Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2011

Palestine: l'Iran salue l'accord de réconciliation conclu entre le Hamas et le Fatah

084408-41-52_n.jpgSalehi.jpg

Le chef de la diplomatie iranienne a qualifié mercredi soir l'accord de réconciliation entre le Hamas et le Fatah d’acte heureux et de mesure positive répondant aux objectifs historiques de la nation palestinienne.

Ali-Akbar Salehi a salué le rôle du nouveau gouvernement égyptien dans la médiation entre les deux groupes palestiniens.


Il a estimé que le facteur qui contribue à une unité prometteuse entre les deux groupes palestiniens, c’est la résistance contre l'occupant sioniste et l'unité entre Palestiniens eux-mêmes, ajoutant: «l'observation de ces deux nécessités conduira à la concrétisation des droits absolus de la nation palestinienne."

Ali-Akbar Salehi a également exprimé l'espoir que cette proposition conduirait à une accélération des développements dans la région sur la question palestinienne et à l'avènement de grandes victoires dans les confrontations avec les impitoyables occupants sionistes.


Le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que cet accord conclu est la première grande réalisation de la grande nation égyptienne sur la scène internationale, saluant les choix positifs du nouveau gouvernement égyptien.


Ali-Akbar Salehi a également exprimé l'espoir que l'ouverture du passage de Rafah, dans un proche avenir permettraient aux habitants opprimés palestiniens de la bande de Gaza densément peuplées de combler leur besoins vitaux les plus élémentaires et l’acheminement de nouvelles aides humanitaires.


Le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas au pouvoir à Gaza sont convenus mercredi au Caire de former un gouvernement transitoire en vue d'élections présidentielle et législatives d'ici un an.


A Gaza et à Ramallah, ce rapprochement a été accueilli avec satisfaction par les jeunes Palestiniens.

IRNA - 28 avril 2011

02:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

UE: les rabbins européens dénoncent un projet d'étiquetage de la viande

Le centre rabbinique européen a critiqué jeudi un projet visant à imposer sur les étiquettes de viande dans l'UE le fait que les bêtes n'ont pas été étourdies avant l'abattage rituel, y voyant "une insulte" et une discrimination à l'égard de l'alimentation casher.

Une commission du Parlement européen a voté mardi plusieurs amendements à un projet de législation sur l'étiquetage des aliments en Europe, qui entend renforcer sa transparence.

Parmi eux, figure l'obligation, lorsque les bêtes n'ont pas été étourdies avant d'être abattues, de le mentionner sur la viande vendue aux consommateurs.

Le texte doit encore être adopté en session plénière par le Parlement et surtout être discuté avec les Etats européens qui pourront à leur tour le modifier. Le dernier mot n'est donc pas dit.

Mais le centre rabbinique européen, basé à Bruxelles, a dénoncé le vote du Parlement européen, l'abattage rituel pour la viande casher étant directement concerné - au même titre que la viande halal musulmane - puisqu'il doit être effectué sur des bêtes conscientes dont on tranche la carotide.

Le projet de législation "semble être discriminatoire à l'égard de la communauté juive dans la mesure où aucune autre méthode d'abattage (que celle sans étourdissement, ndlr) ne sera mentionnée" sur la viande, a estimé le directeur adjoint du centre, le rabbin Arye Goldberg.

"Il est insultant pour la communauté juive d'avoir ses traditions présentées comme barbares", a-t-il ajouté, estimant "prouvé" que l'abattage rituel juif, à l'aide d'un couteau spécial, "est l'une des manières les plus humaines d'abattre les animaux".

Le centre rabbinique s'inquiète aussi des conséquences économiques d'une telle règle avec un risque de hausse des tarifs demandés par les abattoirs pour la viande casher.

Actuellement, les abattoirs, lorsqu'ils n'ont pas réussi à respecter à la lettre le rituel juif de l'abattage, revendent les bêtes tuées sur le marché de l'alimentation non casher.

Mais avec le nouvel étiquetage, le centre rabbinique redoute qu'ils peinent à trouver des débouchés, les consommateurs non juifs pouvant être tentés de se détourner de ce type de viande. Du coup les tarifs exigés pour l'abattage juif risquent, à ses yeux, de grimper.

28 avril 2011

00:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

L'Europe envahie

 

00:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

28/04/2011

Marseille: les migrants tunisiens font un barbecue à la Porte d'Aix...

