Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 879

  • Mort de Fiona : les secrets de l'enquête

    fiona_2.jpg Fiona Chafoulais.jpg

    http://www.leparisien.fr/clermont-ferrand-63000/videos-fiona-les-secrets-de-l-enquete-28-09-2013-3178149.php

     

    + VIDEOS

  • La « prémajorité », un excellent projet de diversion

     

    Chronique hebdomadaire de Philippe Randa

     

    La réflexion entreprise par madame la ministre de la Famille pour accorder de nouveaux droits aux grands adolescents, en créant un statut de « prémajorité » est assurément une idée d’importance et d’actualité, tout le monde en convient.

    On ne sait trop le pourquoi de la chose… Certains songent à de basses considérations électorales : quand le président Giscard d’Estaing abaissa de 21 à 18 ans l’âge de la majorité, c’est ce qu’il espérait. Mais patatras ! Les jeunes avaient alors massivement portés leurs bulletins de vote sur son rival socialiste. Mauvaise pioche.

    Aujourd’hui, que pourrait-il en être ?… Les sondages indiquent régulièrement une forte attirance des jeunes pour… le Front national, déjà du temps du père, encore plus nettement avec la fille à la tête du mouvement. Pari risqué, donc !

    Non, sans doute n’est-ce pas tant à des calculs électoraux que madame la ministre songe en agitant une telle idée dont on hésite à la considérer parfaitement grotesque, sans intérêt… ou encore dangereuse pour les intéressés, comme le souligne le pédopsychiatre Christian Flavigny : « On est dans l’illusion que le respect des enfants, c’est de leur laisser la décision. Toutes ces idées dans le vent qui poussent à laisser les jeunes choisir – jusqu’à leur sexe ! – c’est en fait une démission de notre rôle d’adultes. »

    Il est plus certain que Dominique Bertinotti, la ministre en question, voit dans ces « quatre groupes de travail dirigés par des experts » plutôt un excellent moyen de faire parler d’elle… Qui la connaissait auparavant, à part les habitants du 4e arrondissement parisien qui en avait fait un temps leur premier édile ?

    Devenu ministre, il lui fallait se faire connaître, laisser une trace de son passage, un souvenir même fugace ou futile, à défaut d’être impérissable. C’est le challenge des ministres de second rang, voire de troisième catégorie… Obtenir quelques articles et interviews quelques jours durant, ce n’est pas rien… Et puis, se prennent à rêver ces ministres-là, imaginons que, faute des résultats économiques ou sécuritaires promis, il faille détourner le courroux de l’Opinion publique mécontente ? Le gouvernement pourrait un jour décider de donner suite à un projet de diversion… et alors, ce serait le jour de gloire de Dame Bertinotti, la postérité assurée, un peu comme Christine Taubira avec sa loi sur le Mariage pour tous !

    Dans le temps, on mariait bien à l’âge nubile de douze ans pour les filles et quatorze ans pour les garçons… alors, un projet de loi sur une pré-majorité à 16 ans, ça ou autre chose ! s’est-elle dit ou plutôt a-t-elle été conseillée.

    Quant au projet en question… Pour Dame Bertinotti, il s’agit de « faire de l’adolescence une sorte d’apprentissage de la citoyenneté ». Excellent ça ! à un âge où les jeux vidéos obsèdent la plupart de nos chers boutonneux et boutonneuses, si ce n’est pour les plus déluré(e)s d’entre eux les jeux de la drague et plus si affinités…

    « Aujourd’hui, les mineurs sont des objets de droits, ils doivent devenir des sujets de droits », surenchérit la Ministre. Belle formule. Qui ne veut rien dire, mais qui sonne bien… et qui ne lui attirera guère de remontées de bretelles.

