Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2010

VIDEO - Polémique autour d'une expulsion de squatteurs à la Courneuve

http://www.dailymotion.com/video/xe63l2_evacuation-de-fam...

Une vidéo montre l'évacuation musclée de 190 personnes installées au pied de la Tour Balzac à la Courneuve en Seine-Saint-Denis, parmi lesquelles des femmes enceintes et de très jeunes enfants.

Ils avaient été évacués une première fois de la barre Balzac, dont la destruction est prévue d'ici la fin de l'année, le 8 juillet. Les quelque 130 squatteurs, dont 57 femmes et 19 enfants, s'étaient ensuite installés dans des tentes au pied de l'immeuble pour réclamer leur relogement. C'est pour mettre fin à ce campement improvisé, auquel s'était joint une cinquantaine d'autres personnes, que les forces de l'ordre sont intervenues le 21 juillet, une opération effectuée «plutôt dans le calme» selon la préfecture. Mais l'association Droit au Logement (DAL) dénonce de son côté des pratiques «brutales» et des «violences policières».

On y voit notamment une femme enceinte faire un malaise, et une autre se faire traîner au sol alors qu'elle porte son bébé dans le dos, jusqu'à ce que les policiers se rendent compte de la présence de l'enfant entre la mère et le bitume et ne le dégagent. «Les expulsions ne se font pas dans la douceur mais là, un cap a été franchi. C'est la première fois qu'on voit une telle violence avec des femmes et des enfants, s'indigne le DAL, qui réclame des «sanctions» à l'égard des auteurs de ces « brutalités policières ».

 

La préfecture réfute toute violence policière

 

Interrogée par Le Parisien, la préfecture de Seine-Saint-Denis maintient qu'il n'est pas question de «violences policières». «Les gens étaient informés selon la procédure légale. Il y a eu une première sommation au mégaphone, puis une deuxième prévenant du recours à la force. Dès lors, le rassemblement interdit est un délit». Concernant la mère traînée au sol avec son enfant coincé entre son dos et le sol, la vision de la préfecture diffère de celle du DAL. «On voit une maman qui n'ignorait pas la présence de son enfant et qui, d'elle-même, se met sur le dos. Le policier ne l'avait pas vu et quand il s'en rend compte, il prend l'enfant dans ses bras».

Selon Le Parisien, la personne filmant la scène a été invitée par un policier à stopper l'enregistrement, puis sa caméra a été «cassée». Les journalistes étaient «tenus à l'écart ce jour-là», précise le quotidien. Après l'évacuation, 126 personnes avaient été interpellées et conduites en car dans plusieurs commissariats avant d'être libérées au fur et à mesure de la journée. Selon la préfecture, 70 ont accepté des nuitées d'hôtel en attendant une solution de relogement plus permanente.

Le Figaro - 30/07/10

18:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Grenoble: nouvelles promesses de Sarkozy, qui déplore les "ratés de l'immigration"

Sarkozy à Grenoble XXX.jpg

Nicolas Sarkozy a sorti vendredi l'artillerie lourde sur la sécurité et l'immigration en promettant à Grenoble un nouveau renforcement de l'arsenal répressif contre les délinquants et en déplorant l'"échec" du modèle d'intégration français depuis cinquante ans.

Venu installer le nouveau préfet de l'Isère, Eric Le Douaron, choisi parmi les hauts gradés de la police après les graves violences survenues mi-juillet dans la ville, le président a d'abord tenu à voir les policiers locaux, passant près d'une heure et demie avec eux, à l'abri des caméras.

Dans l'Hôtel de police, il a visionné un film sur les événements qui ont éclaté dans le quartier de la Villeneuve, où des fonctionnaires avaient essuyé des tirs à balles réelles, puis longuement discuté avec eux.

A la préfecture ensuite, le chef de l'Etat, entouré notamment de Michèle Alliot-Marie (Justice) et Brice Hortefeux (Intérieur), a repris le discours de fermeté contre les délinquants qui ont fait son succès en 2007.

