la capitale.

Brossat est le petit-fils du physicien israélien Marcus Klingberg, condamné à 20 ans de prison par la justice israélienne pour espionnage au profit de l’Union soviétique.

E&R

02:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Affaire Priebke : quand les autorités romaines rampent…

 

Les belles âmes se sont indignées que la Fsspx (Fraternite Sacerdotale Saint-Pie X) consente à donner des funérailles ecclésiastiques privées au criminel de guerre Priebke.

Certains ont même affirmé qu’un tel geste invalidait à lui seul les critiques que la Fsspx adresse à l’actuel pape, sans que l’on saisisse bien le rapport. Mais peut-être faut-il comprendre que le Christ s’est donné en sacrifice pour le salut de tous les pécheurs à l’exception des nazis. Dans cette nouvelle conception du catholicisme, un certain type de péchés ne peut obtenir le pardon et la miséricorde de Dieu.

D’autres, comme le théologien italien Mgr Bruno Forte, évêque de Chieti, prétendent désormais que la contestation de la Shoah exclut tout simplement de la communion avec l’Eglise : « L’Eglise annonce le primat de la miséricorde de Dieu à laquelle tous sont confiés », mais, précise-t-il « célébrer les funérailles voudrait dire que cet homme, bien qu’étant un pécheur, était en communion avec l’Eglise. Et cela n’aurait pas de sens, ce serait une ambiguïté inadmissible : comment pourrait-on considérer en communion avec l’Eglise quelqu’un qui jusqu’au bout a nié la Shoah obstinément ? Priebke ne voulait pas être en communion dans la condamnation sans appel, répétée dans l’enseignement catholique, de la Shoah comme mal absolu, radical ».

A bien le comprendre, la Shoah serait donc devenu un nouveau dogme de la foi catholique.

Les autorités romaines se sont naturellement empressées de refuser des funérailles ecclésiastiques à Priebke, trop heureuses de pouvoir une fois de plus témoigner de leur alignement sur les exigences du monde et de nos « Pères dans la foi » (expression de Benoît XVI désignant les talmudistes).

Depuis le grand virage de Vatican II, leur incapacité à assumer l’enseignement traditionnel de l’Eglise relatif au judaïsme talmudique croît d’année en année.

Ramper toujours plus ostensiblement aux pieds de ses desiderata semble leur être devenu une forme de seconde nature. C’est ainsi que Jean Paul II, qui a glissé son petit billet dans le mur des Lamentations, sera canonisé en tout hâte alors que la canonisation de Pie XII, l’affreux « pape du silence », est repoussée aux calendes.

Je connais assez bien les autorités de la Fsspx pour être certain que si Priebke n’était pas mort dans le repentir, jamais elles n’auraient écrit qu’il était mort « réconcilié avec Dieu et avec l’Église » et n’auraient consenti à ce qu’il reçoive des funérailles ecclésiastiques.

Le vrai scandale de toute cette affaire ce n’est donc pas que la Fsspx ait été fidèle à la raison même de l’existence de l’Eglise, l’assistance aux pécheurs pour les soutenir dans leur marche vers le salut au moyen de ses rites, de ses sacrements et de son enseignement, mais que les autorités romaines ne soient plus mues par la charité par soumission à la vulgate moderne.

E&R

02:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Taubira et les singes - La caricature, une tradition

http://ripostelaique.com/taubira-et-les-singes-pour-la-ga...

 A lire!

Nombreuses illustrations

02:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Marine Le Pen sur le droit du sol et la nationalité française - BFMTV

01:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Florian Philippot sur RFI


Florian Philippot par rfi

01:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Museler et endormir les «primates» du FN…

 23 octobre 2013  

anti fn bis

C’est un fait acquis, les socialistes sont très largement soudés quand il s’agit de voter les textes gouvernementaux accablant chaque jour davantage les Français de taxes,  d’impôts, de plébisciter la politique de Manuel Valls de naturalisations massives et de poursuite  de l’immigration  non européenne. Mais c’est à la fois la très anecdotique mais très symbolique et  pitoyable affaire Léonarda qui a révélé de nouveau les cafouillages gouvernementaux. Et surtout  l’étendue du désarroi d’un PS tiraillé entre son tropisme cosmopolite antinational,  clientélo-communautariste,   et les vœux d’une majorité de nos compatriotes qui ne diffèrent guère de  ceux des électeurs de gauche. Des Français qui tapés au portefeuille, dépossédés de leur souveraineté et de leur identité par  une politique euromondialiste néo- sarkozyste, ont soif de protections nationales.