    Mais une proposition qui n’a aucun intérêt suscite, hélas, tout autant un manque d’intérêt ! C’est évidemment l’envers de la médaille ! Dominique Bertinotti n’est pas Manuel Valls. Les jeunes font moins polémiques que les Roms. À croire qu’ils donnent moins de soucis (!)… ou pas les mêmes !

    D’ailleurs, s’ils auront le droit de déposer un bulletin de vote pour le candidat de leur choix (ou de celui qui aura fait le plus de buzz sur les réseaux sociaux), il n’est pas question un instant qu’ils soient « prémajeurs » devant les tribunaux.

    « En tout cas “pas pour le moment” », précise Dame Bertinotti dont la hardiesse pour faire parler d’elle ne va tout de même pas jusqu’à courir le risque d’être clouée au pilori de la suspicion d’être répressive.

    « Le tact dans l’audace, c’est de savoir jusqu’où aller trop loin », écrivait Jean Cocteau.

    Avec madame la ministre, « le tact dans l’inutilité, c’est de savoir jusqu’où faire du buzz sans aller trop loin… »

      

    © Philippe Randa est écrivain, chroniqueur politique et éditeur (www.francephi.com). Ses chroniques sont libres de reproduction à la seule condition que soient indiquée leurs origines, c’est-à-dire le site www.francephi.com, « Espace Philippe Randa ».

  • Cimetières vandalisés, tombes profanées dans le Nord

    Neuvilly.jpg

     

    Le 27 09 2013                                                    

     

    La Voix du Nord signalait hier le cas particulièrement odieux et grave de tombes profanées dans le cimetière de Neuvilly (Nord), un acte sur lequel un lecteur (merci C. D. !) apporte des précisions abominables.

    Moins d’une semaine après la découverte de cinq violations de sépultures à Crèvecœur-sur-l’Escaut, les gendarmes du Cambrésis sont aux prises avec des faits tout aussi inquiétants : plusieurs tombes auraient aussi été profanées à Neuvilly, et quelques-unes (selon les éléments issus de source judiciaire, cinq tombes) auraient été considérablement plus touchées que les autres. Les faits pourraient s’être déroulés dans la nuit de mardi à mercredi [24-25 septembre], mais pour l’heure, rien n’est confirmé. Ils n’ont toutefois été révélés au grand jour qu’hier matin [26 septembe], lorsque le personnel communal s’est rendu au cimetière, pour désherber. C’est alors que les employés ont vu une sépulture dont la pierre tombale était déplacée. Le maire Hubert Lefevre, et les gendarmes, ont immédiatement été alertés. Ce mercredi après-midi, les gendarmes de la cellule d’investigations criminelles se sont rendus sur place. Les constatations sont en cours. Mais en attendant, l’épisode laisse un goût plus qu’amer aux proches des défunts informés, et au maire Hubert Lefevre, lui aussi sous le choc. « On n’est pas préparé à cela. Et on n’a pas envie de l’être », souffle-t-il. Comme tous les autres maires de l’arrondissement, il avait reçu un mail de la gendarmerie signalant les faits perpétrés à Crèvecœur-sur-l’Escaut et indiquant que des patrouilles seraient renforcées. « Mais on ne peut pas être partout au bon moment, surtout que la circonscription est grande », convient-il. Le cimetière de Neuvilly, excentré comme tous les cimetières des petites communes, a ainsi été touché. Il est toutefois encore trop tôt pour confirmer que ces actes sont en lien avec ceux relevés à Crèvecœur-sur-l’Escaut, vendredi dernier. Alors, à la suite d’un signalement du maire de la commune, les autorités constataient que cinq pierres tombales avaient été ouvertes, et les cercueils dégradés, sans doute en vue d’y dérober des objets de valeur. La question se posait de savoir s’il y avait eu atteinte à l’intégrité des corps. La réponse serait toujours en suspens.