Mais cette fois, il l'a accompagné de quelques annonces spectaculaires.

Première mesure: le chef de l'Etat a demandé que la nationalité française puisse "être retirée à toute personne d'origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte" à la vie d'un policier, d'un gendarme, ou de tout autre "dépositaire de l'autorité publique".

Ensuite, il a proposé que dès la rentrée parlementaire les peines planchers, qui visent actuellement les seuls récidivistes, puissent désormais s'appliquer "à toutes les formes aggravées c'est-à-dire notamment les violences sur des personnes dépositaires d'une autorité publique".

"L'instauration d'une peine de prison incompressible de 30 ans pour les assassins de policiers ou de gendarmes sera discutée au Parlement dès la rentrée", a-t-il aussi annoncé, réclamant aussi une extension de l'usage des bracelets électroniques.

Martial - il a parlé de "guerre nationale" contre les "voyous" - le chef de l'Etat a aussi clairement établi un parallèle entre la délinquance et les difficultés d'intégration de certains immigrés.

"Nous subissons les conséquences de 50 années d'immigration insuffisamment régulées qui ont abouti à un échec de l'intégration. Nous sommes si fiers de notre système d'intégration, peut-être faut il se réveiller pour voir ce qu'il a produit. Il a marché, il ne marche plus", a lancé le chef de l'Etat.

"Il est quand même invraisemblable que des jeunes gens de la troisième et la quatrième génération se sentent moins français que leurs parents ou grands parents", a insisté Nicolas Sarkozy.

Soulignant qu'en 2009 "le taux de chômage des étrangers non communautaires a atteint 24%", soit plus de deux fois la moyenne nationale, il a souhaité "que l'on évalue les droits et les prestations auxquelles ont aujourd'hui accès les étrangers en situation irrégulière". "Une situation irrégulière ne peut conférer plus de droits qu'une situation régulière et légale!".

Environ 300 personnes ont manifesté dans le centre de Grenoble contre la venue du chef de l'Etat, soigneusement tenues à distance de la préfecture.

Le secrétaire national du PS à la Sécurité, Jean-Jacques Urvoas, a estimé que Nicolas Sarkozy avait parlé "pour faire oublier son échec" sur la sécurité.

L'ex-Premier ministre Dominique de Villepin a lui ironisé sur l'emploi du mot "guerre" par le président, rappelant que "la guerre contre le terrorisme, c'est la terminologie des néo-conservateurs américains et de Georges Bush avec le peu de succès que l'on sait".

AFP. 30/07/10

18:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Romain Barras champion d'Europe au décathlon

Romain Barras.jpg
Romain Barras est né le 1er août 1980 à Calais
 
Décathlon : Barras arrache l'or

Pour la première fois de sa carrière, le Français Romain Barras est devenu champion d'Europe du décathlon à l'issue d'un concours qui aura tenu toutes ses promesses. En avance de 150 points sur son record personnel à l'issue de la première journée, le Nordiste a passé sa journée de jeudi à remonter sur la tête. 3e du 110m haies (14''22), un peu décevant au disque (44,51 m), il a égalé son record personnel à la perche (5,05 m) avant de remporter le javelot avec un énorme jet à 65,77 m.  Avec une avance de seulement 5 points sur le Néerlandais Eelco Sintnicolaas à l'approche de la  dernière épreuve, le 1500 mètres, tout restait possible. Mais le Calaisien n'a pas laissé passer sa chance en réalisant une course dantesque (4'28''43), notamment un dernier 400 de feu. Avec un total de 8453 points, Romain Barras améliore son record personnel de 140 points et devient par la même occasion le 4e Français à devenir champion d'Europe de décathlon.
Le Figaro - 29/07/10

01:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Sarkozy avec Carla sur le plateau de Woody Allen

NS et Carla plateau.jpg

Un de la République sur un plateau de , c’est très rare. Une première dame de aussi. Pourtant, c’est bien ce qui est arrivé dans la capitale, lors du tournage de « Midnight in Paris », que met en scène Woody Allen. Dans le Ve arrondissement, du côté de la rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, Nicolas Sarkozy s’est rendu sur le plateau aux environs de 2 heures du matin, dans la nuit de mardi à mercredi, afin d’assister au tournage de ce nouveau long-métrage dans lequel son épouse, Carla Bruni-Sarkozy, fait ses débuts d’actrice aux côtés d’Owen Wilson, Rachel McAdams et Marion Cotillard.


