Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 932

  • Seine-et-Marne: démangeaisons en série après avoir transporté des colis chinois

     images.jpg drapeau chine.jpg

    Des employés du géant de la logistique Kuehne-Nagel travaillant dans un entrepôt de Lieusaint (Seine-et-Marne) se plaignent de démangeaisons et de plaques rouges après avoir transporté des colis provenant de Chine. 

    Trois d’entre eux ont dû être conduits à l’hôpital de Melun. Ce vendredi matin, neuf autres employés du site se sont plaints de démangeaisons du même type.

    La piste d'un produit biocide asiatique

    Des policiers du commissariat de Moissy-Cramayel qui ont manipulé les échantillons de cartons contenant des téléphones portables sont aussi touchés. Une cellule de a été mise en place.

    D’après la préfecture, les symptômes constatés sur les employés laissent penser «qu’il pourrait s’agir d’une réaction causée par un type de biocide (NDLR : produit destiné à détruire, repousser ou rendre inoffensifs les organismes nuisibles) utilisé dans certains pays asiatiques comme produit de conditionnement». Ces substances sont susceptibles d’entraîner des crises d’urticaires fortes et durables.

    Le Parisien - 21/08/13

  • L'UMP est vraiment à cours d'imagination !

     L'UMP  lance le Rassemblement Bleu Lavande avec pour objet :

    "promouvoir les valeurs et idéaux du Gaullisme, défendus par le député de la cinquième circonscription de Vaucluse".

    J'ai eu du mal à le croire, mais c'est confirmé au JO...

    Lahire

    Le Salon Beige - 21/06/13

  • Manif pour Nicolas au Panthéon : "La vérité est avec nous et la vérité rend libre"

    21 juin 2013 - Le Salon Beige

     

    N2Ainsi s'exprime en direct et devant une foule immmense la mère de Nicolas qui lance un appel au calme avec une dignité qui invite à l'admiration (lire ici la lettre des parents de Nicolas).

    Avant c'était maître Gruau qui avait la parole :

    "Il a été coursé par les forces de police sans raison (...)

    3 jours et 3 nuits avant d'être jugé pour rien. On commence à être habitué (...)

    Il a été purement et simplement mis en prison. Nous avons fait une demande de liberté en appel".

    Auparavant, c'était M Legaret qui prononça un discours : 

    "La France est un pays de liberté, liberté qui a été conquise parfois au prix de la vie de nos ancêtres (...)

    Aujourd'hui, Nicolas est victime d'une lettre de cachet (...)

    On a gardé à vue des étudiants, des Marianne. Aujourd'hui, on a embastillé Nicolas".

    N11
    N3

    N15

    N25

  • Un Juif abattu par erreur au Mur des Lamentations à Jérusalem

     

    le Vendredi 21 Juin 2013 à 08:41 mis à jour à 11:41
    Par Antoine Krempf

    Un Juif a été abattu ce vendredi matin après avoir crié Allah Akbar près du Mur des Lamentations © Reuters - Nir Elias

    Un garde du Mur des Lamentations, lieu sacré du judaïsme en Israël, a tiré à plusieurs reprises sur un visiteur juif vendredi matin. Il le soupçonnait d'être un activiste palestinien après l'avoir entendu dire "Allah Akbar". La police n'aurait rien trouvé de suspect sur la victime.

    La victime, présentée comme un juif de 46 ans, aurait crié "Allah Akbar" (Dieu est le plus grand) alors qu'il se trouvait dans des toilettes proches du Mur des Lamentations à Jérusalem. "Un garde de sécurité a pensé qu'il était en train de retirer quelque chose de sa poche. Il a dégainé son arme et tiré à plusieurs reprises sur le suspect, qui est décédé de ses blessures", a expliqué le porte-parole de la police. Les autorités n'ont rien découvert de suspect sur le corps de la victime.

    Plusieurs centaines de témoins ont assisté à la scène peu avant 8 h vendredi matin. Les fidèles étaient réunis auprès du Mur des Lamentations pour la prière du matin à la veille du shabat. Le lieu le plus sacré du judaïsme se trouve en contrebas de l'Esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam.

