Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2016

VIDEO - Juppé et les islamistes

Excellent! A voir!

03:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Vladimir Poutine et Donald Trump s'appellent pour parler de leurs relations et de la Syrie

 

 
 

Le chef d'Etat russe et le président élu américain ont eu leur première conversation téléphonique. Au menu, les futures relations diplomatiques entre les deux pays ainsi que le sujet de la guerre en Syrie. Le Kremlin évoque une convergence de vues.

Le président élu et le chef d'Etat russe se sont parlé au téléphone pour la première fois. Vladimir Poutine et Donald Trump ont convenu de l'importance d'établir une base solide pour leurs relations bilatérales, et ce en développant les liens commerciaux et économiques entre les deux pays, a indiqué le service de presse du Kremlin.

Les deux dirigeants ont affirmé par ailleurs la même volonté d'«unir leur efforts pour combattre le même ennemi numéro un : le terrorisme international et l'extrémisme».

Sur la question plus précise de la guerre en Syrie, Donald Trump a fait connaître durant la campagne son souhait de combattre les terroristes islamistes sans ambiguïté, c'est-à-dire en soutenant le gouvernement de Bachar el-Assad, une position qu'il a réitérée après l'élection : «J'ai eu un point de vue opposé à beaucoup de personnes concernant la Syrie. Mon approche est que la Syrie combat Daesh et que nous devons nous débarrasser de Daesh», et, d'ajouter que bien que «n'aimant pas du tout [le dirigeant syrien], soutenir son gouvernement est le meilleur moyen de contenir l'extrémisme qui a prospéré dans le chaos de la guerre civile».

Lire aussi : La flotte russe prête à bombarder les djihadistes à Alep depuis la Méditerranée

Le président russe pour sa part avait déclaré juste après l'annonce de la victoire de Donald Trump que la Russie était «prête à restaurer les relations en plein format avec les Etats-Unis. «Nous comprenons que le chemin de la normalisation des relations entre les Etats-Unis et la Russie ne sera pas facile mais nous sommes prêts à remplir notre part», a déclaré Vladimir Poutine le 9 novembre 2016.

 

Le président de la Douma – le parlement russe – Vyacheslav Volodine faisait part ce 13 novembre de son optimisme quant à une amélioration des relations entre la Russie et les Etats-Unis : «Si Trump tient ses promesses, cela changera de façon radicale la situation», a-t-il ainsi déclaré dans une interview à la chaîne russe NTV, «Poutine et Trump ont de très nombreux points communs».

02:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Donald Trump veut expulser près de trois millions d’immigrés clandestins

Capture.GIF Trump.GIF

Partager sur Facebook Tweeter

 

14/11/2016 – ÉTATS-UNIS (NOVOpress)
Donald Trump est revenu dimanche sur son engagement de construire un mur à la frontière entre les États-Unis et le Mexique pour empêcher l’immigration illégale, lors de sa première interview télévisée depuis son élection.

Interrogé par la chaîne CBS, il a expliqué que, sur certaines parties, le mur pourrait en réalité être une clôture. Il a aussi abordé le sujet de l’expulsion des clandestins.

Ce que nous allons faire, c’est renvoyer les criminels, les personnes ayant des casiers judiciaires, les membres de gangs, les trafiquants de drogue, sans doute deux millions de personnes mais peut-être même trois. Nous allons les faire sortir de notre pays ou les incarcérer. Ils sont ici illégalement.

 

 

 

 

02:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Twitter: Marion Le Pen répond oui à l'invitation de Stephen Bannon

Capture.GIF Marion Bannon.GIF

02:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO - Robert Ménard: l'immigration dépâsse le seuil de tolérance

http://www.fdesouche.com/789241-robert-menard-immigration...

01:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

VIDEO - Trump veut expulser deux à trois millions de criminels clandestins

01:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Présidentielles US : Trump et le « choc en retour » de l’homme blanc

thumb.jpg écran télé.jpg

 

Télécharger en PDF et imprimer
 

Jean Bonnevey, journaliste ♦

La victoire du grand blond présenté comme raciste et misogyne est tout d’ abord une balle dans la tête du politiquement correct dont les Usa étaient la terre promise. C’est une excellente nouvelle pour les esprits libres et critiques.

Cela prouve une fois de plus mais à l’échelle d’un pays continent, première démocratie et puissance du monde, que les médias et les oligarques des démocraties libérales qui savent tout ne comprennent rien. Leur expertise est discréditée, c’est une excellente nouvelle. Encore une fois cependant, ils expliquent, péremptoires, ce qu’ils ont été incapable de comprendre.

