Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 699

  • Une chapelle du XVIème siècle transformée en vinothèque ?

    11 juillet 2014 par Marie de Remoncourt 

    image_previewDans le cadre du projet de Cité gastronomique de la ville de Dijon, l’hôpital général de la ville se voit dans l’obligation de fermer ses portes d’ici la fin de l’année 2014. Jusque là, pourquoi pas ? Mais voilà, au cœur de cet hôpital se trouve une chapelle, chère au cœur de nombreux Dijonnais et qui plus est toujours en activité. La chapelle pourrait ainsi devenir une vinothèque de 800m², soit purement et simplement un espace commercial de vente de vin !

    Comme le souligne Maxime Cumunel, de l’Observatoire du patrimoine religieux : « Il faut bien comprendre, ajoute-t-il, que ces chapelles étaient évidemment des chapelles d’hôpitaux au sens actuel du terme, mais aussi des chapelles ouvertes sur la rue. C’est-à-dire ouvertes à tous ; des chapelles où avaient lieu des baptêmes, des mariages, des funérailles. Des chapelles où des personnes sont enterrées. On ne peut pas les traiter comme des bâtiments ordinaires ». Évoquant la vocation de cette chapelle, il ajoute qu’elle est « premièrement universelle, puisque c’est le fond de l’Église, à savoir être accessible à tous et gratuitement. Et à défaut d’avoir une dimension cultuelle, qu’elle ait au moine une vocation intellectuelle, afin qu’elle soit valorisée et que les gens puissent l’identifier comme leur patrimoine, et non pas une boutique que l’on peut trouver n’importe où ».topic

    Malgré les protestations de l’êveque Mgr Minnerath, la sauvegarde de la chapelle semble pour l’instant compromise. Aujourd’hui en France, plus de 270 églises sont menacées. Si l’abandon et le manque de fond  a conduit à la démolition d’un peu plus d’une vingtaine d’entre elles, va-t-il également falloir se battre désormais pour conserver les églises parfaitement opérationnelles et couramment fréquentées ?!

    Contre-info.com

  • Sida : l'OMS appelle les homosexuels à prendre des antirétroviraux préventivement

    Le Vif

    Source: Belga
    vendredi 11 juillet 2014 à 10h29

    Les infections par le VIH, le virus du sida, augmentent parmi les homosexuels, souligne vendredi dans un rapport l'OMS qui, pour la première fois, appelle les hommes ayant des relations sexuelles entre eux à prendre à titre préventif des antirétroviraux. "Nous constatons une explosion de l'épidémie" pour ce groupe à risque, a indiqué aux journalistes Gottfried Hirnschall, qui dirige le département VIH de l'Organisation Mondiale de la Santé.

     

    Plus de 30 ans après l'émergence de la maladie et alors qu'il est aujourd'hui possible de vivre avec le sida, il attribue cette évolution au fait qu'il y a un relâchement dans la prévention. Aujourd'hui, les homosexuels ont 19 fois plus que la population moyenne le risque d'être contaminé par le virus. A Bangkok par exemple, le sida affecte 5,7% des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes contre 1% de la population en général.

    Dans ses nouvelles recommandations publiées vendredi, l'OMS "recommande fortement aux hommes qui ont des relations sexuelles avec des hommes de considérer la prise des antirétroviraux comme une méthode supplémentaire de prévention face au VIH". En mai dernier, les autorités sanitaires américaines ont recommandé l'utilisation d'antirétroviraux de façon préventive contre le sida pour tous les groupes à risque, notamment les homosexuels, dans l'espoir de réduire le nombre des nouvelles contaminations, inchangé depuis vingt ans.

    Prendre une pilule quotidienne combinant deux antirétroviraux, en plus de l'usage des préservatifs, pourrait diminuer les risques de 20 à 25%, soit éviter "un million de nouvelles infections au sein de ce groupe en 10 ans", selon l'OMS.

  • Ukraine : reconquête de l'est sur fond de tortures et d'enlèvements

    Le Vif

    Source: Belga
    vendredi 11 juillet 2014 à 11h03

    Alors que l’armée ukrainienne se prépare à reprendre la ville de Donetsk, toujours aux mains des séparatistes pro-russes, Amnesty International dénonce ce vendredi la multiplication des cas de tortures et d'enlèvements de militants pro-Kiev dans l'Est.

