Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1154

  • Lettre ouverte de Bernard-Henri Lévy à François Hollande sur la Syrie

    L'écrivain français Bernard-Henri Lévy interpelle François Hollande sur la nécessité pour la France de "prendre l'initiative en Syrie", dans une lettre ouverte publiée dans plusieurs médias européens ce mercredi 30 mai 2012.

    "La France fera-t-elle, pour Houla et Homs, ce qu'elle a fait pour Benghazi et Misrata [en Libye] ?", interroge l'écrivain, quelques jours après qu'une centaine de personnes, dont une cinquantaine d'enfants, ont été massacrés à Houla, dans le centre de la Syrie.

     

    "Userez-vous de votre crédit personnel considérable, et de celui de notre pays, pour revenir vers nos alliés d'hier et, avec eux, avec la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, la Ligue arabe, la Turquie, décider d'une stratégie allant au-delà d'un soutien sans faille à la mission Annan ?" demande BHL, qui a participé à convaincre Nicolas Sarkozy de s'engager, diplomatiquement puis militairement, dans le conflit libyen.

     

    La lettre doit paraître dans plusieurs médias européens, dont Le Point, Il Corriere della Sera, El Pais, Die Welt, Espressen, ainsi que The Huffington Post. "Je sais, Monsieur le Président, que vous avez d'autres urgences (...). Mais qu'est-ce qui était le plus urgent : aller en Afghanistan préparer le retrait anticipé de nos troupes ou prendre l'initiative en Syrie ?" écrit BHL. Sauver l'euro, ce sont des obligations impérieuses - mais sauver un peuple ? Et en quoi le drame grec empêche-t-il de décrocher le téléphone pour, comme le fit votre prédécesseur, convaincre vos homologues russe et chinois que leur soutien aveugle au terrorisme d'État syrien les déshonore et les affaiblit ?"

    Crif - 30/05/12

  • Trafic d'organes au Kosovo; un suspect arrêté en Israël

    TEL AVIV - 29 mai - RIA Novosti

    La police israélienne a confirmé l'arrestation de l'un des principaux suspects de "l'affaire Medicus", du nom de la clinique de Pristina tristement célèbre pour ces pratiques médicales, rapporte mardi le correspondant de RIA Novosti.

    "La cour a prolongé à neuf jours l'arrestation de Moshe Harel, résident de la ville Ramla né en 1950", a fait savoir le porte-parole de la police israélienne Alex Kagalsky.

    Harel a été arrêté avec plusieurs autres personnes soupçonnées d'implication dans le trafic international d'organes humains. Jusqu'à présent, leurs noms n'ont pas été divulgués.

    Selon M.Kagalsky, les détenus devront faire face à plusieurs chefs d'accusation (lésions corporelles graves, traite humaine, escroquerie et évasion fiscale).

    D'après les enquêteurs, l'Israélien Moshe Harel a été chargé de recruter les donneurs d'organes et de les faire venir au Kosovo. Au total, plus de trente prélèvements de reins et transplantations ont été opérés illégalement dans la clinique Medicus. Les fraudeurs promettaient des dizaines de milliers d'euros aux donneurs d'organes, mais ces sommes n'ont jamais été versées.

    Parmi les victimes de ces "transplantations clandestines" figurent des ressortissants de Russie, du Kazakhstan, de Moldavie, d'Azerbaïdjan, de Turquie et de différents pays d'Europe orientale et d'Asie.

  • Hollande dîne vendredi avec Poutine avec, au menu, Syrie et coopération bilatérale

    Deux semaines après son investiture, François Hollande reçoit vendredi Vladimir Poutine pour jeter les bases de la nouvelle relation franco-russe et avec l'ambition d'infléchir le soutien jusque-là inflexible de Moscou au régime du Syrien Bachar al-Assad.

    Initialement, la première rencontre entre les deux présidents fraîchement élus avait été fixée au sommet du G8, il y a dix jours. Un rendez-vous manqué, car le président russe a délibérément boudé le grand raout organisé par son homologue américain, Barack Obama, et s'y est fait représenter par son Premier ministre, et prédécesseur au Kremlin, Dmitri Medvedev.

    Décidés à soigner leurs liens, le Français et le Russe ont rapidement reprogrammé leur prise de contact et convenu, donc, de faire connaissance vendredi soir à l'Elysée à la faveur d'un dîner.

