Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2013

"Abrutis!" : Bartolone insulte des députés de l'opposition


Bartolone à l'opposition : "Abrutis !" par LeHuffPost

 

 

21:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Un acte nul ? Étranges fautes de latin dans la renonciation de Benoît XVI

 

13/02/2013 – 13h15
ROME (NOVOpress) - Dans le court texte de la renonciation de Benoît XVI, tel que l’a officiellement diffusé le Vaticanet tel qu’il a été imprimé dans l’Osservatore Romano, il y a deux solécismes grossiers. C’est ironiquement le philologue communiste (mais scientifiquement très réputé), Luciano Canfora, professeur à l’université de Bari, qui les a relevés dans le Corriere della Sera, sous le titre « Un exemple de latin moderne ».

 

Dans la première phrase, ut vobis decisionem magni momenti pro Ecclesiae vitae communicem (« pour vous communiquer une décision de grande importance pour la vie de l’Eglise »), il faudrait vita et non vitae, la préposition pro se construisant avec l’ablatif.

La renonciation proprement dite, declaro me ministerio Episcopi Romae, Successoris Sancti Petri, mihi per manus Cardinalium die 19 aprilis MMV commissum renuntiare (« je déclare renoncer au ministère d’Evêque de Rome, Successeur de saint Pierre, qui m’a été confié par les mains des cardinaux le 19 avril 2005 ») est grammaticalement inintelligible : commissum, qui dépend de ministerio, complément du verbe renuntiare, devrait être au datif comme lui (commisso).

Le quotidien en ligne, La Tecnica della Scuola, a noté de son côté une curieuse coquille sur la date d’effet de cette renonciation, a die 28 februarii MMXIII, hora 29, au lieu évidemment de 20.

Si l’on écoute l’enregistrement de la déclaration du pape, on constate que Benoît XVI ne fait pas la première faute de latin (il dit bien vita) : il s’agit seulement, comme la fausse heure, d’une coquille, qui reflète la précipitation avec laquelle le texte a été mis en ligne. Elles ont d’ailleurs toutes deux été corrigées dans une version publiée plus récemment sur le site du Vatican.

On entend très nettement en revanche Benoît XVI dire commissum pour commisso. Cette faute, qui est la plus grave, puisqu’elle porte sur la syntaxe de la phrase et qu’elle concerne la clause essentielle du texte, la renonciation proprement dite, était donc bien dans l’original. Elle figure du reste toujours dans la dernière version officielle.

Luciano Canfora a déploré « les imperfections d’un texte destiné à passer à l’histoire ». Selon lui, « il est bien vrai que le latin des modernes reflète la richesse et la nouveauté de la langue des modernes, mais certains piliers ne peuvent pas, même en hommage au “nouveau qui avance”, être brisés ».

Mais il ne s’agit pas seulement de purisme. C’est un principe certain dans le droit canon traditionnel que tout rescrit, bref ou bulle du pape qui contient une faute de latin est nul. Saint Grégoire VII (Registrum 1.33) déclara nul un privilège accordé à un monastère par son prédécesseur Alexandre II, « en raison de la corruption de la latinité », qui constitue « un signe tout à fait évident ».

La décrétale Ad audientiam du pape Lucius III, qui figure dans le corps du droit canon (Décrétales de Grégoire IX, l. I, titre III, de Rescriptis, c. XI) pose que « la fausse latinité invalide un rescrit du pape ». Le pape interdit de prêter foi à une lettre pontificale « puisqu’elle contient une faute de construction évidente ». La glose (dans le texte officiel corrigé publié sur ordre du pape Grégoire XIII en 1582) explique à ce propos qu’un rescrit du pape « ne doit contenir aucune faute », puisqu’il est « élaboré avec beaucoup de temps ». Une faute de latin constitue une telle présomption de nullité qu’aucune preuve en sens contraire ne peut être admise.

Dire qu’un texte est nul ne signifie pas nécessairement qu’il s’agisse d’un faux. Mais il a du moins été rédigé sans délibération suffisante : il peut être obreptice et subreptice, comme on dit, c’est-à-dire avoir été obtenu par surprise, en dissimulant de vraies informations ou en en donnant de fausses, ou alors avoir été arraché par des pressions. Bref, une faute de latin et tout particulièrement de construction dans un texte pontifical, c’est l’équivalent ecclésiastique d’ « Omar m’a tuer ».

