Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2008

L'Italie a commencé à ficher ses nomades

A côté des empreintes digitales et de la photo, les cases "ethnie" et "religion". Le fichage des habitants des campements nomades voulu par le gouvernement Berlusconi a débuté avec des questions qui rappellent à beaucoup de mauvais souvenirs. Dans une copie du document utilisé par les autorités, remise aux journalistes par la communauté catholique de Sant'Egidio, jeudi 3 juillet, un homme a déclaré être "Rom de Serbie" et "orthodoxe".


La fiche a été établie à Naples où le recensement a débuté ces jours-ci, comme à Milan. Le 10 juillet, ce sera au tour de Rome. Dans ces trois villes, le gouvernement considère que la présence des Roms crée des troubles. Le 30 mai, leurs préfets respectifs avaient été nommés commissaires à "l'urgence nomade". Dimanche 29 juin, ils ont été convoqués au ministère de l'intérieur pour mettre au point les détails de l'opération.

Annoncé le 25 juin, le recensement a provoqué un tollé dans le pays, et alerté l'Union européenne ainsi que des organisations internationales comme l'Unicef et Amnesty international. Mercredi 2 juillet, des députés européens ont dénoncé le projet du gouvernement italien, estimant "inconcevable dans un état membre de l'Union européenne qu'un groupe social spécifique soit visé par une mesure de collecte d'empreintes digitales".

Malgré les polémiques, le ministre de l'intérieur Roberto Maroni, à l'origine du projet, déclare ne pas vouloir "reculer d'un millimètre". Selon ce haut responsable de la Ligue du Nord, mouvement populiste et xénophobe, le recensement est indispensable pour connaître la situation des camps et des nomades qui vivent en Italie, adultes et enfants. Selon lui, "il ne s'agit pas d'un fichage ethnique", mais d'"une garantie supplémentaire pour la protection des droits des occupants des camps nomades". Ceux qui auront le droit de rester en Italie vivront dans des conditions décentes, les autres seront renvoyés chez eux, promet le ministre.

Contrairement à ce qui avait été annoncé, les empreintes des enfants n'ont pas été relevées. M. Maroni, qui espérait pouvoir appliquer le fichage aux mineurs, a dénoncé l'"hypocrisie" des réactions à ce sujet : selon lui, ceux qui disent vouloir défendre les mineurs ne se préoccupent pas des conditions dans lesquelles ils vivent. Les empreintes, a-t-il défendu, devaient ainsi servir à vérifier s'ils étaient envoyés mendier par leurs parents. Dans ces cas-là, les enfants auraient pu être retirés à leur famille.

Dimanche 29 juin, la conférence épiscopale italienne avait fait part de sa "forte préoccupation". L'opposition qualifie le fichage de "raciste". Dans les camps, certains lancent : "Pourquoi pas une étoile jaune !", comme du temps du nazisme. Amos Luzzatto, ancien président des communautés juives, a déclaré que cette décision ravivait en lui le souvenir de ce qu'il a vécu lors de la proclamation des lois raciales de 1938 par Mussolini.

Lundi 7 juillet, une association de gauche va promouvoir un fichage "volontaire" et "de masse" de tous ceux qui veulent protester contre la décision du gouvernement.

Le Monde 5 juillet 2008

17:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

KONK

Konk_173038 Homos droit à l'avortement.JPG

01:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Ingrid Betancourt a-t-elle toujours la nationalité française malgré son divorce?

2. L’acquisition de la nationalité française :

 par déclaration, notamment :

- à raison du mariage avec un(e) Français(e) :
Depuis le 26 juillet 2006, les conditions de recevabilité des déclarations de nationalité à raison du mariage (article 21-2 du code civil) sont les suivantes :

  • le mariage doit être valide et non dissous
  • l’acte du mariage célébré à l’étranger doit obligatoirement avoir fait l’objet d’une transcription sur les registres de l’état civil français
  • le déclarant doit être étranger ou apatride au moment du mariage et au jour de la souscription
  • le conjoint du déclarant doit être français à la date du mariage et avoir conservé cette nationalité sans interruption entre la date du mariage et la date de la souscription
  • la déclaration peut être souscrite après un délai de 4 ans à compter de la date du mariage à condition que la communauté de vie tant affective que matérielle n’ait pas cessé entre les époux depuis le mariage.

Ce délai de communauté de vie est de 5 ans si le postulant n’a pas résidé en France de manière ininterrompue et régulière pendant trois ans à compter du mariage ou si le conjoint français n’a pas été inscrit sur le Registre des Français établis hors de France pendant la communauté de vie à l’étranger. A la date de la déclaration, la communauté de vie tant affective que matérielle ne doit pas avoir été interrompue depuis la date du mariage. Elle ne doit pas être réduite à une simple cohabitation.

    Avant le 26 juillet 2006, que disait le Droit?

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

05/07/2008

Le culte Betancourt: censure sur les commentaires

 Lu dans 20minutes.fr:

  "Nous sommes obligés de fermer les commentaires de cet article car certains internautes noient, par leurs remarques d'un extrême mauvais goût, les commentaires pertinents des autres."

http://www.20minutes.fr/article/240922/France-Le-medecin-...

19:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Carcassonne: la sécurité sur le FAMAS

article_fusil[2] FAMAS.jpg
Avec quelle arme le militaire a-t-il tiré?
Avec un fusil d'assaut de la manufacture d'armes de Saint-Étienne (Famas). Cette arme d’assaut a commencé à équiper l’armée française en 1979. Il peut contenir 25 à 30 cartouches. Sa portée pratique est de 300 m, distance à laquelle il est en mesure de perforer n'importe quel casque. Sa portée théorique maximale est de 3.200 m. Son mécanisme assure deux modes de tir: coup par coup et rafale (en continu ou limité à trois coups). La cadence de tir, élevée pour un fusil d'assaut, est d'environ 1.000 coups/minute. Ce fusil peut être chargé de cartouches ordinaires, à blanc, traçantes, plastique ou encore d'exercice, voire de grenades.

