Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1591

  • Dubaï exhorte le chef du Mossad à avouer son crime

    Dagan Meir +.jpg
    Méir Dagan, chef du Mossad
    Le chef de la police de Dubaï a exhorté le patron du Mossad , Méir Dagan, à reconnaître la responsabilité de son service dans le meurtre en janvier à Dubaï d'un cadre du Hamas, Mahmoud al-Mabhouh, dans des déclarations publiées aujourd'hui par la presse.

    "Méir Dagan, le chef du Mossad, se doit d'admettre son crime (...) ou d'apporter un démenti catégorique à l'implication de son service. Mais son attitude actuelle témoigne de sa peur. Qu'il s'assume, en homme", a déclaré le général Dhahi Khalfan dans le quotidien Emarat Al-Youm, organe du gouvernement local de Dubaï.

    M. Khalfan --dont la police a mis en cause le Mossad pour le meurtre de Mahmoud Al-Mabhouh, retrouvé mort le 20 janvier dans un hôtel de l'émirat-- a annoncé vendredi posséder "une preuve irréfutable de l'ADN d'un des assassins", outre les "empreintes digitales" de plusieurs autres suspects.

    La police de Dubaï a publié une liste de 26 suspects porteurs selon elle de vrais-faux passeports (12 britanniques, six irlandais, quatre français, trois australiens et un allemand), avec leurs photographies, indiquant que les passeports sont authentiques et les suspects en ont fait une utilisation frauduleuse par usurpation d'identité.

    "Ce qui est sûr jusqu'à présent, c'est que la plupart des meurtriers dont les noms ont été annoncés se trouvent en Israël", a souligné le général Khalfan dans Al-Khaleej, un autre quotidien des Emirats.

    "Dagan et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu seront tous les deux en tête des personnes recherchées (par mandat) international dès lors qu'il sera prouvé que le Mossad est l'auteur du meurtre et que Dagan admettra franchement être responsable de la planification et de l'exécution du crime", ajoute-t-il.

    Les responsables israéliens affirment que rien ne prouve l'implication de leur service secret dans l'assassinat de Mabhouh même si les médias de l'Etat hébreu laissent clairement entendre qu'il est bien responsable de ce crime.

    Le chef de la police de Dubaï s'est félicité de "la bonne coopération" entre ses services et les cinq pays occidentaux dont les passeports ont été utilisés par le commando, au lendemain de son annonce d'un projet de création d'une unité internationale pour la traque des 26 suspects.

    "Il importe de former cette unité d'action pour que les meurtriers et ceux qui se tiennent derrière eux rendent compte" de leur action, a-t-il répété dans Al-Khaleej, soulignant sa détermination à "traquer les assassins où ils se trouvent partout dans le monde".

    Il a en outre estimé que la police de Dubaï devrait se doter désormais d'"une section spécialisée dans la lutte contre le Mossad".


    Le Figaro - 27.02.10

  • Deux conducteurs agressés sur le RER A

    Le trafic du RER A est perturbé depuis jeudi après-midi, certains cheminots ayant cessé le travail après une agression survenue mercredi contre deux d'entre eux à Cergy (Val-d'Oise). «Le trafic est perturbé depuis 15h30, mais il devrait reprendre normalement à la première heure dès vendredi matin, vers 4h40 côté Cergy et 5h52 côté Nanterre», a indiqué une porte-parole du réseau .

    Le RER A dessert Saint-Germain-en-Laye - Poissy - Cergy-le-Haut- Boissy-Saint-Léger - Marne-la-Vallée - Chessy.

     

    «A la suite de l'agression de deux conducteurs mercredi 24 février à 23h20 à Cergy, certains agents de conduite se sont mis en grève», indique la SNCF sur son site. «Les conducteurs agressés sont en arrêt de travail et l'individu qui les a agressés a été interpellé par la police» a indiqué de son côté une porte-parole du réseau Transilien.

    Dans un communiqué, le syndicat Sud Rail indique qu'un «individu, manifestement mécontent de la qualité de service du transport public sur cette ligne, s'en est violemment pris à ces deux cheminots et leur a porté des coups». «Face à cette nouvelle agression, les conducteurs SNCF de la région de Saint-Lazare ont fait usage de leur droit de retrait en début d'après-midi», ajoute Sud Rail.

    Une réunion avec la direction régionale de la SNCF et les a eu lieu dans l'après-midi sur la sûreté et l'organisation de la production de la ligne A du RER, parallèlement à un Comité hygiène sécurité et conditions de travail, indique également le syndicat.

    L'interconnexion entre la partie opérée par la SNCF et celle dépendant de la RATP se fait à la gare de Nanterre-Préfecture.

    Le Parisien - 25.02.10

  • Séismes en chaîne au large du Chili, alerte au tsunami dans tout le Pacifique

    Chili pont routier effondré.jpg
    Un pont effondré à Santiago
    Chili maison en ruines.jpg
    Maison en ruines à Talca, à quelques kilomètres de l'épicentre du séisme
    Chili cadavre secouristes.jpg
    A Talca
    (Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)
    Un puissant séisme de magnitude 8,8 a été enregistré dans la nuit de vendredi à samedi, dans le Pacifique, près de la côte chilienne. Pour l'heure, les autorités chiliennes ont fait état d'au moins 82 morts.

    L'épicentre de la secousse, enregistrée à 3 h 34 locale (7 h 34 en France), a été localisé à 99 km au sud-ouest de la ville chilienne de Talca et à 117 km au nord de Concepcion, également au Chili, a annoncé l'observatoire américain US Geological Survey (USGS). Le séisme a été enregistré à 35 km de profondeur.

