Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2008

Le combat d'un père - La douleur d'une famille française

annelorraine schmitt.jpg

Il y a un an, Anne-Lorraine Schmitt, une étudiante de 23 ans, mourait assassinée dans le RER D par Thierry Deve-Oglou, un criminel d'origine turque déjà condamné et relâché sur la foi d'avis d'experts. Depuis, Philippe Schmitt, 57 ans, s'implique auprès de l'Institut pour la justice afin de faire évoluer les lois. L'histoire de son combat,et de celui de sa fille, est retracée dans un livre qui paraît mardi : «Anne-Lorraine, un dimanche dans le RER D» (CLD éditions).

Tous les dimanches, depuis un an, c'est pareil. Mais personne ne dit rien. Rassemblés avec leurs quatre enfants autour de la table de la cuisine, M. et Mme Schmitt achèvent leur petit déjeuner en silence. Hanté par le temps qui passe, leur regard fuit pudiquement pour se poser sur les aiguilles, à la dérobée. «On vit avec la pendule, dit le père. Chacun de nous y pense, comme si c'était hier». 9 h 58 : Anne-Lorraine monte dans le RER D. 10 heures : elle téléphone à son petit-frère, François-Xavier. Elle sera là pour la messe. Promis. 10 h 15 : le train se vide, file vers Goussainville. 10 h 20 : le type monte. Il l'aborde, le souffle court. Lui dit qu'il va lui «faire l'amour». 10 h 22 : Anne-Lorraine crie, se débat. Il la fait taire à coups de couteau. Trente-deux au total. 10 h 30 : elle agonise. Lui, le récidiviste, blessé, descend du train. Vingt-quatre heures plus tard, Elisabeth et Philippe Schmitt retrouveront leur fille aînée à la morgue. «C'était elle et aussi plus elle», diront ses frères et sœurs. Il n'y avait plus son rire, il n'y avait plus sa vie. Son grand-père paternel en deviendra mutique.

C'est vrai. Pour étouffer en vain sa douleur, Philippe Schmitt aurait pu "se contenter de lire la procédure et d'éplucher les procès-verbaux", bien à l'abri dans le cabinet de son avocat, à Senlis. Il aurait pu, des années encore, ne rien faire d'autre que s'occuper de son jardin le week-end, tondre la pelouse de son pavillon d'Orry-la-Ville (Oise), l'esprit libre, en repensant à ces matinées où Anne-Lorraine, de retour de Saint-Denis, «surgissait par derrière en disant “Coucou Papa !”». Mais «l'inaction est infâmante», considère le colonel Schmitt, ancien de la cavalerie blindée et habitué des postes d'état-major.

Sur le cercueil de sa fille de 23 ans, il avait fait la promesse d'être digne d'elle et de ce «sacrifice pour lequel elle n'a pas eu le choix». Il s'y tient depuis sa mort, il y a un an, lancé à corps perdu dans un combat contre «les aberrations du système judiciaire». En juin dernier, l'Institut pour la justice lui a confié la présidence de son comité d'orientation. À lui de faire œuvre de pédagogie pour sensibiliser M. et Mme Tout-le-Monde aux rouages parfois «fumeux» de la machine pénale, ou de dégoter quelque ficelle susceptible d'éviter «une accumulation croissante de textes inapplicables et inappliqués». «À la disparition de sa fille, il s'est dit qu'il fallait qu'il se batte à son tour, témoigne Damien Theillier, directeur des études à l'Institut et professeur de philosophie. Il savait qu'il allait prendre des coups, qu'on l'accuserait de mener une croisade personnelle. Son courage, c'est d'avoir relevéla tête.»

Alors, un peu comme on entre en guerre, Philippe Schmitt a commencé par démarcher les parlementaires de tout bord, entamant avec eux «un dialogue poli mais difficile». Comme on se frotte à l'ennemi, il a - pour la première fois - feuilleté les journaux en s'arrêtant net sur les pages consacrées aux faits divers. Il ne lisait jamais cette rubrique avant l'assassinat d'Anne-Lorraine ; il en détestait même jusqu'au nom. «Je tombe des nues et ça continue», lâche-t-il. Pourquoi ne pas voter la suppression des délais de prescription dans les affaires criminelles, rendus caduques grâce aux progrès de l'ADN ? Pourquoi ne pas offrir aux parties civiles l'opportunité de faire appel d'un verdict ? Pourquoi ne pas «expliquer aux gens qu'un accusé condamné à dix-huit ans de réclusion n'en fera que neuf», qu'«un criminel odieux peut quand même sortir» ?

Philippe Schmitt, lui, aimerait que ses filles, toutes les femmes et jeunes femmes, «puissent aller et venir, tranquillement, sans tomber sur un repris de justice». Il rêverait que les politiques soient «humbles et courageux», qu'ils «admettent que, pour certains individus, il n'y a plus rien à faire».

En attendant, il tremble avec sa femme dès lors que Béatrice et Bénédicte, les jumelles de la fratrie décapitée, envisagent le moindre déplacement. Le couple confesse une légère paranoïa et dit s'en vouloir un peu. Mais «ça arrive tellement vite, vous savez…». Si peu de temps s'écoule avant qu'on ne se dise, inconsciemment, «qu'on n'a pas été là quand il l'aurait fallu, qu'on n'a pas été capable de protéger son enfant alors qu'on est son père».

Dimanche dernier, Elisabeth Schmitt avait gardé une place à la messe pour son mari. La même - mais elle ne le savait pas - que celle qu'il avait occupée ce 25 novembre 2007, en attendant qu'Anne-Lorraine appelle d'une cabine ou d'un commissariat, pour dire «qu'on lui avait volé son sac ou son portable». Pour finir, M. et Mme Schmitt se sont décalés d'une rangée.

Tout à l'heure, lors de la messe donnée en la cathédrale de Senlis à la mémoire d'Anne-Lorraine, son père n'aura pas le réflexe de regarder si tout le monde est présent : la hiérarchie militaire et sa «solidarité sans faille», la surintendante et le chancelier de la Maison d'éducation de la Légion d'honneur, soutiens «discrets mais réels», les amies d'Anne-Lorraine qui - régulièrement encore - transforment les déjeuners dominicaux des Schmitt en buffets improvisés. Pour sa «thérapie», sa lutte «sans haine ni vengeance», Philippe Schmitt continue de préférer «l'action au cimetière».