Le président n’a donc pas voulu rater les premiers pas de comédienne de sa femme. Il est même resté près de deux heures sur le plateau pour la voir tourner et a salué le célèbre réalisateur new-yorkais qui la dirigeait. Le couple a quitté le plateau à 4 heures du matin.

 

Hier soir, Carla Bruni-Sarkozy devait encore tourner de nouvelles séquences avec Woody Allen. Le magazine américain « People » rapportait hier sur son site Web que la première journée de la femme de Nicolas Sarkozy avait été très chargée, avec notamment plusieurs prises réclamées par Woody Allen, dont on sait qu’il est assez exigeant sur la qualité de ses séquences. Selon le journal, une scène où Carla Bruni-Sarkozy marche dans une rue avec une baguette de pain à la main a fait l’objet de… 32 prises! Pas moins. Ce qui a provoqué l’hilarité de la presse anglaise.
« Midnight in Paris », produit par la sœur de Woody, Letty Aronson, se déroule dans les années 1920. C’est-à-dire les Années folles, où le jazz était extrêmement populaire. On le sait, Allen est lui-même un grand amateur de jazz et joue régulièrement de la clarinette à New York. Le film alterne images d’aujourd’hui et flash-back sur les Années folles. Carla Bruni-Sarkozy tient cependant un très petit rôle, celui d’une directrice de musée à Paris, dont l’employée est jouée par Marion Cotillard. Quand verra-t-on « Midnight in Paris »? Peut-être au prochain Festival de Cannes. On murmure avec insistance qu’une projection en avant-première mondiale pourrait avoir lieu en mai 2011.

 

Le Parisien - 29/07/10

00:40 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Algérie: pas question d'indemniser les familles juives qui ont fui

Alger reste sourd aux requêtes d’indemnisation de ces familles qui ont fui le pays pour se réfugier en Israël. L’annonce intervient alors que Jérusalem a récemment annoncé la création d’un département spécial au sein du ministère des retraités. Sa mission : répertorier les biens des Juifs dans huit pays arabes pour demander une indemnisation. Il a ainsi appelé près d’un millions d’immigrants originaires de ces pays à remplir des courriers de plainte en préparation de l’action de justice que compte engager Israël envers certains Etats comme l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, la Libye, l’Irak (135 000 Juifs), le Yémen, le Liban (5 000), la Syrie (20 000) ainsi que l’Iran (120 000).

Selon l’agence de presse américaine UPI, les demandes d’indemnisation devraient couvrir l’atteinte aux biens fonciers et matériels des Juifs dans ces pays (maisons, locaux commerciaux), une restauration des cimetières et des synagogues, ainsi qu’une réparation du retrait de la citoyenneté.

Une loi adoptée en février dernier à la Knesset avait accordé le statut de réfugiés aux Juifs qui avaient fui les pays arabes ouvrant la voie aux demandes de compensation financière. Pour le député Shas, Nissim Zeev, il s’agissait d’une marque de « justice historique » pour ces familles qui avaient subi des persécutions.
Premier pays à réagir, l’Algérie a fait savoir qu’il ne reconnaissait aucune des demandes d’indemnisation énoncées par Israël.

On voit mal également comment l’Iran d’Ahmadinejad ou la Syrie d’Assad pourraient reconnaitre leurs fautes.