 MM.  Hollande et Ayrault veulent museler les critiques émanant de l’aile gauche du PS  sur la réforme des retraites (17 députés PS se sont abstenus lors du vote à l’assemblée), le budget, le dossier Rom  en expliquant que l’étalage des divisions à six mois des élections est électoralement catastrophique.

 Pas facile.  À la sortie de la réunion de recadrage  des députés PS présidée par le premier ministre rapporte Le Figaro  «Ayrault n’a pas convaincu tout le monde. En ce moment, le pouvoir, c’est Cruchot (Louis de Funès dans Le Gendarme de Saint-Tropez) et la 7e compagnie!», s’agace (un député). Dès le matin, devant les ténors de la majorité réunis à Matignon, Ayrault avait demandé de faire bloc et ciblé (…)  Harlem Désir.(…) . Devant les députés PS, Bruno Le Roux a tenté de passer la parole à Harlem Désir, qui ne l’a pas prise, alors qu’ont fusé des non, non! des rangs socialistes. »

 Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir est en effet sur la sellette. Ce dernier a atteint  a depuis longtemps atteint son seuil d’incompétence à la tête du parti  de l’aveu même de beaucoup de socialistes qui entendent se saisir de sa charge anti Valls au sujet de Léonarda pour l’éjecter. A moins que l’ex responsable de SOS racisme ne  se saisisse de ce différent  avec M. Valls pour claquer la porte avec les honneurs  avant d’être débarqué.

 Ce vent de panique souffle symétriquement  à  l’UMP. Sur France 2,  la semaine dernière, Jean-François Copé expliquait que le programme du FN « parti extrémiste »,  est « absurde » ; puis il ya deux jours, il affirmait que le FN copiait le programme  de l’UMP…avant de reprendre à son compte mardi, de manière très floue, une mesure phare défendue historiquement par le Front National depuis toujours, à savoir la remise en cause du droit  du sol !

 Une fusée lancée par le député UMP  Valérie Boyer en août dernier qui, croyant citer Montesquieu mais reprenant une formule d’ Alain Sanders et de Jean-Marie Le Pen  (avant de s’en excuser platement) ,  avait tweeté  que «  Le droit du sol est l’absurdité qui consiste à dire qu’un cheval est une vache parce qu’il est né dans une étable. »

 Hier sur France Inter,  M. Copé, sur les bons conseils de Guillaume Peltier du courant dut de « la droite forte »,  a donc voulu surfer sur la pathétique affaire Léonarda et a  dragué lourdement l’électorat frontiste. Il a ainsi fait mine   de s’interroger: « Est-il normal qu’un enfant né de parents clandestins devienne automatiquement Français ? ». Le « droit du sol » fait partie « de nos totems, de nos tabous » a-t-il dit. Copé en pleine confusion freudienne, à  l’évidence !

 « Il faut qu’on arrête d’être l’un des pays les plus attractifs pour les immigrés » a poursuivi M. Copé, ajoutant qu’il fallait (se) poser « un certain nombre de questions sur l’accès au RSA. » Histoire d’ajouter à la confusion, le député filloniste Jérôme Chartier a pourtant  assuré quelques minutes plus tard qu’à l’UMP  «personne ne remet(tait) en cause le droit du sol»…

 Bruno Gollnisch, comme Marion Maréchal et Florian Philippot  l’ont aussi souligné, ne peut que constater la stratégie d’enfumage d’une UMP qui majoritaire à l’Assemblée et  au Sénat  de 2002 à 2012, n’a rien fait pour stopper une immigration qui a atteint  des niveaux records sous la présidence de Sarkzozy.