    Trois répliques ont ensuite été enregistrées. La première à 3 h 52 (7 h 52 en France), de magnitude 6,2, au nord-ouest de la ville chilienne de Talca. Puis une deuxième réplique a été enregistrée à 4 h 33 locale (8 h 33 en France). Son épicentre a été localisé dans l'océan Pacifique au nord-ouest de la ville de Temuco. Enfin, une troisième réplique - la plus puissante - a été enregistrée à une magnitude 6,9, a annoncé l'observatoire américain US Geological Survey.

    Évacuation de l'île de Pâques

    Les lignes de téléphones et l'électricité sont hors service dans la plus grande partie du pays, rendant ainsi délicat l'établissement d'un premier bilan matériel et humain. "Avec un tremblement de terre de cette ampleur, il est évident que nous ne pouvons pas exclure qu'il y ait d'autres victimes et d'autres blessés", a souligné la présidente du pays, Michelle Bachelet. L'aéroport international de la capitale, Santiago, également touché par le tremblement de terre, a été fermé et tous les vols ont été annulés à titre préventif. Des télévisions chiliennes ont rapporté que plusieurs bâtiments du centre historique de Santiago, pourtant situé à 320 km de l'épicentre, s'étaient effondrés, ainsi que le pont d'une autoroute.

    Michelle Bachelet est actuellement à la présidence pour coordonner les secours. Elle a annoncé l'envoi immédiat de deux bateaux, deux hélicoptères et un avion chargés d'aide à l'île de Robinson Crusoé, au large de Santiago, ensevelie par une vague géante. La marine chilienne a aussi commencé l'évacuation de l'île de Pâques, située à 3.500 km des côtes, en plein Océan Pacifique, en raison d'un risque de vagues géantes.

    Alerte au tsunami

    Les autorités américaines ont émis une alerte au tsunami à l'ensemble des pays du Pacifique. La Polynésie française , le Japon, suivi par l'Australie, la Nouvelle Zélande, l'archipel américain de Hawaii ont tour à tour émis des alertes. Un tsunami est une série de vagues immenses, chaque vague pouvant durer jusqu'à 15 minutes.
    Le Point -27.02.10
    Au moins 122 personnes ont été tuées au Chili par le puissant séisme, d'une magnitude de 8,8, qui a secoué le centre du pays, selon un bilan provisoire communiqué à la presse par le président élu Sebastian Pinera, qui doit prendre ses fonctions le 11 mars.

  • Il saute à l'eau et sauve le petit Eloi

    Grau du roi - sauveteur.jpg
    Romain Ibanez, 25 ans - Le Grau-du-Roi (Gard)
    (Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)
    « Lorsque j’ai pris le petitou dans mes bras et l’ai serré contre moi, son visage était bleu… Je l’ai vite transporté dans le bar, déshabillé, recouvert d’une couverture… ». Hier, au Grau-du-Roi (Gard), Romain Ibanez, le patron du bar Leon, quai Colbert, a sauvé la vie d’Éloi, un petit Parisien âgé de deux ans et demi, tombé dans l’eau glaciale du canal.

    Vers 11 heures, se promenant sur le quai Colbert, l’enfant et sa grand-mère en vacances dans la cité graulenne, donnaient à manger aux canards. A cet endroit, la chaussée mais surtout l’accotement est glissant. La poussette et le petit garçon glissent puis basculent dans le canal. La grand-mère, aurait alors sauté à l’eau pour sauver son petit-fils. « Je crois me rappeler que c’est ma petite sœur qui nous a alertés », raconte Romain, 25 ans. Le jeune homme est alors derrière le bar, son père et associé Frédéric n’est pas loin. Romain se hisse sur la pointe des pieds et aperçoit une tête dans l’eau. Il se précipite puis se jette, sans hésiter dans le canal. « La grand-mère tenait la tête du petit mais n’en pouvait plus. Elle commençait à glisser sous le ponton. A cet endroit, la profondeur dépasse 1,60 m, il y a du courant, surtout ce matin et l’eau était glaciale. Je ne sentais plus mes jambes et pourtant je ne suis resté que quelques minutes », reprend Romain.

    Pendant que le jeune homme récupère le petit garçon transi de froid et tente de se hisser sur la chaussée, Frédéric et un client du bar hissent, tant bien que mal, la grand-mère tétanisée par le froid et extrêmement choquée. « J’ai mis le petitou près du chauffage monté à fond. Il s’est réchauffé et s’est mis à pleurer » ajoute Romain qui avoue alors avoir été soulagé. Arrivés sur place, les pompiers de Terre de Camargue prennent en charge l’enfant cyanosé. La grand-mère, en larmes, et son petit-fils sont transportés par les pompiers au centre hospitalier Carémeau de Nîmes. Ils étaient, hier soir, hors de danger.

    Dans l’après-midi, comme si rien ne s’était passé, Romain a repris sa place derrière le bar. Un peu étonné que l’on vienne lui demander de raconter cette matinée un peu folle. « Alors, chapeau ! C’est bien ce que tu as fait », commente un client, médusé, apprenant le sauvetage du petit Parisien. « J’ai une petite fille de neuf mois à la maison, lui répond Romain. Si elle était victime d’un accident comme celui-là, j’aimerais bien que quelqu’un saute à l’eau pour elle. »
    Le Midi Libre.com - 25.02.10

  • Clinton s'engage pour la carpe farcie

    En plus de promettre qu'elle essaiera de ramener la paix au Proche-Orient, Hillary Clinton, la chef de la diplomatie américaine, s'est engagée aujourd'hui à aider un producteur américain à exporter en Israël de la carpe farcie, le plat traditionnel de la Pâque juive.