Source Blog de Stéphane Ravier - 28 avril 2011

 

23:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Attentat de Marrakech - " La ville est particulièrement touchée par ce drame" (Gaudin)

Jean-Claude Gaudin a fait part de son émotion après l'attentat de Marrakech, qui a fait 15 morts dont deux Marseillais ce midi : "C'est avec une intense émotion que j'apprends l'explosion qui a frappé aujourd'hui la ville de Marrakech. Mes premières pensées vont vers les familles des victimes et à l'ensemble du peuple marocain. Avec une forte communauté marocaine et jumelée depuis mai 2004 avec Marrakech, Marseille se sent particulièrement touchée par ce drame. Dans ces moments difficiles, j'assure de mon amitié et de mon soutien Madame Fatima Ezzahra El Mansouri, Maire de Marrakech. En cette heure douloureuse et au nom de tous les Marseillais, j'adresse mes voeux de courage à tous les Marocains", déclare le sénateur-maire UMP de Marseille.

Source La Provence - 28 avril 2011

23:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Bourde de Wauquiez sur l'espace Schengen...

Bourde de Wauquiez sur l’espace de Schengen par BFMTV

28 avril 2011

22:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Ceux qui financent le blasphème d'Avignon

Source AMI-France

20:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Explosion au café Argana à Marrakech

28 avril 2011

19:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Attentat à Marrakech: 15 morts dont 6 Français

Un kamikaze s'est fait exploser dans un café situé sur la très touristique place Jemaa el Fna, faisant au moins 15 morts dont six Français, selon la télévision marocaine. L'Elysée confirme que des Français font partie des victimes.

Un attentat provoqué par un kamikaze a dévasté jeudi midi un café situé sur la place Jemaa el Fna de Marrakech, haut-lieu touristique de la ville. Le bilan s'est alourdit avec le décès de 15 personnes, dont six Français. Une vingtaine de personnes ont été blessées. Deux victimes françaises sont originaires de Marseille, selon les informations du Figaro.

Une source hospitalière a affirmé qu'il y aurait parmi également les victimes deux Néerlandais, deux Suisses, deux Russes et deux Tunisiens. Cette information n'a pas encore été confirmée.

L'Elysée a reconnu que des Français figuraient parmi les victimes, sans préciser leur nombre, ni s'ils étaient blessés ou morts. Nicolas Sarkozy condamne un «acte odieux, cruel et lâche.» Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire.

La menace terroriste apparaissait au plus bas

 

La devanture du café Argana a été soufflée par l'explosion.
La devanture du café Argana a été soufflée par l'explosion. Crédits photo : STR/REUTERS

 

Le kamikaze aurait commandé un jus d'orange dans le café avant de se faire exploser quelques minutes plus tard, selon un témoin. Mais un autre homme affirme que l'auteur de l'attentat aurait déposé une valise dans le café avant de quitter les lieux. Cette dernière version infirmerait la thèse du kamikaze mise en avant par la préfecture de Marrakech.

Seule certitude pour les autorités, l'explosion est un attentat. D'abord avancée par le porte-parole du gouvernement sur France 24, cette thèse a été confirmée par le ministère marocain de l'Intérieur. Le roi Mohammed VI a ordonné une enquête rapide et transparente.

«Il s'agit d'un acte terroriste, un acte criminel délibéré», a affirmé le ministre marocain de la Communication, Khalid Naciri. «Le Maroc est confronté aux mêmes menaces qu'en mai 2003 et il y fera face avec la diligence et volontarisme». Les attentats de Casablanca menés par des extrémistes islamistes, le 16 mai 2003, avaient fait 45 morts, dont 12 kamikazes.

Ce drame intervient alors que le roi met en oeuvre une réforme de la Constitution, répondant ainsi aux mouvements de protestation réclamant plus de libertés. De même, le souverain avait libéré de nombreux prisonniers politiques, dont des membres de cellule salafistes, quelques jours avant l'attentat. « Le milieu salafiste avait l'air plutôt satisfait de ces remises en liberté», note Thierry Oberlé, journaliste au Figaro actuellement présent au Maroc. «La menace terroriste apparaissait au plus bas.»

Source Le Figaro - 28 avril 2011

19:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Occupation: Jean-Marie Le Pen sera rejugé

La Cour de cassation, chargée d'examiner le pourvoi du président d'honneur du FN suite à sa condamnation en janvier 2009 pour des propos tenus en 2005 dans l'hebdomadaire d'extrême-droite Rivarol, a opté mercredi pour un nouveau jugement.

