Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2015

Attentat en Isère: Le suspect reconnaît l'assassinat

 

28/06/15 à 11:21 - Mise à jour à 12:22

Source : Belga

Yassin Salhi, l'homme soupçonné d'avoir perpétré vendredi un attentat terroriste en Isère et d'avoir décapité son employeur, a reconnu cet assassinat, a indiqué dimanche une source proche du dossier.

 

  •      

 

L'homme, interpellé vendredi sur les lieux de l'attentat, une usine de gaz industriels près de Lyon (est), a commencé à parler aux enquêteurs samedi soir après avoir gardé le silence depuis son arrestation. "Il a également donné des éléments sur les circonstances" de l'assassinat, a ajouté cette source, sans préciser lesquelles.

Le suspect devrait être transféré dimanche

Yassin Salhi, l'homme soupçonné d'avoir perpétré un attentat djihadiste en Isère, près de Lyon, et d'avoir décapité son employeur, devait être transféré dimanche vers le siège de la police antiterroriste près de Paris, après avoir commencé à parler aux enquêteurs.

D'abord mutique, il a commencé samedi dans la soirée "à s'expliquer sur le déroulé des faits", selon une source proche du dossier qui n'a pas donné plus de détails sur le fond des déclarations.

Les premiers éléments de l'enquête ont permis d'établir qu'il avait envoyé vers un numéro canadien un selfie macabre avec la tête de sa victime décapitée.

La localisation de son contact n'est pas pour autant établie, ce numéro pouvant être un simple relais avant un rebond vers une autre destination. Le Canada a annoncé samedi collaborer à l'enquête française pour tenter de retrouver le destinataire du selfie, sans préciser le type d'assistance fournie aux enquêteurs français.

Ces derniers vont étudier une éventuelle connexion syrienne, alors que selon les tous derniers chiffres, 473 personnes parties de France se trouvent actuellement dans les zones de djihad en Irak et en Syrie.

La garde à vue de Yassin Salhi, débutée vendredi soir a été prolongée, de même que celles de sa femme et de sa soeur, également interpellées vendredi. En matière de terrorisme, les gardes à vue peuvent durer jusqu'à 96 heures.

Les premiers résultats de l'autopsie de sa victime, Hervé Cornara, 54 ans, chef d'une entreprise de transport où travaillait le suspect, n'ont pas permis de déterminer les causes exactes de la mort, et notamment s'il était décédé au moment de la décapitation. Des examens complémentaires seront effectués.

19:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Délit de faciès, arme politique de l’anti-France ? – Par Fabrice Robert

  

 

Nombreuses sont les associations antiracistes qui exultent depuis quelques jours. L’État a été condamné pour “faute lourde” pour cinq cas de “contrôles au faciès” par la cour d’appel de Paris. Pour expliquer les faits, les médias n’hésitent pas à parler de 13 hommes “noirs ou d’origine arabe” ayant décidé de dénoncer des contrôles d’identité qu’ils estimaient discriminatoires. Le choix des mots est assez surprenant. D’habitude, les journalistes préfèrent parler de “jeunes” tandis que les responsables politiques veulent nous faire croire que les races n’existent pas. D’ailleurs, pour appuyer sa décision, la cour d’appel de Paris précise que les contrôles litigieux auraient été réalisés “en tenant compte de l’apparence physique et de l’appartenance, vraie ou supposée à une ethnie ou une race”.

Le Collectif Stop le Contrôle au Faciès, qui fédère un certain nombre d’associations antiracistes en lutte contre les “violences policières”, parle d’une victoire inespérée. Dans son communiqué, le message est très revendicatif. “Du terrain au tribunaux, une victoire historique : les associations se battront jusqu’à la victoire politique !“. Pour rappel, le Collectif Stop le Contrôle au Faciès avait lancé, en octobre 2014, un guide d’action à destination du grand public. Ce document était, tout de même, présenté comme la première étape d’une semaine de sensibilisation destinée à rendre hommage à Zyed Benna et Bouna Traoré, morts en 2005 après être entrés dans un site EDF à Clichy-sous-Bois pour avoir fuit un contrôle de police.

