Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1588

  • Yvelines: le voleur frappe un enfant de 2 ans

    Les enfants ne sont plus épargnés par les violences contre les personnes. Ce midi, une jeune mère de famille a été victime d'un à la portière aux Mureaux (Yvelines). La conductrice patientait à un situé à l'entrée de la ville, à deux pas de la cité sensible des Musiciens, lorsqu'un adolescent âgé d'une quinzaine d'années a brisé la vitre du côté passager pour lui voler son sac à main.

    La jeune femme s'est accroché à son sac.

     

    Comme elle ne lâchait pas, son agresseur s'est retourné vers son fils de 2 ans et n'a pas hésité à frapper le bambin aux jambes. Immédiatement, la mère a lâché son sac à main et son agresseur s'est sauvé en direction de la cité avec son butin.

    Le garçonnet ne souffre pas de blessures, mais il a été extrêmement choqué par l'agression. A l'arrivée de la police, il hurlait. Les du commissariat des Mureaux ont immédiatement quadrillé le secteur. L'enquête se poursuit.

    Le parisien - 04.03.10
     

  • VIDEO Le Pen au salon de l'agriculture

    http://www.dailymotion.com/video/xcg6tr_salon-de-l-agriculture-front-nation_news

    Le Front National s'est rendue au salon de l'agriculture le mercredi 3 mars 2010 en compagnie de plusieurs tête de liste dont notamment Marie-Christine Arnautu, candidate FN en Ile-de-France. Elle a pu rencontrer plusieurs exploitants et producteurs locaux pour les soutenir clairement sans langue de bois. L'accueil fut chaleureux et réel!

  • Honteux: deux députés allemands suggèrent à la Grèce de vendre ses îles!

    Grèce et ses îles.gif
    (Cliquez sur la carte pour l'agrandir)

    D’après une information diffusée par Reuters, on apprend que deux députés allemands, de la coalition de droite au pouvoir en Allemagne, ont eu le culot de suggérer à la Grèce de vendre ses îles afin de résorber au plus vite sa dette !

    Après la France à la découpe Sarkozyste, le système allemand présidé par Angela Merkel soulève le voile …

    C’est le quotidien Bild qui a repéré ces propos tenus par les députés Josef Schlarmann, membre de la CDU de la chancelière Angela Merkel, et Frank Schäffler, expert en finances publiques chez les libéraux du FDP.

    Le quotidien précise d’ailleurs qu’Angela Merkel, qui reçoit son homologue grec George Papandréou vendredi à Berlin, « ne peut promettre aucune aide à la Grèce« . Le Bild d’en rajouter une couche avec le titre de son article : « Vendez vos îles, vous les Grecs endettés ! Et vendez l’Acropole aussi !« 

    « Ceux qui sont insolvables doivent vendre tout qu’ils ont pour payer leur créditeurs. La Grèce possède des bâtiments, des entreprises et des îles inhabitées, qui pourraient tous être utilisés pour résorber la dette« , précise Josef Schlarmann.

    Un message est plutôt clair à l’attention des Grecs. La solidarité Européenne Mondialiste aurait-elle des limites ? Enfin non, lorsqu’il s’agit de faire disparaitre les nations au profit d’une idéologie pour un gouvernement mondial…

    NPI - 04.03.10

  • Forte avancée de l'extrême droite aux Pays-Bas

    Geert Wilders 4 mars 10.jpg
    Geert Wilders a 46 ans

    Le Parti pour la liberté du député Geert Wilders est arrivée en tête mercredi à Almere et deuxième à la Haye, dans les deux seules villes où il se présentait aux municipales.

    Le scrutin avait valeur de test à trois mois des élections législatives anticipées. Il est plutôt réussi pour le député d'extrême droite Geert Wilders. Mercredi, son mouvement, le Parti pour la liberté (PVV), est arrivé en tête aux élections municipales à Almere et deuxième à La Haye, selon des résultats partiels publiés jeudi. En baisse par rapport à 2006 (58,56%), le taux de participation a atteint 56%, selon une estimation de l'institut Synovate.

