Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/06/2009

Ahmadinejad réélu président de l'Iran dès le 1er tour

Ahmadinejad la victoire.jpg
Réélu pour 4 ans

Le président sortant Mahmoud Ahmadinejad a remporté samedi haut la main l'élection présidentielle en Iran dès le premier tour, dominant son principal rival Mir Hossein Moussavi qui a dénoncé vigoureusement des "irrégularités". Le guide suprême et numéro un du régime islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, qui avait apporté indirectement son soutien à M. Ahmadinejad, 52 ans, a parlé de "vraie fête" après la réélection du président ultraconservateur pour un nouveau mandat de quatre ans. En signe de protestation aux résultats, des milliers de partisans de M. Moussavi sont descendus dans la rue dans le centre de Téhéran, alors que des heurts ont opposé dans des quartiers de la capitale les supporteurs de l'ancien Premier ministre à la police, selon des témoins et des correspondants de l'AFP.

 

Selon le ministre de l'Intérieur Sadegh Mahsouli, M. Ahmadinejad a recueilli 24.527.516 voix (62,63%), sur un total de 39.165.191 suffrages exprimés, dont 409.389 ont été invalidés. L'ex-Premier ministre Moussavi, un conservateur modéré revenu sur le devant de la scène politique après un retrait de 20 ans, est arrivé deuxième en remportant 13.216.411 voix (33,75%), a-t-il ajouté. Le conservateur Mohsen Rezaï a recueilli 1,73% de voix et le réformateur Mehdi Karoubi 0,85%. Ce dernier a jugé les résultats "illégitimes" et "inacceptables". La participation a été de 85%, "un record", selon M. Mahsouli. Le ministère de l'Intérieur n'a fait état d'aucune irrégularité dans le scrutin.

Le 12 juin, on attendait une lutte serrée entre Ahmadinejad et Mir-Hussein Moussavi. Erreur. Elle fut de sous-estimer la capacité du président sortant à rebondir. Personnage intelligent au physique ingrat, fils de forgeron, Mahmoud Ahmadinejad est le représentant des classes populaires qui ont fait la révolution islamique. Homme très pieux, modeste, apparemment peu intéressé par l'argent, à la réputation d'honnêteté et il a gardé, même après son élection à la présidence de la république, la maison qu'il habitait avec sa femme et ses trois enfants dans un quartier populaire de Téhéran. Une image qui plait à la population la plus pauvre. En face, Moussavi est applaudi par les jeunes, les bourgeois et la classe moyenne supérieure des grandes villes. Il a symbolisé, même a tort, les fortunes vite acquises.


Deuxième atout d'Ahmadinejad : l'argent d'un pétrole cher qu'il a utilisé pour distribuer dans les couches populaires et les campagnes. Ses voyages dans le pays étaient l'occasion de donner des petites sommes d'argent aux fonctionnaires, de débloquer des prêts pour les commerçants, petits artisans pour créer quelques emplois. L'argent a circulé, amélioré le niveau de vie de la population et vidé les caisses de l'Etat. Les critiques sur la mauvaise gestion venaient des beaux quartiers.


Troisième atout : il a derrière lui non seulement l'appareil de l'Etat mais aussi celui des Gardiens de la révolution (pasdaran) dont il est issu. Il a participé à la sanglante guerre en Irak comme des millions de familles qui ont perdu des fils. Une solidarité qui compte. Dernier atout : c'est un laïc (même les petites gens détestent les mollahs enrichis) nationaliste. Qu'il tienne tête aux Etats-Unis n'est pas pour déplaire dans un pays fier de son long passé. Qu'il veuille enrichir l'uranium pour fabriquer du nucléaire civil et éventuellement une bombe, ce qu'il nie, est bien accueilli. Pourquoi l'Iran, ce grand pays, n'y aurait-il pas droit ?


Que va-t-il se passer demain ? Il est peu probable que la victoire de Moussavi ait entraîné un changement de politique sur l'enrichissement de l'uranium. Seul le discours aurait changé. Reste les relations avec les Etats-Unis. Ce virage stratégique revient au Guide de la révolution, l'ayatollah Khamenei et non au Président de la république. Le Guide ne peut pas perdre la face. Il lui sera peut-être plus facile d'amorcer un virage aussi important avec un président radical, idéologiquement proche de lui, qu'avec Moussavi. Dans ce cas, il aurait semblé céder au Président de la république. Mais nul ne sait ce que veut réellement Khamenei.
En Israël, ennemi juré de l'Iran, le vice-ministre des Affaires étrangères Danny Ayalon a affirmé que "s'il y avait encore un espoir d'un changement en Iran, la réélection d'Ahmadinejad montre que la menace iranienne est d'autant plus grave".

En revanche, l'allié régional de l'Iran, le président syrien Bachar al-Assad a félicité Mahmoud Ahmadinejad pour sa victoire, se disant "confiant" quant au "renforcement" de "la coopération entre la Syrie et l'Iran, qui oeuvrent ensemble pour la réalisation de la paix juste et globale dans la région et dans le monde".

(Le Point et AFP - 13 juin 2009)

 

16:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (40)

VIDEO: PERSEPOLIS

http://www.youtube.com/watch?v=dEFXV9YC3w0

(en français)

01:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Présidentielles en Iran: Ahmadinejad en passe d'être réélu

Ahmadinejad se rend au bureau de vote.jpg
Ahmadinejad à son arrivée au bureau de vote à Téhéran - 12 juin 2009
Candidats Iran.jpg
(Cliquez sur les photos pour les voir en totalité)

D'après un proche du pouvoir, le score final de l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad devrait être "d'un peu plus de 50%". Pour être élu dès le premier tour, tout candidat devait obtenir au moins 50% plus une voix. Dans le cas contraire, un second tour était prévu vendredi prochain.