    De son côté, le lecteur, qui nous a signalé dès hier les profanations, précise :

    Je voulais vous signaler qu’un cimetière a été vandalisé (profané) la nuit dernière [24-25 septembre] : environ une quinzaine de tombes je me rends sur les lieux et la tombes de mon papa a été elle aussi vandalisée (…) Je me suis rendu à la gendarmerie cet après-midi [26 septembre] : 15 tombes ont été ouvertes et 5 cercueils ouverts également dont celui de ma tante, dans un des cercueils est celui d’un ancien combattants : il lui on volé ses médailles, montre et alliance.

    Source : La Voix du Nord

     

    Observatoire de la Christianophobie

     

     

  • Fiona: les recherches sont suspendues, il n'est pas prévu d'en entreprendre de nouvelles

     

    Les nouvelles recherches effectuées vendredi pour retrouver le corps de Fiona autour d'Aydat (Puy-de-Dôme), au sud de Clermont-Ferrand, n'ont rien donné, a-t-on appris auprès du parquet. Il n'est pas prévu pour l'instant d'en entreprendre de nouvelles.

    • Par Cyrille Genet
    • Publié le 27/09/2013 | 20:00, mis à jour le 27/09/2013 | 20:08

    prog7103146.jpg

     
    Elles avaient repris en milieu d'après-midi, un cortège de voitures encadrées par des motards de la gendarmerie s'est déplacé dans plusieurs hameaux de la commune d'Aydat, de part et d'autre du lac. Finalement c'est à un rond point proche de la nationale 89 qui relie Clermont-Ferrand à Bordeaux que les enquêteurs se sont arrétés en fin d'après-midi. En bas d'un chemin, les gendarmes bloquent l'accès, quelques centaines de mètres plus haut commence la forêt là au delà des dernières maisons.

    Vers 18 heures 30 le convoi quitte les lieux. On n'aura toujours pas aperçu Berkane Maklouf, le compagnon de Cécile Bourgeon qu'elle accuse d'avoir porté des coups à la fillette. Pourtant il avait été extrait de prison en début d'après-midi pour apporter son concours aux recherches, selon son avocat, Maître Mohammed Khanifar.

    Les journalistes de France 3 Auvergne se sont alors rendus sur place: on pouvait voir que de la mousse avait été retournée dans cette zone située en haut d'une colline, à proximité d'une antenne relais. Des traces de chiens de la brigade cynophile étaient également visibles.
     
    France 3 Auvergne
  • Hassan Rohani : "Il revient aux historiens d’estimer l’ampleur de l’Holocauste"

     

     

      

     

    Extrait d’une interview donnée par Hassan Rohani à la chaîne américaine CNN le 24 septembre 2013.

    Traduction du farsi à l’anglais : CNN.

    À noter qu’une erreur s’est glissée dans les sous-titres : à partir de 1’00, il faut lire : « mais cela ne signifie pas que puisque les nazis ont commis des crimes contre des groupes, ceux-ci pourraient venir usurper les terres d’un autre groupe et les occuper ».

    E&R

     

     

  • Future mosquée de Tours : Pierre-Louis Mériguet (Vox Populi) dépose un recours au tribunal administratif

     

                                           

    Future mosquée de Tours : Pierre-Louis Mériguet (Vox Populi) dépose un recours au tribunal administratif
     
     

    26/09/2013 – 17h35
    TOURS (NOVOpress) –
    Pierre-Louis Mériguet, de l’association patriotique Vox Populi, continue son action contre la future mosquée de Tours (ci-dessus). Ainsi, suite aux propos de Madame Arlette Bosch – adjointe au maire PS de Tours Jean Germain, rapportés par la Tribune de Tours en juin dernier, où elle déclarait sa volonté de financer la partie culturelle de la nouvelle mosquée, par l’intermédiaire de Tours Plus et du conseil régional, Maître Mongis, conseil de Pierre-Louis Mériguet, a déposé un recours auprès du tribunal administratif pour son client.