    Le PVV, qui se présentait dans ces deux villes seulement, participait pour la première fois à des élections locales depuis sa création en 2006. Le parti de Geert Wilders a ainsi obtenu 21,6% des suffrages à Almere, une ville dortoir de 187.000 habitants située à l'est d'Amsterdam. «Ce qui est possible à La Haye et Almere est possible dans tout le pays. C'est un tremplin pour notre victoire», s'est réjoui le député, dont le parti totalise 9 sièges sur un total de 39 à Almere.

    Le PVV, qui affirme vouloir «lutter contre l'islamisation des Pays-Bas», y devance ainsi le parti travailliste (PvdA). Ce dernier, qui était arrivé en tête aux précédentes élections municipales en 2006, obtient 17,6% des votes soit sept sièges, selon les résultats de 96 des 98 bureaux de vote de la commune.

     

    L'extrême droite déjà bien présente aux européennes de 2009

     

    A La Haye, siège du gouvernement, le parti de Geert Wilders a décroché la deuxième place, derrière le premier parti, le PvdA. Le PVV détient désormais 8 sièges de conseillers municipaux, contre 10 pour le PvdA.

    Mais le parti travailliste n'est pas le seul à devoir se méfier de cette montée en puissance de l'extrême droite. Dans les sondages, le Parti de la liberté devance ou talonne également le parti chrétien-démocrate (CDA), principal parti de la coalition de centre-gauche. Ce dernier avait démissionné le 20 février, victime de ses dissensions sur une éventuelle prolongation de la mission des Pays-Bas en Afghanistan, souhaitée par l'Otan.

    Le PVV n'en est pas à sa première percée. Déjà aux élections européennes de juin 2009, le parti de Geert Wilders avait obtenu 16,7% des voix, arrivant ainsi deuxième derrière le CDA. Il avait alors fait son entrée au parlement européen. Il détient également 9 sièges de députés sur 150 à la chambre basse du parlement néerlandais.

    Selon un sondage réalisé mercredi à la sortie des urnes par l'institut Synovate, si le scrutin avait été une élection législative, le PVV arriverait en troisième position, avec 24 sièges, contre 9 actuellement. Le CDA de l'ancien premier ministre Jan Peter Balkenende resterait le premier parti avec 29 sièges de députés, mais il en perdrait 12. Il continuerait de devancer le parti travailliste qui obtiendrait 27 sièges contre 33 actuellement.

    Le Figaro - 04.03.10

  • VIDEO Evénements survenus à l'issue des matches avec l'Algérie durant octobre et novembre 2009

    http://www.youtube.com/watch?v=WYBy1cnis60

    Le drapeau français est brûlé...

  • La LICRA saisit la justice pour l'affiche anti-islamisme du FNJ

    La LICRA a fait délivrer vendredi 26 février une sommation à Jean-Marie Le Pen et au Front National (FN) de retirer l'affiche « anti-musulmans » qu’ils ont fait placarder en région PACA et mis en ligne sur Internet. Lundi 1er mars les affiches étaient toujours en place et en ligne. Comme elle l’avait annoncé, la LICRA saisit ce jour le président du Tribunal de Grande Instance de Marseille aux fins d’être autorisée à assigner Jean-Marie Le Pen, tête de liste du Front National en région PACA, et le Front National en référé d’heure à heure pour obtenir judiciairement et sous astreinte le retrait de cette affiche. Le président du Tribunal de Grande Instance de Marseille a fait droit à cette requête et a fixé l’audience au 5 mars 9h30 au Palais de justice de Marseille, 6 rue Joseph Autran. La LICRA sera représentée dans cette affaire par Maître Michel Pezet, avocat au barreau de Marseille
    Par Licra Mulhouse - Publié dans : Actualités
    ...............................................................................................................

    Jean-Marie LE PEN comparaîtra vendredi 5 mars 2010 au Tribunal de Grande Instance de Marseille suite aux actions en justice opérées par les professionnels de l’antiracisme suite à la publication de l’affiche « NON à l’islamisme » du FNJ.

    Le Front National appelle l’ensemble des Provençaux, Alpins et Azuréens à venir soutenir notre Tête de liste aux élections régionales.

    Le rendez-vous est fixé à 9h30 devant le Tribunal de Grande Instance de Marseille, 6 rue Jospeh Autran.

    Jean-Marie LE PEN fera un point presse à 10 h 00 devant le Tribunal de Grande Instance.