Nos journalistes et sondeurs ne peuvent admettre qu’un représentant de l’homme blanc, mâle, soit élu. Ils sont giflés en pleine face par le blacklash,  le choc en retour. Que le vivre entre nous comme avant, l’emporte sur le vivre ensemble présenté comme l’avenir. Sont-ils stupides- certains oui et très nombreux- mais la plupart sont aveuglés par leurs préjugés considérés comme des valeurs. Ainsi l’Amérique des ouvriers, des sudistes, des oubliés,des porteurs d’armes a mis à terre par ko Hollywood, les artistes et les propagandistes de la drogue et de l homosexualité.

L’Amérique post raciste d’Obama a voté selon des critères largement raciaux.

L’Amérique n’aura donc pas sa première présidente femme, une aigrie artificielle et fausse, candidate de la banque internationale et des faucons. C’est une bonne nouvelle. Elle a mobilisé les hispaniques mais moins que prévue et a perdu énormément de votes noirs. Même les femmes se méfiaient d’elle. Elle a été incapable de mobiliser et d’attirer des sympathies populaires. Lady Gaga heureusement ce n’est pas l Amérique.

Pour le premier président noir, ce vote d’un candidat soutenu par les suprématistes blancs est un camouflet. Son engagement, celui de sa femme font de la fin de sa présidence un échec.

Pour l’islamisme radical et meurtrier, la victoire de Donald Trump est une mauvaise et nouvelle donc une bonne pour nous.

Quand au président Hollande toujours mal inspiré, il a critiqué Trump et souhaité la victoire de Clinton. Quelle connerie. Déjà il avait Poutine sur le dos, maintenant il a Trump aussi sans parler des Anglais.

Les relations en revanche avec Poutine vont s’améliorer ; c’est une bonne nouvelle pour la paix et la coalition internationale contre le prétendu émirat des sectateurs de Mahomet.

Le seul danger porte sur le coté imprévisible, peut-être mais pas sûrement, de Trump.

Pour le reste, l’échec de l’Amérique interlope et mondialiste par rapport à l’Amérique historique enracinée est pour l’idéologie dominante une catastrophe et pour les patriotes des nations et des peuples dans le respect des différences une excellente nouvelle électorale.

METAMAG

00:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

14/11/2016

Plus de 2000 "migrants" relocalisés en France depuis la Grèce

http://www.leparisien.fr/societe/plus-de-2000-migrants-re...

+ vidéos

23:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

JOURNAL TVLibertés DU 14/11/16

A voir absolument

21:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Arzon (56) : Un migrant fraîchement débarqué de Calais accusé d’agression sexuelle sur une femme de 67 ans (MàJ)

arzon_migrants-1.jpg viol soudanais.jpg

 

20h24

A peine arrivé à Arzon, un migrant d’origine soudanaise, se déclarant âgé de 16 ans, aurait agressé sexuellement une femme, le jeudi 10 novembre 2016. Des faits passés sous silence par les autorités, mais dont Breizh-info a pu obtenir la confirmation . Il était accompagné de deux autres individus, des Soudanais également.

 

La femme était en train de décharger son véhicule, lorsque le « réfugié » se serait jeté sur elle, lui aurait touché les seins, en essayant de l’embrasser. Il aurait par ailleurs exhibé son sexe avant que la victime réussisse à prendre la fuite.

(…) Breizh Info

sur les réseaux sociaux, un appel à manifester demain, lundi 14 novembre, a été lancé par des internautes. «Une femme agressée sexuellement en Bretagne par des « migrants » (dont la population ne souhaite pas la présence), c’est une agression de trop! L’Etat ne gère absolument pas de façon sérieuse cette crise migratoire, par conséquent, nous vous donnons rendez vous demain, lundi 14 novembre à 20h30 devant la mairie d’Arzon pour, qu’enfin, le Peuple se fasse entendre! » peut on lire sur la page « pas de migrants en Bretagne ».

(…) Breizh Info

03:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le New York Times s’excuse et reconnaît avoir été malhonnête

1611140530450113.jpg

 

1h26

Dans une lettre à ses lecteurs, l’éditeur du New York Times Arthur Sulzberger Jr. s’excuse que l’icône emblématique du journalisme de gauche ait été malhonnête dans sa couverture de la campagne de Donald Trump.

