Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2007

Bacchus au Japon

a42b2120b339deaec01b5b4344f6723b.jpg
Pour célébrer l'arrivée du Beaujolais nouveau, des habitants de Hakone dans la banlieue de Tokyo ont tout naturellement rempli un spa avec le nouveau cru 2007, à l'intérieur duquel ils ont pu déguster  le doux breuvage.

19:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Dernière heure: la grève continue

891a7e11dc48c62a63f55eebf7c648e9.jpg0a8ded5eb58fbc13cb695eb0517f2db2.jpg

Reconduction de la grève dans les chemins de fer en France.

 Six syndicats de cheminots français ont appelé dimanche à reconduire pour lundi, pour la sixième journée consécutive, la grève dans les chemins de fer, pour protester contre la réforme des régimes spéciaux de retraite, a annoncé l'organisation majoritaire, la CGT.

© 2007 AFP - 18/11/2007 17:46

19:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

La menace iranienne

97a9f19c37236a6ee2687dac9ead2019.gif

 L'Iran ne voudrait pas devoir utiliser le pétrole comme arme, a déclaré dimanche le président iranien Mahmoud Ahmadinejad lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet de l'Opep à Ryad.

© 2007 AFP - 18/11/2007 17:52

 

19:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Hugo Chavez et Ingrid Betancourt

303a0656aba6b3de95185df53581407f.jpg
Hugo Chavez

Alors que les proches d'Ingrid Betancourt appellent à un rassemblement aujourd'hui à Paris, le président vénézuélien, Hugo Chavez, attendu mardi à l'Elysée, se démène pour obtenir une « preuve de vie » de la Franco-Colombienne.

au coeur de la rencontre Sarközy-Chavez, mardi, à l'Elysée, la libération d'Ingrid Betancourt, la Franco-Colombienne enlevée il y a plus de cinq ans par les Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie), la plus vieille guérilla du monde. En août, Hugo Chavez, la bête noire des Américains, a proposé sa médiation. Elle a été acceptée par Nicolas Sarközy, qui a fait de la libération de la Franco-Colombienne l'une de ses priorités.


Le président colombien a approuvé et mandaté Chavez pour cette difficile négociation. Alvaro Uribe, il y a quelques mois, envisageait pourtant de récupérer les détenus par la force, au risque de jouer leur vie. Il n'est plus aussi intransigeant et ne semble plus croire à une victoire militaire décisive sur les Farc, dont la capacité de nuisance, bien que cantonnée dans la jungle, reste importante. Il ne veut se fâcher ni avec Chavez ni avec Sarkozy.

Et, depuis quelques mois, les Etats-Unis se sont ralliés à l'idée de l'« accord humanitaire » qui inclurait la libération des 45 prisonniers aux mains des rebelles contre l'élargissement de 500 guérilleros enfermés dans des prisons colombiennes.


Pour les spécialistes du dossier, jamais on a été aussi près d'un compromis, qui pourrait permettre à Ingrid Betancourt de sortir enfin de la jungle. Chavez, fidèle à sa promesse, n'a pas chômé, rencontrant même, à Caracas le 9 novembre, un émissaire des Farc. Il compte désormais s'entretenir avec le chef historique des guérilleros, Manuel Marulanda, personnage mythique qui peut à lui seul faire avancer les choses.

Il reste à savoir si Ingrid Betancourt est toujours en vie. Les dernières images de la jeune femme vivante, sur une cassette vidéo, datent d'août 2003. Depuis plus rien, ou presque, malgré les demandes réitérées de la famille d'Ingrid. Un seul témoignage, indirect, atteste que l'otage est toujours vivante. John Frank Pinchao, un sous-officier colombien prisonnier de la guérilla pendant huit ans, évadé le 28 avril, affirme en effet avoir passé quelque temps avec l'ex-candidate à la présidentielle. Une partie de son témoignage est sujette à caution (Pinchao a été briefé par l'armée avant de parler à la presse), mais quelques détails personnels qu'il a donnés à propos d'Ingrid ont rassuré sa famille.

