Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2009

La LICRA "désapprouve" l'alliance de Villiers/UMP!

Gaubert De Villiers.jpg
Patrick Gaubert
La LICRA, présidée par l'ex-eurodéputé Patrick Gaubert, a dénoncé jeudi l'arrivée au côté du parti majoritaire et de ses alliés du "supplétif" , président du (souverainiste et conservateur), et "désapprouve" cette alliance.
"Pour la LICRA, tenter de récupérer l'électorat d'un parti connu pour ses positions anti-européennes et son discours intolérable sur l'immigration est une chose.
Recycler le leader de ce parti et lui permettre de se racheter un brevet de bonne conduite et d'honorabilité en est une autre", selon un communiqué de la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme.
"Le discours politique de l'UMP ainsi que celui de la majorité présidentielle n'ont rien à gagner à l'arrivée du supplétif Philippe de Villiers, sauf à "droitiser" voire "extrême-droitiser" leurs propres discours. C'est pour l'UMP cautionner a posteriori les propos intolérables et racistes de M. de Villiers", ajoute la LICRA.
L'organisation non gouvernementale et son président rappellent que M. de Villiers fut "expulsé vigoureusement de la manifestation qu'elle organisait en février 2006 après l'assassinat d'Ilan Halimi alors que M. de Villiers tentait d'y imposer sa présence".
Le président de la LICRA rappelle également qu'il a "combattu" au parlement européen -lors de la précédente législature (2004-09), en tant que député du groupe UMP- "les discours anti-européen et anti-immigré" de M. de Villiers.
La LICRA compte parmi les membres de son comité d'honneur plusieurs personnalités de droite dont l'ancien président de la République Jacques Chirac, le président de la Cour des Comptes Philippe Séguin, l'ex-ministre et ex-présidente du Parlement européen Simone Veil, ou encore l'ex-Premier ministre Alain Juppé.
Le parisien - 13.08.09

 

02:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

"Sirène confiante"

“Israël”, la Turquie et les Etats-Unis doivent participer du 17 au 21 août à des manœuvres aéronavales conjointes en Méditerranée orientale, c’est ce qu’a annoncé, mardi, un communiqué de l’armée israélienne.

Ces manœuvres, les dixièmes du genre en dix ans, sont baptisées “Reliant Mermaid X” (”Sirène confiante”) et permettront d’augmenter la coordination des commandements militaires "lors d’exercices de sauvetage en mer".

Selon le communiqué, huit bâtiments de guerre, quatre hélicoptères et trois avions de reconnaissance et de sauvetage en mer seront impliqués dans ces manœuvres.

Altermedia info - 13 août 2009

Nous sommes tout à fait confiants!

01:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

13/08/2009

"Mein Kampf" vendu 24.000 euros en Angleterre

Mein Kampt.jpg
Exemplaire d'une des premières éditions de Mein Kampf, signé par Hitler
(Cliquez sur la photo pour la voir en entier)

Un exemplaire d'une des premières éditions de "Mein Kampf", signée par son auteur Adolf Hitler, a été vendu jeudi pour 21.000 livres (24.000 euros), a annoncé la maison d'enchères britannique Mullocks.

Le livre a été acheté par téléphone depuis la Russie pendant la vente organisée à Ludlow, dans l'ouest de l'Angleterre, au cours de laquelle un autoportrait du leader nazi a également atteint le prix de 12.300 livres (14.300 euros).

Le livre, qui date de 1925, est dédicacé à Georg Maurer, qu'Hitler avait rencontré à la prison de Landsberg en Allemagne après avoir été condamné pour trahison après le putsch de la Brasserie de 1923, une tentative de prise de pouvoir en Bavière.

Hitler a écrit "Mein Kampf", qui signifie "Mon Combat" en français, au cours de son emprisonnement à Landsberg. Il voulait initialement intituler ce livre "Quatre ans et demi (de lutte) contre les mensonges, la stupidité et la couardise".

Georg Maurer était un responsable nazi local qui a été incarcéré à la même période qu'Hitler mais qui a rompu avec lui après avoir fourni une liste de sympathisants nazis à un journal marxiste.

"Mein Kampf", qui contient des éléments autobiographiques et expose l'idéologie politique du nazisme, a d'abord fait l'objet de tirages restreints puis a été largement diffusé sous le régime nazi (1933-1945).

Le livre était distribué gratuitement aux nouveaux mariés sous le IIIe Reich.

Ce volume est "très, très, très rare" et a suscité de l'intérêt jusqu'en Russie ou aux Etats-Unis, avait expliqué avant la vente à l'AFP le commissaire-priseur Richard Westwood-Brookes.

AFP. 13.08.09

20:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO Les Blancs soumis à l'apartheid en Afrique du Sud - à méditer!

http://www.dailymotion.com/video/x916li_afrique-du-sud-ap...

Documentaire d'Arte sur la discrimination des Blancs en Afrique du Sud qui, au nom de la discrimination positive favorisant les Noirs, crée de fait un apartheid anti-blancs.

19:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Frédéric Mitterrand est un gai franco-tunisien!

Minute-2421-Couv Mitt tunisien.jpg
Minute n°2421 - 12 août 2009

Un Tunisien nommé… Frédéric Mitterrand

A force de pipeulisation du pouvoir, Nicolas Sarközy n’a même pas fait attention qu’il venait de nommer… un étranger au gouvernement ! Ou bien le sait-il et n’en a-t-il que faire ? Pour la première fois dans notre histoire, le ministre de la Culture n’est pas (seulement) français. Il est franco-tunisien ! Un neveu d’un ancien chef de l’Etat qui est binational, c’est vraiment la cerise sur le loukoum.

Entre Frédéric Mitterrand et la Tunisie, c’est une longue histoire d’amour. Débutée dans son enfance, dans le sillage des jupes maternelles – Edith Cahier, épouse Mitterrand, la nièce d’Eugène Deloncle, fondateur du Comité secret d’action révolutionnaire ou Cagoule –, à Hammamet. C’est là que réside, dans une somptueuse villa, la décoratrice Leïla Menchari, une amie de sa mère et une fierté nationale de la Tunisie, qui se définit comme « citoyenne du monde oui, mais méditerranéenne avant tout ».