Quelle sécurité existe-t-il sur cette arme?

Normalement, un fusil préparé pour tirer à blanc ne peut pas tirer des balles réelles. «Pour tirer à blanc, le Famas doit être équipé d’un bouchon de tir à blanc, selon Jean-Vincent Brisset, ancien général de Brigade aérienne et directeur de recherche à l’IRIS. Si l’arme est bien conçue, on ne peut pas tirer une balle réelle avec un bouchon de tir à blanc. Si on tire à blanc avec une balle réelle, la balle se coince dans le bouchon. Du coup le canon gonfle, et l’arme s’autodétruit. C’est prévu ainsi. L’arme était peut-être mal conçue… En revanche, on peut enlever soi-même le bouchon de tir à blanc...»
(Source: 20Minutes - 05.07.08)
On disait que le sergent s'était trompé de chargeurs! Qu'il avait commis une "erreur humaine"! Or, on le voit ici, si on tire à blanc (bouchon de tir à blanc indispensable), l'arme s'autodétruit!

 La question demeure: que s'est-il réellement passé à Carcassonne?

N'oublions pas que ce sergent était chef munitionnaire.Son identité n'a toujours pas été révélée. Il a été remis en liberté sous contrôle judiciaire.



19:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (21)

Que de conneries!

La libérationd'Ingrid Betancourt a été soudaine. Cette nouvelle que beaucoup, à l'image d'Annie, de Bagnolet (93), n'osaient « plus espérer », est allée droit au coeur. « Cela nous a fait le même effet qu'un ovni atterrissant dans notre jardin », écrit Claude sur le site Internet de notre journal.

« J'ai eu les larmes aux yeux en voyant Ingrid à la télévision », témoigne Corinne, de Nantes (44). De son côté, Isabelle, Nantaise, a fondu lorsque l'ex-otage est apparue sur son écran, souriante : « J'ai regardé ma fille et mon fils de 10 et 11 ans et je me suis dit qu'elle allait retrouver six ans après ses enfants, qui se sont battus pour elle, et que l'amour est toujours plus fort que la mort ! Il faut y croire toujours. »

Maintenant qu'Ingrid est libre, les Français s'adressent directement à elle. Elle leur est même si proche qu"ils la tutoient: « En début de semaine, ton image était hissée sur le mont Blanc, as-tu touché une étoile pour que tes voeux et les nôtres se réalisent ? » Signé : « une maman ». « Cette leçon de vie », selon l'expression de Sophie, de Neuilly-Plaisance (93) est d'abord, selon vous, une leçon de courage. « Tant que des gens montreront une telle détermination pour faire aboutir ce qu'ils croient juste, eh bien il y aura de l'espoir pour l'humanité et pour notre monde, qui montre pourtant tant de signes inquiétants et même désespérants », nous dit au téléphone Sylvain, de Saint-Michel-sur-Orge (91), 41 ans. « Je suis bluffée, poursuit Isabelle, par l'absence de regret d'avoir couru le risque d'être enlevée. Elle ne renie pas son combat malgré six années d'enfer. Chapeau bas mille fois ! »

Cette joie unanime n'empêche pas les craintes. Comme celle de Gérard, de Puteaux (92), mettant en garde contre la tentation « de récupération ». Ou celle de Martine, de Créteil (94), inquiète que l'on puisse penser à « s'approprier la libération de cette grande femme du XXIe siècle. »
 Il y a aussi Jean-Pierre, soucieux que l'euphorie ne fasse pas « oublier ceux qui sont restés là-bas, dans l'enfer de la captivité ». Une ombre que balaie Jean-Erick, de Toussus-le-Noble (78), 37 ans, tout à son émotion teintée de lyrisme : « Repose-toi car je sais que demain tu vas à nouveau relever tes manches pour ceux qui y sont encore. » N'en doutons pas. (Le Parisien- 05.07.08)
Tant de gogos, victimes de la télé, de la radio, de la presse, la tête bourrée de sottises et de lieux communs, sans le moindre esprit critique, cela donne à réfléchir sur la régression mentale de nos con-citoyens! 

18:27 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Double crime de Londres: un jeune homme de 21 ans arrêté.

La police britannique a arrêté un homme de 21 ans dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de deux étudiants français, Laurent Bonomo et Gabriel Ferez, dimanche dernier à Londres, a annoncé samedi Scotland Yard.

L'homme a été interpellé samedi à 3h40 locales (2h40 GMT) et placé en garde à vue dans un commissariat du sud-est de Londres, selon la même source, qui a indiqué qu'il avait été arrêté dans une rue du sud-est de la capitale sans autre précision.

Un porte-parole de Scotland Yard a indiqué à l'AFP que son interrogatoire devrait débuter dans la matinée.



Il s'agit de la première interpellation depuis le meurtre des deux étudiants français de 23 ans, qui ont été ligotés et poignardés à plusieurs centaines de reprises au total avant que le studio où ils se trouvaient ne soit incendié, dimanche soir.

La police avait lancé un appel à témoins, notamment pour retrouver un homme blanc aperçu en train de s'enfuir des lieux le soir du drame. Le porte-parole n'a pas souhaité indiquer si le jeune homme arrêté correspondait à cette description.


La police s'intéresse notamment à un possible lien entre ce double meurtre et un cambriolage survenu chez l'une des victimes une semaine plus tôt.

Selon Scotland Yard, un ordinateur portable avait été volé le 23 juin lors d'un cambriolage dans l'appartement de Laurent Bonomo, six jours avant qu'il n'y trouve la mort avec son ami Gabriel Ferez, dans des circonstances aussi «horribles» qu'inexpliquées.