Faut-il en conclure que la renonciation de Benoît XVI est nulle ? Il reviendra aux spécialistes du droit canonique d’après Vatican II d’en discuter – je suspecte qu’on ne s’y embarrasse plus autant du latin. On retiendra au minimum qu’un texte d’une telle importance pour la vie de l’Église a été écrit tellement vite, ou sous le coup d’une telle émotion, qu’on n’a pas su y accorder un participe. Étrange.

Flavien Blanchon

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

21:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Les Femen devraient se dénuder dans une mosquée

Les Femens ont encore frappé. Elles se sont dépoitraillées dans la nef de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Pour fêter le départ du Pape Benoît XVI et, au passage, insulter une nouvelle fois l’Eglise catholique.

Monocibles, les Femens ne sont pas programmées pour viser d’autres "églises" pourtant tout aussi conservatrices. Une mosquée par exemple. Parce que là, convenons-en, à Notre-Dame de Paris, l’intérêt spectaculaire est assez limité. Elles devraient se poser la question, elles qui cherchent à « faire de l’image » pour faire passer leur message, toujours suivies comme par hasard d’une flopée de photographes. Le même show à la mosquée, un vendredi, si les caméras sont bien placées… en une seule prise on met en boîte la scène finale de « Massacre à mains nues 4 », bientôt dans toutes les salles, 100 % hémoglobine !

Pas si courageuses que ça, les Femens, chair à canon libertaire d’accord, mais pas jusqu’à la mort. Elles recevraient pourtant la correction qu’elles méritent, nos concitoyens musulmans n’ayant pas encore abdiqué, eux, devant l’injonction de tolérance morale et physique.

Elle s’étaient pourtant opportunément placées à côté des cloches, les supplétives de cette nouvelle charge contre l’Eglise Catholique. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle, l’Eglise est donc encore suffisamment pleine de vitalité pour avoir l’honneur d’être attaquée. Le message de l’Evangile est donc toujours une résistance que certains voudraient réduire. Car la seule question est la suivante: qui finance les Femens ? Quand on saura qui les importe d’Ukraine, les héberge à Paris, les paye pour se déloquer en plein hiver et prendre quelques coups, on aura sans doute la réponse à la question suivante : dans quel but ? N’y a-t-il pas un journaliste qui pourrait mener l’enquête et enfin justifier sa carte de presse plutôt que, depuis deux jours, gloser sur la couleur de peau du futur Pape ?

Edouard Frémy, le 13 février 2013
 
Boulevard Voltaire

20:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Nantes : Un homme s’immole et décède devant Pôle emploi

 

 

Nantes: Un homme s'immole et décède à Pôle Emploi

Un homme de 43 ans, chômeur en fin de droits, est mort après s’être immolé par le feu, mercredi midi, devant une agence Pôle emploi, à Nantes.

Ce mercredi en milieu de journée, un homme qui avait fait part hier de sa volonté de s’immoler par le feu est malheureusement passé à l’acte.

 

Ce Nantais s’est immolé devant le Pôle emploi de la rue de la Garde, dans l’est de Nantes. Malgré l’intervention rapide des secours, l’homme est décédé.

Les secours et policiers sont toujours sur place. L’agence est fermée.

Le quarantenaire avait prévenu de son intention de passer à l’acte pour protester contre le rejet de son dossier, alors qu’il estimait avoir travaillé suffisamment d’heures.

Sources : Presse-Océan / Ouest-France / Le Journal du Siècle

19:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

13 février 2013: 68ème anniversaire de la destruction de Dresde

sans-titre.png Drsede mur de feu.png

sans-titre.png Destruction de dresde.png

La destruction de Dresde: le pire massacre de l'homme
Par Richard Odorfer

Il existe des milliers de films, de livres et de mémoriaux consacrés aux
victimes de l'Allemagne nazie, mais, pour ce qui concerne la quantité énorme
de crimes de guerre commis pendant et après la Deuxième Guerre mondiale par
les vainqueurs contre des Allemands innocents, les grands médias en font des
sujets officieusement tabous.