« On ne pouvait pas souhaiter de meilleure introduction, écrira Frédéric Mitterrand, le raffinement sans le snobisme, la culture dans toutes ses composantes : la connaissance de l’Histoire, un Islam de l’amitié et de la tolérance, le respect fervent des arts populaires, les fixés sur verre, les jardins, les briks au thon, les récits de la Médina de Tunis et les souvenirs des innombrables voyageurs qui ont tous apporté quelque chose et enrichi la mémoire collective. »

« Le plus flamboyant des compagnons » de Ben Ali

La Tunisie, le jeune Mitterrand connaît déjà. Sans y être allé, il en a rêvé. « Enfant, j’étais fasciné par les campagnes d’Hannibal et par la résistance acharnée de Carthage à l’impérialisme romain. Sur cette terre d’Afrique, on cultivait le courage et l’astuce, ces deux vertus que prisent les lycéens timides et désireux de s’affirmer. » Chez lui, son père, le frère de François Mitterrand donc, lui parle de Bourguiba, le héros de l’indépendance, et de Pierre Mendès France, grâce auquel « on s’est réconciliés avec les Tunisiens ». Et puis il y a Claudia Cardinale, la belle et torride Claudia Cardinale, tunisienne depuis trois générations…

Ses goûts changeront, mais pas celui pour la Tunisie, où il trouvera « une atmosphère de solidarité et une chaleur humaine qui me manquaient en France », au point d’en faire son autre pays, et peut-être même le premier, celui où il se sent bien, dans l’odeur des corps et la chaleur des sables et réciproquement. La Mauvaise Vie (Robert Laffont, 2005) témoigne de ses dérives homosexuelles en territoire carthaginois, Une saison tunisienne (Actes Sud, 1995) qu’il s’est fait « Tunisien de cœur ». Tunisien de résidence aussi : il vit une partie de l’année à Hammamet, où il possède une villa que l’on prétend digne de son esthétisme.

Le président Zine el-Abidine Ben Ali a eu beau renverser Bourguiba, le héros de son enfance, en 1987, Frédéric Mitterrand reste fidèle à son deuxième pays. Le jeune Ben Ali – il a 41 ans lorsqu’il prend le pouvoir – est de ces hommes forts auprès desquels il lui faut être introduit. Il le sera jusqu’à devenir « le plus flamboyant des compagnons du régime tunisien de Ben Ali », malgré les atteintes avérées aux droits de l’homme dénoncée par l’ensemble de la gauche française mais qui ne pèsent pas lourd, à ses yeux, face à la modernisation du pays à laquelle procède Ben Ali.

Pour la Tunisie, Mitterrand est Tunisien !

Pour la Tunisie, Frédéric Mitterrand va faire beaucoup. Plus que pour la France ? Chacun en jugera. Lorsqu’il réalise Madame Butterfly (1995), très libre adaptation de l’opéra de Puccini, c’est en Tunisie qu’il choisit de le tourner. Pour la beauté des paysages, jurera-t-il, pas pour le moindre coût de production. Et lorsque cet homosexuel assumé se prend à vouloir un enfant, puis un deuxième, ce sont des Tunisiens qu’il choisit, on ne sait trop où on ne sait trop comment, puisqu’il affirme ne pas les avoir adoptés mais qu’il a élevés à Hammamet et qui sont tous deux majeurs aujourd’hui, l’un étant même papa.

A Frédéric Mitterrand, le président Zine el-Abidine Ben Ali, qui en est cette année à sa vingt-deuxième année de règne sans partage, ce qui doit plaire à l’ami des têtes couronnées, va octroyer deux faveurs extrêmement rares : d’abord il le décore de l’ordre du 7-Novembre, la plus haute distinction du régime qui renvoie au 7 novembre 1987, date du renversement de Bourguiba par Ben Ali. Ensuite il lui octroie la nationalité tunisienne et le passeport qui va avec. Et c’est là que ça se complique…

Car si, pour la France, Frédéric Mitterrand, né à Paris de parents français, et ministre de la Culture, est français, ce qui est bien le moindre, pour la Tunisie, il est tunisien. Frédéric Mitterrand est soumis, à chacun de ses voyages en Tunisie, qui étaient très fréquents jusqu’à ce qu’il prenne la tête de la Villa Médicis, aux contraintes administratives que connaissent bien tous les binationaux franco-tunisiens. S’il doit montrer son passeport français pour sortir de France, il lui faut présenter son passeport tunisien pour entrer en Tunisie ! Si par mégarde il l’avait oublié, il peut entrer en Tunisie avec son passeport français mais ne pourra en sortir qu’en s’étant fait refaire un nouveau passeport tunisien, sauf laissez-passer (en fait, un laissez-sortir !) établi spécialement par le ministère de l’Intérieur… Sur un plan strictement juridique, un binational franco-tunisien devient exclusivement tunisien dès qu’il pose un pied sur le sol de Tunisie ! Ça va être simple pour les voyages officiels…

L’article 230 du Code pénal lui a été épargné…

Frédéric Mitterrand va-t-il conserver la nationalité tunisienne ? Selon le Code de la nationalité tunisienne, il semble qu’il ne puisse plus la récuser. C’est à l’Etat tunisien de voir si son entrée au gouvernement française lui permet de demeurer tunisien. L’article 33 de ce code, qui prévoit les cas de déchéance de la nationalité, concerne les naturalisés qui se sont livrés « au profit d’un Etat étranger à des actes incompatibles avec la qualité de Tunisien et préjudiciables aux intérêts de la Tunisie », et encore dans un délai de dix ans à compter de l’acquisition de la nationalité tunisienne. On est prêts à parier que le ministre français de la Culture se gardera, dans ses hautes et nobles fonctions, de perpétrer des actes incompatibles avec sa « qualité de Tunisien ». « La Tunisie est un pays de paix, qui mérite largement qu’on ait foi en son avenir », écrivait-il en avril 2007.

La seule chose qui pourrait lui être reprochée, au regard du droit tunisien, c’est son homosexualité. Le Code pénal prévoit jusqu’à trois ans de prison pour les actes de sodomie entre adultes consentants (article 230). Le Guide du routard met en garde les touristes contre les risques encourus. Et les associations de défense des homos ne cessent de s’étrangler des interdits posés à la pratique de l’homosexualité en vertu de principes « archaïques ».

En décembre 2005, « Têtu », le « magazine gay et lesbien », rapportait la mésaventure d’un médecin parisien de 50 ans qui, ayant des relations sexuelles régulières à Tunis avec un certain Khaled, âgé d’une vingtaine d’années, fut pris sur le fait par la police tunisienne, et fut arrêté et condamné, ainsi que son amant, à six mois de prison, peines confirmées en appel. « Nous étions 80 personnes dans une cellule de 55 mètres carrés, relatera-t-il. On se tassait à trois par matelas. Dans une cellule dite “des étrangers“, j’étais le seul blanc et bien sûr, tout le monde savait que j’étais homosexuel. J’étais régulièrement agressé pour cela. » Grâce à des relations bien placées en France, il sera libéré au bout de trois mois. Khaled, lui, accomplira la totalité de la peine.