    Frédéric Boccaletti
    Directeur de campagne de Jean-Marie LE PEN

    NPI - 03.03.10

     


  • Très fortes vagues attendues en Basse-Normandie

    Vagues Calvados Manche.jpg
    (Cliquez sur la photo)

    De très fortes vagues sont attendues jeudi sur les côtes du Calvados et de la Manche avec un risque de "débordement sur le littoral" sous l'effet combiné du vent et d'un fort coefficient de marée, ont prévenu mercredi les autorités préfectorales.

    Les vagues, d'une hauteur moyenne de 2,5 mètre, pourront atteindre localement 3 mètres en raison d'un vent de nord-est de 60 à 80 km/h, conjugué à une marée élevée (coefficient 102).

    Le risque a été identifié sur les côtes ouest du Calvados et est de la Manche, le secteur le plus exposé courant de Port-en-Bessin (Calvados) à Barfleur à la pointe est de la Manche, selon la préfecture de région.

    La préfecture de la Manche invite dans un communiqué à la "plus grande vigilance" et conseille aux riverains de prendre "toutes les précautions utiles afin de parer aux risques ponctuels d?inondations".

    "L?ensemble des maires des communes du secteur concerné ont été avisé du risque par le système d'alerte automatisé", précise le texte.

    "On craint le pire ce soir peu avant minuit et surtout demain midi", a indiqué Benoît Endelin, maire adjoint de Saint-Marcouf (au milieu de la côte est du département de la Manche), où 15 maisons ont été inondées dimanche jusqu'à 1,20 mètre d'eau.

    "Nous sommes en train de pomper depuis 13H00 cet après-midi dans la quinzaine de jardins déjà inondés ce matin", pour limiter les dégâts mercredi soir et jeudi midi, a ajouté M. Endelin.

    "Nous avons prévenu les habitants" de la quinzaine de maison concernées mais personne n'a pour l'heure voulu évacuer, a-t-il aussi indiqué.

    Le Point - 03.03.10

  • Tags sur une mosquée en construction: trois lycéens mis en examen

    get.jpg
    (Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

    Trois lycéens, soupçonnés d'être les auteurs d'inscriptions racistes sur les murs de la future Grande mosquée de Saint-Etienne, ont été mis en examen et laissés en liberté sous contrôle judiciaire, a-t-on appris mercredi auprès du parquet. Ces jeunes, âgés de 18 à 20 ans et inconnus des services de police, sont scolarisés dans un lycée professionnel de Saint-Etienne.

    Ils ont été convoqués devant la justice le 23 mars. D'ici là, ils ont interdiction de se rencontrer et de porter des armes. Un quatrième lycéen, placé en garde à vue lundi soir en même temps que les trois autres, a été libéré, aucun élément n'ayant été retenu contre lui.

    Les prévenus ont dits être des sympathisants d'extrême-droite mais ne feraient pas partie d'un réseau organisé, selon le parquet.

    Le Point - 03.03.10

  • Violences en bandes: nouvelle loi publiée au J.O.

    La loi sur la violence en bandes et à l'école, adoptée par le Parlement le 11 février, a été publiée mercredi matin au Journal officiel.

    Dans son article 1, la nouvelle loi prévoit que "le fait pour une personne de participer sciemment à un groupement, même formé de façon temporaire, en vue de la préparation (...) de violences volontaires contre les personnes ou de destruction ou dégradation de biens est puni d'un an d'emprisonnement et de 15.000 euros d'amende".

     L'article 13 réprime l'intrusion de personnes non autorisées et l'introduction d'armes dans un établissement scolaire, ce qui constitue un délit puni d'un an d'emprisonnement et 7.500 euros d'amende. Dans certaines circonstances (intrusion en réunion avec arme), on peut encourir jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 75.000 euros d'amende.

    Le Parlement avait donné le 11 février son feu vert définitif à ce nouvel arsenal contre la violence en bandes, à l'école et dans les stades, avec un ultime vote du Sénat. La proposition de loi "renforçant la lutte contre les violences de groupes et la protection des personnes chargées d'une mission de service public" avait été rédigée par le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, avant son entrée au gouvernement en juin 2009.

