Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1400

  • Naufrage au large de Lampedusa: au moins 230 disparus

    Drame au cœur de la Méditerranée. Environ 230 réfugiés somaliens ou érythréens sont morts ou portés disparus mercredi et seule une cinquantaine a pu être sauvée après le naufrage en Méditerranée de leur embarcation en provenance de Libye. Les premiers rescapés, dont une femme enceinte, sont arrivés en fin de matinée sur l'île de Lampedusa où certains ont reçu des soins médicaux.

    Pour écouter:  http://www.rtl.fr/actualites/international/article/naufrage-au-large-de-lampedusa-au-moins-230-disparus-7674956894

     
    L'Organisation internationale pour les migrations (OIM), a pour sa part indiqué qu'"environ 300 personnes" se trouvaient à bord de l'embarcation qui a chaviré, citant des réfugiés secourus, ce qui porterait le bilan à environ 250 morts ou disparus.

    Les premiers rescapés, dont une femme enceinte, avaient été amenés auparavant en fin de matinée sur l'île où certains, épuisés, en état de choc et en hypothermie, ont reçu des soins médicaux ainsi que du thé et des boissons chaudes.

    L'embarcation de seulement 13 mètres de long était partie il y a deux jours de Zuwarah en Libye, avec 300 personnes à son bord. Elle se trouvait à quelque 70 km au sud-ouest de la petite île italienne quand elle a chaviré.

    A cause de la tempête, de la houle et "l'excitation à bord de l'embarcation", "le bateau s'est retourné et les personnes à bord sont tombées à l'eau", a expliqué le capitaine Alessandro.

     06.04.11

  • Piss Christ: un blasphème financé par l'UMPS avec l'argent du contribuable et LVMH

    Piss_Christ_by_Serrano_Andres__1987_.jpg

    Un crucifix en plastique immergé dans la pisse du photographe américain Andres Serrano

    Le ministère de la Culture du gouvernement Sarkozy/Fillon, la mairie UMP d’Avignon et un conseil régional PS financent actuellement une exposition appelée « je crois aux miracles » organisée autour de la photo d’un Christ plongé dans l’urine. Des affiches de cette photo blasphématoire, appelée « Piss Christ », sont exposées publiquement en pleine rue d’Avignon.

    Le groupe LVMH (Dior, Guerlain, Moët, Hennessy etc.) dirigé par Bernard Arnauld, un grand ami de Nicolas Sarkozy, cofinance ce « Piss Christ » et met son logo sur l’affiche, alors que ce même groupe LVMH se définit sur son site internet comme « l’ambassadeur de l’art de vivre occidental dans ce qu’il a de plus raffiné ». Les actionnaires et clients apprécieront sûrement de voir ce que LVMH fait de leur argent. Enfin, quelques sponsors secondaires (non présents sur les affiches) participent au blasphème comme la SNCF ou la Fondation Cartier.

    Aux Etats-Unis, puis en Australie, cette photo blasphématoire réalisée en 1987 par Andres Serrano a été bannie. Le gouvernement Sarkozy/Fillon, la mairie UMP, le conseil général socialiste et LVMH, eux, en font tranquillement la promotion dans l’ancienne cité des papes. L’œuvre y est installée dans un des plus beaux hôtels particuliers de la ville, devenu une sorte de temple du blasphème.

    Devant ces faits inacceptables, les chrétiens mais aussi toutes les personnes honnêtes refusant ces actes discriminatoires et provocants, exigent des autorités et dirigeants impliqués les mesures immédiates suivantes :

    1. Faire retirer la photo blasphématoire de cette exposition et interdire toute présentation publique en France, en raison de son caractère provoquant et discriminatoire envers les chrétiens.
    2. Faire enlever et détruire tous les supports de communication utilisant cette photo (affiches, panneaux municipaux, brochures etc.)
    3. Faire stopper tout financement public et privé de cette exposition (près d’un million d’euros par an prévus pour une nouvelle période de 10 ans dont une grande partie financée par le contribuable).

    Nous attendons avant la fête de Pâques la prise en compte de ces trois mesures sans aucune négociation possible.