    Imposé par l'actualité, son plat de résistance sera largement syrien. Et François Hollande a clairement exposé le discours qu'il comptait y tenir à son invité, qui bloque depuis des mois, comme la Chine, toute sanction des autorités syriennes par le conseil de sécurité des Nations unies.

    "C'est lui pour l'instant, avec la Chine, qui est le plus en retrait par rapport à ces questions de sanctions. Eh bien, nous devons le convaincre que ce n'est pas possible de laisser le régime de Bachar al-Assad massacrer son propre peuple", a résumé le président mardi soir sur France 2.

    Dans la foulée de l'émotion suscitée dans le monde entier par les massacres de Houla (centre de la Syrie), qui ont fait vendredi 108 morts dont 49 enfants, Paris espère, comme Washington, convaincre Moscou d'assouplir sa position.

    Interpellé en France par le philosophe Bernard-Henri Lévy, qui l'a exhorté dans une lettre ouverte à "prendre l'initiative" en lui rappelant l'exemple de son prédécesseur Nicolas Sarkozy en Libye, François Hollande a durci le ton envers Damas en annonçant, de concert avec d'autres capitales, l'expulsion ce mercredi de l'ambassadrice de Syrie en France.

    Et mardi soir sur France 2, il a même évoqué, pour la première fois, l'hypothèse d'une intervention militaire étrangère en Syrie, sous condition toutefois d'un mandat explicite de l'ONU.

    "Il ne faut pas que Bachar al-Assad puisse jouer sur l'impuissance et la division de la communauté internationale et que celle-ci fasse bloc derrière le plan de Kofi Annan", explique un diplomate de l'entourage du président, "c'est pour cela que François Hollande veut dialoguer avec la Russie et la Chine".

    Mais, avant même le rendez-vous franco-russe, la Russie a battu froid les espoirs français. Le ministère russe des Affaires étrangères a jugé mercredi "prématuré" l'examen de toute "nouvelle mesure" au conseil de sécurité et même considéré comme "contreproductif", le renvoi des ambassadeurs syriens.

    Hormis ce dossier urgent, le dîner de vendredi doit permettre au nouveau président français de donner le "la" de la relation qu'il souhaite nouer avec son homologue russe. Une relation qu'il veut "confiante, équilibrée, franche et directe", selon son entourage.

    Après des débuts difficiles, la Russie a entretenu un contact excellent avec Nicolas Sarkozy, illustré par la vente, inédite et controversée, de matériel militaire français, quatre porte-hélicoptères, à la Russie.

    C'est donc avec circonspection que le Kremlin a d'abord accueilli l'élection d'un François Hollande qui avait critiqué les félicitations adressées par son prédécesseur après l'élection contestée de Vladimir Poutine.

    Mais l'ambiguïté a été rapidement levée par deux conversations téléphoniques dans lesquelles les deux hommes se sont engagés à poursuivre la "coopération stratégique" entre leurs deux pays. Le Français défendra donc, auprès de son invité, sa priorité pour la croissance économique et n'oubliera pas, promet son entourage, la question de droits de l'Homme.

    Le Nouvel Obs - 30/05/12

  • L'Ecole Centrale de Paris fait dans la "Diversité"

    Posté par le 30 mai 2012

     

    Sans commentaire !

      "Centrale" est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel

  • La terre tremble toujours au nord-ouest de l'Italie - 14 000 Italiens hébergés dans des abris de fortune

    sans-titre.png italien.png

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/seisme-en-italie-41-repliques-enregistrees-dans-la-nuit-30-05-2012-2023980.php

     

  • Violente agression à Valence: la police identifie l'agresseur mais pas la victime

    Rédacteur : Damien le 29 mai 2012 à 9:46 

     

     

    (…) Le 12 mai dernier, à 0 h 20 on distingue une jeune fille qui marche sur le trottoir du boulevard, en direction du Nord.

    Elle est seule et est abordée par un jeune homme de race noire, de corpulence athlétique vêtu d’un haut noir (tee-shirt) d’un pantalon blanc et d’une casquette blanche.

    Cet individu l’aborde puis tente de lui bloquer le passage, lui tire le bras puis les cheveux et la stoppe. Tout à coup, sans raison apparente, alors que la jeune fille tente seulement de s’esquiver, il lui met un grand coup-de-poing au visage et rejoint son groupe assis sur le banc, derrière le Pôle Bus. La jeune victime prend alors la fuite.