De plus, «nous avons établi que deux consoles Sony PSP ont disparu et nous pensons qu'elles ont été volées lorsque les deux hommes ont été tués dimanche» 29 juin, avait ajouté l'inspecteur Mick Duthie. Leurs cartes bancaires ont également été volées, selon la police.

L'enquête s'annonce d'autant plus difficile qu'aucun mobile, pas même le vol, ne justifie la violence extrême de ce double meurtre: les deux étudiants ont été ligotés, bâillonnés et poignardés près de 250 fois à eux deux, avant que le ou les agresseurs ne mette(nt) le feu à l'appartement, sans doute pour tenter d'effacer les traces des meurtres, selon la presse.

Laurent Bonomo et Gabriel Ferez, deux brillants étudiants en biochimie qui effectuaient un stage au prestigieux Imperial College de Londres en partenariat avec leur université de Clermont-Ferrand (centre de la France), n'avaient aucun antécédent judiciaire.

17:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

La libération d'Ingrid Bétancourt: même Israël était dans le coup!

Extrait d'une vidéo bétancourt libération des otages SANTOS.jpg
Extrait des extraits vidéo diffusés par le ministre colombien de la Défense
Betancourt et Kouchner.jpg
Avec Kouchner le 3 juillet à Bogota

AFP.05.07.08. En juin, le président colombien Alvaro Uribe avait annoncé avoir été contacté par des membres importants de la guérilla pour relâcher, moyennant finances, des otages qui, avait-il dit, seraient ensuite accueillis en France.

L'hebdomadaire colombien Semana doit publier dimanche une enquête sur la libération des otages et explorerait la piste d'une reddition moyennant finances des geôliers des Farc, camouflée en une audacieuse opération de commando par le gouvernement de M. Uribe, partisan d'une politique de fermeté contre la guérilla.

Le ministre colombien de la Défense, Juan Manuel Santos, avait expliqué mercredi que la libération des otages avait aussi été le fruit de l'infiltration d'un agent de renseignement au sein de la direction de la guérilla.

Il a finalement décidé de diffuser à la presse des extraits d'une vidéo réalisée par un membre des commandos spéciaux de l'armée colombienne qui se faisait passer pour un journaliste, affirmant que ces images "prouvaient" qu'il n'y a pas eu de mise en scène destinée à occulter le versement d'une rançon aux rebelles mais une vraie opération commando.

Par ailleurs, la France, la Suisse et l'Espagne ont été chargées ces dernières années par M. Uribe d'une mission de médiation avec les Farc. Deux émissaires européens, l'ex-consul français Noël Saez et le diplomate suisse Jean-Pierre Gontard, se trouvaient ces dernières semaines en Colombie.

Le quotidien d'opposition El Espectador affirme vendredi que ces deux émissaires, chargés d'établir un contact avec les Farc, ont été manipulés par le gouvernement Uribe et lui ont servi à détourner l'attention des rebelles pendant que se préparait l'opération de libération de Mme Betancourt.

D'autres informations de presse évoquent une éventuelle aide étrangère, principalement américaine et israélienne, aux militaires colombiens.

M. Santos a démenti toute participation étrangère à l'opération bien qu'il ait reconnu que les Etats-Unis en aient été informés préalablement et ont prêté pendant l'opération un avion espion.

Gerardo Aguilar, alias "César" l'un des guérilleros des FARC capturé au cours de l'opération, a cependant affirmé que des étrangers y auraient participé, ajoutant qu'il a cru qu'il s'agissait d'une "mission humanitaire internationale", selon son avocat.

De son côté, la radio militaire israélienne a rapporté vendredi que deux conseillers israéliens avaient participé aux préparatifs de la libération des quinze otages. M. Santos a catégoriquement réfuté la version de la radio israélienne...

17:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Halde là!

BlancheNeige.JPG

00:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

"Ma maman, c'est un monsieur!"

Un transexuel américain, qui était né femme avant de subir des traitements pour devenir un homme, a donné naissance hier à une petite fille.

bébé du transexuel.jpg

 Thomas Beatie, qui est légalement un homme mais qui avait gardé ses organes de reproduction féminins tout en subissant une reconstruction de la poitrine et des traitements aux stéroïdes, avait suscité une curiosité internationale en avril lorsqu'il avait annoncé sa grossesse.

Cet homme de 34 ans a donné naissance à une petite fille dans un hôpital de Bend (Oregon, nord-ouest).

Thomas Beatie, qui porte une barbe, est devenu "l'homme enceint" après avoir été invité à l'émission de télévision très populaire d'Oprah Winfrey.

"Le désir d'avoir un enfant n'est ni masculin, ni féminin. C'est un besoin humain. Je suis une personne et j'ai le droit d'avoir biologiquement un enfant", a dit M. Beatie lors de ce show. Son épouse, Nancy, ne pouvait avoir d'enfant après une hystérectomie. L'enfant a été conçu par insémination artificielle.

 La situation unique de Thomas Beatie avait été mise au jour lorsqu'il avait écrit dans un magazine homosexuel américain "The Advocate" en mars une tribune intitulée "le travail de l'amour".

"Notre situation est pleine d'inconnus, au niveau social, politique, légal", écrivait M. Bettie, ajoutant avoir rencontré l'hostilité ou les réticences de personnel médical, d'amis et de membres de la famille.

Un médecin avait notamment refusé de s'occuper du couple, après avoir consulté un conseil de l'ordre.

 AFP. 04.07.08

 

04/07/2008

Pour une grosse poignée de dollars

Bétancourt et Delanoe.jpg
Heureuses toutes les deux!

Selon la Radio Suisse Romande (RSR), des dirigeants des Forces armées révolutionnaires colombiennes (Farc) auraient touché des millions de dollars pour libérer leur otage Ingrid Betancourt et ses 14 compagnons.

«Les 15 otages ont en réalité été achetés au prix fort, après quoi toute l'opération a été mise en scène», a rapporté la radio publique dans son journal de la mi-journée, citant «une source proche des événements, fiable et éprouvée à maintes reprises ces dernières années».