En douze mois, une chapelle a été érigée dans un bidonville colombien grâce aux dons spontanément versés à la famille d'Anne-Lorraine. L'édifice a été baptisé Saint-Anne. Pour la plus grande fierté du colonel, qui «ne voyait pas l'intérêt d'accumuler les fleurs».

Le Figaro - 25.11.08

22:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Anne-Lorraine Schmitt - 25 novembre 2007

Philippe Schmitt - 2.jpg
Philippe Schmitt

Il y a un an jour pour jour, Philippe Schmitt perdait sa fille, Anne-Lorraine, 23 ans, sauvagement poignardée un dimanche matin dans le RER D entre les gares de Louvres et Fosses (Val-d’Oise). Le meurtrier présumé dont a été victime l’étudiante en journalisme originaire d’Orry-la-Ville avait déjà été condamné par la cour d’assises de l’Oise en 1996 pour un viol, également commis dans le RER D.

   Alors qu’un livre de témoignages vient de sortir sur Anne-Lorraine, Philippe Schmitt nous parle de son combat pour éviter la récidive des délinquants sexuels.

Dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui ?


Philippe Schmitt. On vit avec notre douleur et notre chagrin. On est entouré par la famille, les amis. Perdre un enfant, c’est comme une amputation sans prothèse possible. J’ai des nuits courtes et beaucoup d’insomnies. Dès que je n’ai pas l’esprit pris par quelque chose, j’y pense.

Un livre est sorti vendredi dernier. Est-ce un hommage à votre fille ?

Les deux auteurs de l’ouvrage ont collecté des témoignages. Nous avons découvert plein d’anecdotes sur notre fille et des facettes d’elle que nous ignorions : elle avait son jardin secret, elle était espiègle et avait beaucoup d’humour. Pour nous, ce livre s’est révélé bouleversant. Les témoignages les plus forts sont ceux des étudiants du Celsa (NDLR : l’école de journalisme d’Anne-Lorraine). Ils nous ont offert un DVD sur lequel sont enregistrés leurs exercices radio et télé et où l’on voit ma fille.

Quel est votre combat pour éviter la récidive des délinquants sexuels ?

Nous avons été révoltés de nous rendre compte que la République avait remis en liberté quelqu’un de violent et dangereux : il a recommencé le même acte, au même endroit, dans le RER D. Nous avons rencontré sa première victime qu’il a violée et blessée. J’ai quatre autres enfants dont deux filles et je veux qu’elles puissent prendre les transports en commun sans risques. On doit rediscuter des remises de peine : on ne négocie pas avec les criminels, et il faut envisager une véritable perpétuité à leur encontre.

Comment comptez-vous agir ?

Avec l’association l’Institut pour la justice, nous avons lancé une consultation début septembre sur la réforme du système judiciaire. Nous avons reçu 25 000 réponses. Nous en publierons les résultats et les transmettrons au garde des Sceaux.

 

Le Parisien - 25.11.08

22:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Un peu d'humour!

Sarközy bruni humour.JPG
Camion du désert.JPG
La famille d'Obama en route pour Washington

19:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Faut-il recoloniser l'Afrique, incapable d'assumer son indépendance?

Migrants au large de lampedusa.jpg
Migrants africains au large de Lampedusa... en route vers l'Eldorado blanc

L'Afrique a réclamé mardi à la 2ème conférence euro-africaine sur la migration et le développement une plus grande ouverture des frontières de l'UE tandis que les dirigeants européens ont plaidé pour leur Pacte qui prône une immigration choisie.

L'adoption en octobre du Pacte européen sur l'immigration et l'asile "a semé le doute", a affirmé le ministre sénégalais de l'Intérieur Cheijk Tidiane Sy.

"Dans l'esprit des fervents militants du processus euro-africain sur la migration, ce pacte est perçu comme une volonté des Européens de se bunkériser", a-t-il dit avant de demander "un effort d'explication et de clarification".

Le ministre français de l'Immigration Brice Hortefeux, qui a porté le concept d'immigration choisie, avait auparavant plaidé en faveur du dialogue avec l'Afrique et du Pacte européen qu'il a inspiré.

"L'objectif du pacte européen, c'est d'éviter une Europe bunker et une Europe passoire", a-t-il déclaré à l'ouverture de la conférence devant quelque 80 délégations européennes et africaines.

Le Pacte, adopté le 16 octobre à l'unanimité, appelle à une régulation des flux migratoires en fonction des besoins de main-d'oeuvre des Etats de l'UE.

Jacques Barrot, vice-président de la Commission européenne, a également plaidé pour le Pacte qu'il juge "très équilibré".

Bernard Kouchner, le ministre français des Affaires étrangères, s'est félicité de l'adoption du Pacte, tout en reconnaissant qu'"il était difficile d'imaginer, il y a deux ans, que la politique française d'immigration aurait recueilli son assentiment". Bernard Kouchner fait partie des personnalités de gauche qui ont rejoint le président de droite Nicolas Sarközy après son élection en 2007.

"Le Pacte, a-t-il dit, a été la première des réussites consensuelles des 27 pays" de l'UE.

Cette unanimité européenne a été battue en brèche par plusieurs dirigeants africains. Ainsi le ministre marocain des Affaires étrangères, Taïeb Fassi Fihri, a appelé l'Europe à davantage de "réalisme".

"Tant qu'il y aura des divergences entre une politique de migration européenne restrictive et les demandes des migrants, les flux d'immigration irrégulière continueront", a-t-il dit.

"Nous demandons, nous exigeons auprès de nos partenaires du Nord une logique constructive et ouverte qui aille bien au-delà de cette volonté de se fermer", a-t-il ajouté demandant d'"ouvrir des passerelles de migration régulière pour tempérer les velléités des clandestins".

Le ministre burkinabé des Affaires étrangères Alain Bédouma Yoda a également plaidé pour des projets de développement dans les pays d'origine tout en demandant d'"assouplir les conditions d'entrée" en Europe, sous peine de voir les problèmes perdurer.