    Vous pouvez contacter les principaux responsables de cet acte odieux :

    * service-presse@culture.gouv.fr, Ministère de la Culture
    * marie-jose.roig@mairie-avignon.com, Marie José Roig, Maire d’Avignon tel : 04 90 80 83 85
    * lvmh@clubactionnaires.com, Club des actionnaires de LVMH tel du standard : 01 44 13 22 22
    * mvauzelle@regionpaca.fr Michel Vauzelle, président du conseil régional de PACA tel : 04 91 57 50 57
    * Yvon@yvon-lambert.com, Y. Lambert, propriétaire du Piss Christ tel : 01 42 71 09 33
    * e.mezil@collectionlambert.com, Directeur de l’Hotel particulier d’Avignon où est exposé le Piss Christ tel : 04 90 16 56 20

    Source

    Nations Presse Info - 06/04/11

     

  • Voltaire à l'UMP , par Julien Jauffret

    Avouons-le d’emblée, la scène, que tout internaute connaît d’ores et déjà par cœur, est sublime dans son genre. Voici Frédéric Lefebvre assis à une table en train de dédicacer son livre à la vingtième journée du Livre politique qui se tenait le 3 avril à l’Assemblée nationale. Un journaliste du Figaro armé d’une caméra lui demande quel est le livre qui l’a le plus marqué jusqu’à présent. « Sans doute, Zadig et Voltaire », répond Frédéric Lefebvre avant de décocher un petit sourire satisfait.

     On imagine son communiquant personnel en train de s’arracher les cheveux. Depuis quelques semaines en effet, celui-ci essayait de redresser l’image désastreuse de l’ancien porte-parole du gouvernement qui, accumulant les bévues et les vulgarités, était en passe de devenir le symbole du nouvel homme politique de l’ère Sarkozy, inculte, arrogant, incompétent. Un livre (le mieux est l’ami du bien) et une vidéo l’exhibant en intello à cheveux longs en train de taper trois lettres à son ordinateur allaient changer tout cela.

    C’était sans compter les ressources du bonhomme. Lefebvre, et il faut lui en être reconnaissant, est la preuve vivante des limites de la communication. Vous pouvez maquiller un âne en pur-sang, il continuera à braire.

    Certes, la réponse de notre intello est le pompon de la vidéo du Figaro. Le reste est pourtant tout aussi savoureux, et jette une petite lumière sur les nouvelles mœurs de notre classe politique. La même question est posée à Hervé Mariton, député de la Drôme. Il réfléchit avant de balancer Belle du Seigneur d'Albert Cohen, le livre favori du chef, « un livre très épais mais très chaleureux ». Très épais mais très chaleureux… On se pince. En verve, il ajoute Un cœur simple de Flaubert, « un petit ouvrage très simple (pardi), très clair, très net, très efficace ». Deuxième question du journaliste : « Quel livre êtes-vous en train de lire en ce moment ? » Monsieur le député de la Drôme prend une mine inspirée et une voix précieuse d’écrivain du Quartier latin qui rend la prestation encore plus ridicule. « Alors, quel livre est-ce que je suis en train de lire en ce moment… (silence) Bonne question… (silence) Je n’ai pas de livre en ce moment, ouvert, honte à moi. »

    Même question à Jean-Pierre Soisson, la vieille girouette que l’on croyait enterrée depuis longtemps. « Le dernier livre que j’ai lu qui ne soit pas de moi ? (à savourer sans modération, Monsieur Soisson lit ses livres) Je relis des grands classiques, je relis sans cesse Stendhal, des choses comme ça. » Traduction : je ne lis rien du tout et je m’en sors par une pirouette de bonimenteur. Même question à l’amoureux de "Zadig et Voltaire". « J’en lis un en ce moment qui est passionnant, qui est le livre de l’intégrale des chansons de Gainsbourg. » Les chansons de Gainsbourg. Love on the beat. Les histoires de prout. Va savoir pourquoi, soudain on le croit.

    Evidemment, le problème, c’est de savoir ce que l’on peut attendre d’un homme politique qui ne lit rien, qui est inculte comme un gamin de cinquième, est qui est par conséquent incapable d’une analyse en profondeur des choses. Réponse : une politique à court terme, d’intérêt immédiat, de gestion comptable, d’efficacité pragmatique, sans aucune vision du monde, la politique de Sarkozy. Loin d’être anecdotique, cette vidéo nous plonge au cœur du désastre. Ce sera du reste aux historiens de l’avenir d’expliquer comment un pays comme la France (le pays de "Zadig et Voltaire") a pu, en une génération, se doter d’un personnel politique d’une telle médiocrité.

