Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1406

  • Clandestins tunisiens: nouveau camp en Campagnie et tentative de fuite

    800px-Capua_Antica_Amphitheatre-300x225.jpg

    Capoue antique, l'amphithéâtre

    4/4/2011 – 23h50
    CAMPANIE (NOVOPress) :
    Un nouveau camp pour les clandestins de Lampedusa a été établi dans une ancienne caserne à Santa Maria Capua Vetere (sur le site de l’antique ville étrusque de Capoue, un des berceaux de la civilisation européenne), près de Caserte en Campanie. 471 clandestins, tous Nord-Africains, y sont installés depuis ce matin. Les informations se modifient sans cesse mais, selon des sources proches du Ministère de l’Intérieur, le navire Clodia, initialement à destination de Tarente, devrait finalement débarquer à Naples dans la nuit.

     De Naples, comme cela s’est produit ce matin, devraient alors partir une vingtaine de cars, avec à leur bord 1 040 clandestins en direction de Santa Maria Capua Vetere. Il s’agirait d’une destination temporaire, puisque le camp, prévu pour accueillir 800 personnes, compterait alors 1 511 immigrés.

    La journée d’aujourd’hui a été très agitée. Trois jeunes Tunisiens, à la faveur d’une diversion mise en scène par leurs compatriotes qui protestaient contre le manque de cigarettes, ont tenté de s’enfuir. Ils sont parvenus à franchir le mur de clôture de la caserne, pourtant haut de 5 mètres. Mais, une fois passés de l’autre côté, ils ont été interceptés par les vigiles, qui les ont ramenés à l’intérieur du camp.

    Malgré les accusations de certains, qui ont défini le camp comme une véritable prison, l’établissement a fonctionné au mieux et a été en mesure de répondre à toutes les exigences des clandestins : visite médicale, repas chaud pour tous, douches chaudes que des volontaires de la Croix Rouge sont parvenus à équiper en un temps record.


    [cc] Novopress.info, 2011, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine
    [http://fr.novopress.info]

    04/04/11

     

  • Jacques Vergès sur l'intervention française en Côte d'Ivoire


    Jacques Vergès : "Les envahisseurs quitteront la... par legrigriinternational

    04/04/11

  • Guerre civile en Côte d'Ivoire: oui à la protection de la communauté française, non à une intervention militaire aux côtés des rebelles

    Communiqué du Front National

    Face à la guerre civile qui s’installe en Côte d’Ivoire, le Front National soutient sans réserve les décisions visant à protéger la communauté des Français vivant en Côte d’Ivoire.

    Le gouvernement français qui a pris le risque de s’ingérer dans les affaires intérieures d’un État souverain se retrouve désormais en première ligne. Sans prendre fait et cause pour l’une ou l’autre des parties dans le conflit qui les oppose, le FN s’interroge sur les conséquences de la politique du gouvernement français en Côte d’Ivoire.

    Quelles interprétations pouvons-nous donner aux récents propos de Monsieur Juppé lorsqu’il annonce que « Monsieur Gbagbo vit ses derniers jours de chef d’État » et qu’il ajoute « nous faisons tous nos efforts pour que le président Ouattara puisse véritablement s’installer au pouvoir » ?

    Ces propos viennent corroborer des informations de plus en plus persistantes qui tendent à prouver que les forces françaises interviendraient au soutien de l’armée rebelle favorable à Monsieur Ouattara.

    Cette armée rebelle, composée de combattants étrangers et semble-t-il armée par des pays étrangers, s’est pourtant rendu coupable de crimes de masse dans la ville de Duékoué comme viennent de le révéler plusieurs organisations internationales ainsi que l’Onuci.

    La France participe-t-elle militairement à la guerre civile qui sévit actuellement en Côte d’Ivoire ? Si oui, sous quel mandat ? Conformément à l’article 35 de la Constitution française, le parlement français s’est-il prononcé sur cette question d’une importance capitale pour la paix dans cette région ainsi que pour la préservation de nos intérêts stratégiques en Afrique ?

