Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2009

30 avril 1863: la Légion étrangère résiste à Camerone

Danjiou main en bois articulée.jpg
Main en bois articulée du capitaine Danjou
Memorial_CameroneXL au Mexique.jpg
Mémorial de Camerone au Mexique
Camerone_Danjou.jpg
Le capitaine Jean Danjou, né le 15 avril 1828 à Chalabre (Aude), mort à Camerone à l'âge de 35 ans
Créée en 1831 par Louis-Philippe, la Légion étrangère a pris part à tous les combats menés par la France, elle a participé à la constitution de l'Empire français.
Dans la mystique de ce corps d'élite, un fait d'armes, symbolise son héroïsme et son sens du devoir, Camerone.
L'expédition mexicaine
Le combat de Camerone est un épisode de l'expédition du Mexique, décidée par Napoléon III en 1861, en pleine guerre de Sécession américaine, pour contrer l'expansion des États-Unis et leur domination sur tout le continent américain, l'Empereur estimant alors qu'ils menaçaient les intérêts européens, et français particulièrement. Il s'agissait « de marcher sur Mexico, d'y planter hardiment notre drapeau » pour y établir une monarchie, proposée à l'archiduc Maximilien, frère de l'empereur d'Autriche, et acceptée par lui après une longue hésitation.
Le port de Vera Cruz, dans le golfe du Mexique, et la ville fortifiée de Puebla, protègent alors la route de Mexico. Au début de 1863, le régiment de Légion envoyé au Mexique en renfort des troupes françaises qui s'y trouvent déjà depuis deux ans, reçoit comme mission d'assurer la sécurité des convois de ravitaillement des unités qui assiégent la place.

Intervention de la Légion étrangère
Il s'agit d'une compagnie du 2e régiment étranger commandé par le colonel Jeanningros, basé à Sidi-bel-Abbès en Oranie. Embarqués sur le "Saint-Louis" les légionnaires arrivent dans le port de Veracruz le 26 mai 1863. Les hommes de Jeanningros ont mission de surveiller une partie de la route de Veracruz à Cordoba, le tronçon des « Terres chaudes», Tegeria-Chiquihuite.

Le 29 avril 1863, Jeanningros apprend qu'un gros convoi emportant trois millions en numéraires, du matériel de siège et des munitions est en route pour Puebla. Le capitaine Danjou, son adjudant-major, le décide à envoyer au-devant du convoi une compagnie. Le 30 avril, le colonel Jeanningros demande à la compagnie du capitaine Danjou de faire une reconnaissance près de Palo Verde, à une dizaine de kilomètres de Camerone. A ce moment, l'ennemi se montre, le combat s'engage.

Camerone
Arrivé à la hauteur de l'auberge de Camerone, vaste bâtisse comportant une cour entourée d'un mur de 3 mètres de haut, il décide de s'y retrancher pour fixer l'ennemi.

Le capitaine Danjou répond ainsi au militaire mexicain le sommant de se rendre : « Nous avons des cartouches et ne nous rendrons pas ». Puis, levant la main, il jure de se défendre jusqu'à la mort et fit prêter à ses hommes le même serment.

Ses soixante hommes résistent à deux mille Mexicains : huit cents cavaliers, mille deux cents fantassins.

A midi, le capitaine Danjou est tué d'une balle en pleine poitrine. Vient le tour du sous-lieutenant Vilain deux heures plus tard qui tombe frappé d'une balle au front. A ce moment, le colonel mexicain réussit à mettre le feu à l'auberge.
Les légionnaires persévèrent, nombre d'entre eux sont tués, si bien qu'à 5 heures, il ne reste que 12 hommes autour du sous-lieutenant Maudet.

Les Mexicains vont donner l'assaut général par les brèches qu'ils ont réussi à ouvrir, mais auparavant, le colonel Milan adresse une dernière sommation au sous-lieutenant Maudet.
La bataille terminée, il ne reste que six hommes : le sous-lieutenant Maudet, le caporal Maine, les légionnaires Katau, Wensel, Constantin, Léonhart. Chacun d'eux cependant garde encore une cartouche, et, dans un coin de la cour, le dos au mur, ils font face. Le sous-lieutenant Maudet et deux légionnaires tombent frappés à mort ; Maine et ses deux camarades vont être massacrés quand un officier mexicain se précipite sur eux et les sauve; il leur crie : « Rendez-vous! » - « Nous nous rendrons si vous nous promettez de relever et de soigner nos blessés et si vous nous laissez nos armes ». Leurs baïonnettes restent menaçantes. « On ne refuse rien à des hommes comme vous! » répond l'officier ...