    Julien Jauffret

    Texte issu du blog du Choc du mois

     

    Novopress.info - 06/04/11

     

     

  • Clandestins: ce que contient vraiment le marché de dupes italo-tunisien

    06/04/11 – 17h00
    ROME (NOVOpress) – Rapatriement immédiat pour les nouveaux arrivés en échange d’un décret, signé aujourd’hui, qui accorde à tous les citoyens tunisiens actuellement présents sur le territoire italien un permis de séjour temporaire, qui leur permettra de circuler librement dans toute la zone Schengen.

    Seront seuls exclus les clandestins qui ont un casier judiciaire ou qui ont précédemment fait l’objet d’une procédure d’expulsion.

     Le permis durera six mois et sera renouvelable. La limite de temps permet d’empêcher que les étrangers jouissent automatiquement de la couverture sanitaire.

    Tel est l’accord conclu hier à Tunis entre le ministre de l’Intérieur italien Roberto Maroni et son collègue tunisien Habib Essid.

    Les discussions qui devaient être brèves ont duré près de neuf heures et ont été extrêmement difficiles. On a frôlé la rupture des relations diplomatiques en milieu d’après-midi lorsque le ministre de l’Intérieur tunisien Habib Essid a exigé l’insertion d’une clause conditionnant les rapatriements « à la volonté de l’étranger » (de l’immigré clandestin). Maroni a alors téléphoné à Berlusconi : «Ou vous persuadez le premier ministre tunisien de retirer cette clause ou je donne ma démission». Berlusconi a appelé le premier ministre Beji Caid Essebsi, puis a rappelé Maroni pour lui dire que tout était réglé. Mais il se trompait et Essid a continué à souligner que les rapatriements devraient être volontaires, même si ce n’est pas écrit noir sur blanc dans l’accord final.

    Dans l’avion qui le ramenait à Rome, Maroni n’a pas caché sa déception tout en répétant : «Il n’y avait pas d’alternative». L’objectif, souligne le ministre, est de « fermer le robinet » des nouveaux débarquements. Et cet accord « nous permettra de le faire en pleine collaboration avec les forces de sécurité tunisiennes, en leur fournissant tous les moyens nécessaires ».

     L’Italie offrira aux forces de l’ordre tunisiennes six vedettes, quatre patrouilleurs et une centaine de véhicules tout terrain pour mieux contrôler les côtes et éviter de nouveaux départs. La fragilité du cadre politique tunisien, explique le ministère de l’Intérieur italien, rendait impossible un retour en masse de tous les clandestins arrivés en Italie ces dernières semaines. Tunis, à en croire l’Italie, a cependant donné un signe de bonne volonté puisque les nouveaux immigrés qui débarqueront pourront être rapatriés immédiatement, avec une procédure simplifiée. Il suffira qu’ils soient reconnus par un agent consulaire tunisien sans autre formalité.

    Maroni espère ainsi convaincre son propre parti, la Ligue du Nord, de relâcher sa pression, qui met le gouvernement en sérieuse difficulté. Il semble avoir réussi en tout cas vis-à-vis de son chef, Umberto Bossi. Interrogé par les journalistes à la Chambre des députés, Bossi a répété : « nous devons fermer le robinet et vider le lavabo ». Il s’est également dit d’accord avec les permis de séjour temporaires : « Comme ça, ils s’en vont en France, en Allemagne, en Europe… ». Et il a conclu : « Je fais ce que je peux ».

    Sous la signature de Fiorenza Sarzanini, Il Corriere della Sera, le plus sérieux des quotidiens italiens, souligne aujourd’hui l’ambiguïté de ce qu’il appelle « un accord faible ». « Il n’y a ni dates ni certitudes ». « Maroni sait parfaitement que, en quelques heures, la Tunisie peut faire marche arrière sur le peu qu’elle a accordé. » L’accord ne prévoit aucun plan concret sur les quelques rapatriements (en principe 800) que la Tunisie a promis. « Rien n’a non plus été défini quant aux rapatriements de ceux qui arriveront dans notre pays à partir d’aujourd’hui ». Il est manifeste que, de la part du gouvernement tunisien, « il n’y a aucune volonté de fournir des garanties sur la réadmission de ceux qui ont fui le pays, non plus que sur la surveillance des côtes, où les passeurs continuent à régner en maîtres. »

    La seule conséquence concrète de l’accord risque bien d’être la libre circulation dans l’espace Schengen.