     

     

    Les forces ukrainiennes ont déclenché jeudi une attaque près du village de Karlivka, à 30 km à l'ouest de Donetsk, chef-lieu de la région du même nom dans l'est de l'Ukraine en proie à une insurrection armée pro-russe, a annoncé le ministère de l'Intérieur. Un reporter de l'AFP sur place a vu avancer plusieurs convois de blindés et de camions transportant des troupes et a entendu des tirs nourris d'artillerie.

    "Les unités du ministère de la Défense, de la Garde nationale et des bataillons de la défense territoriale ont lancé une offensive vigoureuse près du village de Karlivka" appuyée par des blindés, a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

    Les séparatistes ont confirmé les combats dans cette zone. "Il y a eu des combats à Karlivka aujourd'hui. Nous avons détruit deux tanks" des forces ukrainiennes, a déclaré le "ministre de la Défense" des séparatistes Igor Strelkov au cours d'une conférence de presse à Donetsk. "L'ennemi a subi des pertes, nous avons aussi eu des pertes malheureusement", a-t-il ajouté sans plus de précisions. "Des échanges d'artillerie se poursuivent", a-t-il dit en début d'après-midi.

    Les forces loyalistes cherchent actuellement à encercler les deux places fortes des insurgés dans l'Est, Donetsk et Lougansk.

    Porochenko prêt pour un cessez-le-feu "bilatéral"

    Le président ukrainien Petro Porochenko s'est dit prêt à un "cessez-le-feu bilatéral" dans l'est séparatiste du pays à condition que soit assuré le contrôle de la frontière avec la Russie, dans un entretien téléphonique mené jeudi soir avec la chancelière allemande Angela Merkel. Petro Porochenko "a souligné qu'il était nécessaire d'assurer le contrôle sur la frontière afin d'arrêter le transfert d'armes et de combattants depuis la Russie ainsi que la libération de tous les otages et le lancement des négociations inconditionnelles", selon un communiqué de la présidence ukrainienne publié à l'issue de l'entretien.

    Selon Kiev, Mme Merkel a souligné au cours de cette conversation que les représentants d'une mission de l'OSCE présente dans l'est de l'Ukraine n'avaient "pas accès aux postes-frontière à cause des agissements des combattants".

    M. Porochenko s'est également entretenu au téléphone jeudi soir tard avec le vice-président américain Joe Biden, discutant du rétablissement des infrastructures dans les localités libérées des séparatistes dans l'est de l'Ukraine, selon la présidence ukrainienne. M. Biden a promis une assistance américaine dans de tels projets, selon la même source.

    La présidence ukrainienne a par ailleurs indiqué avoir repris le contrôle de Siversk, une ville de 12.000 habitants à 100 km au nord de Donetsk où un drapeau ukrainien flotte désormais sur la mairie ainsi que du poste-frontière Tchervonopartisansk dans la région de Lougansk. Les troupes ukrainiennes, qui ont repris cette dernière semaine le contrôle de plusieurs localités, dont l'ex-bastion séparatiste de Slaviansk, avancent vers Donetsk et Lougansk, deux capitales régionales qui se préparent à résister.

    Tortures et enlèvements

    Par ailleurs, l'ONG Amnesty International a dénoncé ce vendredi la multiplication des cas de tortures et d'enlèvements dans l'est de l'Ukraine, actes dont sont principalement victimes les militants pro-Kiev. "Des centaines de personnes ont été enlevées ces trois derniers mois", précise Denis Krivocheïev, directeur d'Amnesty chargé de l'Europe et d'Asie centrale. "La plupart des enlèvements sont commis par des séparatistes armés (pro-russes) et les victimes subissent souvent des tortures", a-t-il souligné dans un communiqué.

    Selon le ministère ukrainien de l'Intérieur, près de 500 personnes ont été enlevées dans l'est du pays entre avril et juin. L'ONU a de son côté répertorié 222 cas d'enlèvements, souligne Amnesty. Il s'agit de militants, hommes politiques, journalistes, entrepreneurs, membres des commissions électorales locales ainsi que des militaires et policiers.

    "Au fur et à mesure que les troupes pro-Kiev reprennent le contrôle de Slaviansk, Kramatorsk (bastions des séparatistes pro-russes, ndlr) et autres localités dans l'est de l'Ukraine, de nouveaux captifs sont libérés et de nouveaux cas inquiétants se révèlent", indique Amnesty. Anna, une militante pro-ukrainienne a été retenue en otage pendant six jours au cours desquels elle a été frappée et blessée à coups de couteau par ses ravisseurs qui l'ont contrainte à écrire avec son sang un slogan séparatiste.