"Selon les informations dont nous disposons, la participation est de 70% et Mahmoud Ahmadinejad obtiendra un peu plus de 50%", a dit à l'AFP Agha Mohammadi, ancien porte-parole du conseil suprême de la sécurité nationale et toujours proche du pouvoir.

Le résultat officiel doit être annoncé samedi matin par le ministère de l'Intérieur.

Dans la nuit, sur 47,3% des urnes ouvertes, soit l'équivalent de 15.251.781 bulletins dépouillés, M. Ahmadinejad obtenait 67,07%, d'après le président de la commission électorale au ministère de l'Intérieur, Kamran Daneshjoo.

Son principal rival, le candidat Mir Hossein Moussavi, qui avait revendiqué le premier la victoire, disposait lui de 30,34%.

Les deux autres candidats, le réformateur Mehdi Karoubi et le conservateur Mohsen Rezaï, obtenaient moins de 2% chacun.

Après l'annonce de la fermeture des bureaux de vote, en soirée, M. Moussavi a revendiqué la victoire, un de ses proches collaborateurs évoquant 65% des voix en sa faveur.

Mais, peu après, l'agence officielle Irna a annoncé une large victoire de Mahmoud Ahmadinejad.

Dans le communiqué lu à la presse, M. Moussavi a par ailleurs affirmé que ses équipes avaient "constaté dans certaines villes comme Shiraz, Ispahan et Téhéran un nombre insuffisant de bulletins de vote".

"Certains de nos QG ont été attaqués. Je poursuivrai, avec le soutien du peuple, les personnes à l'origine de ces actes illégaux", a-t-il assuré.

Avec une mobilisation "sans précédent", selon le ministère de l'Intérieur, l'heure de clôture du scrutin n'avait cessé d'être repoussée. Dans un communiqué, le ministère de l'Intérieur avait fini par annoncer la fermeture des bureaux à 22H00 (17H30 GMT). Mais il avait ajouté que tout électeur faisant la queue devait être en mesure de déposer son bulletin.

La campagne électorale s'est déroulée dans un climat acerbe entre candidats mais aussi dans une atmosphère festive de manifestations populaires, à un niveau jamais vu en 30 ans de République islamique.

Le président Ahmadinejad, 52 ans, avait voté tôt vendredi dans un quartier du sud-est de Téhéran. M. Moussavi, 67 ans, qui a aussi voté dans la capitale, avait vu "un bon présage" dans la forte participation.

Le président sortant a repris son slogan de défense des plus pauvres qui lui avait réussi en 2005. Il l'a même durci avec des attaques personnelles contre M. Moussavi.

Ce dernier, sorti d'une retraite politique de 20 ans, a dénoncé les "mensonges" du président sur son bilan économique et une politique populiste.

A Washington, le président américain Barack Obama, qui souhaite engager un dialogue ferme mais direct avec Téhéran, a estimé qu'un "changement" était "possible" dans les relations bilatérales, quel qu'en soit le vainqueur.

"C'est le signe très positif que les Iraniens veulent que leur voix soit entendue et leurs bulletins de vote comptés", a ajouté sa secrétaire d'Etat, Hillary Clinton, des propos pouvant être interprétés comme traduisant la crainte d'un truquage.

AFP 13 juin 2009 - 00.14

01:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le rendez-vous de Samarcande

Accident des miraculés de l'Airbus.jpg
La voiture du couple après l'accident  en Autriche

Leur histoire a bouleversé l'Italie. Le 31 mai, Johanna et Kurt Ganthaler arrivent trop tard à l'aéroport de Rio de Janeiro (Brésil) pour embarquer sur le vol Air France AF 447. Lorsqu'ils embarquent dans la foulée pour Münich, ces Italiens ne savent pas encore qu'ils sont des miraculés. Quelques heures plus tard, l'Airbus s'abîme au milieu de l'Océan atlantique.

 

    Le couple ne découvre le drame qu'à son arrivée en Allemagne, où il loue une voiture pour rentrer en Italie. Mais le sort rattrape les Ganthaler. Alors qu'ils traversent l'Autriche pour gagner le sud, ils sont victimes d'un accident de la route. Johanna, 64 ans, meurt sur le coup. Kurt, 67 ans, son mari, est grièvement blessé. Il est toujours hospitalisé dans un état critique.

Une tragédie pour la famille Ganthaler. Johanna et Kurt venaient juste de prendre leur retraite. Ils avaient attendu ce périple en Amérique du Sud depuis longtemps, des vacances bien méritées après des années de travail. Il y a quelques mois, ils avaient liquidé leur magasin d'électroménager à Merano (nord est de l'Italie) et voulaient enfin profiter de leur temps libre pour voyager. Première destination choisie : le Brésil, en compagnie de leur fils et leur belle-fille, d'où cette dernière est originaire.