    [cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine
    [http://fr.novopress.info]

    06//04/11

     

  • GAZA-STROPHE, Palestine, le film qui dérange

     http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/62864/date/2011-04-06/article/palestine-israel-gaza-strophe-cinema/

    06/04/11 

  • L'étrange peuple des abysses

    zoom.jpg Tripode.jpg

    Poisson tripode par 4000 m de profondeur sur le plancher océanique

    zoom.jpg abysses.jpg

    (Cliquez sur les photos)

    http://www.planete-energies.com/contenu/dossiers/biodiversite/animaux-fonds-marins.html

    05/0/11

  • Allemagne: augmentation de 15% des fonds pour les rescapés de la Shoah

    Le gouvernement allemand a convenu mardi d'augmenter les fonds alloués aux survivants de la Shoah de 15 %. Soit de 110 millions d'euros en 2011 à 126,7 millions d'euros en 2012. C'est ce qu'a annoncé l'organisation Claims Conference (Conférence de revendication matérielle des biens juifs contre l'Allemagne).


    Photo: Etti Cohen , JPost

    Selon le nouvel accord conclu entre Berlin et l'organisation juive chargée de négocier au nom des victimes juives du nazisme, les fonds fournis par l'Allemagne devraient atteindre 136 millions d'euros en 2013 et 140 millions d'euros en 2014.

    En tout, l'Allemagne devrait donc allouer à la Claims Conference 513 millions d'euros entre 2011 et 2014 pour aider les survivants de la Shoah.

    "Avec la baisse des sources de financement liées à ces compensations, cet accord à long terme obtenu par la Claims Conference est crucial pour répondre aux besoins grandissants des survivants de plus en plus agés de la Shoah", a déclaré dans un communiqué le président de Claims Conference, Julius Berman. "Cela fournira aux survivants et aux organismes qui s'en occupent la certitude que le financement sera disponible pour faire face à la demande croissante des prochaines années."

    La Claims Conference fournit des soins à domicile et d'autres services aux personnes âgées rescapées de la Shoah, dans 46 pays du monde.

    Chaque année, l'organisation rencontre des responsables allemands pour discuter des fonds alloués aux survivants du génocide perpétré par les Nazis contre le peuple juif durant la Deuxième Guerre Mondiale.

     Aujourd'hui, les plus jeunes des rescapés ont plus de 70 ans.

    "Une fois de plus, le gouvernement allemand reconnaît sa responsabilité historique d'assister les victimes juives dans leurs dernières années", a déclaré Stuart Eizenstat, négociateur spécial pour Claims Conference. "Au cours des années, le gouvernement a démontré son engagement à améliorer le sort de ces victimes âgées qui ont besoin de ces fonds."

    D'autre part, les survivants qui ont été emprisonnés dans un ghetto par l'Allemagne nazie pendant au moins 18 mois recevront 9 euros supplémentaires pour leurs allocations mensuelles.

     Le Fonds d'Europe Centrale et de l'Est, qui aide les Juifs de l'ancien bloc soviétique vivant dans une relative pauvreté, verra son budget annuel augmenter de 2,8 millions d'euros.

    Source Le Jerusalem Post - 05/04/11

  • Salut au soleil

    Photo018.jpg Soleil.jpg

     (Photo GM)

  • Ce soir, l'armée française continue d'être engagée à Abidjan

    Contrairement aux affirmations de Matignon, du Quai d’Orsay et du ministère de la Défense à Paris, les opérations engagées par l’armée française contre les forces fidèles à Laurent Gbagbo depuis hier après midi à Abidjan, continuent ce soir. En tout début de soirée, cette vidéo amateur prise d’un immeuble du quartier de Treichville, montre distinctement des unités blindées de la Force Licorne traversant le pont Charles De Gaulle en direction du Plateau où se trouvent notamment l’ambassade de France, la présidence de la République de Côte d’Ivoire et la Primature, résidence du Premier ministre.

    Sur cette vidéo on distincte nettement, une section d’infanterie sur VAB 12,7, une pelleteuse MPG (Matériel polyvalent du génie), des VBL 12,7 et deux ERC-90 Sagaie.

    Cette vidéo vient d'être supprimée.