En 1945 Dresde était une ville splendide de 650.000 habitants. Le 13
février de cette année-là, la ville était envahie par près de 750.000
réfugiés qui avaient fui devant l'invasion de l'armée soviétique et
campaient dans les parcs, sur les trottoirs, dans les rues. Chacun se
sentait en sécurité puisque Dresde n'était pas une cible militaire, c'était
une ville hôpital qui pouvait se vanter de posséder 25 grandes installations
médicales. La ville ne fabriquait pas de matériel de guerre, et par
conséquent était laissée sans défense.
A 22h 15, 800 bombardiers britanniques, avions d'escorte et de diversion
convergeaient sur Dresde et larguaient des bombes incendiaires qui mettaient
le feu à la ville d'une extrémité à l'autre. Une fois le ciel dégagé des
avions ennemis, ceux qui avaient survécu dans des abris ressortaient dans
les rues pour aider les blessés et enlever les morts. Des unités de service
de secours de la région environnante se précipitaient dans la ville détruite
pour apporter leur aide.
Les Anglais faisaient alors croire aux Allemands que le raid était
terminé pour la nuit, mais ils envoyèrent une deuxième vague de bombardiers
pour "faire coup double" en revenant piéger les secouristes dans les rues en
feu.
Ce deuxième raid allait tuer des milliers de personnes qui se trouvaient
en plein air, et eut aussi pour effet de produire la tempête de feu
planifiée par les Anglais, provoquant dans la vieille ville des températures
atteignant le niveau incroyable de 3.000 degrés Fahrenheit [1600°C].
Ce crime contre l'humanité était tel que les victimes étaient aspirées
dans un mur de flammes par un vent si puissant qu'il en avait renversé des
wagons. Les sauveteurs découvriront dans les caves, à plusieurs pieds de
profondeur, de la chair humaine fondue et des os.
En tous les cas, de toutes les horreurs que peut produire une tempête de
feu dans une ville surpeuplée, la plus déchirante est quand des milliers
d'enfants ont perdu leurs parents dans la panique et, essayant de fuir les
incendies, se sont retrouvés les pieds englués dans le goudron et l'asphalte
en fusion. "Ils empoignaient leurs membres torturés puisque leurs toutes
petites jambes brûlées ne les tenaient plus debout ... puis ils
s'effondraient jusqu'à ce que la mort vienne les libérer de leur misère
physique."
Le massacre continuait le lendemain matin, avec une troisième attaque de
400 avions américains qui larguaient des bombes sur la ville déjà détruite,
et des avions de combat, volant à basse altitude, mitraillaient le personnel
médical et leurs patients étendus sur des couvertures le long de l'Elbe.
Mais ce n'était pas tout. Dresde était bombardée encore trois fois, par
un total de 1.172 avions: le 15 février, le 3 mars et le 17 avril 1945.
Le nombre des tués de Dresde oscille entre 250.000 et 400.000. Ce fut le
pire massacre de l'homme.
Le sinistre 13 février devrait être retenu comme un jour de deuil et de
souvenir.

 

 

19:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Le steack tartare, son origine et ses recettes

sans-titre.png Steack tartare.png

Lire: http://fr.wikipedia.org/wiki/Steak_tartare 

15:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Loi dénaturant le mariage : détail des votes

Le détail est ici.

Au PS :

  • 283 députés ont voté pour cette dénaturation.
  • 4 députés ont voté contre : Mme Bernadette Laclais, MM. Jérôme Lambert, Patrick Lebreton et Mme Gabrielle Louis-Carabin.
  • 5 députés se sont abstenus : M. Ibrahim Aboubacar, Mme Marie-Françoise Bechtel, MM. Jean-Luc Laurent, Jean-Philippe Mallé et Dominique Potier.

M. Claude Bartolone (Président de l'Assemblée nationale) n'a pas voté, comme c'est l'usage.

A l'UMP,

  • 2 députés ont voté pour : MM. Benoist Apparu, Franck Riester.
  • 5 députés se sont abstenus : Mmes Nicole Ameline, Nathalie Kosciusko-Morizet, MM. Pierre Lellouche, Bruno Le Maire et Édouard Philippe.
  • 187 députés ont voté contre

A l'UDI :

  • 5 députés ont voté pour : MM. Philippe Gomès, Yves Jégo, Mme Sonia Lagarde et M. Jean-Christophe Lagarde, Jean-Louis Borloo.
  • 24 députés ont voté contre

A EELV : les 17 députés ont voté pour.

Groupe radical :

  • 13 députés ont voté pour
  • 2 députés ont voté contre : MM. Ary Chalus et Thierry Robert.

Groupe communiste :

  • 9 députés ont voté pour
  • 4 députés ont voté contre : MM. Bruno Nestor Azérot, Patrice Carvalho, Alfred Marie-Jeanne et Jean-Philippe Nilor.