Dans un entretien au « Figaro », vendredi, le président vénézuélien affirme avoir « de bonnes nouvelles pour Sarközy» et espère « obtenir une preuve de vie avant d'arriver à Paris ». Ajoutant tout de même : « Je ne l'ai pas encore. »

De son côté, l'Elysée continue de suivre de très près le dossier. Le secrétaire général, Claude Guéant, assure ne pas savoir exactement ce que Hugo Chavez apportera dans ses bagages. Mais au sujet d'Ingrid Betancourt, il se veut confiant : « Il y a un faisceau de présomptions qui nous font dire qu'elle est bien vivante. Dans notre esprit cela ne fait pas de doute. »

(Source Le Parisien)

18:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le cyclone du "Jugement dernier"

97f9be8652e058b3f396aa1ffd825a8a.jpg
Naître pour mourir dans la boue... 
 Au moins 3.000 personnes ont été tuées par le cyclone Sidr qui a dévasté jeudi le sud du Bangladesh, un bilan très provisoire qui va s'alourdir, tandis que des millions de sinistrés n'ont reçu aucun secours et ont soif et faim.

C'est la télévision ATN Bangla qui a établi ce nouveau bilan, grâce à ses correspondants envoyés sur les lieux de la catastrophe, la pire tempête cyclonique de ces dernières années au Bangladesh.

Le gouvernement s'en tenait dimanche à "2.217 morts, mais nous en avons davantage qui nous arrivent de différents districts du littoral", selon Salina Shahid, du ministère de la Gestion des catastrophes naturelles.

Il y aura au final plusieurs "milliers de morts", ont averti les autorités.

Les sauveteurs s'attendent en effet à trouver des "milliers de cadavres" à mesure qu'ils progressent dans chaque district ravagé et coupé du monde.

Pour l'instant, les secouristes "avancent lentement dans les régions isolées, presque obligés de couper les arbres" en travers des routes dans des districts rayés de la carte, a expliqué Douglas Casson Coutts du Programme alimentaire mondial (PAM).

Au Bangladesh déshérité, Sidr n'a semé que mort et désolation, balayant des dizaines de milliers de maisons en pisé, en bambou ou en paille.

Les blessés sont sûrement des milliers, les sinistrés des millions.

Au moins "900.000 familles sont dans le besoin", soit sept millions de personnes, a affirmé Shafiquzzaman Rabbani de la Croix-Rouge.

Ainsi, à un km de la côte, des survivants désespérés ont raconté à l'AFP qu'ils mourraient certainement s'ils ne recevaient pas, au plus vite, eau et nourriture.

"J'ai perdu six membres de ma famille dans le cyclone. J'ai peur que les trois que nous sommes à avoir survécu meurent de faim. Nous n'avons ni bu ni mangé depuis plusieurs jours", se désole Sattar Gazi, un paysan du village de Nishanbari.

Et "nous n'avons même pas de vêtements pour envelopper les cadavres pour les enterrer. Nous le faisons avec des feuilles", témoigne-t-il.

"Il n'y a ni eau, ni nourriture... Les corps flottent dans les rivières et jonchent les rizières", complète Abdul Zabbar, un instituteur. "Aucun sauveteur n'est arrivé jusqu'à nous", dénonce-t-il.

Pourtant, la Marine a envoyé des tonnes de vivres et de médicaments et l'armée a dépêché ses hélicoptères. L'UE, l'Allemagne, la France, la Suisse, et l'Espagne ont débloqué des millions d'euros.

Mais "des millions de gens sont sans abri et moins de 1% de cette population a été secourue", a évalué Hariprasad Pal, administrateur du district de Jhalokati, l'un des plus meurtris avec celui de Barguna, à une centaine de km au sud de Dacca.

"En 20 ans, je n'avais jamais vu une telle catastrophe", a témoigné M. Pal, qualifiant Sidr de "grande tragédie humaine", quand des survivants parlent du cyclone du "Jugement dernier".
5a845f413efaf4b477dc9bbc8885f7d9.jpg

Sidr est la pire tempête depuis 16 ans au Bangladesh, un pays ravagé par un ouragan en 1970, qui avait fait un demi-million de morts, et par un raz-de-marée en 1991, qui avait tué 138.000 personnes.