     

    Dans un communiqué, Vox Populi indique : « Parce qu’il est inadmissible, surtout en période de crise, de laisser des fonds publics subventionner l’islamisation,nous serons toujours en première ligne pour faire bloc et défendre notre identité ! »

    Une conférence de presse aura lieu vendredi à 17 heures en présence de Pierre-Louis Mériguet et de ses avocats.

    Crédit photo : DR

    [cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

  • Clermont-Ferrand: Berkane Maklouf hué et traité d'assassin

     

     

    Le parquet a demandé le placement en détention du couple. Le juge des libertés s'est prononcé jeudi soir : la mère de Fiona et son compagnon ont été incarcérés.

    • Sébastien Kerroux
    • Publié le 27/09/2013 | 10:04, mis à jour le 27/09/2013 | 11:37
     
     
    Berkane Maklouf et Cécile Bourgeon ont donc passé leur première nuit en prison ce jeudi soir. Berkane Maklouf à Clermont-Ferrand, et Cécile Bourgeon dans la prison pour femmes de Lyon. Lors de son arrivée au palais de justice de Clermont-Ferrand jeudi en fin d'après-midi, le beau-père de Fiona - NDRL : accusé par sa compagne d'avoir porté des coups à Fiona ayant entraîné la mort de la petite fille, puis de l'avoir enterrée - a été assailli d'insultes par de nombreuses personnes qui avaient fait le déplacement.

    Berkane Makflouf  a profité d'une fenêtre entrouverte du palais de justice pour crier son innocence et sa rage aux nombreux journalistes présents.
     
    FRANCE 3 AUVERGNE
     
     
     
  • Pétition: déjà 3000 signatures contre la suppression de fêtes chrétiennes

     

    En moins de 24h. Vous pouvez continuer à signer ici cette pétition.

    Le Salon Beige

    Posté le 27 septembre 2013 à 16h40 | Lien permanent

  • Pétition contre la suppression de fêtes chrétiennes

    26 septembre 2013

     

    Monsieur le Premier ministre,

    Mme Dounia Bouzar, que vous venez de nommer à l'Observatoire de la laïcité, vient de "proposer" de remplacer deux fêtes chrétiennes par la fête juive de Yom Kippour et la fête musulmane de l'Aïd.

    Nous notons d'abord que les instances représentant la communauté juive n'ont jamais posé une telle revendication, ce qui laisse à penser que la communauté juive pourrait être instrumentalisée dans cette affaire par Mme Bouzar.

    Mais, surtout, nous constatons, comme toutes les personnes connaissant un tant soit peu l'histoire de notre pays, que, selon le mot fameux du Général De Gaulle, si l'Etat est laïc, la France est chrétienne.
    Violer la société pour en faire un espace religieusement neutre est parfaitement absurde. A moins que vous n'ayez aussi pour projet de raser toutes les églises de village qui offensent sans doute la laïcité, selon les canons de Mme Bouzar.

    Nous pouvons certes comprendre que l'Etat souhaite proposer des jours fériés aux différentes religions existant dans notre société. Mais, dans ce cas, pourquoi discriminer les bouddhistes, les hindouistes, et les fidèles de toutes les autres religions?

    D'ailleurs, il existe bien des jours fériés religieusement neutres. La France compte 11 jours fériés, dont 6 seulement ont un rapport avec la religion chrétienne - encore que le lundi de Pentecôte ne soit plus qu'un "demi jour férié", puisqu'une importante partie de la population active travaille ce jour-là. Le 1er janvier, le 1er mai, le 8 mai, le 14 juillet et le 11 novembre n'ont aucune connotation religieuse. Si votre gouvernement souhaite remplacer des jours fériés par les fêtes de Yom Kippour et de l'Aïd, il peut fort bien utiliser ces jours religieusement neutres. Mais comment ne pas voir dans la proposition de Mme Bouzar un nouvel acte d'agression antichrétienne?