Quelque 20 millions de dollars ont été versés aux ravisseurs, a assuré la RSR. Le chef du service étranger de la radio, Pierre Bavaud, a précisé que les sommes en question n'étaient pas une rançon stricto sensu mais auraient servi à «retourner» deux des gardiens des otages. Ces derniers, qui ont été évacués en hélicoptère avec Ingrid Betancourt, devraient désormais bénéficier d'une amnistie en allant s'installer à l'étranger. «C'est un retournement. Il existe en Colombie un fonds spécial doté de 100 millions de dollars pour retourner les rebelles des Farc», a expliqué Pierre Bavaud.

La radio a ajouté que les Etats-Unis, dont trois agents ont été libérés mercredi, étaient «à l'origine de la transaction». A Paris, le ministère des Affaires étrangères nie toute implication.

Réagissant à ces informations, le général Freddy Padilla, commandant des forces armées colombiennes, a assuré que le gouvernement de Bogota n'avait «pas versé un seul centime dans cette opération», qui a permis les libérations. Il estimé qu'il aurait été préférable que le gardien des otages, «Cesar», accepte des millions de dollars, car cela aurait démontré selon lui «la décomposition dans les rangs des Farc».


«Vaste mascarade»

Pour la Radio Suisse Romande (RSS), cette libération «arme au poing et façon opération Ninja» ne serait donc qu'une vaste mascarade.

Rappelant qu'aucune vidéo complète de l'opération n'a été diffusée, le journaliste suisse s'interroge: «En général ce type d'opération est toujours filmé de bout en bout par un membre du commando. Puisque l'opération a été un succès, pourquoi cette vidéo n'a-t-elle pas été diffusée?»

Toujours selon la radio, les raisons d'une telle mise en scène sont multiples. Premier objectif: permettre au président colombien Alvaro Uribe de s'en tenir, du moins officiellement, à sa ligne dure, qui exclut toute négociation avec les rebelles.

La deuxième raison serait électorale: ce coup d'éclat permet à Alvaro Uribe «de redorer son blason d'homme fort du pays chef de l'Etat colombien». La semaine dernière, le président a en effet demandé au Congrès colombien de convoquer immédiatement de nouvelles élections présidentielles anticipées.

La France dément toute implication

De son côté, la France affirme vendredi n'avoir versé aucune rançon à la guérilla des Farc pour la libération d'Ingrid Betancourt.

«La réponse est très simple: non», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Eric Chevallier, interrogé pour savoir si Paris avait versé de l'argent à la guérilla colombienne.

«N'ayant pas été associés à cette opération, nous n'avons pas été associés à ses modalités de financement, si tant est qu'il y ait eu des modalités de financement», a-t-il ajouté lors d'un point de presse.

Les Etats-Unis dans la confidence

De leur côté, les Etats-Unis ont révélé jeudi qu'ils étaient au courant que Bogota préparait une opération pour libérer les otages aux mains de la guérilla et ont laissé entendre qu'ils avaient apporté au moins un "soutien technique" à la Colombie, avec laquelle Washington coopère militairement. Mais l'ambassadeur américain à Bogota, William Brownfield, a assuré que le gouvernement des Etats-Unis n'a versé «ni un dollar, ni un peso, ni un euro» pour la libération mercredi de 15 otages, dont trois Américains.

Ingrid Betancourt : "Je ne pense pas que ce j'ai vu soit une mise en scène"

Interrogée sur une éventuelle mise en scène, Ingrid Betancourt a affirmé : «Avec ce que j'ai vu pendant l'opération - et franchement, honnêtement, je ne pense pas que l'on puisse me duper facilement - je ne pense pas que ce j'ai vu soit une mise en scène», a déclaré Mme Betancourt.

«Il y avait des degrés de tension, c'était tellement stressant que nos camarades ont résisté, ils ne voulaient pas monter dans l'hélicoptère», a-t-elle expliqué. «Ils avaient la sensation qu'on était pris dans un piège». «Quand l'hélicoptère a décollé, la joie de ceux qui avaient commandé l'opération, de nous tous, n'était pas fictive», a encore dit l'ex-otage.

De toute manière, Ingrid Betancourt serait bien la dernière à dire la vérité à ce sujet...

 

23:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

La douleur de la mère de Jérémy

Les obsèques de Jérémy Lepiller, le jeune homme battu à mort il y a une semaine dans la nuit du 26 au 27 juin à Petit-Palais-et-Cornemps, en Gironde, se sont tenues hier à Pessac. Le soir du drame, une dizaine de jeunes, âgés de 13 à 20 ans, se retrouvent dans un mobile home du camping. Rapidement, le climat dégénère quand, après avoir consommé de l'alcool, les participants décident de "bizuther" Jérémy.

Entraîné dans un bois, le jeune homme reçoit un violent coup de matraque tonfa sur la tête. Il s'écroule, deux jeunes s'acharnent sur lui. Son corps est abandonné dans un ruisseau à Gours (Gironde) et ne sera retrouvé que le lendemain.

C'est un témoin de la scène qui a dénoncé les tortionnaires. Les conditions de la mort seront qualifiées de « particulièrement atroces » par Alain Benech, le procureur adjoint du tribunal de grande instance (TGI) de Bordeaux.

« Des poursuites contre le foyer qui l'hébergeait seront engagées »

Prévenue seulement dimanche, Corine Lepiller, la mère de la victime, qui s'est constituée partie civile, effondrée, a mis en cause les dysfonctionnements au sein du foyer de la banlieue bordelaise où l'adolescent était hébergé : « Toutes les sorties de Jérémy devaient être soumises à mon autorisation, le foyer n'aurait jamais dû le laisser sortir. » Corinne Lepiller et sa fille Elina, 21 ans, bouleversée par la perte de son frère, sont déterminées et iront « jusqu'au bout ». « Des poursuites contre le foyer qui hébergeait Jérémy seront engagées. Mineur, il était sous leur responsabilité », a ajouté Me Stéphane Guitard, leur avocat. A ce jour, trois personnes, âgées entre 16 et 20 ans, sont mises en examen pour assassinat.