Pour éviter un bilan aussi monstrueux, les autorités avaient fait évacuer 1,5 million de personnes dans des bâtiments en dur et dans des abris anticycloniques construits sur la côte.

"Sinon, des dizaines de milliers de gens auraient été tués", a estimé un sous-préfet, K.M. Rahatul Islamadded Islam.

Même si le bilan sera moins élevé qu'en 1970 et en 1991, le gouvernement craint aussi d'"énormes dégâts" économiques dans ce pays musulman laïc de 144 millions d'habitants, dont 40% vivent avec moins d'un dollar par jour, ce qui en fait l'un des plus pauvres au monde.

Dimanche, le nombre de morts ne tenait pas compte des 200 îles qui s'étirent le long des côtes, frappées les premières par des vents à 240 km/h. Sidr était entré au Bangladesh par l'immense réserve naturelle des Sunderbans, une mangrove plantée dans le delta du Gange formant une frontière naturelle avec l'Inde.

Des centaines de milliers de pêcheurs pauvres vivent dans cette région inscrite au patrimoine mondial de l'humanité et réserve exceptionnelle de milliers d'animaux rares.

17:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO Jospin sur la "menace brune"

http://www.dailymotion.com/video/x3bvpz_jospin-et-la-mena...

11:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Une honte: le Mrap interdit à Marseille la "soupe au cochon"!

Alors que des SDF non-musulmans et non-juifs meurent de faim et de froid en ce moment, et aimeraient sans doute se réchauffer avec une soupe au lard, le Mrap interdit de façon discriminatoire la distribution de cette soupe populaire et bien de chez nous par de jeune bénévoles marseillais.

En quoi est-ce "raciste" de manger une soupe d'hiver traditionelle en France? 

Le Mrap demande l'interdiction d'une "soupe au cochon" à Marseille

Le 17/11/2007 à 20:22


Le Mouvement "contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples" (Mrap) a demandé samedi au préfet de la région Paca d'interdire une distribution de "soupe au cochon identitaire", organisée le 24 novembre à Marseille par l'association "Solidarité marseillaise".

La fédération du Mrap des Bouches-du-Rhône estime que "sous le couvert d'une action de solidarité, il s'agit en fait d'une initiative porteuse de tous les germes de la discrimination raciale", dans une lettre au préfet Michel Sapin dont l'AFP a reçu copie.

Le Mrap, pour qui "cette initiative est portée par des militants d'extrême-droite" et "a pour but de générer des tensions et des affrontements", demande au préfet de Provence-Alpes-Côte d'Azur de veiller à ce qu'une telle initiative ne puisse se répéter dans aucune ville de la région.

Le groupe des Jeunesses identitaires de Marseille a notamment appelé, sur son site internet, à se rendre devant le palais de Justice où la distribution de soupe est prévue le 24 novembre au soir.

Le Conseil d'Etat avait interdit en janvier la distribution d'une "soupe au cochon" aux sans-abri à Paris par une association d'extrême-droite, en annulant une décision du tribunal administratif de Paris qui l'avait autorisée.

Le tribunal administratif de Nice avait confirmé, en janvier, le caractère "discriminatoire" et "xénophobe" de la distribution de "soupe au cochon" qui était faite chaque semaine dans le port de la ville par l'association Soulidarieta.



© 2007 AFP

 

01:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

AUSCHWITZ: des photos inédites 60 ans après

77d06e713fdfca544682873d0b2133ce.jpg
Le Mémorial de l'Holocauste de Washington a révélé détenir un album photo inouï. Les déportés en sont totalement absents. Seuls figurent les bourreaux. Les 116 photos rassemblées au sein de cet album dit "de Karl Höcker" montrent, aux abords du camp, la vie ordinaire d'hommes qui ne l'étaient pas: les auteurs, les acteurs de la pire tragédie du XXe siècle, l'extermination des Juifs d'Europe.