    Le Front National demande au Président de la République de s’expliquer sur le soutien sans réserve qu’il apporte à Monsieur Ouattara dans ce conflit y compris contre les intérêts de la France et s’interroge sur la nature des relations qu’il entretient avec celui-ci.

    Le FN enjoint l’ONU à prendre ses responsabilités et à privilégier la voie diplomatique dans la crise ivoirienne, seule à même de sortir ce pays du chaos.

    Enfin, très inquiet de la situation explosive qui règne en Côte d’Ivoire, le Front National appelle à l’arrêt des combats, à la négociation et dans un futur proche au retour aux urnes conformément aux engagements pris et au respect des accords de Ouagadougou jamais appliqués jusqu’à présent (notamment dans l’exigence de l’article 5 du 4e accord complémentaire) !

  • L"invitation Facebook était un guet-apens: une jeune fille rouée de coups dans le parc de Sceaux

    1393050_parc-de-sceaux_640x280.jpg

    (Cliquez sur la photo)

    L'invitation était en fait un guet-apens. Une jeune fille de 14 ans a été rouée de coups vendredi par un groupe de jeunes gens dans le Parc de Sceaux (Hauts-de-Seine). Ces derniers lui avaient donné rendez-vous via le réseau social Facebook et par SMS et ont filmé l'agression.

    Six personnes ont été mis en examen pour violences volontaires et placés sous contrôle judiciaire.

    Trois autres, qui n'auraient fait qu'observer la scène, ont été laissés libres avec une convocation devant le juge des enfants pour non assistance à personne en danger.

    Lorsqu'elle s'est rendue au parc pour répondre à cette invitation, l'adolescente a été rouée de coups par une dizaine de personnes. Elle a notamment été frappée à l'aide de béquilles et aspergée de gaz lacrymogène. C'est un passant qui est intervenu pour interrompre l'agression. Il a également arraché l'appareil photo avec lequel une personne filmait l'agression. Des images grâce auxquelles la police a retrouvé la trace des jeunes agresseurs présumés. Deux filles et deux garçons de 14 à 16 ans ont été interpellés dans le jardin, quatre autres jeunes gens en fuite ont été rattrapés et un cinquième a été arrêté à son domicile de Clamart (Hauts-de-Seine).

    Les blessures de la jeune fille, frappée notamment à la tête et au dos, lui ont valu deux jours d'ITT (Incapacité totale de travail).

    Source Le Parisien - 04/04/11

  • Guéant évoque "l'accroissement" du nombre de musulmans: tollé!

    http://www.leparisien.fr/politique/gueant-evoque-l-accroissement-du-nombre-de-musulmans-04-04-2011-1393143.php

    04/04/11

  • Béziers: des jeunes agressent le personnel des urgences à l'hôpital

    Trois individus suspectés, deux ont déjà été interpellés par la police.

    Dans la nuit de vendredi à samedi, trois individus s’en sont pris au personnel des urgences de Béziers en les molestant et les insultant.

    Tout débute devant la boîte de nuit le Sharks. Trois jeunes de 23, 19 et 18 ans agressent un couple. Ils frappent le mari qui tombe à terre et violentent sa femme. Les trois suspects prennent ensuite la fuite à bord d’une Renault Twingo. Personne ne sait ce qui s’est passé dans la boîte de nuit, mais en attendant, un des trois individus est blessé à la tête. L’équipe se rend alors à l’hôpital de Béziers. Il est 6 heures du matin et aux urgences on ne s’occupe pas d’eux assez vite… à leur goût.

    Les trois hommes tentent de passer devant des personnes qui patientent puis ils s’en prennent au personnel en les insultant et en les frappant violemment. Ils prennent alors la fuite à bord de leur voiture.

    Plus tard, les policiers vont monter une planque autour de la fameuse Twingo.

    Cela va leur permettre d’interpeller le propriétaire de l’auto et un des deux passagers. Ils ont été placés en garde à vue hier dans la journée. Le troisième, blessé à la tête, courait toujours hier soir. Identifié par les policiers il était activement recherché par les enquêteurs du commissariat.

    Hier soir, quatre plaintes avaient déjà été déposées auprès des agents de l’Hôtel de police. Neuf arrêts de travail étaient signalés du côté du personnel hospitalier.