« Il aimait le rap. Avec son meilleur ami, ils écrivaient des chansons. Il projetait de créer son groupe. » Dans un sanglot, Corine Lepiller décrit son fils, ses rêves d'adolescent mais aussi ses projets, comme celui de s'installer avec sa petite amie avec qui il voulait avoir un enfant. « C'était un garçon gentil, plein de tendresse, dévoué. » Déscolarisé depuis un an et demi, le jeune homme avait quitté le domicile familial et trouvé un hébergement où, selon sa mère, « il avait pris conscience de la vie ». Corine Lepiller reconnaît que les rapports avec son fils n'ont pas toujours été faciles. C'était en partie pour cela que Jérémy avait quitté le domicile familial. « Nous avions du mal à nous comprendre. Il fallait qu'il soit cadré par des personnes extérieures. »

 Dans le foyer aujourd'hui mis en cause, il mettait en place son projet professionnel, il hésitait encore entre peintre en bâtiment et stratifieur. Jérémy devait bientôt obtenir une chambre en ville, mi-juillet, coïncidant avec l'anniversaire de ses 18 ans.

(Le Parisien 4 juillet 2008) 

23:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15)

Etudiants français tués à Londres

Etudiants tués à Lonbdres.jpg
Laurent Bonomo et Gabriel Ferez
Etudiants tués - maison.jpg

AFP. 04.07.08. Dans le petit cul-de-sac de Sterling Gardens, situé dans un quartier populaire réputé tranquille du sud-est de Londres, les voisins des deux étudiants français retrouvés sauvagement poignardés et brûlés dimanche, sont atterrés.

Quatre jours après ce double meurtre, l'un des pires de ces dernières années de l'aveu même d'un inspecteur de Scotland Yard, des spécialistes de la police criminelle s'affairaient encore jeudi dans le studio où Laurent Bonomo et Gabriel Ferez, deux étudiants français de 23 ans, ont été retrouvés morts dimanche soir.

Leurs corps étaient lardés de coups de couteau, puis leur appartement a été incendié, selon les premiers éléments de l'enquête.

Devant le studio, gardé par un policier, un échafaudage et une bâche masquent l'une des fenêtres. L'autre est recouverte d'un drap blanc.

Christine Ramires, une journaliste brésilienne de 32 ans, était leur voisine de palier, au rez-de-chaussée d'une petite résidence moderne de trois étages.

"Je suis rentrée chez moi dimanche après les faits", raconte-t-elle à l'AFP. "Une Espagnole qui habite l'immeuble m'a dit qu'elle avait vu deux hommes frapper à leur fenêtre" de l'extérieur.

"Elle a dit qu'ils portaient des chapeaux", a poursuivi Mme Ramires. "Puis elle a entendu un bruit très fort, comme une bombe".

L'appartement était loué par Laurent Bonomo. Une jeune femme "de 25-26 ans avec de longs cheveux" lui rendait visite de temps en temps, raconte la journaliste sans vouloir donner trop de détails.

Qu'un crime aussi violent ait pu se produire dans une rue aussi tranquille de Londres l'a choquée. "Ca arrive trop souvent au Brésil mais ici ce n'est pas normal", lâche-t-elle.

Même incompréhension pour Farzana Akbary, une Afghane de 27 ans, qui a vu l'incendie depuis la fenêtre de sa cuisine, dans l'immeuble d'en face.

"Il y a eu un bruit de verre cassé, mais je n'ai pas entendu de cris ou quoi que ce soit", témoigne-t-elle.

"C'est terrible, je ne savais pas qu'ils avaient été poignardés", ajoute la jeune femme. "La police nous a juste dit qu'il y avait eu un incendie. "Normalement c'est très calme dans cette rue, on n'avait jamais rien vu de tel".

Autre résident de ce quartier modeste de New Cross où se côtoient de nombreuses nationalités, Mohamed Traore, un Ivoirien de 30 ans.

"J'étais à la maison dimanche soir quand mon voisin m'a fait signe et j'ai vu les policiers", raconte-t-il à l'AFP. "Mais je n'ai pas pu voir l'appartement car il y avait beaucoup de policiers et pompiers là. Je n'ai pas connu les victimes. Je ne savais même pas que ce sont des Français. C'est trop triste. Moi je n'ai jamais eu de problème ici."

L'impasse de Sterling Gardens est située dans le quartier populaire de New Cross, qui compte quelques poches déshéritées et de nombreux immeubles HLM. Le long de sa rue principale cohabitent plusieurs restaurants de vente à emporter vieillissants ou des magasins de vêtements africains traditionnels.

Mais ses loyers bon marché et sa liaison ferroviaire directe avec le centre de Londres font de New Cross une destination prisée des étudiants.

 

23:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Chère, très chère Ingrid!

Betan et Sarkozy Villacoublay.jpg
Sur le tarmac de Villacoublay cet après-midi

Ingrid Betancourt, ex-otage des Farc, est arrivée vendredi après-midi à l'aéroport de Villacoublay, près de Paris, où elle a été accueillie par le président Nicolas Sarközy, et s'est dite "heureuse de respirer l'air" de la France.

Elle a été la première à sortir de l'Airbus présidentiel français, sous l'oeil de dizaines de journalistes et photographes français et étrangers.

En bas de la passerelle, Ingrid Betancourt a donné l'accolade à Nicolas Sarközy et embrassé son épouse, Carla Bruni, avant d'échanger quelques paroles avec eux en privé.

La voix nouée par l'émotion, Ingrid Betancourt a dit avoir "rêvé depuis sept ans de vivre ce moment" au cours d'une cérémonie sur le tarmac.