 Le chef de file des élus  socialistes à l’Assemblée ,  le député de Seine-Saint-Denis Bruno Le Roux,  a constaté l’évidence en déclarant que la saillie de M. Copé est   « une espèce de pétard lancé par l’UMP sur un sujet dont ils se sont bien gardé, dans les années où ils étaient au pouvoir, de le débattre ». « Est-ce que Jean-François Copé a fait ces propositions il y a deux ans quand il pouvait le faire? (…) . Je pense que l’UMP est dans une spirale totalement folle à vouloir mettre en œuvre des débats qui ne profitent qu’au Front National ».

 Au-delà des échecs patents de politiques menées depuis des décennies par  l’UMPS,    le vote FN se  nourrit de nombreux autres  facteurs, note de  son côté dans Marianne Marc Crapez,  chercheur en science politique à Sophiapol.

 Les  partis du Système sont   décrédibilisés   aussi par « la guerre des chefs », « les promesses non tenues »,  « la multiplication des affaires odieuses (Woerth, Cahuzac, DSK, Sarkozy, Balkany… j’en passe ». Tout aussi ravageur sont   l’arrogance, le dédain, le « paternalisme » des « élites consanguines »  vis-à-vis des Français perçus come de attardés, des « irresponsables » lorsqu’ils  réclament une politique légitime de défense de la France et des Français d’abord   de la  part  de l’Etat.

 Et M. Crapez d’évoquer aussi ce scandale : « pourquoi les écologistes ou les communistes, qui pèsent à peine plus de 2% chacun, ont-ils plus d’élus que le FN, qui atteint presque 20% ? (…).  Les gens ne le comprennent plus et ne l’admettent pas. Il faut donc remédier à ce sentiment d’iniquité en introduisant une dose de proportionnelle pour faire une place au FN. En démocratie, il faut que (presque) chaque voix compte. Le jeu démocratique ne peut demeurer durablement faussé. »

  Les  « gens » ne supportent pas non plus les indignations sélectives de la caste. Il ya  certes une certaine logique à ce que des officines anti FN comme la   LICRA et le  MRAP aient manifesté,  sous couvert de lutte contre le racisme, leur soutien à Christiane Taubira,   en proposant de poursuivre l’ex candidate FN Anne-Sophie Leclère devant les tribunaux.

 Mais force est de constater que nos grandes consciences sont restées en revanche totalement  muettes lorsque  le député UMP Jean-Claude Goasguen  affirmait que « le FN est un parti de primates. »  Elles  ont gardé le même mutisme quand Alain Bousquet, un des responsables du Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon   en Gironde, conseiller municipal de Villeneuve d’Ornon,  a  écrit en mai dernier sur son blog qu’il fallait « briser les os » de Marine Le Pen ,  la comparant à une « truie ».

 Rien d’étonnant peut-être de la part de vertueux républicains célébrant les mannes du calamiteux homme de gauche  Léon Blum qui  déclarait qu’il était du devoir des «races supérieures   d’imposer la civilisation aux autres races ». Dans le rôle de la race inférieure  à rééduquer souligne Bruno Gollnisch,  nos « élites consanguines » ont aujourd’hui la tentation d’englober tous les Français qui ne pensent pas dans les clous et refusent le monde gris du mondialisme, sans racines  ni autres repères que celui d’un matérialisme triomphant et délétère.

 

Bruno Gollnisch

01:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Franck Margain rappelle au communiste Ian Brossat que le Sacré-Coeur est inscrit à l'UNESCO

21 octobre 2013

http://fr.wikipedia.org/wiki/Basilique_du_Sacr%C3%A9-C%C5...