On voit cependant mal le pouvoir tunisien découvrir soudain que Frédéric Mitterrand a des mœurs qui tombent sous le coup du Code pénal du pays, ou s’apercevoir que le magazine « Têtu », qui dénonce la répression dont ses lecteurs en goguette peuvent faire l’objet à Tunis, avait pour chroniqueur, jusqu’à ce qu’il entre au gouvernement de François Fillon, Frédéric Mitterrand en personne. Lequel écrivait dans sa dernière chronique : « Je regrette qu’Andy Warhol ne m’ait pas filmé au lit avec Ultra Violet, et que Robert Mapplethorpe ne m’ait pas crucifié en string et soutien-gorge. »

Sous la signature de Ftouh Souhail, avocat au barreau de Tunis et délégué d’Avocats sans frontières pour la Tunisie, Frédéric Mitterrand a fait l’objet, lors de sa nomination, d’un curieux éloge sur le site drzz.info. Sous le titre « “Notre homme“ au gouvernement », Ftouh Souhail se félicite de l’arrivée au gouvernement d’un « familier de la culture juive », d’un intellectuel qui fut de ceux « qui ont œuvré avec l’ancien président pour instituer un décret qui mémorise une Journée nationale commémorative des persécutions antisémites commises sous Vichy » autant que d’un « un ami de longue date du président Zine el-Abidine Ben Ali ».

Son texte se termine ainsi : « Que cet homme talentueux accepte le poste de ministre de la Culture est un honneur pour la France, mais aussi pour Israël et la Tunisie. Espérons que son aura charismatique réussira, via la porte de la culture, à établir la voie du dialogue entre Tunis et Jérusalem. » Sans vouloir être rabat-joie, ce n’est pas ce qu’on attend, en priorité, d’un ministre français de la Culture.

Céline Pascot - MINUTE

19:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Et maintenant le CPNT à la gamelle!

Frédéric Nihous.jpg
Frédéric Nihous
Philipe de Villiers a ouvert la voie. Et désormais, l'ouverture, chère à Nicolas Sarkozy, se fait à droite. Le mouvement CPNT (Chasse, pêche, nature, traditions) est en discussion avec Xavier Bertrand sur un rapprochement avec l'UMP.
 
C'est le président  du CPNT, Frédéric Nihous, qui l'annonce dans un entretien au Figaro jeudi. "CPNT est prêt à devenir un partenaire de l'UMP sur la base d'un accord programmatique gagnant gagnant. Le secrétaire général de l'UMP s'est montré ouvert. Si ça marche, on intégrera le comité de liaison de la majorité présidentielle", dit-il. Les raisons d'un tel rapprochement ? "Nous nous sommes longtemps tenus à l'écart des partis politiques classiques", et "jusqu'en 2004, on a pu afficher cette ligne et avoir des élus aux différentes élections", raconte l'ancien candidat à la présidentielle de 2007. "Mais depuis les modes de scrutin ont changé et ils sont défavorables aux petites formations comme la nôtre. On se prend claque sur claque aux élections. Il faut donc savoir dire stop. En ralliant l'UMP, nous ne renions pas nos convictions", affirme-t-il.


Toutefois, à en croire Frédéric Nihous, le choix de l'UMP n'était pas une évidence. Il déclare à ce titre avoir "tendu la main à tout le monde. Le PS ne veut pas discuter avec nous. Seul l'UMP nous propose des choses. Dont acte." "J'ai rencontré Xavier Bertrand en juillet. On a prévu de se revoir début septembre", déclare le président de CPNT, ajoutant qu'il réunira la direction de CPNT en septembre avant un conseil national au mois d'octobre.
 
Ce probable ralliement fait suite à celui il y a quelques jours du Mouvement pour la France (MPF) pour des raisons similaires. Après le score décevant du MPF aux européennes, son président Philippe de Villiers a en effet annoncé qu'il allait rejoindre la majorité présidentielle et faire alliance avec elle en vue des "prochains combats électoraux", à commencer par les régionales de 2010. L'UMP, nouvelle bouée de sauvetage pour petits partis en mal de voix ?

LCI.fr - 13.08.09

18:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un slogan nazi n'est nazi qu'en allemand

 
Jeunesses Hitlériennes drapeau.jpg
"Blut und Ehre"
  La Cour fédérale allemande a estimé jeudi qu'un slogan ne pouvait être interdit dans le pays que s'il était en allemand, et qu'il ne pouvait être sujet à sanction s'il était traduit dans une langue étrangère.

La décision de la plus haute cour de justice fait suite au cas d'une personne jugée pour possession de 100 T-shirts portant la mention en anglais "Blood and Honour", devise qui, en allemand, était celle des Jeunesses hitlériennes.

Un tribunal de Gera, dans l'est de l', avait estimé que le slogan reproduisait la devise d'une organisation interdite et avait condamné l'accusé à une amende de 4.200 euros.
"Blood and Honour" est une organisation internationale extrémiste, dont la branche allemande est interdite.
La Cour fédérale a toutefois jugé que le slogan n'était caractéristique que dans son contexte original et que sa traduction dans une langue étrangère constituait "une différenciation de fond", à condition qu'il ne soit pas associé à un symbole.

Par ailleurs, des perquisitions ont été effectuées jeudi aux domiciles de 12 responsables ou membres présumés d'une organisation d'
, "Frontbann 24", dont le nom s'inspire de l'organisation paramilitaire précurseur des SA nazis, a indiqué la police de Berlin.
60 uniformes de l'organisation ont été saisis, ainsi qu'un couteau, un coup de poing américain, de la drogue et du matériel publicitaire (pins, stylos, etc.) frappé de croix gammées, interdites en Allemagne, a précisé le parquet de Berlin.
Le parisien- 13 août 2009

18:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Les retraites des mères de famille sur la sellette

Dans la prochaine loi de financement de la Sécu, les pères de famille devraient se voir reconnaître de nouveaux droits en matière de retraite. Une réforme qui pénalisera les femmes.

   Les droits à la retraite accordés aux mères de famille pour chaque naissance vont être révisés rapidement. Une réforme est en gestation au nom de « l’égalité de traitement hommes-femmes en matière de prestations sociales » inscrite dans les directives européennes. En outre, un arrêt de la Cour de cassation de février dernier contraint l’Etat français à se mettre en conformité.
 
Le ministère du Travail veut profiter du projet de loi de finances 2010 de la Sécurité sociale pour changer les règles.
La Cour de cassation avait en effet accordé à un père ayant élevé seul ses six enfants le droit de bénéficier des mêmes avantages que les mères. Avantage équivalant à un départ à la retraite anticipée de deux ans par enfant dans le secteur privé (deux trimestres dans la fonction publique). Partenaires sociaux, Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) et ministère ont jusqu’au 23 septembre pour s’entendre. Plusieurs pistes sont à l’étude.

