Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2012

Le combat d'une vie : un Harki raconte


HOCINE Le Combat d'une vie par CROACLUB

25 juin 2012

Après la trahison de De Gaulle, 20 000 familles de Harkis (musulmans pro-français) sont mises à l’abri des massacres du FLN par des officiers français, contre la volonté de leur hiérarchie.
Ces familles sont parquées dans des camps, dans des conditions indignes.

« En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des Arbres, dans le département du Gard.
Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. »

L’un d’entre eux se confie aujourd’hui à visage découvert, et nous a fait savoir l’existence de ce documentaire.

 

Contre-info.com

19:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Florian Philippot invité des "mots politiques" sur LCI

18:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Valls appelle à bannir le tutoiement et les contrôles abusifs répétés

 

 

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a déclaré ce lundi vouloir bannir le tutoiement et les contrôles d'identité "abusivement répétés ou réalisés sans discernement". Ces pratiques sont, selon lui, susceptibles "d'alimenter le ressentiment" de certains individus.

"Je demande que les policiers s'astreignent à une certaine distanciation professionnelle en conservant leur sang-froid en toute circonstance et en proscrivant le tutoiement" a expliqué le ministre dans un discours prononcé lors du baptême de la 62e promotion de commissaires de police de l'École nationale supérieure de police de Saint-Cyr-au-Monts-D'Or, près de Lyon.

"En tant que chefs de service, vous devrez veiller à proscrire les contrôles abusivement répétés ou réalisés sans discernement" a ajouté Manuel Valls. "Il y a des comportements antisociaux à réguler ou à combattre mais seule la minorité des jeunes de nos quartiers qui en est responsable doit en répondre".

La déontologie avant tout

S'il comprend le ras-le-bol des policiers, le ministre de l'Intérieur s'est toutefois dit "inflexible quant au respect des règles de déontologie". "Je sais bien que ce n'est pas toujours facile face à l'adversité la plus arrogante, aux insultes, à l'irrespect, aux caillassages, et même qu'il existe des tutoiements plus respectueux dans le ton que certains vouvoiements".

Un des 60 engagements de François Hollande

Lutter contre le délit de faciès dans les contrôles d'identité est une des 60 volontés du président de la République, exprimées lors de la campagne électorale. Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a émis l'idée d'un récépissé qui pourrait être remis à chaque personne contrôlée, ou bien d'un simple coupon du type "carte de visite" afin d'éviter les contrôles abusifs.

25/06/12

17:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Deux garçonnets africains portés disparus à Eysines en Gironde

24/06/12

00:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Souleymane, le meurttrier (présumé) de Killian, ne lui a laissé aucune chance et s'est montré fier de son acte

 

Une fois de plus la France déplore la perte de l’un de ses enfants tué pour un simple regard, car Killian n’a pas baissé les yeux en signe de soumission devant Souleymane, celui-ci l’a donc éliminé.

Il est insupportable de lire les commentaires d’internautes témoignant que mon dieu ma bonne dame les bagarres ont toujours eu lieu dans les cours de récré et que c’est de la faute à pas de chance que ce soit tombé sur lui, sans parler des irrécupérables imbéciles qui « ont autant de regrets » pour l’un que pour l’autre. Insupportable encore de voir relaté dans les médias qu’il s’agissait d’une « altercation » comme si Killian, élève de 5e « de constitution frêle » avait pu avoir une altercation face à un Souleymane d’1m80 qui prenait des cours de boxe, selon le procureur.

Ces mêmes médias qui dès lors que le coupable est d’origine immigrée font preuve d’une complaisance inouïe à son égard en protégeant son identité pour éviter de mettre la puce à l’oreille du Français moyen qui pourrait commencer à se poser des questions, une complaisance qu’ils n’ont évidemment pas lorsque le coupable est un Français de souche où là le nom est plus volontiers divulgué. Aider le peuple à comprendre les vraies motivations des racailles est ce qu’ils veulent à tout prix éviter, c’est pourquoi Souleymane ici devient pudiquement « un camarade » de Killian, ce que manifestement il n’était pas.

Et que dire de ces aberrantes et impardonnables déclarations de la part des deux ministres Peillon et Ayrault annonçant à tort vendredi soir le décès de l’enfant ?!

Selon l’Inspecteur d’Académie d’Ille-et-Vilaine Jean-Yves Bessol, plus soucieux de maintenir une réputation monacale à ses établissements que de témoigner des faits, il s’agirait d’une « bagarre qui a opposé deux élèves ordinaires », rien que de la routine quoi.

Quant à la directrice du collège Cleunay, sa première réaction totalement ahurissante a été d’interdire toute déclaration aux médias concernant, je cite « un petit incident » !!! Cette dame elle aussi plus désireuse de préserver la bonne réputation de son collège que d’informer sur un homicide épouvantable pour éviter qu’il se reproduise ailleurs, et gardant étrangement ses esprits malgré le drame, semble bien mal connaître les enfants pour qui l’interdit ne peut qu’être outrepassé.

Ces derniers, manifestement plus affligés qu’elle par la mort de leur copain ont eu le courage de témoigner malgré l’interdit et malgré leur peine. L’un d’eux raconte « il y a eu une bousculade au niveau des toilettes puis des coups échangés et un étranglement, très long », alors que le personnel enseignant parle lui d’une action très rapide… La victime « a été frappée par son agresseur qui lui a mis deux coups de poing puis s’est acharné sur lui en l’étranglant, le mettant en détresse respiratoire ».