Les soixante hommes du capitaine Danjou auront tué 300 soldats mexicains et blessé autant.
Reconnaissance
L'empereur Napoléon III décide que le nom de Camerone sera inscrit sur le drapeau du Régiment Étranger et que, de plus, les noms de Danjou, Vilain et Maudet, seront gravés en lettres d'or sur les murs des Invalides à Paris.

Un monument est élevé en 1892 sur l'emplacement du combat. Il porte l'inscription :
" ILS FURENT ICI MOINS DE SOIXANTE OPPOSÉS A TOUTE UNE ARMÉE
SA MASSE LES ÉCRASA
LA VIE PLUTÔT QUE LE COURAGE
ABANDONNA CES SOLDATS FRANÇAIS
LE 30 AVRIL 1863 A LEUR MÉMOIRE LA PATRIE ÉLEVA CE MONUMENT "

Chaque 30 avril, fête de la Légion, date anniversaire de Camerone, a lieu une cérémonie militaire à Aubagne, au cours de laquelle est lu, devant le front des troupes, le récit de Camerone, dans chaque unité de Légion, où qu'elle se trouve, et quelles que soient les circonstances.
A cette occasion, un légionnaire porte sur un coussin la main de bois. Il remonte la voie sacrée qui conduit au monument aux morts rapporté morceau par morceau de Sidi-bel-Abbès.
"La main du capitaine Danjou"
Après le combat, la colonne de secours du colonel Jeanningros ne retrouve que des corps dépouillés. On cherche en vain la main articulée que le capitaine Danjou, dix ans plus tôt, en Algérie, s'était fait fabriquer à la suite d'un accident d'arme à feu. La prothèse est retrouvée
le 20 juillet 1865 par le lieutenant autrichien Grüber chez le propriétaire français d'un ranch des environs de Tesuitlan ; il l'achète pour 50 piastres.
Elle est actuellement au musée d'Aubagne.

 Chemins de mémoire

 

20:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (24)

Simone Veil faite Grand officier de la Légion d'honneur par Sarközy

Veil grand officier de la légion d'honneur Sarkozy 29 avril 09.jpg
Le 29 avril 2009
 La Légion d'honneur est flétrie à jamais
(Cliquez sur la photo si vous avez envie de la voir en totalité)

Simone Veil, 81 ans, a été faite mercredi Grand officier de la Légion d'honneur par Nicolas Sarközy qui a qualifié l'ancienne présidente du Parlement européen, devenue "immortelle", de "femme hors du commun, au destin exceptionnel".

"Vous êtes une femme au destin exceptionnel, hors du commun, une femme exemplaire", a affirmé le chef de l'Etat à Simone Veil.

Sous les lambris de la République, le président a rappelé le parcours de l'ancienne ministre de la Santé, devant de nombreux invités : outre la famille et les proches de Mme Veil, étaient présents l'ancien Premier ministre Edouard Balladur et plusieurs membres du gouvernement, Christine Lagarde, Valérie Pécresse, Xavier Darcos, Rama Yade, Fadela Amara, André Santini.

"Déportée à 17 ans à Drancy puis à Auschwitz, avec votre mère et l'une de vos soeurs, vous allez connaître ce cauchemar qu'ont eu à subir des millions d'enfants, de femmes et d'hommes", a-t-il dit.

Il a ensuite évoqué la "formidable aventure politique" qu'a été la carrière de Simone Veil: libéralisation de l'accès à la contraception et loi sur l'avortement volontaire l'interruption volontaire de la grossesse  (connue sous le nom de loi Veil), quand elle était ministre de la Santé, présidence du Parlement européen, élection à l'Académie française...

"Vous êtes une femme de caractère, une femme libre, que j'admire énormément et pour qui j'ai beaucoup d'affection", lui a également affirmé Sarközy.