 L'objet du scandale ? L'ex-leader frontiste avait déclaré que l'occupation allemande n'avait pas été « particulièrement inhumaine » et avait parlé de « bavures, inévitables dans un pays de 550.000 km2 ».

Il avait par ailleurs minimisé le massacre de Villeneuve d'Ascq (Nord) du 2 avril 1944, au cours duquel 86 Français âgés de 15 à 75 ans avaient été fusillés en réprésaille au sabotage d'un train allemand par la résistance. La ville avait alors porté plainte pour « apologie de crimes de guerre et négation de l'Histoire ». Le chef de file du FN avait été condamné en appel en janvier 2009 à trois mois de prison avec sursis, 100.000 euros d'amende pour « complicité de contestation de crime contre l'humanité ». Une condamnation annulée mercredi par la Cour de cassation, qui renvoie donc Jean-Marie Le Pen devant la Cour d'appel de Paris.

 

Elle a confirmé la relaxe pour « apologie de crime de guerre ». En revanche, la chambre criminelle a opéré un revirement de jurisprudence concernant les parties civiles. Il y a à peine cinq ans, elle avait estimé qu'en matière de crimes de guerre ou de crimes contre l'Humanité, l'acte initial de poursuite engagé contre un organe de presse fixait « irrévocablement la nature, l'étendue et l'objet de celle-ci ainsi que les points sur lesquels le prévenu aura à se défendre ».

Dans son arrêt de mercredi, la Cour a finalement considéré « qu'aucune disposition ne fai(sai)t obstacle à l'intervention d'une association (...) qui entend se constituer dans une procédure engagée par une autre partie ou le ministère public » dans de telles affaires.

Source France-Soir - 28 avril 2011

18:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen n°227


Journal de bord de Jean-Marie Le Pen n° 227 par polecom

28 avril  2011

18:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Vol Rio-Paris: le châssis d'une boîte noire retrouvé

Le châssis d'une des deux boîtes noires de l'Airbus A330 d'Air France - le vol Rio-Paris - accidenté en juin 2009 au large du Brésil a été retrouvé. Mais il n'y avait pas la partie protégeant et contenant les données du vol, qui s'est sans doute détachée au moment de l'impact sur l'eau.

L'épave de l'Airbus se trouve à 3 900 m de profondeur.

27 avril 2011

03:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Qui est-ce? n°3

3.jpg

02:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Russie - "La survie de la race blanche est en jeu"

189222943.jpg FMS.jpg

Le porte-parole du Service russe des migrations (FMS), Konstantin Poltoranine, a été congédié mercredi, a indiqué le FMS, une décision qui intervient après une interview dans laquelle il s’inquiétait de la "survie de la race blanche".

Plus tôt mercredi, les médias ont reproduit les propos sur les migrants, notamment sur leur appartenance raciale, que M.Poltoranine avait tenus dans une interview accordée au service russe de la BBC. Sa déclaration a provoqué un tollé sur internet.
"La survie de la race blanche est en jeu, et cela se fait sentir en Russie", a-t-il affirmé dans l’interview télévisée.
Et d’ajouter qu’il ne comprenait pas la politique des pays d’Europe Occidentale où, selon lui, l’immigration venue des pays d’Afrique et du Proche-Orient étaient encouragée.
M.Poltoranine a estimé qu’il devait en être autrement en Russie.
"On doit tout organiser de façon à ce que le métissage s’y produise dans la bonne direction", a-t-il dit.
D’après lui, la plupart de demandeurs d’asile politique ne considèrent la Russie que comme un point de transit avant d’immigrer vers l’Union européenne et n’entendent par conséquent pas de s’intégrer à la société russe.

[ndlr] vous imaginez notre ministre de l’immigration sortir ça en France? Il aurait intérêt à choisir un papier peint personnalisé pour sa cellule, vu le temps qu’il y resterait..

Source AMI France - 27 avril 2011

 

02:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

La "bonne fée" Bernadette accompagne Sarkozy en Corrèze

1424452_786b306a-704d-11e0-bfbc-001517810e22_640x280.jpg

(Cliquez sur la photo)

A un an de la présidentielle, la campagne de est bel et bien lancée. Elle va même prendre un tour particulier demain, en Corrèze, fief historique de , où le président se déplace pour la première fois depuis son élection en 2007. « Il est ravi d’y retourner, c’était dans l’air depuis un moment, on cherchait la bonne occasion », explique-t-on dans son entourage.