     

    FRANCE 24

  • A Lourdes, le "bon mot" déplacé de Hollande...

    La_blague_Lourdes_de_Fran_ois-b2d2ef192b7772e54fe024d1c48d028c.jpg Hollande à Lourdes.jpg

    En visite dans la ville ravagée, le président de la République a fait un bon mot...

    Même à Lourdes, François Hollande n'a pas pu s'empêcher de faire un bon mot. Alors qu'il visitait la ville des Hautes-Pyrénées, très touchée par les inondations, le chef de l'Etat a discuté avec des dizaines d'habitants et des représentants des services de l'Etat. Empathique et à l'écoute, il a promis que les assurances devaient se mobiliser rapidement afin de sauver la saison touristique. Le président de la République a souligné que la ville, lieu de pèlerinage chrétien, était le «deuxième site hôtelier de France» après Paris.

    A l'écart, avec quelques commerçants

    Alors que la visite était retransmise en direct sur BFMTV, Hollande a pu converser un peu plus tranquillement avec des commerçants devant quelques journalistes de presse écrite et radio. Et le chef de l'Etat a alors sorti une petite blague rapportée par la journaliste de l'AFP. «La saison touristique est en croix, si je puis dire», a lâché Hollande. On ne sait pas comment a réagi l'assistance.

     

    — sylvie maligorne (@maligorne) June 20, 2013

    Yahoo!Actu - 21/06/13

  • Signez la pétition de soutien à Nicolas

     

    Prisonnier politique

    Nicolas, jeune opposant à la loi Taubira, a été condamné à deux mois de prison ferme et 1000€ d’amende pour “rébellion” ce que son avocat conteste, vidéo à l’appui. Le 16 juin 2013 lors d’une manifestation pacifique, il avait été chargé violemment, sans sommation d’usage par les forces de l’ordre puis interpellé dans un lieu privé sans qu’une infraction initiale ait été commise.
    Deux autres chefs d’inculpation lui sont reprochés : “identité mensongère” car il a donné le nom de famille de sa mère, et refus de se livrer à un prélèvement ADN.

    Il a immédiatement été écroué à la prison de Fleury-Mérogis.

    Détails :
    Récit complet par Me Pichon
    -
    Page Facebook “Prisonnier politique
    “-

    Page Facebook de soutien

    Au delà des clivages, soutenons Nicolas !

    Pour lui témoigner notre soutien et pour faire connaitre cette injustice au plus grand nombre,
    signez et faites signer cette pétition.

    Et pour aller plus loin dans le soutien :

    Ecrivez-lui pour le soutenir moralement.
    Participez à la collecte pour aider sa famille à assumer les frais auxquels ils devront faire face.

  • Danemark : Mohamed, violeur somalien de deux fillettes, ne sera pas expulsé "car il est bien intégré"

    Lire:  http://www.fdesouche.com/383888-danemark-mohamed-violeur-somalien-de-deux-fillettes-ne-sera-pas-expulse-car-il-est-bien-integre

     

    + VIDEO

  • Israël : le grand rabbin ashkénaze entendu par la police pour vol et corruption 20/06/2013

       

    Israël : le grand rabbin ashkénaze entendu par la police pour vol et corruption


     Le grand rabbin ashkénaze d'Israël, Yona Metzger, soupçonné notamment de corruption et de vol, a été interrogé jeudi, selon un communiqué de la police.

    Après plusieurs mois d'enquête impliquant trois autres suspects, la police a "perquisitionné le domicile et le bureau des suspects, y compris ceux du rabbin Metzger", saisissant "des documents, des ordinateurs et d'autres pièces", indique le texte.

    Le rabbin Metzger doit répondre de soupçons de "corruption, vol, abus de confiance et blanchiment d'argent", précise la police, ajoutant que les trois autres suspects comparaîtraient devant un tribunal près de Tel Aviv jeudi soir.