 Après un mois inoubliable, pendant lequel Johanna fête son anniversaire, l'heure du retour en Europe sonne. Le 31 mai, la famille doit embarquer à bord du vol Air France 447, mais les quatre passagers ratent l'Airbus et sont forcés de se rabattre sur un avion à destination de Münich. Ils ont juste le temps d'apercevoir dans l'espace enregistrement quelques voyageurs du Paris-Rio de la compagnie française avec lesquels ils auraient dû se trouver. C'est en Allemagne, où ils débarquent finalement le lendemain soir que les Ganthaler apprennent la catastrophe aérienne et réalisent leur chance.

Est-ce pour cette raison qu'ils ne terminent pas leur trajet en avion et qu'ils louent des voitures pour rentrer en Italie? C'est possible. Ce choix se révèlera fatal. Pressés de rentrer, les miraculés ne dorment pas en Allemagne et décident de prendre la route aussitôt, malgré le choc et l'émotion. Les couples louent deux voitures et décident de se retrouver pour une halte à Innsbruck en Autriche pour dîner ensemble.

Le fils et la belle-fille de Johnna et Kurt arrivent au rendez-vous et attendent. Mais leurs parents ne les rejoindront pas. Le véhicule conduit par Kurt Ganthaler a un grave accident près de la ville de Kufstein, en Autriche. Johanna y perd la vie et Kurt sera retrouvé par les secours dans un état grave. Les raisons du drame restent encore inconnues, mais l'endormissement du conducteur est une des explications avancées. Aucune trace de freinage n'a été relevée.

Le Parisien - 12 juin 2009

Au rendez-vous de Samarcande

Un jour le serviteur du Grand Vizir vint le trouver et lui dit: Maître, j'étais au marché et j'y ai rencontré la Mort; elle s'est dirigée vers moi et j'ai eu si peur que je quitte cette ville et pars pour Samarcande.
Le Grand Vizir se rendit au marché et y rencontra la Mort à laquelle il fit reproche d'avoir effrayé son serviteur, de telle sorte que ce dernier avait fui pour s'en aller ailleurs.
Et la Mort répondit au Grand Vizir: lorsque je m'approchais de ton serviteur c'était simplement pour lui dire que je pensais le retrouver ce soir à Samarcande.

(conte persan)

 

00:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

12/06/2009

Communiqué de la LAS du 9 juin 2009

La Liste Antisioniste se réjouit du score réalisé en Ile-de-France, où avec 1,3 % (36 398 voix) elle réalise près du double du score d’une formation aussi structurée que  Lutte Ouvrière et fait jeu égal avec l’opposition bidon de NPA dans de nombreuses villes.
 
A titre d’exemple, les scores réalisés à Villetaneuse (5,52%), Saint-Denis (4,18%), la Courneuve (4,31%), Bobigny (4,84%)   ou  Clichy (5,18%), malgré une abstention massive délibérément provoquée par le pouvoir et une absence totale de moyens financiers ou médiatiques, viennent souligner le potentiel de l’opposition révolutionnaire antisioniste.
 
La Liste Antisioniste publiera
prochainement une analyse détaillée des scores réalisés ville par ville (jusqu’à 6 % dans le Val d’Oise) et fera part de ses projets pour les régionales de 2010 notamment.



Le secrétariat de la Liste Antisioniste. - 09 juin 2009

23:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Feux de la Saint Jean le 27 juin avec Bruno Gollnisch

Feux de la Saint Jean.jpg
(Cliquez sur l'image pour la voir en entier)
Ecully est une commune limitrophe de Lyon, dans le département du Rhône (Région Rhône-Alpes)

23:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les "boîtes noires" sont obsolètes

Pierre Jeanniot.jpg
Pierre Jeanniot

Que l'on retrouve ou pas les "boîtes noires", la tragédie du vol AF447 doit démontrer que cette technologie est dépassée et peut être remplacée par la transmission des données par satellite en temps réel, assure le Canadien Pierre Jeanniot.

Il y a quarante ans, cet ancien directeur d'Air Canada puis de l'Association internationale du transport aérien (IATA, de 1993 à 2002) a été l'un des concepteurs des enregistreurs de vol.

"Aujourd'hui, je suis donc bien placé pour dire qu'elles sont obsolètes, parce que la technologie a évolué", dit-il à l'AFP. "La transmission directe, depuis les avions, par satellite est beaucoup plus économique qu'elle ne l'était il y a dix ans. Il est maintenant possible de tout transmettre directement, pendant le vol, en cas de problème".

Un système d'envoi automatique, par liaison satellite, des enregistrements de données des vols existe déjà, souligne-t-il, et devrait être généralisé. Cela permettrait, en cas d'accident, de tout récupérer en quelques clics de souris au lieu de partir à la recherche de boîtes noires endommagées dans les jungles ou au fond des mers.

"L'avion ne commencerait à émettre qu'à partir du moment où une anomalie intervient. Et on peut programmer le système pour qu'en cas d'anomalie grave, il émette non stop, toutes les données et les enregistrements des voix des pilotes... C'est assez simple", ajoute-t-il.

"Quand vous calculez les coûts de recherche des boîtes noires au fond d'un océan, c'est phénoménal... Des milliers d'heures d'avions, d'hélicoptères, des bateaux. Cette fois, il y a même un sous-marin nucléaire au large du Brésil... Et au final, on peut ne pas avoir l'information".

"Avec la transmission par satellite, on peut tout récupérer instantanément. On aurait pu savoir exactement où l'appareil s'est abîmé. Pour les familles, vous imaginez comme il est dur de rester des mois, parfois des années sans savoir ce qui s'est vraiment passé ?"