ISRAEL 7 -  27/07/10

00:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Dominique Cottrez, la mère aux huit infanticides

photo_1280399016253-8-0 Veilleuses pour bébés morts.jpg
Veilleuses pour les bébés morts
photo_1280432490669-8-0 Dominique Cottre.jpg
Dominique Cottrez, 47 ans
 
(Cliquez sur les photos)

00:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Woerth: le traitement de faveur qui fâche policiers et magistrats

Un mois et demi après les premières révélations de Mediapart, Eric Woerth a été entendu, jeudi 29 juillet, par la brigade financière dans les multiples volets de l'affaire Bettencourt qui le concernent, qu'il s'agisse des soupçons de financement politique occulte ou des conditions dans lesquelles sa femme, Florence, a été embauchée au service de Liliane Bettencourt.

Eric Woerth a été entendu sous le statut du témoin dans le cadre de plusieurs enquêtes préliminaires dirigées par le procureur de Nanterre, Philippe Courroye. L'audition, qui a commencé vers 9 heures du matin, a pris fin peu avant 17 heures.

 

S'il est encore trop tôt pour connaître la teneur exacte des déclarations de M. Woerth aux enquêteurs (ni, d'ailleurs, la tournure des questions qui lui ont été posées par les policiers), il est déjà un constat qui suscite bien des interrogations chez de nombreux magistrats et policiers.

 

 

M. Woerth
M. Woerth© Reuters
 

Contrairement à d'autres protagonistes clés du dossier, l'actuel ministre du Travail a été entendu non pas dans les locaux de la brigade financière, rue du Château-des-Rentiers, à Paris, mais... à son ministère, rue de Grenelle. Et ce à la demande de M. Woerth lui-même. Un traitement de faveur dont la force symbolique ne trompe pas. En acceptant de se déplacer, les policiers se sont mis, même inconsciemment, en position d'“infériorité”, ce qui n'aurait évidemment pas été le cas s'ils avaient pu questionner le ministre dans leurs locaux. Son épouse, Florence Woerth, avait du reste été contrainte de se déplacer au siège de la PJ parisienne.

 

 

 «Cela m'a toujours choqué même si c'est une pratique de police qui n'est pas rare, que ce soit pour des ministres ou pour des chefs d'entreprise», réagit Clarisse Taron, la présidente du Syndicat de la magistrature. Selon la magistrate, procureure adjointe à Metz, ce type de diligences relève des «aménagements policiers et judiciaires pour ceux que l'on considère du même monde. Ce sont des petites fleurs pour des gens importants, des gens de bonne compagnie», se désole la présidente du SM, qui n'hésite pas à parler de «justice de classe».

 

Le sentiment est partagé au sein du principal syndicat des gradés et gardiens de la paix de la police nationale, Unité SGP Police FO. «Cela donne vraiment l'impression qu'il y a les manants et les puissants», considère Yannick Danio, délégué national du syndicat. «Le principe d'égalité, toutes considérations confondues, n'est absolument pas respecté dans cette affaire. Ne serait-ce que vis-à-vis de la femme du ministre, qui s'est déplacée à la brigade financière quand elle a été entendue», poursuit le policier.

 

«Autant pour Madame Bettencourt, qui est dans un âge avancé, on peut comprendre que les policiers se déplacent chez elle pour l'interroger, mais M. Woerth est un ministre bien portant...», explique M. Danio.

MEDIAPART - 29/07/10

00:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

29/07/2010

Culture: Lulu Gainsbourg en tête d'affiche pour un hommage à son père à Tel Aviv

photo_1280346183937-2-0 Lulu Gainsbourg.jpg
Lulu Gainsbourg

TEL-AVIV — Le pianiste Lulu Gainsbourg  s'est présenté sur scène mercredi soir à Tel Aviv lors d'un hommage spécial en mémoire à son père Serge, à l'occasion du 20e anniversaire de la disparition de "l'homme à la tête de chou".

"C'est un grand moment pour moi de pouvoir rendre hommage à mon père et plus particulièrement en Israël", a confié le musicien à l'AFP.

Lulu, le fils que Serge Gainsbourg a eu avec sa dernière compagne, Bambou, n'avait que 5 ans quand son père est mort en mars 1991.