Le père de l’un des enfants témoin de la scène rapporte « Mon fils a assisté à l’agression de ce jeune garçon en direct. Puisque dans le même établissement scolaire. En ce qui concerne les faits je tiens à apporter les précisions suivantes, Killian 13 ans a reçu des coups d’une rare violence de la part d’un jeune arménien (tchétchène d’après un policier, la communauté tchétchène étant importante à Rennes et Vannes, ndlr) de 16 ans, 1.80m, lequel l’a étranglé après lui avoir asséné plusieurs coups de poing au niveau de la tempe. Killian est tombé sa tête a heurté un mur. S’en est suivi une crise d’épilepsie. Arrêt cardiaque ! Samu sur place, les collègues ont interpellé l’auteur des faits qui fier de sa connerie avait pris le temps juste après l’agression de checker « langage jeunes » ses potes au passage et était sur le point de regagner les cours ».

Eh oui, le Souleymane était très fier de son coup, pensez donc, mettre k.o un petit de 13 ans frêle comme une crevette, quelle gloire ! Ca a bien dû les faire marrer lui et ses copains.

Le Ministre de l’Education est venu parader comme il se doit dans le collège, et laissant s’exprimer une grandiloquence obscène s’est dit « impressionné par la force d’âme » du personnel éducatif.

Il n’a pas précisé si des dispositions seraient prises pour que la surveillance soit plus drastique dans les collèges où habituellement les surveillants sont plus habitués à deviser entre eux qu’à surveiller les enfants, il n’a pas évoqué l’idée de renforcer les mesures de rétorsion pour les délinquants mineurs quelques jours après que Mme Taubira ait réclamé la suppression des tribunaux correctionnels pour les mineurs multirécidivistes alors que le meurtrier de Killian avait par ailleurs déjà fait l’objet « d’une mesure bénigne » de rappel à l’ordre selon le procureur, il n’a pas davantage exprimé le souhait d’une peine exemplaire pour punir l’acte de Souleymane, le réfugié tchétchène à qui ses parents n’ont évidemment pas appris qu’en France on ne tue pas ses camarades d’école, même s’ils sont mécréants.

Je terminerai par ces quelques mots dérisoires et poignants à la fois laissés par les amis de Killian qui résument à eux seuls la peine et le deuil que nous portons tous aujourd’hui.

« On t’aime Kyllian (sic) »

« On pense fort à toi et à ta famille »,

« N’oublie pas qu’on t’aime. Tu ne peux pas partir sans m’avoir appris à jouer au foot. » Signé « Chloé ».

« Adieu Killian, on t’aime, tes copains

 

RIPOSTE LAÏQUE

00:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

24/06/2012

Syrie - Plus besoin d’une résolution pour l’Otan ? - 24/06/2012

Syrie: Plus besoin d’une résolution pour l’Otan ?



Les pays de l’Otan tiennent-ils enfin l’occasion en or pour attaquer la Syrie ? Apparemment oui, s’ils tiennent à contourner quelque peu le droit international pour considérer que la destruction par l’armée syrienne d’un avion de chasse turc est une agression militaire commise contre la Turquie.

Ils peuvent invoquer l’article V de la charte de l’Otan qui oblige tous les pays membres à réagir militairement, collectivement et solidairement comme si chacun d’eux était lui-même agressé. Ils peuvent agir ainsi, en considérant que la Turquie est agressée alors qu’en réalité, il ne s’agit pas d’une agression, mais d’une réaction. Toujours est-il que l’armée syrienne a démontré la qualité de sa parade, alors que la Turquie a démontré sa vulnérabilité. On sait (qui ne le sait pas ?) que le régime syrien est suivi de très près par les radars politico-militaires des puissances occidentales, c'est-à-dire, en fin de compte, des membres de l’Otan. On sait également (qui ne le sait pas ?) que ces puissances reviennent constamment au Conseil de sécurité de l’ONU pour arracher une résolution qui permettrait une intervention militaire de l’Otan. Pour le moment, la Russie et la Chine bloquent constamment tous les assauts des puissances occidentales pour les convaincre d’accepter que soit votée une résolution contraignante contre le régime syrien. Pour le moment, ces assauts n’ont pas atteint leurs objectifs. Les pays occidentaux n’oublient cependant pas qu’un de leurs membres, à savoir la Turquie, est directement sur place, car voisine frontalière de la Syrie.
 
Un scénario était peut-être déjà prévu pour rendre légitime (ou légale) et irréversible une intervention militaire des pays membres de l’Otan, sans passer par l’obligation d’une résolution contraignante et, donc, sans risquer encore de provoquer le veto russo- chinois. La Turquie, une attitude en solitaire dans la question syrienne ? Un comportement autonome ? D’abord, la Turquie est très engagée sur ce dossier. Elle a abrité la réunion constitutive du CNS. Ensuite, elle a donné refuge sur son sol aux réfugiés syriens. Elle aurait contribué à armer les dissidents, les déserteurs et l‘opposition au régime syrien. Elle avait participé à la réunion de l’Otan à Bruxelles, destinée à discuter d’un plan d’attaque de la Syrie, et à la réunion des «amis de la Syrie».