    De "l'éradication des bandes de racailles" (Lefebvre)

    Lors d'une réunion mardi au ministère de l'Intérieur entre le directeur de cabinet, des dirigeants du PSG et des responsables policiers, à la suite des incidents survenus dimanche en marge du match PSG-OM (un supporteur parisien grièvement blessé"), diverses mesures ont été annoncées. Selon un communiqué du ministère, Brice Hortefeux a par ailleurs demandé aux préfets "à Paris, comme dans tous les départements concernés, de faire application immédiate des dispositions nouvelles prévues par la loi sur les bandes ". Ainsi, "les interdictions administratives dont la durée maximale peut désormais être de six mois (au lieu de 3 précédemment) sont portées à 12 mois en cas de récidive, assorties de peines d'emprisonnement en cas de non-respect" de la mesure. Les associations de supporteurs à l'origine de violences ou de troubles à l'ordre public pourront être suspendues ou dissoutes.

    Frédéric Lefebvre s'est félicité mercredi de la publication, le même jour, de la publication au Journal officiel de la loi anti-bandes. Le porte-parole de l'UMP affirme dans un communiqué que la France, et "en particulier l'Ile-de-France", est "gravement touchée par ce phénomène" et souhaite d'une "application très ferme sur le terrain des nouveaux dispositifs".

    "L'éradication des bandes de racailles, qui prennent toujours pour cible les plus fragiles de nos concitoyens dans les quartiers les plus populaires, impose que l'État et les régions travaillent mains dans la main", précise Frédéric Lefebvre dans ce communiqué, arguant de "la généralisation de la vidéo protection" dans et aux abords des lycées, des gares, des centres commerciaux et zones commerçantes. Ce sera "une des conditions (...) pour permettre aux forces de l'ordre (...) de démanteler ces bandes violentes qui font régner la terreur", expose-t-il.

    Le Point - 03.03.10

    Encore un loi pour rien! Mais il s'agit avant tout de rassurer et de tromper les électeurs avant les régionales

    Le problème de la violence en bandes est essentiellement celui de l'immigration massive

  • VIDEO Gollnisch président?

    http://www.dailymotion.com/video/xce92f_gollnisch-président_news

    Ce vendredi 26 février, près de mille frontistes de toute la région Rhône-Alpes se sont retrouvés pour un grand banquet à Lyon, appelé le «Banquet des mille» ! En présence de Bruno Gollnisch et de tous les autres élus régionaux FN, ils ont ainsi publiquement manifesté leur détermination à ne pas abandonner la Région à la décadence et les partis du système !

    Altermedia Info - 03.03.10

  • Le maire de Woippy poursuit le père du jeune tué en scooter

    Le député-maire UMP de Woippy, François Grosdidier, a annoncé ajourd'hui le dépôt d'une plainte pour dénonciation calomnieuse contre le père de Malek Saouchi, mort en scooter au terme d’une course-poursuite avec la police municipale le 20 janvier dernier. L’élu reproche au père de la victime d’avoir rendu publics ses doutes quant à la version donnée par les policiers, à la sortie d’un entretien avec le juge d’instruction en charge de l’affaire.

    Malek Saouchi a ainsi produit une photo d’un véhicule de la police municipale, sur laquelle apparaît l’enfoncement d’une aile du véhicule qui pourrait démontrer, selon lui, le contact entre la voiture et le scooter. "C’est du mensonge pur et simple. Tous nos véhicules sont cabossés! La photo qu’il montre est celle d’un 4x4 qui a glissé sur le verglas le lendemain de Noël", a précisé le maire de Woippy, qui a indiqué vouloir "responsabiliser l’émetteur des dénonciations calomnieuses" par son dépôt de plainte. "Ce que je lui reproche, ce n’est pas d’aller devant le juge d’instruction, c’est d’aller devant les caméras. Moi, je n’ai pas dit tout ce que j’aurais pu dire sur les familles concernées", a ajouté François Grosdidier.

    L’élu a également appelé "l’avocate [des parties civiles] à se responsabiliser, et pas qu’elle se répande dans les bistrots de Woippy, comme elle n’a pas manqué de le faire". Maître Liliane Glock, avocate de la famille de Malek Saouchi, a déploré "qu’on ne laisse pas le juge d’instruction faire un travail de tranquillité : c’est une pression intolérable sur l’instruction". L’avocate a en outre estimé qu’elle n’avait "de leçon de responsabilité à recevoir de personne".