    Un autre militant pro-ukrainien, Sacha, 19 ans, s'est enfui à Kiev après avoir été retenu en otage et torturé par des séparatistes à Lougansk. Il a été libéré après que son père a payé une rançon de 60.000 dollars.

  • Bleuets et coquelicots au Jardin des Plantes

    IMG_3416.JPG

    Jardin des Plantes à Paris, juin 2014 

    (Photo CE)

  • Emotion à Rouvroy à la suite de la découverte dans une poubelle d'un nouveau-né vivant

    775464668_B973125714Z_1_20140710223631_000_GKC2Q854L_1-0.jpg

        

    Publié le 10/07/2014

    M.P.

    L’émotion était vive, ce jeudi, dans le quartier rouvroysien autour de la place Tamboise après la sidérante découverte d’une petite fille de quelques heures dans une poubelle enterrée.

    C’est dans cette benne que le nourisson a été découvert, hier en fin d’après-midi.

    « On ne peut être qu’étonné suite à ce type d’actes, réagissait le maire, Jean Haja. Est-ce le désespoir, la crainte, la peur, qui a fait réagir cette femme… J’en sais rien. Est-ce un acte désespéré, réfléchi ? J’attends d’avoir plus d’éléments avant de juger ». Le premier magistrat ne veut émettre aucune hypothèse, même pas celui du déni de grossesse qui a déjà fait la une des journaux et auquel certains ont pensé hier en apprenant la nouvelle. « Je ne sais ce qui a animé cette mère à commettre cet acte abominable. Une maman, ça protège son enfant avant tout. Ce n’est d’ailleurs peut-être pas la mère qui est en cause… En tout cas, je me garde bien de ressentir de la révolte ou de la haine. On peut condamner ce geste mais avant, il faut le comprendre ».

    Une retenue qui tranche avec les autres commentaires que l’on pouvait entendre jeudi en fin d’après-midi, place Tamboise, où plusieurs dizaines de personnes se sont arrêtées et ont perturbé le travail de la police.

    Des policiers qui devront déterminer dans quelles circonstances un bébé, de quelques heures à peine, qui avait encore son cordon ombilical a été jeté dans un conteneur enterré destiné à recevoir du verre. C’est une passante qui a donné l’alerte, surprise par des cris entendus dans cette poubelle.

    Une fois sur place, les secours ont dû se faufiler la tête la première dans la colonne pour secourir le bébé. En état d’hypothermie, la petite fille présentait des coupures, consécutives à sa chute dans le conteneur rempli de débris de verre. Elle a été transportée dans un état jugé sérieux, au service de réanimation néonatale du centre hospitalier de Lens pour y passer la nuit en surveillance. Le personnel médical n’était pas en mesure, hier soir, de se prononcer sur son pronostic vital.

    Une enquête a été ouverte pour répondre aux multiples interrogations soulevées par cette sordide découverte. Le conteneur a été retiré de son emplacement et transporté dans les locaux de la police pour être analysé. Un appel a été lancé aux centres hospitaliers du secteur pour signaler l’admission de toute patiente présentant les signes d’un accouchement récent. Il semblerait qu’un signalement ait déjà été donné.

    Quelle société pourrie où, pour certaines femmes, les enfants ne sont plus que des déchets !

  • Sanvignes-les-Mines : “incivilités” à la piscine

    Silverwood_wavepool1.jpg

     

       Partager sur Facebook Tweeter 

    10/07/2014 – SANVIGNES-LES-MINES (NOVOpress)
    Sanvignes-les-Mines (Saône-et-Loire), 4.000 habitants, est une paisible bourgade de l’ancien bassin minier. Elle a hérité de son époque de grande activité industrielle d’une fort belle piscine municipale qui fait dès juin – lorsque le temps le permet – la joie des scolaires et des licenciés de son club, et en juillet-août celle de familles bien tranquilles. Mais il y a une ombre à ce tableau idyllique : le débarquement occasionnel de bandes de cités de villes voisines, qui préfèrent ce lieu à la piscine couverte mieux gardée dont ils disposent par ailleurs. Un problème récurrent existant depuis de fort nombreuses années, sans qu’il y soit, au-delà du mutisme, apporté de réponse adéquate.