Pour certains militants associatifs de la “diversité”, l’uniforme, c’est l’ennemi. Les policiers sont des hommes à abattre, mais pas seulement : les pompiers se font régulièrement caillasser au coeur des cités. Dans une société où les violences explosent, tout semble bon pour désarmer un peu plus l’État. “Je suis noir donc tu ne me contrôles pas. Sinon, je porte plainte pour racisme !“. “J’ai une barbe et je porte la djellaba donc pas de contrôle d’identité. Sinon, je porte plainte pour islamophobie !“. Voici la France de l’assimilation qui n’assimile plus grand chose à part les germes de la haine entre les différentes communautés présentes sur notre sol. Les contrôles de femmes en niqab provoquent déjà régulièrement des émeutes. Les policiers peuvent-ils alors être poursuivis pour contrôle au faciès alors que ces femmes voilées refusent – il faut le rappeler – de se soumettre à la loi ?

Lire la suite

01:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

USA La Cour suprême légalise les parodies LGBT du mariage

 

Vendredi 26 juin, la Cour suprême des Etats-Unis a légalisé le « mariage » homosexuel dans l’ensemble des Etats-Unis. Par cinq voix contre quatre, la plus haute juridiction du système judiciaire américain a décidé que les 14 Etats américains qui refusent encore de donner l’illusion à deux personnes de même sexe qu’ils sont mariés doivent non seulement le faire, mais aussi reconnaître leur parodie LGBT de mariage lorsqu’il a été célébré ailleurs. La voix qui a fait la différence est celle du juge Anthony Kennedy, un pseudo-conservateur déjà favorable à l’avortement. Les chrétiens d’outre-Atlantique craignent désormais pour leur liberté religieuse.

FDS

01:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Union Européenne : la Pologne souhaite aider uniquement les réfugiés chrétiens

1FauJwT.jpg

0h49

La Pologne est l’un des pays contre l’instauration de quotas de réfugiés entre les différents pays de l’UE. Le pays souhaite aussi n’aider que certains réfugiés.

 

« Les chrétiens qui sont persécutés (en Syrie) de manière barbare, méritent qu’un pays chrétien comme la Pologne les aide » a déclaré Ewa Kopacz, le Premier Ministre.

 

00:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

27/06/2015

Attentats islamistes: Marine Le Pen vent debout contre la passivité du gouvernement

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/marine...

23:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Paul Racine: à 100 ans, l'ancien secrétaire de Pétain sort de son silence

ALTERMEDIA

22:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Florian Philippot sur l'islamisme BFM TV

20:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les hommages à Hervé Cornara, décapité par un musulman "normal", se multiplient En Isère

http://www.leparisien.fr/faits-divers/video-attentat-en-i...

19:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Hommage à Hervé Cornara en Isère


Hommage à la victime de l'attentat en Isère... par BFMTV

19:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Attentat: l'épouse de Yassin Salhi tombe des nues...


Attentat en Isère : la femme du suspect réagit par Europe1fr

18:09 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Saint-Quentin-Fallavier (38) : attentat islamique, un homme décapité (MàJ : Yassine Salhi aurait crié « Allahou Akbar »)

8MzyeY5.jpg Décapité.jpg

18h14

Décapitation et mise en scène macabre

 

 


Yassin Salhi, né d’un père d’origine algérienne et d’une mère d’origine marocaine

Yassin Salhi, soupçonné d’être l’auteur de l’attentat perpétré vendredi dans l’Isère, était « en lien avec la mouvance salafiste », selon le ministre de l’Intérieur, mais ce père de trois enfants originaire du Doubs n’avait jamais fait parler de lui pour des faits délictueux.

Né à Pontarlier (Doubs) il y a 35 ans d’un père d’origine algérienne et d’une mère d’origine marocaine, le suspect y avait été repéré par les services spécialisés dès les années 2005-2006, car il fréquentait un groupe de personnes faisant partie de l’islam radical, sans pour autant faire de prosélytisme, a indiqué à l’AFP une source proche de l’enquête.