Il vit aux Etats-Unis, où il a suivi des études de musique, et après quelques apparitions sur scène, il se retrouve pour la première fois en tête d'affiche d'un concert, une soirée dédiée à son père à l'opéra de Tel Aviv.

Compositeur et pianiste, Lulu Gainsbourg, 24 ans, effectue sa première visite en Israël, un pays que son père a toujours défendu, notamment lors de la Guerre des Six-Jours (juin 1967) en composant une chanson ouvertement sioniste, "Le Sable et le Soldat", il est vrai peu connue.

Redécouverte en 2002, cette chanson n'a jamais été interprétée sur scène par Gainsbarre qui l'avait offerte à l'Etat d'Israël. Elle sera chantée mercredi soir à Tel Aviv.

Le producteur israélien David Stern a "investi huit mois de travail" pour organiser cet hommage. "L'accord de Lulu, c'est le déclencheur de ce spectacle", a-t-il expliqué à l'AFP, mais il aurait aimé présenter en même temps sa demi-soeur Charlotte sur scène.

Des chanteurs français et israéliens participeront aussi à l'hommage Gainsbourg, notamment la Française Dani, pour qui Serge Gainsbourg a notamment écrit "Comme un boomerang" en 1975.

A l'affiche également: Alizée, Daniel Levi, Rose, Catherine Falgayrac et, côté israélien Michaël Greilsammer, Harel Skaat et Shirel, la fille de la chanteuse américaine Jane Manson.

Alizée chantera trois titres de Gainsbourg --"qui est une véritable référence musicale pour moi", a-t-elle dit à l'AFP.

Pour Lulu Gainsbourg, qui "a toujours voulu venir en Israël", ce concert est aussi une occasion de se préparer à sa première tournée solo, qui est prévue l'été 2011 aux Etats-Unis.

AFP. 29/07/10

23:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

Les Etats-Unis frappés par une marée noire dans le Michigan

Près de quatre millions de litres de pétrole se sont écoulés dans la rivière Kalamazoo dans le Michigan (nord des Etats-Unis), après la rupture d'un oléoduc, ont annoncé les autorités américaines.

L'agence de protection de l'environnement (EPA) a indiqué mercredi dans un communiqué que la fuite avait débuté lundi quand un oléoduc de 76 centimètres de diamètre, appartenant à l'entreprise canadienne Enbridge Inc, s'est brisé au niveau de Marshall, déversant le brut dans le ruisseau Talmadge.

Selon l'entreprise, l'oléoduc a été clos et les valves d'isolation fermées, stoppant ainsi le flot de pétrole. Une enquête est en cours pour déterminer les causes de la fuite.

"Nous nous engageons à nettoyer minutieusement le site aussi vite que possible", a assuré Enbridge.

L'EPA a indiqué gérer tous les aspects du nettoyage de la pollution qui s'étend sur près de 50 kilomètres le long de la rivière Kalamazoo, que ce soit dans les zones marécageuses, d'habitation ou industrielles.

"C'est une marée noire importante qui peut potentiellement dégrader une voie d'eau essentielle et menacer la santé publique", a déclaré la directrice de l'EPA Lisa Jackson.

Des employés de l'EPA "sont sur place pour s'assurer que le pétrole qui a fui ne s'écoule plus et soit nettoyé le plus rapidement et le plus efficacement possible", a-t-elle ajouté.

L'EPA a demandé mardi aux garde-côtes américains d'avancer deux millions de dollars, en assurant que l'argent serait remboursé par la compagnie.

Le gouverneur du Michigan a toutefois critiqué l'EPA et l'entreprise, jugeant leur réaction insuffisante.

"La situation est très très sérieuse", a déclaré Jennifer Granholm lors d'une conférence de presse téléphonique. Le pétrole pourrait selon elle atteindre le lac Michigan si des mesures supplémentaires ne sont pas mises en place.