Höcker est présent dans presque toutes les pages de l'album, y compris en couverture où il a collé son portrait à côté de celui de son chef, le Sturmbannführer Richard Baer. Il a lui-même écrit la légende: "Mit dem Kommandanten SS-Stubef. Baer, Auschwitz 21-6-1944." Aucune image n'est signée, mais, selon le Mémorial de Washington, elles sont sans doute l'oeuvre de deux photographes professionnels allemands, Ernst Hoffmann et Bernard Walter.
L'album aurait été trouvé dans un appartement abandonné, à Francfort, en 1946 par un ancien colonel et agent de renseignement américain, qui l'aurait conservé chez lui pendant soixante ans. En décembre 2006, cet homme écrit au mémorial et propose de lui léguer son trésor. Un mois après, les photos sont envoyées. Elles sont en très bon état et leur authenticité ne fait aucun doute.

Rebecca Erbelding, jeune archiviste, rencontre alors le donateur qui exige de rester anonyme. Ce sera leur ultime rendez-vous. Le vieil homme est décédé cet été. "Il m'a dit qu'il était très attaché à ce document, ayant combattu lui-même durant la Seconde Guerre mondiale contre les Allemands, confie-t-elle au JDD. Il revêtait à ses yeux une valeur sentimentale inestimable. Mais il sentait la fin de sa vie approcher et voulait que l'album soit entre de bonnes mains, dans un lieu où le grand public en entendrait parler et pourrait le consulter."

Les historiens américains se mettent à étudier les 116 images. Les premières datent de mai 1944, période la plus meurtrière de l'histoire du camp, correspondant à l'extermination en quelques semaines des Juifs de Hongrie. Les dernières, montrant Höcker illuminant un sapin de Noël, ont été prises quelques semaines avant la libération d'Auschwitz par l'Armée rouge. Les chercheurs n'identifient d'abord que trois officiers. Qui sont ces autres hommes qui posent aux côtés de Höcker? Où et à quel moment les photographies ont-elles été réalisées? Il leur faudra neuf mois pour répondre à ces questions. Au passage, ils découvriront, à neuf reprises, le visage de Joseph Mengele, le célèbre médecin surnommé "l'ange de la mort", dont il n'existait à ce jour aucune photo à Auschwitz.
(Source: JDD 09-2007)

00:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO Dîner du CRIF: Sarközy fait refaire l'interview au journaliste !

 http://www.youtube.com/v/1yZm50M5340&rel=1

00:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

17/11/2007

Tinka Milinovic

8f3021e943f3057082443064e9d9e127.jpg
Tinka Milinovic 

30 Octobre 2007 - Un quotidien bosniaque fait sa une sur une supposée relation entre Nicolas Sarközy et Tinka Milinovic, une sulfureuse blonde de 34 ans, animatrice d'une émission locale, présentée comme la remplaçante de Cécilia

Le journal bosniaque « Oslobodenje » publie à la une de son supplément variété « Portal » une photo de Tinka Milinovic en compagnie de Nicolas Sarkozy. Il s’agit bien évidement d’un montage, mais le quotidien assure qu’il y a bien eu une certaine intimité entre eux.

Cette rumeur (information de source sûre selon le quotidien) proviendrait d’une traductrice travaillant dans l’hôtel où ils se seraient rencontrés, en Lybie. Le président français se trouvait effectivement en Lybie au mois de juillet pour des affaires officielles. Tinka était elle aussi à Tripoli, pour les besoins d’une émission.

Le belle blonde est connue localement en tant qu’animatrice et pousse la chansonnette de temps en temps. Tinka Milinovic avait participé avec son groupe Six4One à l’Euro Song Contest de 2006, à Athènes. Selon le journal « Oslobodenje », qui rapporte les propos de la traductrice, Tinka Milinovic et Nicolas Sarközy auraient été intimes. Le président lui aurait même fait envoyer un énorme bouquet de roses.

