Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2013

L'acte du grand historien Dominique Venner est un signal fort envoyé à tous les Français

21/05/13

03:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

21/05/2013

Dominique Venner, le père de l’extrême droite moderne, s’est suicidé

 

 

Dominique Venner s'est suicidé, mardi 21 mai, à Notre-Dame-de-Paris, à l'âge de 78 ans. Peu connu du grand public, ancien soldat perdu de l'Algérie française ayant renoncé à l'activisme au milieu des années 70, il demeurait une figure influente et emblématique de l'extrême droite française ainsi qu'une référence pour plusieurs générations de ses militants.

Dans l'un de ses derniers ouvrages Le Choc de l'histoire (Via Romana, 2011), celui qui se définissait comme un "historien méditatif" évoquait volontiers sa fascination pour les écrivains tels Henry de Montherlant, Pierre Drieu la Rochelle, ou Yukio Mishima qui se sont donnés la mort. Evoquant le suicide de Mishima, il avait indiqué que ce geste "se voulait une protestation contre l'indignité où avait sombré son pays."

Cette thématique revenait de manière insistante dans ses écrits récents, notamment sur son blog. "Il n’y a pas d’âge pour s’indigner autrement qu’en paroles, mettre sa peau au bout de ses idées et témoigner pour l’avenir", déclarait-il en 2011, évoquant le suicide d'un jeune phalangiste espagnol s'estimant trahi, au début des années 1970, par le franquisme vieillissant.

Une lettre lue sur Radio Courtoisie

Son acte semble vouloir s'inscrire dans cette logique du "sacrifice politique", à en croire une lettre qu'il aurait laissé aujourd'hui à ses amis de Radio Courtoisie et qu'a lu un autre militant d'extrême droite, Bernard Lugan, à l'antenne, juste après l'annonce de sa mort. "Je me sens le devoir d'agir tant que j'en ai encore la force. Je crois nécessaire de me sacrifier pour rompre la léthargie qui nous accable. Je choisis un lieu hautement symbolique.. que je respecte et j'admire. Mon geste incarne une éthique de la volonté. Je me donne la mort pour réveiller les consciences assoupies. Alors que je défends l'identité de tous les peuples chez eux, je m'insurge contre le crime visant au remplacement de nos populations." Comprendre l'immigration.

Dominique Venner a également publié un ultime post de blog intitulé "la manif du 26 mai et Heidegger", où il explique que les manifestants anti-mariage gay ne peuvent ignorer "la réalité de l'immigration afro-maghrébine". "Leur combat ne peut se limiter au refus du mariage gay", indique-t-il.

La réaction de Marine Le Pen

Marine Le Pen a en tout cas saisi le message de Dominique Venner, en déclarant sur Twitter: "Tout notre respect à Dominique Venner dont le dernier geste, éminemment politique, aura été de tenter de réveiller le peuple de France". Elle le complètera vingt minutes plus tard par: "Il n'en demeure pas moins que c'est dans la vie et l'espérance que la France se redressera et se sauvera".

Dominique Venner a joué un rôle majeur à l'extrême droite. Il fonde en 1954, avec Pierre Sidos Jeune Nation. Ce mouvement est très en pointe dans le combat pour l'Algérie française. Il se fait dissoudre le 15 mai 1958. Ses militants rejoindront l'OAS. Dominique Venner et Pierre Sidos seront incarcérés.

Source: les Rats Maudits

En 1963, à sa sortie de prison, il fonde le mouvement Europe-Action qui aura une influence déterminante sur la Fédération des étudiants nationalistes (FEN), la matrice dont sortira Occident. Déjà à cette époque Dominique Venner exerce un magistère intellectuel sur de futurs cadres de l'extrême droite de la fin des années 1960, qui se nomment François d'Orcival, Alain Madelin, Alain Robert, Xavier Raufer ou encore Gérard Longuet.

"Les textes dont il est l'auteur ou l'inspirateur principal réactualisent de fond en comble la théorie et la stratégie d'un nationalisme révolutionnaire qui tourne la page de l'époque coloniale et s'élargit à l'Europe", peut-on lire dans les Rats Maudits un livre collectif écrit par des militants étudiants d'extrême droite.

"Célébration des racines et du sang"

Venner rédige en effet à cette époque deux manifestes fondamentaux, Pour une critique positive et Qu'est ce que le nationalisme?, dont le propos est de changer le logiciel de l'extrême droite après les défaites essuyées en 1945 et en Algérie. Anticommuniste viscéral mais fasciné par l'efficacité des méthodes léninistes, Venner tentera de les adapter à sa propre famille de pensée.

"Ethique de l'honneur et dépassement de soi, célébration des racines et du sang, camps-écoles, feux de solstice, toute une culture se met en place à cette époque" résument ces héritiers. Il est vrai que, païen pratiquant, Venner a considéré très tôt la nécessité pour son courant de revenir "aux sources de l'identité européenne", celle d'avant l'ère judéo-chrétienne.

Tout récemment encore, il expliquait que "le christianisme n'était pas une religion identitaire, mais universaliste". Ce qui, à ses yeux, ne posait pas problème tant que les Européens dominaient le monde. "Depuis la deuxième partie du XXème siècle, ajoutait-il, ils sont dominés. Devant ces épreuves, une religion universelle ne leur apporte aucun secours collectif".

Cette pensée a essaimé. Tout d'abord avec le GRECE dont le mouvement scout Europe Jeunesse a repris en clin d'oeil le symbole du casque spartiate, cher à la FEN. Et jusqu'à aujourd'hui avec le Bloc identitaire qui se réclame de Dominique Venner.