Accorder les mêmes droits aux pères serait coûteux. L’avantage accordé aux mères coûte 4 milliards d’euros par an (6 % des retraites de base). « L’accorder aux pères coûterait plus du double car leurs salaires sont supérieurs », précise Danièle Karniewicz, présidente de la Cnav, qui va afficher pour 2009 un déficit de 7,7 milliards d’euros. Coûteuse, l’option semble écartée.

Des avantages à répartir entre le père et la mère. De l’aveu de Danièle Karniewicz, « la piste la plus probable » consisterait à diviser en deux périodes l’avantage accordé par naissance. La première période pourrait durer un an et serait directement liée à l’accouchement, donc à la mère. La seconde serait accessible au père comme à la mère. Son attribution pourrait être conditionnée par une interruption de l’activité professionnelle de l’un ou de l’autre qui ne pourra excéder un an.

Laisser le choix. Une autre solution « très séduisante », selon la présidente de la Cnav, consisterait à accorder un an à la femme pour l’accouchement et laisser le couple décider de celui ou celle qui bénéficiera de l’avantage restant. Ce dispositif existe en . Mais il pose le problème du libre choix dans certains couples.

Inégalité homme-femme. Jusqu’à présent, les avantages reconnus aux mères de famille avaient pour but de compenser l’inégalité professionnelle dont sont victimes les femmes. Selon la Cnav, une mère arrive à la retraite avec en moyenne « 132 trimestres de cotisations, avantage naissance compris », alors que les hommes affichent 161 trimestres. Conséquence : leur pension ne dépasse pas 77 % de celle des hommes. Réforme ou pas, à la retraite, les femmes resteront perdantes.

Le parisien - 13 août 2009

17:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

JEUX Logique: une énigme de Lewis Carroll

" Il n'y a pas de chat non dressé aimant le poisson;

  Il n'y a pas de chat sans queue jouant avec un gorille;

  Les chats avec moustaches aiment toujours le poisson;

  Il n'y a pas de chat dressé aux yeux verts;

  Il n'y a pas de chats avec une queue, à moins d'avoir des moustaches.

 Question: Les chats aux yeux verts jouent-ils avec les gorilles? "

(Il est plus amusant de trouver soi-même la réponse sans l'aide - possible? - de Google! )

 

 

 

17:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (17)

Clotilde Reiss et le nucléaire iranien

Clotilde Reiss, ressortissante française, est actuellement jugée en Iran pour "action contre la sécurité nationale". Elle encourt une peine de plusieurs années de prison. Sarkozy a balayé l'accusation par des paroles et une attitude méprisantes. Reiss va -t-elle payer pour les barbouzeries du prince de l'ingérence politique à l'américaine et de son valet du quai d'Orsay, auxquelles elle a participé volontairement, semble-t-il, peut être sans en mesurer les conséquences ?

B. Kouchner ingérence humanirtaire.jpg
 
Clotilde Reiss est actuellement jugée en Iran, en même temps qu'une centaine d'iraniens suite aux manifestations violentes post élection présidentielle de Juin 2009. Reiss était employée à l'Universite de Technologie d'Ispahan, l'une des Universités les plus cotées d'Iran, comme maître de conférence, et a été arrêtée à l'aéroport international Imam Khomeini (IKIA) alors qu'elle s'apprêtait à rentrer en France. Toutes les entrées et sorties du territoire iranien se font sous l'étroit contrôle sécuritaire des Gardes de la Révolution Islamique. Son arrestation, et sa détention à la prison d'Evin à Téhéran depuis le 1er Juillet alors que les rapports entre Paris et Téhéran depuis l'élection de Sarkosy en 2007 - qui s'est précipité pour aligner la position de la France sur celle de Washington/Tel Aviv - n'est pas, comme certains ont pu le laisser croire, une mesure de rétorsion de la part du gouvernement iranien.

Lors de ce procès qui vient de démarrer, selon le site iranien www.presstv.ir, Clotilde Reiss a dit "je n'aurais pas dû participer aux manifestations illégales ....je le regrette...je demande pardon au peuple iranien et à la Cour et j'espère qu'ils me pardonneront".

Elle a confirmé sa participation aux manifestations anti Ahmadinejad à Téhéran : " après la fermeture de l'Université Technologique d'Ispahan, faisant suite aux évènements post-électoraux, j'avais prévu de quitter l'Iran. Mais j'ai participé aux manifestations du 15 et du 17 Juin à Téhéran, et j'ai pris des photos et un film" selon ce qu'a rapporté l'agence de presse iranienne Fars News Agency. "J'ai fait cela par curiosité et pour me rendre compte de la situation politique. Je voulais savoir ce qui se passait, j'étais intéressée par l'obtention d'informations sur les manifestations des étudiants en Iran. C'était ma propre décision. Personne ne m'a demandé de faire quoi que ce soit."

Elle a également avoué avoir envoyé des emails à des amis français et membres de sa famille. Elle a ajouté " j'ai écrit un rapport d'une page et l'ai présenté à un responsable au département culturel de l'ambassade de France qui n'était pas un diplomate".

Dans son article du 08/08/09, le site de Press TV précise qu'elle a dit à la Cour qu'elle avait écrit sur le programme nucléaire iranien de même que sur les évènements post vote pour l'ambassade de France. Press TV reprend une information communiquée par l'agence de presse officielle Islamic Republic News Agency.

L'argumentaire de Reiss est peu crédible : d'un côté elle dit avoir agi d'elle -même, mais de l'autre elle dit avoir transmis ses écrits à l'ambassade de France. Qu'elle participe d'elle même aux manifestations est plausible - bien que son père ait répété à plusieurs reprises que sa fille se tenait à l'écart du politique - mais pourquoi écrire un rapport et le présenter à l'ambassade de France à une personne qui n'a pas le statut de diplomate ?

Le rôle joué dans ces manifestations post électorales en Iran par l'ambassade de France est également mis en cause par le gouvernement iranien. Une autre accusée, Nazak Afshar, employée locale de l'ambassade au service culturel, a expliqué que l'ambassade avait demandé à ses employés d'accueillir les manifestants dans ses locaux si cela s'avérait nécessaire en cas d'affrontements. La Sarkobarbouzerie avait-elle prévu de "chauffer" les manifestants et ainsi de provoquer une violente répression de la part des forces iraniennes de maintien de l'ordre ?

L'ingérence étrangère - américaine, française, anglaise- post électorale pour déstabiliser l'Iran est au centre de ces procès.