17 Novembre 2007 - Il y a quelques semaines, un quotidien bosniaque faisait sa une sur une supposée relation entre Nicolas Sarkozy et Tinka Milinovic, une sulfureuse blonde de 34 ans, animatrice d'une émission locale, présentée comme la remplaçante de Cécilia...

Cette semaine, c’est le quotidien belge « La dernière heure » qui prend le relais, en faisant sa une sur une interview exclusive de Tinka Milinovic. La jeune femme a démenti catégoriquement les rumeurs avancées par le journal bosniaque « Oslobodenje ». Elle admet cependant qu’ils se sont effectivement croisés le 25 juillet. (Ah!)

Elle a accepté cette interview en espérant que la presse internationale la laissera tranquille, se disant « harcelée par les médias d'Allemagne, du Royaume-Uni, de France, des États-Unis, de l'ex-Yougoslavie ». Mais par-dessus tout, elle affirme avoir été « choquée par le nombre de personnes qui ne cherchaient qu’une chose: salir quelqu'un ».

Mais rien n'est sale en amour...

(Source: YAHOO)

 

23:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Le châtaignier d'Anne Franck

9f063d802c09d099c17364426b35cbc0.jpg

AMSTERDAM (Reuters) - Le châtaignier qu'Anne Frank pouvait apercevoir de sa cachette à Amsterdam, avant sa déportation par les nazis en 1944, ne sera peut-être pas abattu.

La décision de livrer aux tronçonneuses l'arbre malade, qui menace de tomber, a été prise il y a plus d'un an par la municipalité mais la mobilisation des opposants à ce projet a retardé son exécution.

Mardi prochain, à la veille de la date finalement fixée pour abattre le châtaignier, un tribunal se réunira pour entendre les adversaires de la décision et se prononcer sur ce dossier.

Un groupe de protection de l'environnement a proposé de soutenir l'arbre de 27 tonnes à l'aide d'une armature métallique.

La jeune Anne et sa soeur Margot sont mortes du typhus au camp de concentration de Bergen-Belsen en 1945, quelques semaines avant l'arrivée des Alliés.

(YAHOO)

Un homme propose sur le site internet d'enchères eBay une châtaigne issue de l'arbre géant qui fit rêver la petite Anne Frank cachée dans son grenier d'Amsterdam entre 1942 et 1944 pour échapper à l'occupant nazi. "C'est une occasion parce que cet arbre est malade et risque d'être abattu par la municipalité", affirme le vendeur, Charles Kuijpers. L'enchère a démarré modestement à 4,24 dollars et restera postée sur le site internet jusqu'au 21 novembre, date de "l'exécution" prévue de l'arbre, qui est âgé de 150 à 170 ans et pèse 27 tonnes.

(Source: JDD -16.11.07)

 

21:05 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Dati : une rumeur tenace d'incompétence...

8f5b7c7420187da63e61ea3caf7bde6f.jpg

Un pas en avant, un dérapage de côté, la méthode Dati n'en finit pas de désarçonner son camp. Certes, la garde des Sceaux vient de franchir une étape périlleuse en achevant son tour de France de la carte judiciaire, annonçant une batterie de suppressions de tribunaux. Un dur labeur qui lui a causé de nombreuses inimitiés au sein du groupe UMP.

La tardive médiation du président du groupe, Jean-François Copé, et du Premier ministre, François Fillon, a permis de circonscrire la grogne et de limiter à trois le nombre de députés UMP qui ont voté, jeudi, contre le budget de la Justice.

Et patatras ! Cet épisode à peine passé, Rachida Dati se prend les pieds dans le tapis de l'aide juridictionnelle. Lors de l'examen de son budget, la ministre a annoncé à l'Assemblée que le gouvernement « s'inspirerait » du rapport sénatorial de l'UMP Roland du Luart pour instaurer « une franchise ».

Tollé dans l'hémicycle. La gauche l'a accusée de vouloir instaurer une « taxe sur les victimes » et une « justice de classe ». Gros malaise dans les rangs de l'UMP, Jean-François Copé étant le premier à avouer sa « surprise ». Quelques heures plus tard, Rachida Dati faisait marche arrière. Il n'y avait plus trace hier, au ministère, d'un tel projet...