 

«Nous entendons nous recentrer sur la mission fondamentale du journalisme du Times promet Sulzberger, et qui consiste à rapporter honnêtement ce qui se passe en Amérique et dans le monde, sans crainte ni faveur.» [...]

Dans sa lettre, Sulzberger le reconnaît, en promettant à ses abonnés que désormais son «journal va s’efforcer de comprendre toutes les perspectives politiques». [...]

La lettre aux abonnés est signée par Sulzberger et le directeur exécutif du journal, Dean Baquet, car le quotidien new-yorkais a été durement touché dans sa réputation et au portefeuille lorsqu’il a, par exemple, inventé les premières histoires de femmes se plaignant de Donald Trump, lesquelles, dès le lendemain, téléphonaient aux radios du pays pour dire qu’elles n’avaient jamais dit ça au journaliste, et qu’au contraire avaient couvert Trump de compliments !

Sulzberger conclut en promettant «vous pouvez comptez sur le New York Times pour couvrir avec honnêteté et indépendance le nouveau président et son équipe.» [...]

Dreuz.info

02:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Stephen Bannon (ex-Breitbart.com) nommé directeur stratégique de l’équipe Trump (màj vidéo)

http://www.fdesouche.com/789101-stephen-bannon-ex-breitba...

Déroulez et lire les tweets

02:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

L'élection de Donald Trump réjouit les partis européens nationalistes

02:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Steve Bannon, bras droit de Donald Trump, courtise Marion Maréchal-Le Pen

1611132044500097.jpg

lead_960.jpg  Steve Bannon.jpg

Steve Bannon, 62 ans

 

16h21

La nièce de Marine Le Pen est d’accord pour travailler avec l’influent conseiller du président élu, qui ne tarit pas d’éloges sur elle.

 

« La nouvelle étoile montante ». Quand il s’agit d’évoquer Marion Maréchal-Le Pen, Steve Bannon n’est pas avare de compliments. Cité par LCI vendredi 11 novembre, le très radical directeur de l’équipe de campagne (et potentiel futur « premier ministre ») de Donald Trump a fait part de son intérêt pour la France.

Ex-patron du site d’ultra-droite Breitbart News, il a visiblement encore des projets pour le média qu’il souhaiterait développer dans l’Hexagone, rapporte LCI. « Nous pensons que la France est l’endroit où il faut être », selon Steve Bannon, qui évoque « ses jeunes entrepreneurs » et… « les femmes de la famille Le Pen ».

Visiblement, il pense surtout à Marion Maréchal-Le Pen quand il évoque ces « femmes ». Et l’intéressée a reçu le message 5 sur 5 puisqu’elle a partagé l’article de LCI sur Twitter ce samedi 12 novembre, écrivant en anglais puis en français: « Je réponds oui à l’invitation de Stephen Bannon, directeur de la campagne Trump, à travailler ensemble ». [...]

Huffington Post

Merci à Simon_McKay

01:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Attentat du 13 novembre : les neuf terroristes étaient arrivés en Europe en tant que réfugiés (Der Spiegel)

1611140113580084.jpg terroristes.jpg

 

20h46

Tous les neuf auteurs de l’attaque de Paris, il y a un an, étaient arrivés camouflés en tant que réfugiés en Europe. Ce n’est pas un hasard : d’après les services secrets, des combattants de l’État islamique préparent spécifiquement des candidats aux procédures d’asile.

 

Der Spiegel (Traduction FDS)

 

00:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Quand le journaliste Jean-Michel Apathie propose de raser le château de Versailles

 

58281842c461882c038b467a.jpg

 

Le journaliste vedette passé par les plus grands médias français (RTL, Europe1, Canal+) a créé une immense polémique après avoir suggéré de «raser le château de Versailles», symbole selon lui d'un passé révolu. Sur la toile, c'est l'indignation.

Invité sur la chaîne Public Sénat, l'éditorialiste s'est laissé aller à une colère pour le moins démesurée. Particulièrement contrarié par la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis, il n'a pas hésité à faire le lien avec la France qui serait selon lui en proie au populisme.

Arrêtons de cultiver la grandeur de la France, devenons réalistes

Pour Jean-Michel Apathie, la France devrait oublier sa grandeur et sa tradition d'indépendance sur la scène internationale pour se rapprocher définitivement de l'idée mondialiste à l'anglo-saxonne. Pour ce faire, le journaliste propose une méthode radicale et qui a fait rire et s'indigner beaucoup d'internautes. En effet, Jean-Michel Apathie souhaiterait tout bonnement détruire le passé glorieux de la France, symbole d'une époque révolue et qui constituerait une des principales sources de nuisance.