Les 7 députés non-inscrits ont voté contre.

Il est opportun de remercier les députés qui ont eu le courage de voter contre ce projet, surtout ceux qui ont bravé la discipline de leur groupe.

Le site députés pour tous a été mis à jour avec les résultats de ce vote.

Michel Janva

Posté le 12 février 2013 à 19h33 | Lien permanent| Commentaires (15)

 

Le gouvernement aux ordres d'un groupuscule surexcité

Un ministre (anonyme) déclare :

«Les bobos, on leur file le mariage, ils veulent la PMA ! Ensuite, ils voudront la GPA (gestation pour autrui) ! Et après, ils voudront qu'on soit tous homosexuels !»

Michel Janva

Le Salon Beige

 

01:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

DIAPORAMA - A Notre-Dame, les Femen fêtent le départ du Pape

 http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/societe/20...

00:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Le recteur de Notre-Dame porte plainte contre les Femen

Lu ici :

" Le recteur de Notre-Dame, Mgr Jacquin, va porter plainte contre les Femen qui ont envahi mardi matin l'intérieur de la cathédrale parisienne (...). Les services du rectorat ont déposé au commissariat de police une triple plainte pour dégradation d'objets, non-respect de lieux cultuels et agression sur les surveillants de Notre-Dame.

"Cette intrusion a été d'une violence inouïe, et je pèse mes mots", juge Mgr Jacquin, qui remarque, en le regrettant, que "mardi soir aucune autorité de l'État n'avait encore exprimé publiquement sa désapprobation".

Pour écrire au ministre de l'Intérieur, c'est par ici.

Addendum :

Manuel Valls devrait se réveiller. Il se fait doubler sur sa gauche : Bertrand Delanoë vient de condamner l'action des Femen...

"C'est avec tristesse que j'apprends la provocation inopportune et déplacée à laquelle plusieurs militantes du groupe Femen se sont livrées à l'intérieur de Notre-Dame. (...) Je réprouve un acte qui caricature le beau combat pour l'égalité femmes-hommes et choque inutilement de nombreux croyants"

Philippe Carhon

Le Salon Beige - 12/02/13

 

00:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Christine Boutin : "On ne lâchera rien !"

Réaction de Christine Boutin à l'interdiction du rassemblement aux abords de l'assemblée nationale :

Boutin"Christine BOUTIN, ancien Ministre, Présidente du Parti Chrétien-Démocrate se dit stupéfaite après l’interdiction du rassemblement de LaManifPourTous.

Le collectif LaManifPourTous a souhaité déclarer une manifestation pacifique aux abords de l’Assemblée Nationale aujourd’hui. Ce rassemblement vient d’être interdit par la Préfecture de Police après saisie de l’association « Gouine comme un camion ». Les Français apprécieront la justice de cette décision. Une fois de plus, le pouvoir se renferme dans un mutisme qui devient de plus en plus insupportable.

J’adresse mon soutien aux organisateurs de ce rassemblement et appelle à une mobilisation sans faille dans les jours à venir en vue du 24 mars. On ne lâchera rien."

Philippe Carhon

Le Salon Beige - 12/02/13

 

00:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Pétitions : objectif 1 million !

 Lu sur le site de Philippe Brillault, maire du Chesnay et mandataire de la pétition pour le CESE :

"Nous sommes ce soir à 640 000 pétitions !

Vendredi matin, je vous donne rendez-vous devant le CESE à 8h30 pour leur déposer nos 600 000 pétitions.
Nous avons décidé aujourd’hui de maintenir la pression en allant jusqu’au million de pétitions pour le 28 février.

La date de clôture des envois postaux est fixée au 28 février.
Télécharger, imprimer et signer la pétition CESE + l’Appel au Référendum à adresser à la Manif Pour Tous, 15 rue Pottier – 78150 LE CHESNAY"

Million

Philippe Carhon

Le Salon Beige - 12/02/13

00:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Manifestation pro-famille près de l'Assemblée

 

Ce soir aux Invalides, à l'appel du collectif Famille Mariage, de nombreuses personnes sont réunies pour défendre le mariage. Elles ont été rejointes par des députés ayant voté non à la dénaturation du mariage. Ici le député Gilbert Collard, à côté de Grégoire Boucher :

 

sans-titre.png Collard famille.png

sans-titre.png Familles de france.png

Michel Janva

Le Salon Beige - 12/01/13

 

00:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

L’AGRIF poursuit les « femhaines » et exige leur dissolution

 

 

 

Ce matin, les activistes ukrainiennes ont pénétré dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, se sont mises seins nus, ont hurlé des slogans et tapé dans les nouvelles cloches.