Cette conférence est une nouvelle étape d'un processus engagé à Rabat en juillet 2006 pour établir un "partenariat étroit" entre pays d'origine et pays de destination face au flux d'immigration ouest-africaine vers l'Europe.

Elle faisait suite à une crise dramatique* dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla (nord du Maroc), à l'été 2005, lorsque des milliers de candidats africains à l'émigration s'étaient heurté aux murs dressés à la frontière.

Depuis, l'Europe est confrontée au drame* d'immigrants africains qui, au péril de leur vie, cherchent à gagner ses côtes sur des embarcations de fortune... 

A l'issue de cette deuxième conférence, Européens et Africains devraient adopter un programme sur trois ans pour progresser vers une gestion concertée des flux migratoires, combinant aide au développement, organisation de la migration légale et lutte contre l'immigration irrégulière.

AFP. 25.11.08

*Il y a en effet une dramatisation éhontée de l'émigration noire vers l'Europe  alors qu'on sait sur quel pied vivent les potentats africains!

15:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

La France coule bas...

OCDE Eric Woerth.jpg
Eric Woerth, en cravate rose, garde le sourire... 

La France subira de plein fouet l'impact de la crise internationale l'an prochain, avec une économie en nette récession, un retour en force du chômage et une rapide dégradation du déficit et de la dette, a averti mardi l'OCDE.

D'après l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE), la croissance française serait de seulement 0,9% en 2008, "les gains enregistrés au premier trimestre" ayant été annulés "dans une large mesure par une dégradation marquée de la situation durant le reste de l'année".

Selon ses prévisions, le PIB reculerait ensuite de 0,4% l'an prochain, pour se redresser nettement en 2010 (+1,5%), tout comme la moyenne des 30 pays les plus industrialisés.

Le gouvernement français table, lui, dans son projet de budget sur une croissance entre 0,2 et 0,5% en 2009 et de 2% en 2010.

"Ce repli de l'activité se répercute rapidement sur le marché du travail, puisque les pertes nettes d'emplois au second semestre 2008 devraient faire grimper le taux de chômage aux alentours de 7,5% d'ici à la fin de l'année", estime encore l'OCDE.

Le taux de chômage continuerait ainsi de grimper en flèche en 2009 (8,2% de la population active), atteignant 8,7% en 2010.

Jusqu'à présent, la remontée du chômage a surtout touché les jeunes et les intérimaires "mais elle va probablement prendre un caractère plus généralisé dans un avenir proche" et pèsera sur la consommation des ménages, principal moteur de la croissance française, prévient l'OCDE.

Autre pilier de la croissance, l'investissement des entreprises pâtira quant à lui de la "perte de confiance" et du "resserrement de l'accès au crédit" provoqués par la crise financière, ajoute l'organisation.

Selon l'Insee, le moral des industriels français a en effet chuté en novembre à son plus bas niveau depuis 15 ans, confirmant les craintes d'un fort ralentissement.

Le bâtiment devrait être l'un des secteurs les plus touchés par la crise, tous les indicateurs publiés mardi étant au rouge et risquant encore de se dégrader.

Les mises en chantier de logements sont ainsi en net recul en octobre et les ventes de logements neufs ont chuté de 44% au troisième trimestre. Du jamais vu même au début des années 90, relèvent des experts.

Ce "repli marqué de l'activité en 2008 et 2009 devrait entamer sensiblement les recettes budgétaires", tandis que "la montée du chômage exerce des pressions à la hausse sur les dépenses sociales", analyse l'OCDE.

Le déficit public (Etat, sécurité sociale et collectivités locales) devrait donc passer de 2,9% du PIB cette année à 3,7% l'an prochain, puis 3,9% en 2010, bien au-delà de la limite de 3% autorisée par la Commission européenne.

Dans le même temps, la dette publique devrait dépasser 70% du PIB d'ici 2010 alors que le pacte de stabilité européen préconise 60% au plus.

L'objectif du gouvernement français est de ramener le déficit public à 2,7% du PIB en 2010, après l'avoir laissé se creuser à 3,1% en 2009.

"Il serait préférable que les autorités maintiennent le cap sur la maîtrise des dépenses publiques et la réforme de l'administration", recommande l'OCDE, soulignant que les "marges de manoeuvre" budgétaire du gouvernement pour soutenir l'économie en temps de crise apparaissent "limitées".

15:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Tous ensemble!

Geithner et Sarkozy.jpg
Timothy Geithner avec Nicolas Sarközy

01:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Maintenant, des cantines halal!

C'est le nouveau casse-tête de certaines municipalités. Alors qu’elles proposent un service de restauration scolaire, depuis peu, des parents qui utilisent la cantine souhaitent qu’aucune viande ne soit servie à leur enfant. Cette situation embarrasse les élus. Pour eux, ces demandes s’apparentent à des rites particuliers et, de ce fait, le plus souvent, ils s’opposent à cette exigence.


Ce cas de figure est notamment survenu à Carrières-sous-Poissy. Trois familles musulmanes ont formulé une requête dans ce sens au maire. Eddie Aït (PRG) a donc évoqué le sujet en commission des menus. « Nous avons choisi de ne pas répondre à la demande de viande halal et de repas confessionnels qui sont basés sur les croyances religieuses et qui sont du ressort de la sphère privée, indique l’édile. Notre but est de rester dans le cadre strict du service public laïc. » Il s’appuie notamment sur les mesures de la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) préconisées pour l’organisation de la restauration scolaire. « Des repas spécifiques sont prévus pour les élèves dont l’état de santé nécessite un régime particulier, précise-t-il. Et cela sur présentation d’un certificat médical. »

A Poissy où le sujet est aussi d’actualité, Frédérik Bernard (PS), le maire, est sur la même ligne. « Si les enfants qui mangent à la cantine ne souhaitent pas manger de viande, ils peuvent prendre plus de légumes ou encore du poisson », suggère-t-il. Opposé aux demandes particulières, l’élu rappelle également que les scolaires peuvent apporter leur déjeuner à l’école. Le menu est alors cuisiné à domicile par la famille de l’enfant. « Les parents assument la pleine et entière responsabilité du contenu », prévient le maire. Toutefois, ce mode de préparation doit être en conformité avec les règles du projet d’accueil individualisé, notamment les normes d’hygiène et de sécurité.
La chaîne du froid doit aussi être impérativement respectée. Le repas est déposé dans un réfrigérateur le matin à l’arrivée de l’élève. Il sera réchauffé dans un four prévu à cet effet...