    Le 20 janvier dernier, trois jeunes gens roulaient sans casque et sans éclairage sur un scooter volé à Woippy, lorsqu'ils ont été pris en chasse par un véhicule de la police municipale. Malek Saouchi, le conducteur du scooter, a tenté d'échapper aux forces de l'ordre en s'engageant dans un sens interdit. Il est mort sur le coup, tandis que les deux passagers ont été gravement blessés.

    Le Figaro - 03.03.10

  • VIDEO Sarkozy voulait construire dans les zones inondables

    http://www.dailymotion.com/video/xcfsh4_n-sarkozy-voulait-assouplir-les-rég_news

    Il y a un an, Nicolas Sarkozy estimait qu'il fallait assouplir les règles de construction en zone inondable, sous conditions. Cécile Duflot, pour les Verts, accuse le chef de l'Etat d'avoir mis en péril la loi Littoral.

  • La Halde défend les diseuses de bonne aventure

    La Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l'Egalité vient d'épingler deux arrêtés - pris en 2008 et 2009 - du maire des Saintes-Maries de la mer visant à interdire la présence des diseuses de bonne aventure sur une grande partie de son territoire.

    La Halde, par la voix de son président Louis Schweitzer, considère cet arrêté comme discriminatoire dans la mesure où l'activité de diseuse de bonne aventure est étroitement liée à celle de la communauté gitane.

    La Halde recommande donc au maire de modérer et justifier son prochain arrêté. Le premier magistrat avait justifié cet arrêté par les nuisances et les atteintes à l'ordre public (vol, harcèlement, escroqueries, etc) provoquées par des dizaines de diseuses de bonne aventure dans sa commune.

    La Provence - 03.03.10

  • Tarascon: un policier grièvement blessé lors d'un contrôle routier

    Un policier du commissariat de Tarascon (Bouches-du-Rhône) a été grièvement blessé mercredi vers 1 heure du matin après avoir été vraisemblablement percuté par un véhicule refusant de se soumettre à un contrôle routier. Il a été transporté par hélicoptère à l'hôpital Nord de Marseille dans un état critique.

     Avec un collègue, ce gardien de la paix de 35 ans, père de deux enfants, avait pris en chasse une voiture Clio avec deux occupants qui était en infraction avec le code de la route.

    Mais la Clio s'est brutalement immobilisée sur un chemin de terre en direction d'Arles. Son chauffeur a alors pris la fuite à pied. L'un des policiers l'a alors poursuivi à pied tandis que l'autre est resté sur place pour tenter d'interpeller le passager.

    Le passager aurait écrasé le policier

    C'est alors que le drame s'est produit. Selon les premières investigations, le passager de la Clio aurait pris le volant et écrasé le policier qui tentait de le freiner, avant de prendre la fuite.

    Le parquet de Tarascon a confié l' à la brigade criminelle de la police judiciaire de Marseille.

    «Même s'il survit, notre camarade présentera des lésions terribles et tout ça pour une simple infraction», a déploré le représentant régional du syndicat Alliance, David-Olivier Reverdy.

    Dimanche en Dordogne, un motard avait percuté et tué un gendarme en refusant de s'arrêter à un contrôle routier. Il a été mis en examen et écroué.

    Le Parisien - 03.03.10

  • Deux églises profanées à Nantes

    Eglise profanée à Nantes.jpg
    Sur une des portes de la basilique Saint-Donatien
    (Cliquez sur la photo)

    La basilique Saint-Donatien et l'église Saint-Clément ont été vandalisées à moins de deux jours d'écart.

    "Brûle ton église ». L'inscription haineuse a été peinte en grosses lettres grises sur une des portes de la basilique Saint-Donatien. La porte principale, elle, a été recouverte d'un A majuscule entouré d'un cercle, symbole de l'anarchie. Ces dégradations remontent à la nuit de vendredi à samedi.

    D'autres ont été commises dans le même temps à quelques mètres de là, sur le portail et le mur d'enceinte du lycée catholique Saint-Donatien : « Les curés au bûcher, les sorcières en liberté », « Ni Dieu, ni maître ». Tous ces slogans anticatholiques ont été effacés hier matin par les services de Nantes Métropole. Quatre suspects ont été interpellés par la police dans la nuit des dégradations. La direction du lycée et Michel Bonnet, curé de la paroisse Saint-Donatien, ont porté plainte. « Ces propos nous ont choqués, mais ces personnes interpellées n'ont aucun rapport avec notre lycée », confie le chef d'établissement.