"Le jour où je mourrai, c'est à la Shoah que je penserai et à tous mes amis avec qui nous avons tellement souffert", a confié Simone Veil.

(Source: AFP. 29/04/09)

18:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (24)

VIDEO Dès février, au Mexique, chez les pauvres...

http://www.dailymotion.com/video/x94sfq_le-patient-zero-d...

00:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

29/04/2009

Grippe porcine: l'OMS relève à 5 son niveau d'alerte, estimant que la pandémie est imminente

Mexico médecins hôpital de la Marine 29 04.jpg
Mexico: des médecins à l'hôpital de la Marine - 29 avril 2009
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)
L'Organisation mondiale de la santé a décidé mercredi soir de relever à 5 son niveau d'alerte pandémique, prévenant que la pandémie est désormais "imminente".
"J'ai décidé de relever le niveau d'alerte à la grippe de la phase 4 à la phase 5", a déclaré la directrice générale de l'organisation Margaret Chan au cours d'une téléconférence à partir du siège de l'organisation.

Relevant que "le virus s'étend sans aucun signe de ralentissement", l'organisation avait décidé de convoquer mercredi soir son Comité d'urgence regroupant une quinzaine d'experts internationaux afin d'étudier la possibilité de relever le niveau d'alerte à 5, son avant-dernier stade avant la déclaration de l'état d'épidémie mondiale.

AFP. 29/04/09

23:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

De quoi est mort Jonathan Carbon?

Les causes du décès de Jonathan Carbon, 17 ans, qui n'avait plus été vu depuis le 23 avril vers minuit et qui a été retrouvé vêtu et porteur d'une pièce d'identité, n'étaient pas connues mercredi soir.

"Il y a des traces de tuméfaction au niveau du visage, sans qu'on sache aujourd'hui s'il s'agit de traces liées à une chute ou à un ou des coups reçus. Pour l'instant, on n'a aucun élément sur les causes du décès", a déclaré à la presse le procureur de la République de Dunkerque Philippe Muller.

"Pour le moment, je suis incapable de vous dire ni s'il s'agit d'une bagarre, comme des rumeurs l'ont dit, ou d'une simple chute liée à un état d'alcoolisation", a-t-il ajouté.

Le corps a été découvert peu avant 11H00 par une promeneuse, dans les douves, dont le niveau d'eau avait été abaissé la veille pour permettre la poursuite des recherches.

Après des constatations dans les douves elles-mêmes, puis un premier examen du corps sorti de l'eau, ce dernier a été transporté pour les besoins de l'enquête en tout début d'après-midi vers l'institut médico-légal de Lille, où une autopsie doit être réalisée jeudi.

Le procureur de Dunkerque a ajouté qu'une information judiciaire pour homicide volontaire devait être ouverte jeudi également, même si "ce chef peut tout à fait se réduire à rien, dans la mesure où si c'est une chute accidentelle, ce sera un classement".

AFP. 29/04/09

22:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Auschwitz - message trouvé dans une bouteille: pour l'ancien déporté, c'est une énigme

Alber Veissid matricule.jpg
Albert Veissid, 84 ans, chez lui à Allauch, près de Marseille
Albert Veissid message bouteille cassée.jpg
Le message et les débris de la bouteille - on peut lire "Veissid Albert  à Lyon (Français)" au bas du document
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

"Cette bouteille m'a un peu traumatisé, c'est une énigme": Albert Veissid, déporté juif français à Auschwitz-Birkenau, aimerait comprendre pourquoi son nom figure dans un message caché dans une bouteille retrouvée récemment sur les lieux du camp allemand en Pologne.

"C'est incroyable. Moi je me souviens de tout dans le camp, de A à Z, et en vous parlant, j'ai les images devant les yeux. Mais cette histoire de bouteille, c'est une énigme. La plus grande surprise de ma vie", confie cet ancien marchand forain de 84 ans, cheveux blancs et toujours alerte.

C'est sa petite-fille qui l'a prévenu de la découverte. Depuis, le téléphone n'arrête pas de sonner dans sa maison d'Allauch, sur les hauteurs de Marseille.