    Israël compte deux grands rabbins, un ashkénaze et un séfarade, qui gèrent notamment les tribunaux rabbiniques et la régulation de la kashrout, le code alimentaire prescrit aux croyants juifs. Yona Metzger a été élu grand rabbin ashkénaze en 2003 grâce au soutien d'ultra-orthodoxes au sein de l'institution.

    En 2005, la police avait recommandé l'ouverture de poursuites judiciaires contre lui, une première dans l'histoire du rabbinat d'Israël, dans le cadre d'une enquête concernant des faveurs personnelles dont il aurait bénéficié de la part de la direction d'un grand hôtel de Jérusalem.

    Le procureur général de l'Etat avait décidé de ne pas le poursuivre mais l'avait appelé à démissionner.

    Le mandat de Yona Metzger est presque arrivé à son terme et l'élection du nouveau grand rabbin ashkénaze est prévue le 24 juillet.

     

    ALTERINFO.NET - 20/06/13

     

       

  • Terribles images du sanctuaire de Lourdes dévasté par les eaux

    Publiée le 20 juin 2013

    Images prises jeudi matin 20 juin 2013 dans le sanctuaire de Lourdes. L'étendue des dégâts. Un spectacle de désolation après les inondations provoquées par la crue du Gave de Pau. Une vidéo de L. Jarneau pour TV Lourdes sur le site internet officiel du sanctuaire http://fr.lourdes-france.org

     

  • L'heure est à la solidarité pour tous


    Appel au coeur de Solidarité Pour Tous par actuclip

     

    Parce que l’argent est le nerf de la guerre, un clip tourné par des opposants à la loi Taubira fait appel aux dons pour payer les nombreux frais d’avocat. Solidarité pour tous se donne pour mission de payer les frais juridiques engagés en raison des arrestations policières.

    Il est également possible d’aider directement Nicolas via ce site dont Nouvelles de France s’est assuré qu’il est tenu par des proches de Nicolas parfaitement dignes de confiance.

    Lire aussi :
    > Anne-Laure Blanc : Solidarité pour Tous propose « une aide financière, juridique, morale et sociale » aux victimes de la répression policière

     

    Nouvelles de France - 20/06/13

    VN:F [1.9.22_1171]

     

  • Manifestation de soutien à Nicolas dimanche à 20 h place Dauphine

     

    mpt-ts.jpg affiche Nicolas.jpg

    http://www.ndf.fr/nos-breves/20-06-2013/manifestation-de-soutien-a-nicolas-dimanche-a-20h-place-dauphine

  • Hommage à Dominique Venner, par Alain de Benoist

    thumb.jpg Iliade.jpg

    Les raisons de vivre et les raisons de mourir sont bien souvent les mêmes. Tel était le cas indéniablement pour Dominique Venner dont le geste a cherché à mettre en accord profondément sa vie et sa mort. Il a choisi de mourir de la manière qui, disait‑il, constituait l’issue la plus honorable en certaines circonstances et en particulier lorsque les mots deviennent impuissants à décrire, à exprimer ce que l’on ressent. Dominique Venner est mort finalement comme il avait vécu, dans la même volonté, dans la même lucidité, et, ce qui frappe le plus tous ceux qui l’ont connu, c’est de voir à quel point toute sa trajectoire d’existence se situe dans une ligne à la fois claire et droite, une ligne parfaitement rectiligne d’une extrême droiture.

    L’honneur au-dessus de la vie

    Le geste accompli par Dominique Venner est évidemment un geste dicté par le sens de l’honneur, l’honneur au-dessus de la vie, et, même ceux qui pour des raisons personnelles ou autres réprouvent le suicide, même ceux qui contrairement à moi ne le trouvent pas admirable, doivent avoir du respect pour son geste, car on doit avoir du respect pour tout ce qui est accompli par sens de l’honneur.

    Homère déifié, à ses pieds deux allégories, l'Illiade et l'Odyssée, Ingres (1855) Le Louvre

    Homère déifié, à ses pieds deux allégories, l’Illiade et l’Odyssée, Ingres (1855) Le Louvre

    Je ne vous parlerai pas de politique. En juillet 1967, Dominique Venner avait définitivement rompu avec toute forme d’action politique. Il regardait, en observateur attentif, la vie politique et il faisait connaître, bien entendu, son sentiment. Mais je crois que l’essentiel pour lui était ailleurs, et beaucoup de choses qui ont été déjà été dites aujourd’hui le montrent à foison.