    Ils sont quelquefois une trentaine à arriver en berlines de luxe pour profiter des équipement municipaux selon leur bon plaisir, en chahutant et bien sûr en entrant sans payer. Et au désespoir des voisins dérangés par tant de bruit, ils aiment aussi occasionnellement les bains nocturnes et ne se gênent pas pour manger au bord des bassins. Et lorsqu’enfin, alertée par la population, vient une patrouille de police, elle se contente de constater les faits. A deux contre trente, c’est compréhensible…

    Il y a quelques jours et à la grande stupéfaction des parents présents et du chef de bassin, une bande d’individus a enjambé les barrières de la piscine encore fermée au public, perturbant un cours de natation donné à des enfants en bas âge, et privant en même temps des licenciés de l’usage des plongeoirs squattés par les intrus. Malgré les demandes réitérées du chef de bassin, qui ne lui ont valu que des marques d’irrespect, la bande a pu s’amuser en toute quiétude pendant trois quarts d’heure, avant que n’arrive enfin la police alertée par de nombreux coups de fil, pour les prier gentiment de partir. Un de ces individus a d’ailleurs baissé son caleçon volontairement et longuement devant les agents de police et les enfants présents, puis ils sont partis, sourire aux lèvres, en narguant l’autorité et les adultes, et visiblement fiers de leur acte de bravoure !

    Lire la suite

  • Dans l’indifférence des traîtres arabes, Gaza écrasée par plus de 600 tonnes de bombes 10/07/2014

      

    Dans l’indifférence des traitres arabes, Gaza écrasée par plus de 600 tonnes de bombes




    Les bombardiers israéliens ont déversé plus de 600 tonnes de bombes dans 800 raids aériens depuis lundi soir, et cette agression barbare pour punir les populations civiles palestiniennes se poursuit au su et au vu de la communauté internationale et de tous les traîtres arabes dans tout le monde arabe qui regardent ces attaques dans l’indifférence totale ou à tout le moins avons nous entendu quelques cris poussifs provenant de l’Algérie, l’Arabie saoudite, la Jordanie…

    Par contre l’entité sioniste a reçu comme de coutume le « soutien », la « solidarité », la « compréhension » et tutti quanti des États-Unis, de la Grande Bretagne, de la France, de l’Allemagne…alors qu’il n’y pas eu un SEUL mort coté israélien, contrairement à l’agression barbare contre Gaza qui a fait, pour l’heure, 82 martyrs, en majorité des civils dont 15 femmes, 22 enfants, 12 vieillards et un journaliste, plus de 540 blessés et 105 maisons démolies par les bombardements.

    Et l’aviation israélienne poursuit le massacre et rien que dans la seule nuit de mercredi à jeudi, ses pilotes ont mené plus de 300 raids contre la bande de Gaza, selon un porte-parole de l’armée d’occupation. Selon ses prétentions, des sites de lancement de roquettes, des tunnels et des postes de commandement du Hamas ont été touchés.

    Les habitants du nord de Gaza ont reçu des appels téléphoniques de l’armée d’occupation israélienne les sommant à évacuer totalement leurs domiciles.

    Ce jeudi, 22 personnes, dont un enfant, sont tombées en martyrs dans plusieurs bombardements aériens et comme les barbares attaquent particulièrement la nuit, sans aucune distinction, les populations palestiniennes vivent dans la crainte d’être ensevelies sous les décombres de leurs maisons bombardées par les criminels.

    http://www.algerie1.com/actualite/dans-lindifference-des-traitres-arabes-gaza-ecrasee-par-plus-de-600-tonnes-de-bombes/
     
    ALTERINFO
  • Béziers - Robert Ménard s'incline devant une stèle glorifiant l'OAS

    7518215-beziers-menard-s-incline-devant-une-stele-glorifiant-l-oas.jpg

    Laura Thouny

    Publié le 10-07-2014 à 16h47
     

    Dernière provocation en date du maire d'extrême droite : commémorer les "massacres d'Oran" devant les photographies de fusillés de l'OAS.

     

    Un geste que Robert Ménard assume totalement. Le maire de Béziers, élu avec le soutien du Front national, a commémoré samedi dernier les "massacres d'Oran" du 5 juillet 1962 devant une stèle en l'honneur de quatre fusillés de l'OAS - une cérémonie en forme d'appel du pied à l'égard de son électorat pied-noir.

    Depuis des années, cette stèle qui se trouve dans le cimetière municipal de Béziers provoque le courroux de l'opposition. Y figurent en effet les photographies de Dovecar et Piegts, à l'origine de l'assassinat du commissaire d'Alger, de Bastien-Thiry, organisateur de l'attentat manqué contre De Gaulle au Petit-Clamart, et de Degueldre, fondateur des commandos Delta. Quatre homme condamnés à mort par les tribunaux français après la guerre. 