"Je n'aime pas témoigner sur cette période. Beaucoup vont dans les écoles, moi je ne l'ai jamais fait", explique-t-il, même s'il est retourné dans le camp avec l'Association fonds mémoire d'Auschwitz.

"Mais comme cette histoire m'intrigue, là, je joue le jeu. C'est une révolution pour moi", poursuit-il, glissant dans un sourire qu'on en fait "peut-être beaucoup pour une bouteille".

Albert Veissid, né en 1924 à Constantinople (Istanbul), arrive à Lyon à huit mois. Vendeur dans un magasin de confection et musicien, il est arrêté en juillet 1943 et transporté à la prison Saint-Jean, puis au Fort de Chapoly.

En septembre, il est transféré au Camp Malaval à Marseille puis dans une carrière de Miramas dont il a gardé sa fiche de "travailleur étranger". En février 1944, il est envoyé à Drancy puis déporté à Auschwitz le 30 mai.

Sous le matricule 12063, il se déclare maçon, sur le conseil d'un ami, et travaille à la consolidation d'un bunker.

"C'est là, raconte-t-il, que je pense avoir fait la connaissance de ces Polonais chrétiens qui travaillaient en haut" et dont les six noms figurent aux côtés du sien dans la bouteille.

"C'est vrai que je leur ai rendu des services: en haut, c'était le ravitaillement et souvent ils volaient des seaux de marmelade que je cachais en bas. Peut-être que par remerciement, ils ont mis mon nom dans la bouteille".

"J'ai sympathisé avec eux, mais très peu. Par contre, grâce à eux, j'avais beaucoup de soupe pour moi et mon camarade, parce qu'ils avaient beaucoup à manger. C'était une soupe bien épaisse, j'en mangeais le maximum et le restant je le donnais aux déportés qui passaient", poursuit-il.

M. Veissid intègre ensuite l'orchestre du camp.

A l'évacuation d'Auschwitz en janvier 1945, il entame une longue marche à travers l'Allemagne et rejoint enfin la France où sa famille peine à le reconnaître.

"J'étais un squelette. Une semaine de plus, je ne revenais pas", confie-t-il. Après trois années de sanatorium, Albert travaille comme musicien puis se marie et devient marchand dans les années 1950.

AFP. 28/04/09

Une partie du message est écrite en polonais et une autre en français.

19:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (18)

VIDEO Le nouveau virus provient d'un laboratoire américain

http://www.youtube.com/watch?v=1LcKoiTEJKc

Lire les infos en haut à droite de la vidéo (plus d'infos)

18:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

L'Albanie, soutenue par Sarközy, va entrer dans l'Union européenne

Albanie Sarkozy et Sali Berisha.jpg
Avec Sali Berisha, Premier ministre de la république d'Albanie, le 24 avril 2009 à l'Elysée
L’Albanie, ancien pays communiste, rongé par la corruption et décrédibilisé par la toute puissance des mafias criminelles, a officiellement déposé mardi à Prague sa candidature à l’Union européenne.

La France de Sarközy s’est prononcée vendredi en faveur de l’entrée de l’Albanie dans le bloc communautaire.

En 2006, l’Albanie est déjà devenue membre associée de l’Union européenne.

Ce pays a rejoint l’Otan le 1er avril dernier, en même temps que la Croatie.

L’Albanie compte aujourd’hui plus de 3 millions d’habitants majoritairement islamisés par les Ottomans durant l’occupation du pays jusqu’en 1912.

Altermedia - 28 avril 2009

01:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Benoît XVI auprès des sinistrés d'Onna

Le Pape à Onna.jpg
Le pape à Onna, village martyr, le 28 avril
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)
Onna a perdu 40 de ses 300 habitants
"Ma pauvre présence veut être un signe tangible que le Christ  ne vous abandonne pas, mais il est certain que sa réponse concrète passe par notre solidarité, qui ne peut se limiter à l'urgence, mais doit devenir un projet stable et concret dans le temps", a affirmé le chef de l'Eglise catholique.
 Benoît XVI a conclu sa visite par une prière spéciale pour les morts.