Même si les demandes spécifiques, répondant à des rites particuliers, sont relativement faibles, cette disposition peut provoquer des remous.

La ville de Lyon, qui a mis en place des menus sans viande dans 130 cantines depuis la rentrée 2008, en a fait l’expérience. Une association, jugeant cette décision contraire à la laïcité, a déposé un recours devant le tribunal administratif dans le but d’obtenir son annulation.

 

Le Parisien - 24.11.08

01:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (23)

Les racailles brûlent, les contribuables raquent!

Voiture de police Villiers-le-bel.jpg
Villiers-le-Bel: la voiture de police heurtée par la mini-moto le 25 novembre 2007

Un an presque jour pour jour après les violences qui avaient éclaté à Villiers-le-Bel après la mort de deux adolescents, l'Etat a annoncé dimanche le versement de 6,4 millions d'euros supplémentaires pour la reconstruction de l'école maternelle et de la bibliothèque, qui avaient été détruites par des actes criminels.

Incendiée, la bibliothèque Louis-Jouvet a été remplacée par une nouvelle, baptisée Aimé-Césaire, inaugurée en septembre. L'école mitoyenne a été rasée et remplacée en mai par des pré-fabriqués en attendant l'ouverture d'une nouvelle école en 2010.

L'Etat a par ailleurs fourni 280.000 euros en 2008 pour renforcer les moyens pédagogiques de l'école reconstruite et augmenter le nombre des professeurs affectés à des missions de soutien scolaire dans les collèges de la ville, selon la préfecture du Val d'Oise.

Un programme pluriannuel soutenu par l'Agence nationale de rénovation urbaine (Anru), d'un montant de 154 millions d'euros, doit permettre notamment de restructurer le quartier de la Cerisaie, où vivaient Moshin et Larami, les deux adolescents de 15 et 16 ans décédés le 25 novembre 2007 lors d'une collision entre leur mini-moto et une voiture de police.
 
Le projet de rénovation urbaine au bénéfice du quartier de la Cerisaie  permettra la construction de 117 logements, le désenclavement du quartier de Derrière-les-murs-de-monseigneur et la revalorisation des espaces publics pour  un montant de 32 millions d'euros, selon la préfecture du Val-d'Oise. Val-de-France, la communauté d'agglomération à laquelle appartient Villiers-le-Bel et les communes de Garges-lès-Gonesse, Sarcelles et Arnouville-lès-Gonesse, doit obtenir 8,8 millions d'euros de l'Etat "pour des projets d'aménagement, notamment de zones d'activités économiques, et pour la création d'une école de la deuxième chance".

LCI.fr -24.11.08
 
 

01:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

VIDEO Agathe Cléry, un film antiraciste pour les Fêtes!

http://www.dailymotion.com/video/x7chhv_agathe-clry-bande...

Comment une femme blanche raciste devient subitement NOIRE!

Un film subtil d'Etienne Chatillez! Avec Valérie Lemercier dans le rôle titre!

Un extrait: http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=18847176&cfilm=122749.html

 

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

24/11/2008

"Petit kit de survie pour femmes urbaines"...

Muriel Robin.jpg
Sottise...

La comédienne et humoriste Muriel Robin et Anne Le Nen, instructeur de self-défense, publient lundi un guide vidéo destiné aux femmes et passant en revue des techniques pour faire face à une agression physique.

Sur un ton décontracté, "Petit kit de survie pour femmes urbaines" propose, sous forme d'un DVD (Universal/Mercury), les ripostes possibles mais aussi les attitudes psychologiques à adopter dans ces situations, sur la voie publique, les transports en commun ou tout autre lieu.

Animée par Muriel Robin, une séquence est consacrée à un rappel à la loi, notamment sur la définition de la légitime défense des personnes et les conditions dans lesquelles il est possible d'y avoir recours. Les principaux textes de loi sont lus par la comédienne qui les résume ensuite en termes simples et directs.

Le guide vidéo propose aussi le détournement d'objets du quotidien (ndb: talons aiguille, sac Carla?) pour se sortir de situations délicates, imposer une distance de sécurité, faire diversion ou, en dernier recours, porter un coup sans conséquence physique grave sur l'agresseur.

Des réponses physiques et psychologiques sont proposées pour de nombreuses situations, de l'agression directe sur la voie publique, jusqu'à la "main baladeuse", ou encore le cas où la victime est plaquée au sol ou contre un mur.

"Quand j'ai appris qu'avec des techniques ultra-simples et surtout sans aucune préparation particulière et accessibles à toutes, nous pouvions, nous les femmes, nous sortir de situations critiques, j'ai pensé qu'il était de mon devoir de transmettre ces clés", explique Muriel Robin.

C'est son nouveau sketch humoristique? Il a quelque chose d'odieux et d'insultant pour les Françaises qui se font agresser par la racaille

 

20:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (14)

VIDEO Betar-Tagar vs revisionnistes

http://www.dailymotion.com/video/x3yffa_betar-vs-rvisioni...

Extrait de l'émission de Christophe Dechavanne Ciel, mon mardi! du 6 février 1990

19:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

En Iran, on pend les traîtres à la nation

Iran général Mohammad Ali Jafari.jpg
Le général Jafari

L'Iran a déclaré lundi avoir démantelé un réseau lié au Mossad, les services de renseignement israéliens, deux jours après avoir annoncé la pendaison d'un ingénieur iranien reconnu coupable d'avoir espionné pour Israël, ennemi juré de la République islamique.

Ces annonces interviennent dans un contexte de tension croissante entre l'Iran et l'Etat hébreu autour du programme nucléaire iranien controversé.

