Une boîte destinée à collecter les fonds a été installée dans la nef de la petite église de Saint-Élie à Moscou et chaque fidèle s’est cru obligé d’y mettre son obole.

 La confrontation armée entre les autorités et les forces anti-gouvernementales se poursuit depuis plus de deux ans en Syrie. Son bilan s’élève à 100 000 morts et plus de 4 millions de réfugiés. L’église orthodoxe russe appelle à faire cesser ce bain de sang, - a fait valoir sur les ondes de notre radio le diacre Alexandre Volkov qui dirige le service de presse du patriarcat de Moscou :

 « Depuis le début de l’escalade du conflit syrien, le patriarche Cyrille avait plus d’une fois attiré l’attention du monde sur l’horreur que vivait la Syrie. Et comme l’Église se doit de venir en aide aux victimes et à tous les nécessiteux, le patriarche a exhorté ses ouailles à faire preuve de solidarité avec leurs frères en Syrie et à venir en aide aux nécessiteux ».

 Début avril, la Russie avait déjà remis au peuple syrien un lot d’aide humanitaire collecté par la Société impériale orthodoxe palestinienne, - raconte sa vice-présidente Elena Arkhipova :

 « Nous avons tout de suite décidé que le chargement d’aide humanitaire serait remis au patriarche d’Antiochie et de tout l’Orient Jean X et au grand mufti de Syrie Ahmed Badr ed-Din Hassoun pour la distribuer aux plus nécessiteux. Nous avons organisé 4 points de collecte à Moscou plus 2 autres peu de temps après. Et comme l’aide a commencé à arriver des 4 coins de la Russie, nous avons finalement organisé un septième ».

 Diaporama : La vie sous les balles

 Des centaines de personnes se font toujours massacrer en Syrie. Il y a quelques jours, le monde entier a été bouleversé par l’assassinat sauvage d’un moine franciscain dans l’enceinte d’un monastère catholique dans la province d’Idlib. Le pape François a exprimé son indignation face à ce qui se passait dans la région. Ce crime odieux a également été condamné par le ministère russe des AE qui a confirmé que la Russie poursuivait ses efforts visant à retrouver et libérer les prêtres orthodoxes Paul Yasidji et Jean Ibrahim.

 
La Voix de la Russie