    "Je m'en contrefiche"

    Mais plutôt que de retirer la plaque commémorative, comme l'exigeait Aimé Couquet, membre du PCF, Robert Ménard a préféré s'incliner devant elle avec Elie Aboud, candidat malheureux aux municipales et député UMP de l'Hérault. Son ex-rival s'est joint à lui pour déposer une gerbe sur la stèle, en présence de 150 à 200 "rapatriés" de l'Algérie française. Et le fondateur de Reporters sans frontières, qui revendique ses racines pieds-noires, a prononcé un discours sur "l'indifférence du gouvernement d'alors" et les "centaines de Français d'Algérie livrés sans défense à Oran au couteau des égorgeurs". Un classique de l'extrême droite, en somme. La "stèle de la honte" en supplément.

    "Ça n'est pas une stèle en l'honneur de l'OAS, mais de fusillés comme il y en a tant eu, avec un certain nombre de noms qui figurent sur cette plaque", minimise auprès du "Nouvel Observateur" Robert Ménard. "Je suis né à Oran, mon père a failli être tué ce jour-là. Il y a un déni de réalité sur ce qui s'est passé." Les critiques ? "Je m'en contrefiche", assène le maire de Béziers.

    Une démarche "électoraliste"

    "C'est une véritable provocation", s'insurge de son côté Aimé Couquet, qui exigeait déjà du prédécesseur de Ménard le retrait de la stèle, en vain. "Nous n'avons rien contre les rapatriés d'Algérie. Ce qui nous pose problème c'est le fait de s'incliner devant ces photographies de tueurs de l'OAS qui ont été jugés et fusillés dans le cadre des lois de la République."

    Le conseiller municipal dénonce un discours "tourné vers les principes de l'OAS".

    Robert Ménard a beau avoir été élu sans l'étiquette Bleu Marine, il continue de porter des idées encore plus extrémistes que celles du FN", ajoute-t-il.

    "Ça n'a pas été fait au petit bonheur la chance. Outre sa nostalgie de ce qu'a fait l'OAS en Algérie, on voit bien le côté électoraliste de la chose, vis-à-vis des nombreux rapatriés de Béziers."

    Robert Ménard, lui, compte renouveler l'opération chaque année, et mettre "les drapeaux de la ville en berne le 19 mars", jour du cessez-le-feu de la guerre d'Algérie.

    Laura Thouny - Le Nouvel Observateur

    Courageux Robert Ménard !  Vrai Français, vrai patriote!

  • Fils de …

    Thomas Fabius a forcé un barrage de police et grillé un feu au volant de son Audi cabriolet. La brigade anticriminalité ainsi que des gardiens de la paix en tenue l’ont alors pris en chasse. Ils l’ont interpellé.

    .Thomas Fabius

    Thomas Fabius a obtempéré, tout en déclinant sa qualité de fils de…. ce qui lui a permis, malgré l’encerclement par les policiers, d’appeler son avocat.

    Thomas Fabius a été emmené au commissariat du 7e puis a été interrogé sans avoir êté placé en garde à vue. Il est ressorti libre en fin d’après-midi.

    Essayez de faire la même chose demain et si vous jouissez de la même bienveillance… vous recommencerez avec un sweat LMPT.

    Michel Janva dans Le Salon Beige

    via ALTERMEDIA

     
  • Amende ridicule requise contre les Femen, encore une mauvaise « blague ».

    10 juillet 2014 par CharlotteO 

    Femen 1500 euros

    Cela fait déjà de trop longues années que la justice française crache son injustice et sa partialité sur tout opposant un peu zelé au système politico-médiatique en place, mais le phénomène s’accélère et gagne en obscure clarté.

    1500 euros d’amende requis contre les Femen pour avoir vandalisé Notre-Dame, peinturlurées de slogans haineux envers le Pape, l’Eglise et l’ensemble des catholiques. Cette modique somme ressemble fort à un encouragement à poursuivre cette lutte anti-chrétienne primaire, vulgaire et destructrice.

    Les Femen sont pathétiques et leurs soutiens de moins en moins nombreux. C’est la Justice, et ce qu’elle incarne, qui est inquiétante.

    Relaxe pour l’empoisonnement de sept patients, relaxe pour le viol collectif d’une handicapée, amende ridicule pour ces profanatrices multi-récidivistes… Pendant qu’un Hommen encoure 6 mois de prison ferme pour avoir déployé une banderole à Rolland-Garros, pendant qu’une mère de famille encoure 4 mois de ferme pour avoir « aimé » un photo-montage ridicule comparant Taubira à une guenon sur Facebook, que des jeunes sont mis en examen et placés sous contrôle judiciaire pour être montés sur le toit d’une mosquée en chantier ou pendant qu’Esteban croupit toujours en prison alors que tout prouve qu’il n’a fait que se défendre

    Les exemples sont légion et le message est clair : ce sont les résistants à ce gouvernement, et plus largement à l’idéologie largement partagée à « droite » comme à « gauche » qu’il sert, qui sont poursuivis et condamnés, eux seuls.