Yassin Salhi « était un gamin calme, ce n’était pas un nerveux. C’était un plaisir de l’avoir à la mosquée, il était agréable », se souvient le président de la mosquée de Pontarlier, Nacer Benyahia, « très choqué » des faits reprochés au jeune homme. [...]

Le jeune homme quitte ensuite Pontarlier pour Besançon, où il s’installe dans le quartier de Planoise avec son épouse et ses enfants âgés à l’époque de 3 à 9 ans.

En 2013, il y est à nouveau repéré par les services spécialisés pour fréquenter des individus présumés liés à l’islam radical. Il porte la djellaba et la barbe, ce qui laisse penser qu’il est proche des milieux salafistes, comme d’autres jeunes du secteur. Mais il n’a pas d’activité malveillante et ne fait pas parler de lui en dehors de son apparence vestimentaire, selon la même source.

Puis, fin 2014, Salhi quitte le Doubs avec sa famille pour s’installer à Saint-Priest, en banlieue lyonnaise, dans un appartement situé au premier étage d’un petit immeuble social. [...]

Source


Drapeaux islamistes et « Allahou Akbar »

A Saint-Quentin-Fallavier, les pompiers ont bâché de noir la zone où la tête a été retrouvée pour la cacher des regards. Deux drapeaux islamistes étaient néanmoins visibles sur le grillage vert entourant le site, selon une journaliste de l’AFP, signe d’une probable mise en scène.

Source

Une équipe de pompiers, appelée en secours, a été accueillie par Yassin Salhi au cri de « Allahou Akbar » (Dieu est le plus grand), a poursuivi cette source proche du dossier.

Source


Quatre personnes sont, à l’heure qu’il est, placées en garde à vue :

  • Yassin Salhi ;
  • Sa femme, interpellée au domicile ;
  • Sa soeur, également interpellée au domicile ;
  • Et une personne soupçonnée de repérage et qui pourrait être un complice, mais de source policière, « on est à peu près sûr que Yassin est entré dans l’usine seul, qu’il n’y a pas de deuxième assaillant ».

Source


01:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Un ministre israélien a appelé vendredi les juifs de France à rentrer » à la maison »

hd0GfVs.jpgjuif.jpg

 

20h21

Un ministre israélien a appelé vendredi les juifs de France à venir vivre en Israël après l’attaque djihadiste meurtrière menée près de Lyon.

« J’appelle les juifs de France – venez à la maison ! L’antisémitisme augmente, le terrorisme progresse ».

a déclaré le ministre israélien de l’Immigration Zeev Elkin, un membre du parti du Likoud (droite) du Premier ministre Benjamin Netanyahu. « Ceci est une mission nationale de la plus haute priorité« , a-t-il ajouté dans un communiqué.

Le Premier ministre israélien appelle régulièrement les juifs d’Europe à rejoindre « en masse » Israël. La France abrite la plus grosse communauté juive d’Europe avec quelque 550 000 personnes.

 

source

 

 

00:49 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

26/06/2015

La Bavière ferme ses frontières

Burghausen-bavière.jpg

 

 

26/06/2015 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Mardi dernier, le gouvernement hongrois avait tourné le dos aux directives européennes, et décidé de couper les vannes de l’immigration sur son territoire. Violant le règlement européen « Dublin III », Viktor Orban avait suspendu pour une période indéterminée la règle contraignant son pays à examiner toutes les demandes d’asile déposées chez lui.
Cette attitude, même s’il a fait machine arrière depuis, n’a pas manqué de susciter des émules. La Bavière s’est en effet engouffrée dans la brèche. Elle a annoncé hier qu’elle réintroduirait des contrôles permanents le long de sa frontière avec l’Autriche. Seuls les contrôles ponctuels sont permis par les accords de Schengen ; la Bavière avait mené ce type de contrôles ponctuels pour protéger la réunion du G7, le 6 juin dernier.
Elle avait alors constaté près de 6 000 réfractaires aux droits de séjour, parmi lesquels on dénombrait quelques dizaines de criminels. Le ministre président de Bavière a donc rétabli les contrôles de manière permanente.

