Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2012

Les trois victoires de Marine Le Pen

sans-titre.png MLP.png

 

Proposé par Geoffrey Bonnefoy

La présidente du FN peut d'abord se féliciter de ses résultats électoraux.

Médaille d'or à la présidentielle, avec 18 % des suffrages exprimés, 6 millions et demi de voix. Médaille d'argent aux législatives, avec 14 %.

 

Elle engrange aussi un vrai succès médiatique.

Jadis, certains répugnaient à inviter son père dans des grandes émissions politiques. Désormais, les chaînes d'information interrompent leur plateau lorsqu'elle fait une déclaration.

 

Enfin, surtout, UMP aidant, elle intègre le jeu politique.

Perpétuée, la droitisation engagée par Sarkozy. Enterré, le front républicain pour lui faire barrage. Multipliées, les déclarations sur les valeurs communes entre la droite et le FN.

 

Ce n'est pas encore l'alliance, mais ce n'est plus la défiance.

 

 

18:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

De retour à Hénin-Beaumont, Jean-Luc Mélenchon appelle Jean-Marc Ayrault et Martine Aubry en renfort contre Marine Le Pen

Malgré sa défaite face à Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon revient à Hénin-Beaumont.

 

Défait et éliminé par Marine Le Pen dès le premier tour des élections législatives à Hénin-Beaumont, Jean-Luc Mélenchon a appelé Jean-Marc Ayrault et Martine Aubry à lui apporter du renfort contre la candidate du Front national.

Le duel entre Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon s’arrêtera-t-il un jour ? Défait par la présidente du Front national dès le premier tour des élections législatives à Hénin-Beaumont après avoir été dominé au premier tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a annoncé mercredi qu'il retournait "militer personnellement" jeudi face à candidate du FN dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais.

Mélenchon : "Je regretterais que les responsables socialistes sous-estiment le danger"

Le leader du Front de gauche a également appelé les dirigeants socialistes, le Premier ministre et la première secrétaire du PS en tête, à lui apporter du renfort contre Marine Le Pen.

"Je renouvelle mon appel pour que Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault viennent eux aussi dynamiser la campagne de deuxième tour, a déclaré le tribun dans un communiqué. Je regretterais que les responsables socialistes sous-estiment le danger" (de victoire du FN, ndlr).

Vendredi matin sur le marché d’Hénin-Beaumont

Les deux ténors du Parti socialiste étaient déjà venus avant le premier tour soutenir le candidat PS Philippe Kemel, qui affrontera Marine Le Pen dimanche, après avoir devancé M. Mélenchon.

"Je décide d'être présent dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais dès ce jeudi pour y tenir une conférence de presse et militer personnellement pour le deuxième tour aux côtés des militants du Front de Gauche en action depuis lundi déjà", poursuit M. Mélenchon, qui devrait être présent, de surcroît, vendredi matin sur le marché de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), tout comme M. Kemel et Mme Le Pen.

13/06/12

 

NdB: on sait que le chien  retourne à son vomi...

18:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Royal serait largement battue à La Rochelle

 

Par lefigaro.fr, Jim Jarrassé Mis à jour le 13/06/2012 à 16:41  

Ségolène Royal est soutenue par les barons du Parti socialiste, qui se sont déplacés à La Rochelle.
Ségolène Royal est soutenue par les barons du Parti socialiste, qui se sont déplacés à La Rochelle.Crédits photo : STEPHANE MAHE/REUTERS
 
  •  

D'après un sondage Ifop, l'ex-candidate à la présidentielle n'obtiendrait que 42% des voix dimanche, contre 58% pour son rival socialiste Olivier Falorni. Ce score s'explique par le report massif des voix des électeurs UMP vers le dissident.Un report des électeurs UMP sur Falorni

Les mauvaises nouvelles s'accumulent pour Ségolène Royal. Après le refus du dissident socialiste Olivier Falorni de se retirer du second tour, et le soutien-surprise de Valérie Trierweiler à ce dernier, un sondage Ifop-Fiducial pour France Bleu La Rochelle, Sud Ouest et France 3 Poitou-Charentes donne la candidate du PS largement perdante dans la 1re circonscription de La Rochelle.

D'après les sondeurs, Ségolène Royal n'obtiendrait que 42% des suffrages contre 58% pour son rival dissident. Le sondage a été réalisé lundi et mardi soir, soit avant et après la publication du fameux tweet de Valérie Trierweiler. «Environ un tiers de l'échantillon a été exposé à l'affaire du tweet de Valérie Trierweiler, dont l'impact reste difficile à mesurer», explique Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop. L'institut n'a pas posé de question spécifique aux sondés sur leur perception de l'affaire.

«Lors de notre dernier sondage, avant le premier tour, Ségolène Royal était donnée gagnante de justesse avec 51% des intentions de vote. À ce moment-là, les électeurs de l'UMP ne se projetaient pas dans un duel socialo-socialiste au second tour. C'est désormais une réalité et ces électeurs doivent se prononcer: ils choisissent massivement Olivier Falorni, dans une sorte de réflexe “Tout sauf Ségolène”. Il ne s'agit donc pas d'un retournement, mais plutôt d'une continuation» suite au résultat de dimanche, qui constitue le «pire scénario pour Ségolène Royal».