"Le bureau des renseignements des Gardiens de la révolution a récemment démantelé un réseau d'espionnage lié au Mossad", a déclaré le chef de l'armée d'élite du régime islamique, le général Mohammad Ali Jafari, cité par la télévision d'Etat.

"Ce réseau cherchait à réunir des informations sur le programme nucléaire, les secteurs militaires des Gardiens de la révolution et des personnalités du régime pour les transmettre au Mossad", a-t-il ajouté.

"Tous les membres de ce réseau ont été arrêtés et des équipements modernes de communications ont été saisis", a déclaré le général Jafari, ajoutant qu'ils ont "avoué avoir reçu un entraînement en Israël pour commettre des attentats et des assassinats" en Iran.

Il a ajouté que "les détails sur la découverte et le démantèlement de ce réseau" seront rendus publics prochainement.

Israël n'a pas souhaité commenter cette annonce. "Nous n'avons pas à faire de commentaire sur des informations "non avérées" en provenance de ce pays", a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Ygal Palmor.

Les Gardiens de la révolution, une véritable armée créée au lendemain de la la révolution islamique en 1979 parallèlement à l'armée classique, disposent des meilleurs équipements militaires du pays, et gèrent le programme balistique de l'Iran.

Ils possèdent de nombreux missiles, notamment les fameux Shahab-3, d'une portée de 2.000 km, capables d'atteindre le territoire israélien, comme le nouveau missile Sejil, récemment testé par l'Iran.

L'annonce du démantèlement de ce réseau intervient après la pendaison le 17 novembre d'un Iranien, Ali Ashtari, pour espionnage en faveur d'Israël.

Ashtari a mené ses activités d'espionnage pendant trois ans, avant d'être arrêté en février 2007 et condamné à mort en juin.

Selon Téhéran, "Ashtari fournissait notamment des renseignements au Mossad, tentait de s'infiltrer dans les centres sensibles du pays pour le compte des renseignements israéliens".

"Avec l'annonce de la pendaison d'Ashtari, nous avons voulu montrer que de nouvelles batailles des renseignements ont commencé avec l'ennemi et que ces batailles sont devenues plus sérieuses", a déclaré un responsable des Renseignements iraniens.

AFP.24.11.08

18:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Contre la piraterie somalienne, une expédition terrestre

Pirates somaliens sur le pont.jpg

Des miliciens armés ont rejoint les pirates qui ont capturé le superpétrolier «Sirius Star».

Moins d'une semaine après la capture du Sirius Star, une bataille navale est-elle en train de se préparer au large de la Somalie ? Conscients de l'énorme impact international provoqué par leur spectaculaire attaque contre le superpétrolier saoudien, les pirates somaliens ont appelé des renforts pour protéger leur prise, qu'ils veulent négocier 25 millions de dollars. Une centaine de miliciens armés venus du centre du pays ont ainsi rejoint Xarardheere, le petit port de pêche où mouille le Sirius Star, au nord de Mogadiscio. En attendant l'issue de la médiation entreprise par la diplomatie saoudienne, les bandits des mers tentent d'empêcher une éventuelle intervention des marines étrangères.

La communauté internationale a rapidement mobilisé les navires de guerre qui patrouillent depuis le début de l'automne dans la région : bateaux de l'Otan, bâtiments américains de la Task Force 150 engagés dans l'opération de lutte contre le terrorisme « Enduring Freedom » ou navires envoyés par différents pays comme la France, la Russie, l'Espagne, l'Inde ou la Corée du Sud. En attendant que l'opération de l'Union européenne « Atalanta » démarre, le 8 décembre, certains pays, notamment la Russie, ont annoncé qu'ils allaient envoyer des renforts. Très offensif, l'ambassadeur russe auprès de l'Otan, Dmitri Rogozine, a carrément affirmé que l'UE et l'Alliance atlantique devraient « lancer une opération terrestre pour éliminer les pirates ».

L'explosion de la piraterie dans le golfe d'Aden, jugée « incontrôlable » par le Bureau maritime international (BMI), inquiète aussi les pays arabes, car elle risque d'entraîner une diminution du trafic. Déjà, deux gros armateurs, le norvégien Odfjell et le danois Moeller-Maersk, ont décidé de dérouter leurs bateaux par le cap de Bonne-Espérance, au sud de l'Afrique, une route plus longue et plus onéreuse, mais aussi plus sûre. Réunis d'urgence jeudi au Caire, les responsables des pays riverains de la mer Rouge se sont dits prêts à soutenir « toutes les options » pour lutter contre la piraterie.

 

Quatre fois la France

 

Les navires de guerre internationaux ne seront cependant jamais assez nombreux pour contrôler la zone d'action des pirates, grande comme quatre fois la France. « Vous pouvez avoir toutes les marines du monde déployant tous leurs navires là-bas, cela ne résoudra jamais ce problème », a prévenu le porte-parole du Pentagone, Geoff Morrell. Les États-Unis se sont démarqués de l'option militaire prônée par les Russes, préférant faire circuler un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU. « Il faut une approche globale de la communauté internationale en mer, sur les côtes, avec les gouvernements, en pensant au développement économique », a poursuivi Geoff Morrell.

Tous les experts l'affirment : la clé du problème se trouve sur la terre, dans cette Somalie en proie au chaos depuis le début de la guerre civile en 1991. Une action musclée pour délivrer le pétrolier géant de ses ravisseurs ne réglera rien. Face à cette importante, mais chaotique, mobilisation internationale, le premier ministre somalien a rappelé hier que l'éradication de la piraterie dans la région était liée au rétablissement d'institutions somaliennes fortes.

    Le Figaro - 23.11.08 

02:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Pédophilie sur Internet - Ce sont des mineures mais ce ne sont plus des enfants

«Le Figaro» a retrouvé la famille de Karen, 16 ans, agressée en 2007 par le pervers qui a récidivé il y a quelques jours.

Tout d'abord Karen n'a pas osé y croire, puis cette adolescente de 16 ans s'est effondrée en larmes. Le pervers qui vient de s'en prendre à une adolescente mosellane de 14 ans en la piégeant sur Internet est celui qui l'avait aussi prise dans ses filets il y a plus d'un an. «On est en colère car on le croyait en prison. Depuis juillet dernier, il était en liberté et on ne nous a rien dit. On se moque des victimes», fulmine Nicole, la mère de la jeune Karen, qui est encore sous le choc de ce qu'elle a vécu.