Cette pollution intervient en pleine marée noire dans le golfe du Mexique, la plus grave de l'histoire des Etats-Unis.

France-Soir - 29/07/10

19:42 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Infanticides: la mère mise en examen, le père laissé libre

La mère de huit nouveau-nés retrouvés morts cette semaine à Villers-au-Tertre (Nord) a été mise en examen jeudi midi par un juge d'instruction de Douai, mais pas son mari, dans cette affaire d'infanticides apparaissant comme la plus importante en France.

"Nous sommes en présence d'une affaire hors-normes compte tenu du nombre important de nouveau-nés", a déclaré le procureur de Douai, Eric Vaillant, lors d'une conférence de presse. Il a souligné que le déni de grossesse n'avait pas été avancé par la mère pour justifier ses infanticides présumés.

Dominique Cottrez, aide-soignante de 45 ans, a été mise en examen et écrouée pour "homicides volontaires de mineurs de moins de 15 ans". Elle encourt la réclusion à perpétuité.

Contrairement à ce qui avait été annoncé dans un premier temps, le père, Pierre-Marie Cottrez, charpentier du même âge, n'a pas été mis en examen pour "non dénonciation de crimes et recels de cadavres", comme l'avait pourtant requis le parquet. Il a été entendu en qualité de témoin assisté avant d'être laissé libre.

M. Cottrez a indiqué aux enquêteurs "n'avoir jamais su que sa femme était enceinte ni qu'elle s'était débarrassée des enfants", a indiqué M. Vaillant. Le magistrat a également indiqué que Mme Cottrez avait reconnu avoir "volontairement étouffé les nouveau-nés à la naissance".

Elle a expliqué avoir eu "parfaitement conscience d'être enceinte à chaque fois", expliquant "qu'elle ne voulait plus d'enfants et qu'elle ne voulait pas voir de médecin pour employer un moyen de contraception".

Son premier accouchement se serait très mal passé en raison de sa forte corpulence.

Des expertises devront être ordonnées pour connaître son degré de responsabilité pénale. Elle a d'ores et déjà exprimé des regrets et a assuré qu'il n'y avait "pas d'autre cadavre caché", selon le procureur.

Les corps des enfants, nés entre 1989 et 2006/2007, ne présentent aucune trace de coups, selon les premiers résultats d'autopsies.

Samedi, les nouveaux propriétaires d'une maison, qui appartenait auparavant aux parents de Dominique Cottrez, avaient fait la première découverte macabre dans leur jardin. Alors qu'ils s'apprêtaient à replanter un arbre, ils sont tombés sur les ossements de deux nouveaux-nés dans des sacs plastique enfouis sous terre. Sous le choc, ils ont aussitôt alerté la gendarmerie.

Dominique Cottrez a rapidement avoué être la mère des deux enfants, alors qu'elle était d'abord entendue comme simple témoin, en tant que fille de l'ancien propriétaire de la maison.

Placée en garde à vue, elle a ensuite indiqué que d'autres cadavres de nouveau-nés se trouvaient au garage de son domicile. "Mardi après-midi, nous avons découvert dans le garage quatre nouveaux sacs dans lesquels se trouvaient six nouveaux cadavres de nourrissons", a indiqué le procureur.

Ceux-ci étaient dissimulés dans des sacs hermétiques, sous des objets divers, comme des pots de fleurs ou du matériel de jardin.

Les époux Cottrez sont décrits par leurs voisins comme des gens sans histoire, le père faisant même partie du conseil municipal de Villers.

La mère "est une personne qui participait peu à la vie de la commune", a déclaré le maire Patrick Mercier, en évoquant son "problème de poids" qui pourrait expliquer que ses grossesses soient passées inaperçues.

Décrits comme avenants, serviables, polis et courtois, les deux époux sont parents de deux filles âgées d'une vingtaine d'années, qui ont elles-mêmes des enfants.

Jeudi, le profil Facebook de Dominique Cottrez, sur lequel les médias ont obtenu sa photo, avait été retiré du réseau social.