Il n'en a pas fallu davantage pour relancer au sein de la majorité le soupçon d'incompétence qui plane sur la ministre de la Justice. Un député UMP francilien pointe la « fébrilité de ses interventions » à l'Assemblée tandis qu'un ponte du parti juge que l'« inexpérience » de Rachida Dati devient « problématique » : « Elle avait déjà oublié de faire de la politique en présentant la carte judiciaire, il serait temps qu'elle apprenne à en faire... », assène-t-il. Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Roger Karoutchi, préfère louer le « grand courage » de sa protégée.

 Un jugement que certains élus UMP ne manquent pas de nuancer en soulignant que, pour les municipales, la garde des Sceaux a choisi de se présenter dans le fort bourgeois VIIème arrondissement de Paris, acquis à la droite, plutôt que dans le décisif XIIème , déterminant pour reconquérir l'Hôtel de Ville.

20:20 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Une bonne tête de prolo?

7d87238cd2b98ba197f886e8c653dd08.jpg
Daniel Gluckstein  

Le secrétaire national du Parti des travailleurs (PT, trotskiste) Daniel Gluckstein a lancé avec des syndicalistes une nouvelle formation à la gauche de la gauche, le "parti ouvrier indépendant" annoncé par Gérard Schivardi lors de sa campagne présidentielle, selon un communiqué diffusé samedi.

M. Gluckstein, des syndicalistes, des grévistes de la SNCF et d'EDF-GDF ont lancé un "comité provisoire" chargé de préparer une "convention pour un parti ouvrier" les 24 et 25 novembre 2007 à Saint-Ouen, lors d'un rassemblement vendredi soir à Paris salle de la Mutualité.

Parmi les orateurs figurait le maire de Lalande-en-Son (Oise), Pierre Jeanneney, qui "prépare avec Gérard Schivardi et une quarantaine de maires la convention pour un parti ouvrier", précise le communiqué.

La réunion à la Mutualité, qui était "remplie" selon les organisateurs, reprenait quelques mots d'ordre de M. Schivardi pour la présidentielle (0,37% des suffrages exprimés): "Non au Traité de Lisbonne, rupture avec l'Union européenne, vers un parti ouvrier de lutte de classe".

"Ce meeting s'est terminé par l'Internationale", ont précisé les organisateurs. 

(Source: Le Parisien)

19:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Statistiques ethniques: le Cnil reste perplexe...

58448a57d36144dcd55229ffb51be618.jpg
Alex Türk, né en 1950 à Roubaix, Sénateur du Nord (Nord- Pas-de-Calais)

Alex Türk est président de la Commission nationale Informatique et libertés (Cnil)

La Cnil a inspiré l'article 63 de la loi sur l'immigration, qui concernait les statistiques ethniques, censuré jeudi par le Conseil constitutionnel. Vous vous sentez désavoué ?

Alex Türk.
Le mot qui me vient est plutôt celui de perplexité ! Cette décision a provoqué une grande incompréhension dans l'institution.

Oui, je l'assume, la Cnil a demandé aux deux députés qui en sont membres* de déposer ce qui était d'abord un amendement au projet de loi sur l'immigration. Cette proposition visait à faciliter les études sur la mesure de la diversité des origines, la discrimination et l'intégration, tout en garantissant le caractère scientifique de ces recherches. Il nous paraissait légitime que ces parlementaires aillent défendre l'une de nos dix recommandations sur le sujet.

C'était bien ce que l'on appelle un « cavalier législatif », comme l'a reproché le Conseil Constitutionnel...

Oui. Mais il fallait profiter de l'occasion offerte par ce texte car il y avait urgence à légiférer dans ce domaine. De plus en plus d'experts, de chercheurs, d'organismes publics ont lancé des enquêtes s'intéressent à l'origine des personnes. Il était nécessaire de cadrer ces recherches par un système d'autorisation préalable systématique de la Cnil, plus protecteur des droits des personnes. Elles existent, elles sont en cours, il fallait trouver une solution pour ces chercheurs.