 Franck Margain, Conseiller régional Ile-de-France, revient sur la propositions de Ian Brossat de “remplacer” le Sacré-Coeur :

“L’alliance des communistes et de Madame Hidalgo est décidément porteuse d'idées nouvelles qui répondent au besoin des Parisiens ! Ian Brossat veut remplacer le Sacré Coeur par un “espace de solidarité” : M. Brossat est-il déjà entré dans ce lieu, ou son anticléricalisme épidermique ne lui a t-il jamais permis de le faire ? Le Sacré-Coeur fait partie des monuments les plus visités et est inscrit au patrimoine mondial de l‘UNESCO. Sa mission, l’atmosphère qui y règne participent grandement à son attractivité. D’ailleurs, ce monument, ouvert à tous, permet de profiter de magnifiques richesses culturelles et de trouver des temps de repos et de paix : n’est-il pas déjà un espace de solidarité ? Les églises ne sont-elles pas des lieux les plus accueillants pour les sans-abris, les prostituées, les personnes en difficulté ? Combien de cryptes sont ouvertes en hiver pour qu’elles ne restent pas dehors la nuit, combien de repas chauds sont servis dans les paroisses par des bénévoles ? Les Parisiens sont aujourd'hui dans l'insécurité, ils se battent contre le chômage, ils sont inquiets pour leur famille, ils souffrent de solitude ; ils veulent retrouver un vivre ensemble, ils ne demandent pas que la municipalité détruise leurs églises.

En terme de solidarité, le diocèse n’a pas de leçons à recevoir de M. Brossat et je lui recommande de transformer le siège du Parti Communiste à Paris en lieu d’accueil et d’ouverture à l’autre. Son mépris des croyants, sa stigmatisation d'une partie des Parisiens ne font qu'accentuer le refus de la différence, la fermeture et l'intolérance, valeurs à combattre particulièrement en cette période de crise économique et morale. M. Brossat et ses amis de gauche veulent éradiquer une part de notre culture et notre histoire, ils s’attaquent à des lieux symboliques et heurtent ainsi toute une partie de la population parisienne qui voit dans l'héritage chrétien l’un des fondements de la solidarité de notre Nation. Une telle attitude aura des conséquences désastreuses pour les Parisiens, pour notre capitale, pour la cohésion sociale. J’appelle les Parisiens à refuser d’être représentés par des personnes sectaires, intolérantes, qui refusent d'assumer les racines de notre pays et en particulier celles de Paris."

 Michel Janva

 Le Salon Beige

 

 

00:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

23/10/2013

Droit du sol, droit du sang: comment fon t les autres pays développés ?

Atlantico : L’affaire Leonarda a paradoxalement réveillé parmi d’autres questions autour de l’immigration et du droit qui la régit en France et en Europe, celle du droit du sol et d droit du sang. Comment se définissent ces deux concepts ? Sont-ils opposés et/ou complémentaires ?

Maxime Tandonnet : Dans la tradition française, ils sont complémentaires. Le droit du sang bénéficie dès la naissance à toute personne dont l’un des deux parents au moins est français. Le droit du sol est plus compliqué. Il s’applique grosso modo à une personne née en France et y ayant résidé 5 ans, soit par déclaration anticipée à l’âge de 16 ans, ou de 13 ans avec l’accord des parents, soit automatiquement à la majorité de 18 ans. 30 000 jeunes obtiennent chaque année la nationalité française par ce biais.

Quelles sont en France les pratiques quant à l’attribution de la nationalité française ? Parmi ces pratiques, certaines sont-elles typiquement françaises, et si oui comment l’expliquer ?

L’acquisition de la nationalité française s’effectue pour l’essentiel par la naturalisation, sans rapport avec le droit du sol, et qui bénéficie chaque année à environ 80 000 personnes en moyenne avec des écarts d’une année sur l’autre. Cette forme d’acquisition de la nationalité s’obtient par décision du gouvernement. Le décret de naturalisation est conditionné à certains critères : 5 ans de résidence légale, assimilation, connaissance du français, respect de l’ordre public, absence de commission d’infraction grave. Ensuite, le gouvernement est à peu près libre de l’accorder ou non. La troisième manière d’acquérir la nationalité française pour un étranger – après le droit du sol et la naturalisation –  est par mariage avec un Français (30 000 par an).

Qu’en est-il chez nos voisins européens et américains ?