L'Iran a accusé le gouvernement britannique d'ingérence, et l'un des membres du personnel local de son l'ambassade, un iranien, Hossein Rassam, employé comme analyste politique, est également sur le banc des accusés au coté de Reiss. Rassam a dit à la Cour qu'il avait rassemblé des informations sur les manifestations post électorales pour le gouvernement britannique à la demande de ses supérieurs. " Sur ordre de l'ambassade britannique, on a demandé aux membres locaux du personnel d'être présents dans les manifestations à côté de Tom Burn et Paul Blemey". Rassam a cité deux diplomates anglais expulsés en juin à cause de cela. Rassam a été accusé par le procureur général d'espionner pour le compte d'un gouvernement étranger, d'avoir rencontrer des représentants de groupes politiques, de minorités religieuses et ethniques et des groupes d'étudiants, et d'avoir passer des informations concernant les affrontements en Iran à Londres. Le procès de Rassam a provoqué la fureur du gouvernement britannique, que Téhéran accuse d'avoir orchestrer les manifestations de l'opposition.

Mais Clotilde Reiss, elle, dit avoir fourni son rapport à une personne qui n'a pas le statut de diplomate, mais est responsable au département culturel de l'ambassade.

Selon un article du quotidien français, Le Figaro, du 08/08/09, qui reprend des informations fournies par l'AFP et l'AP, " la jeune femme de 24 ans, accusée d'avoir «rassemblé des informations et encouragé les émeutiers», a admis «avoir écrit un rapport d'une page», remis au patron de l'Institut français de recherche en Iran qui appartient au service culturel de l'ambassade de France." L'IFRI entretient donc des relations "intimes" avec l'ambassade de France en Iran, plus spécialement son service culturel cité à plusieurs reprises.

Dans notre article publié le 09/07/09 intitulé " Sarkozy En Fait Plus Pour Clotilde Reiss Détenue En Iran Que Pour Une Diplomate Française Rouée De Coups En Israël " où nous évoquions l'affaire Reiss, nous avions déjà soulevé la "liaison dangereuse" existante entre cet institut et le Quai d'Orsay dont il dépend directement et également le lien existant entre Reiss et l'IFRI. Cet institut définit sur son site sa mission comme suit " sa mission est la promotion de la recherche en sciences humaines et sociales et en archéologie, sur le «monde iranien» – qui déborde les frontières de l’Iran actuel – , depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours."

Rien à voir donc avec cette collecte d'informations à caractère politique dans un environnement post électoral en proie à de "graves turbulences" provoquées, nous dit le gouvernement iranien, par "l'étranger".

Rien à voir avec la collecte d'informations sur le programme nucléaire iranien collectée par Reiss, selon Press TV.

Clotilde Reiss était en poste à l'Université de Technologie d' Ispahan, ayant internationalement une excellente réputation. C'est au nord d'Ispahan que se trouve le principal site d'enrichissement d'uranium iranien celui de Natanz, dont les activités sont surveillées de près par l'AIEA. Il compte aussi des installations de recherches sur le nucléaire. A la centrale d'Ispahan on va transformer l'uranium enrichi en pastilles de carburant nucléaire.
En avril dernier, le président iranien, Mahmud Ahmadinejad avait révélé que son pays faisait tourner environ 7.000 centrifugeuses à Natanz, et que le pays avait testé "deux nouveaux types de centrifugeuses d'une plus grande capacité que celles existantes".

Reiss n'était pas en poste dans une université de sciences humaines mais bien dans une université technologique de haut niveau. Clotilde Reiss avait également il y a deux ans fait un stage au Commissariat français à l'énergie atomique . Son père est membre du Commisseriat à l'Energie Atomique (CEA), et sa mère de l'armée française. Donc ce qu'avance Press TV sur la collecte d'informations sur le nucléaire iranien est plausible, de même que les charges d'espionnage, c'est un sujet qu'elle maîtrise, elle et sa famille, même si ce n'était pas l'objet de ses études. On comprend aussi "l'émoi" suscité par son arrestation dans les sphères politiques, y compris européennes où la Suède, qui assure la présidence tournante de l'UE, s'est montrée particulièrement virulente à l'égard de l'Iran, a tenu des propos complètement démesurés en disant que ce procès était "un acte contre l'ensemble de l'Union Européenne". et menacé l'Iran de représailles.

Le "patron" de l'IFRI depuis le 1er Septembre 2008, c'est Philippe Rochard, le destinataire du rapport de Clotilde Reiss. Rochard est aussi selon le site Monde Iranien et Indien (http://www.iran-inde.cnrs.fr/spip.php?article228) enseignant chercheur (associé) à l'Université de Strasbourg / Ethnologie Téhéran ( date de mise à jour : 15 avril 2009).

Alors pourquoi Reiss a-t-elle fait passer son rapport à Rochard, patron de l'IFRI, dont les travaux de recherche et publications * n'ont strictement rien à voir avec la situation politique en Iran, encore moins avec le nucléaire iranien, et qui à ses entrées à l'ambassade de France à Téhéran ? On sait à quoi servent les valises diplomatiques : transporter des documents et autres objets destinés à échapper à tout contrôle des forces de sécurité du pays hôte.

L'IFRI serait-il l'un de ces instituts écrans derrière lesquelles s'active la Sarkobarbouzerie du Quai d'Orsay, et Reiss, un fantassin sur le point de tomber au champ d'honneur d'activités qui non seulement discréditent les milieux universitaires et de la recherche française, mais encore mettent en danger personnellement les chercheurs et universitaires français quand ils se rendent dans des pays ou la situation politique est très tendue comme c'est le cas actuellement en Iran ?

La Sarkozy/Kouchner "diplomatie" à l'américaine (ingérence politique à l'étranger type "révolution colorée"), avec ses ratées - l'affaire Reiss- ne fait que discréditer encore un peu plus la France sur la scène internationale en général et diplomatique en particulier.

Désormais, les représentations diplomatiques de la France à l'étranger seront, au même titre que leurs consoeurs US et Britanniques, et Israéliennes, accusées d'être des "nids d'espions".
Alter info - 10 août 2009

00:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

12/08/2009

Le père de Clotilde Reiss reconnaît l'échange d'informations avec sa fille

Rémy Reiss, le père de Clotilde Reiss, ressortissante française arrêtée, en Iran, a déclaré avoir remis, il y a deux ans, aux autorités françaises les informations nucléaires de l'Iran reçues de sa fille Clotilde.

 Selon l'IRNA, Rémy Reiss est le Directeur d'une unité de l'Organisation de l'Energie atomique française. Sa fille a été arrêtée sous l'accusation d'espionnage.

 Clotilde Reiss a déclaré, lors de son procès, qu'elle avait remis, il y a deux ans, aux autorités françaises, des informations sur le nucléaire iranien.

Depuis 1990 et conformément à des circulaires à l'adresse des centres sensibles, comme l'Organisation de l'Energie atomique, les services de renseignements et les centres scientifiques, en France, tous les membres des familles des employés de ces centres doivent être surveillés de près, et lors de leurs déplacements dans des pays, comme l'Iran, la Libye et l'Irak, les services de renseignements du ministère de l'Intérieur français, la DST, doivent en être informés.