    Source : Le Midi Libre

    Défrancisation - 03/04/11

  • Israël/Gaza: le juge Richard Goldstone a fait son mea culpa

    60f336a6-5e25-11e0-b3dd-808ec27bcaf2.jpg Nétanyahu.jpg

    Richard Goldstone, l'auteur de l'enquête internationale qui accusait Tsahal d'avoir commis des «crimes de guerre» à Gaza à la fin de 2008, s'est livré à un mea culpa. 

    L'ambiance était dimanche à la jubilation en Israël. Celui qui était devenu depuis deux ans la bête noire du pays, l'incarnation d'une certaine «hypocrisie internationale», autrement dit le juge sud-africain Richard Goldstone, auteur d'un rapport à l'ONU sur l'opération de l'armée israélienne à la fin de 2008 dans la bande de Gaza, s'est effet livré à un mea culpa.

    Ce rapport avait provoqué la colère et l'indignation d'Israël, explicitement accusé, tout comme les islamistes du Hamas, qui contrôlent la bande de Gaza, de «crimes de guerre» et peut-être de «crimes contre l'humanité», ce qui aurait pu valoir aux dirigeants politiques et militaires d'être traduits en justice devant une cour internationale.

    «Si j'avais su ce que je sais maintenant, le rapport aurait été un document différent», a admis le juge dans un article publié par le Washington Post. Alors qu'il avait mis sur un pied d'égalité Israël et le Hamas, le juge estime désormais que les islamistes ont tiré des roquettes vers les localités du sud d'Israël avant et pendant l'opération «en visant de façon intentionnelle des civils». En revanche, selon la nouvelle version du juge, Israël n'a pas suivi une «politique» visant à prendre des civils palestiniens pour cibles.

    Richard Goldstone va même jusqu'à rendre hommage aux enquêtes diligentées par l'armée israélienne sur des cas de «bavures» présumées, alors que le Hamas s'est refusé à effectuer la moindre investigation.

      Détail important toutefois : durant les trois semaines de combats, environ 1400 Palestiniens, dont une majorité de civils, ainsi que 13 Israéliens ont été tués. Les militaires ont expliqué ce très lourd bilan en accusant le Hamas d'avoir utilisé la population «comme bouclier humain». Un argument qui n'avait qu'à moitié convaincu à l'étranger.

    En se rétractant, le juge a d'ailleurs aussitôt déclenché un véritable tir de barrage. «Il faut jeter immédiatement ce rapport aux poubelles de l'histoire», a proclamé Benyamin Nétanyahou, le chef du gouvernement, en annonçant la constitution d'une «équipe spéciale» pour diriger une campagne destinée à convaincre l'ONU d'annuler ce document qualifié de «biaisé et tendancieux» par Ehoud Barak, le ministre de la Défense.

    Les médias ont applaudi également à la volte-face du juge, mais se rangent dans deux camps. Certains estiment, comme le quotidien Maariv, que Richard Goldstone a provoqué de tels dégâts pour l'image d'Israël dans le monde qu'il ne mérite aucun pardon. D'autres, tel le quotidien Yediot Aharonot, rendent hommage à son «repentir» et à son «honnêteté».

    Le commentateur militaire de la télévision publique, Yoav Limor, tout en dénonçant le rapport, souligne qu'il pourrait malgré tout avoir eu des «conséquences positives» pour d'éventuels conflits à venir dans la bande de Gaza ou au Liban contre le Hezbollah. Selon lui, le «code éthique» de l'armée a été modifié et l'état-major a annoncé la présence sur le terrain lors de prochaines opérations de grande envergure d'officiers chargés des «questions humanitaires» et de procureurs militaires.

    03/04/11

    Et qu'en pensent les Palestiniens?

  • Marine Le Pen plus modérée que le RPR et l'UDF de 1990

    Invitée le 31 mars du Talk Orange-Le Figaro, Marine Le Pen a lu des extraits d’un article que vient de faire paraître Valeurs Actuelles, et qui nous rappelle une époque pas si lointaine où la droite classique, gouvernementale, « républicaine »… était très à droite.