    "Il y a des problèmes inextricables, mais celui-ci, on devrait pouvoir le résoudre", a-t-elle lancé en souriant au ministre israélien de la Défense Ehud Barak, qu'elle recevait à Washington.

    Hillary Clinton avait été sollicitée jeudi au Congrès par un représentant de l'Illinois, qui avait fait part des tracasseries rencontrées par un de ses électeurs tentant d'exporter neuf conteneurs de "gefilte Fisch" en Israël. "Je me saisis de cette mission", avait-elle répondu, suscitant les rires des parlementaires.

    Le Figaro - 26.02.10

  • Dieudonné pourra jouer à Orvault (Loire-Atlantique)

    Le Conseil d'Etat a confirmé aujourd'hui le droit de l'humoriste Dieudonné à se produire à Orvault, en Loire-Atlantique, malgré les tentatives de la mairie de cette commune de la banlieue nantaise de faire annuler le spectacle.

    La municipalité avait fait appel en référé d'une décision du tribunal administratif de Nantes, qui lui avait enjoint le 4 février de respecter une convention de location d'une salle communale.

    La mairie avait fait valoir que, lors de la signature de la demande de location de la salle l'Odyssée pour le 11 mars, aucune mention ne permettait "d'identifier directement" l'humoriste controversé pour ses propos antisémites.

    La municipalité avait notamment avancé que le spectacle risquait de donner lieu à des troubles, voire d'enfreindre la législation par son contenu.

    Le Conseil d'Etat a toutefois considéré que ces allégations n'étaient "étayées par aucun élément" et ne justifiaient pas une entrave de la liberté "fondamentale" qu'est la liberté d'expression. La commune a été condamnée à verser 1.500 euros à Dieudonné et à l'organisateur du spectacle.

    Le Figaro - 26.02.10

  • La piste de l'extrême-droite écartée pour les profanations de tombes

    Croix gammées sur tombes profanées.jpg
    (Cliquez sur la photo)
    Trois adolescents de 15 à 16 ans, qui ont reconnu avoir profané 61 tombes dans deux cimetières du Nord, et commis de nombreuses dégradations sur des biens publics et privés depuis novembre, ont été mis en examen jeudi soir, a annoncé vendredi le procureur d'Hazebrouck. Les trois collégiens sont poursuivis pour profanations de sépultures ou de tombes, dégradations en réunion, et provocation à la discrimination raciale, ainsi que vols en réunion et tentatives, a déclaré lors d'une conférence de presse le procureur Ludovic Duprey.

    Ils ont été interpellés jeudi matin par les gendarmes, et n'ont aucun antécédent judiciaire. Les deux plus âgés ont été placés sous contrôle judiciaire. Dans la nuit du 12 au 13 décembre, 17 tombes du cimetière de Cassel avaient été dégradées. Puis dans la nuit du 18 au 19 février, 44 sépultures, dont trois de soldats du Commonwealth, dans le cimetière d'Oxelaëre avaient connu le même sort.

    La piste de l'extrême droite écartée

    Des croix gammées, souvent renversées, ainsi que des tags, parfois à connotation raciste, mais aussi un symbole "Peace and Love" ont été retrouvés, de même que la signature "TDAR", qui désigne leur groupe informel, le "Team des araignées ravageuses". La piste de l'extrême droite, évoquée dans un premier temps, a été écartée. Les collégiens ont expliqué avoir commis ces faits sans motivation idéologique, mais "pour s'occuper, rigoler et faire parler d'eux", a expliqué le magistrat.

    Ils agissaient lors d'expéditions nocturnes, après avoir "fait le mur", en se déplaçant à pied sur des chemins vicinaux. Les adolescents, qui encourent jusqu'à sept ans de prison devant le tribunal pour enfants, n'ont pas vraiment exprimé de regrets. L'un d'eux s'est même dit "content" de la médiatisation des faits d'Oxelaëre, après lesquels ils avaient décidé d'arrêter quelques mois. Ils ont également reconnu des vols dans des véhicules et des dégradations. Une centaine de victimes ont été recensées, mais le préjudice total n'a pas encore été établi.
    Le Point - 26.02.10

  • 24 heures sans eux!

    article_24hsansnous.jpg
    Et si le 1er mars 2010, les immigrés s'arrêtaient de travailler et de consommer durant 24 heures? Ce projet d'action, lancé par un collectif, entend protester contre la politique d'immigration.

    «Nous voulons ainsi exprimer un véritable ras-le-bol de voir les immigrés utilisés par les politiques comme des boucs émissaires en période de crise économique et d'élections», explique Nadia Lamarkbi, présidente de l'initiative «la journée sans immigrés, 24H00 sans nous». Objectif aussi: «marquer la nécessité de notre présence».

    D’où vient l’idée?
    A l’origine du projet, les propos de Brice Hortefeux, le ministre de l’Intérieur, sur un jeune militant UMP d’origine maghrébine lors de l’Université d’été de son parti. «Un déclic», dit Nadia Lamarkbi, qui dit avoir voulu montrer par l’exemple le poids économique des immigrés en France. Elle a alors calqué cette idée de boycott économique sur un vaste mouvement de protestation mené par les Latinos-Américains aux Etats-Unis en 2006 contre la politique d'immigration.