    Au‑dessus de tout, Dominique Venner plaçait l’éthique et cette considération première était déjà la sienne lorsqu’il était un jeune activiste. Elle est restée la sienne, lorsque peu à peu le jeune activiste s’est mué en historien, en historien méditatif, comme il le disait. Si Dominique Venner s’intéressait tellement aux textes homériques dans lesquels il voyait les textes fondateurs de la grande tradition immémoriale européenne, c’est que l’Iliade et l’Odyssée, c’est d’abord l’éthique : les héros de l’Iliade ne délivrent aucune leçon de morale, ils donnent des exemples éthiques, et l’éthique est indissociable, bien sûr, d’une esthétique.

    C’est le beau qui détermine le bien

    Dominique Venner ne faisait pas partie de ceux qui croient que le bien détermine le beau, il était de ceux qui pensent que le beau détermine le bien ; il croyait en l’éthique et les jugements qu’il portait sur les hommes, ce n’était pas tant en fonction de leurs opinions ou de leurs idées, mais en fonction de leur plus ou moins grandes qualités d’être, et d’abord de cette qualité humaine par excellence qu’il résumait en un mot : la tenue.

    Latenue

    Le Cœur Rebelle

    Le Cœur Rebelle

    La tenue, qui est une façon d’être, une façon de vivre et une façon de mourir. La tenue qui est un style, ce style dont il avait si bellement parlé, dans Le Cœur rebelle, son livre paru en 1994, et, bien sûr, aussi dans tous ses ouvrages et je pense plus particulièrement au livre qu’il avait publié en 2009 sur l’écrivain allemand Ernst Jünger, et dans ce livre Dominique disait très clairement que, si Jünger nous donnait, nous donne un grand exemple, ce n’est pas seulement par ses écrits, mais c’est aussi parce que cet homme, qui a eu une vie si longue et qui est mort à 103 ans, n’a jamais failli aux exigences de la tenue.

    Dominique Venner était un homme secret, attentif, exigeant, et d’abord exigeant de lui-même ; il avait intériorisé en quelque sorte toutes les règles de la tenue : ne jamais se laisser aller, ne jamais se répandre, ne jamais s’expliquer, ne jamais se plaindre car la tenue appelle et va vers la REtenue. Evidemment, lorsque l’on évoque ces choses, on risque d’apparaître aux yeux de beaucoup comme l’habitant d’une autre planète, à l’époque des smartphones et des Virgin Mégastores, parler d’équanimité, de noblesse de l’esprit, de hauteur de l’âme, de tenue, c’est là employer des mots dont le sens même échappe à beaucoup, et c’est sans doute la raison pour laquelle les Béotiens et les Lilliputiens qui rédigent ces bulletins paroissiens de la bien-pensance que sont devenus les grands médias aujourd’hui ont été incapables pour la plupart de comprendre le sens même de son geste qu’ils ont essayé d’expliquer par des considérations médiocres.

    Une façon de protester contre le suicide de l’Europe

    Dominique Venner n’était ni un extrémiste ni un nihiliste et surtout pas un désespéré. Les réflexions sur l’histoire auxquelles il s’était livré pendant si longtemps l’avaient amené, au contraire, à développer un certain optimisme. Ce qu’il retenait de l’histoire c’est qu’elle est imprévisible et qu’elle est toujours ouverte, qu’elle fait les hommes, et que la volonté des hommes la fait également. Dominique Venner récusait toutes les fatalités, toutes les formes de désespoir.

    Je dirais paradoxalement, parce qu’on ne l’a pas suffisamment remarqué, que son désir de se donner la mort était une façon de protester contre le suicide, une façon de protester contre le suicide

    Ernst Junger

    Ernst Junger

    de l’Europe auquel il assistait depuis tant de temps.