Aux Etats-Unis coexistent comme en France le droit du sang et le droit du sol. Les Etats-Unis, comme la France, ont aussi une pratique étendue des naturalisations soumises à différentes conditions : 5 ans de statut de résident permanent, connaissance de l’anglais et de l’histoire et des institutions américaines. Le système allemand se distingue des deux précédents par le fait qu’il s’est longtemps limité au droit du sang. Depuis 2000, il s’est ouvert partiellement au droit du sol : peut devenir allemand une personne de nationalité étrangère née en Allemagne dont l’un parent est aussi né en Allemagne. Enfin, la procédure de naturalisation est soumise à un test de connaissance de langue et de civilisation allemande.

A quoi sont dues ces variations dans les pratiques ? Que disent-elles du rapport des pays à leur immigration et de leur image d’eux-mêmes ?

Les modes d’acquisition de la nationalité sont profondément liés à la conception que la nation a d’elle-même. Le poids de la naturalisation en France exprime l’image du contrat social : on devient national par un accord de volonté entre l’Etat et le ressortissant étranger. Le droit du sol aux Etats-Unis  correspond à un pays qui s’est constitué par des vagues successives d’immigration. En Allemagne, l’importance classique du droit du sang et la limitation des autres formes d’acquisition de la nationalité reflète la conception d’une souche d’origine d’où sont censés être issus les Allemands, mais comme on l’a dit, cette sensibilité a beaucoup évolué depuis 25 ans dans le sens de l’ouverture.

 


Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/droit-sol-droit-sang-q...

23:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO - Grèce: "Maria" forcée à danser dans un camp de Roms (septembre 2013)

atlantico-yahoo-877834.jpg

 

De nombreuses spéculations entourent le sort de cette petite fille retrouvée dans un camp rom de Farsala, dans le centre de la Grèce. A tel point qu'une enquête internationale a été lancée par Interpol. La fillette apparaît sur certains clichés diffusés par la police vêtue d'un jogging froissé, fines nattes dans une coiffure désordonnée. Sur une autre photo, chevelure peignée, elle esquisse un léger sourire. Au sein de sa famille rom, elle s'appelait "Maria", selon Kostas Giannopoulos, président de l'organisation caritative "Le sourire de l'enfant", à laquelle elle a été confiée.

Les autorités grecques l'ont découverte mercredi lors d'une perquisition de routine dans un camp de Roms de la ville de Farsala où la fillette se trouvait au domicile du couple qui s'est révélé, après examens ADN, n'avoir aucun lien de parenté avec elle. Ce sont ses caractéristiques physiques qui ont attiré l'attention de la police, alors qu'elle jouait parmi quatre autres enfants au teint mat dans le préfabriqué où loge la famille, raconte le quotidien grec Ethnos.

Mais à en croire le Daily Mail, la petite fille ne faisait pas que jouer au sein du camp. Selon le journal, la fillette était forcée à danser afin de ramener de l'argent. Une vidéo, tournée il y a trois semaines, montre en effet la petite Maria en train de se trémousser le teint pâle, les yeux hagards. Toujours selon le Daily Mail, la fillette aurait déclaré à la police être traitée comme un "ours" et être forcée de mendier. Depuis, le couple chez qui Maria a été retrouvée a été arrêté pour enlèvement. Il doit comparaître ce lundi devant la justice.

 

 

"Il n'y a eu aucun enlèvement, aucun vol, aucun trafic. Ils n'ont pas acheté l'enfant", a certifié  Me Konstantinos Katsavos l'avocat de ce couple. "Il s'agit d'une femme qui ne pouvait pas élever cet enfant et qui par l'intermédiaire d'une tierce personne l'a confiée au couple en 2009 peu après sa naissance", a affirmé sa consœur Me Marietta Palavra. Cette femme, de nationalité "étrangère" ont ajouté les avocats sans plus de précision, est actuellement recherchée par les autorités grecques pour confirmer la version du couple interpellé.Toujours selon le Daily Mail, plus de 8 000 appels dont huit qualifiés de "prometteurs" ont été reçus par les forces de l'ordre. Les plus intéressants proviennent des Etats-Unis (4), un de France, un de Pologne, un de Suède ou encore du Canada.