Le ministère de l’Intérieur va-t-il réagir ?

 

“Ce jour à Notre-Dame de Paris, les « femhaines » se sont livrées à une nouvelle abjecte provocation antichrétienne. Pourquoi se gêneraient-elles ? Les pouvoirs publics ne s’opposent évidemment pas à leurs débordements de pauvres filles déjantées, peut-être hystériquement fanatiques pour certaines, mais plus vraisemblablement très grassement payées pour d’autres. Et on a même vu que ce sont ceux qu’elles assaillent qui sont dénoncés comme provocateurs. Ces « femhaines » ne sont en fait, puisqu’il n’y a plus désormais de sexe qui vaille, que les hommes de main des milliardaires pervers du lobby LGBT. Elles sont sans cesse approuvées, encouragées, excitées par Caroline Fourest, la grande diva des médias homocratiques heureusement bien moins dévêtue qu’elles pour sa santé et l’esthétique du spectacle.

L’AGRIF, dont les dirigeants chrétiens ne confondent pas l’esprit de paix et de tolérance avec l’acceptation passive des pires injures faites, a chargé ses avocats au Barreau de Paris de diligenter la procédure qui s’impose contre ces auteurs de la haine antichrétienne. Au demeurant on n’ose imaginer ce qui se produirait si des mêmes salopes fourestiquement encouragées allaient se produire pareillement dévêtues dans une mosquée, une synagogue ou un temple hindou voire même une loge maçonnique. On finira bien par s’apercevoir que la patience des chrétiens a aussi ses limites. Ne lit-on pas dans l’Évangile : « Malheur à ceux par qui le scandale arrive ».

L’AGRIF exige également du gouvernement que soit dissoute cette organisation propagatrice d’une haine incitatrice à la guerre civile rappelant les heures les plus noires des hystéries anti-religieuses.”

Communiqué de Bernard Antony président de l’ AGRIF

 

ALTERMEDIA FRANCE

 

00:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

12/02/2013

Viande de cheval: enquête préliminaire à Paris pour tromperie

sans-titre.png Picard.png

Un magasin de surgelés Picard

Une enquête préliminaire a été ouverte pour tromperie après la découverte de viande de cheval utilisée à la place du boeuf dans des plats cuisinés, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Cette enquête, ouverte initialement à Metz, a été transférée mardi au pôle santé publique du parquet de Paris, compétent nationalement pour les affaires concernant les produits d'alimentation destinés à l'homme, a-t-on précisé.

L'enquête a été confiée au service national d'enquête de la Direction générale de répression des fraudes (DGCCRF) et aux gendarmes de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique, a-t-on ajouté.

Après Findus, Picard a annoncé mardi que de la viande de cheval avait été détectée dans deux lots de lasagnes à la bolognaise surgelées. Du cheval avait été détecté précédemment dans des lasagnes Findus distribuées en Angleterre.

Parallèlement à l'enquête pénale, les conclusions d'une enquête administrative, confiée à la DGCCRF, devraient être rendues publiques mercredi ou jeudi.

Des agents de la DGCCRF ont inspecté lundi plusieurs entreprises dans le cadre de cette affaire, dont le siège de Comigel à Metz et celui de Spanghero à Castelnaudary (Aude).

Findus a accusé la société Spanghero, qui a fourni la viande à Comigel, d'avoir fourni du boeuf sans s'assurer de la qualité du produit.

Libération - 12/02/13

NdB:  A noter que pour les Juifs le cheval fait partie des animaux "impurs" (comme le porc ) que l'on ne doit pas consommer: la cacherout l'interdit.

 

La première mention d'« animaux purs et animaux qui ne sont pas purs » se trouve dans la parashat Noa'h. Cependant, la distinction n'est décrite que dans Lévitique 11 et Deutéronome 14.

 

Pour les animaux vivant sur terre, sont purs les animaux à sabots fendus ruminant leur nourriture, dont le bœuf, le veau, le mouton, l'agneau ou la chèvre,  et impurs les animaux dont le sabot n'est pas fendu comme le chameau, l'âne ou le cheval, ou ne ruminant pas leur nourriture comme le lapin ou le porc. (Wikipédia)

 

21:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Affaire Findus : une arnaque plus qu'un scandale sanitaire !