Trois ministres du gouvernement suédois ont présenté des mesures visant à faciliter l’expulsion de migrants provenant d’autres pays de l’Union européenne.

Crédit photo : Heribert Pohl via Flickr (CC) = Burghausen, vieille ville et château sur la rivière Salzach en Haute Bavière Upper

23:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Réaction de Marine Le Pen à l'attentat islamiste en Isère

  

Communiqués / 26 juin 2015 / Étiquettes : /  

Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

L’horreur islamiste a de nouveau frappé notre pays, et cette horreur a franchi une nouvelle étape dans la barbarie, avec la décapitation d’une personne à proximité de l’usine de gaz Air Products.

Marine Le Pen exprime toute sa solidarité aux victimes de cet attentat et à leurs proches.

Les grandes déclarations doivent maintenant cesser. Les marches, les slogans et la communication émotionnelle doivent enfin laisser la place à l’action. Rien n’a été fait depuis des années contre le fondamentalisme islamiste. Il progresse à vitesse grand V dans notre pays.

Marine Le Pen demande que des mesures fermes et fortes soient prises immédiatement pour terrasser l’islamisme. Nos frontières nationales doivent être rétablies. L’ensemble des étrangers suspectés de fondamentalisme islamiste doivent être au plus vite expulsés du territoire national. Les binationaux doivent subir le même sort après déchéance de leur nationalité française. Un plan de moyens véritables, matériels et humains, doit être décidé à destination de la police, de la gendarmerie, des renseignements et de l’armée. L’ensemble des prêches dans les mosquées doivent être placés sous surveillance dès aujourd’hui et la construction de nouvelles mosquées gelée pour bloquer les financements étrangers douteux.
La France doit s’armer face au terrorisme islamiste. Elle doit le combattre enfin, et chasser de son territoire national tout comportement fondamentaliste.
Il en va de nos libertés et de nos vies.

21:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Florian Philippot twitte

Capture.PNG Florian.PNG

21:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Attentat en Isère - un homme décapité par l'État islamique : l'heure des amalgames et des stigmatisations doit sonner

 

 

 

Les premiers coupables de cet attentat sont nos gouvernants qui refusent de regarder la vérité en face. Islamisation, immigration... Le monde entier importe sur notre sol ses haines et ses guerres. Aujourd'hui, c'est un attentat en Isère. Si demain il y a dix attentats en un seul jour, que fera ce gouvernement ? Que feraient les eunuques que sont Juppé, Estrosi ou Sarkozy ?

 

L'auteur de l'attentat est connu de la DGSI. Les lois doivent donc changer. Tous les individus connus de la DGSI pour leur islamisme doivent être expulsés s'ils sont étrangers, déchus de leur nationalité s'ils sont Français et, dans tous les cas, incarcérés dans des centres de rétention en attendant.

 

Contraire aux droits de l'Homme, aux lois de Bruxelles ? Aucune importance ! La vie des Français vaut mieux que les divagations de juristes internationaux et de politiciens impuissants.

 

Aucun nouvel individu en provenance du monde musulman ne doit être admis sur notre sol.

 

Voeu pieux en l'état ?

 

Il appartient aux Français de savoir ce qu'ils veulent : regarder la guerre qui leur est faite à la télé ou bien élire des représentants décidés à libérer la France de la racaille islamiste et des collabos.

 

Communiqué du BLOC IDENTITAIRE

 

20:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Attentat islamique en Isère: PADAMALGAM !

 

26/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Attentat islamique dans la société de gaz et produits chimiques Air Products à Saint-Quentin-Fallavier en Isère. Forte explosion, plusieurs blessés, un homme décapité par les terroristes.