    Nous tenons donc à vous dire solennellement que, pour nous, chrétiens de France, une telle réforme serait une déclaration de guerre, non pas seulement au christianisme, mais aussi à l'être historique de la France. Pourtant, les Français qui ont voté pour votre majorité n'ont certainement pas voté pour que vous rallumiez la trop fameuse "guerre des deux France".

    Nous vous serions reconnaissants de bien vouloir dissiper au plus vite nos inquiétudes.

    Dans cette attente, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Premier ministre, l'expression de notre très haute considération et de notre vigilante attention. 

    Cette pétition est lancée par l'Observatoire de la Christianophobie, Riposte catholique, Nouvelles de France et Le Salon Beige.

      

    NdB: Pétition signée!

  • Avortement: le gouvernement s'attaque aux lobbies de la "désinformation" sur Internet

    3172255_sos-ivg.jpg

    Que l’on y soit favorable ou non, l’avortement est une épreuve dans la vie d’une femme. Au moment de prendre la décision cruciale, nombreuses sont celles qui cherchent des renseignements sur . Pour répondre à leur interrogations, le a décidé de mettre en place un portail d’informations qualifié de «neutre et de qualité» sur l’interruption volontaire de grossesse (IVG) qui sera effectif à partir de samedi.

     

    Une façon de répondre à la multiplication des «faux» sites sur le sujet.

    Une réponse aux lobbies

    Une telle plateforme en ligne était une nécessité selon la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, «en réponse à la prolifération d’informations souvent trompeuses et culpabilisantes pour les femmes». En effet, plusieurs sites discrètement pilotés par des opposants à l’IVG ont fait leur apparition ces dernières années, témoignages dissuasifs à l’appui. Dans leurs en-têtes et leurs design, tout laisse à penser que ces sites sont très sérieux et bien renseignés. Leurs noms sonnent également très pro (ivg.net ; ecouteivg.org...) et ils apparaissent généralement en des recherches dans les moteurs type Google. Pour bénéficier d'un si bon référencement, les sites doivent payer, ce que peuvent difficilement faire de petites associations. De même pour se retrouver régulièrement dans les publicités ou publications suggérées (sponsorisées) que l'on trouve notamment sur le réseau social Facebook.



     A y regarder de plus près, les «informations» issues d'études semblent systématiquement négatives. Sur les photographies d'illustration, les jeunes femmes paraissent toujours soucieuses. Et la majorité des articles et témoignages parlent de la dépression que peuvent ensuite ressentir les patientes. Certains sites vont même plus loin et profitent du sujet de l'IVG pour parler des «risques de la pilule». Difficile d'identifier les auteurs des articles, entre religieux et militants anti-avortement.

    Des sites moins caricaturaux

    Ces plateformes en ligne témoignent toutefois du changement de méthodes de ces lobbies: la plupart des sites ne blâment jamais directement l'avortement mais laissent plus subtilement le lecteur se faire une idée en fonction des documents mis à disposition. On est désormais très loin des commandos violents des années 1980. Il ne s'agit plus de changer la loi mais de dissuader les femmes d'y recourir. Certains assument même la mise en place de numéros d'écoute pour les femmes en détresse, comme les «pro-vies» d'Alliance Vita qui confirmaient en février dans Le Monde être derrière le site SOS bébé.

    Le but est aujourd'hui d'être moins caricatural pour donner le change. Tout comme dans les manifestations anti-mariage gay, les enfants sont largement mis en avant. Prenant conscience de ces nouvelles menaces de communication, le gouvernement a souhaité offrir une information objective, avec l'évocation des risques mais aussi des progrès de la médecine dans ce domaine afin que chacune soit libre de faire son choix, en conscience.

    Ce vendredi, à la veille de la Journée internationale pour la dépénalisation de l’avortement, Najat Vallaud-Belkacem se rendra dans les locaux du Planning familial du 13e arrondissement de Paris pour y présenter l’ensemble des initiatives pour la protection de ce droit.