 

Modifié le 11-02-2013 à 15h28

 
 

Avatar de Thierry de Cabarrus

Par
Chroniqueur politique
 
 

LE PLUS. Tout est parti du Royaume-Uni. Mais la découverte de viande de cheval dans des lasagnes au bœuf a vite pris une dimension européenne. Si les consommateurs ont été trompés et qu'il y a eu une faille en matière de traçabilité, l'affaire est à relativiser, selon notre chroniqueur Thierry de Cabarrus, qui préfère parler d'une vaste fraude.

Édité par Sébastien Billard

sans-titre.png Findus.png

Un emballage de plat préparé Findus, commercialisé en Angleterre, le 8 février 2013 (S.HEPPELL/SIPA).

 

Shocking ! Les Anglais ont mangé du cheval sans le savoir. Eux qui passent 360 jours par an dans leurs hippodromes et qui considèrent les pur-sang, poulains et autres yearlings comme "la plus noble conquête de l'homme" poussent des cris d'orfraie parce que l'on a trouvé des traces de cheval à la place du bœuf dans des paquets de lasagnes congelées.

 

Alors, certes, il y a eu fraude, à l'évidence. Mais s'il y a eu tromperie sur la marchandise, tout de même, ce n'est pas un scandale sanitaire comparable à celui de la vache folle. Les autorités de tutelle doivent enquêter, punir les fraudeurs, nettoyer la filière. Pourtant, au risque d'aller à contre-courant, il me semble que l'on est en train de monter cette affaire en épingle.

 

La traçabilité en question

 

Cette affaire est en train de devenir un scandale européen, sinon mondial, qui mobilise les gouvernements français et britannique, mais qui fait aussi la une de l'ensemble des médias du "vieux continent".

 

Pourtant, l'affaire en elle-même semble en grande partie résolue alors qu'elle prend encore des proportions inimaginables et que certains en rajoutent, n'hésitant pas à évoquer un scandale de santé publique là où il ne semble y avoir qu'une simple fraude de la part d'intermédiaires malhonnêtes.

 

On dit que la traçabilité de la viande est difficile. Pourtant, les autorités de part et d'autre de la Manche sont parvenues, en 24 heures, à remonter la filière et à découvrir que cette viande, d'origine roumaine, aurait transité par des "traders" hollandais et chypriotes avant d'être rachetée par un fournisseur du sud de la France.

 

On ajoute que ce scandale rappelle celui de la vache folle, mais c'est oublier un peu vite qu'il n'y a pas cette fois de contamination, par exemple avec des farines animales. Dans ce cas précis, il s'agit d'une simple arnaque qui porte sur un étiquetage mensonger : la viande vendue comme d'origine bovine était en partie d'origine équine.

 

Une viande consommable


Or, la viande de cheval est toujours consommée en France même si la tendance est plutôt à la baisse. Je me souviens que dans mon enfance, mes parents fréquentaient la boucherie chevaline afin, disaient-ils, de favoriser ma croissance. Vérification faite, cette viande est riche en fer et peu grasse, et continue d'être recommandée pour les adolescents.

 

Dans ma petite commune, près d'Angers, le boucher chevalin continue de faire des affaires, fréquenté par les "anciens" qui n'ont pas cédé à la mode. Et la viande de cheval semblait même avoir de beaux jours devant elle puisque l'année 2013 aurait dû consacrer son grand retour dans nos assiettes... s'il n'y avait pas eu cette affaire de lasagnes.

 

On nous dit aussi qu'il s'agit là d'un scandale qui toucherait l'ensemble de la filière bovine. Mais il semble, dans l'état actuel de l'enquête, que l'affaire soit limitée à une escroquerie dont on connaît déjà plus ou moins les contours : cette arnaque aurait rapporté autour de 300.000 euros aux fraudeurs, une somme qui est certes importante mais qui ne pèse rien dans cette industrie de la viande qui brasse des milliards d'euros.

 

Raisonner le consommateur


Alors, certes, s'il ne faut pas prendre cette fraude à la légère, il convient de garder son sang-froid tout en prenant les mesures nécessaires. Car cette histoire de lasagnes à la viande de cheval apporte la preuve que les contrôles sont insuffisants, notamment quand il s'agit de viande congelée. Le fournisseur français utilisait d'ailleurs cet argument sur France Info pour expliquer ce lundi qu'il ne peut effectuer d'auto-contrôles sans décongeler ses steaks, et donc sans les rendre impropres à la consommation. Il faudra bien trouver une solution.