Droite(s) extrême(s) Blog du Monde

20:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

" C'est un témoignage sacrificiel" (Jean-Marie Le Pen)

http://www.franceinfo.fr/faits-divers/un-homme-se-suicide...

 + AUDIOS  et Tweets de Marine Le Pen

20:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

"Un drame sans précédent" pour Valls - 21/05/13

20:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Le dernier texte de Dominique Venner : La manif du 26 mai et Heidegger

Ecrit le 21 mai, 2013 @ 17:36par Eric Martindans Poing de vue

 
 

par Dominique Venner

Le dernier texte de Dominique Venner

Les manifestants du 26 mai auront raison de crier leur impatience et leur colère. Une loi infâme, une fois votée, peut toujours être abrogée.

Je viens d’écouter un blogueur algérien : « De tout façon, disait-il, dans quinze ans les islamistes seront au pouvoir en France et il supprimeront cette loi ». Non pour nous faire plaisir, on s’en doute, mais parce qu’elle est contraire à la charia (loi islamique).

C’est bien le seul point commun, superficiellement, entre la tradition européenne (qui respecte la femme) et l’islam (qui ne la respecte pas). Mais l’affirmation péremptoire de cet Algérien fait froid dans le dos. Ses conséquences serraient autrement géantes et catastrophiques que la détestable loi Taubira.

Il faut bien voir qu’une France tombée au pouvoir des islamistes fait partie des probabilités. Depuis 40 ans, les politiciens et gouvernements de tous les partis (sauf le FN), ainsi que le patronat et l’Église, y ont travaillé activement, en accélérant par tous les moyens l’immigration afro-maghrébine.

Depuis longtemps, de grands écrivains ont sonné l’alarme, à commencer par Jean Raspail dans son prophétique Camp des Saints (Robert Laffont), dont la nouvelle édition connait des tirages record.

Les manifestants du 26 mai ne peuvent ignorer cette réalité. Leur combat ne peut se limiter au refus du mariage gay. Le « grand remplacement » de population de la France et de l’Europe, dénoncé par l’écrivain Renaud Camus, est un péril autrement catastrophique pour l’avenir.

Il ne suffira pas d’organiser de gentilles manifestations de rue pour l’empêcher. C’est à une véritable « réforme intellectuelle et morale », comme disait Renan, qu’il faudrait d’abord procéder. Elle devrait permettre une reconquête de la mémoire identitaire française et européenne, dont le besoin n’est pas encore nettement perçu.

Il faudra certainement des geste nouveaux, spectaculaires et symboliques pour ébranler les somnolences, secouer les consciences anesthésiées et réveiller la mémoire de nos origines. Nous entrons dans un temps où les paroles doivent être authentifiées par des actes.

Il faudrait nous souvenir aussi, comme l’a génialement formulé Heidegger (Être et Temps) que l’essence de l’homme est dans son existence et non dans un « autre monde ». C’est ici et maintenant que se joue notre destin jusqu’à la dernière seconde. Et cette seconde ultime a autant d’importance que le reste d’une vie. C’est pourquoi il faut être soi-même jusqu’au dernier instant. C’est en décidant soi-même, en voulant vraiment son destin que l’on est vainqueur du néant. Et il n’y a pas d’échappatoire à cette exigence puisque nous n’avons que cette vie dans laquelle il nous appartient d’être entièrement nous-mêmes ou de n’être rien.

 

Nouvelles de France

19:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

L'historien Dominique Venner s'est suicidé à Notre-Dame: un geste éminnement politique


Dominique Venner sur l'identité française par DefendonsL3Occident

19:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Le centre des Etats-Unis en proie à de puissantes tornades

 

Par Francetv info

Mis à jour le20/05/2013 | 09:41, publié le20/05/2013 | 09:32

 

"Tout était calme. Et c'est arrivé très vite, partout. Les arbres ont été arrachés, les clôtures emportées. C'est arrivé en un clin d'œil", raconte un témoin sidéré. Une puissante tempête a engendré des tornades au-dessus du Midwest des Etats-Unis, dimanche 19 mai. Les Etats du Kansas, de l'Oklahoma et de l'Iowa ont été balayées par les vents.

Des nuages en forme d'entonnoirs géants ont été observés sur des villes ou aux alentours, comme à Edmond et Shawnee, dans l'Oklahoma. A Shawnee, une tornade a rasé plusieurs maisons. Les bourrasques se sont également abattues sur un groupe de mobil homes, faisant au moins un mort, selon la télévision Fox. Jeudi déjà, dix tornades s'étaient abattues sur le Texas, faisant au moins six morts et blessant des dizaines de personnes.

 

 

 

01:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Mieux vaut être une racaille des banlieues qu'un "Gudard"

sans-titre.png CRS  et black.png

Deux poids deux mesures… L’expression est devenue un tel cliché qu’elle en désormais un brin démonétisée. Et pourtant…

Ce week-end à Lyon, quelques membres du GUD (Syndicat d’étudiants plutôt classé à la droite de l’UNI) en seraient venus aux mains avec deux couples en bicyclette. Raison de la rixe : parmi les quatre victimes, une jeune fille asiatique. Ni une ni deux, mais trois « Gudards » placés en détention préventive immédiate, en attendant leur procès ce mardi. Ils devraient être poursuivis pour « violences aggravées, en réunion et à connotation raciste ».

« Connotation raciste » ? La notion est bien floue. Un Noir qui frappe un Blanc, ça peut être aussi à « connotation raciste », tout comme le fait qu’un homosexuel ait emplâtré un hétérosexuel peut également présenter une « connotation hétérophobe ».