Le séisme des Abruzzes a fait près de 300 victimes et 65.000 sans-abris, dont environ 35.600 qui vivent dans des camps de tentes. Plus de 10.000 bâtiments ont été détruits.

00:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le meurtrier de Sophie Gravaud devant les juges

Sophie Gravaud 23 ans.jpg
Sophie Gravaud, 23 ans

Quelques jours après le deuxième anniversaire de la mort de Sophie Gravaud, une vendeuse nantaise de 23 ans, son meurtrier présumé est jugé à partir de ce matin devant la cour d’assises de la Loire-Atlantique. Ramiz Iseni, 49 ans, devra non seulement répondre de l’enlèvement et de la séquestration, suivis de la mort de la jeune femme, mais aussi d’une précédente agression sexuelle, commise en 2004 contre une autre jeune fille, elle aussi prénommée Sophie, 17 ans à l’époque.

A elle, il avait laissé la vie sauve. Il n’a pas accordé cette chance à Sophie Gravaud.

Le soir du 7 avril 2007, Ramiz Iseni erre sur le parking du centre commercial Atlantis, à Saint-Herblain, en banlieue nantaise. La veille, l’homme et son épouse ont perdu beaucoup d’argent au casino de Pornic : 1 490 €. Beaucoup plus qu’ils n’en ont sur leur compte. « Il faut que je me débrouille pour l’argent », lâche-t-il à son épouse, Bukurija, avant de quitter la maison. Vers 21 heures, il repère sa proie, la jolie Sophie Gravaud, qui vient de baisser le rideau du magasin de prêt-à-porter dans lequel elle vient d’être embauchée. Elle s’apprête à regagner sa Clio pour rejoindre Régis, son fiancé, avec qui elle doit sortir ce samedi soir.

Au moment où elle entre dans sa voiture, il est déjà trop tard : Ramiz Iseni s’engouffre dans l’habitacle, la menace d’un couteau et lui ordonne de lui laisser prendre le volant. Le calvaire de la jeune femme commence. A 21 reprises, Régis tente de la contacter par téléphone. Elle finit par décrocher, d’une voix anxieuse, tente de le rassurer, lui dit arriver dans « vingt minutes ».
 Après l’avoir conduite dans un chemin isolé, Iseni tente de la violer, elle se débat, avant de mourir, étranglée des mains de l’homme.
Cinq jours plus tard, un automobiliste retrouve le cadavre de la jeune femme sur le bas-côté d’une bretelle de voie rapide. Ramiz Iseni, lui, a été arrêté quelques heures plus tôt dans l’Isère, alors qu’il tentait de fuir la France.

Déjà en 2004, après avoir violé Sophie L., il avait quitté la région nantaise pour vivre une année à Mulhouse. Le témoignage de Sophie L. sera déterminant au cours de cette audience. L’instruction a relevé de nombreuses similitudes dans les modes opératoires.
La personnalité de l’accusé également sera passée au crible. Sa jeunesse en Bosnie, son curriculum vitae de petit délinquant, signalé dans divers pays d’Europe, son mariage forcé avec Bukurija, qui a finalement bénéficié d’un non-lieu dans cette affaire, après avoir été un temps mise en examen pour complicité.

Les proches de Sophie Gravaud attendent en rang serré, anxieux. « Cet homme a brisé notre vie, confie Rémy Rolland, le beau-père de la jeune femme. La haine, on ne l’avait pas avant, c’est lui qui nous l’a mise dans la tête. Nous espérons une condamnation maximale. » Le verdict est attendu mercredi soir.
Le Parisien - 27 avril 2009

 

00:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Les noms juifs et quelques mots sur les prénoms

http://www.genealoj.org/texte/page15.html

Intéressant

00:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

28/04/2009

VIDEO Les braves petits gars de banlieue


Vidéo tournée le 1er juin 2008

23:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

VIDEO Trois avions dans le ciel de New York...

http://tf1.lci.fr/infos/monde/ameriques/0,,4394759,00-air...

http://tf1.lci.fr/infos/monde/ameriques/0,,4394720,00-tro...