    « Pas tolérables »

    « Les inscriptions haineuses, incitant à la violence et à la haine contre une communauté, à la destruction d'un lieu de culte ne sont pas tolérables dans une société de droit où la liberté de culte est garantie par la constitution et la loi », ont réagi dans un communiqué les Jeunes Indépendants de Loire-Atlantique, branche jeune du Centre national des indépendants et paysans (CNI), parti de la droite française.

    Deux jours plus tôt, d'autres dégradations avaient été commises dans l'église Saint-Clément. « Entre dix et quinze chaises ont été cassées. La main d'une statue d'un mètre de Saint-Pierre assis a aussi été brisée. Enfin, une des quatorze stations du chemin de croix a été volée », détaille Yves Chéreau, curé de la paroisse Saint-Clément. Ces actes ont été perpétrés jeudi, dans le courant de l'après-midi. « Quand on laisse une église ouverte, il faut malheureusement s'attendre à ça », réagit l'ecclésiastique, dépité. Lui n'a pas souhaité porter plainte. « Mais si ça recommence, on le fera ! ».

    Précédent à la cathédrale
    En juin dernier, à l'intérieur de la cathédrale de Nantes, une statue du général de Lamoricière avait été recouverte de peinture rouge. Le choix de l'oeuvre souillée ne devait rien au hasard...
    Les dégradations étaient accompagnées d'un écriteau condamnant les actions menées par Lamoricière.

    La Ville de Nantes va porter plainte

    Via son compte twitter, le maire PS de Nantes Jean-Marc Ayrault vient d'annoncer que la Ville allait porter plainte, après la profanation de la basilique Saint-Donatien et de l'église Saint-Clément.

    Jean-Marc Ayrault "assure la communauté chrétienne et l’ensemble des communautés religieuses de son soutien et de sa fermeté face à ces actes de violences et de provocation envers des lieux de culte", explique-t-il. "Les services de la Ville de Nantes et de Nantes Métropole sont intervenus rapidement pour réparer les dégâts dans ces deux églises qui appartiennent aussi au patrimoine de tous les Nantais".

    Jérôme Jolivet - PresseOcéan.fr - 02.03.10

  • Le Conseil de l'Europe réclame la dissolution du British National Party

    british-jobs-for-british-workers-bnp3-206x300.jpg
    Griffin nick.jpg
    Nick Griffin

    STRASBOURG (NOVOPress) 02.03.2010 : Le succès obtenu au Royaume-Uni par le British National Party (BNP) aux élections européennes de juin 2009 n’est pas du goût du Conseil de l’Europe. Avec 6,2 % des voix, le BNP, dirigé par Nick Griffin, a obtenu deux députés qui ont rejoint, au Parlement européen, l’Alliance des mouvements nationaux européens (AMNE) qui regroupe les élus du Front national et ceux du Jobbik hongrois.

    Or dans un rapport rendu public cet après-midi par sa Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI), le Conseil de l’Europe « s’inquiète grandement » de ce que l’élection de ces deux députés, conjointement à la structuration « d’importantes bases de soutien local dans certaines régions », offre au BNP une tribune, « ce qui pourrait conduire au développement du discours ouvertement raciste dans la société britannique ».

    En conséquence, l’ECRI demande au Royaume-Uni « de prendre des mesures pour remédier à l’exploitation du racisme en politique » et rappelle, que, conformément à sa Recommandation de politique générale n° 7 adoptée en décembre 2002, « la loi doit prévoir la possibilité de dissoudre des organisations qui promeuvent le racisme ». En clair : il faut que le Royaume-Uni adopte d’urgence une loi lui permettant de prononcer la dissolution du BNP dont l’un des slogans est : « British Jobs for British Workers ».

    Présidée par un Letton, Nils Muiznieks, la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (Ecri) comprend des membres des 47 pays composant le Conseil de l’Europe (dont la Turquie). La France y est représentée par Marc Leyenberger, avocat au barreau de Strasbourg et membre, depuis septembre 2002, de la Commission nationale consultative des Droits de l’Homme (CNCDH).