Pour des faits un peu plus graves, les émeutes consécutives au sacre trocadéresque du PSG, la justice, pour rapide qu’elle fut, semble avoir été autrement plus compréhensive, alors qu’un quartier entier a été mis à sac par des « jeunes » issus d’autres « quartiers ». La peine la plus sévère ? Quatre mois ferme pour un « jeune » de 26 ans, « déjà condamné par le passé à quatre reprises, dont deux fois pour des faits de violence ». Sa défense ? « Il y en a un [un policier, NDLR] qui m’a mis un coup sur la tête et ça m’a énervé… » Et l’avocate d’un des autres prévenus de donner le ton général des plaidoiries : « Comment la ville de Paris a pu autoriser une telle cérémonie ? Mon client est la victime de la désorganisation de la police à Paris ! » Imaginez la tête du juge, si l’avocat des trois « Gudards », évoquait « la désorganisation de la police lyonnaise qui laisse n’importe qui rouler à vélo »

Et dire que ce sont les mêmes qui s’alarment des violences de la Manif pour tous… Pauvres CRS, aux casques fracassés à coups de chapelets, manquant de peu d’être brulés vifs par les bougies des Veilleurs ; infortunés commerçants aux vitrines explosées à coups de poussettes, et dont les marchandises ont été dévalisées par des hordes de scouts en culottes courtes…

Dans le même ordre d’idées, quatre membres du Bloc identitaire ont été placés sous contrôle judiciaire depuis octobre dernier. Leur inexpiable crime ? Avoir déployé, avec une soixantaine de leurs camarades, une banderole sur le chantier d’une mosquée en construction, à Buxerolles, aux environs de Poitiers. Leur seule violence ? Avoir proféré des slogans hostiles à l’édification de ce lieu de culte. Culte qu’ils n’ont perturbé, au contraire de ces activistes homosexuels, à moustaches et robes de mariée, qui n’ont pas hésité à faire irruption en pleine messe, à Notre Dame de Paris.

On peut donc être d’accord ou non avec l’activisme – tout relatif et éminemment pacifique – du Bloc identitaire ; mais on s’accordera au moins sur ce point : ils troublent moins l’ordre public que les centaines de manifestants, squatteurs et autres punks à chiens qui empêchent, avec un peu plus de banderoles et de violence, la construction d’un autre édifice, l’aéroport de Notre dame des Landes…

Toujours dans la série : les maires refusant de célébrer les « mariages pour tous » seront bientôt dans le collimateur de ces juges qui n’hésiteront guère, en l’occurrence, à épingler d’autres « cons » sur leur mur éponyme. En revanche, les enseignants-désobéisseurs, ceux-là même qui se faisaient gloire de violer la loi, refusant d’appliquer les mesures de Luc Chatel, ancien ministre d’une Éducation de moins en moins nationale, mesures consistant, a minima, à ce que l’on apprenne à nos enfants à lire, écrire et compter, n’ont jamais subi le moindre tracas judiciaire.

Indignez-vous, exigeait Stéphane Hessel, jadis fervent soutien de ces Désobéisseurs, Jean Moulin autoproclamés de préaux d’école… Mais s’indigner contre quoi ? Manifestement contre le fait que certains puissent encore se dresser contre la dégringolade générale de notre société…

Eux sont les véritables indignés.

Nicolas Gauthier, le 20 mai 2013
 
BOULEVARD VOLTAIRE

00:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Etats-Unis: une gigantesque tornade détruit tout sur son passage

http://www.leparisien.fr/international/etats-unis-une-gig...

+ VIDEOS

 

00:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Fabrice Burgaud porte plainte contre Bertrand Tavernier

sans-titre.png Tavernier.png

Bertrand Tavernier

Bertrand Tavernier (photo ci-dessus) avait expliqué sur le plateau de l’émission C à Vous, le 10 avril dernier, que le juge Burgaud, était "quelqu’un qu’on avait envie d’exécuter".

Une déclaration que le magistrat n’a pas supportée. Fabrice Burgaud avait instruit le dossier de pédophilie d’Outreau qui avait fait scandale en février 2001.

Un fiasco judiciaire puisqu’en 2005, après deux procès d’assises, 13 des 17 accusés avaient été acquittés.

Fabrice Burgaud avait été menacé après les procès : physiquement, verbalement, dans de nombreux courriers, il a même été protégé par des policiers pendant six mois en 2006.

Le procureur de Paris devra décider après cette plainte s’il va engager des poursuites contre le réalisateur.

E&R

00:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

20/05/2013

Un conseiller municipal FDG appelle à "briser les os" de Marine Le Pen, "la truie"

http://fr.novopress.info/137750/un-conseiller-municipal-d...

 

 

23:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Bouteflika est-il mort ? Vent de panique en Algérie

 

A un an de la présidentielle, le chef de l’Etat algérien de 76 ans avait été transporté le 27 avril à l’hôpital militaire parisien du Val de Grâce à la suite d’un accident vasculaire-cérébral.
Passons sur ce paradoxe, pour cet ancien terroriste anti-français, de venir se faire soigner chez la méchante colonisatrice en méprisant donc les hôpitaux de sa province devenue indépendante : c’est monnaie courante chez les anciens du FLN…

Cela dit, en l’absence de bulletins de santé la presse algérienne s’interroge chaque jour, avec prudence, sur ce sujet tabou.
Et puisque les autorités présentent l’accident de santé de Bouteflika comme un « petit AVC » : la durée de son hospitalisation (bientôt 4 semaines) n’est que plus étonnante.