     

    Le Parisien - 27/09/13

  • Florian Philippot invité du JDD


    Philippot : "On pourrait presque donner à Valls... par lejdd

     

    Florian Philippot  toujours précis et brillant,  et à qui on ne coupe pas la parole!

  • “Jean Roucas n’a pas vendu son âme au diable !” Entretien avec Jacques Mailhot

    flambi-le-magnifique.jpg

     

                                                                     

     

    Ci-dessus l’affiche du nouveau spectacle du Théâtre des Deux Anes, avec Jean Roucas, intitulé “Flamby le magnifique”

    Il y a près de trente ans, Jean-Marie Le Pen portait plainte contre le Bébête Show et gagnait son procès. Aujourd’hui, Jean Roucas, co-auteur du Bébête Show, soutient publiquement Marine Le Pen, la fille de « Pencassine ». Et ça ne plaît pas à tout le monde… surtout aux c…

    L’humoriste Jean Roucas a été, de 1982 à 1994, l’inimitable présentateur du « Bébête Show ». Diffusé sur TF1, ce divertissement croquait les acteurs de la vie politique. Incarnés par des marionnettes (il y avait la grenouille Kermitterrand, l’aigle « Black Jack » Chirac ou encore Pencassine pour Le Pen), ils venaient se crêper le chignon au comptoir d’un bar derrière lequel se tenait Jean Roucas.

     

    Après cet immense succès, Jean Roucas a poursuivi sa carrière dans les théâtres et cabarets. Mais le 15 septembre, il a mis le feu aux planches. A Marseille, il a assisté à un meeting de Marine Le Pen et affiché son soutien au Front national…

    Aussitôt tous les pitres de la scène médiatique, au premier rang desquels le guignol Guy Bedos, lui ont volé dans les plumes.

    Dans le même temps, on apprenait qu’à Paris la RATP refusait de placarder dans les couloirs du métro l’affiche du nouveau spectacle du Théâtre des Deux Anes, avec Jean Roucas, intitulé Flamby le magnifique, pastiche de l’affiche du film Gatsby le Magnifique avec Leonardo DiCaprio, dans lequel le président Hollande se déguste à la petite cuiller.

    Auteur et acteur de ce pastiche politique, Jacques Mailhot, également directeur du célèbre cabaret parisien, a accepté de témoigner dans « Minute ». Pour affirmer son soutien à Jean Roucas et expliquer pourquoi, aujourd’hui en France, la liberté d’expression est en danger.

     

    Minute: Pour quels motifs la régie publicitaire de la RATP a-t-elle refusé que les affiches de votre prochain spectacle, Flamby le magnifique, soient placardées dans le métro parisien?

    Jacques Mailhot: Les gens de la RATP m’ont expliqué qu’il y avait deux problèmes. Flamby est une marque de produit, et le surnom Flamby leur a semblé péjoratif pour le président de la République. Voilà les deux griefs officiels. En réalité je pense que c’est plutôt un petit calcul politicien…

    C’est-à-dire?

    Je crois savoir que le président de la RATP, régie qui est propriétaire de ce réseau d’affichage, connaît quelques problèmes avec la justice, liés au financement de la campagne présidentielle de M. Balladur en 1995 (1)… Je pense alors qu’il ne veut pas faire de vagues avec le pouvoir actuel. Ce n’est pas une surprise.

    Chaque pouvoir en place exerce une certaine influence sur notre système judiciaire. Le président de la RATP n’a donc pas intérêt à se mettre François Hollande à dos et préfère courber l’échine.

    Le 15 septembre, votre ami Jean Roucas a assisté à un meeting de Marine Le Pen. Les médias lui sont tombés dessus à bras raccourcis. Votre sentiment sur ce lynchage?