    Cet individu a été identifié. La jeune fille non. (…)

    Prendre contact avec la Sûreté départementale du commissariat de Valence. Groupe de voie publique : 04 75 82 22 37 ou standard 04 75 82 22 22.

    Suite et source : Le Dauphiné

    merci à Francia

    Défrancisation

  • 7 ans après, l'esprit du 29 mai 2005 se retrouve dans le Rassemblement Bleu Marine

    Posté par le 29 mai 2012

     

    Communiqué de Florian Philippot, porte-parole national de la campagne Rassemblement Bleu Marine

    Il y a sept ans exactement, le 29 mai 2005, le peuple français courageusement rejetait par référendum la Constitution européenne que ses élites politiques, médiatiques et financières voulaient lui imposer.

    Malgré cette décision de bon sens, motivée par l’amour de la France et la volonté de préserver notre modèle social, ces mêmes élites autoproclamées n’ont jamais cessé depuis d’entraîner de force la France toujours dans la même direction.
    D’abord en faisant scandaleusement voter par le parlement cette Constitution européenne pourtant refusée, puis en engageant notre pays dans de nouveaux transferts de souveraineté. Le dernier Traité, signé par Nicolas Sarkozy, et bientôt accepté presque à l’identique par François Hollande, consacre la fin de notre souveraineté budgétaire et la mise en place d’une Europe punitive.

    Ces folies européistes coûtent très cher à notre peuple : plus cette Europe avance, toujours contre les peuples, plus l’économie de notre continent s’enfonce. Plus la démocratie s’efface. L’euro est un échec dramatique. Les plans de renflouement des pays de la zone euro aggravent notre dette, et produisent partout une effroyable austérité. On nous annonce pour bientôt les eurobonds, qui nous obligeraient à payer encore plus pour les autres, sans aucun résultat. Les nations n’ont plus leur mot à dire, et les banques gouvernent avec les technocrates non élus.

    Le peuple français doit reprendre le combat face à l’idéologie européiste de la Caste.

    La victoire du non le 29 mai 2005 montre que tout est possible, malgré toutes les pressions et la coalition de toutes les puissances d’argent. Les Français veulent la France, ils veulent des protections intelligentes aux frontières pour la réindustrialiser, ils veulent la liberté et la souveraineté, ils veulent une Europe utile, l’Europe des grands projets entre les nations souveraines. Seul le Rassemblement Bleu Marine incarne cette espérance, cet esprit du 29 mai.

  • G.O.F.

    sans-titre.png; GO.png

  • Vote des étrangers

    sans-titre.png vote des étrangers.png

  • La Lithuanie identifie ses nationaux soupçonnés de participation à la Shoah

    sans-titre.png lituanie.png

    La Lituanie a identifié un millier de ses nationaux soupçonnés d'avoir tué des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale, selon une étude en cours, a annoncé la responsable du Centre de recherche sur le génocide et la Résistance à Vilnius.

     

    "Les historiens ont retenu 4.268 noms mentionnés publiquement. Selon notre enquête, cette liste se réduit à 1.034 personnes", a déclaré Terese Birute Burauskaite (photo), soulignant cependant que ce chiffre pourrait doubler quand l'étude sera terminée, fin 2013. "Nos chercheurs pensent qu'il pourrait y avoir environ 2.000 personnes qui ont tué des Juifs" en Lituanie, a-t-elle ajouté.

  • Dieudonné indésirable à Marseille

    La mairie de Marseille a demandé, samedi 26 mai 2012 à la préfecture de parer aux troubles à l'ordre public que pourrait occasionner la venue, mercredi 30 mai prochain, de l'humoriste controversé Dieudonné, qui n'est "pas désirable" dans la ville, a-t-elle indiqué, après que l'interdiction d'un spectacle à Montpellier eut été retoquée par la justice. "Dieudonné n'est pas désirable dans la mesure où Marseille est une ville de tolérance et de solidarité, alors qu'il fait le lit des extrêmes.

    Nous sommes en période électorale et il vient pour provoquer, a déclaré Caroline Pozmentier (photo), adjointe au maire chargée de la Sécurité et de la Prévention de la délinquance. "Nous n'avons pas besoin d'un individu comme celui-ci, mais les moyens de nous opposer à un tel spectacle ne sont pas garantis après ce qui s'est passé à Montpellier. J'ai demandé au préfet de faire le nécessaire par arrêté en cas de troubles à l'ordre public ou de risque de troubles. On va suivre le dossier de très près", a ajouté l'élue UMP.