 

  Officiellement, le chef de l’Etat se rend à Egletons, à 10 km de Sarran et du château de Bity, pour parler environnement et filière bois. Il sera d’ailleurs accompagné de Nathalie Kosciusko-Morizet (Ecologie) et de Bruno Le Maire (Agriculture).

Après un petit tour en forêt, il visitera le pôle d’activités de Tra-le-Bos, à Egletons. Mais il y aura une invitée surprise dans la caravane présidentielle : Bernadette Chirac. L’ex-première dame, qui passait quelques jours de vacances du côté de Saint-Tropez avec son époux, a accepté de revenir à Paris pour faire le voyage dans l’avion du président. Elle l’accompagnera tout au long de la visite.

« La bonne fée » et le rival

 « Ils se sont toujours bien appréciés, c’est un geste important de sa part », glisse un conseiller de l’Elysée. En 2005, lors d’un meeting à Brive-la-Gaillarde, Nicolas Sarkozy s’était fait tout miel en s’adressant à Bernadette Chirac, assise au premier rang : « Depuis trois ans, il y a eu des moments plus complexes que d’autres. Une personne m’a tendu la main, m’a écouté, m’a respecté : c’était vous, Madame. Si les choses n’ont jamais dépassé l’irrémédiable, c’est parce qu’il y avait une bonne fée qui veillait. »

Depuis, « la bonne fée » a pris bien soin de ne pas couper les ponts avec l’actuel président. Négociant même directement avec lui pour obtenir un remboursement partiel de l’UMP dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris mettant en cause Jacques Chirac.

Côté PS, sera également présent, en temps que patron du conseil général de Corrèze. Des retrouvailles avec Sarkozy dont il ne cesse de critiquer la présidence finissante.

 Source Le Parisien - 27 avril 2011

De Saint-Nicolas du Chardonnet à Nicolas Sarkozy... Ite missa est!

 

    

00:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

27/04/2011

Non-lieu pour les policiers mis en cause pour la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré

X zyed-bouna-morts-a-clichy-dans-un-transformateur-MAXPPP-930620_scalewidth_630.jpg

clichy-af9cc.jpg

(Cliquez sur les photos)

Les deux policiers jugés en correctionnelle pour "non assistance à personne en danger" après la mort de deux adolescents fin octobre 2005 à Clichy-sous-Bois, ont bénéficié d’un non-lieu. Zyed Benna, 17 ans, et Bouna Traoré, 15 ans, sont morts électrocutés dans le transformateur EDF dans lequel ils avaient trouvé refuge, alors qu’ils étaient poursuivis par la police. Leur décès a été le déclencheur des émeutes de novembre 2005.

Le non-lieu est donc confirmé. La cour d’appel de Paris a suivi l’avis du parquet, et a confirmé l’ordonnance déjà rendue en octobre dernier par des juges de Bobigny. Les deux policiers mis en cause dans la mort de Zyed Benna, 17 ans, et Bouna Traoré, 15 ans, le 27 octobre 2005, à Clichy-sous-Bois, en Seine-saint-Denis, n’ont pas commis le délit de “non assistance à personne en danger”, pour lequel ils étaient poursuivis. Il s’agit d’une policière stagiaire, qui était de permanence au standard téléphonique ce soir-là, et d’un gardien de la paix présent sur le terrain.

 L’avocat des familles des victimes annonce son intention de se pourvoir en cassation. D’autre part elles vont également déposer une citation directe pour "mise en danger délibérée de la vie d’autrui" contre les policiers.

   
   

Les deux victimes, accompagnées d’un troisième adolescent qui, lui, a survécu, avaient trouvé refuge dans un transformateur EDF, après une course-poursuite avec la police. Ils sont morts électrocutés. Leur camarade a été gravement blessé.

A l’époque, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, avait exclu toute responsabilité des policiers, déclaré, à tort, que les adolescents n’étaient pas poursuivis, et paru insinuer qu’ils avaient commis un délit. Le parquet n’avait pas ouvert d’enquête immédiatement.

La mort des deux adolescents et ces réactions ont été suivies de trois semaines d’émeutes sans précédent, dans les banlieues françaises, à la stupeur du monde entier.

