Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2010

Perpignan: tenue décente exigée

Torse nu Perpignan.jpg
Un passant torse nu est interpellé par un agent de la police municipale dans le centre de Perpignan, le 9 août 2010 - (Cliquez sur la photo)

Alors que semblables interdictions sont courantes dans le sud-est de la France, la municipalité de Jean-Marc Pujol (UMP) prend pour la première fois un tel arrêté, a indiqué la mairie.

"On ne va pas dire qu'il y ait eu une dégradation des moeurs, mais il est certain qu'on a pu constater courant juillet de plus en plus de gens qui avaient tendance à déambuler en ville dans des accoutrements anormaux, et il y a des commerçants, des mères de famille, des citoyens perpignanais qui se sont plaints", a justifié l'adjoint chargé de la sécurité, Pierre Parrat.

A une dizaine de kilomètres de la Méditerranée, ce sont plus les hommes torse nu qui ont semblé en choquer certains, comme ces "braves Anglais qui étaient venus pour assister à un match de rugby et qui devaient penser qu"ils étaient à la plage", a rapporté M. Parrat.

Il en coûtera 38 euros à quiconque déambulera torse nu ou en maillot de bain dans les rues du centre entre le 1er août et le 30 septembre, et contreviendra au "respect de la dignité humaine, de la décence, de la moralité et de la protection de la jeunesse", selon le texte d'un arrêté daté du 28 juillet.

Cependant, à ce jour, la police n'a dressé aucun procès-verbal, ont indiqué M. Parrat et le directeur de cabinet du maire, Michel Sitja.

L'objectif n'est pas de distribuer les contraventions, mais de rappeler à l'ordre les indélicats et ce n'est que si l'individu se montre très récalcitrant qu'il sera verbalisé, ont-ils expliqué.

Un homme qui marchait torse nu en ville lundi s'est difficilement laissé convaincre par une patrouille de la police municipale d'aller acheter un tee-shirt, a constaté un photographe de l'AFP.

AFP. 09/08/10 

23:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Moscou étouffe dans un épais brouillard de fumée

Masques à gaz.jpg

La municipalité a ouvert plus de 120 salles climatisées pour accueillir les personnes ayant du mal à respirer. Le trafic aérien au départ et à l'arrivée de Moscou restait difficile en raison du brouillard persistant.

Entourée de cinquante feux de forêt, Moscou étouffe, plus encore que le reste du pays, dont 190.000 hectares étaient pourtant la proie des flammes dimanche. Pour permettre aux riverains de récupérer dans une atmosphère trois fois plus chargée en polluants que la normale, la municipalité a ouvert 123 salles climatisées dans des bâtiments publics et des hôpitaux où les Moscovites pourront «reprendre leur souffle», selon un responsable municipal, Vladimir Petrossian. La plupart des appartements de la capitale n'ont pas l'air conditionné, et la température dimanche atteignait les 38°C.

Dans les rues, de nombreux Moscovites se couvrent désormais le visage avec des masques. D'autres cherchent même à quitter la Russie. Conséquence de ces départs précipités : des agences de voyages ont très vite affiché complet pour des séjours organisés ce week-end en Egypte, au Monténégro et en Turquie. «Au cours de la semaine écoulée, la demande pour des billets au départ de Moscou vendus en ligne a augmenté de 20%», a affirmé à la radio Echo de Moscou la porte-parole de l'Union russe des tours opérateurs.

 

Nombreux retards d'avions

 

Mais la fumée perturbe aussi le trafic aérien. Domodedovo, au sud de Moscou, est l'aéroport le plus affecté par le brouillard ocre avec des dizaines de vols retardés au départ et seulement une poignée d'avions en mesure d'atterrir. L'aéroport a d'ailleurs demandé aux compagnies aériennes de prévoir pour les vols à destination de Moscou des pilotes capables de voler avec une visibilité minimum.

Un autre aéroport international, celui de Vnoukovo à l'est de Moscou, est lui aussi confronté à des retards, bien que l'impact du brouillard y semble moins grave. L'aéroport de Cheremetievo (nord de Moscou) est en revanche largement épargné, selon des responsables locaux.

Autres conséquences du brouillard : de célèbres bâtiments de la capitale russe, comme les tours du Kremlin ou des gratte-ciel de l'ère stalinienne, restent totalement invisibles à quelques mètres de distance et certains automobilistes circulent tous phares allumés en plein jour. Même Saint-Pétersbourg, ancienne capitale impériale du nord-ouest jusqu'ici épargnée, a vu plusieurs de ses quartiers enveloppés dimanche par la fumée. .

 

Pas de répit pour la canicule

 

La fumée ne devrait pas se dissiper avant mercredi prochain, selon les services météorologiques russes, et les températures pourraient atteindre les 44°C dans la partie occidentale du pays. Des responsables de la santé publique continuent ainsi de conseiller aux personnes fragiles de rester chez elles. Le ministère des Situations d'urgence a également indiqué que les incendies continuaient à se propager dans le centre du pays, les météorologues n'ayant prévu aucun répit dans les prochains jours pour la canicule sans précédent qui frappe la Russie depuis plus d'un mois.

Quelque 554 feux continuent ainsi à couvrir dimanche 190.400 hectares, soit 3.100 hectares de moins que la veille, tandis que 52 personnes sont mortes dans les incendies, selon un bilan officiel. Le ministre des Situations d'urgence Sergueï Choïgou a exprimé l'espoir que les feux de tourbières seraient maîtrisés «en cinq-sept jours». Il a demandé à ses services de travailler 24 heures sur 24 pour éteindre un incendie autour d'un centre nucléaire à Snejinsk (Oural, 1500 km à l'est de Moscou). En revanche, il n'y aurait plus de foyers autour du centre nucléaire de Sarov (région de Nijni-Novgorod, 500 km à l'est de Moscou).

Le Figaro - 08/08/10

02:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La France propose son aide à la Russie

La France a proposé hier soir à la Russie de lui envoyer 120 hommes, 37 véhicules, 15 motopompes et un avion bombardier d'eau DASH, pour lutter contre les incendies qui sévissent actuellement en Russie, a annoncé un communiqué de l'Elysée.

Paris "a transmis samedi soir aux Autorités russes une première proposition de contribution comprenant un détachement de 120 hommes, 37 véhicules, 15 motopompes et un avion bombardier d'eau DASH", selon le communiqué de la présidence.

"La France, tout en conservant les capacités nécessaires au territoire national, exprime ainsi sa pleine solidarité avec la Russie et le peuple russe dans la terrible épreuve à laquelle ils sont confrontés", ajoute le texte.

Le président Nicolas Sarkozy avait indiqué jeudi au président russe Dmitri Medvedev que les autorités françaises "se tenaient prêtes à répondre à toute demande d'assistance" pour lutter contre les incendies en Russie.

Hier, 193.500 hectares étaient en feu en Russie. Selon le bilan officiel, 52 personnes sont mortes dans les incendies qui ont ravagé des villages entiers alors que l'air était irrespirable à Moscou.