« Tous les signaux étaient ces dernières semaines au rouge pour qu’un attentat de cette nature se produise sur le territoire national », selon une source des services de sécurité intérieure.
Ce matin, vers 10 h, une forte explosion retentit dans l’usine de gaz et produits chimiques Air Products, qui s’embrase. Le fort déploiement de pompiers et de gendarmes permet de circonscrire rapidement l’incendie, qui a néanmoins blessé plusieurs employés de la société, et de lever rapidement les doutes quant aux causes de la catastrophe.
Les premiers témoignages recueillis font en effet état de deux personnes impliquées : la première aurait pénétré dans l’entreprise et ouvert plusieurs bombonnes de gaz, revendiquant d’être de Daesh, des drapeaux islamistes en main.
On évoque aussi une voiture qui aurait fait irruption dans la société peu avant 10 heures, effectuant du rodéo dans la cour afin de percuter des bombonnes de gaz présentes sur le site.
Rapidement, la tête d’in homme décapité a été retrouvée accrochée au grillage de la société, couverte d’inscriptions en arabe. Il ne s’agirait pas d’un employé de la société Air Products.
Aussitôt, un important dispositif policier a été déployé pour quadriller la région et renforcer la sécurti

Peu avant 11 h 30, un homme connu de la DGSI et des services antiterroristes a été interpellé, nous ignorons à l’heure qu’il est s’il s’agit d’un des auteurs de l’attentat. Selon des informations du Dauphiné Libéré, un homme serait toujours activement recherché circulant à bord d’un véhicule ce matin avant l’attentat qui aurait fait des allées et venues devant la société ciblée. Depuis, l’un des suspects a été identifié et arrêté, selon Bernard Cazeneuve :

Une personne a été assassinée, décapitée et le parquet antiterroriste de Paris a été saisi de cette enquête. L’identité du criminel est en cours de précision. Il s’appelle Yassin Salhi. Il a fait l’objet d’une fiche S en 2006 pour radicalisation, non renouvelée en 2008. Aucun casier judiciaire. La victime est en cours d’identification.
Le sang froid d’un pompier a permis l’arrestation du criminel.


Tandis que François Hollande est attendu cet après-midi à un Conseil de défense qui se réunit en urgence ce vendredi à 15 heures à l’Élysée, certains ont aussitôt saisi l’occasion pour récupérer l’événement au profit de la loi Renseignement, à l’instar de Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes :

J’éprouve un sentiment d’horreur face à la barbarie qui vient de se produire en Isère ce matin au cœur de notre région. Je veux avant tout exprimer ma solidarité aux victimes, leur famille et leurs proches. La loi sur le Renseignement a toute sa justification : il faut cesser toute forme d’angélisme en la matière devant les menaces. Il faut aussi éviter que la peur ne s’installe. Comme en janvier, toutes les composantes de la Nation doivent s’unir pour faire face au danger. C’est la Nation qui doit combattre la terreur.

Sans surprise, Jean-Christophe Cambadélis a aussitôt sorti le PADAMALGAM magique. Nous voilà rassurés, il n’y a aucun lien entre cet attentat islamique commis par un certain Yassin Salhi d’une part, l’islam et les musulmans d’autre part.

        

19:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

EN DIRECT - Attentat en Isère: un homme décapité, plusieurs blessés

http://www.leparisien.fr/faits-divers/en-direct-attentat-...

+ VIDEOS

19:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Attentat: carnage dans un hôtel en Tunisie, 28 morts dont des touristes

2184789.jpg Sousse.jpg

   

26/06/15 à 14:26 - Mise à jour à 18:36

Source : Belga

Vingt-huit personnes, dont des touristes étrangers, ont été tuées vendredi lorsqu'un homme armé a ouvert le feu dans un hôtel de la station balnéaire de Sousse, le pire attentat de l'histoire récente de la Tunisie.

 

 

© BELGA

Selon le porte-parole du ministère tunisien de l'Intérieur, Mohamed Ali Aroui, un homme armé "s'est infiltré par l'arrière de l'hôtel et a ouvert le feu". Le bilan est de "27 morts et parmi eux figurent des touristes", a dit à l'AFP M. Aroui dans les minutes qui ont suivi l'attentat.

Le bilan s'est alourdi en soirée à 28 morts, une personne ayant succombé à ses blessures, a déclaré à l'AFP Naoufel Somrani, directeur des services d'urgences du ministère de la Santé, sans pouvoir préciser leur nationalité sans l'immédiat. 36 personnes, notamment de nationalité britannique, belge, allemande et norvégienne, ont aussi été blessées, a-t-il ajouté.