    NPI - 05/04/11

  • Ouattarakozy

    Libres propos de Gilbert Collard

    Les hommes politiques, les hautes instances qui ont élu dans leurs urnes onusiennes Alassane Ouattara, sont comptables désormais du comportement criminel des troupes du premier chef d’état élu, en toute indépendance coloniale, par la communauté internationale. Le premier éjecteur étant, allez savoir pourquoi, Nicolas Sarkozy !

    L’avenir, dont les indiscrétions percent toujours les plus épais silences, nous révélera peut-être, une nuit sombre d’aveux, les raisons de cette affection fraternelle pour le général en chef des « dozos », ces chasseurs traditionnels du nord, qui ne ratent jamais le gibier.

    Sans prendre parti, ni pour l’élu de l’intérieur ni pour l’élu de l’extérieur, les saints étant rarement au pouvoir, on ne peut ignorer les cadavres des mille morts de Douékoué, les populations massacrées, jetées dans les puits, la fusillade le dimanche 3 avril, de dix fuyards, blottis dans la cathédrale San Pedro, l’incendie des villages du ministre Blé Goudé et du footballeur Didier Drogba, l’assassinat de Philippe Renon, professeur, français, et ami de Gbagbo, mort pour cette seule raison.

    Les mercenaires, les libériens, les nigérians, les rebelles, sous l’autorité de Soro, l’ami d’Ouattara et son futur Brutus : ils assassinent sous les yeux de cette belle communauté internationale, qui ne pense qu’à ses minables calculs, et qui défend les droits de l’homme lorsqu’ils penchent du côté de ses intérêts. Encore une fois, le redire vaut la peine, je n’ai pas à choisir entre Gbagbo et Ouattara mais je n’accepte pas que l’on fasse de l’un un tyran et de l’autre un ange tombé du ciel onusien des droits de l’homme pour atterrir dans l’urne idéale !

    En France, on ignore tout de la Côte d’Ivoire, de son histoire, de sa fragilité, de ses richesses- pétrole, café, cacao, ananas- des conflits entre le Nord et le Sud, des risques de guerre ethnique, de l’embrasement qui menace d’enflammer ce pays et de le précipiter pour des années dans une tourmente d’horreur ! On ignore tout de Monsieur et Madame Ouattara… De vrais parisiens, invités dans les dîners en ville… Où, chez qui, avec qui ? S’il y a encore des journalistes dans ce pays qui n’obéissent pas au conformisme logique, ils sauront le dire un jour…

    Pourquoi, d’un coup, cette volonté de virer Gbagbo ? Parce que un Onusien,  martien de cette planète verte, de la rage des bons sentiments internationaux, a décrété, comptable électoral précis, que l’élu était Ouattara.

     Notre président, sur le pied de guerre, fier comme un général d’Offenbach, a emboité le pas, et a décrété que l’élu national devait laisser la place à l’élu international. Obama aussi. Au point que la France endettée est aujourd’hui en guerre. Evidemment, l’outrecuidant qui oserait supposer que Nicolas et Barack, scouts internationaux, n’agiraient pas dans l’intention d’accomplir de bonnes actions, serait un mauvais esprit, un agent du malin.

    L’essentiel, c’est de voir ce que cache l’apparent. Alors, que cache l’apparent ? Au nom d’une morale internationale, on fait et on défait les chefs d’état africains, enfin, pas tous, on choisit. Vous croyez vraiment que c’est l’envie de faire cracher aux urnes la vérité qui fait que les hélicoptères français tirent sur des Ivoiriens, que le président Sarkozy associe le nom de la France au massacre de Douékoué, qu’on jette tout un peuple dans la guerre civile, qu’on devient, par choix présidentiel, les complices d’Ouattara, qu’on envoie des renforts militaires, que la gauche se tait de tout le poids de sa pétoche à parler ?

    Dans ce conflit où deux points de vue s’affrontent dans l’expression violente du multi ethnisme et des rivalités tribales, on n’a pas la lutte des bons et des méchants, on a des ethnies qui s’opposent « en raison  des fractures inscrites dans la longue durée ». En intervenant avec nos grosses bottes occidentales, on n’aura fait qu’aggraver la situation. La neutralité était la seule solution.

    Les morts des deux camps jugeront.