Alter info - 12 août 2009

23:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

La France a versé la caution pour Clotilde Reiss

Après plus de vingt-quatre heures d'imbroglio et de joutes diplomatiques verbales sur les modalités de l'arrangement, Luc Chatel, le porte-parole du gouvernement, a confirmé mercredi en fin d'après-midi que la France avait accepté la proposition iranienne d'accueillir temporairement Clotilde Reiss à son ambassade de TéhéranAfin de sortir la jeune femme de sa prison, Paris a notamment dû payer une caution et s'est engagé à ce qu'elle ne quitte pas l'ambassade jusqu'à l'énoncé du verdict, dont le jour n'est pas encore fixé. "Le but du gouvernement, c'est d'obtenir sa libération définitive", a expliqué Luc Chatel sur I-Télé.

Un peu plus tôt, le procureur de Téhéran, Saïd Mortazavi, avait indiqué que le procès de Clotilde Reiss était terminé. Il avait précisé qu'en cas de remise en liberté sous caution, que seul le juge pouvait accorder, elle ne pourrait pas quitter le pays.

Les modalités de cet arrangement constitue un assouplissement de la position française. Mardi, après la proposition de l'ambassadeur d'Iran en France, le Quai d'Orsay avait en effet répliqué avoir déjà expliqué à Téhéran qu'il était prêt à accueillir Clotidle Reiss "dès lors que celle-ci bénéficierait d'une mesure de remise en liberté". Sous-entendu : une remise en liberté totale, sans caution et encore moins sans obligation de résider à l'ambassade. Mais mercredi, à la mi-journée, Luc Chatel, avait déjà nuancé cette position en indiquant attendre "dans les meilleurs délais"  la libération "sous caution dans un premier temps".

LCI.fr - 12.08.09

23:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Une bande de jeunes de l'Essonne a créé l'enfer à Royan

Tentatives de racket, agressions, vols, menaces de , dégradations, intimidations et insultes... Un groupe de jeunes, originaires de la banlieue parisienne, a multiplié les délits dans les rues de Royan (-Maritime) depuis la fin du mois de juillet, terrorisant les habitants et les commerçants proches du front de mer. Les policiers de la ville ont recensé une quinzaine de faits imputables à cette petite bande venue d’Epinay-sous-Sénart ().

  
Dernier épisode en date : le 10 août, vers 16 heures, une trentaine de commerçants, forains et sédentaires, ont voulu en découdre avec plusieurs de ces jeunes après une agression, commise la veille, sur l’un d’entre eux. Ils ont brisé plusieurs vitres et la porte d’entrée du domicile de ces derniers, rue Jules-Lehucher, avant d’être retenus par la police. A l’intérieur, sept garçons apeurés ont rapidement plié bagages avant d’être conduits, sous escorte policière, jusqu’à la gare de Saintes, direction Paris.

 Tentatives de racket contre les commerçants

«Nous avons rencontré une situation pas facile à gérer, reconnaît le commissaire de Royan. Fin juillet, nous nous sommes aperçus qu’une équipe de jeunes venus de Paris était en ville. On en a retrouvé une quinzaine dans un squat d’où on les a délogés. Ils ont ensuite investi un ancien garage réhabilité en logement, rue Jules-Lehucher. Ils se sont toujours montré arrogants et provocants à notre égard et vis-à-vis de la population. »
La tension n’a cessé de grandir entre ces jeunes "vacanciers" et les riverains, excédés par leur comportement. « Nous n’avons pas arrêté d’appeler la police et la mairie pour dénoncer leurs agissements, affirme un habitant, sous couvert d’anonymat. Personne n’a bougé ou trop tard. La situation n’était plus vivable. Ils intimidaient les gens et faisaient peur à tout le monde. Sans compter, les tentatives de racket contre les commerçants. » Selon la police, ces jeunes ont provoqué des incidents dans ou à proximité de commerces avant de tenter d’intimider les responsables de ces magasins ou restaurants.


Ainsi, dans la nuit du 5 au 6 août, les vigiles d’une discothèque refusent l’entrée à plusieurs membres de la bande. Le ton monte. Un coup est porté au visage d’un des agents de sécurité qui use de gaz lacrymogène pour se défendre. Quelques minutes plus tard, l’un des jeunes revient à la charge en expliquant que, dans la bousculade, une paire de lunettes a été brisée. « Il a réclamé 200 € de dédommagement au patron de la discothèque, sous peine de sérieuses représailles. Ils ont recommencé, à deux autres reprises, ailleurs. Un commerçant a cédé », précise une source policière.
L’un des racketteurs, âgé de 21 ans, a été condamné hier à quatre mois de prison ferme. Deux autres ont écopé de deux mois de prison et de 40 heures de travail d’intérêt général (TIG) après des violences et des dégradations.

« La police et nos services ont fait de leur mieux, estime Didier Besson, adjoint au maire de Royan, en charge de la sécurité. Nous avons été confrontés à une bande de jeunes de banlieue "qui ont voulu se comporter comme chez eux". Ici, la population sédentaire est un peu âgée et leur sensibilité à l’insécurité est un peu plus exacerbée qu’en région parisienne.


 Par ailleurs, nous avons eu le plus grand mal à amener les victimes à déposer plainte. »

Le parisien - 12 août 2009

Les peines sont très faibles, a minima...

 

 


 

19:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

L'incendie de Sevran était criminel - règlement de comptes entre trafiquants de drogue ivoiriens

Immeuble sevran incendié.jpg
L'immeuble de la cité des Beaudottes à Sevran

Cinq personnes, un couple, deux enfants et un nourrisson, ont trouvé la très tôt hier matin dans l’incendie de leur immeuble HLM de la cité des Beaudottes à Sevran (Seine-Saint-Denis). Les vingt-neuf personnes intoxiquées par la fumée sont hors de danger. Les rescapés expliquent avoir été pris au piège par les flammes.

Selon eux, le feu aurait pris vers 3 heures à deux endroits de la cage d’escalier, aux septième et deuxième étage. Les pompiers sont rapidement intervenus, venant à bout du sinistre peu après 6 heures. L’origine de l’incendie n’a pas encore été déterminée mais la police judiciaire, chargée de l’enquête, s’oriente vers une piste criminelle.
« 90 % des habitants voulaient déménager »

Hier matin, la colère montait parmi les habitants du quartier attroupés devant le lieu du drame sans quitter des yeux le trou noirci du huitième étage. L’immeuble de dix étages du 6, allée de la Pérouse était connu pour héberger un important trafic de drogue. « C’était de notoriété publique », insiste un riverain.
Entièrement dévasté par les flammes, l’appartement où ont été retrouvés les cinq corps était squatté depuis un an par des occupants d’origine ivoirienne « sans droit ni titre », selon le bailleur, l’Immobilière 3F (I3F). Une procédure judiciaire était en pour les expulser.