Les chiffres sont éloquents: 83% des électeurs de Sally Chadjaa, candidate UMP au premier tour, se reportent sur Olivier Falorni, contre 6% pour Ségolène Royal. Ce score est similaire dans l'électorat de Nicolas Sarkozy. Ségolène Royal ne fait pas non plus le plein chez les sympathisants socialistes: seuls 57% des électeurs de François Hollande voteront pour elle, contre 42% pour son rival.

Ex-premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, Olivier Falorni s'est toujours vigoureusement opposé au parachutage de Ségolène Royal à La Rochelle. Après avoir demandé en vain des primaires, il a décidé de maintenir sa candidature dans la circonscription, ce qui lui a valu son exclusion du PS. Qualifié au second tour, il a fermement refusé de se retirer en faveur de l'ancienne candidate à l'élection présidentielle, malgré les nombreux appels en ce sens de Solferino.

«Le message qui a été adressé par les Rochelais est extrêmement clair: ils veulent d'un député ancré sur son territoire, pas d'une candidature parachutée et imposée», commente-t-il. Olivier Falorni a récolté 28,91% des voix contre 32,03% pour Ségolène Royal à l'issue du premier tour.

LIRE AUSSI:

» Olivier Falorni, opposant de Royal et fidèle d'Hollande

» Le PS exige que l'adversaire socialiste de Royal se retire

» Une première dame dans la tourmente

17:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Mort du peintre Georges Mathieu, chantre de l’art libéré

Le peintre français Georges Mathieu présente quelques uns de ses tableaux le 15 mars 1971 dans une galerie parisienne.

 
Par Siegfried Forster

Ses tableaux faisaient « tache » dans les années 1960 et 1970. Adepte du tachisme et de l’abstraction lyrique, considéré comme peintre « officiel » en France, ses toiles sont exposées dans les plus grands musée du monde. Georges Mathieu est décédé ce dimanche 10 juin à l’âge de 91 ans à Boulogne-Billancourt, a annoncé sa famille ce mardi.

 Le grand public connaît surtout le peintre excentrique moustachu avec sa pièce de dix francs qu’il avait crée en 1974, au sommet de son art. A l’époque, Georges Mathieu était l’un des artistes français les plus célèbres au monde.

Né le 27 janvier 1921 au sein d’une famille de banquiers à Boulogne-sur-Mer, Georges Victor Mathieu d’Escaudœuvres entame d’abord des études de droit, de lettres et de philosophie. C’est à l’âge de 21 ans, en 1942, qu’il s’oriente vers les arts plastiques et réalise ses premières peintures à l’huile. Dès 1944, il fait jaillir la couleur directement du tube sur la toile, écrasée par le doigt du maître. Il revendique ainsi la paternité du fameux « dripping » qui a rendu célèbre Jackson Pollock. Ironie de l’histoire, c’est lui qui a fait découvrir Pollock aux Français, mais contrairement à l’Américain qui enregistre jusqu’à aujourd’hui des prix record pour ses toiles, les tableaux de Georges Mathieu stagnent sur le marché de l’art. Une rétrospective au Musée du Jeu de Paume en 2002 était pratiquement la seule récompense ces dernières années pour cet artiste majeur de la peinture abstraite.

Un art libéré de toutes les contraintes

Mathieu, qui défendait un art libéré de toutes les contraintes, prônait un changement radical et combattait les idéologies antérieures, reste comme l’un des précurseurs du « happening ». Ses grandes peintures abstraites « lyriques » (en opposition contre l’abstraction géométrique d’un Mondrian) étaient souvent le résultat d’un geste aussi rapide que violent, aussi improvisé que minuté ou intuitif, le tout célébré devant un public. Mathieu, « le peintre le plus rapide du monde », avait l’habitude de peindre debout des toiles placées verticalement devant lui. L’une de ses performances restées célèbres se passait en 1956 au théâtre Sarah Bernhardt à Paris. Muni de 800 tubes de peinture et en présence de 2 000 spectateurs, Georges Mathieu s’acharnait sur une toile géante de 4 x 12 mètres.

Longtemps avant les stars médiatisées du design comme Philippe Starck, Mathieu s’obstinait à introduire le beau dans les objets de la vie quotidienne comme en témoigne une série de commandes : des timbres-poste, une campagne publicitaire pour Air France, le logo d’Antenne 2, des meubles et des tapisseries.

Membre de l’Académie des Beaux-arts depuis 1975, il est décédé ce dimanche 10 juin à l’âge de 91 ans à l’hôpital Ambroise Paré de Boulogne-Billancourt, près de Paris.

 
        RFI -12/06/12

02:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

L’OTAN prépare une vaste opération d’intoxication

 

11juin 2012

Il nous est demandé de reproduire cet article de T. Meyssan.