"Je dois tout à la France", a-t-elle poursuivi, prenant Nicolas Sarközy par la main et lui rendant hommage : "Je regarde cet homme extraordinaire qui a tant lutté pour moi et je regarde aussi à travers lui toute la France".

"J'ai beaucoup pleuré de douleur et d'indignation. Aujourd'hui je pleure de joie", a-t-elle encore dit dans un sanglot, sous les applaudissements.

"C'est un moment très, très émouvant pour moi : respirer l'air de la France, être avec vous", a-t-elle déclaré.

"Chère Ingrid, on attendait ça depuis longtemps", a assuré M. Sarközy.

Combien la France a-t-elle payé pour la rançon?

"C'est toute la France qui est heureuse que vous soyez là et c'est toute la France qui est impressionnée par la façon dont vous êtes revenue, avec ce sourire, cette force", a-t-il ajouté.

"Ingrid Betancourt, bienvenue, la France vous aime!", a lancé le chef de l'Etat.

18:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

"Je dois ma vie à la France"

Betan en larmes.jpg
 Grimacière... alors qu'elle sait très bien qu'une énorme rançon a été versée!

"Je dois ma vie à la France. Si la France n'avait pas lutté (payé) pour moi, je ne serais pas en train de faire ce voyage extraordinaire", a-t-elle dit à des journalistes, alors que l'Airbus présidentiel s'approchait de Paris.

L'avion devait se poser en milieu d'après-midi à l'aéroport militaire de Villacoublay, près de Paris.

18:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Une rançon énorme versée aux FARC!

Des dirigeants des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) auraient touché des millions de dollars pour libérer leur otage Ingrid Betancourt et ses 14 compagnons, a affirmé vendredi la Radio Suisse Romande (RSR) citant une source "proche des événements".

La France a affirmé vendredi n'avoir versé aucune rançon à la guérilla des Farc pour la libération d'Ingrid Betancourt, délivrée mercredi lors d'une opération de l'armée colombienne. (Mais qui va le croire?)

"La réponse est très simple: non", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Eric Chevallier, interrogé pour savoir si Paris avait versé de l'argent à la guérilla colombienne. "N'ayant pas été associés à cette opération, nous n'avons pas été associés à ses modalités de financement, si tant est qu'il y ait eu des modalités de financement", a-t-il ajouté lors d'un point de presse.

Selon la Radio Suisse Romande (RSS), des dirigeants de la guérilla marxiste auraient touché 20 millions de dollars pour la libération de 15 otages, dont Ingrid Betancourt, et l'opération de l'armée n'aurait été qu'une "mise en scène".

"Les 15 otages ont en réalité été achetés au prix fort, après quoi toute l'opération a été mise en scène", a rapporté la radio publique dans son journal de la mi-journée, citant "une source proche des événements, fiable et éprouvée à maintes reprises ces dernières années".

La Suisse a été chargée ces dernières années avec l'Espagne et la France, par le président colombien Alvaro Uribe, d'une mission de médiation avec les Farc.

Quelque 20 millions de dollars ont été versés aux ravisseurs, a assuré la RSR, précisant que les Etats-Unis, dont trois agents ont été libérés mercredi, étaient "à l'origine de la transaction".

Selon la RSR, c'est l'épouse de l'un des gardiens des otages qui a servi d'intermédiaire pour la transaction, après avoir été arrêtée par l'armée colombienne. Réintégrée au sein des Farc, elle a obtenu de son mari qu'il change de camp, a expliqué la radio.

La "mise en scène" de la libération des otages permet selon la radio suisse au président Uribe "de s'en tenir à sa ligne qui exclut toute négociation avec les rebelles tant que les otages ne sont pas libérés".

"Ce coup d'éclat lui permet de redorer son blason" alors qu'il a demandé l'organisation d'une élection présidentielle anticipée, selon la RSR.

Double assassinat bestial à Londres

Double_assassinat_dans_la_rue_morgue.jpg

Scotland Yard a lancé jeudi un appel à témoins après le meurtre «horrible» de deux étudiants français dimanche dans un appartement du sud-est de Londres, où ils ont été ligotés puis poignardés à de nombreuses reprises avant que leur studio ne soit incendié.

Laurent Bonomo et Gabriel Ferez, âgés de 23 ans, sont décédés de «blessures multiples» et «très étendues» après avoir été poignardés à la tête, au cou, au dos et au torse, lors d'une attaque «brutale, déchaînée et horrible», a expliqué l'inspecteur Mick Duthie, visiblement ému, lors d'une conférence de presse à Scotland Yard.

«Tous ceux qui ont travaillé sur cette affaire, y compris moi-même, ont été profondément choqués par ce que nous avons vu», a-t-il ajouté.

«Je n'ai jamais vu de blessures semblables de toute ma carrière». «Tous deux semblent avoir été attachés pendant cet incident», a-t-il ajouté, se disant toutefois incapable de préciser s'ils avaient été torturés et ne souhaitant pas indiquer s'ils avaient été bâillonnés.

«Les voisins n'ont rien entendu», a-t-il simplement souligné. Selon des sources proches de l'enquête citées par l'agence Press association, Laurent Bonomo a été poignardé à 200 reprises, dont une centaine de fois alors qu'il était déjà mort. Son ami Gabriel Ferez a pour sa part été frappé à une cinquantaine de reprises, selon cette source.

Les deux étudiants «talentueux» et «très travailleurs» en biochimie, a relevé l'inspecteur Duthie, étaient à Londres depuis le 1er mai pour un stage obligatoire de deux mois dans le cadre d'un partenariat entre leur université de Clermont-Ferrand et le prestigieux Imperial College de Londres.