L'auteur est un étudiant tunisien inconnu de la police

L'auteur présumé de l'attentat est un étudiant tunisien inconnu de la police qui avait caché son arme dans un parasol, a indiqué vendredi le secrétaire d'Etat aux affaires sécuritaires, Rafik Chelly. "Il est Tunisien, originaire de la région de Kairouan" l'une des villes saintes de l'islam, située dans le centre de la Tunisie, a déclaré le responsable à la radio Mosaïque FM.

"C'est un étudiant. Cette personne n'était pas connue" de nos services, a-t-il ajouté. Selon M. Chelly "a priori, un seul élément" a mené l'attaque de vendredi. "Il est entré par la plage, habillé comme quelqu'un qui allait se baigner, et il avait un parasol avec dedans son arme. Puis arrivé à la plage, il a utilisé son arme", a ajouté M. Chelly.

51 Belges sur place

L'hôtel visé est le Marhaba, il se situe dans la zone touristique de Port el Kantaoui, aux abords de la ville de Sousse. La chaîne d'hôtels RIU a confirmé vendredi que son établissement situé à Port El kantaoui a été touché par cet attentat. L'attaque a eu lieu sur la plage devant le Riu Imperial Marhaba, indique l'entreprise dans un communiqué diffusé via les réseaux sociaux. "Nous sommes en train de collecter toutes les informations à propos de cet attentat et restons en contact permanent avec les autorités afin de leur décrire ce qu'il s'est réellement passé", annonce le porte-parole de la société espagnole. "Nous exprimons nos plus sincères condoléances aux familles des victimes."

Des touristes figurent parmi les morts mais le ministère de l'Intérieur n'était pas en mesure de dire combien. Plusieurs médias, citant le ministère de la Santé tunisien, affirment que ces touristes sont Britanniques, Allemands et Belges. Les Affaires étrangères belges n'étaient pas en mesure de confirmer cette information vendredi soir, ni le propriétaire de l'hôtel.

L'hôtel touché par l'attentat fait partie du catalogue de tours-opérateurs belges. Selon les Affaires étrangères, 51 Belges logent dans cet établissement. Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, pour sa part, ne disposait vendredi après-midi d'aucune indication sur d'éventuelles victimes belges, a-t-il indiqué à l'agence Belga depuis la Chine. "J'ai appris avec stupeur l'attentat commis en Tunisie. Ce pays en transition n'a pas besoin de se retrouver dans une telle situation", a ajouté le chef de la diplomatie belge.

Un touriste britannique témoigne

Un touriste britannique a indiqué à la télévision SkyNews que l'attaque s'était produite vers midi (11H00 GMT). "Mon fils de 22 ans venait de retourner se baigner (...) quand on a vu à une centaine de mètres à notre gauche ce qu'on pensait être des feux d'artifices", a raconté Gary Pine, venu de Bristol, dans le sud-ouest de l'Angleterre. "C'est seulement quand on a commencé à entendre des balles fuser qu'on a réalisé que c'était beaucoup plus grave que des feux d'artifice". "Il y a eu un exode massif de la plage (...) et il y a eu quelques blessés légers dans le choc ou la panique", a-t-il ajouté. "J'estime avoir entendu une vingtaine ou une trentaine de coups de feu, il y en avait pas mal". "Je suis maintenant à la réception avec environ 200 autres clients étrangers. Doit-on partir? Où aller? C'est d'un calme mortel maintenant", a-t-il encore dit.

L'ambassade de France à Tunis a appelé ses ressortissants par SMS à la vigilance et à "limiter les déplacements et à éviter les rassemblements".

Jetair et Thomas Cook annulent tous leurs vols vers la Tunisie

Jetair a pris la décision de rapatrier une large partie de ses clients présents dans le pays et annule ses prochains vols. "Les hôtels dont les médias parlent ne font pas partie de notre offre", indique de son côté le tour-opérateur Thomas Cook vendredi soir, qui annule ses prochains vols vers la Tunisie.