    Pourquoi arrêter de travailler?
    «C'est l'occasion de prouver que la sueur des immigrés fait tourner l'économie française!», souligne Malik Redane, Algérien de 42 ans, travaillant clandestinement sur des chantiers. Pour Seydou Cissé, ingénieur trentenaire d'origine ivoirienne, dans un contexte de crise, ce boycott «peut être une façon très efficace de faire entendre un refus massif de la stigmatisation et de l'instrumentalisation des immigrés et de leurs descendants».

    «C'est notre manière de réfléchir sur la place des immigrés et de leurs descendants en plein débat instrumentalisé sur "l'identité nationale" et de réclamer le respect», conclut Nadia Lamarkbi.

    Qui est concerné?
    Les «immigrés, descendants d’immigrés et citoyens conscients de l’apport essentiel de l’immigration». Assez flou, donc.

    Quel impact peut-on attendre?

    Difficile à chiffrer. Notamment car en France, les statistiques ethniques sont interdites. Les personnes immigrées ou issues de l’immigration travaillent dans tous les secteurs et consomment aussi dans tous les secteurs. Rien ne devrait être paralysé, mais tout devrait être ralenti... à condition que le mouvement soit vraiment suivi. Il ne s’agit pas d’une grève donc comment arrêter vraiment de travailler?

    Quel ampleur pour ce projet?
    Le projet a rapidement tissé sa toile sur le Net. Nadia Lamarkbi avoue avoir été «surprise par l'engouement rencontré sur Internet» via un site, un blog et une adresse Facebook qui compte déjà 5.000 fidèles.

    «Tout a été très vite», dit-elle, «je n'envisageais qu'une action sur Paris mais nous avons déjà 10 comités en province. Nous avons été rejoints par des chercheurs, des politiques, des syndicats, de grandes associations comme le Réseau éducation sans frontières, ainsi que de nombreux citoyens qui nous disent "on n'attendait que cela"».

    Pourquoi le 1er mars?
    La date du 1er mars marque le cinquième anniversaire de l'entrée en vigueur du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile (CESEDA), qui instaurait une immigration «choisie» sur des critères économiques.
    20minutes.fr - 26.02.10

  • Une nouvelle enseigne halal à Nanterre

    Logo HALAL.jpg
    Selon le site d'actualité de la grande consommation lsa.fr,  Hal’Shop, une enseigne alimentaire de proximité dédiée au halal, va ouvrir un premier point de vente début mars à Nanterre (Hauts-de-Seine). Une première.

    Son fondateur, Rachid Bakhalq, un jeune limousin de 30 ans passé par l’agroalimentaire, souhaite proposer un millier de références, dont 300 à 500 directement concernées par la problématique halal (viandes, boissons, confiserie…), dans ce point de vente de près de 200 m².

    La cible de cette nouvelle enseigne ? Le « beurgeois » de la classe moyenne « qui a grandi en France, dont les parents sont musulmans et qui assume sa double culture », décrypte Rachid Bakhalq.

    Seconde cible : le « touriste alimentaire », madame ou monsieur tout le monde, «curieux d’autres cultures ou d’autres saveurs », explique l’ancien responsable commercial de LU France.

    En France, le nombre de consommateurs réguliers de produits halal est estimé à 5 millions, selon une étude 2009 du cabinet de marketing ethnique Solis.
    Cochonnet.jpg
    (Cliquez sur la photo)
    Le Figaro - 26.02.10

  • L'anti-minarets de l'UDC était converti à l'islam depuis deux ans!

    C’est une décharge électrique de très haute fréquence que la conversion à l’islam de Daniel Streich a envoyée aux redoutables activistes de l’extrême droite suisse !

    Comment ne pas se délecter de cette révélation spectaculaire d’un des politiciens très en vue de l’UDC, dont on imagine avec jubilation l’onde de choc interne qu’elle a dû provoquer, terrassant ses tribuns déchaînés qui avaient sonné l’hallali contre l’islam et les minarets ?

    Muré dans un secret bien lourd à porter depuis près de deux ans, Daniel Streich avait poussé l’illusion jusqu’à se faire le héraut fervent des fantasmes du péril vert, en relayant les exhortations furieuses de son parti à interdire les minarets sur le sol de l’eldorado bancaire.

    Face à un dilemme intenable, qui devait confiner à la schizophrénie, Daniel Streich a quitté le navire en novembre dernier, au moment paroxystique d’une chasse aux sorcières qui a basculé dans une odieuse chasse à courre contre les musulmans helvètes.

    Daniel Streich, ou l’histoire d’une saisissante conversion à l’islam au cœur d’un parti néo-fasciste radicalement islamophobe.

    OUMMA.com - 22 février 2010

     

  • Affiche FN: MRAP et LICRA demandent son retrait

    Affiche anti-islam PACA.jpg
    (Cliquez sur l'affiche pour la voir en totalité)
    La Licra et le Mrap ont demandé aujourd'hui, dans des communiqués, le retrait immédiat d'une affiche anti-musulmans placardée par le Front national en région Paca dans le cadre de la campagne pour les régionales.

    Cette affiche, diffusée par le mouvement jeunesse du FN, représente une femme intégralement voilée à côté d'une carte de France recouverte du drapeau algérien sur laquelle se dressent des minarets en forme de missiles, avec en titre "non à l'islamisme". Elle est placardée depuis une dizaine de jours et le plus souvent immédiatement recouverte par des affiches concurrentes et donc rarement visible, selon des journalistes marseillais.