Mais ce qui intrigue le plus les forces de l'ordre grecques, c'est que le couple a donné plusieurs version sur la provenance de la fillette. Après avoir expliqué qu'elle était née d'un père canadien, rencontré en Crète par la femme de 40 ans, ils ont affirmé l'avoir trouvée abandonnée à l'extérieur d'un supermarché puis, dans une autre version, qu'il l'avait obtenue par sa mère, une Bulgare, explique ainsi la presse grecque. Selon la police, le couple rom a berné la mairie d'Athènes en la faisant inscrire à son nom sur les registres d'état-civil.

 

Lu sur le Daily Mail


Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/grece-qui-est-ange-blond-...

Atlantico

Yahoo!Actualités - 23/10/13

23:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Leonarda: sa soeur prête à l'accueillir

Si elle le souhaite, la jeune Leonarda pourrait être accueillie par sa soeur aînée vivant dans le département de la Meuse en situation régulière, révèle Le Point.fr.

La plus âgée des filles Dibrani, Emina, vit à Contrisson, un petit village de la Meuse, au sein d'une famille de réfugiés kosovars, les Azjavi. Elle pourrait accueillir Leonarda si elle choisit de revenir en France pour sa scolarité.

Les Azjavi sont arrivés en France en 2002, ont obtenu un titre de séjour en 2003. Ils sont installés dans le village depuis 2006. Les Azjavi y sont bien acceptés.

"Nous sommes en situation régulière depuis plus de dix ans. On veut vivre tranquilles. Ce qui arrive à la famille Dibrani est injuste", affirment le compagnon d'Emina dont elle a un enfant et le père de celui-ci au Point.fr. La famille Azjavi est prête à accueillir la jeune fille si elle le souhaitait, même si elle estime que Leonarda ne veut pas se séparer de sa propre famille.

De son côté, la préfète a cependant affirmé qu'une venue de Leonarda n'est "abolument pas à l'ordre du jour. Ce dossier est géré directement par le ministère de l'Intérieur. Rien n'est envisagé. De toute façon, il faudrait que Leonarda fasse une demande officielle à l'ambassade de France avec une autorisation parentale." Ce qu'a confirmé Christian Namy, président UDI du conseil général de la Meuse, ajoutant qu'il n'a pas été sollicité.

LE FIGARO - 23/10/13

21:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Honneur à nos soldats morts pour la France

Communiqué de Presse du Front National

Aujourd’hui 23 octobre la France commémore le trentième anniversaire de l’attentat de Beyrouth du poste « Drakkar », attentat à l’occasion duquel 58 soldats français perdirent la vie, issus du 1er et du 9ème RCP.

C’est avec émotion que nous nous souvenons du sacrifice de nos parachutistes français venus contribuer à la pacification du Liban. Rappelons nous aussi que l’engagement de la France dans cette mission avait pour but de préserver l’indépendance et l’unité d’un Liban menacées et en proie à la guerre civile.

Au moment où les moyens de notre défense sont menacés et où notre mémoire nationale s’étiole, rendons hommages à ces soldats morts pour la France.

21:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Fabrice Luchini aurait aimé avoir la force d'être gauche...

01:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Les Dibrani, une famille très aidée par la France

PHOcba334e6-3b0a-11e3-b70d-90520301a7cb-805x453.jpg

A Mitrovica

 

Arrivée dans le courant de l'année 2009, la famille Dibrani a bénéficié d'un certain nombre d'aides et de prises en charge par plusieurs structures. Jusqu'à leur départ de France qui aurait coûté près de 12.000 euros.

 
 

Elle ne sait plus si elle veut rentrer ou pas. Sollicitée de toute part, la trop jeune Leonarda Dibrani, très suivie par les médias français, «hésite à revenir seule» quand elle s'exprime devant les télévisions, ne le souhaite pas sans sa famille quand elle parle au «Figaro». Une chose est certaine, la famille Dibrani, arrivée dans le courant de l'année 2009, a vécu dans une grande précarité mais a aussi bénéficié rapidement et jusqu'au bout de l'aide de la France.