    La CNCDH a pour mission d’assurer, auprès du gouvernement français, « un rôle de conseil et de proposition dans le domaine des droits de l’homme, du droit et de l’action humanitaire et du respect des garanties fondamentales accordées aux citoyens pour l’exercice des libertés publiques ».

  • Quand Sarkozy voulait assouplir la loi Littoral...

    Après la tempête.jpg
    Xynthia a tué 52 personnes à ce jour. Après l'émotion, l'heure est aux interrogations.
    (Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

    Cécile Duflot rappelle qu'en 2007, le candidat à la présidence de la République appelait à "ne pas entraver le développement normal des communes".

    Au moment où la polémique sur les constructions en zone inondable prend de l'ampleur, Cécile Duflot a accusé mardi 2 mars Nicolas Sarkozy d'avoir lui-même "mis en cause la loi Littoral" pendant la campagne présidentielle de 2007.
    "La mise en cause de la loi Littoral, c'est le candidat Sarkozy lui-même qui avait commencé. Il avait dit en avril 2007 : il faut assouplir la loi Littoral pour que les communes puissent se développer normalement, c'était à peu près sa déclaration", a assuré la secrétaire nationale des Verts sur France Info.

    Interrogé sur la loi Littoral de 1986 dans un numéro spécial de l'hebdomadaire Le marin paru le 13 avril 2007, le candidat Sarkozy avait déclaré que celle-ci méritait "d'être mise à jour sans pour autant que l'économie générale du dispositif soit bouleversée. Je crois qu'il faut à la fois la renforcer pour mieux lutter contre les cas de détournement qui ont été constatés, et l'assouplir pour ne pas entraver le développement normal des communes, tout en conservant l'objectif général de protection de l'environnement", ajoutait-il.

    Mise en cause de la politique d'urbanisme


    Lundi, lors d'un déplacement en Vendée et Charente-Maritime, le chef de l'Etat a mis en cause la politique d'urbanisme dans ces départements dévastés par la tempête Xynthia. "On ne peut pas transiger avec la sécurité", a-t-il déclaré, appelant à "faire de toute urgence la lumière sur ce drame inacceptable et incompréhensible".
    Cécile Duflot a aussi affirmé qu'au Sénat également on avait essayé "de remettre en cause la loi Littoral". "On sait qu'il y a un an et demi", la Haute Assemblée "a voulu assouplir les règles d'urbanisme", a-t-elle assuré.
    "Il y a eu 100.000 logements construits en zone inondable entre 1999 et 2006, donc très récemment, ce n'est pas des vieilles constructions", a aussi dénoncé la chef de file d'Europe-Ecologie en Ile-de-France pour les régionales.

    (Nouvelobs.com) - 02.03.10

  • Zidane reste avant tout un Algérien

    Zidane.png
    02/03/2010 – 18h08 ALGER (NOVOPress) : Hier soir, Zinedine Zidane était heureux. La preuve : il a souri. Pas fréquent. Il a même parlé : « C’est toujours un plaisir d’être ici, en Algérie. Cette fois-ci, ça coïncide avec la qualification de l’Algérie pour le mondial, ce qui m’a beaucoup réjoui. Ce qui n’est pas uniquement mon cas, beaucoup de gens sont également contents de revoir l’Algérie en coupe du monde. J’ai eu l’occasion de voir les joueurs à l’occasion de leur stage, j’en ai profité pour les encourager. »
    Venu à Alger pour participer à un Tournoi de l’amitié qui opposait l’équipe de France victorieuse de la coupe du monde 1998 à une sélection algérienne, Zinedine Zidane a été accueilli comme un enfant du pays et comme un héros national. Le Sofitel où il logeait était assailli par ses fans et la rencontre s’est déroulée en présence du ministre algérien des Sports et de l’ambassadeur de France. Durant l’échauffement, raconte notre confrère Mustapha Kessous dans LeMonde.fr (photo), « des jeunes surexcités entonnent des chansons à la gloire de « Zizou ». […] Un chanteur de raï, micro à la main, en train d’interpréter un de ses tubes, lui offre une écharpe verte et blanche, couleurs de l’Algérie. Zidane l’enroule autour de sa taille. Puis le même chanteur drape l’icône d’un grand fanion du pays. Le public exulte. »
    Commentaire de Sofiane Gassoum, journaliste algérien à La Nouvelle République : « C’est enfin le retour de l’enfant prodige. Zidane est une fierté pour nous, il ne faut pas oublier qu’il est Algérien d’origine. » La rumeur voulait même que Zidane, après une mi-temps sous le maillot de l’équipe de France, change de camp et aille jouer avec l’équipe d’Algérie. Il ne l’a pas fait. « Ce n’est pas grave, a confié une Algérienne au Monde. Même si Zizou porte le maillot de l’équipe de France, il reste avant tout un Algérien. » Pour l’anecdote, la France de Zidane a battu l’Algérie de Zidane par cinq buts à quatre.
    NOVOpress -02.03.10