SOFIANE IDJISSA
 

http://www.lnr-dz.com/index.php?page=details&id=14918 http://www.lnr-dz.com/index.php?page=details&id=14918    

ALTERINFO.COM - 24/06/12


 

23:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Egypte: Morsi quitte la confrérie des Frères musulmans - 24/06/2012

 

Egypte: Morsi quitte la confrérie des Frères musulmans


IRIB-Pour servir le peuple qui l'a élu, Morsi s'est retiré du parti sous la couleur duquel il s'est présenté aux élections. Morsi a été élu à 51.7% des voix.

Après l'annonce de la victoire de Morsi, Israël a mobilisé son armée et l'a déployée près des frontières avec l'Egypte.
 

http://french.irib.ir/info/afrique2/item/196504-morsi-quitte-la-confr%C3%A9rie-des-fr%C3%A8res-musulmans http://french.irib.ir/info/afrique2/item/196504-morsi-quitte-la-confr%C3%A9rie-des-fr%C3%A8res-musulmans

 

23:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Florian Philippot invité de "Objectif Elysée"

21:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le CV du gouvernement Hollande

http://www.terreetpeuple.com/reflexion/politique/le-cv-du...

21:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

L'extrême droite progresse en Europe

20:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

La France doit "se donner les moyens" d'abolir la prostitution selon Najat Vallaud-Belkacem

 

Le Monde.fr | 24.06.2012 à 09h36 • Mis à jour le 24.06.2012 à 09h36

 

Najat Vallaud-Balkacem, le 17 mai. 

 

 La ministre des droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, souhaite voir la France "se donner les moyens" d'abolir la prostitution, explique-t-elle dans un entretien au Journal du dimanche. "Je ne suis pas naïve, je sais que ce sera un chantier de long terme", précise la porte-parole du gouvernement, ajoutant que la "position abolitionniste" du Parti socialiste est "le fruit d'une réflexion tirant les leçons des insuffisances des dispositifs actuels".

A propos du vote par les députés en 2011 d'une résolution préconisant de pénaliser les clients de la prostitution, Najat Vallaud-Belkacem assure que le ministre de l'intérieur Manuel Valls et elle "ne resteront pas inactifs sur cette question". "Nous organiserons une conférence de consensus", ajoute-t-elle sans plus de précision.

20:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Hongrie : le retour en force du néo-paganisme

 

Par Vincent Baumgartner et Corentin Léotard

Les néo-païens sont de retour en Hongrie ! Dernière preuve en date de leur influence grandissante, leur don au Kazakhstan d’un « arbre de la vie » de 9 mètres de haut en l’honneur de leurs « peuples frères des steppes ». Cet « életfa » symbolise dans la mythologie hongroise la résistance au Christianisme et constitue un élément essentiel des croyances táltos, les chamanes hongrois. Plus significatif encore, une scène extraordinaire s'est déroulée quelques semaines plus tôt au sein du parlement hongrois : Ojun Adigzsi See-Oglu, un grand chamane venu de la République russe de Touva aux confins de la Sibérie, s’est livré à une danse rituelle devant la Sainte-Couronne, le symbole du christianisme en Hongrie. Ces anecdotes illustrent un renouveau identitaire plus profond et une contre-culture qui prend de l'ampleur.

Le cerf merveilleux "Csodaszarvas"

Face au catholicisme romain imposé par la force il y a mille ans par le roi Szent-Istvan (Saint-Étienne), le paganisme est en train de renaître de ses cendres. De nombreux courants néo-païens se sont développés au cours de ces dernières années avec le dépoussiérage d’une histoire hongroise mythifiée et régulièrement célébrée dans des festivals. Il est fréquent de rencontrer l’aigle Turul ou le cerf merveilleux Csodaszarvas au détour d’un village, dont le nom sur le panneau est désormais écris en proto-hongrois (les runes hongroises), banni jadis par Saint-Étienne. Emese, Magor, Koppány, Álmos… ces prénoms issus de la mythologie hongroise sont très populaires. A tel point qu’il semble que la mythologie païenne et chamanique soit en train de devenir un élément symbolique de l’identité nationale.

Un pays « fondamentalement païen et en pleine crise identitaire »

Avec l'arrivée au pouvoir au moi de mai 2010 de la Fidesz et de son « éminence grise » - le parti chrétien-démocrate (KDNP) - la Hongrie actuelle se verrait bien en porte-étendard de la Chrétienté en Europe. En fait, comme l’explique l'historien des religions Attila Jakab, "la Hongrie est un pays chrétien seulement dans la rhétorique politique de la droite. En réalité c'est un pays frustré, en pleine crise identitaire, en quête effréné de soi, et fondamentalement païen". Il affirme aussi que "le fondement sociopolitique de ce néo-paganisme hongrois est constitué des frustrations et de l’inculture. Une bonne partie des Hongrois cherche à s’évader et à s’imaginer un passé glorieux, à rechercher le paradis perdu, car le présent est de plus en plus perçu comme invivable". Selon son analyse, habitués à la servitude pendant de longs siècles - le communisme couronnant le tout- les Hongrois sont toujours en attente d’une Moïse-Messie qui les conduirait dans le Canaan de l’abondance pour résoudre leurs problèmes, sans efforts ni sacrifices individuels en contrepartie.