    La Licra (Ligue contre le racisme et l'antisémitisme) indique qu'elle "fait délivrer ce jour (vendredi) une sommation à Jean-Marie Le Pen et au FN de retirer immédiatement" cette affiche qui "constitue une incitation à la haine raciale et un trouble manifestement illicite".

    Le Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples) demande "en urgence, le retrait de l'affiche, l'interdiction de la coller ainsi que la condamnation de ses auteurs".

    Cette affiche fait déjà l'objet d'une plainte depuis Genève, non pour racisme mais pour violation de la propriété intellectuelle, de la part du concepteur suisse de l'affiche pour le oui au récent référendum anti-minarets car il s'estime plagié.
    Le Figaro- 26.02.10
    Il est piquant de constater que les menaces de poursuites contre le FNJ à l’occasion de la publication d’une affiche représentant la France couverte de minarets interviennent en même temps que la fatwa lancée par M. Kadhafi sur la Suisse en raison du vote sur les mêmes minarets. (NPI -26.02.10)

  • Sarkozy absent à l'inauguration du Salon de l'agriculture

    Aïda.jpg
    (Cliquez sur la photo)

    L'absence de à l'inauguration du Salon de l', samedi, fait grincer quelques dents. Premier à dégainer, Jean-Michel Lemétayer, de la FNSEA, a estimé vendredi sur Europe 1 que le Président avait «beaucoup de difficultés avec le monde paysan». Contrairement à ces deux dernières années, le chef de l'état n'inaugurera pas le salon samedi, mais le clôturera le dernier week-end, «plutôt le samedi 6», a indiqué jeudi l'Elysée.

     
      «On aurait bien aimé qu'il inaugure le salon de l'agriculture; cela aurait été un signe de sa volonté de défendre cette profession», a expliqué le président du principal syndicat agricole français. Jean-Michel Lemétayer doit par ailleurs rencontrer mercredi le président de la République pour lui demander une rallonge au plan de soutien au secteur. Nicolas Sarkozy avait annoncé fin octobre à Poligny (Jura) un plan comportant 650 millions d'euros de «soutien exceptionnel de l'Etat» et un milliard d'euros de prêts bonifiés pour permettre à l'agriculture de faire face à une crise «absolument exceptionnelle». La FNSEA voudrait obtenir une rallonge du montant de ces prêts à taux réduit, a précisé son porte-parole.

    A la question de savoir si les agriculteurs et le président se «comprennent», le président de la FNSEA a répondu: «Je pense qu'il n'y a pas toute la compréhension, parce que le président Sarkozy a beaucoup de difficultés avec la campagne, avec le monde paysan».

    Bruno Le Maire : les agriculteurs « ne seront pas déçus »

    Réplique, quelques heures plus tard, sur la chaîne I-Télé, du ministre de l'Agriculture. « Les agriculteurs doivent bien comprendre qu'il y a deux gestes forts dans ce salon. Il y a l'inauguration, que je ferai demain avec le Commissaire européen à l'Agriculture: c'est la première fois», a déclaré Bruno Le Maire. «Et puis, le deuxième signal fort, ce sera la clôture par le président de la République», a-til ajouté.

    A cette occasion, les agriculteurs «auront des signes de soutien fort. Ils ne seront pas déçus parce que le président est à l'écoute du monde agricole. Il a une vraie attention sur le secteur», a-t-il expliqué, sans vouloir en dire plus «avant la semaine prochaine». «L'objectif, ce n'est pas d'annoncer à chaque fois de nouvelles aides», a toutefois précisé Bruno Le Maire, mais «de montrer qu'il y a une perspective pour l'agriculture en France».

    D'après le ministre, «il y aura des choses nouvelles, qui ne sont pas forcément habituelles dans la relation qu'a le président de la République avec le monde agricole. Ce sera le signal d'un rassemblement du monde agricole et l'ouverture de perspectives pour l'avenir».

    La forme que pourrait prendre ce «rassemblement» n'est pas encore connue mais plusieurs hypothèses circulent comme celle d'une «table ronde» avec l'ensemble des organisations syndicales. Des contacts auraient été pris dans ce sens auprès des syndicats.

    André Bouchut (Confédération paysanne): « Une forme de mépris des paysans »

    Des syndicats plus ou moins partagés sur l'absence de Nicolas Sarkozy à l'inauguration du Salon. La Confédération paysanne, syndicat minoritaire, s'est dite «surprise pour ne pas dire choquée». «C'est gênant, on vit la crise agricole la plus importante depuis plusieurs décennies et le fait que le président ne vienne pas le jour de l'inauguration, c'est un signe, soit qu'il n'a pas de solutions soit qu'il a peur des paysans, des manifestations», a déclaré André Bouchut, responsable de ce syndicat proche de la gauche. Pour lui, «c'est une forme de mépris des paysans, en tout cas de la dure période qu'ils sont en train de vivre».

    La coordination rurale (CR), en revanche, ne s'en est pas formalisée. Pour ce syndicat minoritaire, proche de la droite, «cela ne va pas changer grand chose pour les agriculteurs que le président Sarkozy passe au salon. L'important c'est qu'il défende l'agriculture européenne à Bruxelles», a déclaré son président François Lucas.

    Les «Jeunes Agriculteurs» (JA) d'Ile-de-France, organisation proche de la FNSEA, ont déploré de leur côté un «manque d'implication» du chef de l'état à propos de son passage en clôture du salon.