  • Radovan Karadzic qualifie de mythe le massacre de Srebrenica

    Karaddzic procès mythe.jpg
    Radovan Karadzic le 1er février 2010

    Une dernière sortie controversée avant l'ajournement du procès.

    L'ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic a qualifié mardi de «mythe» le massacre de Srebrenica et affirmé que des bombardements du siège de Sarajevo avaient été «mis en scène» par les Musulmans de Bosnie.

    Puis, son procès a été ajourné sine die pour des raisons de procédure par le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie de La Haye. L'objectif est de laisser à la chambre d'appel le temps de statuer sur une nouvelle demande d'ajournement des audiences, au 17 juin, déposée par Radovan Karadzic.

    Ce dernier, qui avait boycotté les trois premiers jours de son procès fin octobre 2009 au motif qu'il n'avait pas eu assez de temps pour préparer sa défense, était apparu lundi pour la première fois à son procès, ajourné pendant quatre mois.

    Accusé de génocide, crimes de guerre et contre l'humanité, Radovan Karadzic, qui se défend seul, a poursuivi mardi sa déclaration liminaire, évoquant plusieurs épisodes de la guerre de Bosnie qui figurent dans l'acte d'accusation.

    Il a ainsi affirmé que le massacre qui fit plus de 7.000 morts parmi les hommes musulmans de l'enclave de Srebrenica (est de la Bosnie) en juillet 1995 était «encore un mythe», dénonçant des «mensonges» et affirmant que le nombre de victimes avait été «exagéré».

    «L'expulsion forcée des Musulmans et Croates de Bosnie n'a jamais été notre projet, et nous l'avons encore moins mise en pratique», a assuré Radovan Karadzic, âgé de 64 ans.

    Accusé d'avoir orchestré un «nettoyage ethnique» pendant la guerre de Bosnie, qui a fait 100.000 morts et 2,2 millions de déplacés entre 1992 et 1995, il a rejeté la responsabilité du conflit sur ces deux communautés qui voulaient déclarer leur indépendance de la fédération yougoslave.

    «Le comportement des Serbes était une réponse, une réaction», a insisté l'accusé, qui plaide non coupable. Les Musulmans de Bosnie «nous ont forcé la main, nous devions réagir sinon nous aurions été engloutis».

    L'ancien président de la République autoproclamée des Serbes de Bosnie a aussi affirmé que les Musulmans avaient «mis en scène» deux bombardements, en 1994 et 1995, du marché de Markale qui ont fait des dizaines de morts pendant le siège de la capitale bosniaque Sarajevo.

    «Je suis convaincu qu'il n'y avait peut-être pas de victimes civiles du tout», a poursuivi Radovan Karadzic, qui doit notamment répondre des tirs et bombardements des troupes bosno-serbes sur Sarajevo, qui firent 10.000 morts civils en 44 mois.

    «Nous pouvons prouver qu'ils bombardaient leur propre peuple et qu'ils tuaient leurs propres gens», a-t-il encore dit, accusant l'armée des Musulmans de Bosnie de recourir à ces «ruses» pour pour déclencher l'engagement d'armées occidentales, et notamment de l'Otan, «à leurs côtés».

    «Nous avons toujours dit que nous voulions vivre avec les Musulmans, a-t-il lancé, mais nous pouvions accepter de vivre sous un régime fondamentaliste» tel que le souhaitait selon lui le chef des Musulmans de Bosnie Alia Izetbegovic.

    AFP - 02.03.10