« De même que l’univers des croyances du chamanisme a toujours fait partie de la culture hongroise, il semble que la mythologie chamanique se soit transformée en élément symbolique de l’identité nationale. », écrit pour sa part l’ethnologue Mihály Hoppál[i]. Cette mythologie est particulièrement attrayante pour l’extrême-droite car elle constitue un trait d’union avec d’autres peuples d’Asie centrale et renforce sa thèse selon laquelle les Hongrois ne seraient pas un peuple finno-ougrien (proche des Finlandais et des Estoniens), comme cela est admis par une majorité des scientifiques, mais partageraient des racines communes avec d’autres peuples d'Asie centrale : les Turcs, les Kirghizes, les Turkmènes, les Ouïgours, les Tatars et même les Tchétchènes. Le festival « Nagy-Kurultaj » célèbre chaque année ce « touranisme », un courant idéologique qui vise à l’union des peuples issus des tribus turcophones d’Asie centrale.

L’Eglise catholique sonne l’alarme

En 2009, la « Conférence Hongroise des Évêques Catholiques »[ii] publiait une lettre qui a été lue dans toutes les églises et qui dénonçait le paganisme véhiculé par les divers courants de la droite extrême. « Il y a quelques années nous pensions que la sécularisation était pratiquement le seul danger. La mentalité de consommation, l’idole de l’hédonisme sont toujours présents chez notre peuple, mais aujourd’hui on assiste aussi à un renforcement du néo-paganisme », indiquait le communiqué. Le président de la « Fédération des Intellectuels Chrétiens » (KÉSZ), le très influent Evêque Zoltán Osztie, déclarait quant à lui que "le néo-paganisme comporte également un aspect anti-hongrois incarné par une certaine forme de radicalisme politique et surtout par le parti d’extrême-droite Jobbik".

Le professeur Attila Jakab explique aussi que "l’Église catholique en Hongrie est plutôt de type byzantin. Elle fut toujours une servante du pouvoir politique en contrepartie de privilèges et d’avantages matériels". En effet, bien que certains religieux aient courageusement tenu tête aux différentes dictatures – tels que le cardinal Mindszenty, célèbre opposant au régime communiste - force est de constater que la majorité d'entre eux n'a fait qu'obéir docilement au pouvoir en place. A présent, les Églises traditionnelles (catholique et protestante) sont "vides d’un point de vue spirituel et intellectuel. Elles n’ont plus les ressources humaines pour faire face au déferlement du néo-paganisme. D’autant plus, qu’une partie des prêtres et des pasteurs, théologiquement très mal formés (à une théologie datant du XIXe siècle), est aussi adepte ou sympathise avec ces idées néo-païennes".

Un mouvement porté par le parti Jobbik

Cette contre-culture rampante au sein de la société hongroise se manifeste à plusieurs niveaux. Une partie de la nébuleuse néo-païenne actuelle en Hongrie n’est pas politiquement marquée et se réclame plutôt proche d’un courant New Age, plus ou moins sectaire. Mais, comme le relève le sociologue des religions Miklós Tomka, la majorité des cultes païens se développent actuellement de pair avec une idéologie d'extrême-droite. Ils ont effectués leur grand retour dans l’espace publique avec le parti parlementaire Jobbik, le principal parti d’opposition à Viktor Orbán avec le parti socialiste.

L’opposition entre christianisme et paganisme trouve un débouché politique, comme l’explique Attila Jakab : "Le néo-paganisme est déjà un puissant facteur de division entre la droite traditionnelle - qui se définie comme chrétienne et bénéficie de l’appui des Eglises traditionnelles - et l’extrême-droite pour qui le christianisme redéfini est un décor rhétorique. Comme une partie de la droite traditionnelle peut basculer à tout moment vers l’extrême-droite, Viktor Orbán est contraint de jouer double-jeu : préserver les chrétiens traditionnels (de plus en plus fondamentalistes) et ménager les néo-païens". Mais l'opposition entre christianisme et paganisme n’entraîne pas un clivage politique absolu. La droite extrême se trouve elle-même divisée sur le sujet et, tout en se défendant d’être païen, Jobbik accuse la droite traditionnelle Fidesz de renier les racines de la culture hongroise en rejetant le paganisme.

Entre Erzsébet et Edit, deux femmes d’une soixantaine d’années habitant un petit village du nord du pays, la conversation est animée. La première soutient le parti socialiste (chassé du pouvoir en 2010) et se dit "scandalisée que n’importe qui puisse venir faire le clown dans un endroit comme le parlement hongrois". "En quoi ce chamane menaçait-il la Sainte-Couronne ?!", lui rétorque la seconde, à la fois fervente catholique et proche de Jobbik. Elle relativise la portée de ce mouvement néo-païen et, à l’en croire, si la société hongroise est réellement secouée de spasmes de paganisme, c’est inconscient. "La plupart des gens n’ont même jamais entendu parler des táltos [sorte de chamanes hongrois]. Ici les gens ne croient en rien", regrette-t-elle.