    Contre-info.com

  • Déluge de feu sur Gaza

    E&R

  • EN DIRECT - Israël-Hamas: trois violentes explosions à Jérusalem

     

    L'opération aérienne israélienne contre le Hamas a fait au moins 80 morts en trois jours, dont 25 dans la nuit de mercredi à jeudi. Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité doit avoir lieu jeudi, à la demande des Palestiniens.

    A. K. et A. S.
    Le 10/07/2014 à 6:43
    Mis à jour le 10/07/2014 à 17:13
        

     

        

     

    >> L'ESSENTIEL

    • Les raids israéliens ont fait au moins 80 morts en trois jours

    • Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir jeudi en urgence

    La violence s'amplifie dans la bande de Gaza. Depuis le lancement de l'opération aérienne israélienne contre le Hamas, lundi, au moins 64 personnes sont mortes. Une réunion d'urgence, réclamée par les Palestiniens et les pays arabes, doit avoir lieu ce jeudi à l'ONU.

    17h03 - Poutine demande l'arrêt de la confrontation armée. Vladimir Poutine a jugé "indispensable un arrêt urgent de la confrontation armée" à Gaza entre Israël et le Hamas, au cours d'une conversation téléphonique ce jeudi avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

    17h - Trois violentes explosions ont été entendues à Jérusalem. Trois violentes explosions ont secoué Jérusalem ce jeudi, après que les sirènes d'alertes ont retenti dans la ville. Les sirènes ont également retenti dans la colonie de Ma'ale Adumim, à l'est de Jérusalem, en Cisjordanie occupée, selon des témoins.

    16h58 - Les sirènes d'alerte retentissent à Jérusalem.

    16h23 - Ban Ki-moon appelle à un cessez-le-feu. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a appelé à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

    14h40 - Le Hamas a tiré 442 roquettes en 3 jours. Selon le compte Twitter de l'armée israélienne, un total de 442 roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza ces trois derniers jours. 96 ont été lancées ce jeudi.

     

    14h09 - Paris déconseille de se rendre près de Gaza. La France déconseille dans les villes israéliennes autour de la bande de Gaza, telles que Sderot, Ashkelon, Beer-Sheva ou Ashdod, cibles des roquettes tirées par le mouvement islamiste Hamas depuis le territoire palestinien.

    Dans une notice "dernière minute" publiée sur son site de conseil aux voyageurs, le Quai d'Orsay "déconseille, sauf raison impérative, de se rendre dans un rayon de 40 km autour de la bande de Gaza".

    13h05 - Un voyagiste allemand annule ses circuits en Israël. Le voyagiste allemand TUI a annoncé l'annulation de tous ses circuits en Israël jusqu'à la fin du mois de juillet, en réaction au regain de tension dans le pays.

    12h - Trois Palestiniens tués au nord de Gaza. Un raid aérien israélien a fait trois nouvelles victimes palestiniennes, ce jeudi, au nord de Gaza, ont indiqué les services d'urgence. "Trois personnes ont été tuées alors qu'elles circulaient dans une voiture civile à Jabaliya", non loin de la frontière avec Israël, ont-ils précisé.

    10h38 - Plus de 70 victimes côté palestinien. Selon un nouveau bilan, vingt-deux personnes ont été tuées jeudi dans plusieurs raids israéliens menés sur la bande de Gaza, portant à plus de 70 le nombre de victimes, au troisième jour de l'opération "Bordure protectrice".

    10h - L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza, pour les blessés. L'Egypte a ouvert ce jeudi le point de passage de Rafah pour recevoir les Palestiniens blessés dans les raids israéliens. Les hôpitaux dans le nord du Sinaï, frontalier de la bande de Gaza et d'Israël, sont prêts à accueillir des blessés palestiniens, a rapporté l'agence officielle Mena.

    07h10 - Des roquettes sur Tel Aviv. Il est 8 heures à Tel Aviv, et deux roquettes viennent d'être interceptées par le Dôme de fer. Le Hamas, qui contrôle d'un point de vue sécuritaire la bande de Gaza, a revendiqué ce tir de roquettes. L'armée israélienne a indiqué de son côté qu'une seule roquette avait été tirée.