Le Figaro - 08/08/10

01:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

"Les abats de Goïm sont indispensables"

 

Haaretz nous apprenait hier qu'un Israélien avait « été arrêté vendredi pour avoir prétendument dirigé un réseau de trafic d'organes en Ukraine. » [mis en relief par moi, ndt.]

     D’après cet article, le réseau opérait depuis plus de trois ans, et recrutait des donneurs par l’intermédiaire d’Internet. La plupart des donneurs étaient des jeunes femmes qui acceptaient de vendre un rein pour 10.000 dollars.

 

     Les organes étaient vendus pour 200.000 dollars et davantage à des Israéliens. La police ukrainienne a estimé que le réseau a gagné une somme brute de 40 millions de dollars.

 

     Cette année, nous avons eu connaissance de quelque vaste récolte et trafic israélien d’organes, d’un rabbin de New York dirigeant un réseau de trafic d'organes. Cette semaine nous apprenons l’existence d’israéliens faisant le trafic d’organes humains en Ukraine.
[Ndt : sans parler des bruits précédents, aussi en Ukraine :
Israël a importé 25.000 enfants pour leurs organes ; et cet article de Libération en 2001, Trafic d’organes en Ukraine : « Cinq Ukrainiens, dont quatre médecins, sont soupçonnés d'avoir organisé à Lviv un trafic de reins prélevés sur des victimes d'accident de la route, dont certaines étaient vivantes. » Ou encore l’abattage de Palestiniens pour les dépouiller de leurs organes. Et tout cela n’est sans doute que la pointe de l’iceberg.]

 

     Quelqu'un devrait se dévouer pour expliquer comment il se fait que nous apprenons aussi souvent que des Israéliens et des rabbins achètent et vendent des organes humains.



Original : www.gilad.co.uk/writings/gilad-atzmon-goyims-organs-are-n...
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

 Samedi 7 Août 2010

ALTERINFO - 08/08/10



01:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

08/08/2010

Tony Blair, criminel de guerre, sera-t-il jugé un jour?

Tony Blair.jpg

Dans sa dernière colonne pour New Statesman, John Pilger parle du « crime de guerre suprême, » défini en 1946 par les juges de Nuremberg, et de sa pertinence dans le cas de Tony Blair, qui partage la responsabilité de l'invasion de l'Irak à l’origine de la mort de plus d’un million de gens. De nouvelles évolutions dans l’attitude politique internationale et nationale envers les crimes de guerre signifient que Blair est désormais le « Kissinger de Grande-Bretagne. »

      Tony Blair doit être poursuivi, pas traité avec indulgence comme Peter Mandelson, son mentor. Les deux ont produit des mémoires intéressés pour lesquels ils ont touché des fortunes. Ceux de Blair sortiront le mois prochain et il gagnera 4,6 millions de livres. Considérons maintenant la loi de Grande-Bretagne sur la poursuite des crimes. Blair a envisagé et mis en œuvre une guerre d'agression gratuite contre un pays sans défense, que les juges de Nuremberg ont décrite en 1946 comme un « crime de guerre suprême. » Selon des études scientifiques, elle a provoqué la mort de plus d'un million de gens, un chiffre au-delà de l’estimation de l'université Fordham sur le nombre de morts du génocide rwandais.

 

      De surcroît, quatre millions d'Irakiens ont été contraints de fuir leur foyer et la majorité des enfants sont tombés dans la malnutrition et la maladie. Le taux de cancer près des villes de Fallujah, Najaf et Bassora (le tout dernier « libéré » par les Britanniques), se révèle aujourd’hui plus élevé qu’à Hiroshima. Selon le ministre de la Défense Liam Fox, au parlement le 22 juillet, « Les forces britanniques ont utilisé environ 1,9 tonnes de munitions à l'uranium appauvri en 2003, dans la guerre en Irak. » Toute une gamme d’armes « antipersonnelles » toxiques, comme les bombes à fragmentation, ont été employées par les forces britanniques et zuniennes.

 

      Ce carnage a été légitimé par des mensonges qui ont été dénoncés à maintes reprises. Le 29 janvier 2003, Blair a déclaré au parlement, « Nous connaissons le lien entre Al-Qaïda et l'Irak... » Le mois dernier Eliza Manningham-Buller, l’ancienne chef du service de renseignement MI5, a déclaré à l'enquête dirigée par Sir John Chilcot, « Il n'y a aucun renseignement crédible suggérant ce lien... [c’est l’invasion] qui a donné à Oussama Ben Laden son djihad irakien. » Questionnée sur l’importance de l’exacerbation de la menace du terrorisme en Grande-Bretagne que cela a entraîné, elle a répondu, « Considérable. » Les attentats de Londres du 7 juillet 2005 étaient une conséquence directe des agissements de M. Blair.

 

      Des documents publiés par la Haute Cour montrent que Blair a autorisé l’enlèvement et la torture de citoyens britanniques. Jack Straw, ministre des Affaires étrangères à l'époque, a décidé en janvier 2002 que Guantanamo était le « meilleur moyen » pour assurer que les ressortissants britanniques sont « parfaitement détenus. »

 

      Au lieu de remords, Blair a manifesté une cupidité vorace et secrète. Depuis sa démission du poste de premier ministre en 2007, grâce surtout à ses liens avec l'administration Bush, il a amassé environ 20 millions de livres. Le Comité consultatif de la Chambre des communes sur les nominations à la tête des affaires, qui approuve les postes occupés par les anciens ministres, a été contraint de ne pas rendre public les contrats de consultant de Tony Blair avec la famille royale du Koweït et le géant pétrolier de Corée du Sud, UI Energy Corporation. Il gagne 2 millions de livres par an pour « conseiller » la banque d’affaires zunienne JP Morgan, et des sommes non révélées provenant de sociétés de services financiers. Il gagne des millions pour des discours, dont l’un lui aurait rapporté 200.000 livres en Chine.

 

      Dans son rôle bénévole mais fastueux en défraiements d'« envoyé de paix » de l'Occident au Moyen-Orient, Tony Blair représente en réalité une voix d'Israël, qui lui a décerné un « prix de la paix » d’un million de dollars. En d'autres termes, sa richesse a augmenté rapidement depuis qu'avec George W. Bush, il a lancé le bain de sang en Irak.