Les troubles ont duré jusqu’au 17 novembre, faisant 130 blessés parmi les policiers et les émeutiers, et se soldant par l’incendie de milliers de véhicules et de centaines de bâtiments.

27 avril 2011

20:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Delanoë défend les immigrés clandestins contre l'action de la police

 

La police a procédé hier soir et ce matin, dans plusieurs arrondissements parisiens (Xe, XVIIe, XIXe et XXe), à des interpellations et à des placements en garde à vue de ressortissants tunisiens, égyptiens et libyens, pour « infraction à la législation sur le séjour ». Rien que de très normal jusque-là sauf que dans un communiqué de presse de ce jour,  Bertrand Delanoë, maire rouge, rose, vert de la capitale, trouve que « ces interpellations sont choquantes ».

Pour le défenseur de la bobocrassie parisienne, le fait que la police procède à l’interpellation d’illégaux sur notre sol, le fait que la police fasse son travail (ou tente de le faire au regard des circonstances), le fait que les lois de la République soient appliquées, tout cela s’inscrirait « en contradiction flagrante avec les propositions ouvertes et réalistes que [le maire de Paris a] formulées dans un courrier adressé dès vendredi dernier au Ministre de l’Intérieur et pour lequel [il déplore n'avoir] reçu aucune réponse à ce jour. »

Bertrand Delanoë se sent donc piqué à vif dans son ego surdimenssionné.

D’autant que ces interpellations (qui seront suivies de remises en libertés dans les heures et les jours à venir, soyons-en sûrs) interviennent quelques heures après que la majorité rose, rouge, verte de la Ville de Paris ait décidé de débloquer une enveloppe de quelques 100.000 euros pour accueillir 200 immigrés clandestins qui fuient la démocratie de leurs pays respectifs puisqu’ils viennent pour l’essentiel d’Egypte et de Tunisie, pays hautement démocratiques s’il en est puisque les méchants dictateurs Moubara et Ben Ali y ont été dernièrement déchus.

NPI - 27 avril 2011

19:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Pour le journal "Le Monde", refuser la mondialisation, c'est se replier sur soi-même

La dernière trouvaille de la Pensée Unique consiste à qualifier de « repli » toute contestation de la mondialisation.
Le titre du quotidien Le Monde, colporteur assidu et zélé de la doctrine convenue, est l’exemple éclatant de cette trouvaille :

Le-Monde.jpg

(Cliquez sur l'image)

Toute réflexion sur la contestation de la « mondialisation-immigration-intégration », puisque pour ce journal, cela ne fait qu’un, s’apparente à un repli.

La voilà la bonne idée : le mot « repli » est fortement et nettement négatif, aussi bien :

  • dans son acceptation psychologique : repli (sur soi). Phénomène caractéristique de l’autisme combinant un désinvestissement du monde et une réduction égocentrique des intérêts et des affects«  (Pel. Psych. 1976). La « dissonance intime » (…) du taciturne, du distrait, du sauvage, du rêveur (…) n’outrepasse pas une simple attitude de repli (Mounier, Traité caract., 1946, p. 480)
  • que dans son acceptation militaire : retrait volontaire d’une troupe, d’un corps d’armée sur des positions moins avancées et préalablement définies. Repli des avant-postes ; manœuvre, ordre, position de repli. La facilité même avec laquelle s’effectue le repli de nos troupes (…) témoigne que nous pourrions tenir toute la nuit (Foch, Mém., t. 1, 1929, p. 60).

Ainsi les dernières réflexions supposées et tactiques de Nicolas Sarkozy sur une moindre implication dans la « mondialisation-immigration-intégration » sont-elles vite présentées par les militants mondialistes du Monde comme un repli. Donc comme un échec, puisque la réussite est du côté de la mondialisation, comme chacun le sait, au journal Le Monde, du moins. Pas forcément du côté des ouvriers, d’après les derniers sondages.

De fait depuis quelques jours les mouvements d’opinion qui s’inquiètent de l’arrivée massive, incontrôlée de « migrants » tunisiens sont-ils qualifiés par les différents relais de la Pensée Unique de « repli sur soi », « autarcie », « fermeture à l’autre » (puisque l’ouverture à l’autre est bonne).