Comme les enregistrements ne se déclencheraient qu'en cas d'anomalie, l'immense majorité des vols ne transmettraient rien, donc ce système n'encombrerait pas les liaisons satellites et ne demanderait pas d'immenses capacités de stockage informatique, plaide Pierre Jeanniot.

"Une petite compagnie de Toronto, Starnav, a développé un système qui fait exactement ça", dit-il. "Ce qu'il faut maintenant, c'est une volonté des compagnies aériennes, mais aussi des gouvernements. Chaque accident doit nous apprendre quelque chose".

Interrogé par l'AFP, Gérard Arnoux, président du SPAF, un syndicat de pilotes d'Air France, estime que "cela me paraît tout à fait intelligent".

"Cela ne pose aucun problème technique de transmettre les données du vol par satellite, d'ailleurs la plupart des avions, à part les plus anciens, le font déjà."

Pour Christophe Pesenti, du syndicat de pilotes d'Air France Alter, "en théorie, cela serait très bien pour la sécurité des vols, mais il y a de gros problèmes de mise en oeuvre à prévoir".

AFP. 12 juin 2009

23:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Le "plan de relance" fait exploser le déficit budgétaire à 72 milliards d'euros!

Eric Woerth.jpg
Eric Woerth, ministre du Budget et de la Fonction publique - 6 mai 2009

Le déficit budgétaire de la France a explosé à 71,9 milliards d'euros fin avril, contre 45 milliards d'euros à la même date de 2008, sous l'effet du plan de relance et de "l'évolution moins favorable des recettes fiscales", a annoncé vendredi le ministère du Budget.

Fin mars, le déficit était de 43,7 milliards d'euros.

Au 30 avril, les dépenses totales (budget général et prélèvements sur recettes) atteignent 127,0 milliards d'euros contre 123,1 milliards au 30 avril de l'année précédente, précise le ministère du Budget dans un communiqué.

"Cette évolution traduit, notamment, les effets de la mise en oeuvre du plan de relance voté dans le cadre du premier collectif budgétaire pour 2009", explique le ministère.

Les dépenses budgétaires exécutées au titre de ce plan s'élèvent ainsi à 2,9 milliards d'euros à la fin du mois d'avril, dont 800 millions pour la prime de solidarité active versée au début du mois d'avril à 4,15 millions de ménages modestes, précise-t-il.

"Hors plan de relance, l'évolution d'une année sur l'autre des dépenses est maîtrisée", assure-t-il.

Au 30 avril, les recettes du budget général s'établissent, elles, à 70,2 milliards d'euros contre 92,5 milliards au 30 avril de l'année précédente.

A la fin du mois, les recettes fiscales nettes s'élèvent à 65,6 milliards, en baisse de 24,7 milliards par rapport à la même date en 2008.

"Cette baisse s'explique à la fois par la mise en oeuvre des mesures de soutien à la trésorerie des entreprises dans le cadre du plan de relance (6,8 milliards) et par l'évolution défavorable des recettes fiscales sous le coup de la conjoncture économique", explique le ministère.

Hors plan de relance, l'évolution des recettes fiscales (-19,8% par rapport à 2008) "est surtout affectée par un recul du produit de l'impôt sur les sociétés" (-11,7 milliards par rapport à l'an dernier), "conséquence de la dégradation des résultats des entreprises en 2008, et des recettes de TVA (-5,1 milliards)", détaille le ministère.

AFP. 12 juin 2009

La France est en faillite à cause de mesures démagogiques qui n'ont pas relancé la consommation, contrairement à ce qu'avait prétendu Sarközy... Sans oublier le poids de l'immigration et de l'assistanat devenu une institution!

19:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Remaniement: tristes pantins à la botte!

La ronde des rumeurs sur les entrants et les sortants a repris de plus belle dans les milieux politiques français à l'approche d'un remaniement ministériel qui pourrait intervenir entre le 22 et le 24 juin.

Le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo , et son collègue de l'Education nationale, Xavier Darcos , sont parmi les noms les plus cités pour remplacer Rachida Dati à la Justice mais leur remplacement à leur poste actuel est loin d'aller de soi.

L'actuel secrétaire d'Etat à l'Industrie, Luc Chatel , est un des possibles postulants pour remplacer Michel Barnier à l'Agriculture, avec le député Nouveau Centre Maurice Leroy , le président du groupe NC à l'Assemblée, François Sauvadet , et la secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac . Un temps donné comme favori pour ce poste, Michel Mercier , président de l'Union centriste au Sénat et trésorier du MoDem de François Bayrou , remplacerait finalement Christine Boutin au Logement, sans que pour autant cette représentante de toute une frange de l'électorat catholique quitte le gouvernement.

Le nom de la ministre de la Culture, Christine Albanel , est l'un des plus cités parmi les possibles sortants. Selon une source proche du gouvernement, une femme de 41 ans, d'origine franco-marocaine, Fatine Layt , spécialiste des questions financières mais également premier prix de musique du Conservatoire de Paris, figurerait en bonne place parmi les successeurs possibles à ce poste.

Nicolas Sarközy a laissé entendre ces derniers jours à ses interlocuteurs qu'il souhaitait poursuivre une stratégie d'ouverture confortée par le succès des listes de l'UMP et de ses alliés de la majorité présidentielle aux européennes. Le député socialiste Victorin Lurel , président du Conseil général de Guadeloupe, pourrait ainsi rejoindre les transfuges du PS Eric Besson et Bernard Kouchner au gouvernement. Ce serait un signal adressé aux "ultra-marins" en plein états généraux de l'Outre-mer, après le long conflit social de cet hiver aux Antilles et à quelques jours d'un voyage de Nicolas Sarkozy en Martinique et Guadeloupe à la fin du mois.