Dans quelques jours, peut-être dès vendredi 15 juin à midi, les Syriens qui voudront regarder les chaînes nationales verront celles-ci remplacées sur leurs écrans par des télévisions créées par la CIA. Des images réalisées en studio montreront des massacres imputés au gouvernement, des manifestations populaires, des ministres et des généraux donnant leur démission, le président el-Assad prenant la fuite, les rebelles se rassemblant au cœur des grandes villes, et un nouveau gouvernement s’installant au palais présidentiel.
Cette opération, directement pilotée depuis Washington par Ben Rhodes, conseiller adjoint de sécurité nationale des États-Unis, vise à démoraliser les Syriens et à permettre un coup d’État. L’OTAN, qui se heurte au double veto de la Russie et de la Chine, parviendrait ainsi à conquérir la Syrie sans avoir à l’attaquer illégalement. Quel que soit le jugement que l’on porte sur les événements actuels en Syrie, un coup d’État mettrait fin à tout espoir de démocratisation.
 
 
Très officiellement, la Ligue arabe a demandé aux opérateurs satellitaires Arabsat et Nilesat de cesser la retransmission des médias syriens, publics et privés (Syria TV, Al-Ekbariya, Ad-Dounia, Cham TV etc.). Il existe un précédent, puisque la Ligue avait déjà œuvré à la censure de la télévision libyenne pour empêcher les dirigeants de la Jamahiriya de communiquer avec leur peuple. Il n’y a pas de réseau hertzien en Syrie où les télévisions sont exclusivement captées par satellite. Mais cette coupure ne laissera pas les écrans noirs.
 
En effet, cette décision publique n’est que la partie émergée de l’iceberg. Selon nos informations plusieurs réunions internationales ont été organisées cette semaine pour coordonner l’opération d’intoxication. Les deux premières, d’ordre technique, se sont tenues à Doha (Qatar), la troisième, politique, s’est tenue à Riyad (Arabie saoudite).
Une première réunion a rassemblé les officiers de guerre psychologique « embedded » dans quelques chaînes satellitaires, dont Al-Arabiya, Al-Jazeera, BBC, CNN, Fox, France 24, Future TV, MTV — On sait que depuis 1998 des officiers de l’United States Army’s Psychological Operations Unit (PSYOP) ont été incorporés dans la rédaction de CNN ; depuis, cette pratique a été étendue par l’OTAN à d’autres stations stratégiques—. Ils ont rédigé à l’avance de fausses informations, selon un « storytelling » élaboré par l’équipe de Ben Rhodes à la Maison-Blanche. Une procédure de validation réciproque a été mise au point, chaque média devant citer les mensonges des autres pour les rendre crédibles aux yeux des téléspectateurs. Les participants ont également décidé de ne pas uniquement réquisitionner les chaînes de la CIA pour la Syrie et le Liban (Barada, Future TV, MTV, Orient News, Syria Chaab, Syria Alghad), mais aussi une quarantaine de chaînes religieuses wahhabites qui appelleront au massacre confessionnel au cri de « Les chrétiens à Beyrouth, les alaouites au tombeau ! »
Le second meeting réunissait des ingénieurs et des réalisateurs pour planifier la fabrication d’images de fiction, mêlant une partie en studio à ciel ouvert et une partie d’images de synthèse. Des studios ont été aménagés durant les dernières semaines en Arabie saoudite pour reconstituer les deux palais présidentiels syriens et les principales places de Damas, Alep et Homs. Il existait déjà des studios de ce type à Doha, mais ils étaient insuffisants.
La troisième réunion regroupait le général James B. Smith, ambassadeur des États-Unis, un représentant du Royaume-Uni, et le prince Bandar Bin Sultan (que le président George Bush père désignait comme son fils adoptif, au point que la presse états-unienne l’a surnommé « Bandar Bush »). Il s’agissait de coordonner l’action des médias et celle de « l’Armée syrienne libre » dont les mercenaires du prince Bandar forment le gros des effectifs.
L’opération qui était en gestation depuis des mois a été précipitée par le Conseil de sécurité nationale des États-Unis après que le président Poutine ait notifié à la Maison-Blanche que la Russie s’opposerait par la force à toute intervention militaire illégale de l’OTAN en Syrie.
Cette opération comprend deux volets simultanés : d’une part déverser de fausses informations et d’autre part censurer toute possibilité d’y répondre.
Le fait d’interdire des TV satellitaires pour conduire une guerre n’est pas nouveau. Ainsi, sous la pression d’Israël, les États-Unis et l’Union européenne ont successivement interdit des chaînes libanaise, palestiniennes, irakiennes, libyennes, et iraniennes. Aucune censure n’a été effectuée envers des chaînes satellitaires provenant d’autres régions du monde.
La diffusion de fausses nouvelles n’est pas non plus une première. Cependant, quatre pas significatifs ont été franchis dans l’art de la propagande au cours de la dernière décennie.
• En 1994, une station de musique pop, la Radio libre des Mille Collines (RTML) a donné le signal du génocide rwandais en appelant à « Tuer les cafards ! ».
• En 2001, l’OTAN a utilisé des médias pour imposer une interprétation des attentats du 11-Septembre et justifier les attaques de l’Afghanistan et de l’Irak. À l’époque déjà, c’est Ben Rhodes qui avait été chargé par l’administration Bush de rédiger le rapport de la Commission Kean/Hamilton sur les attentats.
• En 2002, la CIA a utilisé cinq chaînes, Televen, Globovision, Meridiano, ValeTV et CMT, pour faire accroire que des manifestations monstres avaient contraint le président élu du Venezuela, Hugo Chavez, à démissionner, alors qu’il venait d’être victime d’un coup d’État militaire.
• En 2011, France 24 faisait de facto office de ministère de l’Information du Conseil national libyen, avec qui il était lié par contrat. Lors de la bataille de Tripoli, l’OTAN a fait réaliser en studio et diffuser par Al-Jazeera et Al-Arabiya des images des rebelles libyens entrant sur la place centrale de la capitale, alors qu’ils étaient encore loin de la ville, de sorte que les habitants, persuadés que la guerre était perdue, cessèrent toute résistance.
Désormais, des médias ne se contentent plus de soutenir la guerre, ils la font.
Ce dispositif viole des principes de base du droit international, à commencer par l’article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l’homme relatif au fait « de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ». Surtout, il viole les résolutions de l’Assemblée générale des Nations-Unies, adoptées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour prévenir les guerres. Les résolutions 110, 381 et 819 interdisent « les obstacles au libre-échange des informations et des idées » (en l’occurrence la coupures des chaînes syriennes) et « la propagande de nature à provoquer ou encourager toute menace à la paix, rupture de la paix, ou tout acte d’agression ». En droit, la propagande de guerre est un crime contre la paix, le plus grave des crimes, puisqu’il rend possible les crimes de guerre et les génocides. (Source: Réseau Voltaire)
 