    Les sirènes retentissent dans Tel Aviv, comme l'explique Patrick Sauce, envoyé spécial de BFMTV sur place.

     

    07h00 - Vers une troisième intifada? Depuis trois jours, Israël et le Hamas se livrent à de violents affrontements. Aux raids aériens meurtriers sur la bande de Gaza répondent les tirs de roquettes du Hamas sur Israël, où les sirènes retentissent. Y a-t-il, aujourd'hui, un risque de conflit généralisé? Eléments de réponse avec le géopolitologue Frédéric Encel >> Proche-Orient: une troisième intifada est-elle possible?

    06h35 - Trois personnes sont mortes et quatre ont été blessées dans un nouveau raid contre un véhicule de la ville de Gaza jeudi matin, selon des sources médicales.

    06h30 - L'armée israélienne affirme qu'elle a visé plus de 300 cibles au cours de ses raids aériens. "Nous avons visé 322 cibles durant la nuit à Gaza, portant à 750 le nombre total de cibles du Hamas touchées par l'armée depuis le début de l'opération 'Bordure de protection'", a indiqué Peter Lerner, un porte-parole de l'armée.

    06h00 - Le réveil est difficile à Gaza. Des bombardements ont eu lieu toute la nuit. Au moins 14 personnes sont mortes, victimes des raids aériens israéliens.

    BFM TV

     
  • Benjamin Netanyahu ne veut pas de cessez-le-feu

    Le Vif

    Source: Belga
    jeudi 10 juillet 2014 à 16h00

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé jeudi qu'un cessez-le-feu avec le Hamas n'était pas à l'ordre du jour, rapporte le quotidien Haaretz.

    Benjamin Netanyahu © Reuters

    "Nous ne parlons avec personne en ce moment de cessez-le-feu, ce n'est pas à l'ordre du jour", a déclaré le Premier ministre lors d'une réunion de la commission parlementaire des Affaires étrangères et de la Défense, cité par le journal.
    Toutefois, M. Netanyahu a refusé de couper l'approvisionnement d'électricité pour la bande de Gaza, qui dépend d'Israël, comme l'exigent les faucons de son gouvernement et certains députés de droite et d'extrême droite. "Nous ne pouvons pas nous conduire comme la Russie en Tchétchénie", a-t-il dit, toujours selon le Haaretz.

  • Malaisie: un homme condamné à mort pour le meurtre d'une Française

    3987729_foray_640x280.jpg

    Un Malaisien a été condamné à mercredi pour le de Stéphanie Foray, une touriste française âgée de 30 ans, retrouvée morte en août 2011 sur l'île de Tioman, au large de la côte orientale du pays.

      

     

    La jeune femme, employée municipale à Menton (Alpes-Maritimes), avait disparu en mai 2011 alors qu'elle séjournait sur cette île touristique. Son n'avait été retrouvé que trois mois plus tard, enfoui sous le sol d'une grotte. Rapidement, un commerçant de l'île, Asni Omar, 39 ans, avait été interpellé par la police. L'homme, qui tenait une échoppe sur la plage et vendait du matériel balnéaire, était soupçonné d'avoir tué Stéphanie Foray après que celle-ci avait refusé ses avances.

    Deux ans après ce drame, le tribunal de Kuantan, la capitale de la province malaisienne de Pahang, l'a condamné à mort mercredi. Dans le rendu du verdict, la juge Mariana Yahya a indiqué que la défense n'était pas parvenue à susciter le doute sur sa culpabilité. «Je déclare l'accusé coupable. Il n'y a donc qu'une peine : la mort par pendaison», a-t-elle déclaré.

    La mère de Stéphanie «n'espérait rien d'autre»

    Après le prononcé de la peine, la mère de la victime, Irène Mortel, s'est levée, a regardé l'accusé et s'est mise à pleurer. «Je n'espérais rien d'autre. C'est tout. Je sais que ça ne peut rien changer», a-t-elle déclaré en quittant le tribunal, aux côté du père de Stéphanie, Joël.

    Les proches d'Asni Omar ont serré dans les bras le condamné en pleurant. Il a ensuite été amené hors de la salle par la police.

    Au moment de sa disparition, Stéphanie Foray effectuait un périple en Asie, dans le cadre d'une mise en disponibilité de deux ans accordée par son employeur. Son voyage l'avait conduite en Inde et au Sri Lanka avant sa visite en Malaisie. Arrivée en Malaisie le 5 mai 2011, elle avait été portée disparue quelques jours après avoir pris un ferry pour se rendre sur Tioman.