 

«L’esprit politique français est fabriqué par le souvenir de Louis XIV, de Napoléon et du Général De Gaulle. Quand on fait de la politique en France madame, c’est pour renverser le monde. Eh bien ça, ça n’entraîne que des déceptions. Moi si un jour je suis élu président de la République, savez-vous quelle est la première mesure que je prendrais ? Je raserais le château de Versailles. Ce serait ma mesure numéro un pour que nous n’allions pas là-bas en pèlerinage cultiver la grandeur de la France, devenons réalistes !», a lancé l'éditorialiste sous l’œil médusé de la journaliste qui le recevait.

Cette dernière, choquée par les propos de son interlocuteur lui a lancé : «Et ben dis donc, vous n'êtes pas prêts d'être élu, je peut vous le garantir.»

Les twittos indignés par cette sortie

Immédiatement, la toile s'est enflammée de commentaires hostiles à cette sortie de l'éditorialiste, de nombreux internautes ayant été profondément choqués par ses propos jugés délirants et totalement disproportionnés.

 

 

Certains n'ont pas hésité à comparer Jean-Michel Apathie au leader de Daesh, Abou Bakr al-Baghdadi, dont l'organisation s'applique à détruire tout ce qui constitue le patrimoine culturel et spirituel de la période pré-islamique partout où elle passe.

 
 
 

 

Le député européen (FN) Aymeric Chauprade a estimé que les propos de Jean-Michel Apathie étaient dignes des Khmers rouges, ce mouvement politique et militaire communiste radical, d'inspiration maoïste, qui a dirigé le Cambodge de 1975 à 1979 dans un climat d'extrême violence. Pour lui, la haine de la France est en train de gangrener le monde médiatique.

RT

00:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

13/11/2016

Trump module ses promesses sams les renier

XVMa168b722-a9c1-11e6-a681-5cfa72a17503.jpg

Par Philippe Gélie
Mis à jour le 13/11/2016 à 20h13 | Publié le 13/11/2016 à 18h43

Tout en constituant son équipe de transition, le nouveau président a semblé réviser son jugement sur l'Obamacare, qu'il ne veut plus « abroger complètement ».

Soudain reclus avec ses conseillers, après des mois d'exposition médiatique constante, Donald Trump distille des messages plus nuancés qui laissent planer le doute sur ses intentions. Est-il en train d'adoucir ses positions radicales de candidat?

Non content de faire désormais l'éloge de Barack Obama, «un homme bien» avec lequel il a eu «un excellent entretien» jeudi à la Maison-Blanche, le président élu a tenu à souligner dimanche, dans «60 Minutes» sur NBC, que les appels reçus de Bill et Hillary Clinton après sa victoire «n'auraient pu être plus aimables». «Cela a dû être difficile pour elle. C'est une femme très forte et très intelligente.» Au Wall Street Journal qui lui demandait s'il voulait toujours la «mettre en prison», Trump a répondu: «Je n'y ai pas beaucoup réfléchi, je veux avant tout régler les problèmes de l'assurance-maladie, de l'emploi, du contrôle des frontières et de la réforme fiscale

Ses partisans, qui scandaient «Enfermez-la», se satisferont qu'elle ait été battue et que Trump puisse mettre en œuvre ses promesses. Mais sur ce terrain aussi, il nuance. L'Obamacare, qu'il fallait «abroger entièrement», mérite un second examen. Obama a attiré son attention sur deux dispositions de la loi que le président élu «aime beaucoup»: l'obligation pour les compagnies d'assurer les patients ayant des maladies chroniques et la possibilité pour les jeunes de rester assurés par leurs parents jusqu'à 26 ans. Un autre texte initialement condamné, la loi Dodd-Frank ayant durci la régulation financière après la crise de 2008-2009, pourrait également survivre sous une forme «allégée, pour que les banques se remettent à prêter».

Un entourage dominé par des conservateur purs et durs

Donald Trump a confié le dossier de l'Obamacare à son vice-président, Mike Pence. Il a chargé le sénateur de l'Alabama, Jeff Sessions, intraitable sur l'immigration clandestine, de travailler sur le projet de mur à la frontière mexicaine. Sur CBS, il a rappelé son intention d'expulser ou d'emprisonner les criminels clandestins chiffrant leur nombre entre 2 et 3 millions.