 
L.I.E.S.I.

00:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

12/06/2012

Montpellier - Intégralement voilées à La Paillade: le contrôle de police vire au scandale

 

JEAN-FRANÇOIS CODOMIÉ
12/06/2012, 09 h 21 | Mis à jour le 12/06/2012, 14 h 44

 

La loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public, entrée en application le 11 avril 2011, punit l'infraction d'une amende pouvant aller jusqu'à 150 euros ou d'un stage de citoyenneté.
 

Alors qu’ils se trouvent avenue de l’Europe à La Paillade, dimanche, après être intervenus sur un cambriolage, deux équipages de Police secours aperçoivent une femme intégralement voilée.

C'est à dire recouverte de pied en cap rendant, de fait, toute identification impossible et accompagnée d’une jeune fille voilée mais dont la tenue permet, a contrario, de voir son visage.

Sachant que le fait de se couvrir intégralement est désormais une infraction, les fonctionnaires décident de procéder à un contrôle d’identité, comme ils en ont le droit à l’endroit de tout citoyen se trouvant sur la voie publique.

Mais les choses se gâtent...

La femme entièrement voilée refuse de décliner son identité, tout en indiquant qu’elle n’a aucun papier sur elle. Puis la seconde fait de même. Sur ce, plusieurs personnes, dont des femmes, elles aussi voilées, s’approchent et commencent à empêcher le contrôle, alors que les deux intéressées crient en demandant aux passants de prendre leur défense.

Face à la tournure prise par les événements et alors que plusieurs dizaines de quidams se pressent autour des fonctionnaires, certains extraient, d’autorité, l’une des deux jeunes femmes placée dans un véhicule de police. Quand d’autres font comprendre aux policiers qu’ils ne sont pas ici chez eux et qu’ils n’y font pas la loi.

Au final et après l’arrivée de renforts, les deux jeunes femmes ont pu être finalement identifiées mais ont refusé toute fouille.

Le Midi Libre

21:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Jean-Marie Le Pen invité politique de LCI - 12.06.12

20:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Florian Philippot invité des "4 Vérités" sur France 2 - 12.06.12

19:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Vaucluse - Marion Maréchal Le Pen débat face à Jean-Michel Ferrand (UMP) - 12.06.12


Marion Maréchal-Le Pen et Jean-Michel Ferrand... par france3provencealpes

19:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Florian Philippot invité de "Ca vous regarde" LCP - 12.06.12

19:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

A Marseille, pour le PS plutôt une candidate délinquante qu'un candidat patriote !

Posté par le 12 juin 2012

 

Stéphane Ravier

Communiqué du Front National

S’asseyant toute honte bue sur les principes d’exemplarité édictés par François Hollande, le Parti socialiste vient d’appeler ses électeurs dans la 3e circonscription des Bouches-du-Rhône à voter pour la candidate Sylvie Andrieux face au candidat du Rassemblement Bleu Marine Stéphane Ravier.

Mme Andrieux qui s’était vu retirer l’investiture du PS à quelques jours du premier tour, est poursuivie par la justice pour détournements de fonds publics et incarne tout comme M. Guérini le système mafieux pervers et corrompu qui gangrène depuis des années la vie politique marseillaise.

En faisant le choix de faire élire une candidate mise en cause pour des faits d’une gravité extrême, le Parti socialiste démontre son absence totale de moralité, sa complaisance et sa connivence avec des élus qui du nord au sud de la France, ont érigé la corruption et le clientélisme en mode de gestion particulièrement abject.

Face à de telles dérives inacceptables, Marine Le Pen se félicite d’avoir appelé les électeurs du Front National à sanctionner les élus qui par leurs comportements indignes bafouent la probité et salissent la République.

18:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Hénin-Beaumont : le candidat UMP appelle à voter socialiste contre Marine Le Pen

 

 

Communiqué de Steeve Briois, secrétaire général du Front National

Le candidat UMP Jean Urbaniak a appelé à voter pour le socialiste Kemel contre Marine Le Pen dimanche.

Steeve Briois ne s’étonne pas de ce soutien prévisible. Il demande à l’UMP de justifier pourquoi son candidat, qu’elle a présenté et soutenu en lui donnant un suppléant, se prononce pour un candidat socialiste, allant ainsi à l’encontre de son mot d’ordre du « ni PS ni FN », grand principe devant les caméras qui ne semble connaître que des exceptions dans la réalité.

Les électeurs qui ont accordé leur voix à Jean Urbaniak doivent se rappeler qu’ils sont seuls maîtres de leur décision et qu’ils n’ont pas à suivre les consignes de vote d’un caméléon politique, aux convictions changeantes.

Jean Urbaniak veut donner encore plus de pouvoirs à un Parti socialiste qui les détient déjà tous et qui a sinistré notre circonscription, notre région et notre pays.

Plus grave encore, le candidat UMP appelle à voter pour un élu issu de la pire fédération PS de France, la plus contestée y compris à gauche. Tout un symbole !

 

NdB: l'UMP et le PS sont unis par le même Pacte: "aucun FN à l'Assemblée" !

18:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Trierweiler soutient l'opposant de Royal, l'UMP raille un «vaudeville» !

 

Pauline Théveniaud | Publié le 12.06.2012, 13h14 | Mise à jour : 17h35

La première dame, Valérie Trierweiler, a apporté, sur Twitter, son soutien à Olivier Falorni, l'opposant aux législatives de Ségolène Royal, ancienne compagne de François Hollande.

                       

Alors que et Cécile Duflot ont fait le déplacement à La Rochelle pour la soutenir, alors que le président de la République François Hollande, son ancien compagnon, s'est fendu d'un mot de soutien sur sa profession de foi, Valérie Trierweiler, l'actuelle compagne du chef de l'Etat, a adressé, ce mardi sur Twitter, un message d'encouragement à... Olivier Falorni, son opposant dans la 1ère circonscription de Charente-Maritime. Il n'en fallait pas plus à l'UMP pour railler «le vaudeville» qui se trame à l'Elysée.

«Courage à Olivier Falorni qui n'a pas démérité, qui se bat aux côtés des Rochelais depuis tant d'années dans un engagement désintéressé», pouvait-on lire peu avant midi sur le compte Twitter de la première dame, Valérie Trierweiler. Stupeur. «Un fake? (Ndlr : un faux message) » s'interrogeait Valérie Pécresse, sur le site de microblogging. Selon le quotidien régional «Sud-Ouest», même Ségolène Royal, Martine Aubry et Cécile Duflot ont, dans un premier temps, cru à un «faux». Eh bien non. La journaliste a confirmé ses encouragements à l'opposant de l'ex-compagne de François Hollande, en répondant «oui» à un SMS.




«Pas de commentaire» de Royal

Olivier Falorni s'est aussitôt «réjoui» du soutien de Valérie Trierweiler. «C'est un beau message d'amitié, de soutien personnel, ça fait évidemment plaisir dans un contexte ou je subis beaucoup de coups, beaucoup d'attaques injustes. Donc, voilà, je me réjouis de ce petit mot, de ce soutien amical», a déclaré le candidat dissident devant la presse sur le port charentais. Peu après, au micro de BFM TV, il a expliqué que la première dame «a voulu, à travers ce message, marquer sa reconnaissance vis-à-vis de (son) engagement». «Ça fait des années que j'ai accompagné François Hollande», a-t-il indiqué, précisant qu'il avait été là «dans ses traversées du désert» et «à l'époque où on l'appelait Monsieur 3%».

«Je n'ai pas de commentaire, je m'occupe des Rochelais, des électeurs de cette circonscription», a répondu Ségolène Royal à la presse après un déjeuner avec la première secrétaire du PS à La Rochelle. «Tout mon esprit, toute mon énergie, toutes mes pensées vont vers les électeurs et les projets de cette circonscription de Charente-Maritime», a-t-elle ajouté, assurant aussi faire son «travail avec détermination, courage». «Tout mon combat politique» est dirigé «vers les électeurs, c'est eux que j'ai à convaincre», a insisté la présidente de la région Poitou-Charentes. «Je suis dans une stratégie de rassemblement comme nous l'avons fait avec Martine, Cécile (Duflot), Maxime (Bono, le maire PS de La Rochelle) et je retourne au travail près de mes électeurs», a-t-elle conclu.

Bianco à propos de Trierweiler : «De quoi se mêle-t-elle ?»

«La seule chose qui nous importe, c'est le soutien de François Hollande à Ségolène Royal, il est clair, il est net», a pour sa part tenu à souligner Martine Aubry. «C'est la seule chose qui aujourd'hui compte, nous sommes en politique c'est suffisamment sérieux, la France va suffisamment mal pour qu'on en reste là», a tranché la Première secrétaire du PS.