    Le Salon de l'Agriculture se déroule du 27 février au 7 mars, au Parc des Expositions situé porte de Versailles à Paris.

    Le parisien - 26.02.10

  • QUICK halal: le maire socialiste de Roubaix retire sa plainte...

    Le maire de Roubaix (Nord) a annoncé vendredi le retrait de sa plainte pour «discrimination» contre l'enseigne de restauration Quick, qui s'est engagée à chercher une «solution technique».

    Véritable fer de lance de la contestation contre les Quick halal, René Vandierendonck avait souligné à l'automne dernier qu'il n'était «pas gêné qu'il y ait une offre halal, mais ça va trop loin quand on ne propose plus que cela, cela devient discriminatoire».

    Dans sa croisade, il avait même menacé de saisir la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde).

     

    L'heure n'est plus à la polémique : «Des discussions constructives ont repris. Je fais le choix unilatéralement de retirer ma plainte», a annoncé le maire lors d'une conférence de presse. «J'ai reçu l'engagement qu'on recherchait une solution technique activement» pour pouvoir offrir dans un même restaurant des plats halal et non halal, a-t-il expliqué, se disant «persuadé que les voix du dialogue vont déboucher sur une solution».

    Depuis cet automne, comme à Roubaix, certains restaurants Quick ne servent plus que des hamburgers garnis de viande de boeuf venant de bêtes abattues selon le rite halal et où la dinde fumée a remplacé le bacon. C'est le cas à Argenteuil (Val-d'Oise) et Marseille (Bouches-du-Rhône).

    Le Parisien - 26.02.10

  • "Exiger un titre de transport serait suicidaire"

    Lui qui ne s’est jamais mis en maladie en vingt-neuf ans de carrière, est en arrêt depuis un mois, sous somnifères et anxiolytiques. Le 23 janvier, ce conducteur du Noctilien N 02 s’est fait agresser en service à Bastille par un homme de 29 ans, qui voulait lui voler la recette. « Je ne me suis pas laissé faire, mais j’ai appris qu’on me reprochait d’être intervenu. La préférait sans doute perdre 120 € plutôt que d’avoir un arrêt maladie. »

    « Le machiniste n’est pas formé pour séparer deux individus en train de se battre, reconnaît Hans Clausen, le Monsieur Sécurité bus de la Régie. Il ne doit pas quitter son poste, il doit protéger son intégrité physique. Si l’événement le dépasse, il dispose du bouton d’appel discret pour recevoir du renfort du GPSR (groupe de protection et de sécurité des réseaux) ou de la police. »

    C’est que les bus, bien qu’équipés de caméras, ne transmettent pas d’images en direct. « L’enregistrement porte sur les quinze minutes qui ont précédé l’alerte et les quinze minutes qui ont suivi, mais ne peut être utilisé que par la . » La permanence générale à Bercy doit se contenter de l’ambiance sonore du bus, repéré par GPS. « Souvent, ils n’entendent rien et nous rappellent par radio, ce qui n’est pas très discret », assure Gérard, le conducteur agressé, qui avoue faire « une alarme discrète toutes les semaines ».


    Pour lui, « le machiniste est tout seul » en cas d’incident. Il reconnaît ne pas faire de zèle pour mettre en pratique la « bus attitude », la politique de la Régie visant à faire valider leur titre de transport par les voyageurs. « Quand vous avez trente personnes qui chahutent et qui fument dans le bus, c’est irréaliste. Exiger un titre de transport serait
    . Mais tourner le dos quand une jeune fille se fait agresser, on ne peut pas me demander ça. » 

    Le parisien - 26.02.10

     

  • Immigration: ces bus où l'insécurité explose

    Bus 148.jpg
    Les bus de la ligne148 sont escortés par des CRS
    (Cliquez sur la photo)

    Un contrôle qui tourne mal sur le 148, la lunette arrière du bus qui vole en éclats, les véhicules suivants caillassés. Et c’est une fois de plus la cité des Tilleuls, au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), qui se retrouve privée de transports depuis mardi. Mercredi soir, c’était au tour des machinistes de la ligne TVO Argenteuil-Sartrouville de ne plus desservir la cité des Indes après un caillassage de bus.

      En avril, cette violence éclatait au grand jour avec la diffusion sur d’une vidéo montrant l’agression du passager d’un bus de nuit parisien sous les yeux d’un chauffeur impuissant.

    La se refuse catégoriquement à dévoiler ses propres statistiques. Mais selon un rapport interne que nous avons pu consulter, la montée de l’insécurité est réelle. À tel point que les autorités ont décidé en fin d’année dernière de faire escorter par des CRS les lignes chaudes en petite couronne, dont la fameuse 148. Pour les onze premiers mois de l’année 2009, les « atteintes à la sécurité des voyageurs » ont ainsi grimpé de 13 % d’une année sur l’autre. Les vols à la tire, de portables surtout, explosent à bord des bus (+ 63 %). En 2008, 1 223 actes de violence visant des voyageurs sur l’ensemble du réseau tram/bus ont été recensés. Un record. Mais on s’attend à ce qu’il soit pulvérisé en 2009. Par comparaison, en 2005, la RATP n’en avait recensé « que » 900…
    Les « atteintes à la sécurité des agents » (machinistes, contrôleurs, services de sécurité) étaient toutefois en baisse en fin d’année dernière. Ce qui n’empêche pas l’ensemble des agents d’être victimes d’une agression physique et demie et de cinq outrages ou menaces par jour.
    «C’est à l’Etat et à l’uniforme que l’on s’en prend », indiquent des machinistes qui se disent régulièrement confrontés à des phénomènes de bande à l’approche de quartiers sensibles. « Ils arrivent au feu rouge, ils sont capables de bloquer les portes pour faire entrer le maximum de leurs copains. Si vous refusez, le bus est caillassé au retour ou poursuivi en voiture. Une fois à l’intérieur, ils imposent leur loi. »
    Parfois, la situation atteint son paroxysme, comme le 18 novembre, jour du match Egypte - Algérie de la Coupe d’Afrique des nations. Un peu partout en région parisienne, les bus se sont retrouvés assaillis par des supporteurs survoltés qui ont commencé à les caillasser et à grimper sur les toits. A 21 h 30, la préfecture de police a décidé de faire rentrer au dépôt la totalité des bus du réseau. 
     