    Un suicide d’espérance pensé comme acte de fondation

    Dominique Venner ne supportait tout simplement plus de voir l’Europe qu’il aimait, sa patrie, sortir peu à peu de l’Histoire, oublieuse d’elle‑même, oublieuse de sa mémoire, de son génie, de son identité, vidée en quelque sorte de cette énergie dont pendant tant de siècles elle avait su faire preuve ; c’est parce qu’il ne supportait plus ce suicide de l’Europe que Dominique Venner lui a opposé le sien, qui, lui, n’était pas un suicide d’affaissement, de démission mais au contraire un suicide d’espérance.

    L’Europe, disait Dominique, est en dormition. Il a voulu la réveiller. Il a voulu, comme il le dit, réveiller les consciences assoupies. Il faut donc être très clair sur ce point : il n’y a aucun désespoir dans le geste de Dominique Venner. Il y a un appel à agir, à penser, à continuer. Il dit : je donne, je sacrifie ce qui me reste de vie dans un acte de protestation et de fondation. C’est ce mot de « fondation », je crois, qui doit être retenu ; ce mot de « fondation » qui nous a été légué par un homme dont le dernier souci a été de mourir debout.

    Un samouraï d’Occident

    Dominique Venner n’était pas non plus un nostalgique, mais il était un véritable historien qui s’intéressait, bien sûr, au passé en vue de l’avenir ; il ne faisait pas de

    Le Samouraï d'Occident

    Le Samouraï d’Occident

    l’étude du passé une consolation ou un refuge ; il savait simplement que les peuples qui oublient leur passé, qui perdent la conscience même de leur passé, se privent par là même d’un avenir. L’un ne va pas sans l’autre : le passé et l’avenir sont deux dimensions de l’instant présent mais pas n’importe lesquelles : des dimensions de profondeur. Et dans cette démarche, Dominique Venner se souvenait, bien sûr, d’un certain nombre de souvenirs et d’images. Il avait le souvenir des héros et des dieux homériques ; il avait le souvenir des vieux Romains, de ceux qui l’ont précédé dans la voie de la mort volontaire : Caton, Sénèque, Regulus, tant d’autres. Il avait en mémoire les écrits de Plutarque et les histoires de Tacite. Il avait en tête le souvenir de l’écrivain japonais Yukio Mishima, dont la mort à tant d’égards ressemble tellement à la sienne et ce n’est certes pas un hasard si le livre, le dernier livre qu’il aura publié et qui va paraître d’ici quelques semaines et qui sera publié par Pierre‑Guillaume de Roux, s’appelle Un samouraï d’Occident : un samouraï d’Occident ! Et dans les images sur la couverture de ce livre Un samouraï d’Occident, on voit une image, une estampe, une gravure célèbre : Le Chevalier, la Mort et le Diable, de Dürer. Cette gravure, Dominique Venner l’a choisie à dessein. C’est à ce personnage du chevalier que Jean Cau, il y a quelque temps, avait consacré un livre admirable qui portait d’ailleurs ce titre : Le Chevalier, la Mort et le Diable. Dans l’une de ses toutes dernières chroniques, rédigée quelques jours à peine avant sa mort, Dominique Venner a précisément écrit un texte d’hommage à ce chevalier qui, dit‑il, chemine et cheminera, continuera toujours de cheminer, vers son destin, vers son devoir, entre la mort et le diable.

    Le Chevalier, la Mort et le Diable : gravé par Dürer en 1513

    Et Dominique Venner dans cette chronique relevait un anniversaire. C’est en 1513, il y a très exactement 500 ans, que Dürer a gravé cette estampe Le Chevalier, la

    Le chevalier, la mort et le diable,extrait de la gravure de Dürer

    Le chevalier, la mort et le diable,extrait de la gravure de Dürer

    Mort et le Diable, et cette insistance m’a donné personnellement une idée, un geste, que tout le monde peut faire, très simple : je suis allé voir les dates de naissance et de mort de Dürer, l’homme

    qui a gravé, il y a très exactement 500 ans, Le Chevalier, la Mort et le Diable, et je me suis aperçu que Dürer était né en 1471, qu’il était né le 21 mai 1471. Dürer est né un 21 mai, Dominique Venner a choisi de mourir un 21 mai. Si c’est une coïncidence, elle est extraordinaire, mais on n’est pas forcé de croire aux coïncidences.