 

      Ceux qui ont collaboré avec lui sont nombreux. En mars 2003, le Conseil des ministres en savait beaucoup sur le complot visant à attaquer l'Irak. Jack Straw, nommé plus tard « ministre de la Justice, » a fait disparaître des procès-verbaux pertinents du Cabinet, au mépris d'un ordre de les rendre publics du Commissaire à l'information. Se levant tous ensemble pour saluer Tony Blair à sa dernière apparition aux Communes, la plupart de ceux qui sont actuellement en course pour la direction du Parti travailliste ont soutenu son épopée criminelle. En tant que ministre des Affaires étrangères, David Miliband a cherché à couvrir la complicité britannique à la torture, et a promu l'Iran comme prochaine « menace. »

 

      Des journalistes qui autrefois rampaient comme des exaltés devant Blair et amplifiaient ses tentatives vaniteuses, prétendent à présent l’avoir tout le temps critiqué. En ce qui concerne la duperie du public par les médias, à son grand honneur, seul David Rose de l'Observer a présenté ses excuses. Les révélations de Wikileaks, publiées avec un objectif moral de vérité et de justice*, ont été stimulantes pour un public gavé de force avec la complicité du lobby du journalisme. De célèbres historiens prolixes, comme Niall Ferguson, qui s’est réjouit du rajeunissement de l'impérialisme « éclairé » de Tony Blair, gardent le silence sur la « carence morale, » comme l’a écrit Pankaj Mishra, « [de ceux] payés pour interpréter intelligemment le monde contemporain. »
[* Ndt : Ce n’est peut-être pas si simple, puisque les révélations sont plus anodines pour le Pentagone qu’un bulletin météo. Par-dessus le marché, l’Iran serait désigné par certaines fuites comme sponsor des Talibans, et ce rôle serait aussi attribué à certains éléments du Pakistan. Bref, ces révélations ressemblent à une grossière manipulation sioniste, dont la plausibilité n’a aucune importante puisqu’il suffisait qu’elles soient formulées pour que ceux qu’elles arrangent puissent les privilégier comme la vérité, avec le public pour témoin.]

 

      Que Blair soit poursuivi, cela restera-il un vœu pieux ? Tout comme le gouvernement Cameron comprend la « menace » d'une loi faisant de la Grande-Bretagne une escale risquée pour les criminels de guerre israéliens, un risque similaire, du moins d'être arrêté et interrogé, attend Blair dans un certain nombre de pays et territoires. C’est désormais le Kissinger de Grande-Bretagne, qui, avec les soucis d'un fugitif, a planifié longtemps son voyage en dehors de Zunie.

 

      Deux événements récents apportent du poids à cela. Le 15 juin, la Cour pénale internationale a pris la décision historique d’ajouter l'agression à sa liste de crimes de guerre à poursuivre. Elle l’a définit comme un « crime commis par un dirigeant politique ou militaire qui, de par sa nature, sa gravité et son ampleur, constitue une violation manifeste à la Charte des Nations Unies. » Des juristes internationaux l’ont décrite comme un « saut de géant. » La Grande-Bretagne est signataire du Statut de Rome qui a créé le tribunal, et elle est tenue par ses décisions.

 

      Le 21 juillet, debout à la télévision (despatch box) des Communes, le vice-premier ministre Nick Clegg a déclaré illégale l'invasion de l'Irak. Lors de cette toute dernière « clarification, » où il parlait personnellement, il a fait « une déclaration selon laquelle le tribunal international s’y intéresserait, » a déclaré Philippe Sands, professeur de droit international à l'University College London.

 

      Après avoir joui de son ascendance douillette, Tony Blair, qui est issu de la haute bourgeoisie de Grande-Bretagne, peut à présent réfléchir aux principes du bien et du mal que sa lignée exige de ses propres enfants. La souffrance des petits Irakiens restera un spectre qui hantera la Grande-Bretagne pendant que Blair restera libre de profiter.



Original : www.johnpilger.com/page.asp?partid=583
Traduction copyleft de Pétrus Lombard

ALTERINFO - 05/08/10

23:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Un jeune se noie dans la Seine en fuyant la police, l'IGS saisie

Vers minuit, l'adolescent - accompagné de deux autres jeunes de 16 et 18 ans - conduisait un véhicule à vive allure, feux éteints, lorsqu'il a été pris en chasse par une patrouille de police dans le centre-ville de Mantes-la-Jolie, selon les premiers éléments de l'enquête.

"Le véhicule, qui appartenait aux parents du défunt, a tenté de semer la patrouille de police, remontant la circulation à contre-sens, avant que le conducteur ne perde le contrôle de la voiture et percute un panneau de signalisation", a détaillé Christian Loiseau, directeur départemental de la sécurité publique dans les Yvelines, lors d'une conférence de presse.

"Une fois le véhicule à l'arrêt, les trois occupants se sont enfuis à pieds, deux d'entre eux sautant dans la Seine. Les policiers présents ont pu raisonner le premier, cousin de la victime et âgé de 18 ans, malheureusement pas le second qui a tenté de s'éloigner du bord et a été emporté par le courant. Son corps à été retrouvé deux heures plus tard par les pompiers, à bonne distance", a ajouté M. Loiseau.

"Les agents présents ont cherché à relativiser la gravité des faits pour les inciter à revenir vers eux, mettant en avant qu'un refus d'obtempérer n'était pas très grave", a encore assuré M. Loiseau.

Devant la presse, le procureur adjoint de Versailles, Odile Faivre, a précisé que les deux autres jeunes avaient été placés en garde à vue dans la nuit, "le temps de déterminer qui était le conducteur. Il s'agissait du mineur de 15 ans, ce qui peut expliquer la fuite. Aucune charge n'a été retenu contre les deux autres personnes" qui ont été remises en liberté.

Les trois jeunes étaient originaires d'une cité des Mureaux (Yvelines).

Le procureur adjoint a annoncé que "la police judiciaire de Versailles et l'inspection générale des services (IGS, la police des polices) (avaient) été saisies, afin de faire toute la lumière sur le déroulement des faits qui ont mené à un tel drame".

L'adolescent décédé "revenait tout juste de vacances du Maroc, où ses parents se trouvent toujours à l'heure actuelle. Ils ont été informés du décès de leur fils et le parquet se met à leur entière disposition afin de répondre à la moindre de leurs questions", a assuré Mme Faivre.

Dimanche, de gros renforts de police ont été dépêchés aux Mureaux, où toutefois la situation était très calme, a constaté un journaliste de l'AFP.

En octobre 2005, l'électrocution de deux jeunes à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) poursuivis par la police avait entraîné trois semaines d'émeutes et de violences dans les banlieues des villes françaises. En novembre 2007, la mort de deux jeunes dans la collision de leur mini-moto et d'une voiture de police avait provoqué deux nuits d'émeutes à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise).

AFP. 08/08/10

22:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Douze trafiquants d'organes arrêtés en Ukraine

Douze personnes, dont plusieurs Israéliens, ont été arrêtés en Ukraine, vendredi. Ils sont accusés de trafic d'organes.

Selon le chef local du Département de lutte contre le trafic d'organes, la cellule démantelée opérait en Ukraine, ainsi que dans d'autres pays d'ex-Union soviétique, depuis les trois dernières années.

Les trafiquants revendaient essentiellement des foies, à des Israéliens entre autres, pour la somme de 10 000 dollars. Les opérations de transplantation qui suivaient s'effectuaient en grande partie à Kiev, ainsi qu'en Azerbaïdjan et en Equateur.

Un Israélien, soupçonné d'être à la tête de la cellule a été interpellé le mois dernier.

En avril, six personnes avaient déjà été arrêtées en Israël pour avoir piégé des individus en les convainquant de faire don de certains organes en échange de fausses promesses d'argent. Les trafiquants auraient également organisé des opérations de transplantation, dont les conditions ont conduit à des complications médicales chez les receveurs.