« Ici, 90 % des habitants voulaient déménager, rapporte une quadragénaire. Ceux qui arrivaient, il fallait vraiment qu’ils soient dans la m... » Et de dénoncer « le désintérêt » du bailleur et de la municipalité pour le quartier. « Ils sont tous responsables. Ils nous ont abandonnés. Même les gardiens étaient partis », peste-t-elle. Retirés des loges en mars 2008 « parce que leur vie était en danger », selon le bailleur, les gardiens n’étaient jamais revenus.

« La Pérouse, c’était le point noir des Beaudottes, reconnaît-on à la mairie de Sevran. Depuis des années, on tirait la sonnette d’alarme, on frôlait la catastrophe. » « On a mené une bataille pour le retour des gardiens et puis tout s’écroule », déplore le maire (PC), Stéphane Gatignon.
 « En colère », il rappelle qu’un groupement local de traitement de la délinquance était mis en place depuis deux ans dans le quartier.
Une cellule psychologique a été activée dans la journée au service jeunesse de la mairie. Hier soir, les trente-sept familles sinistrées étaient relogées chez des proches ou dans des hôtels. Dans un communiqué, le nouveau secrétaire d’Etat au Logement, Benoist Apparu, a demandé que « toute la lumière soit faite sur les circonstances exactes de cet d’une gravité exceptionnelle ».
Le parisien - 11 août 2009
Ces trafiquants de drogue, connus de toute la cité, ne sont ni punis ni expulsés!

19:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

La France prête à payer une caution pour la libération de Clotilde Reiss

Le procès de Clotilde Reiss est terminé mais la jeune Française, arrêtée le 1er juillet et accusée d'avoir été impliquée dans les manifestations de juin, reste en prison et ne pourra quitter l'Iran avant que soit rendu un verdict, a annoncé mercredi la justice iranienne.

 

"Reiss est en détention mais le procès pour examiner les accusations qui pèsent sur elle est terminé", a déclaré le procureur de Téhéran, Saïd Mortazavi, cité par l'agence Fars.

"Toute décision pour qu'elle soit libérée sous caution ou qu'elle reste en prison appartient au juge", a-t-il ajouté.

"Dans le cas d'une acceptation de la caution et d'une remise en liberté, cette ressortissante française n'a aucunement le droit de quitter le pays jusqu'à ce que soit rendu le verdict", a-t-il précisé.

S'agissant de Mme Afshar, libérée sous caution mardi, M. Mortazavi a souligné que "l'examen des accusations contre elle se poursuivait".

Plusieurs agences de presse iraniennes ont affirmé mercredi que la France avait dit être prête à payer une caution pour obtenir la libération de Mlle Reiss.

L'ambassade de France à Téhéran a envoyé une note officielle constituant un engagement à payer une caution pour la libération de Clotilde Reiss, indique une source politique iranienne non-identifiée citée par ces agences.

Ce document a été transmis à la justice, selon la même source.

Interrogé sur ces informations, Romain Nadal, porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, a déclaré: "Les autorités françaises demandent la libération de Clotilde Reiss et font le nécessaire pour l'obtenir. Elles demandent également l'abandon de toutes les poursuites à l'encontre de Clotilde Reiss et Nazak Afshar".

"Le tribunal peut décider d'une caution lourde pour la libérer jusqu'au moment du verdict", a indiqué à ce sujet M. Mortazavi.

Paris a indiqué plus tôt mercredi qu'une mise en liberté conditionnelle de Clotilde Reiss, assortie d'une assignation à résidence à l'ambassade de France en Iran, des mesures évoquées par l'Iran, ne pourrait constituer qu'une "première étape" avant l'abandon des poursuites judiciaires.

Plus d'une centaine de personnes sont jugées depuis le début du mois d'août devant le tribunal révolutionnaire de Téhéran pour avoir participé aux manifestations post-électorales.

AFP. 12.08.09

18:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le "burkini" interdit à la piscine

Burkini piscine.jpg
Une militante islamique en burkini

Deux mois après la fronde de 65 députés contre le port de la burqa en , une nouvelle affaire est en passe de déclencher les foudres des défenseurs de la laïcité. Cette fois, la polémique n’a pas pris racine à l’Assemblée mais à Emerainville, petite commune de Seine-et-Marne. C’est ici que le 1er août, Carole, musulmane de 35 ans, s’est vu refuser l’accès à la piscine par le maître nageur de service.

 
  Motif invoqué : la direction de la piscine n’accepte pas le « burkini », le maillot de bain islamique avec lequel elle souhaitait se baigner.
Après cette fin de non-recevoir, Carole s’est immédiatement rendue au commissariat de police de Noisiel pour déposer une main courante. Aujourd’hui, cette Française de souche, convertie à l’Islam depuis ses 17 ans, veut aller plus loin en déposant plainte auprès du procureur de la République de Meaux.

 

« Je m’étais dit que cela pouvait m’autoriser le plaisir de la baignade sans trop me découvrir »

Carole avait pourtant déjà eu l’occasion de se baigner à la piscine d’Emerainville dans ce « burkini », composé d’un voile, d’une tunique et d’un pantalon, acheté lors de récentes vacances à (Emirats arabes unis). « En le prenant, je m’étais dit que cela pouvait m’autoriser le plaisir de la baignade sans trop me découvrir, comme le recommande l’islam », souffle-t-elle.
Bien sûr, la jeune femme se doutait bien que sa nouvelle tenue était susceptible de poser problème. « J’avais donc appelé plusieurs piscines du département, se souvient-elle. A la troisième, le maître nageur m’a demandé de venir le voir et de porter la tenue afin qu’il puisse se faire une idée. Il n’y voyait pas de problème, mais m’a prévenue qu’il n’était pas seul à décider. »
Le 27 juillet, vêtue de ce maillot intégral, elle se met donc à l’eau... sous l’oeil médusé des autres baigneurs et recommence les jours suivants en compagnie de ses enfants. Elle achète même un abonnement de 10 heures à la piscine locale...dont l’accès lui a finalement été interdit le 1er août.

« Pour moi, c’est de la ségrégation et je me battrai pour faire changer les choses »

« Je comprends que ça puisse choquer, reconnaît la mère de famille. Surtout que nous sommes en France. Mais ce qui m’ennuie, c’est qu’on m’a fait comprendre qu’il s’agissait d’un problème politique. » Yannick Decompois, directeur général du syndicat d’agglomération nouvelle (San) de Marne-la-Vallée, qui gère les piscines du secteur, affirme de son côté que la question n’est pas là. « Il ne s’agit nullement d’un problème de laïcité, mais tout simplement d’hygiène, comme pour l’interdiction des shorts de bain », justifie-t-il. « Cette dame peut sans problème venir voilée à la bibliothèque. Nous n’y verrons aucun inconvénient. L’erreur est d’avoir laissé passer la chose à la piscine les premières fois. »


Carole, elle, n’entend pas en rester là. Déterminée à saisir la justice, elle compte également alerter le Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) et SOS Racisme. « Pour moi, c’est tout simplement de la ségrégation lance-t-elle. Je me battrai pour tenter de faire changer les choses. Et si je vois que la partie est perdue, je n’exclus pas de quitter la France. »
 

Le Parisien - 12 août 2009

Qu'elle quitte la France! On ne la retient pas!