    Le Parisien - 26.02.10
  • Une dot pour une chèvre - zoophilie au Mozambique

    chèvre dot Mozambique.jpg

    Deux jeunes Mozambicains arrêtés pour avoir forniqué avec une chèvre risquent bien plus que l'amende prévue par la loi: le propriétaire exige réparation sous la forme d'un mariage traditionnel avec l'animal.

    Les deux satyres ont été pris sur le fait par la police, près du village de Mbucuta (centre), a rapporté vendredi le site web de la radio publique Radio Mozambique.

    "L'un des deux jeunes était nu et tenait la tête de la chèvre, tandis que l'autre forniquait avec l'animal", a déclaré un témoin de la scène à la radio.

    Le procureur du district, Leonides Mapasse, a indiqué qu'ils seraient jugés, sans doute pour tentative de vol car l'animal avait été emmené à l'écart.

    Mais l'amende, voire la peine de prison, semble le moindre des soucis des joyeux drilles: selon un membre de la famille du propriétaire, celui-ci veut que les deux hommes payent la "lobola", dot dont la cérémonieuse remise aux parents de la fiancée initie le mariage traditionnel.

    Le Point - 26.02.10

     

  • VIDEO Privé de sa paternité par la justice, Julien Charnolé se bat pour récupérer sa fille

    http://videos.tf1.fr/jt-20h/prive-de-paternite-par-la-justice-5710764.html

    La cour d'appel de Paris confirme l'annulation de la reconnaissance en paternité faite par Julien Charnolé. Ce jeune homme de 29 ans, absent jeudi tout comme son avocat au délibéré, s'est adressé à la justice pour récupérer sa fille biologique, Jeanne, née le 24 août 2006 et abandonnée quelques jours plus tard par sa mère, âgée de 22 ans à l'époque, puis placée dans une famille d'adoption.

    Lors de la naissance de Jeanne, la compagne de Julien Charnolé lui avait annoncé que l'enfant n'était pas de lui et avait affirmé ne pas vouloir le garder. Elle avait expliqué avoir été violée huit mois plus tôt, alors que le couple s'était momentanément séparé. Quelques jours après, elle avait abandonné l'enfant, placé dans une famille du Loiret. C'est seulement un an et demi plus tard, alors que le couple s'était reformé, que l'homme avait appris qu'il était le père, à la suite de tests ADN effectués dans le cadre de l'enquête pour viol. Il a depuis quitté son amie et se bat pour récupérer sa fille.

    "C'est irréversible"

    Mais la justice a repoussé jusqu'à présent toutes ses demandes. Ainsi le TGI de Montargis, le 28 mai 2009, a accordé l'adoption plénière à la famille d'adoption. Il a fait appel du jugement. La cour d'appel d'Orléans, devant laquelle il a contesté cette décision, doit examiner le dossier le 16 mars.

    Parallèlement, le 20 janvier 2009, le TGI de Paris, saisi par l'association de la Famille adoptive française (Faf) qui a trouvé la famille d'adoption à Jeanne, a annulé la reconnaissance en paternité de Julien Charnolé, jugée hors délai. L'intéressé avait contesté cette décision devant la cour d'appel de Paris. Jeudi, cette dernière l'a débouté et a confirmé l'annulation de la reconnaissance en paternité.

    A présent, "l'adoption est en bonne voie", a réagi l'avocat de la famille adoptante, Me Guillaume Le Maignan. "C'est irréversible, la reconnaissance des parents biologiques n'est plus possible". La cour a estimé selon lui que "l'intérêt de cette petite fille est de rester dans sa famille d'adoption" car sa famille biologique "avait trop tardé à la reprendre".

    TF1 News - 25.02.10

    Ndb: Que dira Jeanne plus tard quand elle apprendra que la justice l'a privée de son vrai père? 

  • Kadhafi appelle à la guerre sainte contre la Suisse

    Kahdafi appelle à la guerre sainte contre la Suisse.jpg
    (Cliquez sur la photo)

    Il n'en est plus à une provocation près. Le numéro un libyen Mouammar Kadhafi a appelé jeudi au jihad, ou guerre sainte, contre la Suisse, suite à l'interdiction de la construction des minarets dans la confédération.

    «C'est contre la Suisse mécréante et apostate qui détruit les maisons d'Allah que le jihad doit être proclamé par tous les moyens», a déclaré le colonel Kadhafi dans un discours à Benghazi à l'occasion de la fête du Mouloud qui commémore la naissance du prophète Mahomet.