«Nous n'avons pas élu Valérie Trierweiler, nous avons élu François Hollande, donc je demande : De quoi se mêle-t-elle ?», s'est insurgé Jean-Louis Bianco, proche de Ségolène Royal. «Je trouve ça purement et simplement indigne», a poursuivi le député PS des Alpes-de-Haute-Provence avant d'oser une comparaison : «Moi, j'ai travaillé avec Danielle Mitterrand, qui était une grande dame, qui avait des causes, qui travaillait pour des causes, mais jamais elle se serait permis de se mêler de politique intérieure.»

Ciotti : «Le vaudeville entre à l'Elysée»

«Le vaudeville entre à l'Elysée», a aussitôt, à l'image député Eric Ciotti, raillé l'UMP sur Twitter. «Trierweiler soutient Falorni contre Royal le jour où Aubry va soutenir celle ci.1ere dame contre 1ère secrétaire.La Cour ? Vaudeville?Pitié!» a renchéri le sénateur UMP des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi. Nadine Mornao n'est pas restée silencieuse non plus et a lancé : «Vous regrettez Sarkozy... vous regretterez Carla aussi !!» L'ancien ministre Thierry Mariani a, de son côté, opté pour la métaphore animalière : «Jean de La Fontaine inédit : Le changement, c'est quand une mante religieuse devient plus forte que tout un troupeau d'éléphants.»

«A ceux qui m'attaquent haineusement et souvent avec de courageux pseudos sur Twitter,une question: vont ils agir de même avec V Trierweiler ?» a pour sa part lancé l'opposant local de Royal, Dominique Bussereau. «La Rochelle créé un vaudeville à l'Elysée. L'ex du est poursuivie par la haine de l'actuelle. Une présidence normale ou théâtrale?» s'est, pour sa part, interrogé le vice-président du Nouveau centre, Jean-Christophe Lagarde, sur Twitter.




«Pitoyable», tacle Le Pen

La présidente du Front national, Marine Le Pen, y est allée, elle aussi, de son commentaire sur le site de microblogging : «Mme Trierweiler réglant ses comptes avec l'ex de son compagnon, accessoirement Président de la République. Juste pitoyable... Ça promet...»



LeParisien.fr

17:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Dans ses enregistrements, Merah dit avoir été trahi par les services secrets français

 

Nicolas Jacquard, avec Timothée Boutry et Thibault Raisse | Publié le 12.06.2012, 14h16

Selon la retranscription de vidéos filmées par Mohamed Merah, le tueur de Toulouse aurait découvert qu'un de ses proches agissait pour le compte des services secrets français.

Selon la retranscription de vidéos filmées par Mohamed Merah, le tueur de Toulouse aurait découvert qu'un de ses proches agissait pour le compte des services secrets français.
| DR.

 

C’est un document explosif, qui pose autant de questions qu’il apporte de réponses. «Le Parisien-Aujourd’hui en France» a pu se procurer la retranscription des deux enregistrements vidéos réalisés par Mohamed Merah le 22 mars dernier à Toulouse, à la fin du siège au duquel il a perdu la vie. D’après ce document, révélé ce mardi matin par le quotidien algérien «Echourouk», Merah était bel et bien «traité» par les services secrets français.

 

 

Il se filme au téléphone, pendant le siège, en train de parler avec celui qu’il pensait être son ami, et dont il connaissait le prénom : un certain Zouhair. D’après ce qu’il dit, Mohamed Merah a découvert que Zouhair n’était qu’un pseudo, et que cet homme dont il se disait proche est en fait un capitaine des services français dont il a fini par trouver l’identité, et dont il cite distinctement le nom de famille.

«C’est toi qui m’a mis dans cette histoire et cette galère», dénonce Merah avant, dans un appel ultérieur, de rappeler à son interlocuteur quels ont été leurs liens : «rappelle toi, lui dit Merah, que tu m’as envoyé en Irak, au Pakistan, en Syrie pour aider les musulmans, et après je découvre que tu es à la solde des services français, que t’es un criminel et que tu es un officier des services, sale traître.» A l’autre bout du fil, son interlocuteur confirme à demi-mots : «Ce qui est passé, c’est arrivé, maintenant il faut que je te sauve la vie, et te sortir de cette affaire, rend toi ou tu me laisses entrer et je récupère tes

«Tout laisse penser à un véritable scénario aboutissant à sa mort»

Si cet enregistrement est véridique, ce que devra vérifier la française qui a été saisie hier d’une plainte émanant du père de Mohamed Merah, il semblerait donc que Merah ait été, à son corps défendant, une «taupe» des services français au sein des mouvements djihadistes. Aurait-il échappé à ses manipulateurs ? C’est l’une des nombreuses questions que se posent les avocates de son père, Me Zahia Guerrache Mokhtari, et Me Isabelle Coutant-Peyre. «Nous ne disons pas que Mohamed Merah n’a rien fait, précise cette dernière. Mais a minima, il apparait des relations anciennes et étroites entre Mohamed Merah et les services secrets français. Il y a énormément de zones d’ombres. Tout laisse penser à un véritable scénario aboutissant à sa mort. Et nous estimons que les victimes des tueries de Toulouse ont aussi le droit de savoir ce qu’il s’est tramé.»