     

    NdB: Dieudonné est-il condamné à la mort civile?

     

     

     

     

     

     

  • Un couple de Guinéens jugés pour avoir fait exciser leurs quatre filles

    Un couple de parents guinéens est jugé ce mardi 29 mai devant le tribunal de Nevers, dans la Nièvre, pour avoir fait exciser leurs 4 filles. Et si l'avocat de la défense veut expliquer le contexte culturel, les associations demandent une sanction exemplaire.

    Ils ne savaient pas que c’était interdit en France. Voilà l’argument avancé par les parents des quatre jeunes filles excisées. Placés sous contrôle judiciaire après la découverte à l’hôpital de la mutilation des deux ainées, ils risquent jusqu’à 15 ans de réclusion criminelle.

    En France, on dénombre 50.000 femmes excisées, émigrées ou nées sur le territoire. Elles seraient 140 millions dans plus de trente pays à travers le monde. Souvent justifiées par des raisons religieuses, c’est surtout l’ignorance des dangers et de la souffrance qui est à l’œuvre.

    À Nevers, les quatre jeunes filles déclarent ne se souvenir de rien. Elles ne se sont pas portées partie civile. L’expertise psychologique des deux filles cadettes conclut à une soumission totale à l’autorité familiale.

    BFMTV - 29/05/12

  • Dîner au bord de la mer

    photo.JPG   EB verres rosé.JPG

    photo.JPG   EB.JPG

    Saint-Cyr-les-Lecques (Var)

    (Photos EB)

  • Christine Lagarde, elle non plus, ne paie pas d’impôts !

     

     

     

    C’est le principe de l’arroseur arrosé. Dans une interview au "Guardian", Christine Lagarde a indiqué que "les Grecs devraient commencer par s’entraider collectivement", en "payant tous leurs impôts". Des propos qui ont entraîné une vive polémique en Europe. Mais, en ce lundi, on apprend que la patronne du FMI ne paie pas d’’impôts sur le revenu. Petite explication.

    L’information fait tache : "protégée" par son statut de fonctionnaire international, Christine Lagarde ne paie pas d’impôts sur le revenu, comme l’a révélé le site Internet "Tout sur les impôts".

    L’information circule d’autant mieux sur les réseaux sociaux que la patronne du Fonds monétaire international (FMI) a déclenché, en fin de semaine passée, une polémique avec ses propos sur les Grecs et le paiement de leurs impôts. Voici ce qu’elle a, en effet, déclaré au journal britannique "The Guardian" : "Les Grecs devraient commencer par s’entraider collectivement", et ce, en "payant tous leurs impôts". Elle s’est, par ailleurs, dite moins préoccupée par leur sort que par celui des enfants d’Afrique...

    Mélenchon réclame sa démission

    Des propos qui ont donc été critiqués. On peut, notamment, citer Jean-Luc Mélenchon, ex-candidat du Front de Gauche à la présidentielle : "De quel droit parle-t-elle de cette façon aux Grecs ? Ce sont des propos indignes. S’il y avait une morale politique, Mme Lagarde devrait s’en aller du poste qu’elle occupe". François Bayrou, président du MoDem, s’en est, lui aussi, pris à l’ex-ministre française de l’Economie en évoquant des "propos extrêmement choquants".

    Un salaire de 380.939 € en 2011

    Le site "Tout sur les impôts" a donc divulgué que son salaire, qui se serait élevé à 380 939 € en 2011 (dont 57 829 € de frais de représentation), n’était pas soumis à l’impôt sur le revenu, compte tenu de "son statut de fonctionnaire bénéficiaire de revenus issus d’une organisation internationale". Chose confirmée par le site "France Diplomatie".

    Et, on vous l’assure, les réseaux sociaux s’en donnent à coeur joie. Petits extraits : "Polémique : Christine Lagarde, elle non plus, ne paie pas d’impôts" ; "Faites ce que je dis, pas ce que je fais..." ; "Pour les amateurs fiscaux, je rappelle que sur ses 550 000 $ de revenus, Christine Lagarde paie 0 $ d’impôts...". Et cela ne fait que quelques heures que l’information circule...

    Egalité & Réconciliation