Sur le fond, les Sages estiment que ce genre d'études ne peut « reposer sur l'origine ethnique ou la race »...

Le principe de cette interdiction est déjà inscrit dans la loi Informatique et Libertés, qui prévoit cependant huit cas d'exceptions. Et cette loi, modifiée en 2004, avait été soumise et approuvée par le Conseil constitutionnel. D'où notre perplexité...

* Les UMP Michèle Tabarot (Alpes-Maritimes) et Sébastien Huygue (Nord).

(Source: Le Parisien 17.11.07)

19:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO Folklore blanc toujours vivant !

http://www.dailymotion.com/video/x1ehli_the-chieftains-th...

01:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

VIDEO KOUCHNER CHANTE POUR LA TURQUIE

http://www.dailymotion.com/video/x3hde0_kouchner-chante-t...

01:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

La nuit, tous les chats sont gris... (4)

fede7f32fa842f5f62139386dfb04ea3.jpg

01:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

16/11/2007

Jean-Louis Debré ouvre grand les vannes à l'immigration africaine

En se drapant dans le Droit et en se cachant derrière lui, Jean-Louis Debré va permettre à des villages entiers d'émigrer d'Afrique pour venir s'installer en France. Ne faut-il pas constituer un sous-prolétariat pour le Nouvel Ordre Mondial? Un sous-prolétariat qui n'existait plus en Occident? Une main d'oeuvre à très bas prix qui sera disponible in situ sans avoir besoin de recourir à de lointaines délocalisations, devenues plus coûteuses dans les pays émergents...

"Le regroupement familial est ouvert, toujours ouvert, continue à être ouvert à tous les enfants, quelle que soit leur filiation. La loi ne limite pas le regroupement familial à la filiation biologique, c'est-à-dire par le sang. Nous avons tenu à réaffirmer que le regroupement familial pouvait et pourra toujours se faire au profit des enfants adoptés."

"Par des réserves précises, nous avons également rappelé que c'est la loi personnelle de la mère, celle du pays d'origine, qui s'applique en matière de filiation."

"Deuxièmement, le nouveau dispositif ADN prévu par la loi ne dispense en aucun cas les autorités diplomatiques et consulaires de procéder à l'examen au cas par cas du dossier du demandeur. Celles-ci ne pourront pas se contenter de renvoyer à ces tests. Il ne peut y avoir d'application systématique, même dans les Etats figurant sur la liste prévue. Ce n'est qu'en cas de doute sérieux sur la validité des actes d'état civil produits qu'elles pourront proposer un test au demandeur. Et ce, en s'assurant de son consentement."

Jean-Louis Debré est-il assez clair?

(Source: LE MONDE 16.11.07) 

20:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La chair à canon du "rêve américain"

1865e8e47a360544013e71c9cd028295.jpg
Un vétéran d'Irak sous anti-dépresseurs depuis son retour au Texas
Les diagnostics initiaux des services médicaux de l'armée américaine "sous-estiment de manière substantielle le poids des problèmes psychiques" auxquels sont confrontés les soldats de retour d'Irak, estiment le professeur Charles Milliken et les docteurs Jennifer Auchterlonie et Charles Hoge, dans un article publié, mercredi 14 novembre, dans le Journal of the American Medical Association.

 



L'article résume la "première enquête" basée sur un "suivi longitudinal" de la santé mentale de ces anciens combattants de la guerre en Irak. Elle a été menée de juin 2005 à décembre 2006 sur 88 235 soldats, 64 % d'active et 36 % de réservistes. Elle compare les diagnostics des médecins militaires immédiatement après leur départ d'Irak et six mois plus tard (en moyenne).

La proportion de soldats qui se voit prescrire des soins psychiatriques à leur retour est de 4,4 %.

 Globalement, six mois plus tard, 20,3 % des militaires d'active et 42,4 % des réservistes et des membres de la garde nationale "nécessitent un traitement psychique" lié à leur expérience irakienne.