Ce néo-paganisme reste encore flou, si bien qu’il est plus juste de parler de « syncrétisme » qui se compose d’éléments religieux - un chamanisme hongrois réinventé s’articulant avec un christianisme imaginé – et d’un élément d’ordre idéologique : l’antisémitisme. Car l’une des raisons de l'attrait des croyances païennes, c’est le rejet du judaïsme à travers celui du christianisme. Pour une partie de la nébuleuse néo-païenne, le christianisme n’est qu’un avatar du judaïsme. Comme le proclame le site catholique d'extrême-droite « Regnum Sacrum », « Les adeptes du néo-paganisme considèrent le christianisme comme une secte juive qui est devenue religion universelle et qui a conquise et détruite l'Europe païenne en volant et en détournant ses fêtes et ses mythes. »

Malgré la volonté du gouvernement conservateur de faire du Christianisme le ciment de la nation hongroise, la résurgence d’un néo-paganisme mêlant croyances anciennes et fantasmées, nationalisme et antisémitisme apparaît comme un symptôme d’une société qui n’a pas encore digéré son histoire récente et à la recherche de repères identitaires. Comme l'a écrit le philosophe Alain : « Mais les dieux païens, aussi, croyez-vous qu'on puisse les mépriser ? Le catholicisme en porte l'empreinte, par ses Saints, ses chapelles et ses miracles... ».

Images : Barikad.hu


[i] « Le chamanisme dans la culture hongroise », Mihály Hoppál, Institut d’ethnologie, Académie hongroise des sciences.

19:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Le Frère musulman Mohamed Morsi élu président d'Egypte

Posté par le 24 juin 2012

 

Washington a bien travaillé : après avoir laissé choir Hosni Moubarak, un de ses principaux alliés au Proche Orient, voilà que les USA laissent le champ libre à la réislamisation radicale de l’Egypte, événement dont les conséquences géopolitiques seront sans le moindre doute catastrophiques, non seulement pour la région, mais jusqu’en Europe occidentale. Le candidat des Frères musulmans, Mohamed Morsi, vient d’être reconnu vainqueur de la présidentielle, contre le candidat des forces armées et des services spéciaux, héritier de la période Moubarak.

Avec quelques 13 millions de voix contre plus de 12,3 millions à son rival Ahmed Chafiq, ancien Premier ministre de Hosni Moubarak, Mohamed Morsi peut désormais entamer la deuxième phase, celle de la prise de contrôle du pays : mettre la puissante armée égyptienne sous sa coupe, placer un peu partout des islamistes fiables sachant utiliser les largesses de Washington sans inquiéter certains faucons favorables à un remodelage des Proche et Moyen Orient. Ce sera, du reste, la première fois, qu’une armée proche-orientale qui a été ces dernières décennies équipée, entraînée et encadrée à l’Occidentale, va devenir l’outil de défense d’un Etat islamiste. La Maison Blanche, Langley et le Pentagone jouent gros.

Ainsi s’achève une lente mutation égyptienne voulue par les puissants lobbies politiques, religieux et militaro-industriels qui décident des choix géopolitiques des Etats-Unis, évolution commencée sous la période de Bush père, qui s’est accélérée sous les deux mandats de son fils pour se terminer avec Obama.

A l’annonce de cette victoire, des cris de joie, accompagnés de rafales d’armes automatiques tirées en l’air, ont été entendus dans la ville palestinienne de Gaza. Le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, issu des Frères musulmans, est actuellement sur le point de se retrouver un puissant allié dans la région, avec une Égypte tombée sous la coupe des islamistes. D’autant qu’en Syrie, dans un contexte de poussée régionale des « Frères », ce sont essentiellement eux (avec des mercenaires affiliés à la nébuleuse al-Qaïda) qui mènent les plus durs combats contre les forces gouvernementales, avec l’assentiment de Washington, de Paris, de Londres, d’Ankara et des monarchies du Golfe persique comme l’Arabie saoudite et le Qatar.

18:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Mort de Killian: le parquet requiert une mise en examen pour homicide volontaire

Le parquet de Rennes a requis dimanche 24 juin la mise en examen pour "homicide volontaire sur mineur de 15 ans" et le placement en détention de l'adolescent de 16 ans, soupçonné d'avoircausé la mort d'un élève vendredi dans un collège de la ville, a annoncé le procureur.

sans-titre.png killian.png

L'autopsie de la victime "a permis de confirmer que son décès résultait bien d'une strangulation, les constatations étant compatibles avec les déclarations de la plupart des témoins (mis en cause serrant le cou de la victime avec son bras replié)", a précisé le parquet.

Une rixe a opposé les deux élèves durant la récréation vendredi matin au collège de Cleunay. Après une altercation aux toilettes puis un échange de coups dans la cour, le jeune mis en cause a vraisemblablement fait subir une clé d'étranglement rapide à la victime, qui est tombée au sol alors que les enseignants intervenaient pour séparer les deux élèves.

L'élève décédé, en classe de 5e, joueur de foot prometteur habitant à Saint-Jacques-de-la-Lande (au sud de Rennes), devait intégrer le Stade Rennais la saison prochaine. Le collégien de 16 ans, fils de réfugiés politiques tchétchènes et élève de 3e, pratiquait la boxe, selon plusieurs témoignages.

18:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

C.D. FRIEDRICH (1774-1840)

 

sans-titre.png Lever de soleil sur la mer  1822.png

Lever de soleil sur la mer  (1822)

sans-titre.png à l'intérieur de la forêt au clair de lune.png

Clair de lune dans la forêt  (1823- 1830)

sans-titre.png soir sur la mer baltique.png

Soir sur la mer Baltique  (1830-1834)

 

sans-titre.png l'été.png

L'été  (1807)

02:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

23/06/2012

Meurtres, prises d’otage, agressions, mort de Kilian : marre de l’exportation de la violence mahométane !