    A l’occasion de ses « états généraux de l’opposition » consacrés à l’immigration, des 31 mars et 1er avril 1990 à Villepinte, le RPR et l’UDF, transformés depuis en UMP, faisaient des propositions détonantes.

    Extraits :

    « la France ne doit pas être considérée comme un simple espace géographique sur lequel plusieurs civilisations pourraient coexister »

    « On ne peut tolérer que des clandestins puissent rester en France. Il faut tout mettre en œuvre pour que les décisions de reconduite à la frontière soient effectives. »

    « L’islam n’apparaît pas conforme à nos fondements sociaux et semble incompatible avec le droit français »  : « Il y a bien incompatibilité entre l’islam et nos lois. » « C’est à l’islam et à lui seul de [s’adapter] afin d’être compatible avec nos règles. »

    « Être étranger en France, ce n’est pas avoir automatiquement et intégralement tous les droits liés à la citoyenneté française. »

    « La lutte des races remplacerait maintenant bien souvent la lutte des classes . »

    « La fécondité des étrangères très supérieure à celle des Françaises (3,2 enfants contre 1,84) et spécialement celle des Maghrébines (entre 4 et 5 enfants) »

    « L’automatisme actuel d’acquisition de la nationalité pour les jeunes nés en France de parents étrangers n’est pas bon »

    Parmi les participants à ces états-généraux  : Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, Michèle Alliot-Marie, Roselyne Bachelot, Alain Juppé, Gérard Longuet, mais aussi… François Bayrou.

    Co-­responsable, au nom du RPR, de cette convention, c’est Nicolas Sarkozy lui-même qui a cosigné (avec Alain Ma­delin) la préface du compte rendu de 39 pages publié à cette occasion.

    Vidéo INA

    Source

    03/04/11

  • Gérard Longuet a reçu le Crif

    Le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Gérard Longuet, a reçu, le 31 mars 2011, au ministère, une délégation du CRIF conduite par son président, Richard Prasquier.

     
    Lors d’une réunion informelle, plusieurs sujets ont été abordés, notamment la situation en Libye et dans l’ensemble du monde arabo-musulman, le rôle de l’armée au sein de la nation, les aumôneries militaires ou encore la laïcité.
     
    03/04/11

  • Un jeune homme lynché à Noisy-le-Sec: il avait une liaison avec une fille habitant la même cité que ses agresseurs...

    Le jeune homme de 19 ans dans le coma après avoir été roué de coups par une dizaines de jeunes à la gare RER de Noisy-le-Sec samedi soir, a été tabassé en raison de sa liaison avec une fille habitant la même cité que ses agresseurs, a-t-on appris dimanche de sources proches de l'enquête.

    Le jeune homme, dont «le pronostic vital est engagé», a été transporté dans un hôpital de la région parisienne peu après son agression, selon cette source, confirmant une information du Parisien.fr.

    Etant donné les débordements systématiques sur ce type d'article, nous sommes contraints de le fermer aux commentaires.

    Source 20minutes.fr - 03/04/11

    NdB: les commentaires restent ouverts sur le blog

  • Présidentielle: les mesures phares du projet socialiste ciblent les jeunes

    1391087_tine_640x280.jpg AUBRY.jpg

    Emplois jeunes, encadrement des loyers, plafonnement des salaires, sortie du «tout-nucléaire»... , première secrétaire du PS, annoncera mardi les vingt mesures phares du projet socialiste. Le JDD en a dévoilé l'essentiel dans son édition de dimanche.

    Le programme se présente sous la forme d'un texte court de vingt pages, suivi d'un texte plus long qui reprend l'ensemble des propositions socialistes.

    Le retour des emplois-jeunes. 300 000 emplois jeunes seraient recrutés dès les deux premières années. Les contrats seraient réservés aux administrations et aux secteurs de l'économie sociale. La première secrétaire du PS annonce la création d'une allocation d'autonomie, la requalification des stages en contrats de travail et la mise en place du CV anonyme.