Les accusés auraient publié des annonces dans des journaux locaux, promettant 100 000 dollars pour les dons de reins. Dans certains cas, les personnes dupées n'auraient perçu que 10 000 dollars. D'autres n'auraient même rien obtenu du tout.

En 2008, le trafic d'organes ainsi que la réalisation de profits pour des opérations de transplantation ont été déclarés illégaux par la Knesset. Conformément à la loi, les opérations peuvent uniquement être effectuées par le Centre national des transplantations et du don d'organes.

source

Jérusalem Post :: lien

VOXNR - 07/08/10

20:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Versailles: le meurtrier présumé du militaire est un Zaïrois

Vue de la terrasse du château de Versailles, la pièce d’eau des Suisses est un bassin majestueux de 682 mètres de long qui prolonge l’Orangerie royale depuis 1665. Au ras des pâquerettes, cet espace de 13 hectares se révèle surtout être un improbable carrefour où se croisent des sportifs à pied ou à vélo, des SDF logés dans un centre d’hébergement voisin, des pêcheurs des "brochets du Roy" venus taquiner le gardon et la perche, des hommes qui attendent d’autres hommes au pied de larges platanes bicentenaires… Et c’est ici, à quelques centaines de mètres de l’imposante statue équestre de Louis XIV entachée d’un large tag "fuck you", qu’un cadavre a été retrouvé mercredi vers 18 heures.

Agé d’une cinquantaine d’années, l’inconnu gisait sur un petit chemin boisé parallèle à une ligne de chemin de fer, proche de tranquilles jardins familiaux. La victime, dont le pantalon était baissé, présentait quatre blessures à l’arme blanche au niveau du torse. Elle n’avait sur elle ni document d’identité ni portefeuille. Peu après la découverte du corps, un homme de nationalité zaïroise âgé de 21 ans, Christian M., porteur d’un couteau à cran d’arrêt, est interpellé dans le centre de Versailles et placé en garde à vue par les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles. Ils apprennent que le jeune homme a déjà été condamné. Une fois, alors qu’il n’avait que 13 ans, pour un viol sur un garçon; une autre pour le viol de sa soeur âgée de 4 ans.

Le suspect a été mis en examen vendredi soir

L’identification de la victime intervient rapidement. Adjudant-chef dans l’armée de l’air, Olivier Bossuat, 51 ans, travaille à la caserne Balard, à Paris. Domicilié dans le centre-ville de Versailles, ce célibataire sans enfants participait à des compétitions de course à pied. "Ce grand sportif fréquentait souvent le parc du château, précise- t-on de source judiciaire. Beaucoup de gens le connaissaient et le voyaient souvent courir." L’autopsie a établi que le militaire avait succombé à deux coups de couteau mortels.

"Les plaies étaient très profondes, la volonté de tuer est évidente." L’analyse du couteau suspect a révélé des traces de sang de la victime. Le jeune Zaïrois, dont les vêtements n’étaient pas ensanglantés, a simplement reconnu avoir trouvé cette arme près de la scène de crime, où des témoins l’ont aperçu à deux reprises. Il a été mis en examen vendredi soir pour "meurtre en récidive" et écroué. Il encourt la réclusion à perpétuité.

Sources Le Parisien et le JDD  -  07/08/10

19:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Solidarité dans l'épreuve avec le peuple russe

russie-300x205.jpg
Communiqué de Bruno Gollnisch, vice-président du Front National en charge des Affaires internationales

Sous l’effet de la canicule, la région de Moscou subit actuellement de terribles incendies de forêts qui se sont propagés à l’ouest de la Russie sur une surface de 172.000 hectares.

Les ravages du feu ont déjà causé la mort de dizaines de personnes et la destruction de très nombreux villages, dans lesquels beaucoup d’habitants ont perdu tous leurs biens.

Bruno Gollnisch, vice-président du FN en charge des Affaires internationales, tient à manifester son émotion, sa solidarité et à transmettre la pensée fraternelle des hommes et des femmes du FN au courageux peuple russe, aujourd’hui durement éprouvé.

Ce drame est aussi l’occasion de rappeler que les nationaux et patriotes français ne peuvent être insensibles quand une nation amie est meurtrie dans sa chair, a fortiori quand il s’agit d’un pays dont le destin est intimement lié au nôtre.

 Défenseur d’une Europe des patries enracinée, qui dans notre esprit ne saurait se confondre avec la prison des peuples bruxelloise, le Front National mène un combat qui recueille beaucoup de sympathie en Russie.

Les nationalistes russes sont aussi conscients que leurs homologues français de la nécessité d’une alliance résolue des patriotes européens, dans le respect de nos différences et particularismes, afin de résister de concert aux effets délétères du mondialisme et aux assauts du Nouvel ordre mondial.

Cette bataille là, comme celle que les Russes mènent actuellement contre les flammes, peut être gagnée.

NPI - 08/08/10

19:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Iran: la marine reçoit quatre nouveaux sous-marins de poche

Sous marins de poche Iran.jpg
Deux sous-marins de poche dans le port de Bandar Abbas - 8 août 2010

La marine iranienne possèderait déjà 7 de ces sous-marins de poche de 120 tonnes, dont le premier a été lancé en 2007, selon les informations officielles fournies par les autorités depuis cette date.

Les sous-marins de la classe Ghadir, présentés par l'Iran comme ayant des qualités "furtives" les rendant difficilement détectables au sonar, sont destinés aux opérations côtières en eaux peu profondes, notamment dans le Golfe.

Ces bâtiments, dérivés des sous-marins de poche nord-coréens de la classe Yono, peuvent tirer des torpilles mais leurs principales missions semblent plutôt de déplacer des commandos, de mouiller des mines ou d'effectuer des opérations de reconnaissance, selon les experts.

La marine iranienne possède deux autres types de sous-marin: le Nahang, submersible léger de 500 tonnes construit en Iran et dont elle a pris livraison d'un premier exemplaire en 2006, et trois sous-marins russes de la classe "Kilo" achetés à Moscou dans les années 90.

Les "Kilos", submersibles de 3.000 tonnes et 70 mètres de long à propulsion diesel-électrique, sont plutôt destinés aux opérations en eaux profondes dans l'océan indien dont l'Iran est aussi riverain.

Téhéran a par ailleurs entamé en 2008 la construction d'un nouveau type de sous-marin baptisé Qaem, dont le premier exemplaire devrait être lancé dans les prochains jours selon le commandant en chef de l'armée iranienne, le général Ataollah Salehi.

Aucun détail n'a été fourni sur les caractéristiques de ce sous-marin, lui aussi entièrement construit en Iran, et présenté comme étant capable de lancer des torpilles et des missiles. Le général Salehi a simplement indiqué qu'il s'agissait d'un submersible "semi-lourd" capable d'opérer en haute mer, dans l'Océan indien ou le golfe d'Aden. 

AFP. 08/08/10

18:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Il est toujours la personnalité préférée des Français!

Yannick Noah.jpg

Pour la huitième fois - et la sixième consécutive - Yannick Noah est désigné comme la personnalité préférée des Français selon le classement réalisé deux fois par an par l'Ifop pour le Journal du Dimanche.