    Nations Presse Info - 05/04/11

     

  • Côte d'Ivoire: Gbagbo rejette la demande de la France et de l'ONU

    http://www.leparisien.fr/crise-cote-d-ivoire/en-direct-cote-d-ivoire-gbagbo-rejette-la-demande-de-la-france-et-de-l-onu-05-04-2011-1394283.php

    05/04/11

  • Popularité de Marine Le Pen chez les jeunes Français: la réaction du FNJ

    Communiqué de presse du Front National de la Jeunesse

    Selon un sondage IPSOS paru le 4 avril 2011, Marine Le Pen recueille entre 20 et 23 % des intentions de vote chez les 18-24 ans.

     Elle est ainsi seconde ou en tête chez les jeunes, en fonction du candidat soutenu par le parti socialiste.

    Cette grande popularité de Marine Le Pen chez les jeunes Français démontre non seulement l’échec total des politiques mises en place par Nicolas Sarkozy et le système UMPS, mais aussi l’adhésion croissante au projet politique et sociétal porté par la candidate soutenue par le Front National pour l’élection présidentielle de 2012 ; les jeunes ne croient et n’espèrent plus en cette classe politique menteuse et incapable.

    Les politiques menées par le système UMPS, tant au niveau des collectivités locales que de l’Etat, ont détruit toute forme d’espérance chez les jeunes Français, tant la situation des étudiants comme des jeunes actifs est dramatique : des diplômes peu reconnus qui n’aboutissent que rarement à un emploi, des difficultés croissantes pour se loger, un pouvoir d’achat et un niveau de vie historiquement bas, une insécurité grandissante dont ils sont les premières victimes, la disparition de la méritocratie au profit de la discrimination positive, et dans certains cas une pauvreté et une situation de détresse sociale alarmantes.

    Ce sondage démontre que, contrairement aux idées reçues, et malgré l’endoctrinement scandaleux du système médiatico-politique et de l’éducation nationale, très nombreux sont les jeunes qui sont favorables aux propositions de bon sens proposées par Marine Le Pen : préférence nationale pour les logements, l’emploi et les aides sociales, rétablissement de la méritocratie républicaine dans l’enseignement, politique répressive sévère à l’égard des délinquants, expulsion des délinquants étrangers et déchéance de la nationalité pour les multirécidivistes naturalisés par notre pays.

    Le seul vote d’espoir, pour le redressement de la France, l’amélioration des conditions de vie de nos jeunes compatriotes et l’application d’une politique sociale juste et efficace, c’est le vote Marine Le Pen.

    Le Front National de la Jeunesse se félicite de la popularité de Marine Le Pen chez les jeunes français, et invite tous ceux qui espèrent en sa candidature de Salut public à rejoindre notre mouvement pour amplifier cette dynamique qui augure d’excellents résultats aux prochaines élections présidentielles !

    05/04/11

  • Crimes de guerre des partisans d'Ouattara: l'entrée nord d'Abidjan jonchée de cadavres

    800xtn.jpg Ouattara crimes de guerre.jpg

    (Cliquez sur la photo)

    Un comité d’accueil macabre attendait mardi matin ceux qui entraient dans Abidjan par son accès nord : une dizaine de cadavres alignés sur le bas-côté de la route, non loin d’une station-service, des balles logées dans la tête.

    Les blessures et l’alignement au cordeau des corps suggèrent une exécution, même s’il n’existe aucune certitude en la matière.

    Selon un militaire des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI, la nouvelle armée d’Alassane Ouattara incorporant les anciens rebelles du Nord) qui contrôlent désormais le secteur, il s’agit de victimes des soldats des Forces de défense et de sécurité (FDS) restés fidèles au président sortant, Laurent Gbagbo.

    Ils auraient été abattus par les FDS alors qu’ils sortaient pour accueillir l’avant-garde des FRCI.

    La puanteur dégagée par des cadavres en décomposition est en revanche très prégnante dans la capitale économique ivoirienne, où les forces loyales à Alassane Ouattara, le président reconnu par les Nations unies et les organisations régionales africaines, ont lancé l’« assaut final » pour évincer Laurent Gbagbo du pouvoir.

    Lire la suite de cet article »

    NPI - 05/04/11

  • Les Bobards d'or

    A l'occasion des Bobards d'Or, voici un entretien avec Jean-Yves Le Gallou, réalisé par Patrick Cousteau

    Vous allez présider ce soir la deuxième cérémonie des Bobards d’Or. De quoi s’agit-il ?