 

Il y en a marre. Peut-on encore dire que le hasard fait mal les choses quand on considère la liste des faits-divers tragiques qui endeuillent notre pays depuis plusieurs mois ?

Hasard si le tueur de Montauban-Toulouse était islamiste radical et s’appelait Mohamed Merah ?

Hasard si l‘assassin du petit Kilian s’appelle Souleymane ?

Hasard si le tueur des deux gendarmes s’appelle Abdallah ?

Hasard si le preneur d’otage de Toulouse se réclame d’Al Qaïda et s’appelle Fethi ?

Hasard si les violences entre musulmans de diverses obédiences ont alimenté les faits-divers cette semaine ?

Hasard si ceux qui, à Bruxelles, s’opposent par la violence quand ce n’est pas par l’émeute aux arrestations effectuées par les policiers sont musulmans ?

Hasard si un français se déplace de Paris à Bruxelles, agresse deux policiers et déclare mener son combat dans le cadre du djihad islamique ?

Certes, l’assassin d’Agnès s’appelle Mathieu. Les choses ne sont donc, fort heureusement, pas complètement manichéennes, il y a une majorité de musulmans, d’immigrés ou de descendants d’immigrés paisibles et respectueux des lois et une majorité de Français d’origine paisibles et respectueux des lois.

Néanmoins, on est bien obligés de constater que, si notre civilisation est peu à peu parvenue à discipliner l’être humain à coups de morale, d’interdits, d’entraînement au respect de l’autre et, plus que tout, au respect de la vie, ce n’est pas le cas de la civilisation mahométane fondée sur le coran et les hadith-s de la vie de Mahomet. Tout simplement parce que les enfants qui ont le malheur de naître dans une famille musulmane pratiquante sucent avec le lait de leur mère les sourates proclamant la supériorité des musulmans sur les autres, la répétition ad nauseam de la nécessité de frapper, faire obéir ou tuer Infidèles et mécréants en tous genres et voient dès le berceau Mahomet présenté comme un modèle. Or, qui est Mahomet ? Un chef de guerre qui ne parle que conquête au nom d’Allah des terres non musulmanes, qui n’hésite pas à exterminer des tribus entières de juifs, qui fait fouetter femmes et opposants, qui proclame que apostasie et homosexualité sont passibles de la peine de mort et impose une obéissance absolue au nom d’un Dieu dont il prétend appliquer la volonté.

On est fort loin, vous en conviendrez, de notre civilisation marquée par Socrate, qui cherche à ébranler les opinions fausses par la réflexion et préfère mourir plutôt que de s’enfuir, quand, condamné par un procès inique, il refuse de trahir les lois de son pays ; par Descartes qui enjoint de douter de tout avant tout ; par Jésus qui appelle à pardonner et à accepter l’autre avec ses imperfections et son mode de vie, fût-il contraire à l’enseignement du Christ.

Alors comment s’étonner que les prosélytes de la religion d’Allah qui ont un compte à régler avec eux-mêmes, avec l’autre ou avec la société aient plus de mal que nos jeunes à se maîtriser et n’hésitent pas à tuer ?

On rappellera ici que la politique du gouvernement ne peut que favoriser la naissance et le développement de nombreux Mohamed Merah, Abdallah Boumezaar et autres Fathi ou Souleymane. Taubira se glorifie de la disparition des tribunaux correctionnels pour mineurs. Taubira se glorifie de la disparition prochaine des peines plancher. Si on avait appliqué les peines plancher, les deux gendarmes seraient encore en vie…

Combien faudra-t-il de petits Kilian assassinés pour que notre gouvernement ose répondre à la violence par une violence légitime, seule susceptible de calmer ceux qui ne connaissent que la barbare loi du plus fort ?

Combien faudra-t-il de petits Kilian assassinés pour que notre gouvernement rompe avec la fuite en avant de l’école qui n’est plus républicaine et va l’être de moins en moins en plus avec l’application du programme éducatif de Hollande ?

Marre de voir des petits voyous anti-école traîner leurs guêtres sur les bancs d’un « collège unique » qui refuse d’orienter avant 16 ans (et bientôt 18 ) vers un apprentissage de métier manuel qui les débarrasserait d’une école haïe et qui débarrasserait condisciples et enseignants de contestateurs violents et irrespectueux qui cannibalisent toutes les aides, sans aucun résultat et empêchent, en plus, les autres de progresser. Epouvantable cerise sur le gâteau, ils rackettent, frappent, dealent et cognent à mort dans les toilettes ceux dont la tête ne leur revient pas ou qui osent leur dire non.

Marre de cette école qui n’est pas capable d’imposer sa loi et qui veut, sous prétexte d’égalitarisme et de mixité sociale, enlever des établissements scolaires des quartiers les perturbateurs pour les imposer là où ils seront minoritaires, sans se soucier de mettre en danger les jeunes qui respectent les autres et ceux qui ne sont pas capables de se défendre ?

Marre de cet état d’esprit qui interdit d’enfermer dans des établissements spécialisés sont qui sont des dangers pour autrui !

Marre de voir la France transformée par une immigration majoritairement arabo-musulmane, depuis trente ans, sans intégration, en période de chômage de masse.

Marre de voir l’islam harceler quotidiennement nos principes laïques, avec la complicité des dhimmis de gauche et de droite.