L'an dernier, cette adolescente a perdu la tête à cause de ce présumé pédophile mythomane qui s'était procuré son numéro de portable via une de ses amies de lycée, contactée sur le Net. Durant un mois, Karen et Fabrice Huljack avaient appris à se connaître par téléphone. Un mois de mensonge. «Sur son portable, il lui montrait sa villa. Il s'est fait passer pour un jeune gendarme de 19 ans, fils d'un haut gradé de la gendarmerie et d'une magistrate», résume Nicole, qui elle aussi a été bernée. «Karen nous avait demandé de le recevoir avec sa soi-disant sœur et on avait accepté.»

Mais sous l'emprise de ce pseudo-gendarme, Karen avait finalement fugué, quittant un beau samedi son père, chauffeur routier, et sa mère, femme au foyer. Direction La Rochelle pour rejoindre son prince-gendarme. Mais sur le quai, c'est la déconvenue : elle tombe sur un homme de 43 ans. Fabrice-le gendarme ne se démonte pas. Il devient Fabrice-l'ami. «Il lui a alors raconté qu'il était un camarade du jeune gendarme, brutalement hospitalisé, et qu'il allait la conduire à lui», poursuit Nicole. Il l'amène en réalité à l'hôtel. «Elle a voulu partir. Mais elle avait peur et il s'en est pris à elle. Heureusement, les gendarmes l'ont libérée au bout de trois jours», raconte cette mère de famille.

 

«Un homme dangereux»

 

«Karen a été agressée sexuellement à trois reprises», précise l'avocat de l'adolescente, lequel peut juste regretter que cette affaire n'ait pas revêtu une qualification criminelle. «Cet homme a été mis en examen pour soustraction de mineur, un délit, et non pour séquestration, un crime. Dans ce dernier cas, il serait resté derrière les barreaux plus longtemps au lieu d'avoir été relâché comme l'exigent les textes», explique Me Jean-Loup Roussel.

Mais plutôt que de respecter les règles de droit, la mère de la jeune fille aurait voulu que l'on respecte les victimes. «C'est un homme dangereux. Il aurait dû rester en prison. Il était déjà en état de récidive quand il s'en est pris à ma fille», sanglote presque Nicole, qui ne comprend pas davantage pourquoi le procès n'a toujours pas eu lieu. Cette audience tant attendue sera celle de Fabrice Huljack et non celle de Karen. «Elle ne viendra pas affronter son agresseur. Suivie par un psychologue, elle ne parvient pas à affronter son histoire», indique son avocat. Mais si elle ne veut pas s'exprimer au procès, elle ne renonce pas à son droit de prendre la plume. Karen et sa famille comptent écrire au président de la République pour l'alerter de cette affaire.

Pour l'heure, Fabrice Huljack est retourné vendredi derrière les barreaux.

23.11.08

 

     

02:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Saakachvili provoque Moscou pour se plaindre à l'UE et aux Etats-Unis

Saakachvili assiste à un office religieux à Tiblissi.jpg
Saakachvili assiste en famille à un office religieux

La présidence géorgienne a accusé dimanche les forces russes d'avoir tiré au passage du cortège des présidents géorgien Mikheïl Saakachvili et polonais Lech Kaczynski près de la région séparatiste d'Ossétie du Sud, une affirmation aussitôt démentie par la Russie.

Les deux présidents "visitaient un point de contrôle près d'Akhalgori lorsque les Russes ont commencé à tirer", a affirmé à l'AFP la porte-parole de M. Saakachvili, Nato Partskhaladzé.

Leur convoi "a essuyé des tirs provenant d'un point de contrôle russe", a déclaré le gouvernement géorgien dans un communiqué.

Le contingent de paix russe en Ossétie du Sud a aussitôt nié avoir ouvert le feu.

"Les affirmations sur l'implication de militaires russes dans des tirs contre le cortège ne correspondent pas à la réalité", a déclaré un représentant de l'état-major des troupes russes en Ossétie du Sud, cité par l'agence de presse Interfax.

"Il n'y a eu aucun tir venant de nos positions en Ossétie du Sud", a assuré un peu plus tard le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, en marge du forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec) à Lima.

Et M. Lavrov a accusé la Géorgie de provocation. "Quand le président Saakachvili invite quelqu'un à des célébrations à Tbilissi, puis prend une voiture et l'emmène dans un autre Etat, n'est-ce pas une provocation ? Bien sûr que c'en était une", a-t-il déclaré.

Le ministère russe de la Défense, cité par l'agence Ria Novosti, a aussi qualifié les accusations de Tbilissi de "provocation".

"Les présidents sont partis immédiatement" après avoir entendu des tirs et "n'ont pas été touchés", a déclaré Mme Partskhaladzé, ajoutant qu'il n'était pas possible de dire si les tirs dont elle parlait visaient directement le cortège ou une autre cible.

Les forces russes "n'étaient pas heureuses de nous voir et ont réagi par ces méthodes barbares", a déclaré M. Saakachvili lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue polonais.

"Il est difficile de dire s'ils ont tiré en l'air ou non. Je suis obligé de dire à mes amis dans l'Union européenne et aux Etats-Unis que le plan (de paix) en six points a été violé", a déclaré M. Kaczynski.

Comme la Russie, l'Ossétie du Sud a démenti être impliquée dans un quelconque incident.

"La partie géorgienne diffuse une nouvelle fois une désinformation. L'Ossétie du Sud n'est aucunement impliquée dans cet incident", a affirmé le vice-ministre sud-ossète de la Défense, Ibraguim Gasseïev, cité par Interfax.

Le chef du KGB (services spéciaux) de l'Ossétie du Sud, Boris Attoïev, a par ailleurs accusé les présidents géorgien et polonais d'avoir "tenté de violer la frontière de l'Ossétie du Sud".