AFP. 08/08/10

 

17:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Expulsés en juillet, des Roms se réinstallent à Saint-Denis

VIDEO  http://www.2424actu.fr/actualite-sociale/des-roms-se-rein...

SAINT-DENIS (Seine-Saint-Denis) — Tout près du Stade de France, des Roms expulsés le 8 juillet du plus ancien campement de Seine-Saint-Denis ont trouvé refuge, après un mois d'errance, sur des terrains municipaux où ils sont assurés de rester une année.

"Ces dernières semaines n'ont pas été faciles, nous avons dû dormir dans les rues et chaque matin la police venait nous déloger en nous disant qu'on ne pouvait pas rester là", raconte à l'AFP Bianca, 11 ans.

Depuis le 2 août, les Roms occupent quatre parcelles appartenant à la mairie sur lesquelles les familles commencent à s'installer. Ces quelque 150 personnes occupaient toutes précédemment le campement du Hanul, également à Saint-Denis, le plus vieux de ce département défavorisé au nord de Paris.

"La mairie s'est un peu retrouvée devant le fait accompli, mais il était hors de question de les expulser à nouveau et nous avons choisi une approche alternative", se justifie Florence Haye, première adjointe (PCF) à Saint-Denis. "Nous voulons construire quelque chose de différent. Les terrains doivent être libérés dans un an pour lancer des travaux, nous souhaitons donc trouver une solution pérenne d'ici là et allons organiser très prochainement un tour de table avec toutes les bonnes volontés pour y réfléchir", a expliqué l'élue.

En attendant, le nouveau campement s'organise, avec le soutien de la mairie, qui "a promis de nous installer très rapidement de l'eau, des sanitaires, de l'électricité, et des algécos à partir d'octobre ou novembre", assure Gari Stefan, un Rom de 34 ans. Pour l'instant, les familles logent dans des tentes mais commencent à construire des baraques avec des matériaux de récupération que des Roms vont chercher dans tout le département.

"Nous sommes en relation régulière avec la mairie et nous espérons réussir à trouver une solution durable. Ce que nous réussirons à mettre en place ici pourra devenir, je l'espère, un exemple à suivre ailleurs en France en termes d'installation des Roms", plaide Saimir Milie, président de l'association "La voix des Roms".

Le discours musclé du gouvernement et du chef de l'Etat contre les Roms les inquiète, mais ils croient possible de rester en France. "Je n'ai plus de lien avec la Roumanie, nous sommes installés à Saint-Denis depuis plus de 10 ans, nos enfants sont nés ici, ils sont scolarisés ici, je ne vois pas où l'on pourrait nous renvoyer", se rassure Ichim, 56 ans.

"Tout de même, le discours du président n'est pas normal, il ne peut pas diviser ainsi les gens, pointer du doigt des communautés entières, la France est une terre d'asile avec une histoire prestigieuse", accuse Gari Stefan.

Saimir Milie est, lui, assez pessimiste, pensant qu'avec "le racisme qui s'exprime de plus en plus librement, au plus haut niveau de l'Etat, la sécurité même des Roms est mise en péril".

Cela ne semble apparemment pas le cas à Saint-Denis où les relations avec les habitants commencent à s'établir dans le respect mutuel. "Il a été parfois nécessaire d'expliquer, mais dans l'ensemble les choses se passent bien", confirme Florence Haye à la mairie.

Mais pour tous cette situation doit être provisoire. Les Roms de Saint-Denis espèrent pouvoir reconstruire leurs vies dans des logements décents. "On veut des logements, avant tout pour pouvoir assurer un avenir à nos enfants, qu'ils n'aient pas à se retrouver dans des baraques, à chercher des terrains comme nous", lance M. Stefan.

AFP. 08/08/10

17:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Bruno Gollnisch: entretien avec "Minute"

Le vice-président du FN et candidat à la succession de Jean-Marie Le Pen  a  accordé  au journal   Minute paru ce mercredi  un long entretien annoncé à la Une de cet hebdomadaire.   (Extrait de celui-ci tel qu’il a été sympathiquement rapporté sur le site Novopress).

 

Minute : Que pensez-vous des mesures avancées par Nicolas Sarkozy pour lutter contre la délinquance et la criminalité des Français d’origine immigrée ? 

Bruno Gollnisch : » J’entends la gauche s’indigner, clamer que Nicolas Sarkozy veut appliquer le programme du Front national, or, et je pèse mes mots, les mesures qu’il propose sont absolument dérisoires ».

« Premièrement, Nicolas Sarkozy veut instaurer la déchéance de la nationalité française pour les assassins, fraîchement naturalisés, de policiers. Pourquoi seulement les assassins de policiers ? Pourquoi les assassins de vieilles dames pourraient-ils conserver notre nationalité ? ».

« Pourquoi les assassins d’enfants échapperaient-ils à la déchéance de la nationalité ? Pourquoi celui qui aura poignardé, assassiné peut-être, un chauffeur de bus, un commerçant ou, comme on l’a vu récemment à plusieurs reprises, un simple passant ayant eu le tort de lui refuser une cigarette ou de ne pas baisser les yeux à son approche bénéficierait-il d’une mansuétude ? Il est évident, sauf pour Nicolas Sarkozy apparemment, que tout auteur de crime ou de délit grave doit être déchu de la nationalité française s’il a acquis celle-ci de fraîche date ».

« Deuxièmement, la déchéance de la nationalité, ça ne veut pas dire l’expulsion ! Or le seul intérêt de la déchéance de la nationalité – hormis la satisfaction de savoir que le salaud n’est pas, ou plus, un ressortissant français – est que le « binational » qu’il était est ramené à sa nationalité étrangère et que l’on peut donc le contraindre à déguerpir ! Or de cela, il n’a pas été question dans le discours de Nicolas Sarkozy et pour cause : c’est lui qui a abrogé ce que l’on appelait la  double peine  et a supprimé la possibilité d’expulser les délinquants et les criminels étrangers ! ».

« Cette double peine  était pourtant parfaitement justifiée puisqu’elle sanctionnait une double faute : d’une part le délit lui-même, d’autre part la violation du plus élémentaire respect de l’hospitalité française ». 

Minute : Nicolas Sarkozy a dit aussi que la nationalité française se mérite. Ça vous rappelle quelque chose, non ? 

Bruno Gollnisch : « Nicolas Sarkozy paye un  lip service , comme disent les Britanniques, le « service des lèvres », au Front national, en disant cela. Il découvre le slogan qui est celui du FN depuis trente ans – et que jusqu’alors il dénonçait comme xénophobe – à savoir que la nationalité, ça s’hérite ou ça se mérite  ».

« Mais concrètement, il propose quoi ? Est-ce que cela veut dire que demain, en dehors de la filiation, il n’y aura plus aucune attribution automatique de la nationalité en vertu de cet aberrant droit du sol qui favorise de plus l’immigration de peuplement jusqu’à entraîner une véritable substitution de population ? Est-ce que cela veut dire que, pour obtenir la nationalité française, il n’y aura plus que la procédure de naturalisation, qui donnera lieu, comme c’était le cas autrefois, à une enquête de moralité sur les intéressés ? C’est la seule mesure qui serait concrète, la seule qui serait efficace ».