Le Parisien

17:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Sortir du mondialisme, c'est possible : l'exemple de l'Argentine - Par Aymeric Chauprade

Toujours cette même question lancinante : sortit ou ne pas sortir de l’euro ? La confusion s’est installée chez les peuples de la zone euro. Aurons-nous une réponse cohérente avant que l’euro et sa zone n’implosent ?
Aymeric Chauprade, de retour d’Argentine, s'explique : « Il faut être aveugle ou d’une grande mauvaise foi pour ne pas reconnaître que depuis que l’Argentine suit une voie protectionniste et nationaliste (comme la Russie et la Chine), elle va mille fois mieux que lorsqu’elle suivait les recettes libérales et pro-américaines du libano-argentin Menem. »
En ce jour du premier tour des élections législatives en France, Aymeric Chauprade fournit aux électeurs quelques éléments de réflexion.

Auteur : Aymeric Chauprade - le 10 Juin 2012

Polémia

01:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

11/06/2012

Florian Philippot invité de BFM Story - 11.06.12

23:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Marion Maréchal Le Pen à Carpentras - 10.06.12

23:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

En direct - La candidate socialiste se maintient contre Marion Maréchal Le Pen

11 juin 2012 à 10:08 (Mis à jour: 21:03)

  

L'essentiel

• Selon les résultats définitifs publiés par le ministère de l’Intérieur, l’ensemble de la gauche (PS, EELV et Front de gauche) totalise pour le premier tour 46,77% des voix, contre 34,07% pour la droite (UMP et alliés) et 13,6% pour le Front national. Ce succès de la gauche, sans être une «vague rose», sera à confirmer lors du second tour des législatives dimanche prochain, sur fond d'abstention record des électeurs (57,23% de participation).

• Alors que le Front national sera présent dimanche dans une soixantaine de circonscriptions, le bureau politique de l’UMP devra décider ce lundi de sa stratégie lors du second tour.: Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, a rejeté hier toute «alliance» avec le Front national, mais au niveau local, certains candidats UMP parlent déjà de s'en rapprocher.

20h50. La candidate socialiste Catherine Arkilovitch annonce son maintien au second tour dans la 3e circonscription du Vaucluse, malgré la consigne de retrait donnée par la première secrétaire du PS, pour «faire barrage au Front national». Marion Maréchal-Le Pen, petite-fille de Jean-Marie et nièce de Marine, est arrivée en tête dimanche du 1er tour du scrutin législatif dans cette circonscription (Carpentras), avec 34,63% des suffrages, devant le député UMP sortant Jean-Michel Ferrand (30,03%) et Mme Arkilovitch (21,98%).

19h30. Kemel refuse un débat avec Le Pen. Le candidat socialiste Philippe Kemel, opposé à Marine Le Pen au second tour des élections législatives dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, refuse un débat télévisé contre sa rivale. Selon le site internet de France 3 Nord/Pas-de-Calais, une proposition avait été transmise avant même le premier tour des élection à laquelle «Philippe Kemel (PS), Marine Le Pen (FN) et Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) avaient donné leur accord de principe».

19h20. Aubry et Duflot à La Rochelle mardi pour soutenir Royal. «Je vais aller demain à La Rochelle avec Cécile Duflot (ministre du Logement et secrétaire nationale d’EELV, ndlr) pour soutenir Ségolène Royal le jour-même où elle dépose sa candidature pour le second tour» des élections législatives, a-t-elle dit.

19h10. Olivier Falorni, candidat PS dissident à La Rochelle face à Ségolène Royal, dépose sa candidature pour le second tour des élections législatives à la préfecture de Charente-Maritime. «Je suis officiellement candidat au deuxième tour des élections législatives», dans la 1ère circonscription de Charente-Maritime (La Rochelle/Ile de Ré), déclare t-il.

18h50. Les ténors du PS contre NKM. La première secrétaire du PS Martine Aubry et plusieurs ministres vont défiler cette semaine dans la 4e circonscription de l’Essonne pour soutenir Olivier Thomas face à la sortante UMP Nathalie Kosciusko-Morizet. La porte-parole de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle est arrivée en tête du premier tour avec 39,46%, contre 36,29% pour le maire de Marcoussis, ce qui annonce «un duel serré», a estimé l'équipe de campagne d’Olivier Thomas.

18h40. L’UMP va maintenir son candidat, Eric Saubatte, arrivé troisième derrière le PS et François Bayrou (Modem) dans la 2e circonscription des Pyrénées-Atlantiques. «M. Bayrou avait appelé à voter pour M. Hollande à la présidentielle, il était donc assez légitime qu’on en tire les conséquences», a jugé Copé.

18h35. Si Nadine Morano partage ses valeurs avec les électeurs FN, pour Christian Estrosi, ancien ministre et député-maire (UMP) de Nice, l’UMP n’a «aucune valeur commune» avec le PS.

17h50. Marine Le Pen dévoile sa «liste noire» des candidats à faire battre, pour leur «comportement particulièrement méprisant, haineux, insultant et antidémocratique» à l'égard du FN. Figurent sur cette liste François Pupponi (député-maire PS de Sarcelles), Manuel Aeschlimann (député UMP d'Asnières et Colombes Sud), Georges Tron (maire UMP de Draveil et candidat dans l'Essonne), Jack Lang (candidat PS dans les Vosges), Xavier Bertrand (candidat dans l’Aisne), Ségolène Neuville (candidate PS dans les Pyrénées Orientales) et Sliman Tir (candidat vert à Roubaix). Mais c'est contre Nathalie Kosciusco-Morizet, l'ancienne ministre de l'Ecologie et la porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy, qu'elle est le plus véhémente, appelant ouvertement à voter pour son adversaire PS Olivier Thomas dans sa circonscription de l'Essonne: «Madame Kosciusko-Morizet nous a expliqué pendant des mois qu’entre un candidat de chez nous et un candidat socialiste elle voterait socialiste. J’en appelle maintenant à la réciprocité (...) Elle voulait qu’un socialiste soit élu, et bien nous allons faire en sorte que ses vœux soient entendus», a déclaré Le Pen. NKM est une des cibles privilégiées du FN, depuis son pamphlet sorti en 2011 et intitulé «Le Front antinational».

A consulter notre carte interactive : Où trouvera-t-on le FN au deuxième tour?

 

Libération

23:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Nadine Morano, sans état d'âme, en appelle aux électeurs du Front National !


Nadine Morano en appelle aux électeurs du FN par BFMTV

22:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Jérusalem: des graffitis antisionistes "merci Hitler" au mémorial de la Shoah

11 juin 2012 à 19:30

Des policiers israéliens inspectent des graffitis antisionistes au mémorial de la Shoah, le 11 juin 2012 à Jérusalem
 
 

Une douzaine de graffitis antisionistes "remerciant Hitler" de près de deux mètres de haut ont été découverts lundi à l'intérieur de Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem.

Parmi ces graffitis figurent des inscriptions telles que: "Si Hitler n'avait pas existé, les sionistes l'auraient inventé" et "Merci Hitler pour cette merveilleuse Shoah, c'est uniquement grâce à toi que nous avons obtenu un Etat de la part de l'ONU", en référence à la création d'Israël en 1948, à l'issue de la Seconde Guerre mondiale.

On peut également lire: "Les sionistes ont amené la Shoah" et "Les guerres des sionistes ne sont pas celles du peuple juif".

La direction de Yad Vashem a évoqué la possibilité que ces actes soient le fait d'extrémistes juifs ultra-orthodoxes antisionistes, très minoritaires mais actifs dans certains quartiers religieux.

Sept de ces graffitis peints en blanc et rouge ont été retrouvés sur des murs autour du mémorial dédié aux combattants du ghetto de Varsovie.

D'autres ont été inscrits près d'un wagon de chemin de fer symbolisant la déportation des juifs par les nazis.

Une enquête a été ouverte, a indiqué le porte-parole de la police Micky Rosenfeld, ajoutant que la police "ne privilégie aucune piste".

Le mémorial de Yad Vashem, à Jérusalem, est consacré à la mémoire des six millions de juifs victimes du génocide nazi.

"La ligne rouge a été franchie"

Une petite minorité d'activistes ultra-orthodoxes, antisionistes virulents, dénoncent régulièrement ce qu'ils considèrent comme une exploitation de la Shoah pour justifier la création de l'Etat d'Israël, qu'ils rejettent absolument.

Selon eux, l'établissement d'un Etat juif en Palestine n'aura de légitimité qu'après la venue du Messie.

Ce courant rassemble quelques centaines de familles à Méa Shéarim, quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem, et il est très controversé au sein même de la mouvance juive ultra-orthodoxe.

Le directeur de Yad Vashem, Avner Shalev, a évoqué cette piste et laissé entendre à la radio militaire que cet acte de vandalisme avait sans doute été commis par des extrémistes ultra-orthodoxes juifs.

"Une des inscriptions est signée "le judaïsme harédi mondial", a affirmé M. Shalev. Le terme "harédi" (les "craignant Dieu" en hébreu) fait référence à la communauté des ultra-orthodoxes. M. Shalev a rappelé que dans le passé des petits groupes ultra-orthodoxes s'étaient "livrés à des attaques féroces contre le sionisme et l'Etat d'Israël".

Avec cet acte de vandalisme "sans précédent, une ligne rouge a été franchie", a ajouté M. Shalev en précisant que la police examinait les vidéos tournées par les caméras de surveillance disséminées à Yad Vashem.

Le ministre de l'Education, Gideon Saar, s'est pour sa part déclaré "choqué" par cet acte de vandalisme. "Ceux qui ont ainsi profané et sali Yad Vashem avec des inscriptions démentes, ont fait cela dans le but de porter atteinte aux sentiments de la population", a déploré le ministre dans un communiqué.

Dans un incident séparé à Jérusalem-Est, secteur à majorité arabe, des inconnus ont vandalisé neuf voitures appartenant à des Palestiniens, crevant les pneus et taguant des slogans sur les véhicules, en faveur de la colonisation juive en hébreu, a-t-on appris auprès de la police.

La police soupçonne des extrémistes de droite ou des colons juifs adeptes de la politique de représailles systématiques dite du "prix à payer" consistant à attaquer des cibles palestiniennes, mais aussi israéliennes, chaque fois que les autorités limitent ou freinent la colonisation.

Libération

20:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)