Les rumeurs courent donc dans la rue algérienne, et notamment celle selon laquelle Bouteflika serait mort.
Selon une de nos sources, les Algériens « ont constaté lors de leurs déplacements des barrages militaires tous les 10 km au plus, ce qui est inhabituel selon eux. De même, aucun défilé militaire ni festivité n' auraient eu lieu le 1er mai alors que c est la coutume. »
« Selon eux les barbus seraient seraient prêts à s' emparer du pouvoir avec toutes les conséquences que cela impliquerait sur les banlieues françaises.
Ils craignent une révolution sanglante sur place. »

Par ailleurs, selon des médias espagnols, 500 marines US avec 8 chasseurs bombardiers sont arrivés sur leurs côtes sud et se préparent à intervenir pour récupérer leurs ressortissants en Algérie, où une guerre civile et un putsch seraient possibles, voire probables.
Un gros afflux d’immigrés vers l’Espagne et la France serait alors à craindre…

Contre-info.com

21:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Mariage homo et islamisation, même combat contre notre civilisation

Lire: http://ripostelaique.com/mariage-homo-et-islamisation-mem...

+ VIDEO

20/05/13

 

 

 

21:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Les socialistes contre la langue française

Communiqué de presse de Bertrand Dutheil de La Rochère, Conseiller République et laïcité de Marine Le Pen

Les socialistes, avant-garde zélé du mondialisme ultralibéral, subvertissent la République française en s’attaquant à sa langue tant par le haut que par le bas. À Paris, ils s’apprêtent à développer l’enseignement en anglais à l’université en votant l’article 2 de la loi Fioraso, malgré les protestations des plus éminents linguistes. À Ajaccio, ils ont voté, ce vendredi 17 mai, la coofficialité de la langue corse dans l’île, bien qu’ils sachent qu’une telle disposition soit contraire à la constitution.

De François 1er à Jules Ferry, en passant par Richelieu et l’abbé Grégoire, la nation française s’est construite autour de sa langue, qui devint, avec sa culture, l’outil principal de son rayonnement universel. Tous les compétiteurs de la France, même quand ils furent ses alliés, cherchèrent toujours à diminuer le statut international du français. Croire que pour conserver au pays son influence il faille accorder à l’anglais une position privilégiée relève à la fois d’un manque de culture historique et d’une grande naïveté politique. Cela est grave pour une ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Dans l’espace public de la République française, il n’y a qu’une seule langue, celle citée dans la constitution. Elle permet la compréhension mutuelle dans le débat démocratique. Les langues régionales appartiennent librement à la seule sphère privée de ceux qui s’y intéressent. Officialiser l’une d’entre elles dans une région, c’est créer une discrimination au détriment des citoyens qui n’en seraient pas locuteurs.

Avec Marine Le Pen, le Rassemblement Bleu Marine promeut la langue française, comme levier pour favoriser les produits nationaux sur le marché mondial et comme support pour assimiler les Français de toute origine dans une même patrie. Ce combat pour la langue doit donc rassembler tous les patriotes contre les mondialistes qui veulent déconstruire la France afin d’assouvir leur rêve et de satisfaire à leur idéologie.

20/05/13

20:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

65 ans de deuil de sang et de larmes : qui se souvient de la Nekba ?

 

« Malheur au monde à cause des scandales ! Il est fatal, certes, qu'il arrive des scandales, mais malheur à l'homme par qui le scandale arrive ! »

(Evangile selon saint Luc)

 

sans-titre.png Nekba.png

15 mai 1948, une étape importante dans la chaîne des malheurs des Palestiniens. Ce jour-là, des autochtones qui vivaient là depuis la nuit des temps furent brutalement considérés par le fer et par le feu comme des apatrides. Les Nations unies, par la reconnaissance quelques jours plus tôt de l'Etat d'Israël, venaient de livrer du même coup des hommes, des enfants, des femmes pour l'immense majorité sans défense, aux mains d'une organisation terroriste qui mit en oeuvre une épuration ethnique au nom de la religion. Il fallait une Terre pour un peuple sans Terre au nom de la Bible. Bien plus tard, le président Yitzhak Rabin, l’homme qui a combattu durement les Palestiniens mais qui aurait pu faire la paix, s’il n’avait pas été assassiné, affirmait, à juste titre, que « la Bible n'était pas un cadastre ! »


Tout est parti du plan Daleth

En novembre 1947, au moment du vote du plan de partage, la Palestine mandataire compte environ 600.000 juifs pour 1.200.000 Arabes. David Ben Gourion a confié à Yigaël Yadin le soin d'étudier un plan militaire permettant de préparer le Yichouv à l'intervention annoncée des États arabes. Comment bouter les Arabes du maximum de terres pour l'espace vital juif ? Il s'agit du plan Daleth qui est mis en application dès le début du mois d'avril.
Le plan Daleth ou plan D, est le plan établi par la Haganah en mars 1948 pendant la guerre de Palestine de 1948. Il fut rédigé par Israël Ber et Moshe Pasternak, sous la supervision de Yigal Yadin, chef des opérations de la Haganah. Ilan Pappé y voit un plan mis au point par les sionistes pour spolier les Arabes palestiniens de leur terre en les chassant de leur terre. » (1)

Dans un article intitulé « Plan Daleth : Master Plan for the Conquest of Palestine », Walid Khalidi présente, lui aussi, le plan comme une ligne de conduite donnée à la Haganah pour l'expulsion des villages palestiniens. Il tire ses conclusions de plusieurs éléments du contexte liés au sionisme et à la guerre civile de 1947-1948 en Palestine mandataire en donnant l'argumentaire suivant :

1° Les sionistes étaient confrontés à un problème territorial en tant que mouvement nationaliste sans territoire sous son contrôle ;

2° Le transfert de la population arabe hors de Palestine était dans leur esprit depuis Théodore Herzl. Les sionistes ne pouvaient accepter de ne posséder qu'une faible proportion des terres cultivables dans la partie accordée à l'État juif par le plan de partition (1.500.000 de dounams cultivables seulement sur les 7.500.000 cultivables et les 13.000.000 de la surface totale) ;

3°L'État juif tel que défini par le plan de partage était peuplé d'autant de juifs que d'Arabes ; les sionistes étaient conscients de leur puissance [militaire].