Les noms des radicaux de gauche Roger-Gérard Schwartzenberg et Paul Giacobbi , député de Corse, sont également cités, de même que ceux des ex-Verts passés au MoDem Jean-Luc Bennahmias et Yann Wehrling . La vice-présidente du mouvement de François Bayrou, Marielle de Sarnez , a pour sa part reconnu vendredi avoir été approchée "de manière informelle".

En revanche, l'hypothèse de l'entrée au gouvernement de l'ancien ministre socialiste de l'Education Claude Allègre , dont la simple évocation a déchaîné un tollé quasi général en raison de ses thèses niant l'origine humaine du réchauffement climatique, semble avoir quelque peu du plomb dans l'aile. "Allègre a l'air passé de mode. Mais attention, Sarkozy, les modes, il s'en moque ou il les lance", avertit un familier du chef de l'Etat. "De toute façon, Nicolas Sarközy ne voudra pas être là on l'attend", renchérit une source proche de la direction de l'UMP.

Le Point- 12 juin 2009

18:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Une beur pour remplacer Dati?

Fatine layts.jpg
Fatine Layt
Berra Rachida.jpg
Nora Berra
Sarközy aurait trouvé sa recrue issue de la diversité en vue d'un remaniement ministériel, selon un confidentiel du Figaro.

Il s'agirait de Nora Berra, fraîchement élue députée européenne en 5e position sur la liste UMP dans le Grand Sud-Est, selon le quotidien.

Médecin de formation et mère de deux enfants, cette jeune femme d'origine maghrébine est conseillère municipale d'opposition à Lyon. Réputée pour être une "battante", elle est apparue sur la scène politique aux européennes de 2004.

Contactée par Le Post.fr, Nora Berra ne confirme ni ne dément son éventuelle entrée au gouvernement, lors du prochain remaniement. Visiblement embarassée par la publication de ce confidentiel du Figaro, elle botte en touche, affirmant notamment ne "pas être au courant" que son nom circule.

Une autre figure de la diversité pourrait rentrer au gouvernement, selon Le Nouvel Observateur: la banquière d'affaires d'origine franco-marocaine Fatine Layt, âgée de 42 ans.

Décorée de la Légion d'honneur par François Fillon en mai dernier, cette ex-associée de Jean-Marie Messier "présenterait le visage d'une 'beurette' plus compétente et solide que Rachida Dati", écrit l'hebdo.

Très ambitieuse, elle aurait refusé un poste de secrétaire d'Etat au numérique car elle viserait celui de ministre du Budget, selon Le Nouvel Obs.

En décembre 2008, elle avait déjà été présentée comme l'éventuelle remplaçante de Rachida Dati au ministère de la Justice.

Le Post- 11 juin 2009

 

18:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

L'Emeraude pourra-t-il retrouver les boîtes noires?

Carte recherche des boîtes noires.jpg
(Cliquez sur l'image pour la voir en totalité)

Les enquêteurs français comme Air France ont incité jeudi à la prudence sur les causes de la catastrophe du vol AF 447 qui a fait 228 victimes, en affirmant que rien ne prouvait qu'elle avait été provoquée par le dysfonctionnement des sondes de mesure de vitesse.

Pour la seconde journée consécutive, les recherches en plein océan Atlantique se sont concentrées sur la recherche des boîtes noires, alors que la récupération des corps et des débris de l'Airbus A330 a marqué le pas au cours des deux derniers jours.

Au centre du dispositif naval déployé par la France à quelque 1.300 km de la côte brésilienne, le sous-marin nucléaire d'attaque Emeraude, équipé de sonars ultra-sensibles, devait quadriller dans la journée une zone de 20 milles nautiques sur 20, soit 36 km sur 36.

La récupération des boîtes noires est cruciale pour savoir pourquoi l'avion qui faisait la route Rio-Paris s'est abîmé dans la nuit du 31 mai au 1er juin.

En attendant de mettre éventuellement la main sur ces boîtes noires qui gisent par le fond, à une profondeur allant jusqu'à 5.000 mètres, le mystère restait entier, bien que les sondes de mesure de vitesse, dites sondes Pitot, aient été mises en cause.

Airbus a indiqué avoir adressé lundi à tous les clients d'A330 et A340 une note d'information technique spécifiant que ses avions étaient sûrs même avec les anciens modèles de sondes de vitesse.

Sur le terrain des recherches, jeudi, "des corps auraient été repérés par des navires français dans les eaux de la zone de Dakar", a déclaré le porte-parole de l'aéronautique, le général Ramon Cardoso dans son point presse bi-quotidien à Recife.

Si cela se confirmait, "ils seront transférés sur les deux frégates brésiliennes pour être ramenés sur l'archipel de Fernando de Noronha" puis à Recife pour leur identification.

A ce jour, 41 corps ont été repêchés et, selon le général Cardoso, les "possibilités de retrouver la totalité des corps est infime".

Il a réitéré que les recherches continueraient "au moins jusqu'au 19 juin".

Le porte-parole brésilien a souligné que la météo était toujours "défavorable" dans la région où les courants marins changent constamment. Ils ont entraîné mercredi les débris vers le Sénégal mais jeudi ils les ramenaient vers les eaux territoriales du Brésil, a-t-il dit.