    Jean-Yves Le Gallou : C’est une grande soirée de gala, semblable aux Oscars ou aux Césars, où nous récompensons les meilleurs journalistes du Système. Il s’agit de primer les journalistes et les désinformateurs les plus dévoués au politiquement correct mais surtout les plus habiles ou audacieux, ceux qui n’hésitent pas à mentir pour faire coller l’actualité à la pensée unique.

    Qui sont les nominés, cette année ?

    En télévision, la chaîne M6, qui, dans le cadre d’un sujet sur le voyou qui avait aveuglé des pilotes d’avion avec des lasers au moment de l’atterrissage, a rebaptisé la personne condamnée « Sébastien » alors que son vrai nom était… « Jihad » ! Il y a également Olivier Mazerolle, sur BFM-TV, qui a présenté de manière très sérieuse une intervention de « l’économiste chinois » Kuing-Yamang – qui tapait sur le modèle français – sans se rendre compte, apparemment, qu’il s’agissait d’un canular puisque le kouign-aman est, bien entendu, un gâteau breton ! Enfin, il y Céline Bittner, sur La chaîne parlementaire, pour un reportage particulièrement mensonger sur l'immigration.

    En presse écrite, il y a le quotidien 20 Minutes/Lyon qui revendique sa « laïcité » pour refuser une publicité catholique après avoir passé une publicité pour l'abattage halal ; Le Figaro pour sa Une sur la démographie en France et Alexandre Adler pour qui « il y a eu des armes de destruction massive en Irak ».

    En radio, notons Claude Askolovitch, sur Europe 1, pour qui « les homosexuels se marient partout dans le monde » ; Anne-Sophie Mercier, la fausse rebelle de Charlie-hebdo qui, toujours sur Europe 1, affirme : « Je suis pour une société de tabous, je ne suis pas pour une société de la parole libérée » ; et Jean-Jacques Bourdin, sur RMC, niant la réalité sur les clandestins de Lampedusa.

    Il y a aussi une catégorie « Strass et Paillettes » ?

    A l’heure où nous parlons (lundi soir), Jamel Debbouze est bien placé pour en être le lauréat, lui qui affirme que « l’Islam est en France depuis 3.000 ans » !

    N’est-ce pas une bêtise plus qu’un bobard ? Comment détectez-vous le « bobard » ?

    Le bobard peut être une bêtise validée par le Système médiatique. Le rôle du journaliste, en entendant cela, serait de protester ou de rectifier. S’il ne le fait pas, il valide la bêtise, lui donne la valeur d’un argument d’autorité auprès des personnes les moins formées. De fait, cela devient un bobard. Notons qu’à partir du moment où une bêtise ou une information fausse va dans le sens du politiquement correct, elle n’est pas rectifiée et encore moins sanctionnée. C’est l’exact contraire, illustré par l’affaire Zemmour, avec une vérité dérangeante pour le Système ! En réalité, ce qui compte, pour le Système, n’est pas la véracité des propos mais leur conformité à la pensée unique.

    Comment expliquez-vous la présence des bobards dans l’information ? Est-ce de l’ignorance, de la mauvaise foi, une volonté idéologique de travestir la vérité ?

    « Tout ce qui est politiquement correct est nôtre » : telle est l’idéologie du pouvoir médiatique. La vérité et l’information ne sont plus les buts essentiels des médias. Ce sont des supports d’influences, des véhicules du politiquement correct.

    Ensuite, je crois que la majorité des journalistes est mue par deux grandes forces : la paresse et la lâcheté. La paresse, qui fait qu’il ne sert à rien de vérifier le politiquement correct, car cela ne peut qu’attirer des ennuis. Imaginez le type qui fait son travail et démonte un grand bobard : il met en péril sa carrière, risque le placard… alors que, s’il se tait, il reste dans la masse, bien protégé. C’est un monde orwellien que je voudrais illustrer par notre « cas d’école » du bobard : l’affaire de l’ophtalmologiste raciste, qui déconsidère toute la caste journalistique…

    Quels sont les faits ?

    Un ophtalmologiste interrompu durant une consultation par un patient a été accusé de refuser de soigner une enfant après avoir proféré des injures racistes contre son père (le patient pressé). Sans aucune vérification et en prenant comme seuls « témoins » l’accusateur et une personne absente des lieux, l’ensemble de la presse s’est déchaînée contre un innocent. Mieux : Chloë Leprince, de Rue 89, a enquêté pour retrouver le médecin ; elle ne l’a pas appelé pour obtenir sa version des faits mais l’a, en revanche, livré à la vindicte publique en publiant ses nom et adresse sur Internet ! Ce banal montage « antiraciste » a été repris par la quasi-totalité des médias avant de se dégonfler devant la réalité : l’absence de tout comportement « raciste » de la part du praticien. Cette unanimité prouve en l’occurrence que le bobard n’est pas accidentel mais systémique. Chloë Leprince, de son côté, mériterait d’être distinguée par un Cafard d’or !