4°La défaite arabe palestinienne ne pouvait être effective que si les Arabes étaient « délogés », étant donné que malgré la « surpuissance » des juifs, les Arabes étaient in situ ; le plan sioniste devait être implémenté avant le 15 mai 1948, date à laquelle on pouvait s'attendre à ce que les armées régulières arabes interviennent pour respecter le statu quo en Palestine ».(2)

 

« En avril 1948, lit-on sur l'encyclopédie Wikipédia, la guerre entre dans une deuxième phase avec le passage de la Haganah à l'offensive. le 9 avril, des troupes de l'Irgoun et du Lehi perpètrent un massacre à Deir Yassin qui a un impact important sur la population palestinienne. Le 14 mai 1948 à minuit, le mandat britannique sur la Palestine s'achève officiellement. L'État d'Israël a été proclamé dans la journée sur une partie du territoire. Tandis que l'ONU propose d'autres plans de partage, les Israéliens lancent de juillet 1948 à mars 1949 une série d'opérations militaires entrecoupées de cessez-le-feu, prenant le contrôle de toute la Galilée, du sud-ouest de la Samarie de la majeure partie de la zone côtière, de l'ouest de la Judée jusqu'au secteur de Jérusalem, et enfin du Néguev. Durant la période du 15 mai 1948 à la mi-avril 1949, plus de 350.000 Palestiniens (sur les 750.000 de l'ensemble de l'exode palestinien) prennent la route de l'exode, fuyant les combats ou expulsés des zones contrôlées ou conquises par Israël. »



La Nekba : un nettoyage ethnique

Rappelons que la résolution 194 de l'ONU dispose que « les réfugiés qui désirent rentrer dans leurs foyers et vivre en paix avec leurs voisins devraient y être autorisés le plus vite possible ». Tous les gouvernements israéliens se sont opposés à l'application du droit au retour, au nom du caractère juif de l'Etat. Avant même la fin de la Seconde Guerre mondiale, les juifs de l'Irgoun appuyé par le groupe Stern se retournent contre les Anglais, en réaction contre l'interdiction de l'immigration des juifs en Terre d'Israël ; le 22 juillet 1946, un attentat terroriste de l'Irgoun contre l'hôtel King David, centre de l'administration britannique à Jérusalem, fait 92 morts. L'Angleterre ne traite pas de la même façon les Palestiniens qu'elle a matés et les Israéliens qui l'attaquent. Selon Henry Laurens, il n'est pas possible pour eux d'utiliser contre des Blancs occidentaux, et de surcroît contre des juifs après la Shoah, des méthodes utilisées contre des indigènes. Devant leur incapacité à concilier les points de vue arabe et sioniste, face aux coups reçus et aux trop nombreuses pertes, ils décident de mettre un terme à leur mandat et de remettre la « question de la Palestine » à l'ONU.

Dans son ouvrage courageux « Le Nettoyage ethnique de la Palestine », l'historien israélien, Ilan Pappé, professeur à l'Université de Haïfa, que les sionistes considèrent comme un « juif honteux », démolit le mythe selon lequel les Arabes auraient attaqué Israël au moment de sa fondation. En fait, le nettoyage ethnique de la population palestinienne (massacres, terreur et expulsions forcées à grande échelle) était prévu dès la première heure. Le nettoyage ethnique commença - de manière un peu désorganisée - dès les premiers jours de décembre 1947, quelques jours à peine après le vote de l'ONU et trois mois avant l'adoption du plan Daleth. Quant aux méthodes utilisées par les sionistes à cette époque, Ilan Pappé montre qu'elles étaient déjà ce qu'elles sont aujourd'hui : cynisme et chutzpah, mensonges permanents, (...) crimes de guerre et crimes contre l'humanité.(...) Dès le départ, l'armée « la plus morale de tous les temps », s'est distinguée par sa brutalité, son sadisme et sa cupidité : pillages, destructions systématiques, viols, exactions en tous genres, assassinats ». » (1)

La Nekba n'est pas tombée du ciel, elle a été minutieusement préparée. Dès juin 1938, Ben Gourion déclare devant l'Exécutif de l'Agence juive : « Je suis pour le transfert forcé [l'expulsion des Arabes palestiniens]. Je ne vois rien là d'immoral. » Dix ans plus tard, le 24 mai 1948, il écrit dans son Journal :  Nous allons créer un Etat chrétien au Liban, dont la frontière sud sera le Litani. Nous allons briser la Transjordanie, bombarder Amman et détruire son armée, et alors la Syrie tombera. Après quoi, si l'Egypte veut continuer à se battre, nous bombarderons Port Saïd, Alexandrie et Le Caire. Ce sera notre vengeance pour ce que les Egyptiens, les Araméens et les Assyriens ont fait à nos aïeux à l'époque biblique.