28 avril 2009

23:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO Le virus de la "grippe porcine" a été fabriqué en laboratoire - CIA

http://www.youtube.com/watch?v=ua6devtUgks

Voir aussi les informations juste à droite de la vidéo

Vidéo postée le 26 avril 2009

19:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Saddam Hussein toujours aimé en Irak

Irak tombe de Saddam Hussein - écolières en prière.jpg
Devant la tombe de Saddam Hussein, des écolières se recueillent
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Des dizaines de "nostalgiques" de l'ancien régime irakien se sont recueillis mardi 28 avril sur la tombe de Saddam Hussein près de Tikrit, dans le nord de l'Irak, pour commémorer le 72e anniversaire de la naissance de l'ancien président irakien exécuté en 2006.

"Nous n'oublierons jamais Saddam Hussein, parce que nous avons vécu sous sa protection pendant des dizaines d'années", a déclaré Oum Mohammed, une habitante d'Aouja (sud de Tikrit), où repose l'ancien président.

"L'anniversaire de l'ancien président restera toujours très important pour nous", a expliqué cette mère de famille de 40 ans, toute de noir vêtue. "Nous apprendrons à nos enfants à l'aimer, et nous nous recueillerons sur sa tombe à chaque occasion."

Un important dispositif de sécurité avait été mis en place par les autorités aux entrées du village.

Né dans une famille pauvre d'Aouja le 28 avril 1937, Saddam Hussein a dirigé l'Irak d'une main de fer de 1979 jusqu'à l'invasion du pays en mars 2003.

Capturé en décembre 2003, Saddam Hussein a été pendu le 30 décembre 2006, après avoir été condamné pour crimes contre l'humanité, pour la mort de 148 villageois chiites arrêtés, jugés et exécutés dans les années 80 après une tentative d'assassinat contre lui.

Mardi, certains ont déposé des fleurs sur la tombe, d'autres ont récité des poèmes, alors que l'hymne irakien résonnait.

"Nous n'oublierons jamais cet anniversaire et nous viendrons chaque année fleurir sa tombe et lire des passages du Coran", a déclaré Oum Zyad, la cinquantaine, venue spécialement de Bagdad avec des parents.

Des enfants scolarisés à Tikrit ont également fait le déplacement, en bus.

"Je viens rendre visite à Baba Saddam (papa Saddam)", a déclaré Meyser Ahmad, 11 ans, le drapeau irakien à la main.

Les deux fils de Saddam, Oudaï et Qoussaï, tués en juillet 2003 à Mossoul (nord) par l'armée américaine, reposent aussi à Aouja, tout comme trois dignitaires du régime condamnés à mort avec Saddam Hussein en novembre 2006.

Il s'agit de Barzan Ibrahim al-Hassan (al-Tikriti), demi-frère du président déchu et son conseiller, et Awad Ahmed al-Bandar, ex-président du tribunal révolutionnaire, et Taha Yassine Ramadan, l'ancien vice-président irakien.

AFP. 28/04/09

Ah! ces nostalgiques, gardiens courageux de la mémoire, comme ils savent rejeter la propagande officielle et les mensonges de l'Histoire!

19:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

Nantes: viol "en réunion" dimanche dans un local à poubelles de la gare

Gare de nantes.jpg
Gare de Nantes
(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Les trois jeunes interpellés dimanche soir à Paris après le viol "en réunion" d'une jeune femme en gare de Nantes ont été transférés dans cette ville où la police judiciaire (PJ) a été saisie de l'enquête, a-t-on appris auprès de source policière mardi.

Les faits s'étant déroulés à Nantes, "c'est la PJ" de cette localité "qui a été saisie de l'enquête et devait maintenant poursuivre les auditions des suspects", a précisé cette source.

Dimanche en fin d'après-midi la victime, âgée de 21 ans, a pris à Paris un train pour Nantes et a été contrainte, arrivée à destination, de suivre trois hommes, - deux mineurs de 16 et 17 ans, un majeur d'une vingtaine d'années domiciliés en région parisienne -, dans un local à poubelles de la gare de Nantes.

Elle a été violée par les trois suspects à tour de rôle, a précisé la préfecture de police de Paris lundi.

Les suspects ont ensuite tenté de la faire monter de force dans un train pour Paris mais la jeune femme a réussi a leur échapper et pris un train au hasard qui l'a conduite à Saumur (Maine-et-Loire).