    C’est grotesque, démesuré. C’est de la bêtise pure. Jean est né à Marseille, il a passé son enfance dans le quartier du « Roucas Blanc », voilà pourquoi il a pris pour nom de scène Jean Roucas. A chaque fois qu’il retourne dans sa ville, il constate avec tristesse que la situation se dégrade.

    Jean est un garçon très sensible: il est très peiné de voir ce qu’il s’y passe, les larmes lui en viennent aux yeux. Or depuis longtemps il est désabusé par le monde politique en général. Il est donc allé écouter ce que Marine Le Pen avait à proposer, parce qu’il a envie d’entendre un discours nouveau et différent.

    Et écouter ce que Marine Le Pen a à proposer, c’est un crime ?

    Moi, je n’y serais pas allé, parce que je me suis toujours refusé à fréquenter des meetings politiques, quels qu’ils soient, de droite comme de gauche. Mais Jean fait ce qu’il veut! C’est un citoyen, majeur, vacciné. S’il s’était rendu à un meeting du Front de gauche et de Jean-Luc Mélenchon, y aurait-il eu un tel pataquès ?

    Dans ce pays, dès qu’on prête une oreille attentive au discours du Front national, ça prend des proportions énormes. Jean n’en revient pas !

    Il y a même des gens qui m’ont appelé pour me demander si Jean Roucas n’avait pas vendu son âme au diable! Personnellement, comme je n’ai jamais vu le diable, je ne peux pas dire que Marine Le Pen lui ressemble. Tout ça est d’un ridicule achevé, alors que pendant ce temps-là la France part en quenouille.

    Propos recueillis par Pierre Tanger

    1. P-dg de la RATP, Pierre Mongin a effectivement été mis en examen le 12 septembre 2013 pour son rôle dans le financement de la campagne d’Edouard Balladur.

    *** « Flamby le magnifique », au Théâtre des Deux Anes, à partir du 3 octobre, renseignements et réservations au 0146 061026.

     

    —————————————-

    Le mensonge de l’affreux coco

    Surfant sur la polémique alimentée par les « intellos » de gauche, Roger Meï, maire communiste de Gardanne (près de Marseille), annonçait, le jeudi 19 septembre au matin, que la représentation du Secret de l’abbé Taillère, pièce de et avec Jean Roucas, programmée dans sa ville le 25 octobre, était annulée. Le coco « historique » – il est membre du PCF depuis 1961 ! – précisait que c’était en accord avec les autres comédiens, qui refusaient de jouer avec Roucas. Un affreux mensonge.

    Si certains membres de la troupe ont effectivement affirmé ne pas partager les opinions de Jean Roucas, aucun n’a refusé de jouer avec lui. Ainsi pris en flagrant délit de mensonge, le maire coco, ce même jeudi 19 septembre en fin de journée, a prétexté un malentendu et affirmé que, dès lors, la représentation du Secret de l’abbé Taillère était maintenue !

    La vérité (car il y en a une) est qu’à Gardanne, où, à la dernière présidentielle, Marine Le Pen a réalisé 26 % des suffrages, la décision du maire d’interdire Jean Roucas commençait à faire de très nombreux mécontents…

     

    Article de l’hebdomadaire “Minute” du 25 septembre 2013 reproduit avec son aimable autorisation. Minute disponible en kiosque ou sur Internet.

     

    [cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

  • Mort de Fiona: la mère et le concubin mis en exament et écroués

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/videos-mort-de-fiona-le-procureur-requiert-la-mise-en-examen-du-couple-26-09-2013-3172157.php

     

    + 8 VIDEOS

  • Halte à l'humiliation permanente de notre peuple !

    sans-titre.png

    Renaud
    Camus
     

    Un juge toulousain a demandé aux Roms qu’il jugeait pour vol de cuivre s’ils pensaient que nous allions « les laisser piller la France ». Il a aussitôt été accusé par la Ligue des droits de l’homme et le Syndicat de la magistrature de les « stigmatiser » et de faire des « amalgames hâtifs »… Qu’en pensez-vous ?