En raison de la mauvaise visibilité, quatre avions seulement patrouillaient jeudi la zone des recherches.

AFP. 11 juin 2009

01:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Le tireur est-il bien James von Brunn? Les portiques de sécurité ont-ils fonctionné? Des questions se posent...

Le président Barack Obama, s'est dit dans un communiqué «choqué et attristé» par cette fusillade survenue à quelque 500 mètres de la Maison Blanche. «Cet acte ignoble nous rappelle que nous devons rester vigilants face à l'antisémitisme et aux préjugés sous toutes leurs formes», a-t-il dit. L'ambassade d'Israël «condamne cette attaque et suit la situation de près», a-t-elle fait savoir dans un communiqué.

Le tireur est entré dans le bâtiment en portant «une longue arme», a indiqué aux journalistes un porte-parole de la police. Selon les chaînes de télévision Fox News, NBC et CNN, le tireur est un homme de 88 ans identifié comme étant James von Brunn, un habitant du Maryland (est), qui aurait des liens de longue date avec des organisations racistes et antigouvernementales.

 L'homme détient par ailleurs un site internet où il expose ses théories antisémites et a publié un livre, intitulé «Kill the Best Gentile».

Ni le FBI ni la police ni le maire de Washington n'ont cependant confirmé ces informations ni donné le moindre détail sur le suspect.

On ignore encore si la fusillade a eu lieu avant ou après que l'homme ait passé les portiques de sécurité. Le musée est très sécurisé, avec des gardes placés à l'intérieur et à l'extérieur du bâtiment.

Tous les visiteurs doivent passer à travers des portiques de sécurité à l'entrée, pour détecter la présence éventuelle de métaux, et les sacs sont contrôlés.

Selon un témoin, l'échange de tirs se serait déroulé à l'endroit-même où est posté le service de sécurité, à l'intérieur du musée. Un autre témoin assure avoir entendu cinq coups de feu au total.

Le musée de l'Holocauste a été évacué dès les premiers coups de feu. Ce musée, très visité par les touristes, attire 1,7 million de visiteurs chaque année.

Le Figaro - 11 juin 2009

 

   

01:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

11/06/2009

Sarközy veut achever Bayrou...

Bayrou sort de l'Elysée - sarkozy.jpg
François Bayrou à sa sortie de l'Elysée le 11 juin 2009
(Cliquez sur la photo)

Le chef de l'Etat, qui a reçu le président du MoDem en fin d'après-midi à l'Elysée, aimerait débaucher Marielle de Sarnez, le fidèle bras droit de François Bayrou. Mais cette dernière assure qu'elle n'est «pas ralliable».

Optimiser sa victoire aux européennes et frapper fort, tout de suite. Nicolas Sarközy a défini sa cible prioritaire : François Bayrou. Après Martine Aubry mercredi, le président de la République poursuit ses consultations avec les chefs de parti sur les questions européennes, seul Jean-Marie Le Pen ayant opposé un refus catégorique à une telle entrevue.

Jeudi à 17h, François Bayou a donc franchi le perron de l'Elysée pour y rencontrer Nicolas Sarkozy lors d'une entrevue qui s'annonçait glaciale. Depuis l'élection présidentielle 2007, les deux hommes entretiennent des relations tendues, le dernier ouvrage au vitriol de Bayrou contre le chef de l'Etat («Abus de pouvoirs») n'ayant pas allégé l'atmosphère.

Face à un François Bayrou affaibli et meurtri par ses 8,4% aux européennes, Nicolas Sarkozy s'active en coulisses pour lui porter le coup de grâce. Sa méthode : l'isoler de ses derniers soutiens importants, à commencer par son fidèle bras droit, l'eurodéputée et n°2 du MoDem Marielle de Sarnez, réélue dimanche en Ile-de-France. C'est d'abord le ministre du Travail Brice Hortefeux, comme le rapporte Le Parisien de jeudi, qui a tressé des lauriers à l'élue francilienne : «Elle serait excellente au gouvernement. C'est une femme très intelligente et solide. Elle serait très compétente». Un appel du pied qui a relancé les rumeurs à quelques jours du remaniement ministériel, d'autant qu'un dîner entre Hortefeux et Sarnez, en compagnie de la sénatrice MoDem Jacqueline Gourault, est prévu mardi prochain.

 

Sarnez : «Tant pis pour les carottes râpées !»

 

Une invitation que Marielle de Sarnez n'honorera finalement pas. «Nous nous connaissons bien, mais je n'ai aucune connivence politique avec Brice (Hortefeux)», indique-t-elle au Parisien. Avant de doucher les espoirs des proches de Nicolas Sarkozy qui veulent la voir rejoindre l'équipe de François Fillon : «Je vais annuler ce dîner. Je connais trop l'interprétation qui pourrait en être faite. Tant pis pour les carottes râpées ! Ils pensent sans doute que je suis bonne à cueillir comme la romaine et toute cabossée. Mais je ne suis pas ralliable

Point final ? Pas sûr. Car Nicolas Sarkozy a un plan de rechange pour essayer de tordre le cou à François Bayrou. D'autres centristes, comme le président MoDem du conseil général du Rhône Michel Mercier ou encore François Sauvadet, pourraient faire leur entrée au gouvernement. De même, le sénateur Jean Arthuis lancera fin juin son mouvement Rassembler les centristes. Une occasion pour l'UMP d'élargir la galaxie sarkozyste en vue des régionales, avec le Nouveau centre d'Hervé Morin, les radicaux valoisiens de Jean-Louis Borloo et la gauche moderne de Jean-Marie Bockel.