  »J’ajoute que la demande de naturalisation ne peut aussi être satisfaite qu’après une renonciation explicite de l’intéressé à sa nationalité antérieure. La possibilité d’avoir une double nationalité doit être supprimée ».

« J’ai été assez estomaqué d’apprendre à la lecture de  Paris Match  que, dans l’affaire Ribéry, la désormais célèbre Zahia, la prostituée mineure qui n’avait pas plus froid aux yeux qu’elle n’avait froid aux fesses, avait obtenu la nationalité française il y a un an ! Quelqu’un peut-il me dire quel est l’intérêt pour la France d’avoir naturalisé cette fille ? Il n’y a pas assez de prostituées chez nous ? ».

 Minute : Alors pourquoi l’a-t-elle été ? 

Bruno Gollnisch : « Elle a été naturalisée en vertu d’un principe de quasi-automaticité qui fait que la quasi-totalité des personnes qui la demandent l’obtiennent ! Plus aucune enquête de moralité n’est effectuée ! La France procède à plus de 100 000 naturalisations par an, soit une moyenne d’au moins 274 par jour, samedis, dimanches et jours fériés inclus ! Comment voulez-vous que des enquêtes sérieuses soient faites ? On se contente de vérifier si le dossier de demande est bien complet et on donne un coup de tampon ».

Minute : Il y a un problème que Nicolas Sarkozy semble prendre à bras le corps, c’est celui des Roms…

Bruno Gollnisch :  »Semble prendre , la formule est juste. Il fait semblant. Il dit qu’il va faire fermer des camps illégaux, très bien. Et après ? France Terre d’asile, association immigrationniste bien connue, écrit ceci sur son site Internet : « Nous rappelons qu’il y aurait 10 à 12 millions de Roms en Europe dont la grande majorité serait des ressortissants communautaires depuis l’élargissement de l’Union européenne en 2004 et 2007. En d’autres termes, rien ne les distingue juridiquement du retraité anglais du Périgord ou de l’étudiant suédois à Paris, en ce qui concerne la liberté de circulation.  »

« Eh bien France Terre d’asile a raison ! Même si j’en tire bien entendu la conclusion inverse, à savoir qu’il faut leur fermer la porte s’ils ne sont pas encore arrivés et les expulser s’ils sont déjà là. Or évidemment de cela, Nicolas Sarkozy ne parle pas, de sorte qu’il va faire fermer quelques camps devant les caméras de TF1 et que leurs occupants partiront s’installer ailleurs hors du champ des caméras mais toujours sur le territoire national ».

Minute :  Concrètement, comment feriez-vous ?

Bruno Gollnisch :  »Je renégocie les traités européens avec la Roumanie, la Bulgarie et tous les pays dont ces gens-là sont originaires. Il faut cesser de considérer que les traités sont immuables. Ce qui a été fait peut être défait, c’est tout de même l’un des principes fondamentaux des sociétés démocratiques ! Ou alors on considère qu’il y a un  sens de l’histoire  et que toute remise en cause de ce qui a été fait est une insulte au progrès , érigé en valeur absolue ».

« Ce n’est pas ma vision du monde ni de l’Histoire. L’Histoire s’écrit chaque jour, et ce sont les peuples et les hommes qu’ils portent au pouvoir qui l’écrivent« .

Minute : Nicolas Sarkozy a parlé de l’échec de cinquante ans de politique d’immigration, ce qui nous ramène à 1960, soit au milieu des Trente Glorieuses. La politique suivie par la France en matière d’immigration est-elle due selon vous à la pression du patronat afin d’obtenir une main-d’œuvre à bon marché ?

Bruno Gollnisch :  « Au départ, c’est certain. Les dirigeants des grandes entreprises françaises n’ont aucune espèce de considération pour l’intérêt national. C’est même l’un des grands problèmes auquel notre pays est confronté : il n’y a plus de patriotisme économique. Le sentiment patriotique en général a lui-même déserté les hautes sphères économiques depuis longtemps. C’est d’ailleurs naturel : quand on pense en dollars, il devient rapidement impossible de raisonner en Français ».

« L’erreur a consisté à considérer l’économie – puis la finance – comme un but et non comme un moyen, le moyen de mettre ses compétences au service de l’intérêt national et de l’intérêt de ses compatriotes. Quant on ne pense plus qu’à son enrichissement, on en oublie la patrie, on oublie les responsabilités que l’on a vis-à-vis de ceux avec lesquels on devrait partager une communauté de destin. Et on les délaisse pour intégrer ce qui constitue maintenant la caste mondiale des super-privilégiés, l’ hyper caste  comme il y a l’ hyper puissance  ».

Minute : Les Français ont pâti de cette immigration. Dans quelle mesure la France en a-t-elle été victime sur le plan économique ? N’en a-t-elle pas plutôt bénéficié ?

Bruno Gollnisch : « Contrairement à une idée communément répandue qui veut que la France a, comme vous le suggérez, bénéficié de la main-d’œuvre immigrée pour son développement dans les années soixante, elle en a au contraire payé le prix fort en raison de notre système socialisé sur lequel le patronat a joué pour son plus grand profit. 

04/08/10

 

 

01:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Une jeune touriste française violée à Capri

Capri.jpg
(Cliquez sur la photo)

Un jeune homme de 17 ans originaire des beaux quartiers de Naples a été placé en état d'arrestation en début de soirée après avoir été interrogé au commissariat de Capri soupçonné d'être l'auteur de l'agression, a indiqué l'agence Ansa.

La jeune fille avait été trouvée vers 4H00 locales (2H00 GMT) par un agent d'entretien des rues et transportée à l'hôpital le plus proche où les médecins ont confirmé les violences subies et lui ont pratiqué des points de suture.

Elle gisait dans une ruelle proche de Via Camerelle, l'artère où se trouvent la plupart des boutiques, non loin de la célèbre "Piazzetta", de Capri, île rendue célèbre par la jet set des années 50/60.

Selon les agences italiennes, la jeune fille était en vacances avec deux amies sur cette île située dans le golfe de Naples, en face de la péninsule de Sorrente. Elle était apparemment allée en discothèque en compagnie du suspect de l'agression et d'autres amis.

La jeune fille est sortie de l'hôpital en milieu de journée et elle s'est rendue au commissariat pour aider les enquêteurs à retrouver son agresseur présumé, qui a dit ne se souvenir de rien mais a été reconnu grâce à des images de télésurveillance.

Le maire de Capri, Ciro Lembo, a annoncé un "renforcement des systèmes de sécurité à commencer par une augmentation du nombre de caméras vidéos" disséminées sur l'île.

Les jeunes avaient beaucoup bu, selon des confidences des enquêteurs aux agences italiennes.

"C'est vraiment une chose horrible mais cela aurait pu se passer n'importe où. Souvent les jeunes sortent complètement ivres des boîtes de nuit et cela peut devenir dangereux", a indiqué le maire.