Il a par ailleurs affirmé qu'il y avait "une concentration d'équipements militaires et d'effectifs" géorgiens dans la zone de l'incident, adjacente à l'Ossétie du Sud et surveillée par les observateurs européens.

Le président polonais se trouvait dimanche en Géorgie pour célébrer le cinquième anniversaire de la Révolution de la rose qui a porté au pouvoir M. Saakachvili. AFP.23.11.08

00:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

23/11/2008

Le bon choix: Geithner sera secrétaire au Trésor

Timothy Geithner.jpg
Timothy Geithner en 2006

Timothy Geithner, 47 ans, sera le secrétaire au Trésor de Barack Obama, a confirmé dimanche David Axelrod, conseiller du président élu Barack Obama.

Auparavant, Barack Obama a nommé Robert Gibbs, son ancien directeur de communication pendant la campagne, porte-parole de la Maison-Blanche, avait annoncé samedi l'équipe de transition dans un communiqué.

M. Geithner, qui est actuellement le président de la banque centrale de New York et vice-président du comité monétaire de la Fed, avait été donné comme favori pour ce poste-clé depuis plusieurs jours et sa nomination par le président devrait être annoncée lundi.

"De par son tempérament et son expérience, il est l'homme qu'il faut pour diriger le Trésor", a déclaré M. Axelrod.

L'ancien secrétaire au Trésor de Bill Clinton, Lawrence Summers, devrait être nommé conseiller économique à la Maison Blanche.

En revanche, M. Axelrod n'a pas souhaité confirmer le nom de Bill Richardson, le gouverneur du Nouveau Mexique, dont le nom est avancé par les médias pour occuper le ministère du Commerce.

AFP.23.11.08

http://mahamudras.blogspot.com/2008/11/le-futur-cabinet-d...

23:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le gendre idéal est bronzé et adore sa belle-mère

Obama et sa bele-mère Marian Robinson.jpg
Avec Marian Robinson le 4 novembre 2008
Il y aura sa femme, ses deux filles, un chien, c'est promis, et aussi... sa belle-mère, si elle veut bien. Barack Obama a proposé à la mère de son épouse Michelle de venir s'installer à la Maison Blanche, une perspective qui réjouit les humoristes américains.
"La belle-mère va faire son entrée à la Maison Blanche", résume le Washington Post.

A la radio, un comédien s'esclaffe: "Obama va avoir sa belle-mère à la Maison Blanche? Impossible: pendant la campagne il a dit qu'il était contre la torture !"

Lors de son premier entretien télévisé depuis son élection, le futur président a chanté dimanche sur CBS les louanges de belle-maman, à qui le couple a largement confié la garde de ses deux filles durant la campagne électorale.

"Nous n'aurions pas pu y arriver sans elle", a-t-il rappelé. "Elle est la bienvenue si elle veut (venir avec nous)", a déclaré le vainqueur de la présidentielle américaine, qui s'installera à la Maison Blanche le 20 janvier.

Marian Robinson, 71 ans, n'a pas dit publiquement si elle accepterait l'invitation et quitterait son petit appartement de la banlieue de Chicago.

"Elle aime avoir un espace à elle et n'aime pas les chichis", a observé son gendre à la télévision. "Evidemment, les chichis ne manquent pas à la Maison Blanche, mais nous espérons qu'elle viendra", a-t-il ajouté.

Mardi, Mme Robinson a visité la résidence présidentielle avec sa fille Michelle et ses deux petites-filles, Malia, 10 ans, et Sasha, 7 ans, qui ont repéré leur future chambre en compagnie des filles du président sortant.

Michelle Obama assure que sa mère donne à ses filles "un sentiment de stabilité" qui pourrait s'avérer utile lorsque le couple présidentiel partira en tournée à l'étranger. Mais elle pourrait se contenter de venir s'installer à Washington sans pour autant prendre pension à la Maison Blanche.

Mme Robinson a la réputation de gâter ses petites-filles qu'elle autorise à aller se coucher après 20H30, malgré les instructions des parents, et à regarder la télévision plus qu'il n'est prescrit. Elle serait aussi la reine du poulet frit, que sa descendance adore.

Recette: "Je le recouvre de miettes de biscuits apéritif ou alors de farine, je le trempe dans de l'eau glacée pour qu'il soit bien croustillant et puis je le mets à frire", a-t-elle révélé dans une interview au quotidien Boston Globe.

Si Marian Robinson fait effectivement son entrée à la Maison Blanche, elle ne sera que la troisième "Première Belle-mère" de l'histoire américaine à le faire, selon Martha Regula, chercheuse à la Bibliothèque des Premières Dames (Ohio, nord).

Elvira Doud, la belle-mère de Dwight D. Eisenhower, passait l'hiver à la Maison Blanche dans les années 1950, rappelle-t-elle. Juste avant elle, Madge Wallace a donné du fil à retorde à son président de gendre, Harry Truman, dont elle critiquait les manières de table, selon Mme Regula.

Le nouvel élu semble quant à lui très proche de la mère de sa femme. Le premier Noir élu président des Etats-Unis a confié qu'il avait saisi la portée historique de son élection lorsque Mme Robinson, assise près de lui sur un canapé en regardant les résultats, lui a pris la main au soir du 4 novembre.

"Pour une femme noire qui a grandi dans les années 1950 dans un Chicago ségrégationniste, c'était quelque chose de voir sa fille devenir Première Dame des Etats-Unis", a-t-il confié. AFP.23.11.08

Ndb: Voici le type même de la non-information, touchante à souhait, bourrée de bons sentiments sortis de "La case de l'oncle Tom", rappelant aussi la bonne cuisinière esclave d'"Autant en emporte le vent"(hum!), remplie à ras-bord de clichés sur la merveilleuse grand'mère, exquise belle-mère, etc...

Tout ce texte de l'AFP est pure propagande destinée à faire "remonter" la cote d'Obama, en légère baisse, peut-être, passé l'effet de surprise! Il semble en effet incapable de gouverner sans appeler à son aide une foule de conseillers, dont le principal est Rahm Emanuel, l'israélo-américain, personnalité incontournable sous le soleil du Mondialisme... Sans oublier Hillary Clinton, cornaquée par son mari...