Le Service public fédéral (SFP) Affaires étrangères a ouvert deux lignes téléphoniques pour informer les familles des Belges qui se trouvent en Tunisie. Il s'agit du 02/501.40.01 (en français) et du 02/501.40.00 (en néerlandais).

Des menaces sur les réseaux sociaux

La Tunisie disait craindre des attentats à l'approche de la saison touristique et avait annoncé des mesures sécuritaires accrues. Des menaces provenant de comptes sur les réseaux sociaux liés à la mouvance djihadiste avaient menacé de nouvelles attaques durant l'été.

Le secteur touristique fortement touché

Cette attaque frappe un pays qui voit monter la menace djihadiste depuis sa révolution en 2011 et survient près de trois mois après l'attaque sanglante contre le musée du Bardo à Tunis, qui avait déjà porté un coup dur au secteur vital du tourisme. Il intervient aussi le même jour que deux autres attaques liées à la mouvance djihadiste, l'une contre une mosquée chiite au Koweit, qui a fait au moins 25 morts et plus de 200 blessé et a été revendiquée par le groupe Etat islamique, et l'autre en France, où un homme est mort décapité.

En 2013 un kamikaze s'était fait exploser sur une plage de Sousse, mais sans faire de victimes. Cette nouvelle attaque survient un peu plus de trois mois après l'attentat sanglant contre le musée du Bardo à Tunis, revendiqué par l'EI. 21 touristes et un policier tunisien avaient péri dans cette attaque menée le 18 mars.

Après cet attentat, le secteur stratégique du tourisme a enregistré en avril de très mauvais résultats, avec un recul sur un an de 25,7% du nombre de touristes et de 26,3% des recettes en devises. Le tourisme, qui représente environ 7% du PIB de la Tunisie et près de 400.000 emplois directs et indirects, était déjà très affecté par les crises politiques à répétition et l'essor de la mouvance jihadiste qui ont suivi la révolution de janvier 2011.

La ministre du Tourisme, Salma Rekik avait annoncé en avril des "mesures exceptionnelles" pour renforcer la protection des sites et circuits ainsi que des contrôles dans les aéroports, les routes et tous les moyens de transport.

La Tunisie, pionnière du Printemps arabe, a malgré les turbulences achevé sa transition avec des élections fin 2014, mais sa stabilité pourrait être menacée par l'essor de la menace djihadiste.

Depuis la révolution de 2011, le pays fait face à l'essor d'une mouvance djihadiste, en particulier à la frontière avec l'Algérie où des heurts réguliers ont lieu entre hommes armés et militaires.

Des dizaines de soldats et policiers ont été tués ces quatre dernières années dans des affrontements et des embuscades, la majorité dans la région du mont Chaambi (centre-ouest) où se trouve le principal maquis djihadiste en Tunisie.

19:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Manuel Valls : « Il faut aider l’islam à grandir et à se solidifier »

UkMPoNT.jpg

 

19h59

« Vivre ensemble » ; « agir ensemble » ; « donner des clés à la jeunesse » … Des notions abordées, hier, lors du forum qui avait pour thème : « République et islam : ensemble, relevons le défi ».[...]

 

Car c’est bien un soutien et une structure qu’elle doit apporter à cette religion, et non lui imposer quoi que ce soit. C’est en ce sens que le Premier ministre a repris l’expression d’un intervenant, « bâtir le Harvard de l’islam », pour entendre « bâtir l’islam de France » afin de l’aider « à grandir et à se solidifier ». [...]

« La République n’existe que depuis deux siècles, l’islam depuis plus de quatorze, et la laïcité depuis cent ans ». « Il faut faire jaillir un islam profondément ancré et implanté en France, dans la République, mais cela prend du temps. »

« Je suis convaincu que dans les années à venir, se jouent dans le monde le rôle et la place de l’islam. Et ce rôle se joue en France parce que nous en avons la capacité et que des millions de musulmans vivent en France. Si nous montrons à la jeunesse que c’est ici que ça peut se passer, nous gagnons une bataille idéologique immense. » Faire comprendre aux jeunes, aussi, « qu’ils n’ont pas à s’intégrer » mais simplement « à exercer pleinement leur citoyenneté ». [...]

Source

02:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)