Elle a déposé plainte auprès des policiers de Saumur pour le viol "en réunion", selon l'enquête qui a été ouverte.

Les trois jeunes hommes avaient eux regagné Paris par le premier TGV partant de Nantes. Les policiers de Saumur ayant prévenu leurs collègues parisiens des faits survenus en gare de Nantes, les trois présumés violeurs ont été interpellés peu après 22H00 à leur descente du TGV dans la capitale, par le service régional de la police des transports (SRPT), puis placés en garde à vue à Paris dans un premier temps.

18:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Les cas de "grippe porcine" dans le monde

Carte grippe porcine.jpg
(Cliquez sur la carte pour la voir en totalité)

La grippe porcine a gagné mardi Israël et la Nouvelle-Zélande, poursuivant une progression qui a conduit l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à relever son niveau d'alerte et avertir que plus aucun pays n'est désormais à l'abri de la menace.

Au Mexique cependant, foyer de l'épidémie et seul pays où des cas mortels ont été recensés, les autorités ont évoqué pour la première fois lundi soir un espoir de ralentissement de la propagation de la maladie.

Le ministre de la Santé, José Angel Cordova, a expliqué que le nombre des décès suspects est passé de six samedi à cinq dimanche et trois lundi. Le dernier bilan dans ce pays s'établit à 152 morts probablement causés par le virus, mais seulement 20 décès avérés.

Alors que de nombreux pays ont pris des mesures de prévention, l'OMS a élevé lundi soir son niveau d'alerte de 3 à 4 sur une échelle qui en compte 6, signifiant "une montée en puissance significative" du risque de pandémie.

Outre le Mexique, des cas humains non mortels ont été diagnostiqués aux Etats-Unis (44 cas), au Canada (6), en Espagne (2), en Grande-Bretagne (2), et pour la première fois mardi en Israël (1) et en Nouvelle-Zélande (3).

Une confirmation de cas avérés endogènes aux Etats-Unis pourrait conduire l'OMS à "passer à la phase 5", a expliqué son porte-parole, Gregory Hartl. Un passage à la phase 5, avant-dernier niveau avant la déclaration de la pandémie, signifie que celle-ci est non seulement imminente mais surtout inévitable.

"A une époque où les gens voyagent en avion très rapidement à travers le monde, il n'y a aucune région où le virus pourrait ne pas s'étendre", a prévenu depuis Genève le numéro deux de l'organisation, Keiji Fukuda.

Nombre de cas avérés de grippe porcine concernent des voyageurs de retour du Mexique.

L'OMS ne recommande pas jusqu'à présent de restreindre les déplacements, tout comme la Commission européenne, à l'inverse de la France, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l'Italie ou le Canada qui ont déconseillé mardi les voyages aux Mexique.

Les voyagistes britanniques Thomas Cook et Thomson (membre de TUI Travel) ont suivi les recommandations du Foreign office et annoncé mardi l'annulation de leurs vols vers le Mexique au départ de la Grande-Bretagne.

A New York, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait averti que le virus, arrivé lundi en Europe, "pourrait causer une nouvelle pandémie".

Le Mexique a continué à resserrer son dispositif de prévention et la fermeture des établissements scolaires a été étendue à l'ensemble du pays.

Aux Etats-Unis, le pays le plus touché après le Mexique, 44 cas ont été confirmés et onze millions de traitements antiviraux doivent être distribués.

"Il s'agit évidemment d'un sujet d'inquiétude qui justifie que nous élevions le niveau d'alerte", a déclaré le président Barack Obama, "mais il n'y a pas de raison de s'alarmer".

Au Canada, six cas ont été confirmés et de 10 à 12 personnes placées en isolement car présentant des symptômes "très proches" de ceux de la maladie.

Celle-ci, qui touche essentiellement "des jeunes adultes en bonne santé", selon les autorités mondiales de la santé, se transmet par voie respiratoire, d'homme à homme, mais pas en mangeant de la viande de porc.

Les symptômes (fièvre, maux de tête, courbatures) sont similaires à ceux de la grippe saisonnière qui tue chaque année dans le monde entre 250.000 et 500.000 personnes.