Marre d’avoir peur tous les jours pour nos enfants et petits-enfants.

Marre de voir nos policiers et nos gendarmes désarmés par les juges et la dictature de la bien-pensance.

Marre de sentir les racailles se sentir de plus en plus invulnérables.

Marre de sentir qu’à chaque élection, le poids de l’islam est de plus important, et qu’il a été décisif dans l’élection de Hollande à l’Elysée.

Marre d’une presse qui ne donne les noms des assassins que quand, exceptionnellement, ils s’appellent Mathieu.

Marre de sentir que l’élection de Hollande-Taubira donne l’impression aux voyous que tout leur est désormais permis.

Il nous faut du changement, du vrai. Mais exactement le contraire du changement qu’une Aubry appelle de ses vœux, qui ne peut qu’augmenter le nombre de victimes d’une culture de la violence qui s’implante sur notre sol avec la complicité criminelle nos politiques.

Christine Tasin

Résistance républicaine

 Riposte Laïque

23:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

13 martyrs et 70 blessés sont le bilan sanglant de 6 jours de l'agression sur Gaza - 23/06/2012

 

IRIB-Le Ministère de la Santé a confirmé que l'agression perpétré par les forces occupantes israéliennes sur la bande de la Gaza a fait un bilan sanglant, au cours des 6 derniers jours, augmentant à 13 martyrs et 70 blessés, dont 49 blessés et 21 patients ont souffert de suffocation.

Le Dr Achraf el-Koudra, le porte-parole du ministère, a déclaré dans un communiqué, le samedi matin 23/6, a souligné que l'agression commis par l’occupant, depuis le lundi, sur la bande de Gaza pour le sixième jour d'affilée - a visé directement des civils non armés.

 Il a souligné que tous les raids effectués par les forces armées  occupantes ont pris pour cible des quartiers et des rues achalandées de la circulation des citoyens, tuant 13 citoyens, dont deux enfants et un infirmier, ainsi que 49 citoyens qui ont été blessés, dont 5 enfants et 3 femmes et un infirmier.

En attirant l’attention à l’utilisation des armes interdites au niveau international, Koudra a ainsi souligné que les éléments des équipes médicales ont également été blessés, et suffoqués, jeudi matin, en raison de l'inhalation de gaz toxiques quand ils ont récupéré les corps des martyrs.

 
Irib
 
ALTERINFO.COM - 23/06/12

 

21:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Florian Philippot: "La dédiabolisation du FN est achevée" - LCP

22/06/12

20:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Plaidoiries bouleversantes des parties civiles au procès des parents de Marina

 

Le Monde.fr | 22.06.2012 à 21h06 • Mis à jour le 22.06.2012 à 21h06

Par Patricia Jolly

 

Devant la cour d'assises de la Sarthe où sont jugés depuis le 11 juin Virginie Darras, 33 ans, et Eric Sabatier, 40 ans, pour "actes de torture et de barbarie ayant entraîné la mort" de leur fille Marina, 8 ans, et "dénonciation d'infraction imaginaire", Me Olivier Godard a ouvert les plaidoiries bouleversantes des parties civiles, vendredi 22 juin. L'avocat qui porte la voix des frères et sœurs de la fillette, morte des suites des coups portés par leurs parents en août 2009, les a décrits comme des "bouts de chou bâillonnés, robotisés et instrumentalisés". Ces quatre enfants aujourd'hui âgés de 13 à 4 ans sont parties civiles mais absents du procès en raison de leur jeunesse. Et ils peinent à trouver leurs marques hors de l'infernal huis clos familial qu'ils considéraient comme "normal", selon les éducateurs qui les suivent.

"Ils ont un besoin terrible de dire ce que Marina a toujours tu, ces spectateurs impuissants du calvaire de leur sœur, ces figurines exposées dans la vitrine d'une famille ordinaire, a expliqué Me Godard. Ils s'interdisent d'être victimes car [ce qu'ils ont vécu] leur paraît dérisoire au vu de ce que Marina a souffert, et ils culpabilisent toujours [de n'avoir pas parlé]." L'avocat a rappelé les "2 000 journées de calvaire" de la petite fille - dont il a été établi qu'elle était martyrisée depuis l'âge de deux ans et demi -, l'humiliation, les privations, "jusqu'à cette nuit où elle a été frappée à mort". "J'ai longtemps cherché, a-t-il soufflé, mais dans l'enfer de Marina, je n'ai trouvé qu'un démon à deux têtes."

Le conseil s'est alors approché du box des accusés. "Marina vous vouait un amour aveugle et vous avez été en permanence aveugles à cet amour, a-t-il lancé aux parents. Elle vous aimait tellement qu'elle vous protégeait. Vous deviez la vérité à la mémoire de votre fille, mais vous vous taisez pour vous protéger."

Les parents de la petite n'ont pas réagi. Eric Sabatier, escogriffe de 2 mètres souvent très agressif à l'audience, n'a jamais apporté la moindre explication à ses actes. "Je suis un monstre", s'est-il contenté de répéter. A l'isolement depuis le début de sa détention, il a dit, jeudi, avant les plaidoiries des parties civiles, rencontrer un aumônier "une fois par semaine".