    Vous-même dirigez le Bulletin de réinformation sur Radio Courtoisie. Qu’est-ce qui distingue vos journalistes des autres ? Ne sont-ils pas susceptibles de céder eux aussi à leurs passions idéologiques ?

    D’abord, ils sont libres, puisque bénévoles. Radio Courtoisie est en effet un médium entièrement libre, ne dépendant pas, contrairement aux autres, des publicités des grands groupes ou des pressions des actionnaires. Ensuite, les responsables du Bulletin doivent à tout prix éviter le style « éditorialisant ». Ils doivent présenter non pas leurs opinions, mais différents points de vue, étayés par des faits sérieusement vérifiés et, si possible, non évoqués par les gros concurrents. Cela ne les met évidemment pas à l’abri des erreurs, mais au moins limite les risques. Enfin, nos équipes ne s’autorisent pas le mensonge. Leur interprétation ou leur présentation des faits offrent aux auditeurs un point de vue alternatif, comme une sorte de contre-pouvoir à la pensée unique, mais ceci est parfaitement conforme à la déontologie journalistique : les faits sont sacrés, mais l’interprétation est libre. Finalement, quantitativement, les équipes du Bulletin de réinformation font entendre le point de vue du faible (les dissidents de la pensée unique) en complément du point du vue du fort (l’ensemble du Système médiatique). C’est de l’information asymétrique !

    (avec l’aimable autorisation de l’hebdomadaire Minute) Polémia 04/04/2011

    Image : Jean-Yves Le Gallou

     

    Patrick Cousteau

  • Interdiction du voile intégral: une loi pour rien, comme on s'en doutait!

    PARIS (NOVOPress) : A partir du 11 avril, le port du voile intégral sera interdit en France en vertu de la loi du 11 octobre 2010 qui bannit « la dissimulation du visage » dans l’espace public.

    Mais selon la circulaire que Claude Guéant , ministre de l’Intérieur, a adressée le 31 mars dernier à l’ensemble des préfets, les forces de l’ordre ont l’ordre de ne pas empêcher les femmes d’être intégralement voilées sur la voie publique lorsqu’elles se trouvent près d’une mosquée.

     Il est « recommandé aux forces de sécurité intérieure, écrit-il, d’éviter toute intervention à proximité immédiate d’un lieu de culte qui pourrait être interprétée comme une restriction indirecte à la liberté de culte » ! Le ministre de l’Intérieur n’employant pas le mot « mosquée », on souhaite bien du plaisir aux policiers qui voudraient verbaliser une femme intégralement voilée à proximité… d’une église ou d’une synagogue.

    De toute façon, il est également interdit aux policiers de faire appliquer la loi ! Ils doivent simplement verbaliser la contrevenante et tenter, en douceur, de s’assurer de son identité. « Les forces de sécurité intérieure, précise-t-il, n’ont, en effet, pas le pouvoir de lui faire ôter le vêtement qui dissimule le visage. » Autant dire une loi pour rien, et il est bien inutile à Guéant de conclure en demandant d’être tenu au courant des difficultés qui pourraient être rencontrées dans l’« application » de ce texte.

    04/04/11

  • Lynchage à Noisy-le-Sec - Mamadou Thiam, le père d'Aroun, la victime: "il faut punir ces criminels"

    Ecouter:  http://www.rtl.fr/actualites/article/le-pere-du-jeune-lynche-a-noisy-le-sec-parle-sur-rtl-7674451713

    Brice Dugénie s'est rendu pour RTL à Sartrouville dans les Yvelines chez le jeune homme de 19 ans passé à tabac samedi soir à Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis par des jeunes parce qu'il sortait avec une fille de leur cité. Il a pu rencontrer le papa de la victime, qui s'insurge contre les "criminels" qui ont fait ça à son fils, et qui s'est montré optimiste quant à la santé d'Aroun : "il va beaucoup mieux".

    RTL - 04/04/11