À Orléans, où elle débarque, la famille vit sous les ponts quelques mois avant de se retrouver à Besançon, pour survivre dans les mêmes conditions. C'est en septembre 2009 qu'elle est prise en charge par le centre d'accueil des demandeurs d'asile (Cada), qui se chargera de lui trouver un logement provisoire à Levier et de scolariser les enfants.

311 euros par mois pour un couple

Les Dibrani bénéficieront alors de l'allocation mensuelle de subsistance à laquelle ont droit tous les demandeurs d'asile. Une somme forfaitaire de base de 311 euros par mois pour un couple, pondérée par le nombre d'enfants à charge. S'est aussi ajoutée la Couverture maladie universelle (CMU). Aidée, logée, la famille bénéficiera de ce soutien tout au long de ses demandes d'asile, celle auprès de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), puis auprès de la Cour nationale du droit d'asile, qui la déboutera une première fois le 31 janvier 2011.

C'est à l'issue de ce premier recours que le Cada aurait dû cesser intégralement d'aider les Dibrani. Ce qu'il ne fera pas complètement. Humanité oblige. En effet, le Cada laisse à la famille la jouissance du logement et transfère le dossier d'allocation au Conseil général, qui continuera alors de lui verser 350 euros par mois et veillera au renouvellement tous les quatre mois de la précieuse CMU.

Les associations, à commencer par le Comité de soutien des sans-papiers, prennent également le relais. C'est le Comité qui paiera l'aide juridictionnelle pour le deuxième recours, mais aussi le voyage aller-retour pour l'audience à Paris ; tout comme la prise en charge régulière des courses alimentaires, des cartes de téléphone et du tabac pour Resat Dibrani. «Et il fumait beaucoup…», se rappelle un bénévole.

Une offre de prime au départ refusée par la famille

La mairie de Levier ne sera pas en reste. Les services sociaux de la petite municipalité accorderont à plusieurs reprises des chèques de 60 à 70 euros pour le ravitaillement au supermarché. Ce système va perdurer au-delà d'avril 2012, date à laquelle le second recours devant la Cour nationale du droit d'asile échoue. Et ce jusqu'à ce que la préfecture du Doubs, qui a toujours eu un œil sur le dossier, ne se résolve à adresser une obligation de quitter le territoire français (OQTF).

Entre avril 2012 et août 2013, les services de l'Office français d'immigration et d'intégration tenteront de convaincre la famille de retourner au Kosovo, moyennant une prime au départ. Des pourparlers financiers s'engagent pour une aide au retour de 8500 euros dans un premier temps puis, devant le refus du père de famille, 10.000 euros seront encore proposés. Peine perdue. Entre-temps, la plainte des jeunes filles contre leur père pour violence a mobilisé la justice, mais aussi et surtout des assistantes sociales qui, au cours du premier semestre 2013, ont visité la famille tous les mois.

Enfin, le départ de la famille a bien sûr eu un coût. Ne serait-ce qu'en frais de voyage. Selon le ministère de l'Intérieur, ces derniers se sont élevés, entre les escortes policières et les billets d'avion, à 11.800 euros. Mais selon la Cour des comptes et les divers rapports parlementaires, le coût total et moyen d'une expulsion serait de 14.500 euros. Et de 18.000 euros si l'on intègre le coût des recours.

LE FIGARO - 22/10/13

00:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

22/10/2013

Rapport Estrela - Victoire pour la dignité humaine et les droits des parents au Parlement européen

topic.jpg

Ce mardi 22 octobre, le Parlement européen s'est prononcé sur la question de la dignité humaine, en votant le renvoi en commission parlementaire de la proposition de "résolution sur la santé et les droits sexuels et génésiques" présentée par Edite Estrela, député européen du Portugal.

C'est une victoire « pour la vie, la liberté de conscience et les droits des parents », se félicite Grégor Puppinck, Directeur de l’ECLJ et Président de l’Initiative citoyenne européenne One of Us (Un de Nous). « Le rapport Estrela est à présent renvoyé en Commission, où il pourrait bien être « enterré » en raison de la fin prochaine de la législature. Il convient néanmoins de demeurer vigilant », affirme-t-il encore.