    «Le jihad contre la Suisse n'est pas du terrorisme»

    «Tout musulman partout dans le monde qui traite avec la Suisse est un infidèle (et est) contre l'islam, contre Mahomet, contre Dieu, contre le Coran», a ajouté Mouammar Kadhafi devant des milliers de personnes et en présence de chefs d'Etat et de représentants de pays islamiques.Pour le numéro un libyen, «le jihad contre la Suisse, contre le sionisme, contre l'agression étrangère (...) n'est pas du terrorisme».

    Les Suisses ont voté fin novembre à une large majorité l'interdiction de la construction de minarets à l'appel de la droite populiste, soulevant un tollé international. Les relations entre les deux pays sont très tendues depuis que le fils et la belle-fille du colonel Kadhafi ont été poursuivis et incarcérés en Suisse pour violence envers des domestiques.

     «Boycottez cette race mécréante, apostate, qui agresse des maisons d'Allah»

    Hannibal Kadhafi et sa femme avaient été arrêtés le 15 juillet à Genève, à la suite d’une plainte de deux employés de maison qui les accusent de les avoir frappés. Le couple avait été libéré deux jours plus tard pour une caution d'un demi-million de francs suisses (312.500 euros).

    «Boycottez la Suisse: boycottez ses marchandises, boycottez ses avions, ses navires, ses ambassades, boycottez cette race mécréante, apostate, qui agresse des maisons d'Allah», a encore ajouté le leader libyen.

    En septembre, le leader avait déclaré vouloir rayer la Suisse de la carte. En juillet 2008, la Compagnie nationale libyenne de transport maritime avait annoncé l'arrêt de ses livraisons de pétrole à la Suisse.


    20minutes.fr - 25.02.10

  • Affaire Soumaré: Francis Delattre s'excuse pour "une erreur"

    Delattre Franics.jpg
    Francis Delattre

    Le maire UMP de Franconville (Val-d'Oise), Francis Delattre, a présenté mercredi "des excuses publiques" à Ali Soumaré, tête de liste PS dans le Val-d'Oise, concernant "une erreur" sur l'un des "cinq événements judiciaires portés à la connaissance du public", dans un communiqué signé par ses avocats.

       Me François Froment-Meurice et Me Rémi Barousse reviennent également dans ce communiqué transmis à l'AFP sur les quatre autres "événements judiciaires" qu'ils jugent "avérés".

    "Cinq événements judiciaires concernant M. Ali Soumaré, tête de liste du PS dans le Val-d'Oise, ont été ces derniers jours portés à la connaissance du public. L'un d'entre eux ne concerne pas Monsieur Ali Soumaré", précise le communiqué.

    "M. Francis Delattre présente à M. Ali Soumaré ses excuses publiques pour cette erreur", est-il ajouté. Ces excuses concernent une affaire concernant un homonyme de M. Soumaré, que M. Delattre avait imputée faussement au candidat socialiste..

    "En revanche, l'existence et la nature des quatre autres événements sont confirmées", insistent les avocats avant de les énumérer.

    Ali Soumaré, 29 ans, a été condamné pour des faits de vol aggravé remontant à 1999, "une erreur de jeunesse dont j'ai tiré les conséquences", a-t-il dit mardi dans une interview. "La condamnation a effectivement été effectuée", admet le communiqué.

    Concernant l'affaire de conduite sans permis, "Madame le Procureur de la République près le tribunal de Pontoise ne les a pas démentis indiquant simplement que l'affaire était en cours de traitement dans ses services", souligne le communiqué.

    "Ces faits vont entraîner, si ce n'est déjà le cas aujourd'hui, des poursuites pénales aboutissant à une nouvelle décision de justice", ajoutent les avocats.

      L'avocat d'Ali Soumaré, Me Jean-Pierre Mignard, avait annoncé en début de semaine qu'il déposerait une plainte pour violation du secret professionnel sur ce dossier ainsi qu'une plainte en diffation visant M. Delattre.

    Quant au dossier de "violences aux personnes", le communiqué précise que "deux jeunes femmes, résidant à Villiers-le-Bel, ont été victimes le 25 mai 2008 de violences ayant entraîné une ITT de 5 jours pour l'une et de 7 jours pour l'autre, de la part du "Médiateur de quartier", Monsieur Ali Soumaré".

    "Une procédure de médiation pénale est intervenue et Monsieur Ali Soumaré a dû admettre sa responsabilité et compenser les préjudices qu'il avait causés", est-il ajouté.

      Enfin, le communiqué se termine par quelques lignes rappelant un jugement de première instance pour des faits de rebellion à agent de la force publique. Ali Soumaré a fait appel de cette décision.

    La Voix du Nord - 24.02.10

  • Des extrémistes sodomites s'en prennent à la statue de Sainte Jeanne d'Arc à Lille

    Jeanne d'Arc - rose.jpg

    Non contents d’avoir travesti la statue en question et de l’avoir équipée d’une oriflamme portant la mention “Godes save the Queens”, les jeunes gens en question, armés de pancartes raffinées illustrées de doigts d’honneur “je ne suis pas la pucelle catho fasciste pour qui on m’fait passer”, ont conclu leur courageuse initiative (certes, partir à l’assaut d’une statue implique le risque d’en tomber mais la rébellion est à ce prix!) par une séance photo aux poses nettement ambiguës comme le soulignent les témoignages des spectateurs.

    SOURCE : http://vigilignis.hautetfort.com/archive/2010/02/24/les-anglais-ont-beau-etre-parti-la-sainte-patronne-de-la-fra.html

    Les Intransigeants - 25.02.10