 

 

 

 

 

 

18:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

VIDEO Imprudence fatale au passage à niveau selon les témoins du drame

http://www.youtube.com/watch?v=ejTXHWPxGaQ

Les témoignages concordent: la conductrice, une mère de famille, a franchi la chicane des demi-barrières après le passage du premier train. Hélas un second arrivait à près de 150 km/h et n'a pu éviter la voiture engagée sur les voies. Bilan 3 morts.

Le Post - 11.08.09

02:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Des bébés éternels

Le reborning.jpg
A Cagnes-sur-mer, dans son salon transformé en atelier, Chantal fait du "reborning"
(Cliquez pour voir la photo en totalité)

Au milieu du salon, sept nourrissons se partagent les canapés sans bouger ni faire le moindre bruit. Et pour cause, les bébés de Chantal Triquet sont faux ! Cette Cagnoise, ancienne assistante de direction, s'est lancée dans le reborning (1), une discipline venue des États-Unis qui consiste à réaliser des poupons plus vrais que nature à partir de poupées existantes ou de modèles standards dédiés à cette pratique.

« J'ai découvert le phénomène à la télé en novembre et je suis immédiatement tombée sous le charme des oeuvres de toutes ces artistes », se rappelle-t-elle. Ni une ni deux, elle commande dès janvier des « kits » sur internet : jambes, bras, tête en vinyle, accompagnés d'un corps en tissu. « On trouve de tout. Personnellement je préfère les touts-petits, depuis le prématuré jusqu'au nourrisson de moins de 3 mois », précise la faiseuse de bébés.

Après réception de ces petits corps vierges, le véritable travail peut commencer. Avec pour objectif la réalisation d'un poupon unique en son genre.

Première étape, peindre la poupée. « J'utilise des peintures très diluées que j'applique en couches successives pour rendre la profondeur et la complexité de la peau du nouveau-né avec ses veines, mais aussi toutes ses rides sur les mains ou les pieds », explique-t-elle. Entre chaque couche, passage obligatoire du bébé au four, à 135°C, pour un séchage optimal.

Place maintenant à la chevelure. Des centaines et des centaines de cheveux et de cils en mohair sont implantés un par un à l'aide d'une petite aiguille. « C'est la partie la plus fastidieuse du travail », reconnaît Chantal, qui s'estime récompensée par la douceur de ces petites têtes qu'elle ne se lasse pas de caresser.

Après ce travail de fourmi, les membres sont lestés avec des billes de verres et de polystyrène de façon à reproduire le poids d'un véritable nourrisson. « Quand vous le portez, il faut d'ailleurs bien penser à lui soutenir la tête », prévient l'artiste qui accompagne la recommandation d'une petite démonstration. « Ils ont une présence incroyable dans les bras, c'est saisissant. ! »

Ne reste plus qu'à habiller ce petit reborn. « J'adore ce moment, confie-t-elle Je leur mets une couche puis je les habille avec des vêtements achetés dans des boutiques traditionnelles. » Une tétine à embout métallique associée à un petit aimant placé dans la bouche peuvent compléter la panoplie. « Certaines personnes âgées qui ont des pace-maker ne tolèrent pas l'aimantation, je n'en mets donc pas de manière systématique », précise Chantal.

Des bébés « adoptés » par les clientes

Chaque nouveau-né factice est alors vendu aux enchères sur Ebay. Mais attention, les clientes n'achètent pas : elles « adoptent ». C'est la terminologie d'usage dans le monde du reborning. En témoigne le certificat de naissance fourni avec le kit et rempli par l'artiste-reborneuse qui donne alors un prénom à sa création. Depuis janvier, Chantal a déjà écoulé dix-sept poupées, la plupart du temps à des collectionneuses, pour des sommes allant de 200 à 400 euros.

 Le succès est tel qu'une clientèle de commande commence à se constituer. « Ce sont souvent des grands-mères qui m'envoient des photos de leur petit-fils ou de leur petite-fille pour que je m'en inspire, explique-t-elle. Elles veulent tout simplement garder un souvenir impérissable du nouveau-né...»

Derrière ces fans inconditionnelles se cachent toutefois un grand nombre de personnes heurtées par cet hyperréalisme revendiqué. Chantal le reconnaît d'ailleurs volontiers : « Soit les gens adorent, soit ils détestent, il n y a pas de juste milieu. » Une chose est sûre : personne ne reste indifférent.

1. le terme newborning peut être utilisé lorsque la poupée est réalisée à partir d'un corps vierge. Par usage, le mot reborning recouvre l'ensemble de ces pratiques.

Nice-Matin - 11 août 2009

Assez malsain...

01:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Nice: deux enfants trouvés morts dans la baignoire

 Une a été ouverte pour homicide après la découverte des corps de deux enfants, morts dans la baignoire de leur domicile, mardi à . La mère des deux enfants a été placée en garde à vue.

Les deux enfants, un garçon et une fille, âgés respectivement de trois ans et demi et deux ans, auraient été retrouvés noyés ou étouffés.

Dans son édition de mercredi, Nice-Matin explique que la mère a téléphoné à son mari en milieu de journée en lui tenant des propos incohérents sur les enfants. Le mari a alors alerté les pompiers et s'est précipité chez lui, où il est arrivé après les secours.

 Le mari et la femme, tous les deux âgés de 39 ans, de nationalité française, avaient emménagé boulevard de la Madeleine, à l'ouest de la ville, il y a trois mois, et n'étaient pas connus du voisinage, pas plus que des services de police, précise Nice-Matin.

A son arrivée chez lui, le mari, qui était accompagné d'un ami, a eu une altercation avec les policiers. Ceux-ci l'ont menotté et l'ont conduit dans leurs locaux où il a été interrogé. Il ne se trouvait pas en garde à vue mardi soir.

Contacté par l'AFP, le parquet s'est refusé à donner ou à confirmer la moindre information sur cette affaire, évoquant seulement une possible conférence de presse mercredi.

Le Parisien - 11 août 2009

00:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Au Cap Black

Médaille de sarközy à la plage.jpg
Une médaille en or brille sur son torse bronzé... Un signe religieux? Mais lequel?
(photo Nice-matin - 11.08.09)

00:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)