    Le cœur rebelle sera toujours là

    Voilà ce que je voulais vous dire en souvenir de Dominique Venner qui maintenant est parti dans une grande chasse sauvage, dans un paradis où l’on voit voler les oies sauvages. Ceux qui l’ont connu, et moi je le connaissais depuis 50 ans, ceux qui l’ont connu se disent sans doute qu’ils ont perdu un ami ; je crois qu’ils ont tort, je crois que depuis le 21 mai 2013 à 14h42 ils doivent savoir, au contraire, qu’il sera désormais nécessairement toujours là. Toujours là aux côtés des cœurs rebelles et des esprits libres confrontés depuis toujours à l’éternelle coalition des Tartuffes, des Trissotins et des Torquemadas.

     Alain de Benoist
    31/05/2013

    L’intégralité de l’hommage public du 31 mai est visible sur :

    Cérémonie d’hommage à Dominique Venner - ProRussia.tv …

    Correspondance Polémia – 20/06/2013

    Image :  L’Iliade et l’Odyssée d’Homère | MxHG – 6

  • La Palestine accuse Israël d'invasion des serpents à Bethléem

    zmei_jpg_1000x297x1.jpg serpents.jpg

          

    La ville palestinienne de Bethléem est confrontée cet été à une forte augmentation de la population des serpents. Les écologistes locaux accusent des autorités israéliennes de ce problème.

    Les écologistes affirment que la population des serpents a augmenté à cause d’un mur en béton de 8 mètres qui a été construit pour séparer Israël de Bethléem, craignant les attaques des militants. Ce mur a également limité les mouvements des serpents qui se sont retrouvés coincés du côté palestinien du mur.

    Le temps chaud et le manque de nourriture fait que les serpents viennent dans la ville, où chaque jour affluent des milliers de touristes et de pèlerins du monde entier.

     

    La Voix de la Russie - 19/06/13

     

  • En 1945, pour les GI, la France était «un gigantesque bordel» où l'on pouvait violer les femmes

    grunts_004.jpg GI'.jpg

     

    Des soldats américains qui ont libéré la France en 1945, la mémoire collective n'a retenu que des souvenirs teintés de mélancolie; la saveur des chewing-gums ou de la première gorgée de Coca-Cola, le satiné des bas en nylon, les mots doux susurrés à l'oreille des jeunes filles avec un accent délicieusement étranger... Ces images d'Epinal cachent pourtant une réalité bien sombre, que l'historienne américaine Mary Louise Roberts révèle dans son nouveau livre What soldiers do, rapporte le quotidien allemand Die Welt.

    L'armée américaine faisait miroiter un paradis terrestre à ses soldats pendant la Seconde Guerre mondiale, leur promettant que leur courage serait récompensé en nature par de lascives jeunes femmes une fois débarqués en France, au pire contre de l'argent:

    «Les prix pour la “marchandise moyenne”, c'est de cette façon que le journal des GI Panther Tracks menait l'enquête à l'époque, démarraient à 150 francs; pour les services de femmes particulièrement capricieuses et de toute beauté, il fallait s'acquitter de 600 francs. Les Françaises étaient négociées entre soldats américains en tant que “cold cuts”: «tranche» –des morceaux de viande vivants, plus ou moins chers.»

    Le journal de l'Armée américaine, Stars and Stripes, expliquait aux GI comment prononcer des phrases telles que «Tu es belle!» ou «Est-ce que tes parents sont à la maison?», tandis que le magazine Life présentait à l'époque la France comme «un gigantesque bordel dans lequel [vivaient] 40 millions d'hédonistes».

    Comme l'explique Die Welt, les soldats américains sont vite passés aux yeux des Français du statut de libérateurs à celui d'occupants:

    «Les Américains sont devenus encombrants lorsque leur argent, leurs bas en nylon et leurs cigarettes ne suffisaient plus à faire oublier l'humiliation d'être à nouveau livrés au bon vouloir d'un vainqueur.»