Lundi, les trois premiers cas avérés en Europe avaient été détectés en Grande-Bretagne et en Espagne, chez des voyageurs de retour du Mexique.

Signe de l'inquiétude des autorités sanitaires, des cas suspects ont été placés en observation partout à travers le monde, dont 20 en Espagne, une quinzaine en Grande-Bretagne, 70 en Australie, un en Corée du Sud, un en France, trois en Allemagne, d'autres en Italie, en Irlande, en Suisse, au Danemark, en Suède, aux Pays-Bas, en Autriche, au Brésil, au Pérou, en Colombie, en Nouvelle-Zélande, en Thaïlande.

La Chine n'a en revanche "probablement pas" de cas de personnes malades, a indiqué à Pékin un responsable de l'OMS.

La crainte de propagation du virus a conduit de nombreux pays à mettre en place des contrôles sanitaires aux aéroports et aux frontières. Mais l'OMS les a jugés inefficaces pour détecter des passagers éventuellement contaminés.

Plusieurs pays ont suspendu toutes ou partie de leurs importations de porc, comme la Chine, la Russie, l'Ukraine, la Croatie, la Thaïlande, l'Indonésie et le Liban, visant pour la plupart la viande en provenance du Mexique ou des Etats-Unis.

Les craintes de pandémie ont continué à peser mardi sur les Bourses européennes, comme elles l'avaient fait déjà lundi sur le marché pétrolier. L'épidémie pourrait également affecter le trafic aérien, a averti mardi l'Association internationale du transport aérien (IATA).

AFP. 28/04/09

18:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Un petit jeu pour se calmer les nerfs!

http://www.planetdan.net/pics/misc/sarkozy.htm

 Lorsqu' il est coincé, il faut le « tirer» à l'aide de la souris..... relâcher la souris pour qu'il continue à tomber...
 Vous pouvez le faire ... tourbillonner !!!

 Croyez-moi ! C'est une excellente thérapie. Ça fait un bien fou !!!

 

17:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Carla fait la bise à la reine d'Espagne - Nombreuses photos de Clara et de Raphaël Enthoven volées dans un cambriolage...

Carla bise à Sofia.jpg
Carla Bruni a préféré la bise à la révérence lundi pour saluer la reine Sofia d'Espagne, à son arrivée à Madrid pour une visite d'Etat.  L'épouse du président Nicolas Sarközy a embrassé sur les deux joues et à deux reprises la reine Sofia, d'abord à son arrivée avec son époux au Palais du Pardo où ils sont hébergés, puis avant de déjeuner au Palais de la Zarzuela, résidence des monarques espagnols.
Ce détail n'a pas échappé aux nombreux journalistes venus couvrir l'arrivée du couple présidentiel, qui se demandaient si Carla Bruni allait répéter sa révérence de mars 2008 devant la reine d'Angleterre à Londres, dont la photo avait fait le tour du monde.

Carla Bruni n'a toutefois pas commis d'entorse au protocole, plus souple en Espagne qu'à la Cour d'Angleterre. La révérence «n'est absolument pas une obligation, mais une habitude adoptée par certains», a précisé un porte-parole de la Maison royale.

...........................................................................................................................................................

Plusieurs dizaines de photos personnelles mettant en scène Carla Bruni, son ex-compagnon, Raphaël Enthoven, et leur fils Aurélien ont été volées au cours d'un cambriolage commis, dimanche dans le VIe arrondissement parisien.

Les cambrioleurs ont pénétré au domicile du frère de Raphaël Enthoven après avoir forcé une fenêtre dans le séjour.

Ils ont ensuite dérobé plusieurs ordinateurs, un appareil photo numérique et du matériel vidéo. Une centaine de clichés représentant Carla Bruni étaient enregistrés dans les ordinateurs. L'enquête a été confiée à la 3e division de police judiciaire (DPJ) de Paris.

  Leparisien.fr - 27 avril 2009

00:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

27/04/2009

Le pissenlit qui pousse dans le béton

PISSENLIT FLEUR.JPG
GRAND PISSENLIT DU BALCON.JPG
Hauteur: 1m,08 - 27 avril 2009
(Photos GM)

23:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)