    Une réforme fiscale.
    L'impôt sur le revenu et la CSG seraient fusionnés pour créer un grand impôt progressif prélevé à la source. Les revenus de l'épargne, y compris les stock-options, seraient soumis au barème pour être taxés comme les revenus du travail. Une nouvelle tranche pourrait être ajoutée afin de mettre les plus hauts revenus à contribution. Les ristournes (Loi Tepa, TVA réduite sur la restauration, taxe professionnelle...) seraient progressivement abrogées. L'impôt sur les sociétés (33% aujourd'hui) serait abaissé à 20%  pour les profits réinvestis et relevé à 40% pour les bénéfices distribués aux actionnaires ou les rachats d'actions.

    Sortie du «tout-nucléaire».
    Le PS préconise d'inverser le «mix énergétique» dans les plus brefs délais, sur vingt ans. Le projet socialiste penche vers une extinction des centrales, la catastrophe de Fukushima étant passée par là. Il ne fixe pas de pourcentage minimal pour la production électronucléaire, comme l'avait fait . Par ailleurs, les produits dont la fabrication et le transport polluent le plus seraient frappés d'une TVA plus importante.

    L'entreprise plus morale.
    Les salaires des patrons seraient limités à une échelle de 1 à 20 dans les entreprises dont l'Etat est présent au capital. Sur la base du Smic brut, le plafond avoisinerait les 500 000€ brut annuels. Les allègements de cotisations sociales et les aides de l'Etat seraient réservés aux entreprises ayant signé des objectifs d'égalité salariale entre hommes et femmes. Les entreprsies seraient tenues d'ouvrir leur conseil d'administration à des représentants des salariés.

    Les loyers encadrés. Les loyers seraient encadrés dès la première location et lors de la relocation dans les zone en tension ( coeur des villes, Ile-de-France...). Un nouvel indice des prix, tenant compte des dépenses quotidiennes et des dépenses contraintes, serait créé. Il pourrait servir à indexer les loyers, le smic, les prestations sociales... mais c'est encore en débat.

    Des médecins à la campagne, des policiers et magistrats supplémentaires. Les médecins seraient incités à s'installer pendant trois ans dans «les déserts médicaux», campagne et quartiers populaires, car leurs études sont payées par la collectivité, rappelle le PS. L'indépendance de la magistrature et du parquet serait assurée. Quelque 500 emplois de magistrats et de greffiers viendraient renforcer les effectifs. De nouveaux postes seraient aussi créés auprès des commissariats et gendarmeries afin de développer la police de proximité (1000 la première année, 10 000 sur cinq ans).

    L'école et l'université en priorité. L'Education nationale concentrerait ses efforts sur les tout-petits et le primaire, avec des classes plus petites, et sur les premiers cycles universitaires. La pluridisciplinarité serait rétablie à l'université pour les premières années.

    Une seule banque publique d'investissement
    . Les moyens d'Oseo, du Fonds stratégique d'investissement, de la Banque postale et de la Caisse des dépôts seraient regroupés autour d'une Banque publique d'investissement. Un emprunt européen financerait des infrastructures et l'innovation. Les droits de douanes européens seraient augmentés pour des produits dont la fabrication ne respecte pas les règles sociale et environnementale de l'Union.

    Source LeParisien.fr - 03/04/11

  • Italie: des immigrés s'enfuient d'un camp, aidés par l'extrême-gauche

    immigrés Italie.jpg

    (Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

    2/4/2011 – 20h30
    MANDURIA (NOVOPress) :
    Plusieurs centaines d’immigrés regroupés dans le camp de Manduria (dans les Pouilles) ont forcé en fin d’après-midi la clôture du camp, en hurlant « Liberté ! » et ont envahi la voie publique. Les forces de l’ordre sont entrées en action en tenue anti-émeutes. On compte plusieurs blessés à l’intérieur du camp. Les ambulances font la navette entre l’hôpital de la ville et le camp.

    Le camp est actuellement ouvert. Les immigrés en sortent librement, après avoir arraché la clôture, sans opposition des forces de l’ordre. Ils exigent de pouvoir rejoindre leur destination, dans la plupart des cas pour retrouver leurs familles déjà installées en France.

    Les immigrés fugitifs ont pris la route pour rejoindre la station ferroviaire. Selon des témoignages d’habitants, des militants d’extrême gauche font des navettes en voiture pour les y emmener.