    De nombreux viols ont été commis. Comme le rapporte le quotidien américain The New York Times, qui consacre lui aussi un article à ce sujet toujours tabou aux Etats-Unis, le maire du Havre, à l'époque, s'était plaint auprès de l'armée américaine du comportement des soldats, dénonçant «un régime de terreur», «imposé par des bandits en uniforme».

    Des révélations qui ternissent une fois de plus la réputation des soldats de l'armée américaine, aujourd'hui au cœur d'un scandale depuis qu'un rapport du Pentagone a révélé que 26.000 militaires avaient été victimes d'un «contact sexuel non sollicité» en 2012. Car, comme le rappelle Atina Grossmann, auteure de Jews, Germans and Allies: Close Encounters in Occupied Germany, l'Histoire n'a retenu qu'une image très valeureuse des alliés américains:

    «L'histoire standard, c'est que les Soviétiques étaient les violeurs, les Américains étaient les fraterniseurs et les Britanniques étaient les gentlemen.»

     

    Slate.fr - 20/06/13

  • Marion Maréchal Le Pen: " Je n'irai pas fleurir la tombe de De Gaulle"

    Marion-Maréchal Le Pen, députée Front National élue dans le Vaucluse, était l’invitée d’Yves Thréard dans l’émission « Le Talk » en partenariat avec Orange – Le Figaro. Elle répond à 3 questions dont les privilèges des parlementaires, les prières musulmanes dans la rue et le fait d’aller fleurir la tombe du Général De Gaulle.

     

    20/06/13

  • François Hollande se rendra au Qatar et en Jordanie les 22 et 23 juin

    francois-hollande-et-hamad-ben-khalifa-al-thani.jpg Qatar.jpg

     

    François Hollande a reçu l’émir du Qatar en août à l’Elysée. (Reuters)

    Le président français François Hollande effectuera les 22 et 23 juin une visite au Qatar et s’arrêtera au retour en Jordanie pour s’entretenir avec le roi Hussein de Jordanie.

    Le président français se rend au Qatar avec la volonté de "conforter une relation forte et traditionnelle" et de montrer qu’il s’agit d’"une relation à la fois solide, valable et prometteuse", a-t-on indiqué vendredi de source diplomatique.

    François Hollande rencontrera longuement l’émir cheikh Hamad Ben Khalifa Al-Thani et le prince héritier, s’inscrivant "dans une politique globale avec les pays du Golfe", souligne-t-on, rappelant que le chef de l’Etat s’est déjà rendu en novembre 2012 en Arabie saoudite et en janvier dernier aux Emirats Arabes Unis.

    Accompagné d’une importante délégation de chefs d’entreprises français, François Hollande participera notamment à un forum économique à Doha.

    Sur le chemin du retour, il s’arrêtera en Jordanie pour s’entretenir avec le roi Abdallah II "des urgences dans la région et notamment de la crise syrienne" à laquelle les Jordaniens sont "très exposés".

    La Jordanie accueille plusieurs centaines de milliers de réfugiés syriens et s’inquiète d’un débordement du conflit syrien.

     

  • Marseille : le supermarché de la drogue et ses directeurs aux mains de la PJ

    20130618_1_5_1_1_0_obj4046357_1.jpg La Castellane.jpg

     

     Marseille / Publié le mardi 18 juin 2013 à 10H06
     

    À la Castellane (16e), symbole du trafic de "shit", 23 personnes arrêtées hier matin. 1,3 M d'euros saisis

    Photo LP
    200 fonctionnaires, venus de la PJ mais aussi du Groupe d'intervention régional (Gir), ont réussi à appréhender les suspects, avec l'aide des CRS, du GIPN et même des policiers d'élite du Raid.
     

    La place forte de la drogue à Marseille est-elle sur le point de s'effondrer ? Tout est encore fragile mais l'opération menée hier par la police judiciaire dans la cité La Castellane (16e) pourrait marquer une première avancée de taille dans la lutte contre les stupéfiants, avec l'arrestation des présumés chefs de ce trafic tentaculaire, aussi discrets qu'insaisissables.