 

Bayrou pas inquiet après son «gadin électoral»

 

Un coup dur pour François Bayrou, qui peine déjà à convaincre les électeurs en accusant Nicolas Sarkozy de sectarisme quand ce dernier affiche au contraire sa volonté de poursuivre l'ouverture. François Bayrou dispose désormais de moins de trois ans pour rebondir et définir une nouvelle stratégie pour 2012. Son échec européen ne semble pas l'inquiéter. «C'est un gadin électoral. Ce n'est pas la mort du petit cheval non plus».

Le Figaro - 11 juin 2009

 

19:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

Atterrissage d'urgence d'un Airbus A330 sur l'île de Guam

Airbus compagnie australienne.jpg
L'Airbus A330 de la compagnie australienne Jetstar sur l'île de Guam
(Cliquez sur la photo pour la voir en entier)
Dix jours après la disparition de l'Airbus A330 d'Air France qui devait relier Rio à Paris et au lendemain de l'atterrissage d'urgence d'un A320 sur l'île espagnole de Grande Canarie après qu'un de ses réacteurs eut pris feu, un autre Airbus A330-200 a été contraint d'effectuer un atterrissage d'urgence sur l'île de Guam, dans l'océan Pacifique, après un départ de feu dans le cockpit.

L'appareil, affrété par la compagnie "low cost" australienne Jetstar, reliait le Japon à l'Australie.
Le vol JQ20 avait décollé mercredi matin d'Osaka dans l'ouest du Japon à destination de la localité de Gold Coast, à une cinquantaine de kilomètres au sud de Brisbane, dans l'est de l'Australie.
Mais après 4 heures de vol, le dégivrage pare-brise du côté du copilote, c'est-à-dire le droit, situé vers le cockpit "a commencé à fumer puis s'est enflammé" contraignant l'appareil à effectuer un atterrissage d'urgence à environ 18 h 20, heure française, sur l'île de Guam. Selon nos informations, c'est le commandant en personne qui a éteint l'incendie avec un extincteur manuel du poste de pilotage. Aucun des 190 passagers et 13 membres d'équipage n'a été blessé.

Une équipe d'enquêteurs va se rendre sur place

Des enquêteurs australiens sont partis pour Guam pour analyser l'incident. La compagnie Jetstar a envoyé un autre appareil A330 depuis Sydney pour transporter les passagers et l'équipage vers l'Australie. "Une équipe d'enquêteurs va partir pour Guam pour débuter l'enquête", a indiqué le Bureau australien de la sécurité des transports, sur la chaîne Sky News .
 L'avion en cause est du même modèle que l'appareil d'Air France qui reliait Rio de Janeiro à Paris et s'est abîmé dans l'Atlantique début juin, tuant les 228 personnes à bord, un accident toujours inexpliqué.
Le Point - 11 juin 2009
S'agit-il d'un incident banal, dont on ne parlerait pas s'il n'y avait pas eu la catastrophe du vol Rio-Paris?

19:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

VIDEO: Le Nouvel Ordre Mondial

http://www.dailymotion.com/video/x8ud1d_le-nouvel-ordre-m...

18:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Sionisme: Netanyahu dira "non" à un Etat palestinien et au gel des colonies juives

Benjamin Netanyahu dira non àObama.jpg
Netanyahu en conseil des ministres le 7 juin 2009
Avigdor Lieberman et javier Solana le 10 juin 09.jpg
Avigdor Lieberman et Javier Solana le 10 juin 2009 à Jérusalem
(Cliquez sur les photos pour les voir en entier)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu était jeudi soumis à des pressions des "durs de la droite", avant son discours très attendu dimanche, pour dire "non" à un Etat palestinien, au risque d'une crise ouverte avec le président Barack Obama.

Jusqu'à présent, M. Netanyahu a refusé de se prononcer en faveur d'un Etat palestinien et rejeté un gel de la construction dans les colonies de Cisjordanie.

Ce double veto a provoqué de vives tensions avec les Etats-Unis que M. Netanyahu espère dissiper en présentant sa conception de la paix lors d'une allocution à l'université Bar Ilan près de Tel-Aviv.

Mais au sein de sa majorité, il est tiraillé entre le ministre de la Défense et chef du parti travailliste Ehud Barak, favorable au principe de "deux Etats pour deux peuples", et des députés du Likoud, son propre parti, qui le pressent de résister à M. Obama.

"Il ne faut pas utiliser l'expression Etat palestinien, les pressions américaines sont avant tout psychologiques, il ne faut pas oublier que le président n'est pas seul aux Etats-Unis, il y a le Congrès et le Sénat qui soutiennent Israël", a affirmé Miri Regev, une députée du Likoud.

 Selon la radio militaire, M. Netanyahu devait recevoir jeudi après-midi des représentants des colons. Il tente ainsi d'éviter une fronde parmi les députés du Likoud soutenus par le lobby des colons susceptible de mettre en danger sa majorité comme cela avait été le cas en 1999 quand il avait été contraint à la démission après des défections sur sa droite lors de son premier mandat.