Virginie Darras, 1,58 m, n'a cessé de pleurer sans s'expliquer non plus pendant ces neuf journées de débats. Elle aurait récemment "retrouvé la foi" en prison. Depuis, a-t-elle révélé dans un stupéfiant lapsus, elle parvient à prier "pour me demander pardon".

DYSFONCTIONNEMENTS DES SERVICES SOCIAUX

Me Pierre-Olivier Sur, avocat, avec Me Clémence Witt, d'Innocence en danger - une des quatre associations de protection de l'enfance parties civiles au procès -, a qualifié le couple Darras-Sabatier d'"à peu près normal". "Pour eux, Marina était un doudou à l'envers, a-t-il estimé. Ils avaient besoin d'elle pour la détruire et c'est de cette destruction que se consolidait leur relation."

Conseil de L'enfant bleu-Enfance maltraitée, Me Vanina Padovani a pointé la faillite des institutions, et plus particulièrement celle du conseil général de la Sarthe destinataire de deux signalements concernant Marina en 2008 et en 2009. Le service d'aide sociale à l'enfance (ASE) qui en dépend n'a déclenché qu'une enquête sociale très tardive. L'avocate a réclamé "la création d'un droit d'ingérence des travailleurs sociaux dans les maisons lorsqu'il y a un signalement", et la multiplication des "unités d'accueil médico-judiciaires".

Entendue dans une de ces structures spécialisées - dont une à été créée au Mans depuis l'affaire - , la fillette aurait pu être sauvée, a estimé l'avocate. "Son comportement gestuel et son rire métallique auraient alors pu être analysés par des professionnels", a expliqué Me Padovani, faisant référence à la vidéo projetée à l'audience d'une audition de l'enfant par les gendarmes dans le cadre d'une enquête classée sans suite, faute d'éléments probants, par le parquet du Mans, en octobre 2008. "Des fonctionnaires frileux ont mal évalué la situation de danger dans laquelle se trouvait Marina", a déploré l'avocate.

"MARINA EST MORTE À LA NAISSANCE"

Me Anastasia Pitchouguina, conseil de la sœur d'Eric Sabatier et de l'association La voix de l'enfant, a insisté sur la responsabilité conjointe des parents de Marina dans les faits qui ont entraîné la mort de la fillette. "Vous n'avez eu de cesse de rejeter la faute l'un sur l'autre, sur vos familles, votre passé, votre enfance, mais Virginie Darras et Eric Sabatier ont toujours agi à deux, a-t-elle lancé aux accusés qui, au temps de leur vie commune, s'affublaient des surnoms respectifs de 'mon diable' et 'ma diablesse'. Ce sont vos coups, votre acharnement à tous les deux qui ont fini par tuer Marina."

Pour l'association Enfance et Partage, Me Rodolphe Costantino a rappelé que "Marina est morte à la naissance". Séparée d'Eric Sabatier à l'époque, Virginie Darras avait en effet accouché sous X affirmant que la fillette était décédée. Avant de la récupérer un mois plus tard et de reprendre la vie commune avec le père de l'enfant... "Virginie Darras ne voulait pas de cette enfant qui symbolisait l'échec de son couple, a tonné Me Costantino. Marina était une tache indélébile dans la vie de cette femme, inscrite sur une page du livret de famille qu'il aurait fallu pouvoir déchirer. Et Eric Sabatier n'a pas trouvé sa place de père, car leur relation était claudicante."

Selon l'avocat, "les tortures infligées étaient une communion, les souffrances de Marina une jouissance partagée" pour le couple. "Ils se sont unis dans le sadisme jusqu'à la déraison, jusqu'à l'abomination, jusqu'au meurtre, a-t-il poursuivi. Ni la présence de leurs autres enfants, ni la crainte d'être découverts, ni les suppliques de Marina, ni ses blessures [ne les ont arrêtés]. C'était plus fort que tout. Il y avait leur histoire, et Marina n'a jamais rien été."

UNE "DÉLIVRANCE"

Juste avant les plaidoiries, la cour présidée par Denis Roucou avait donné lecture de SMS échangés par le couple étayant l'hypothèse de Me Costantino. Le 30 août, dans la perspective d'un énième déménagement pour échapper à la vigilance des enseignants de plus en plus curieux de leurs enfants, Eric Sabatier avait notamment pianoté à Virginie Darras : "Je t'aime. Enfin, une maison pour être heureux avec notre petite famille..." Le corps de Marina, leur fille aînée, était alors recroquevillé depuis trois semaines dans un carton, au fond du congélateur familial.

Dos à une salle d'audience en larmes, Me Costantino a conclu que Marina est "de ces enfants dont on se réjouirait presque de la mort, parce que celle-ci est une délivrance". "Elle est passée de vie à trépas dans le silence et dans le froid, a-t-il martelé. Elle est morte comme elle est née. Toute seule."

Le réquisitoire de l'avocat général Hervé Drevard et les plaidoiries de la défense sont prévues lundi 25 juin. Le verdict est attendu mardi 26 juin. Les accusés encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

Patricia Jolly

20:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Killian, collégien de 13 ans, est mort sous les coups de Souleymane, 16 ans

http://www.defrancisation.com/rennes-le-collegien-blesse-...

 

+ AUDIO  RTL

 

"Il riait dans les couloirs, il disait bien « je l’ai mis K.O », il rigolait. (…) On a l’impression qu’il y avait un désir de tuer, une volonté de tuer."

 

 

23/06/12

19:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17)