AFP. 07/08/10 

00:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

07/08/2010

Tarek Aziz peut enfin parler: "ils ont tué notre pays"

Tarek Aziz et le pape.jpg
Tarek Aziz et Jean-Paul II
SOS Enfants d'irak.jpg
Le journaliste Martin Chulov, de The Guardian, a pu interviewer Tarek Aziz dans sa nouvelle prison (1), au retour du Tribunal de la Zone verte où le régime de Bagdad l’a impliqué dans une nouvelle affaire. C’est la première fois que l’ancien vice-Premier ministre irakien est autorisé à s’adresser à un étranger en dehors des geôliers du Camp Cropper, des enquêteurs de l’ONU, de la CIA, du MI6…. et du juge français Philippe Courroye.

Visiblement affaibli par la maladie et « sept ans et quatre mois » d’incarcération, il se présente comme un « nationaliste arabe loyal » et nie toutes les accusations portées contre lui. Il n’a jamais, dit-il commis de crime contre des civils, des militaires ou des religieux. Sur des centaines de plaintes déposées contre le régime baasiste, personne ne l’en a d’ailleurs accusé nommément. En temps qu’ancien membre du Conseil de Commandement de la Révolution (CCR), vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, on peut tout au plus évoquer contre lui une « culpabilité par association ». Pendant 30 ans, il a défendu les positions de son pays, même lorsque qu’il n’y était pas favorable. Cela avait été le cas, en 1990, lorsque l’Irak a envahi le Koweït, parce que cette décision débouchait sur une guerre contre les Etats-Unis, mais que l’on ne compte pas sur lui pour émettre des critiques. Ce n’est pas un opportuniste. L’heure viendra peut-être pour lui d’écrire ses mémoires, et à ce moment là il donnera sa version des événements. Son seul regret, c’est de s’être rendu aux troupes d’occupation, le 24 avril 2003. C’était une décision grave, prise pour sauver sa famille qui a pu quitter l’Irak pour Amman à bord d’un avion étatsunien. Quelques jours plus tôt, il avait rencontré Saddam Hussein, dans le quartier Mansour à Bagdad, pour lui réaffirmer son soutien, et lui dire au revoir.

Tarek Aziz rappelle que Saddam Hussein et lui avaient été choqués par les attentats du 11 septembre et révèle que l’ancien président irakien lui avait demandé de l’écrire à Ramsey Clark, ministre de la Justice – Attorney general – sous le Président Johnson et opposant à la guerre du Golfe. C’est à partir de ces attentats qu’il est devenu évident que l’Irak allait être envahi, mais il ne pensait pas que cela déboucherait sur la chute de Bagdad 18 mois plus tard : « Bush et Blair ont menti intentionnellement », dit-il, « Ils étaient tous deux pro-sionistes. Ils voulaient détruire l’Irak pour le bien d’Israël, non pas pour les États-Unis et la Grande-Bretagne ». Dépositaire de tous les secrets du pays, notamment pendant la période d’embargo, il savait que l’Irak n’avait ni armes de destruction massive, ni programme pour en fabriquer. Tarek Aziz a confirmé les déclarations de Saddam Hussein aux enquêteurs de l’ONU, à savoir qu’il avait laissé planer le doute sur l’existence d’un programme d’armement de l’Irak pour dissuader l’Iran d’attaquer. « L’Iran est notre pire ennemi », dit-il. « Saddam était un homme fier. Son devoir était de défendre la dignité de l’Irak ». A la question de savoir si la fierté ne l’a pas emporté sur la sagesse, et si elle n’a pas conduit à la destruction de son pays », il répond : « Nous sommes Arabes, nous sommes nationalistes arabes. Nous devons être fiers ».

Alors que tous ses amis craignaient pour sa santé depuis son transfert du Camp Cropper, Tarek Aziz affirme qu’il est bien traité. Tant mieux, et on espère qu’il en est de même pour ses compagnons. Il dispose de l’air conditionné, des médicaments qui lui sont prescrits et peut prendre l’air dans un petit jardin à proximité de sa cellule. Il suit l’actualité de sa prison, à la télévision, et est horrifié par ce qu’il voit : « Pendant 30 ans, Saddam a bâti l’Irak, et maintenant le pays est détruit. Il y a plus de malades que dans le passé, plus de faim. Les services étatiques n’existent plus. Des gens sont tués tous les jours par dizaines, sinon par centaines. Nous sommes les victimes de l’Amérique et de la Grande-Bretagne…(…)… Ils ont tué notre pays ». « Quand Obama a été élu président, je pensais qu’il allait corriger certaines erreurs de Bush. Mais c’est un hypocrite. Il laisse l’Irak aux loups ».

Source : France-Irak Actualités.

NPI - 07/08/10

19:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Roms: l'Europe doit "se mobiliser" a déclaré Lellouche

Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, a estimé hier à Bogota que la France n'avait "pas vocation à accueillir 2,5 millions de roms roumains", un dossier sur lequel l'Europe doit selon lui "se mobiliser". "Après une nouvelle vague de chiffres montrant une hausse des actes de délinquance des mineurs (roms, ndlr) j'ai saisi le Conseil européen pour dire que cela ne pouvait plus durer", a déclaré le secrétaire d'Etat à l'AFP.

"L'Europe doit se mobiliser, nous n'avons pas vocation, nous les Français, à accueillir 2,5 millions de roms roumains", a-t-il ajouté en soulignant que la liberté de circulation des personnes au sein de l'Union européenne "n'était pas la liberté d'exploiter des enfants".

Pierre Lellouche - qui représentera la France lors de la cérémonie d'investiture du président élu colombien Juan Manuel Santos, aujourd'hui - a cependant salué la nomination en Roumanie d'un secrétaire d'Etat chargé de la réinsertion des Roms, Valentin Mocanu, qui s'occupera notamment des personnes rapatriées de France. Cela dénote d'une "prise de conscience des autorités roumaines dont je me félicite", a-t-il déclaré.

Paris préconise le démantèlement de la moitié des camps illégaux de Roms en France d'ici trois mois et des reconduites à la frontière "quasi immédiates" vers la Roumanie et la Bulgarie pour les Roms ayant commis des délits.

Le Figaro - 07/08/10

Le gouvernement focalise l'attention du public sur les Roms roumains. Mais n'y a-t-il pas d'autres étrangers, beaucoup plus nombreux, à expulser de France? Pourquoi seulement les Roms?

19:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Schwarzenegger pour les mariages gays

Le gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger a appelé hier la justice à autoriser sans délai la célébration des mariages gays dans l'Etat, après qu'une cour fédérale eut jugé "illégale" l'interdiction des unions homosexuelles.

La cour fédérale de San Francisco a jugé mercredi qu'interdire le mariage gay en Californie était "anticonstitutionnel" et ordonné l'abrogation de la Proposition 8, qui réservait le mariage aux couples hétérosexuels.

Mais les opposants au mariage gay, qui se sont pourvu en appel, ont demandé à la cour de geler les célébrations d'unions homosexuelles jusqu'à la décision de la cour d'appel, qui ne sera pas rendue avant plusieurs mois.