    L'ensemble HLM est devenu au fil des années le principal supermarché du "shit" et sans doute aujourd'hui de la coke, que les policiers n'investissaient qu'à pas feutrés, face à des trafiquants versant parfois dans la paranoïa.

    Ils y ont installé des systèmes de défense très sophistiqués, à la mesure des sommes en jeu dans ce trafic. Aucun chiffre officiel n'est avancé mais plusieurs dizaines de milliers d'euros circuleraient entre les mains des dealers chaque jour.

    La brigade des stupéfiants de la police judiciaire aurait enquêté depuis 18 mois sur ce dossier. Et hier matin, lorsque le top départ a été donné, pas moins de 200 fonctionnaires, venus d'autres services de la PJ, mais aussi du Groupe d'intervention régional (Gir) ont réussi à appréhender 23 personnes, avec l'aide des CRS, du GIPN et même des policiers d'élite du Raid.

    Parmi les suspects, plusieurs membres d'une même famille, qui seraient les véritables artisans du trafic, depuis de longues années. Voilà le véritable coup de tonnerre. Jusqu'à présent, les enquêteurs n'avaient agi qu'à la périphérie. Il y a quinze jours, la Sûreté départementale avait néanmoins saisi plus de 47 kilos de résine de cannabis, dans l'appartement d'une "nourrice."

    Grimés en agents EDF

    Mais cette fois-ci, l'opération s'est dirigée vers ceux qui tiennent les rênes de cette entreprise extrêmement lucrative. Un secret absolu régnait d'ailleurs autour de l'enquête, pour éviter toute fuite. Il y a quelques mois, les trafiquants avaient d'ailleurs nargué les autorités de façon spectaculaire.

    Grimés en agents EDF, des policiers du Raid avaient placé l'une de leurs caméras miniaturisées en haut d'un poteau électrique, afin d'analyser le fonctionnement du réseau. Il était 7 h 30. À 10 h, le dispositif de surveillance était neutralisé.

    "Il faut réussir à être plus malins qu'eux, confirmait un policier ayant enquêté précédemment dans la cité. C'est toujours très compliqué à la Castellane. Toutes ces opérations, nous les évoquions le moins possible, pour d'évidents soucis de confidentialité."

    Même après le coup de filet, les langues des enquêteurs ne se sont pas déliées. Selon nos informations, en plus des 23 personnes interpellées, plusieurs kilos de résine de cannabis, ainsi que des armes, ont été saisis. Mais la PJ aurait surtout mis la main sur de très importantes sommes d'argent, qui dépasseraient 1,3 million d'euros.

    Chacun sait évidemment que le coup de filet n'est qu'une première étape. Que les trafiquants ont cultivé depuis longtemps l'art du rebond et de l'adaptation face à la police. Même si la guerre est loin d'être terminée, cette bataille a d'ores et déjà penché en faveur de la police. Jusqu'à la prochaine confrontation.

    La Provence

  • Sous Taubira, Valls et Hollande, mieux vaut se masturber avec les mains d’une fillette de 11 ans que manifester contre la dénaturation du mariage !

    Ecrit le 19 juin 2013 à 20:02 par Eric Martin  

     
     

    Christiane Taubira

    Après la condamnation de Nicolas, jeune manifestant anti-dénaturation du mariage, à deux mois de prison ferme (et deux mois avec sursis) ce mercredi, un lecteur de Nouvelles de France propose une petite comparaison qui fait froid dans le dos :

    - Il se masturbe avec la main d’une fillette (sa nièce) de 11 ans : 8 mois avec sursis.
    - Il vole un bureau de tabac : 4 mois avec sursis.
    - Elle recèle le fruit d’un braquage : 6 mois avec sursis.
    - Il cambriole : 2 mois de sursis et 4 mois ferme.
    - Jean-Marc Ayrault, délit de favoritisme : 6 mois de sursis et 30 000 francs d’amende.

    Nouvelles de France