Le mobile de ce meurtre reste un mystère, a reconnu l'inspecteur Duthie, qui a lancé un appel à témoins. Un homme blanc a été repéré par un témoin en train de fuir les lieux du drame dimanche soir, a-t-il précisé. Aucune arme n'a été retrouvée sur les lieux du crime, un studio situé au rez-de-chaussée d'un bâtiment de Sterling Gardens, «dans un cul-de-sac du quartier résidentiel calme» de New Cross. Il était loué par Laurent Bonomo.

Les secours avaient été appelés dimanche vers 22h10 (21h10 GMT) à la suite d'une explosion suivie d'un incendie. Les deux jeunes gens étaient déjà morts au moment du départ du feu, a précisé M. Duthie, soulignant que l'appartement avait été «aspergé de produits inflammables».

Le chef de l'enquête a précisé que l'appartement avait été cambriolé il y a six jours et qu'un ordinateur portable avait été dérobé. La direction de l'école Polytech' de Clermont-Ferrand a indiqué qu'ils étaient des «étudiants brillants» en deuxième année de génie biologique. Laurent Bonomo avait été élu président du bureau des élèves et Gabriel Ferez était membre du bureau des arts de l'école.

A l'Imperial College, étudiants et professeurs étaient également sous le choc. Nicky Crowhurst, qui partageait un laboratoire avec Gabriel Ferez, s'est souvenu d'un «gars vraiment sympa». «C'est un choc énorme», a-t-il raconté. «Je n'y crois pas. Lui et son copain passaient leur temps au labo. C'était un gars discret mais très sympathique». Steve Matthews, qui enseigne dans cette université scientifique, l'une des plus réputées du pays, a salué l'intelligence de Laurent Bonomo, promis selon lui à une brillante carrière.

Amateur d'échecs et de tennis, il s'était rapidement intégré. «Laurent était particulièrement mûr et ouvert. Les gens l'aimaient bien. Il était intelligent et il avait évidemment un avenir brillant», a-t-il témoigné. Le dernier meurtre d'un étudiant français en Grande-Bretagne remontait à août 2004, avec la mort d'Amélie Delagrange, tuée par un ancien videur de discothèque de 39 ans, Levi Bellfield. Ce dernier a été condamné à la réclusion à perpétuité en février dernier.

Le Parisien 3 juillet 2008

01:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

03/07/2008

En Colombie, des familles craignent des représailles

FABIOLA, de Cali, dans le sud de la Colombie, a appris la nouvelle par une amie

«C'était peu après la fin du journal télévisé de 12 h 30. Il devait être environ 13 h 40. J'ai allumé la télévision.

Il est maintenant 16 heures et on ne parle que de ça depuis l'annonce. Les programmes ont été interrompus, la radio n'arrête pas d'annoncer la nouvelle. C'est un peu confus encore pour l'instant, on ne sait pas si les otages libérés vont être amenés sur la base militaire de Toledaima ou s'ils vont directement à Bogotá. Les informations sont données par le ministre de la Défense et je pense que, dans les minutes qui suivent, on va en savoir plus. Mais j'ai déjà entendu des réactions d'associations. Comme par exemple l'Association des mères et des familles des séquestrés, qui ont déclaré qu'elles se réjouissaient de cette nouvelle, tout en insistant sur leur inquiétude au sujet de possibles représailles pour ceux qui restent.

» D'après les déclarations du ministre de la Défense, ce n'est pas une libération, mais bien un sauvetage, et cela a impliqué une tromperie des Farc à qui on a demandé de déplacer les otages vers le sud, dans un endroit où se serait trouvé Alfonso Cano. Il n'y aurait eu aucun coup de feu, mais les associations se disent très inquiètes au sujet de ceux qui restent otages.

« On espère qu'il n'y aura pas de représailles »

» Ici, à Cali, où, l'année dernière, onze des douze députés du Valle del Cauca avait été assassinés dans des circonstances troubles alors qu'ils étaient aux mains des Farc depuis plusieurs années, je n'ai entendu aucune manifestation de joie dans la rue, rien de particulier depuis l'annonce de cette nouvelle. Bien sûr, je suis heureuse pour Ingrid, les Américains et les militaires libérés. Comment ne pourrait-on pas l'être ? Et je suppose que mes compatriotes le sont aussi. Mais plus que jamais, un accord humanitaire est nécessaire. On ne peut pas en faire l'économie. Les Farc doivent montrer leur volonté de paix, et le gouvernement doit aussi oeuvrer dans le sens d'un accord. C'est une grande préoccupation pour nous, pour les familles des otages et pour tous les Colombiens. On espère que cet accord arrivera et que les otages encore aux mains des Farc ne subiront pas de représailles de cette opération. »

Il y a encore des otages aux mains des FARC et leurs familles tremblent pour eux!

Il n'y a pas de quoi faire la fête en France! C'est indécent vis-à-vis des Colombiens qui souffrent!

Pour ceux qui se feraient du souci au sujet de la santé d'Ingrid Betancourt, qu'ils se rassurent: elle va bien, elle a déjà été examinée par les meilleurs médecins de Bogota, et en France, c'est le médecin de l'Elysée qui va la suivre. Je viens de l'écouter sur le Point: il la trouve en pleine forme! Et il y a de quoi s'étonner: après 6 ans dans la jungle... affamée, atteinte d'une hépatite B... torturée.. Tout ceci était-il bien vrai?

On est loin de tout savoir.

Sarközy espère redorer son blason en carton-pâte avec Ingrid Betancourt, promue icône des Français:

Encore une nouvelle immigrée!

La France célébrait jeudi la libération en Colombie d'Ingrid Betancourt en attendant d'accueillir vendredi l'ex-otage, qui a été au coeur d'une mobilisation exceptionnelle dans tout le pays, du sommet de l'Etat jusqu'aux plus petits villages.  

 

Ingrid parvis.jpg
Sur le parvis de l'Hôtel de Ville à Paris

En milieu de journée, la présidence française a annoncé que "la Franco-Colombienne" arriverait en France vendredi dans l'après-midi, à bord d'un Airbus de la présidence française.