Pour le ministre des Infrastructures, Uzi Landau, d'Israël Beiteinou, une formation d'extrême droite, il n'y a "pas de partenaire palestinien avec qui négocier. A Gaza il y a une sorte d'Etat terroriste aux mains du Hamas tandis que Mahmoud Abbas (le président palestinien) ne contrôle que les Arabes de Judée-Samarie (Cisjordanie)".

La presse se livrait à des spéculations sur le discours de M. Netanyahu. Le quotidien de gauche Haaretz croit ainsi savoir qu'il s'apprête à accepter la création d'un Etat palestinien démilitarisé dans le cadre de la Feuille de route, un plan de paix international. Il va exiger en échange que les Palestiniens reconnaissent Israël comme "l'Etat du peuple juif", tout en rejetant un gel de la colonisation, selon Haaretz.

Le négociateur palestinien Saëb Erakat avait mis en garde mercredi contre d'éventuelles "acrobaties linguistiques" auxquelles pourrait se livrer M. Netanyahu dans son discours.

Le diplomate européen en chef Javier Solana, en tournée au Proche-Orient, a exhorté M. Netanyahu à accepter le principe d'un Etat palestinien et le gel de la colonisation...

AFP. 11 juin 2009

 

18:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Airbus Rio-Paris: "aucun lien entre les sondes Pitot et la catastrophe n'a encore été établi" d'après l'enquête officielle

Carte Sondes PITOT.jpg
(Cliquez sur l'image pour la voir en entier)

L'organe officiel chargé de l'enquête technique en France sur l'accident de l'A330 Rio-Paris d'Air France a affirmé jeudi qu'il n'y avait "encore aucun lien établi" entre les sondes de mesure de vitesse défectueuses sur des Airbus et la catastrophe qui a fait 228 morts.

"On l'a déjà dit. Il n'y a encore aucun lien établi entre les Pitot et les causes de l'accident" de l'avion qui s'est abîmé le 1er juin dans l'Atlantique, a assuré à l'AFP une porte-parole du Bureau Enquêtes Analyses (BEA), organe dépendant du ministère des Transports et chargé de l'enquête technique.

Elle a renvoyé à des déclarations samedi du directeur du BEA, Paul-Louis Arslanian. "Des problèmes, des incidents, ont été constatés; nous les étudions", avait-il alors expliqué à propos des sondes Pitot. Mais "cela ne veut pas dire que sans le remplacement, l'avion est dangereux, et qu'avec il ne l'est pas", avait-il souligné.

L'enquête du BEA avait fait état de vitesses mesurées par l'A330 "incohérentes".

La porte-parole du BEA s'est en revanche refusée à commenter un article du Figaro faisant état d'une éventuelle rupture de hublot de l'A330 accidenté, à la suite des dérèglements dans l'Airbus provoqués par les dysfonctionnements des sondes Pitot qui permettent à l'avion de connaître sa vitesse.

Plus l'altitude est élevée et plus la marge de manoeuvre d'un avion en matière de vitesse est réduite. A très haute altitude, la marge est d'environ 30 à 40 noeuds (entre 55 et 75 km/heure), selon les experts. Si la vitesse est trop faible, l'appareil risque de décrocher, et s'il va trop vite, il risque de se disloquer.

De son côté, le constructeur aéronautique européen Airbus a fermement démenti jeudi envisager de demander l'immobilisation de tous les long-courriers A330 et A340 afin de changer les sondes comme l'affirmait Le Figaro.

Le directeur général d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon, s'est dit "pas convaincu" que ces Pitot soient à l'origine de l'accident du vol AF 447, tout en confirmant l'accélération du programme de remplacement des sondes sur les A330/A340.

"Ce programme a été accéléré car nous savons que lors de cet accident, il y a eu un problème sur la mesure de la vitesse", a-t-il déclaré au cours d'une rencontre avec la presse.

AFP. 11 juin 2009

17:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

VIDEO Cohn-Bendit le pédophile préféré des Français

http://www.dailymotion.com/video/x9jasr_cohn-bendit-et-la...

Daniel Cohn-Bendit, né le 4 avril 1945, a 37 ans lors de cette émission d'Apostrophes.

" Vous savez que la sexualité d’un gosse, c’est absolument fantastique. (…) Quand une petite fille de 5 ans commence à vous déshabiller, c’est fantastique. C’est fantastique parce que c’est un jeu absolument érotico-maniaque…" Daniel Cohn-Bendit

01:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

10/06/2009

VIDEO Mort aux Blancs, mort aux porcs


23:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Un Airbus A320 contraint d'atterrir d'urgence aux Canaries

Un Airbus A320 avec 180 passagers norvégiens à bord a dû effectuer un atterrissage d'urgence sur l'île espagnole de Grande Canarie mercredi: un de ses réacteurs avait pris feu.

«Peu après le décollage de l'aéroport de Las Palmas, l'avion a été contraint de rebrousser chemin en raison d'indications que tout n'était pas en ordre», a déclaré Christian Groenli, un responsable du voyagiste Ving, la compagnie qui avait affrêté l'appareil.

     Plusieurs passagers cités par les médias norvégiens ont fait état d'un réacteur en feu et de petites détonations. «C'était très effrayant. Des flammes sortaient du moteur. On a entendu plusieurs "bangs"», a déclaré l'un d'eux au site électronique du journal norvégien Verdens Gang (VG). L'incident n'a pas fait de blessé.

L'appareil, qui devait relier Las Palmas à Oslo, est la propriété de la compagnie Iber World.

Le parisien - 10/06/09

19:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)