Indépendamment du fait que la prétendue oppression des juifs par les Egyptiens, les Araméens et les Assyriens est dénuée de tout fondement historique, et que les ancêtres du « père » de l'Etat juif étaient très probablement des Khazars sans le moindre lien avec la Palestine.  (1)



Massacre de masse et racisme, conséquences de la Nekba

Parmi les architectes du nettoyage ethnique par le fer et par le feu, « Menahem Begin se distingue pendant cette guerre en massacrant avec d'autres tueurs de l'Irgoun, 240 civils à Deir Yassine (le 9 avril 1948, cinq semaines avant la proclamation de l'Etat d'Israël). 200 villageois assassinés par la Haganah, l'armée régulière, huit jours après la proclamation de l'Etat juif. Ce massacre, plus tabou encore que celui de Deir Yassine, a été « révélé » en 2000 par Teddy Katz, de l'Université de Haïfa: à Dawaimeh, le pire de tous les massacres israéliens, plus de 450 civils palestiniens ont perdu la vie en octobre 1948. Ilan Pappé écrit à ce propos : « Les soldats juifs qui ont pris part au massacre ont rapporté les horreurs : bébés au crâne fracassé, femmes violées ou brûlées vives dans les maisons, hommes poignardés.. » Quant aux Britanniques, ils ont laissé faire. Ilan Pappé parle de « passivité complice » ».

A propos du massacre de Deir Yassin, le grand physicien Albert Einstein, juif de confession, s'était toujours élevé contre la politique des organisations sionistes et terroristes. Il écrit le 10 avril 1948, à M. Shepard Rifkin, directeur exécutif des amis Américains des combattants pour l'indépendance d'Israël : « Cher monsieur, quand une véritable catastrophe finale s'abattra sur la Palestine, le premier responsable en sera le gouvernement britannique et les seconds responsables seront les organisations terroristes qui émanent de nos rangs. Je ne veux voir personne associé avec ces gens égarés et criminels. » (3)

Après Deir Yassine, il y eut Kibya, il y eut Jenine. Il y eut Ghaza. La sociologue Ester Benbassa écrit : « Comment des juifs, dont les parents ont vécu la persécution, la souffrance, peuvent-ils tolérer qu'un autre peuple, les Palestiniens, connaisse un sort similaire ? Je ne veux pas non plus être juive et approuver cette guerre immorale que mène Israël. » (4)

On sait que les crimes de masse d'Israël ont précédé l'existence et depuis 1947, date du vote de l'ONU du partage de la Palestine, l'Etat d'Israël n'a cessé de continuer à tuer, de violer, d'incendier, à accaparer les terres des Palestiniens, de détourner les eaux des pays voisins, en un mot, de terroriser le Moyen-Orient sous l'oeil complice, voire impuissant de l'Occident. Jénine nom mythique eut son calvaire. Jénine est une ville de Cisjordanie et un important centre agricole palestinien. L'assaut contre le camp de réfugiés de Jénine, considéré alors par les Israéliens comme une pépinière de kamikazes, dura du 3 au 11 avril 2002, dans le cadre de l'opération « Rempart ».

Le journaliste Amnon Kapeliouk fait parler un militaire participant au carnage. Ce dernier décrit sans état d'âme son rôle dans l'armée la plus morale au monde : « Un pilote de l'escadrille, le lieutenant-colonel Sh., raconte : « Notre escadrille a lancé pendant tous les jours de combat une quantité énorme de missiles à l'intérieur du camp des réfugiés. Des centaines de missiles. Toute l'escadrille fut mobilisée pour ces opérations, y compris des réservistes. (...) Pendant les combats, il y avait toujours au-dessus de Jénine deux Cobra prêts à lancer un missile vers la maison indiquée par le QG en bas (...). Les ´´combattants volants´´ ne jureront pas que leurs missiles n'ont pas touché des civils. (...) Ce n'est pas difficile d'imaginer ce qui se passe à l'intérieur des maisons après tout ce qu'on a tiré dessus, dit un réserviste qui requiert l'anonymat. (...) Pendant le couvre-feu, il y avait des ´´patrouilles violentes´´. Un char ´´galopait´´ dans les rues désertes, écrasait tout ce qu'il trouvait sur son chemin et ouvrait le feu sur ceux qui violaient le couvre-feu. (...) Une nuit, j'ai monté la garde (dans un appartement dans lequel nous nous étions installés). Toute la nuit, j'ai entendu une petite fille qui pleurait. Là-bas, il s'est produit une déshumanisation. Certes, nous avons subi un feu nourri, mais, en revanche, nous avons effacé une ville. » (5)

« Il y a 65 ans, écrit Salah Hamouri, (...) Ce jour-là, où plusieurs centaines d'enfants ont été tués de sang-froid, plusieurs centaines de femmes se sont fait violer, et des centaines de villages ont été complètement détruits, ce jour-là, une nouvelle page de l'histoire d'un peuple qui est devenu réfugié dans les camps a commencé à s'écrire. Au cours de cette guerre, les milices sionistes ont commis des crimes contre l'Humanité, sous l'observation et le soutien de la communauté internationale. (...) 65 ans après, la colonisation continue de confisquer notre terre, pour poursuivre le projet qui vise à déraciner le reste de notre peuple. (...) Aujourd'hui, après tout ce que nous avons vécu pendant ces années d'occupation, notre peuple est de plus en plus convaincu que ses droits à l'indépendance, la liberté et au retour ne tombent pas dans l'oubli. (....) Enfin, en ce jour, les martyrs nous rappellent depuis leurs tombes qu'il ne faut jamais oublier leur sang qui a arrosé la terre de la Palestine et qu'il faut surtout continuer leur chemin de lutte et de résistance jusqu'à ce que nous arrachions notre droit, pour vivre libres comme tous les peuples autour du monde. »(6)