    En Malaisie, les assassinats sont punis de la peine de mort par pendaison, mais les condamnés peuvent faire appel. C'est d'ailleurs ce qu'a fait Asni Omar après l'annonce du verdict.  

    LeParisien.fr  - 09 07 14

  • Israël: le site nucléaire de Dimona visé par des roquettes palestiniennes

    reacteurdimona.jpg

    TEL AVIV, 9 juillet 2014 - RIA Novosti

    L'armée israélienne a intercepté une roquette tirée par des terroristes palestiniens visant la ville de Dimona (Israël sud), centre national de recherches nucléaires, a annoncé mercredi à RIA Novosti un porte-parole de l'armée.

    Trois roquettes ont été tirées sur Dimona. Une roquette a été interceptée par le système de DCA Iron Dome, les deux autres ayant échoué sur des terrains vagues", a déclaré le porte-parole.

    Les tirs ont été revendiqués par la branche armée du mouvement islamiste palestinien Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam qui ont affirmé avoir lancé trois roquettes de longue portée M-75 de fabrication palestinienne.

    201769810.jpg

    Depuis le début de l'opération de l'armée israélienne dans la bande de Gaza, plus de 70 roquettes palestiniennes  sont tombés sur le sol d'Israël, sans faire de victime pour le moment.

  • François Hollande solidaire avec Israël

    KIPPA.jpg

    21h32

    François Hollande s’est entretenu aujourd’hui avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu auquel il a souligné que la « France condamne fermement les agressions » contre Israël.

    Francois Hollande « lui a exprimé la solidarité de la France face aux tirs de roquettes en provenance de Gaza. Il lui a rappelé que la France condamne fermement ces agressions », écrit l’Elysée dans un communiqué qui précise qu’ »il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces« . Le président de la République « rappelle la nécessité de prévenir l’escalade des violences ».

    Le Figaro

    Relire : Au deuxième tour de la présidentielle, le choix des électeurs d’origine musulmane s’est ainsi porté à 86 % sur François Hollande

    FDESOUCHE

  • Vladimir Poutine: combattre les tentatives de minimiser la victoire sur le nazisme

    201653493.jpg

    MOSCOU, 9 juillet 2014 - RIA Novosti

    Le président russe Vladimir Poutine a pointé la nécessité de lutter contre la tendance consistant à minimiser l'exploit de ceux qui ont éradiqué le nazisme.

    "Il faut de l'arrogance pour renier ce qui a eu lieu. Il me semble que même aujourd'hui ceux qui tentent de réviser l'histoire cherchent à minimiser les exploits de gens qui ont éradiqué le nazisme et à présenter les criminels en victimes", a indiqué le président lors d'une rencontre avec les représentants d'associations sociales et religieuses, jugeant inquiétante la réémergence du nazisme au sein de la société contemporaine. 

    "Nous devons tout faire pour empêcher cette pratique criminelle", a poursuivi le président russe, soulignant que la Russie ne permettrait pas de rééditer la Shoah, ni les crimes semblables à ceux commis durant la Seconde Guerre mondiale. 

    .........................................

    MOSCOU, 5 mai 2014 - RIA Novosti

     

    Le président Vladimir Poutine a introduit une peine allant jusqu'à 5 ans de prison pour réhabilitation du nazisme, négation des faits énoncés dans le jugement du Tribunal militaire international de Nuremberg et propagation d'informations notoirement fausses sur les activités de l'URSS lors de la Seconde guerre mondiale.  

     

    "La loi fédérale introduit une responsabilité pénale pour la négation des faits établis par le Tribunal militaire international pour juger les grands criminels de guerre des pays européens de l'Axe, pour l'approbation des crimes établis dans le jugement mentionné et pour la propagation d'informations notoirement fausses sur les activités de l'Union soviétique lors de la Seconde guerre mondiale", rapporte le service de presse du Kremlin.  

     

  • Un néonazi entre à la commission des libertés du Parlement européen

    4359029.jpg

    Udo Voigt

    Revue de presse
    Publié le 9 Juillet 2014

     

     
     

    Jewish Telegraphic Agency, July 8, 2014

    Le néonazi Udo Voigt, ancien Président du Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD), siégera au sein de la commission des libertés civiles du Parlement européen. Martin Schulz, le Président du Parlement européen, et des organisations juives sont indignés par la désignation de l'élu, connu pour ses propos racistes et antisémites.

    CRIF