Le Figaro - 07/08/10

19:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Iran: cinq trafiquants de drogue pendus

Cinq hommes condamnés à mort pour trafic de drogue ont été exécutés aujourd'hui par pendaison dans une prison de la ville d'Ahvaz (sud-ouest), a rapporté samedi l'agence de presse Fars.

L'agence se contente d'identifier les cinq hommes par leurs initiales sans donner de détail sur les charges retenues contre eux. Ces pendaisons portent à au moins 102 le nombre de personnes exécutées en Iran depuis le début de l'année, selon un décompte de l'AFP établi à partir d'informations publiées par la presse locale. En 2009, au moins 270 personnes avaient été exécutées en Iran.

Le Figaro - 07/08/10

19:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Le sioniste Frêche met Lénine et Mao à l'honneur à Montpellier

Frêche.jpg

Une statue des deux leaders communistes côtoiera celles de De Gaulle et Churchill. 

C'est le grand chantier iconoclaste de l'été de Georges Frêche, réélu haut la main au printemps dernier à la tête de la région Languedoc-Roussillon, mais aussi passionné de l'histoire des idées politiques et de statuaire dans la cité. Dans quelques jours, comme président DVG de l'agglomération de Montpellier, sa deuxième casquette, il va prendre livraison de cinq statues de trois mètres de haut, celles de Churchill, Roosevelt, de Gaulle, Jaurès, mais aussi Lénine. Ces grandes silhouettes de l'histoire seront alors installées autour de la place Hélios du quartier Odysseum à Montpellier (Hérault). Un second arrivage est prévu dans quelques mois, rendant cette fois-ci à hommage à Golda Meir, Nelson Mandela, Nasser et Gandhi. Et comme pour Lénine dans la première fournée, Frêche y ajoutera une cinquième figure pour le moins controversée, celle de Mao.

«Il s'agit de rendre hommage aux grands hommes politiques qui ont marqué le siècle dernier. Ce sont tous des chefs d'État, à l'exception de Jaurès. Ces cinq-là, les cinq premiers sont des personnes pour qui je nourris une profonde admiration, en particulier pour Lénine de la révolution de 17», explique le président de l'agglomération montpelliéraine. «Dans la deuxième série, j'ai choisi Mao pour la période de la Longue Marche de 1929 à 1949. Après, une fois au pouvoir il était nul. C'est un peu pareil pour Lénine que j'ai élu pour la période 1917-1922», poursuit le président DVG de la région qui hésite, et on le comprend, à inviter Staline sur cette place des grands hommes dont il souhaite qu'elle devienne un site de visite touristique.

«L'opinion publique n'est pas encore mûre pour Staline. Le choisir serait pris de ma part pour une provocation. Il est considéré, à juste titre d'ailleurs, comme le boucher de l'Europe avec les goulags. Et pourtant, lui aussi a changé le cours de l'histoire avec la victoire de Stalingrad sur les Allemands. À ce titre-là, c'est un grand homme», ajoute Georges Frêche.

 

Anticipation sur le terrain 

 

Depuis son nouvel emplacement historique, il n'oublie pas l'épisode de la dernière campagne régionale, et observe, amusé, les tribulations du Parti socialiste dont ses amis et soutiens sont toujours exclus. «La mission qu'ils ont envoyée ici ? C'est du stalinisme au petit pied, les meurtres en moins, encore que les meurtres soient moraux dans cette affaire. Ils voulaient passer l'éponge pour les Pyrénées-Orientales et l'Aude, condamner l'Hérault et le Gard», affirme-t-il sans visiblement lâcher d'un pouce les dossiers régionaux. On le pensait en convalescence puis en vacances après son opération de la hanche. Et le voici omniprésent sur les dossiers, dans les réunions, en anticipation sur le terrain.

Ainsi, dimanche dernier, il a fait irruption à Villefranche-de-Conflent (Pyrénées-Orientales) pour proposer aux Catalans la modernisation du train jaune (150 millions d'euros) qui fête ses cent ans et ses 200.000 touristes. Mais l'équipement ferroviaire de ce symbole de l'esprit catalan est vétuste. Il pourrait faire l'objet à l'automne prochain d'un rapport sévère de la part de l'établissement public de sécurité ferroviaire. Ce qui viendrait forcément appuyer la proposition de juillet du président de la région expert de la gouvernance par anticipation. Et de l'image politique.

Le Figaro - 07/08/10

18:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Lies Hebbadj sera-t-il déchu de sa nationalité de papier?

arabe.jpg
Lies Hebbadj

Le procureur de la République de Nantes Xavier Ronsin a confirmé le placement en garde à vue vendredi en début de soirée de M. Hebbadj "à la suite des accusations de viols et de violences portées à son encontre le 5 août 2010 par l'une de ses anciennes compagnes".

"L'enquête préliminaire qui porte sur des faits qui se seraient produits entre 2003 et 2007 a été confiée à la police judiciaire de Nantes", a-t-il ajouté. L'identité de la plaignante n'a pas été rendue publique.

Cette garde à vue intervient après la mise en examen de M. Hebaddj en juin dernier pour travail dissimulé et fraudes aux prestations sociales.

M. Hebbadj s'était fait connaître le 23 avril lorsque lui-même et l'une de ses compagnes ont contesté publiquement un procès verbal pour port du niqab au volant.

Le jour même de la conférence de presse, le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, avait préconisé que le commerçant soit déchu de sa nationalité française, mettant en avant des soupçons de polygamie et de fraudes aux aides sociales.

M. Hebbadj s'était défendu de l'accusation de polygamie en déclarant qu'avoir des maîtresses n'était "pas interdit en France" mais le 9 juin, après six semaines d'enquête et 48 heures de garde à vue, il était mis en examen pour travail dissimulé et fraudes aux prestations sociales.

La justice lui reproche notamment d'avoir vécu dans une "polygamie de fait" et perçu 175.000 euros de prestations sociales entre 2007 et 2010, au lieu de 88.000 euros si tous avaient vécu sous le même toit, ou 124.000 euros dans des domiciles distincts avec des déclarations conformes.

"L'enquête a montré que M. Hebbadj gérait tout l'aspect financier et matériel de trois familles et des 15 enfants déjà nés, bientôt 17, dont il n'a pas contesté qu'il était le père", avait alors déclaré M. Ronsin. Le plus âgé des enfants est âgé de 12 ans.

Fin avril M. Hortefeux avait aussi révélé à des députés UMP l'existence d'un "renseignement" (proche d'une main courante) pour violences conjugales déposé par le père de la Nantaise verbalisée auprès d'une gendarmerie.

Le ministre avait également fait état du blog d'une ancienne compagne, Nina Gomez, répudiée par Lies Hebbadj et remariée à Dubaï, où elle portait contre lui des accusations de maltraitance. L'avocat de M. Hebbadj, Me Boëzec, avait aussitôt déposé une plainte en diffamation.

Samedi M. Hortefeux a annoncé qu'il ferait ce mois-ci à Nicolas Sarkozy des "propositions de mise en oeuvre juridique" de la déchéance de nationalité française, notamment pour les faits de meurtres de policiers ou de polygamie.

AFP. 07/08/10 

18:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)