L'épuration ethnique actuelle, la colonisation à marche forcée, la Loi du retour, qui font qu'un juif du bout du monde a le droit de retour en Israël comme cela est permis aux juifs d'Europe centrale, aux Falashas et même aux juifs chinois qui ont fait leur alya ! : Leur montée vers Israël » Cependant, on note tout de même une discrimination même parmi les juifs (7)

La volonté israélienne de faire d'Israël un Etat juif va, par la force des choses, amener les Arabes Israéliens à quitter leur pays. Ce sera l'accomplissement définitif de la Nekba. L'avenir des Palestiniens est plus que jamais sombre. Le fait accompli commence à être reconnu comme irréversible. Malgré des protestations comme celle du célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking qui a boycotté une conférence en Israël, les Palestiniens continueront à vivre dans la peur et le déni de dignité. Les arbalètes du Hamas sont plus des sursauts de dignité qu'une réelle puissance. Les Etats-Unis se sont retirés. Les Arabes s'étripent et Israël tourne le dos au droit international et à la dignité humaine. Pourtant, on se prend à rêver de la paix sur cette Palestine, terre cananéenne, qui a vu naitre une même souche : les Cananéens. Certains d'entre eux se disent investis d'une mission divine qui fait d'eux un peuple élu qui a reçu une Terre de Dieu. L'historien Schlomo Sand dans son ouvrage : « Comment le peuple juif fut inventé » et deux autres auteurs israéliens, Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman, ont montré justement que nous avons affaire à un même peuple : les Cananéens. » « Il n'existe aucune preuve, écrivent-ils, d'une invasion de Canâan par les enfants d'Israël commandés par Josué.. L'archéologie révèle que les habitants de ces villages n'étaient autres que les peuplades indigènes de Canâan qui, petit à petit, ont fini par développer une identité ethnique que l'on peut qualifier d'israélite. » (8)

 

En définitive, seul un Etat de tous les citoyens avec une égale dignité permettra le retour de la paix dans cette région du monde qui a vu l'avènement du monothéisme.



1. Ilan Pappé : Le nettoyage ethnique de la Palestine Arthème Fayard 2008

2. Walid Khalidi, Plan Dalet : Master Plan for the Conquest of Palestine, Journal of Palestine Studies, Vol.18, No1, Special Issue : Palestine 1948. Automn 1988, pp4-33.

3. http://www.alterinfo.net/Einstein-et-Bricmont-sur-l-impos...

4. Ian Hamel : Le cri de colère d'Esther Benbassa. Site Oumma.com 17 novembre 2009

5.Amnon Kapeliouk http://www.monde-diplomatique.fr/20... mai 2002

6.Salah Hamouri. Nakba : il y a 65 ans http.www.france palestine. org/Nekba

7.http://www.chineinformations.com/gu...

8.Israël Finkelstein et Neil Asher Silberman : La Bible dévoilée p.157.Ed Gallimard 2010.

 

Professeur Chems eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz

AGORAVOX - 20/05/13

20:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Jacques Remiller: " Je refuse de célébrer les unions de même sexe"

INTERVIEW - Le maire UMP vient d'envoyer une lettre au président de la République pour lui rappeler ses propos sur «la liberté de conscience des élus» qu'il compte exercer.

 
 

LE FIGARO. - Comment allez-vous vous organiser maintenant que la loi a été validée par le Conseil constitutionnel?

Jacques Remiller.

Jacques Remiller.

Jacques REMILLER. - Je refuse de célébrer les mariages de même sexe et personne dans l'équipe majoritaire ne souhaite le faire… Il restera les membres de l'opposition, je prendrai donc un arrêté municipal pour qu'ils puissent unir les couples gays.

Ne craignez-vous pas les conséquences de votre geste?

Non, si le ministre de l'Intérieur, qui a d'autres soucis pour le moment, souhaite me suspendre et me faire monter les marches du tribunal de grande instance de Vienne et bien il le fera. Mais je suis fidèle à mes convictions citoyennes, les maires sont des citoyens ils ont le droit aussi d'exprimer leur avis de citoyen.

Pour quelles raisons refusez-vous d'appliquer une loi dès lors qu'elle est votée?

Je suis un enfant de la République. Je me suis porté devant les électeurs qui m'ont élu aux responsabilités municipales avec, en tête de mon programme, le thème de la famille… et je suis fidèle à mes engagements. Cela fait trente-sept ans que je célèbre des mariages et pour moi le mariage, c'est un homme et une femme, même si je reconnais le droit à chacun de vivre comme il l'entend. Quand j'étais parlementaire j'ai été le fondateur de l'Entente parlementaire sur la famille, qui rassemble 222 députés et sénateurs. Vis-à-vis de mes enfants, mes petits-enfants je ne changerai pas d'avis, il n'y a pas plus beau que la famille. Je ne suis pas une girouette.

Mais qu'en est-il selon vous des autres élus, qui célébreront ces unions?

François Hollande s'est présenté au Bourget pour une France apaisée. Aujourd'hui, il est le capitaine d'une France divisée. Au congrès des maires, devant 15.000 maires et adjoints, j'ai entendu le président affirmer qu'il allait laisser le droit à la liberté de conscience aux élus. Je lui ai envoyé une lettre vendredi soir, pour lui demander de respecter sa parole.