L'appareil, à bord duquel ont pris place la famille d'Ingrid Betancourt, le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner et le médecin-chef de la présidence française, était attendu à Bogota entre 08H00 et 09H00 locales (13H00/14H00 GMT) pour des retrouvailles qui s'annonçaient particulièrement émouvantes.

Dans une déclaration faite juste après sa libération, après six ans et quatre mois aux mains de la guérilla colombienne des Farc, Ingrid Betancourt a remercié "sa douce France", où elle a passé une partie de sa vie et fait des études, rendant hommage à tous ceux qui l'ont soutenue.

 "Je suis colombienne mais je suis française (par son premier mariage), mon coeur est partagé. Je vais très vite être avec vous, je rêve d'être en France", a-t-elle dit.

Le président Nicolas Sarközy, qui avait fait de la libération de la Franco-Colombienne une "priorité" de son action diplomatique et multiplié les initiatives en ce sens, a exprimé mercredi soir la "joie immense de toute la France", entouré par les enfants de l'ex-otage, Mélanie et Lorenzo Delloye, et sa soeur, Astrid Betancourt.

"C'est le moment tant attendu. Avec toute ma famille, on manque de mots. On n'attend que le moment de serrer maman dans nos bras", a dit Mélanie Delloye, la gorge serrée. "C'est le meilleur moment de ma vie", a assuré son frère.

L'événement faisait jeudi la Une de tous les journaux français, sans exception, tandis que radios et télévisions bouleversaient leurs programmes pour des émissions spéciales.

Les médias français ont surtout mis en avant un succès personnel du président colombien Alvaro Uribe, qui ne semble pas avoir mis au courant les autorités françaises d'une opération de libération menée dans le plus grand secret.

Le bras droit de Nicolas Sarközy, Claude Guéant, a déclaré que la France n'avait "pas pris part" à l'opération de libération de l'otage par l'armée colombienne.

"Il est vrai que nous ne l'attendions pas à ce moment-là", a reconnu M. Guéant. "Ce dénouement, nous l'avons appris un quart d'heure" avant que les médias colombiens ne l'annoncent, a-t-il dit.

Ingrid Betancourt est devenue en France une icône, un symbole du drame des otages dans le monde. Elle a suscité la mobilisation de nombreux artistes, associations, personnalités de tous bords et citoyens ordinaires.

Le portrait de l'otage avait été affiché au fronton de très nombreuses mairies, qui en avaient fait leur citoyenne d'honneur. Eygalayes, un village de 75 habitants dans la Drôme (sud-est), avait même rebaptisé sa place centrale du nom d'Ingrid Betancourt.

En début de semaine, son portrait avait été hissé au Mont Blanc, le plus haut sommet des Alpes.

AFP.03.07.08

16:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Who's who Ingrid Betancourt Pulecio

250px-Ingrid-Betancourt.jpg
Le 2 juillet 2008
Ingrid Betancourt Pulecio, née à Bogotá le 25 décembre 1961, est une personnalité politique franco-colombienne. Elle a été enlevée par les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) le 23 février 2002 et a été libérée le 2 juillet 2008 (soit après 2 321 jours) avec trois otages américains et onze militaires colombiens.
 Íngrid Betancourt ayant acquis la nationalité française par mariage, sa captivité et l'action de son comité de soutien ont bénéficié d’une importante couverture médiatique en France.

Íngrid Betancourt est la fille de Gabriel Betancourt, ancien ministre colombien de l'Éducation (sous la dictature du général Gustavo Rojas Pinilla) et de Yolanda Pulecio, ancienne reine de beauté du département de Cundinamarca devenue sénatrice.

Elle passe une partie de son enfance en France, lorsque son père obtient un poste à l'UNESCO. Elle fait ses études primaires à Paris (Lubeck) puis ses études secondaires au Lycée Français Louis Pasteur de Bogota.Après son baccalauréat, elle retourne à Paris pour suivre les cours de l'Institut d'études politiques. Son père est alors ambassadeur de Colombie à l'UNESCO, et de nombreuses personnalités fréquentent la famille. C'est ainsi qu'Íngrid Betancourt fait la connaissance du poète Pablo Neruda, avec lequel sa famille garde un fort lien d'amitié jusqu'à sa mort en 1973.

Sa sœur, Astrid Betancourt, se marie avec Daniel Parfait, ancien ambassadeur de France en Colombie de 2000 à 2004, et depuis 2004 directeur des Amériques, s’occupant notamment du dossier colombien au Quai d’Orsay?

Après être rentrée en Colombie et avoir vécu la séparation de ses parents, Íngrid repart pour Paris et entre à l'Institut d'études politiques où elle a pour professeur Dominique de Villepin. C'est là qu'elle fait la connaissance d'un Français, Fabrice Delloye, qu'elle épouse en 1981. De cette union naissent deux enfants, Mélanie et Lorenzo Delloye.

En 1990, Íngrid Betancourt divorce, revient seule à Bogotá et entre au ministère colombien des Finances. Elle est élue députée en 1994 et crée son parti écologiste, Oxígeno Verde, en 1998. Elle est élue sénatrice la même année.

(Source: Wikipédia)

Ingrid Betancourt a-t-elle encore quelques gouttes de sang français dans les veines?

Bettencourt est un nom de famille, d'origine normande, porté par de nombreuses personnes françaises.


Il y a beaucoup de personnes
portugaises appelés Bettencourt, surtout dans les îles des Açores et Madère, qui sont descendants de la famille de l'explorateur normand Jean de Béthencourt (1360-1425).

Au Portugal les variantes Betencourt, Betancourt, Bitencourt et Betancour sont aussi utilisées.
Quelques dénommés Bettencourt célèbres :

La famille Bettencourt des Açores a donné plusieurs personnalités importantes au Portugal et en Amérique latine.

 

 

 

 

 

16:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)