Cette différence du niveau des troubles entre les militaires de carrière et les réservistes se retrouve dans tous les cas étudiés. La catégorie des "conflits interpersonnels" entre le soldat et ses proches progresse de 3,5 % à 14 % chez les militaires d'active, et de 4,2 % à 21,1 % parmi les réservistes. Le stress post-traumatique passe respectivement dans les deux groupes de 11,8 % à 16,7 % et de 12,7 % à 24,5 %. En l'espace de six mois, il y a deux fois et demie plus de soldats et 3,5 fois plus de réservistes atteints de dépression ; 62,2 % de ces derniers présentent "au moins un symptôme dépressif".

L'étude note enfin que l'alcoolisme fait des ravages bien plus importants que ne l'indiquaient les premiers rapports médicaux. Elle recommande de s'occuper des problèmes de santé mentale des vétérans avant qu'ils ne "s'enracinent de manière chronique" et s'inquiète de la faiblesse des moyens alloués.

Sur 24 millions de vétérans aux Etats-Unis, 500 000 sont aujourd'hui sans domicile fixe. Seuls 400 anciens d'Irak sont inscrits dans une agence d'aide, et 1 500 sont dans un état jugé très dégradé, mais beaucoup rechignent à se faire enregistrer. Un phénomène nouveau consiste en la proportion notoire de femmes parmi ces SDF (11 %, alors qu'elles ne constituent que 4 % des vétérans). Quelque 40 % d'entre elles disent avoir été victimes d'agression sexuelle durant leur service en Irak.

Les associations de secours pronostiquent un prochain "tsunami". La "dégringolade" d'un vétéran - problèmes psychiatriques, perte d'emploi, divorce... - "prend des années", notait la veille Phil Landis, qui dirige un foyer d'anciens combattants à San Diego (Californie) ; or, ceux rentrés d'Irak "dégringolent plus vite que dans le cas des vétérans du Vietnam". Toute la prise en charge de ces soldats est à revoir, jugent nombre d'associations et d'élus. Une récente étude indique que, s'il était assumé par les pouvoirs publics et les assurances, le coût sanitaire réel de l'Irak excéderait sur le long terme celui de la guerre elle-même. Tricare, l'assurance médicale dont disposent les réservistes démobilisés, est "sous-équipé et encombré", note le professeur Milliken. Et ce service n'est offert aux vétérans que durant six mois après leur démobilisation.

(Source LE MONDE 15.11.2007)

 

01:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

"Epidémie de suicides" chez les vétérans d'Irak

3116ff45838ce75883c3e4296d31a273.jpg
"Personne ne revient égal à lui-même"
Une véritable "épidémie de suicides" sévit chez les anciens militaires américains, avec 120 morts par semaine, révèle une enquête de la chaîne de télévision américaine CBS. Au moins 6 256 personnes ayant servi dans l'armée ont mis fin à leurs jours en 2005 – soit une moyenne de 17 par jour –, rapporte la chaîne dans son enquête diffusée mercredi soir. 

 


Alors que le taux de suicide dans la population est de 8,9 pour 100 000, la proportion chez les anciens militaires est de 18,7 à 20,8 pour 100 000. Le chiffre est encore plus élevé chez les jeunes âgés de 20 à 24 ans, où la proportion atteint 22,9 à 31,9 suicides pour une population de 100 000, soit quatre fois le taux de suicide enregistré chez les non militaires pour cette même tranche d'âge.

"Ces chiffres montrent clairement une épidémie de problèmes de santé mentale", estime, dans l'émission de CBS, un militant des droits des anciens combattants, Paul Sullivan. La chaîne cite aussi le père d'un soldat de 23 ans ayant mis fin à ses jours en 2005, qui affirme que les dirigeants du pays et l'état-major ne veulent pas que la véritable ampleur du problème soit connue. Le gouvernement "ne veut pas de chiffres", il "ne veut pas que le nombre des morts soit diffusé".

(Source LE MONDE -15.11.2007)

01:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)