Avez-vous eu beaucoup de demandes?

Aucune pour l'instant, et je ne m'attends pas à un engouement. De mon point de vue, il n'y aura pas de raz de marée en France.

Le Figaro - 20/05/13

19:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Mélenchon fait de l'esprit sur le "cul" de Marine...

sans-titre.png Mélenchon!.png

"Je me casse le cul pour les ouvriers pendant qu'elle se casse le cul dans sa piscine", a tweeté le leader du Front de gauche à propos de l'accident de la patronne du FN.

"Marine Le Pen est tombée dans sa piscine vide et s'est fait une fracture de la colonne vertébrale", a annoncé Jean-Marie Le Pen samedi 18 mai. La nouvelle n'a pas attendri Jean-Luc Mélenchon. Le coprésident du Parti de gauche n'a pas hésité à se moquer de la présidente du Front national sur son compte Twitter. D'abord en lui souhaitant un "prompt restablishment pour l'aplatir à la loyale"...

Nouvel Observateur - 19/05/13

 

 

 

 



 

 

19:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Israël conteste un ancien reportage de France 2 sur la mort d'un jeune garçon à Gaza

sans-titre.png graffiti Gaza Mohammed al Doura.png

Graffiti représentant la mort du jeune garçon en 2000 à Gaza

 

JERUSALEM (Reuters) - Les autorités israéliennes a exigé dimanche de France 2 qu'elle corrige un reportage datant de septembre 2000 sur la mort d'un garçonnet palestinien dans les bras de son père qui avait enflammé les esprits et déclenché une flambée de violences contre l'Etat hébreu.

Mohammed al Doura, 12 ans, et son père, Djamal, avaient été filmés dans la bande de Gaza par une équipe de la chaîne de télévision publique française terrorisés à l'abri d'un muret, pris sous les tirs croisés entre l'armée israélienne et des activistes palestiniens, au début de la seconde "intifada".

L'enfant avait ensuite été découvert sans vie. Son père avait en revanche survécu, blessé.

En septembre, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait ordonné l'ouverture d'une enquête sur le drame perçu par l'Etat juif comme ternissant son image.

Les Israéliens avaient, dans un premier temps, présenté des excuses avant d'imputer aux activistes palestiniens la mort de l'enfant, dont l'image terrifiée dans les bras de son père avait fait le tour du monde. Mohammed mort était devenu un martyr dans le monde arabe.

Dans un rapport de 36 pages publié dimanche, les autorités israéliennes estiment que l'affirmation de France 2 selon laquelle Tsahal serait responsable de la mort du petit garçon est "destructive" et a alimenté pendant des années des attaques par des islamistes radicaux contre des intérêts israéliens et américains.

Cette accusation, lit-on aussi dans le rapport, "a servi d'inspiration et de justification au terrorisme et à l'antisémitisme".

Fondé sur le visionnage des images de France 2, le rapport d'enquête israélien affirme qu'"il n'existe aucune preuve selon laquelle l'armée israélienne serait en quoi que ce soit responsable de blessures (causées au père et à l'enfant)". "Le visionnage a montré qu'il est extrêmement douteux que les impacts de balles retrouvés dans les parages puissent avoir été tirés depuis la position israélienne".

Le document met aussi les conclusions du reportage selon lesquelles un quelconque Palestinien a bien été touché durant le tournage de la séquence. "Il existe de nombreux indices selon lesquelles aucun des deux n'a été touché par un projectile".

"Reste le besoin de corriger de manière publique et de clarifier la séquence des événements tels qu'elle a été narrée par France 2 comme une première étape visant à atténuer les conséquences destructrices du reportage".

A Gaza, Djamal al Doura a contesté le rapport israélien en le présentant comme une "nouvelle invention". Interrogé par Reuters, il a exigé la tenue d'une enquête internationale avec participation arabe sur les événements vieux de près de 13 ans.

France 2 a quant à elle réagi au rapport israélien en déclarant dans un communiqué qu'il "témoigne d'une volonté de participer à une enquête internationale indépendante menée selon les normes internationales".

La chaîne ajoute être disposée à contribuer à l'exhumation du corps du petit Mohammed "pour aider à clarifier les circonstances" de sa mort.

Allyn Fisher-Ilan, avec Nidal al Moughrabi à Gaza; Jean-Loup Fiévet pour le service français

Yahoo!Actualités - 20/05/13

19:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Marine Le Pen et les Roms dans "C Politique" - 19 mai 2013

00:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

19/05/2013

Les Très Riches Heures du duc de Berry - Le mois de juin

sans-titre.png Fenaison.png

L’image ci-dessus illustre les travaux paysans du mois de juin, par une scène de fenaison. L’action se passe au bord de la Seine, dans un champ situé à l’emplacement de l’hôtel de Nesle, résidence parisienne du commanditaire du livre, le duc de Berry.

 

La réalisation de ce livre a eu une histoire complexe.
Commandé en 1410 aux frères Paul, Jean et Herman de Limbourg, par le duc Jean de Berry, l’un des frères du roi Charles V le Sage, il était inachevé à la mort la même année en 1416 du commanditaire et des trois enlumineurs, peut-être du fait d’une épidémie de peste. Le travail fut continué par différents peintres et fut achevé par l’enlumineur Jean Colombe sur commande du duc de Savoie, en… 1485.

Les Très Riches Heures sont conservée au musée Condé à Chantilly, où l’original n’est qu’exceptionnellement exposé au grand public, pour assurer la bonne conservation de ce document fragile et précieux.

Crédit images : domaine public, via Wikipédia.

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

23:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)