 

Affichette humoristique du Projet Apache

En passant, puisqu’on est dans la guerre des mots, pourquoi les fuyards tunisiens sont-ils qualifiés de « migrants » ? Pourquoi ne sont-ils pas plutôt qualifiés de « lâches », voire de « déserteurs » ? Au moment où leur pays requiert toutes ses ressources pour accomplir les derniers pas vers la démocratie, ils l’abandonnent ! Pourquoi ne pas qualifier également les résidents en France d’origine tunisienne qui ne participent pas à l’œuvre enthousiasmante qui se déroule actuellement dans leur pays, de lâches ou de déserteurs ?

 

Le pape Benoit XVI trouve subitement de la sympathie chez les collaborateurs de la mondialisation  — et pourtant il revient de loin ! — depuis qu’il a dit que « la solidarité de tous devait s’exprimer à l’égard des nombreux exilés et aux réfugiés qui proviennent de différents pays africains et qui ont été contraints de laisser leurs affections les plus chères ».

La Pensée Unique n’est pas parvenue à bannir le mot « identité ». Ce mot est dorénavant au centre du débat politique. Aussi s’est-elle attaquée au mot « identitaire » qu’elle juxtapose fréquemment à « xénophobe ». « Identitaire-xénophobe », mais là non plus, la sémantique ne passe pas bien. « Identitaire » chez de nombreux jeunes est un terme positif, synonyme de courage.

Alors la dernière trouvaille consiste-t-elle à qualifier les « mondialo-sceptiques » à travers le mot « repli » de « ringards, autarciques, défaitistes, xénophobes, peureux de l’autre ».

La guerre des mots continue.

Georges Gourdin, pour Novopress France

NOVOPRESS - 27 avil 2011

 


19:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Le Paquebot est vendu!

 

Le Président d’Honneur du Front National, Jean-Marie Le Pen, a annoncé aujourd’hui que l’ancien siège du FN, le Paquebot à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), avait été vendu.

La signature a eu lieu le jeudi 21 avril, date qui correspond à sa présence au second tour de la présidentielle de 2002, face à Jacques Chirac.

Le prix de cette vente se situerait autour de « 10 millions d’euros », ce qui semble suffisant pour régler les dettes du FN en souffrance depuis 2007.

L’acheteur est un Français, un propriétaire d’établissements de santé et de retraite.

Cela va permettre au FN de faire de nouveau appel à des crédits, à des emprunts, à la veille du lancement de la campagne présidentielle de 2012 qui verra Marine Le Pen briguer le siège de la magistrature suprême.

19:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

La mère de Sophia Aram condamnée pour escroquerie à deux ans de prison dont six mois ferme

26 avril 2011

Femme de Trappes : Khadija Aram

 

 

Je suis née en 1947 à Casablanca. 18 ans après, je rejoignais mon époux en France, avec un brevet des collège comme unique bagage scolaire.


De 1965 à 1981, je me suis consacrée à l'éducation de mes six enfants. Aujourd'hui, l'aînée est ingénieur en informatique, la seconde est décoratrice d'intérieur aux États-unis.

 

Le troisième et le cadet ont crée une entreprise de location de véhicules, la quatrième est comédienne et chroniqueuse sur TF1, et la cinquième est directrice de vente dans une maison de production de dessins animés.


Je me suis employée, dès mon arrivée en France, à aider mes compatriotes de l'époque pour leurs démarches.


J’appartenais en effet à la première génération d’immigrées pour laquelle les rouages de l’administration française n’étaient pas simples.


J’ai ensuite travaillé pour une association pour handicapés, puis pour un institut médico-pédagogique pour enfants et adolescents sourds et aveugles. J’ai du pour cela suivre une formation d'aide médico-psychologique puis d'éducatrice spécialisée.


Souvent sollicitée dans mon quartier, au point d’être surnommée "l'assistante sociale", j'ai fini par créer l'Association "Femmes de Trappes et d’ailleurs" en 1999.


En 2000, je m'engage sur la scène politique locale, et j’ai la charge, dès 2001, des communautés religieuses et du mouvement associatif de ma ville. En 2003, je suis élue Maire-adjointe en charge de la jeunesse.


Aujourd’hui, je travaille sur la création d'un Conseil de Jeunes au sein des 3 collèges de la ville.

 
"Les Cahiers de l'Espoirs", une autre association qui me compte parmi ses membres, organise des collectes de fournitures scolaires, que nous distribuons dans une école dans la régions de Sidi Slimane. Le seconde édition est prévue pour septembre 2007 incha allah ...

 

02:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)