Son équipe cherche également le moyen légal de se retirer de l'accord de Paris sur le climat au plus vite. Si le pragmatisme commence à s'imposer dans les plans du prochain président, il n'en est pas à se renier, loin de là. Son entourage reste dominé par des conservateurs purs et durs, qui combinent des principes affirmés avec une expérience pratique des affaires publiques.

Si le pragmatisme commence à s'imposer dans les plans du prochain président, il n'en est pas à se renier, loin de là

La première tâche de Donald Trump est de former son cabinet. Il a bouleversé son équipe de transition en fin de semaine dernière, rétrogradant le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, pour en confier la présidence à son colistier Mike Pence. Autre choix inédit: ses trois enfants adultes, sa fille Ivanka et ses fils Donald Junior et Eric, siègent au comité exécutif. L'homme d'affaires avait indiqué qu'il leur confierait la gestion de son groupe en cas de victoire. Aujourd'hui, il serait question d'un poste de conseillère à la Maison-Blanche pour Ivanka. Et son mari, Jared Kushner, devenu l'un des conseillers les plus influents du candidat Trump, paraît certain d'occuper une place de choix, officielle ou non, auprès du prochain président.

«Tournée de la victoire»

L'état-major de transition donne une idée des ténors de la prochaine Administration. Il comprend six vice-présidents, qui devraient chacun hériter d'un portefeuille important: Jeff Sessions (favori pour le Pentagone), Chris Christie (peut-être la Justice), l'ancien speaker de la Chambre Newt Gingrich (qui aspire à un rôle de «stratège politique»), l'ex-maire de New York Rudy Giuliani (Justice ou direction du renseignement), le général de réserve Michael Flynn (conseiller à la sécurité nationale), le neurochirurgien Ben Carson, ex-rival des primaires (Santé). Au comité exécutif siègent tous les responsables de la campagne: Stephen Bannon (pressenti pour le poste clé de chief of staff), Kellyanne Conway (conseillère politique), etc.

Le président élu envisage d'effectuer une «tournée de la victoire» dans les États qui ont assuré son élection. En attendant, des centaines d'Américains poursuivent leurs défilés nocturnes dans plusieurs grandes villes du pays. Une veillée aux chandelles a rassemblé une foule silencieuse samedi soir devant la Maison-Blanche. Après avoir jugé ces démonstrations d'hostilité «injustes», Trump a rectifié dans un autre tweet neuf heures plus tard: «J'adore le fait que les petits groupes de manifestants aient une passion pour notre grand pays». En 2012, lors de la réélection de Barack Obama, Donald Trump avait appelé à protester: «On ne peut pas laisser faire ça. Nous devrions marcher sur Washington et faire cesser cette mascarade.»

Cet article est publié dans l'édition du Figaro du 14/11/2016.

22:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

RT vous fait découvir la nouvelle maison familiale des Obama (photos)

https://francais.rt.com/international/28861-rt-vous-fait-...

05:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Sting dévoile « Inshallah », son nouveau titre pro-migrants, lors de l’hommage aux victimes du Bataclan

 

1h25

Sting a dévoilé ce soir au Bataclan Inshallah, son nouveau titre dédié aux migrants qui risquent leur vie en tentant la traversée de la Méditerranée. Le concert de Sting est en hommage aux victimes des attentats du 13-Novembre à Paris.

                                                       *****

"Si j'avais été au Bataclan, j'aurais tiré. Je serais mort peut-être, mais j'aurais dégainé.»

Donald Trump dans Valeurs Actuelles

Les attentats du 13 novembre 2015 à Paris avaient aussi permis à Donald Trump de critiquer la France sur sa législation en matière de port d'arme. «Vous pensez vraiment que, s'il y avait eu dans l'assistance quelques personnes armées et entraînées, cela se serait passé de la même façon? Je ne le crois pas. Ils auraient tué les terroristes», avait-il affirmé dans une interview au magazine Valeurs Actuelles . «C'est du bon sens. Je possède en permanence une arme sur moi. Je peux vous dire que si j'avais été au Bataclan ou dans un des cafés, j'aurais tiré. Je serais mort peut-être, mais j'aurais dégainé.»

Il avait aussi donné son avis sur la situation sociétale française, «malheureusement, la France n'est plus ce qu'elle était, et Paris non plus. Il y a des quartiers dont on a l'impression qu'ils sont devenus hors la loi, qu'ils sont, comme certains de vos essayistes l'ont écrit, des territoires perdus de la République.»

04:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Donald Trump reçoit Nigel Farage

788791.jpg

04:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)