    Je pense que ce qu’il faut garder de l’antiracisme c’est son noyau dur, son insécable, cette règle simple selon laquelle il convient de juger les individus comme individus et les groupes comme groupes, sans interférences. Déjà, à propos des Roms, j’avais été pris à parti par la bien-pensance avec l’argument imbécile que parmi les Roms il y avait des professeurs d’université, de grands musiciens et d’admirables poètes. Bien entendu, je n’en avais jamais douté un instant. Dans toutes les communautés de la terre — les communautés de naissance, j’entends, les peuples, les races, les civilisations, pas les syndicats du crime… — il y a des êtres exceptionnels, des saints, de grands mystiques, de merveilleux écrivains, des artistes de génie, des modèles de civisme, d’abnégation et de dévouement à l’humanité souffrante. Seulement les proportions varient considérablement selon lesdites communautés. On est presque tenté de citer une fois de plus, malgré la banalité de la référence, ce qu’Audiard fait dire à Gabin, dans Le Président, quand on lui rappelle qu’il y a aussi des patrons de gauche : « Il y aussi des poissons volants, mais ils ne sont pas la majorité de l’espèce ».

    C’est une des calamités imposées par la fausse doctrine antiraciste que l’interdiction de juger les communautés en tant que telles, parce que ce tabou sans fondement dans la vérité ni dans la justice nous empêche de nommer et même de percevoir l’évidence, et donc de nous en défendre, d’empêcher son parachèvement quand elle est nuisible (comme dans le cas du Grand Remplacement). Il faut s’abstenir avec le plus grand soin de juger des individus d’après leurs appartenances (leurs appartenances volontaires, bien entendu), mais rien n’interdit moralement, et rien ne devrait interdire juridiquement, de juger des communautés d’après leurs effets sur la tranquillité publique et les rapports de voisinage, leur type de relations avec la propriété, avec l’hygiène, avec l’environnement, avec le paysage. On les trouverait alors très inégales, comme tout ce qui est vivant.

    Manuel Valls lui-même a suscité l’opprobre des associations en déclarant que seule une minorité de Roms était désireuse de s’intégrer et qu’il fallait reconduire [ces populations] à la frontière… Un virage ?

    Il faut surtout mettre fin à des législations délirantes qui font de notre pays un eldorado pour toutes les populations de la terre et une humiliation permanente pour notre peuple.

    Jean-François Copé a ajouté que Schengen était pour lui l’exemple type de la politique européenne qui ne marche pas… Pensez-vous que, enfin, les politiques prennent conscience de la réalité des choses ?

    Non, les politiques n’ont pas conscience de la réalité des choses. Elle leur est filtrée par les calculs, les sondages, la sociologie de cour. Ils n’en distinguent que places à prendre, positionnements à adopter, “créneaux”, “opportunités”.

    La nouvelle composition du Conseil national d’éthique vient d’être annoncée et suscite un tollé. François Hollande est accusé de modeler ledit comité pour faire passer plus facilement la future loi sur l’euthanasie et celle sur l’AMP (assistance médicale à la procréation). Est-ce son impopularité record, selon vous, qui lui ôte ses derniers scrupules ?

    Je vais peut-être vous étonner, mais je ne suis pas sûr que François Hollande soit dépourvu de scrupules. Il y a disproportion entre l’énormité du crime (la mise à bas systématique d’une civilisation) et les motifs, même les plus bas, qu’on prête à ces gens-là. C’est encore pis qu’on ne le dit : je n’exclus pas qu’ils soient sincères. Depuis le temps qu’ils trafiquent de l’hébétude, ils en sont eux-mêmes gros consommateurs.

     

    BOULEVARD VOLTAIRE

  • Marine Le Pen sur les Roms: "Il faut tous les renvoyer"

    Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo