Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2012

Rocard à Téhéran: le bout du tunnel ?

sans-titre.png rocard.png

 

 
Rocard, à Téhéran: le bout du tunnel?
 
IRIB- L'Iran a voulu dérouler le tapis rouge, pour la visite «privée», ce week-end, de l'ancien Premier ministre socialiste français ...

...Michel Rocard, car considéré comme un émissaire du nouveau Président François Hollande, dont Téhéran espère une amélioration des relations bilatérales.

Reçu samedi par le chef de la diplomatie Ali-Akbar Salehi puis par un vice-ministre, Michel Rocard a rencontré dimanche le négociateur iranien pour le dossier nucléaire Saïd Jalili -- également secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale ainsi que l'influent président de la commission des affaires étrangères du Parlement Alaeddin Boroujerdi. Jalili a rappelé à M Rocard a quel point l'Iran se sentait mal compris par les pays occidentaux qui en adoptant une politqiue de deux poids deux mesures lui nient le droit d'accès à l'énergie nucléaire à finalité civile. Salehi, ministre des AE a souhaité quant à lui que les deux pays ouvrent un nouveau chapitre dans leur relations bilatérales.

A M Rocard est réservé en effet un agenda unique, pour ne pas dire hors de proportion avec son statut, lui qui est arrivé vendredi en Iran pour une visite privée de trois jours à l'invitation des autorités pour donner notamment une conférence à l'université de Téhéran. Mais cette visite - prévue en avril puis retardée en raison de ses problèmes de santé - est intervenue au lendemain de l'élection du socialiste François Hollande à la présidence française, et Téhéran a saisi l'occasion pour faire une ouverture appuyée en direction du nouveau pouvoir français.

Car en Iran on comprend le pourquoi de tant d'hostilité de la France sarkozyste, de tant d'alignement aveugle sur les positions outre atlantique. Avec la crise économique dont les retombées s'amplifient de jour en jour, la France avait-elle besoin de mettre tant de zèle à sanctionner l'Iran, à se priver d'une présence efficace sur le marché énergétique de l'Iran? Etait-elle contrainte de réduire sa mission diplomatique de geler ses liens commerciaux avec Téhéran? Jamais la France n'aura été autant absente en Iran qu'à l'époque de Sarkozy.

Lors de son entretien avec Michel Rocard, Ali-Akbar Salehi a d'ailleurs «salué la victoire de François Hollande» et espéré qu'elle déboucherait sur «une nouvelle approche pour développer les relations entre Téhéran et Paris dans tous les domaines».

Dès l'élection de François Hollande, Téhéran avait souhaité publiquement qu'elle ouvre «une nouvelle ère» dans les relations franco-iraniennes, mises à mal par la ligne atlantiste du président sortant dans le dossier nucléaire iranien, un nucléaire au quel s'est initié l'Iran dans les années 50 grâce à la France.

Durant les cinq années qu'a duré le catastrophique mandat de Sarkozy, la France a notamment été en pointe depuis pour imposer des sanctions économiques sévères contre l'Iran et céder aux sirènes alarmistes américaines qui voit dans le chantage au nucléaire un levier de pression contre un état iranien plus que jamais hostile à son hégémonie.

Téhéran a choisi de défendre son dossier nucléaire auprès de Michel Rocard en organisant une rencontre avec Saïd Jalili, deux semaines avant une réunion cruciale le 23 mai à Bagdad de l'Iran avec les grandes puissances, dont la France, pour tenter de trouver une solution négociée à la crise. et il espère que ce geste de grande ouverture soit apprécié à sa juste valeur par Paris. Le Président Hollande s'est bien gardé de prononcer publiquement sur ce geste laissant à son entourage le soin de débiter la sempiternelle antienne émise à chaque fois qu'il est question du dossier nucléaire iranien. on ainsi eu droit dès hier à ces dépêches tombées sur les telex :

" Hollande a soigneusement pris ses distances avec cette visite, insistant sur le fait que l'ancien Premier ministre n'était porteur d'aucun message ni investi d'aucune mission".

ou encore :

«La position de François Hollande au sujet du programme nucléaire iranien est connue. L'Iran doit se conformer à ses obligations internationales et respecter les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies en cessant ses activités nucléaires, sans finalité civile crédible», et «coopérer pleinement avec l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA)».

Mais M.Hollande, l'Iran ne s'est jamais soustrait à ses engagements internationaux, dans le cadre de son dossier nucléaire. il ne l'a pas fait, comme le prouve les rapports successifs de l'AIEA. Son espoir à l'approche des négociations de Bagdad, c'est que vous et vos compères occidentaux soyez prêts à le reconnaitre. Ce sera le début de la fin de la crise et peut-être, l'aube d'une relation nouvelle!

IRIB - 12/05/12

 

 

 

 

19:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Campagne "Hollande n'est pas mon président" : les identitaires rassemblent 220 personnes à Nice

 

Campagne “Hollande n’est pas mon Président” : les identitaires rassemblent 220 personnes à Nice
 
 
 
Dans le cadre de la campagne des identitaires Hollande n’est pas mon Président” une manifestation a eu lieu à Nice vendredi soir. Ci-dessous la relation de ce rassemblement par le Bloc Identitaire.

Moins d’une semaine après l’élection de François Hollande à la présidence de la République, c’est à l’appel de Nissa Rebela – les identitaires du Pays Niçois – que 220 personnes se sont rassemblée devant la permanence du Parti Socialiste à Nice.

Ce rassemblement avait comme objectif de rappeler aux socialistes qu’ils n’ont recueilli les suffrages que de 32% des Français en âge de voter, et qu’ils ne jouissent donc pas d’une légitimité suffisante pour lancer des réformes aussi fondamentales pour notre société que le droit de vote des étrangers ou l’accès au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels.

Un responsable des jeunes identitaires de Jouinessa Rebela a rappelé qu’il existait dans notre pays une toute autre jeunesse que celle qu’on a vu “fêter” la victoire de François Hollande sur la Place de la Bastille dimanche soir. Une jeunesse fière des drapeaux de ses ancêtres (dans le rassemblement se côtoyaient drapeaux niçois et drapeaux tricolores). Appelant les très nombreux jeunes présents à la résistance dans les lycées et les facs, il a clairement opposé la génération identitaire à la génération Hollande.

C’est ensuite le délégué local de l’association Nationalité-Citoyenneté-Identité (militant contre le droit de vote des étrangers, et organisatrice des récentes assises “la France en danger”) qui a pris la parole. Dominique Guermouh a comme particularité d’avoir milité pendant plusieurs années dans les rangs du PS, et c’est ainsi en tant que connaisseur qu’il a pu expliciter la vision de la France de nombreux élus et militants socialistes.

Campagne “Hollande n’est pas mon Président” : les identitaires rassemblent 220 personnes à Nice

Philippe Vardon, porte-parole de Nissa Rebela et membre du bureau directeur du mouvement identitaire, a terminé avec un discours vigoureux ponctué de slogans repris par la foule. Un discours qu’il n’a pas conclu en lançant “l’Internationale” mais “Nissa la bella”, l’hymne niçois. Une manière supplémentaire de démonter que nous nous battons au nom de nos traditions, de nos racines, de notre plus vieille mémoire. L’identité contre l’idéologie.

Avec ce rassemblement, mais surtout avec le succès immense rencontré par la campagne “Hollande n’est pas mon Président” (et cela bien au-delà des réseaux militants habituels du mouvement) [voir des exemples sur Novopress], les identitaires démontrent qu’ils seront bien le fer de lance de la lutte politique et culturelle qui va désormais opposer le camp de la défense des racines à la gauche folle.

Plus de photos de ce rassemblement sur le site de Nissa Rebela.

 

Plus de renseignements sur cette campagne sur le site Hollande n’est pas mon Président. On peut y commander affiches et autocollants.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

18:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Révélations sur l'affaire Merah: des hypothèses sérieuses à explorer

Pour Bernard Squarcini, le patron du renseignement intérieur (DCRI) interrogé le 23 mars par « le Monde », Mohamed Merah « s’est radicalisé seul », et son passage à l’acte — l’assassinat de trois militaires et de quatre personnes de confession juive dont trois enfants à Toulouse en mars — relève plus d’un « problème médical » que d’un parcours jihadiste.

Près de deux mois après les faits, il ne resterait donc aucune piste à creuser, aucun réseau à surveiller?

Les éléments du dossier d’instruction, que nous dévoilons ici, montrent au contraire que de nombreuses hypothèses sérieuses restent à explorer.

Une longue préparation, minutieusement calculée

Et que le petit voyou de cité ne s’est pas transformé en terroriste du jour au lendemain, par ses seuls moyens, mais bien à l’issue d’une longue préparation, minutieusement calculée et froidement exécutée. L’impressionnante policière, réalisée en quelques jours, soulève en effet de nombreuses interrogations. Merah utilise de fortes sommes en liquide alors qu’il n’a aucun revenu. Les « », évoqués un temps par le tueur à scooter pour expliquer ses ressources, n’apparaissent pas vérifiés à ce stade des investigations. Le gamin de la cité des Izards, qui a arrêté tôt l’école, sait comment dissimuler ses e-mails ou ses appels téléphoniques. Et que dire du rôle de sa famille, des liens de son frère Abdelkader avec le groupe islamique de Toulouse démantelé en 2008?

Enfin, ses nombreux séjours au Moyen-Orient, celui en Israël, puis au Pakistan et en Afghanistan restent mystérieux. D’après ses propres déclarations, c’est là-bas qu’il aurait suivi une formation paramilitaire. Ces fréquents déplacements lointains posent la question des méthodes de la DCRI. Malgré un signalement dès 2006, Mohammed Merah a pu voyager tranquillement à plusieurs reprises au Moyen-Orient sans jamais être surveillé. Défaillance des services? A-t-on tenté de recruter Merah pour obtenir des renseignements? Curieusement, aucun des documents liés à ces questions ne figure dans le dossier d’instruction.


Le Parisien - 13/05/12 

17:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Marine Le Pen réagit de Perpignan à la candidature de Mélenchon

12/05/12

01:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

L'UEJF réclame l'interdiction du spectacle de Dieudonné à Strasbourg

 

L’Union des Etudiants Juifs de France réclame l’interdiction du spectacle de Dieudonné
  (Cliquez sur la photo pour l'agrandir)
 
 

12/05/12 – 14h00
STRASBOURG (NOVOpress)
– Le comique Dieudonné n’en finit plus de susciter des appels à la censure et à l’interdiction.

Alors que les spectacles anti-chrétiens et les concerts anti-français sont vertueusement défendus par médias et bien pensants au nom de la “liberté d’expression“, le positionnement antisioniste du comique d’origine camerounaise ne bénéficie pas de la même indulgence.

Ainsi, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) a demandé hier l’annulation pure et simple du spectacle de l’humoriste, programmé le 12 juin prochain au Zénith de Strasbourg. L’UEJF estime que ce spectacle représente une “tribune politique incitant à la haine raciale“.
Jonathan Hayoun, président de l’UEJF, « appelle les dirigeants de la Ville de Strasbourg ainsi que le directeur du Zénith de Strasbourg à annuler au plus vite ».

Crédit photo : eksyt, via Flickr (CC).
[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

01:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Dieudonné interdit de spectacle à Montréal à la suite de l'intervention d'une association juive

L'humoriste très controversé devait présenter de lundi à jeudi prochains quatre représentations du spectacle "Rendez-nous Jésus" au Canada. L'annulation de ses spectacles intervient après la dénonciation de ses "idées haineuses" par une association juive. Une série de spectacles que l'humoriste français controversé Dieudonné devait donner à Montréal la semaine prochaine a été annulé à la suite notamment de protestations d'une association juive.

Le théâtre Corona, où Dieudonné devait présenter de lundi à jeudi prochains quatre représentations du spectacle "Rendez-nous Jésus", a confirmé l'annulation, évoquant "un différend contractuel". L'annulation survient après une intervention du Centre consultatif des relations juives et israéliennes de Montréal auprès du théâtre Corona et de son propriétaire, le groupe Evenko. "Nous sommes satisfaits de constater que M. Dieudonné de par ses rodomontades antisémites et ses provocations haineuses continue de se marginaliser non seulement en France et en Belgique mais ici aussi au Québec", a déclaré le directeur adjoint du centre consultatif, David Ouellette. "Vous savez, en prônant la liberté d'expression, nous croyons aussi que dans une société civilisée comme la nôtre, les idées haineuses comme celles que propage M. Dieudonné devraient être reléguées aux marges de la société", a-t-il ajouté.

Virulent agitateur antisémite

Dans ses démarches auprès du Corona et d'Evenko, le centre avait rappelé qu'"il est notoire que cet individu a depuis longtemps cessé d'être un comédien et s'est transformé en un virulent agitateur antisémite, qui non seulement côtoie et promeut des négationnistes de la Shoah, mais est subventionné par le régime antisémite iranien".

Dieudonné n'est pas au bout de ses peines avec son spectacle, qui a été interrompu par la police mercredi soir à Bruxelles.

Yahoo - 11/05/12



 

01:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Scoop : le candidat FN Michel Thooris, trop pro-israélien pour Marine Le Pen, se fait virer des législatives couvrant Israël

 

Classé dans: Election 2012,France,Géopolitique,Israël |

Le quotidien libanais l’Orient le jour révèle que « le candidat FN aux législatives dans la zone des Français de l’étranger couvrant Israël, Michel Thooris, s’est vu confier une autre circonscription en région parisienne par Marine Le Pen, après s’être démarqué de la ligne du parti ».

Michel Thooris déclarait récemment « la défense des populations des régions juives de Judée et Samarie est au coeur de mon projet politique », ce qui a déplu à Marine Le Pen qui considère la présence des israéliens dans la région comme une « colonisation ».

« J’aurai à coeur de défendre dans l’hémicycle le Grand Israël et sa capitale éternelle, Jérusalem », ajoutait le candidat FN de la 8e circonscription des Français de l’étranger, qui regroupe Israël mais aussi notamment la Turquie, la Grèce et l’Italie.

Marine Le Pen, qui refuse de s’associer à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale éternelle des Juifs, n’a pas digéré la pilule. « Les positions qu’il (Michel Thooris) développe sur le plan géopolitique ne sont pas dans la ligne de la vision internationale du Front national », a déclaré Marine Le Pen jeudi dans un message à l’AFP.

Michel Thooris a paru surpris. « Si elle vous dit ça, c’est que ce doit être le cas ».

La position de Marine Le Pen concernant les Juifs et Israël fait débat. Puis-je avancer qu’en éjectant un candidat FN aussi pro-israélien, elle a signifié que le débat est clos ?

Irai-je jusqu’à supposer que son échec à la présidentielle, et son rejet par une partie de l’intelligentsia juive, lui ont fait baisser les bras ? Des membres d’institutions juives, Richard Prasquier en tête, flirtent avec François Hollande. Si le président du Crif fronce les sourcils pour les alliances nauséabondes de François Hollande avec les plus radicaux antisionistes de l’extrême gauche, il le fait au loin, dans un quotidien israélien, et non dans le Monde, alors qu’il ne rate jamais une occasion de s’évanouir à l’idée que se rapprochent, même de loin, l’UMP et le FN.

Pareil pour Pierre Besnainou, Président du Fonds Social Juif Unifié, qui dans un communiqué publié hier 10 mai, se félicite de l’élection de François Hollande, et rappelle que « des inquiétudes ont pu être évoquées ici ou là. Le Fonds Social Juif Unifié ne s’y associe pas ».

Voilà l’occasion rêvée pour Gil Taïeb de donner aux électeurs dont il sollicite la confiance, les preuves du courage politique qu’ils attendent de lui. Qu’il dénonce le honteux refus de Besnainou, qui soutient Gil Taïeb, de s’inquiéter des appels au boycott d’Israël par les alliés de François Hollande qui nomment « Israël l’état voyou ».

Combien de fois faudra-t-il vous marteler, leaders Juifs de France, que l’ennemi antisémite est à l’extrême gauche ? Vos légitimes sympathies pour les idées humanistes de la gauche du siècle dernier ne vous autorisent pas à « ignorer » que les socialistes se prostituent dans les bras d’une gauche antisioniste. Ne soyez pas les pianistes du bordel.

Et je dis aux Français de l’étranger qui voteront aux prochaines législatives : l’expulsion d’un Michel Thooris vous montre qu’un encarté, de quelque parti qu’il soit, ne peut pas vous représenter : il est le pion de son parti politique, soumis au chantage immédiat de l’expulsion, bien avant que le serviteur de vos intérêts.

Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://www.lorientlejour.com

00:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Zone Euro - La France de Hollande déjà dans le collimateur de Bruxelles

Posté par le 12 mai 2012

 

Tout fraîchement élu président de la République depuis le 6 mai 2012 avec 1 millions de voix en moins que son prédécesseur Nicolas Sarkozy, François Hollande va devoir apprendre la danse du ventre de l’austérité bruxelloise. Il pourra expliquer comment il compte faire pour réduire le déficit public à 3 % d’ici à 2013 en s’appuyant sur les promesses qu’il a osé vendre aux 17,8 millions de français !

En effet, la Commission européenne à Bruxelles vient d’adresser un avertissement à la France, suite au ralentissement de la croissance déjà constatée dans plusieurs pays de la zone euro.

Lire l’intégralité de l’article

00:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

12/05/2012

Mélenchon défie Marine Le Pen à Hénin-Beaumont: "une bataille nationale et internationale"

 

 

M.P. | Publié le 12.05.2012, 11h28 | Mise à jour : 21h20

Jean Luc Mélenchon annonce sa candidature à Henin-Beaumont, le fief de Marine Le Pen.

                    

     

Je propose ma candidature dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais». C'est désormais officiel, Jean-Luc Mélenchon a annoncé lui-même ce samedi qu'il se lançait dans la bataille des législatives face à à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais).

 

«Tout le monde va parler de parachutage, mais tout le monde va commettre la même erreur», a déclaré le leader du Front de gauche sur TF1, au journal télévisé de 20 heures. «Je suis un parachuté depuis que ma mère m'a mis au monde et beaucoup de Français sont comme moi. Il faut arrêter avec ça ! Chaque Français est partout chez lui sur tout le territoire de la République», a poursuivi l'ancien sénateur de l'Essonne.

«Mme Le Pen, que je sache, n'est pas née à Hénin-Beaumont, elle habite le château de Montretout», a-t-il fait valoir. La présidente du dispose d'un logement dans l'enceinte de cette propriété de Saint-Cloud (Hauts-de-Seine) où vit également Jean-Marie Le Pen, un bien issu de l'héritage Lambert.

«Il n'y aura pas de bataille de chiens»


Plus tôt dans la journée, en déplacement dans le fief de l'ancienne candidate FN à l'élection présidentielle, l'eurodéputé a tenu une conférence de presse qui a relancé les hostilités avec sa rivale de l'autre «Front». Objectif : donner une résonance nationale à cet affrontement local.

« Nous mesurons tous le caractère extraordinaire de ce que nous allons entreprendre, a lancé Jean-Luc Mélenchon, grave et solennel. Nous mènerons cette bataille avec conscience, raison et arguments. Il n'y aura pas ici de bataille de chiens que certains espèrent. Je viens parce qu'il y a ici une bataille de dimension nationale et j'ose le dire, internationale. Il s'agit de battre l'extrême-droite ». Pas de «bataille de chiens» donc, mais très vite des mots doux à l'attention de « ce petit prétentieux de Louis Aliot », le vice-président du FN. «Ils ont intérêt à tout calibrer, y compris les blagues ... Je préviens madame Le Pen : je veux une campagne civilisée. Venez débattre, pour une fois »

A l’origine, cette circonscription était dévolue à un candidat communiste, Hervé Poly, secrétaire départemental du PCF, qui sera finalement le suppléant de Mélenchon. Le défi est de taille. Au premier tour de la présidentielle, Marine Le Pen est arrivée en tête des suffrages avec 31 % des voix, le double de Jean-Luc Mélenchon qui n'a recueilli que 14,85 %. Mais au second tour, c’est François Hollande qui s’est largement imposé (60,5%). Un rapport de force a priori favorable à la gauche.

 
Le Parisien

23:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le vrai Jean-Luc Mélenchon

23:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

L’Occident devrait savoir qu’il ne peut intimider la nation iranienne

 

Téhéran.Irna.11 Mai 2012.

 

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré vendredi que l’Occident ne peut utiliser le langage de l’intimidation envers la nation iranienne en faisant notamment pression sur elle.

« La pression ne pourra jamais décourager la nation iranienne de poursuivre ce qu'elle souhaite réaliser » c’est ce qu’ a déclaré le président iranien s'adressant à un rassemblement de citoyens dans le nord de l'Iran.


Le président Ahmadinejad a conseillé aux puissances agressives de ne pas même penser à occuper d'autres pays et de ne pas stocker des bombes atomiques et chimiques.


Évoquant les causes de la chute du régime sioniste l’ayant conduit à un état le plus dégradant qu’il soit, le président iranien a déclaré que son existence même et pensées sont des sources de laideur et de sang.


Il a ajouté que les États sont animés de mauvaise volonté, y compris dans le but d'empêcher la nation iranienne d’accomplir davantage de réalisations.


Toutefois, a souligné le président, ils savent désormais que la nation iranienne va poursuivre ses objectifs avec détermination.

 

01:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Mélenchon, soutenu par le PC, va bien se présenter contre Marine Le Pen à Hénin-Beaumont

sans-titre.png Marine.png

Par Europe1.fr avec Catherine Boullay

 

Publié le 11 mai 2012 à 19h20Mis à jour le 11 mai 2012 à 22h21

 

  

© MAXPPP

Le leader du Front de gauche va bien se présenter à Hénin-Beaumont face à la présidente du FN.

La question était sur toutes les lèvres du landernau politique depuis quelques jours. Jean-Luc Mélenchon ira finalement bien défier Marine Le Pen à Hénin-Beaumont pour les élections législatives, selon les informations d’Europe 1.

Réuni à Lens vendredi soir, le Parti communiste du Pas-de-Calais a approuvé à "une forte majorité" la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans la 11e circonscription du département. Hervé Poly, le premier secrétaire fédéral du parti dans le département, sera son suppléant. Ce dernier n'avait aucune chance de l’emporter face à Marine Le Pen.

"Une bataille homérique", pour Mélenchon

"Cela va être une bataille homérique avec une symbolique extrêmement puissante, puisque c'est le berceau du mouvement ouvrier français", avait lancé vendredi plus tôt dans la journée le patron du parti de gauche. L'ex-candidat à la présidentielle sera présent samedi à Hénin-Beaumont pour rencontrer les militants et tenir une conférence de presse. Vendredi soir, l'ancien candidat à la présidence de la République a publié sur son compte Twitter un bref message : "De retour #Henin Beaumont".

 
De son côté, Marine Le Pen s'est moqué vendredi matin de l'initiative de son rival. "Ce n'est plus de la rage, c'est de l'amour", a-t-elle estimé sur Europe 1 au sujet de la volonté du leader du Front de Gauche de venir la défier à Hénin-Beaumont où le Front national, a réalisé plus de 30% au premier tour de l'élection présidentielle.

Buffet trouve le "geste très courageux"

"Je crois que nous allons créer un élan de rassemblement très important pour garder cette circonscription à gauche", a commenté Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste, vendredi soir sur Europe 1. "Ce serait une anomalie que dans cette circonscription, qui a voté à 60% pour François Hollande dimanche dernier, on se retrouve à l'arrivée par défaut de combat ou d'énergie à gauche avec Marine Le Pen députée", a-t-il ajouté.

Pour sa part, la communiste Marie-George Buffet a exprimé sa satisfaction en apprenant la nouvelle. "Je trouve très courageux de sa part, très beau d'aller de nouveau mener ce combat contre les idées d'extrême droite à Hénin-Beaumont en construisant une réponse à gauche qui puisse l'emporter".

01:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Louis Aliot débat dans "Elysée 2012" sur LCP


http://www.nationspresse.info/?p=169901

 

Louis Aliot, Vice-président du Front National et porte-parole du Rassemblement bleu Marine, est l’invité de l’émission débat « Elysée 2012 » animé par Serge Moati sur La Chaîne Parlementaire. Il débat face à Xavier Lemoine (UMP), maire de Montfermeil, Rama Yade, première vice-présidente du Parti radical, ancienne Ministre et Guillaume Tabard, rédacteur en chef adjoint au journal Les Échos.

Le thème du débat est Droite(s) : Les leçons de l’échec

 

11/05/12

 

00:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen n° 277

00:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

11/05/2012

Législatives 2012 / Vaucluse - Marion Maréchal lance sa campagne aux côtés de Jean-Marie Le Pen

Posté par le 11 mai 2012

 

Marion Maréchal, candidate aux législatives dans la 3e circonscription du Vaucluse, a officiellement lancé sa campagne aux côtés du Président d’Honneur du Front National, Jean-Marie Le Pen.

Entourée d’une nuée de caméras et d’appareils photo, la blonde jeune fille de 22 ans a éclipsé les autres candidats du Front national dans le département, lors d’une conférence de presse organisée à Cavaillon sous l’égide du Président d’Honneur du parti.

« Je ne débute pas réellement en politique car j’ai déjà été candidate, aux municipales à Saint-Cloud et aux régionales en 2010 où j’étais deuxième de liste dans les Yvelines. »

Lire l’intégralité de l’article

23:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Belgique: la police interrompt un spectacle de Dieudonné

11th mai, 2012

La police de Bruxelles a interrompu mercredi soir 9 mai un spectacle de l’humoriste français controversé Dieudonné et dressé un procès verbal pour« propos xénophobes » et « incitation à la haine raciale », ont indiqué jeudi les autorités de la capitale belge.

« Dans la salle [de spectacle], les policiers ont constaté que des propos xénophobes étaient tenus. Ils ont rédigé un procès verbal visant Dieudonné pour propos xénophobes et incitation à la haine raciale », a expliqué le porte-parole du bourgmestre (maire) de Bruxelles, Freddy Thielemans. Dans un premier temps, Dieudonné, régulièrement accusé dans le passé de dérapages antisémites, devait présenter son spectacle mercredi soir à Schaerbeek, l’une des communes de l’agglomération bruxelloise, mais les autorités locales ont interdit sa prestation. Dieudonné et son public se sont alors rabattus sur le Fiesta Bar, une salle située sur le territoire de la ville de Bruxelles.

Lire la suite

 

Contre-info.com

20:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Hollande pour le mariage homosexuel

20:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Dans l'UE, cinq pays autorisent les mariages gays

Par Clotilde Costes Mis à jour le 11/05/2012 à 11:09 | publié le 10/05/2012 à 17:02)

Une figurine sur le gâteau de mariage de deux Islandaises. Le mariage homosexuel est légal en Islande depuis 2010.
Une figurine sur le gâteau de mariage de deux Islandaises. Le mariage homosexuel est légal en Islande depuis 2010.Crédits photo : © Ingolfur Juliusson / Reuters/REUTERS
 
 

INFOGRAPHIE - Le Figaro dresse l'état des lieux des législations européennes sur les mariages ou unions civiles autorisés entre homosexuels.

Sur la question du mariage gay, la diversité des législations et la vigueur des débats en Europe n'ont rien à envier à celles des États américains.

Cinq pays de l'Union européenne offrent aux homosexuels la possibilité de se marier: les Pays-Bas, la Belgique, l'Espagne, la Suède et le Portugal. Hors UE, l'Islande et la Norvège se sont ajoutées à cette liste en 2009 et 2010.

À l'inverse onze pays, principalement de l'Est, leur interdisent toute forme d'union civile ou religieuse.

Quant aux autres (onze pays), ils autorisent des unions civiles, avec des conditions diverses. Au Royaume-Uni, le «partenariat civil» donne le droit à l'adoption, alors qu'en Allemagne le «contrat de vie commune» accorde aux couples homosexuels des droits similaires à ceux du mariage, sauf concernant la fiscalité et l'adoption.


Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie.

Pas de compétences communautaires

En France, une personne «pacsée» (pacte civil de solidarité) peut bénéficier de la sécurité sociale de son partenaire, mais ce contrat ne permet pas l'adoption, et l'héritage n'est pas soumis aux même droits.

Si le Parlement européen a demandé en 2003 «d'abolir toute forme de discrimination (législative ou de facto) dont sont victimes les homosexuels, notamment en matière de droit au mariage et à l'adoption», la Cour européenne des Droits de l'Homme a affirmé en 2004 que «le fait de réserver le mariage à des couples constitués d'un homme et d'une femme relève des prérogatives des lois nationales et ne constitue pas une discrimination».

L'Union européenne dispose de compétences très limitées en ce qui concerne la famille. Cette absence de législation communautaire peut poser des problèmes aux couples homosexuels s'installant dans un autre pays que celui ayant légalisé leur union.

LIRE AUSSI:

 » Une décision applaudie par les stars

 

NdB: Il est à vomir, ce gâteau de gouines !

 

20:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Italie: l'immigration clandestine continue, la Tunisie exhorte l'Italie à la patience...

11/05/2012 – 18h45
ROME (NOVOpress) –
Treize mois ont passé depuis le fameux accord italo-tunisien, qui avait accordé un permis de séjour à tous les clandestins débarqués en Italie, en échange d’une future collaboration entre les deux gouvernements.

À défaut d’action concrète depuis treize mois, le gouvernement tunisien renouvelle ses promesses. Dans un entretien à l’agence de presse italienne AKI, le président tunisien Moncef Marzouqi assure que la Tunisie « collaborera efficacement » avec l’Italie « pour empêcher le phénomène de l’immigration clandestine ».

Marzouqi, qui recevra la semaine prochaine à Tunis le président italien, le vieux communiste Giorgio Napolitano, « exhorte les Italiens et les Européens à comprendre que l’unique solution stratégique pour stopper le problème de l’immigration clandestine est celle du développement de la Tunisie ».

« Mais cela, a poursuivi le Tunisien, demande du temps, même si je suis certain du fait que la Tunisie ira vers une stabilité toujours plus grande et un accroissement de son développement économique ». En attendant, Marzouqi souhaite que les autorités italiennes réservent « un traitement approprié et humain » aux clandestins tunisiens, et qu’elles « prennent patience dans cette phase difficile ». On peut compter sur le gouvernement Monti pour patienter tout le temps qu’il faudra…

Les débarquements sur les côtes italiennes se succèdent à peu près tous les jours. La Gazetta del Mezzogiorno publie  que la nuit dernière un bateau de pêche portant quarante-deux immigrés clandestins a ainsi été intercepté par les gardes-côtes au large de Mazàra del Vallo, dans la province de Trapani en Sicile. À leur arrivée au port, les clandestins ont été immédiatement conduits au centre d’accueil de la ville. « Ce sont tous des hommes, probablement tunisiens ».

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine

19:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

La Grèce peut-elle suivre la trace de l'Islande ?

11/05/2012 – 14h00
PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) –
Tandis que la crise grecque savamment instrumentalisée par les médias du système ne cesse de s’amplifier, l’Islande sans coup férir a mis au pas les banksters britanniques.

L’Islande, petit pays européen, mais non enchaîné aux folles décisions des technocrates bruxellois, écrasée il y a peu par une dette colossale auprès des banques britanniques recouvre progressivement sa liberté. L’Islande s’émancipe peu à peu de l’étau des marchés financiers et avec elle les contribuables islandais.

La Grèce peut elle suivre la trace de l’Islande ?

Peu avant la crise financière de 2008, Geir Haarde (à gauche), Premier ministre islandais, avec Gordon Brown, Premier ministre britannique.

De quoi faire réfléchir les Grecs. Les Islandais ont tout bonnement refusé de payer cette dette datant de 2008 et se sont même payés le luxe de faire démissionner le gouvernement, et surtout de faire réécrire une constitution. Occulté par les médias de l’oligarchie, un fait important s’est déroulé le 23 avril dernier, puisque le verdict concernant l’ancien Premier ministre islandais Geir Haarde (à gauche sur la photo) a été rendu. Comparaissant devant un tribunal spécial à la demande du Parlement, l’ex-Premier ministre a été reconnu coupable de ne pas avoir convoqué de réunion ministérielle pour discuter de la situation qui a conduit le pays au bord du gouffre, alors que le système bancaire islandais implosait et plongeait le pays dans une grave crise.

En refusant l’asservissement, l’Islande montre donc le chemin à suivre aux peuples européens noyés sous les cures d’austérité et les plans de renflouement de la Troïka ?

Effectivement, puisqu’il s’agit d’une véritable révolution démocratique et anticapitaliste à l’heure où d’autres pays comme la Grèce mais aussi certainement l’Espagne ou l’Italie sans oublier la France sont proches de l’asphyxie. La semaine dernière, la Grèce a, lors d’une élection partielle dit non à l’austérité et vient de faire rentrer au Parlement des députés radicaux en se moquant de ce qu’en pensent Moody’s ou les chancelleries. De quoi nourrir l’avenir d’espoir à l’aune de ce qui s’est produit en Islande. La mobilisation du peuple islandais s’est traduite par un succès inespéré en faisant payer le coût de cette crise aux responsables. Ainsi, 93 % des Islandais ont refusé que leur pays assume les dettes privées, et ont rejeté par référendum citoyen le sauvetage des banques capitalistes, laissant plonger certaines d’entre elles. L’Islande, qui a enregistré une croissance de 3,1 % en 2011, vient de donner une leçon aux autres pays européens qui croulent sous la dette.

Crédit photo : Downing Street, via Flickr, licence CC.

[cc] Novopress.info, 2012, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origin

19:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)