 

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, entend désormais "nettoyer" la filière de la viande, et la rendre plus transparente. On peut se demander s'il ne convient pas de remettre en question les procédés de la grande distribution.

 

En France, quelques centrales d'achat, qui se comptent sur le doigt d'une seule main, parviennent, faute de réelle concurrence, à imposer des prix toujours plus bas à leurs fournisseurs. D'où parfois la tentation de la fraude.

 

Enfin, on peut s'interroger sur la financiarisation de la viande et l'ouverture de ce marché à toute l'Europe et même au monde entier. Désormais, les intermédiaires sont des "traders" qui ne voient même plus la viande qu'ils bradent à travers la planète.

 

C'est d'autant plus révoltant que la France est un grand pays producteur et exportateur de viande. On peut alors, à l'occasion d'un tel scandale, rêver d'une consommation raisonnée de bœuf, de porc ou de cheval, à condition d'être prêt à payer un peu plus cher. Car être "locavore" a un prix. On en revient au fameux "made in France".

Le Nouvel Observateur

21:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Gilbert Collard sur I>TELE

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

21:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Benoît XVI: la "blague" de Hollande sur le pape déplaît à Guéant

VIDEO: http://lci.tf1.fr/politique/gueant-n-a-pas-aime-la-petite...

12/02/13

 

20:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le Crif souhaite à Benoît XVI paix et sérénité au cours de sa retraite

Au nom du CRIf et en mon nom propre, je salue avec une grande émotion et un très grand respect le Pape Benoit XVI qui a décidé de démissionner le 28 février 2013.

 

Mû par sa ferveur chrétienne, mais aussi par son exceptionnelle connaissance des textes, Benoit XVI a approfondi encore le sillon de confiance et de fraternité tracé par ses prédécesseurs à la suite du concile de Vatican 2, qui a provoqué une transformation complète des relations entre Juifs et catholiques.

 

Nous pensons que ce sillon est désormais d'une profondeur irréversible. Nous souhaitons à Benoit XVI paix et sérénité au cours de sa retraite et nous lui adressons nos sentiments de très respectueuse amitié.

 

Richard Prasquier

Président du Crif

02:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Jean-Marie Le Pen sur France 3

00:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Mrg Williamson à nouveau condamné pour négationnisme (16/01/13)

sans-titre.png Mrg Williamson.png

L'évêque britannique devra s'acquitter d'une amende de 1800 euros pour avoir nié l'existence des chambres à gaz. Le Britannique, âgé de 72 ans, n'était pas présent au procès.

Le tribunal de Ratisbonne, dans le sud de l'Allemagne, a condamné l'évêque catholique à cette amende aussi parce qu'il a contesté le nombre de Juifs morts dans les camps de concentration, a indiqué un porte-parole du tribunal.

La justice allemande est toutefois restée mercredi en deçà des exigences du parquet qui réclamait une amende de 6500 euros. Elle a justifié sa décision par le fait que Richard Williamson ne disposait pas de revenus actuellement. La défense avait demandé son acquittement.

En février 2012, la justice allemande avait annulé, en invoquant des erreurs de procédure, deux condamnations à une amende de l'évêque: 10 000 euros en 2010, puis légèrement abaissée en appel à 6500 euros en 2011.

L'interview incriminée, diffusée début 2009 alors même que le Vatican levait une excommunication à l'encontre de Mgr Williamson et de trois autres évêques intégristes, avait provoqué un tollé dans la patrie du pape Benoît XVI, qui n'est cependant pas revenu sur sa décision.

Emission en Suède

L'entretien avait été réalisé par une télévision suédoise, pays où nier l'Holocauste n'est pas passible de poursuites. Mais cette interview avait été vue grâce à internet et la télévision satellitaire en Allemagne.

Dans son livre d'entretiens «Lumière du monde», le pape assure qu'il aurait pris une autre décision s'il avait été au courant auparavant de ces propos négationnistes.

Après l'éclatement du scandale, la chancelière allemande Angela Merkel avait publiquement appelé Benoît XVI à condamner Mgr Williamson. Plus tard, le pape a exprimé sa «pleine et indiscutable solidarité» avec les Juifs et a condamné la négation de la Shoah.

(ats)

20minutes

00:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)