LE SEUL BUT DE CET ARTICLE STUPIDE EST DE FAIRE DIVERSION

20:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

22/11/2008

Ingrid Betancourt n'est pas menacée par la crise...

Betancourt, une vie discète à paris.gif
Ingrid Betancourt vit au coeur de Paris, avec sa mère Yolanda
Menacée de représailles par les Farc après sa spectaculaire libération, l’ex-otage est protégée par des fonctionnaires du service de protection des hautes personnalités (SPHP).
 Pas question pour Nicolas Sarközy de courir le moindre risque : c’est lui qui a souhaité cette mesure de précaution. « Comment va Ingrid ? » demande t-il régulièrement.
 « Elle se remet du choc petit à petit, vit à son rythme avec beaucoup de voyages à l’étranger, de la lecture, des moments passés avec ses enfants, Mélanie et Lorenzo », raconte un proche, qui s’agace du début de polémique sur l’utilisation des fonds de l’Etat pour lui assurer un certain train de vie.
« A part pour sa protection, Ingrid ne bénéficie de rien, assure Olivier Roubi, responsable de son comité de soutien. Pendant sa captivité elle a continué à toucher son salaire de sénatrice et les droits de son livre. » Aujourd’hui, Ingrid réunit les membres français des comités Betancourt à l’Hôtel de Ville de Paris. Pour les remercier, les réorganiser et leur parler de la fondation humanitaire qu’elle lancera l’année prochaine.
............................................................................................
Ingrid Betancourt a réuni cet après-midi à l'Hôtel de Ville de Paris les membres français de ses comités de soutien. Après une arrivée discrète, la franco-colombienne a présenté la fondation à but humanitaire qu'elle lancera en 2009. 
La fédération internationale des comités Ingrid Bétancourt (Ficib) a annoncé qu'elle changeait de nom pour devenir la Fédération internationale des comités libertad pour la libération des otages en Colombie (Ficlloc). «Ingrid Betancourt a souhaité que son nom ne soit plus public et que l'on communique uniquement sur les otages», détaille Yannick Villardier, responsable Ile-de-France.
Le Parisien - 22.11.08

Les Pays-Bas, très bas...

Achat de canabis dans un coffe-shop hollandais.jpg
Vente de cannabis dans un coffee-shop d'Amsterdam

La politique de tolérance des Pays-Bas envers le cannabis est au coeur d'un vif débat entre les tenants d'une fermeture des coffee shops, où sa vente est tolérée, et ceux qui veulent que l'Etat réglemente la culture du chanvre.

Excédées par les 1,3 million de touristes de la drogue belges et français qui affluent chaque année, les villes frontalières de Roosendaal et Bergen-op-Zoom (sud des Pays-Bas) ont ordonné la fermeture d'ici deux ans de leurs huit coffee shops.

Le maire de Roosendaal Michel Marijnen blâme "les différences dans les approches" en matière de drogues douces entre les Pays-Bas, la Belgique et la France.

"Les gens viennent ici parce qu'ils croient que c'est légal, mais ce n'est pas vrai. En soi, la politique de tolérance, si elle n'était destinée qu'aux Néerlandais eux-mêmes, ne donnerait pas lieu à de telles nuisances et à une telle criminalité", explique-t-il dans un entretien à l'AFP.

Le ministre de la Justice Ernst Hirsch Ballin, dont le parti chrétien-démocrate CDA est partisan d'une approche plus restrictive, voire de la fermeture des coffee shops, a salué la décision "courageuse" des deux villes.

Pour le criminologue Tim Boekhout van Solinge, "l'interdiction est plus dangereuse pour la société que l'herbe elle-même", car les consommateurs vont se tourner vers les circuits illégaux et la criminalité va exploser.

"Si on réglemente, la criminalité diminue, on peut lever des impôts sur la vente et contrôler la qualité du chanvre", a-t-il estimé dans les médias néerlandais.

Les Pays-Bas ont décriminalisé en 1976 la consommation et la possession de moins de cinq grammes de cannabis, dont la vente est autorisée dans des coffee shops. La culture et la vente en gros, qui servent à approvisionner les 700 coffee shops du pays, sont en revanche interdits.

Vendredi, trente-trois maires néerlandais ont appelé le gouvernement à réglementer la culture de cannabis, une activité aujourd'hui contrôlée par des organisations criminelles qui rapporterait deux milliards d'euros par an.

Le maire d'Eindhoven (sud) Rob de Gijzel a annoncé qu'il mettrait en place un projet pilote de production de chanvre pour alimenter les coffee shops de sa commune.

Selon plusieurs enquêtes, une majorité de maires néerlandais des 106 communes où sont installés des coffee shops sont favorables à une légalisation de la chaîne de production et de vente du cannabis.

Les Néerlandais restent attachés à l'approche unique de leur pays, selon un sondage publié vendredi. Si 57% des personnes interrogées n'ont encore jamais fumé de cannabis, 54% veulent garder les coffee shops, 59% sont pour la légalisation de la consommation de drogues douces et 64% soutiennent la légalisation de la culture du chanvre.

Le sujet divise la coalition au pouvoir, qui réunit le parti travailliste PvdA, chrétien ChristenUnie et le CDA. Après les élections de novembre 2006, ils s'étaient mis d'accord sur la fermeture des coffee shops à proximité des écoles secondaires...

Sous la pression du parlement, le gouvernement a commandé pour mi-2009 une évaluation complète des effets de trente ans de politique de tolérance, sur la santé publique comme sur la criminalité organisée.

"Sur la base de cette évaluation, le gouvernement prendra une position, à savoir si la politique en matière de drogues doit être changée et de quelle manière", a indiqué à l'AFP Wim van der Wegen, un porte-parole du ministère de la Justice.

AFP.22.11.08

 

 
 

18:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Il y a 45 ans, à Dallas...

Kennedy jour de son assassinat à Dallas 22 nov 1963.jpg
Assassiné le 22 novembre 1963, à 46 ans, trois ans après son élection à la présidence des Etats-Unis
Kennedy en 1963.jpg
John F. Kennedy, né le 29 mai 1917 à Brookline dans le Massachusetts

17:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)