De son côté, la FAFCE (Fédération des Associations Familiales Catholiques en Europe) considère « le vote comme un pas, parmi beaucoup d'autres, dans la promotion de la dignité humaine ». La Fédération avait notamment révélé la présence, dans ce rapport Estrela, d'une promotion d'une éducation sexuelle comprenant, entre autres, la masturbation dite « de petite enfance », dès 0-4 ans. Une révélation qui a profondément choqué non seulement les familles mais également les députés européens qui ont voté pour le renvoi du texte proposé, dans un hémicycle très animé.

Nous publions ci-après le communiqué publié par la FAFCE à l'issue de ce vote :

« Les parents sont les premiers et principaux éducateurs de leurs enfants. Cela est également le cas lorsqu'il s'agit d'éducation affective et sexuelle. La proposition votée ce jour a permis de montrer combien ce principe est d'une importance fondamentale lorsqu'il s'agit de choisir le type d'éducation à donner aux enfants. Les recommandations de l'OMS promues par la résolution de Mme Estrela relèvent d'une vision de la sexualité qui est celle des lobbies, non pas celle des parents. Antoine 

Renard, Président de la Fédération européenne des Associations Familiales Catholiques en Europe (FAFCE) et de la Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques (CNAFC), s'en félicite:

« C'est un véritable combat d'idées ! Les familles demandent à l'Union européenne et ses États membres de respecter toutes les règles du droit communautaire: le principe de subsidiarité, la liberté de conscience, la reconnaissance des parents premiers et principaux éducateurs. Ceci en écoutant les citoyens et non pas les lobbies ».


La FAFCE considère le vote comme un pas, parmi beaucoup d'autres, dans la promotion de la dignité humaine. Mr Renard souligne que "Ce respect commence dès le début de chaque vie humaine. Le vote de ce jour concerne la dignité humaine à tous les stades de la vie, une question d'une actualité brûlante dans l'Union Européenne. 

L'initiative citoyenne "Un de Nous", première pétition européenne en faveur du respect de l'embryon humain officiellement autorisée par la Commission européenne, a déjà recueilli près de 1.4 million de signatures. Un signe que la dignité humaine est tout sauf une question banale pour les citoyens de l'UE. 
Cour européenne de justice a, en effet, déclaré pour droit, à l'initiative de Greenpeace, que l'embryon humain représente un stade précis du développement du corps humain dès le moment de la fécondation et qu'il est à ce titre protégé par la Charte des droits fondamentaux. Cette jurisprudence communautaire (arrêt C-34/10 "Greenpeace c. Brüstle"faveur de la protection de l'embryon humain doit être mise en œuvre dans toutes les politiques concernées."

L'action en faveur de la dignité humaine dans l'UE continue. Chaque signature de soutien compte pour augmenter la pression politique sur les gouvernements et les institutions européennes. La collecte de signatures continue sans relâche jusqu'au 31 octobre prochain, date de l'échéance officielle de l'Initiative citoyenne "Un de Nous" ».

aleteia - 22/10/13

21:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Bruno Gollnisch fait renvoyer le rapport Estrela en commission

Posté le 22 octobre 2013 à 19h56 | Lien permanent

 

Précisons que c'est la demande par Bruno Gollnisch d’un vote pour le renvoi du rapport Estrela en commission qui a obtenu une majorité des voix :

Michel Janva

Le Salon Beige

21:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Il était une fois...

Autrefois, c'était antan, jadis, l'ancien temps,

Celui des contes et des aïeux qui sont passés,

Le temps des fêtes païennes, chrétiennes, Noël,  Jour de l'An, Pâques et le 15 Août

Avant les beaux automnes roux...

Ce fut aussi naguère, l'avant-guerre, l'après-guerre...

Autrefois, maintenant, c'était hier, c'est aujourd'hui, le temps toujours plus vite qui s'enfuit,

Le temps n'est plus chez lui chez nous.

 

Gaëlle MANN

 

 

 

20:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Florian Philippot sur I>TELE - On ne va pas se mentir

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

20:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)