France-Soir - 29/07/10

19:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Huit bébés tués à leur naissance et enterrés dans des sacs-poubelle...

La femme de 47 ans, mise en examen après la découverte de huit corps de nourrissons, est une fille de Villers-au-Tertre, où elle menait en apparence une existence parfaitement normale.

Une femme «secrète» et «courageuse». C'est en ces termes que Dominique Cottrez, qui a avoué avoir étouffé huit bébés à Villers-au-Tertre, est décrite par sa fille de 21 ans, Virginie. Une femme «qui ne se plaignait pas», raconte la jeune femme à la Voix du Nord. Avec Emeline, sa sœur aînée âgée de 22 ans, elle souligne son «incompréhension» depuis la macabre découverte.

Les deux soeurs, elles-mêmes mamans de deux petits garçons, sont formelles : «On n'a jamais rien remarqué. Elle avait des moments de fatigue, c'est vrai, mais elle travaillait presque vingt-quatre heures sur vingt-quatre, entre son travail d'aide soignante à domicile et les tâches ménagères à la maison», confient-elles au quotidien régional. Pour Virginie et Emeline, Dominique était une bonne mère : «Elle ne nous a jamais jugées, elle nous accompagnait, nous soutenait... » Et l'aînée d'affirmer qu'à la naissance de son fils, qu'elle élève seule, sa mère était à la maternité avec elle pour l'accouchement. «C'est elle qui l'a porté, qui l'a habillé... On avait toutes les deux les larmes aux yeux», se rappelle-t-elle.

Dominique gardait très régulièrement ses deux petits-enfants, «comme n'importe quelle grand-mère», poursuivent les deux soeurs. «Maintenant que ça se sait, elle doit se sentir soulagée. Elle n'a plus rien à cacher», concluent-elles, espérant que leur mère bénéficiera d'un traitement psychologique.

 

«On pouvait toujours compter sur eux»

 

Dominique Cottrez, 47 ans, a grandi à Villers-au-Tertre. Ses parents, des agriculteurs aujourd'hui décédés, étaient propriétaires d'une grande partie des terres cultivables de la commune, indique la Voix du Nord. Aujourd'hui encore, elle vit dans ce village avec son mari, employé dans une société de travaux publics douaisienne. Le couple habite une maison qu'il loue depuis 18 ans.

La stupeur a donc aussi frappé les habitants de la commune, envahie par les médias depuis la révélation de l'affaire. Les voisins de Pierre-Marie et Dominique Cottrez, tous deux connus dans le bourg, semblent partager le même sentiment sur cette terrible découverte : «incompréhensible». «Ce sont des gens avenants, serviables, polis et courtois, qui ne laissaient pas supposer de comportement anormal», témoigne un voisin. «Ce sont avant tout des gens très bien», confie pour sa part un ami du couple. «On pouvait toujours compter sur eux, ils rendaient service à la première occasion. On continuera à les soutenir», assure-t-il au Parisien.

 

Dominique «sortait très peu»

 

Menuisier charpentier, Pierre-Marie Cottrez est notamment connu dans le village pour ses talents de bricoleur. «On lui demanderait de venir planter un clou qu'il viendrait tout de suite», précise une relation. Il faisait également partie du conseil municipal de Villers, souligne le maire de ce village de 700 habitants, Patrick Mercier. «C'était son troisième mandat. C'était un bénévole, quelqu'un de respectable», a estimé l'élu.

Concernant la mère, «c'est une personne qui sortait très peu, qui participait très peu à la vie de la commune», a-t-il ajouté, précisant qu'elle avait «un problème de poids», qui pourrait expliquer que ses grossesses soient passées inaperçues. «Personne ne s'est rendu compte de quoi que ce soit». «C'est une femme très corpulente, a confirmé sur RTL une ancienne voisine du couple, qui qualifie Dominique Cottrez de «très souriante, gentille, mais aussi discrète». «C'est quelque chose que moi je n'arrive pas à intégrer. C'est à la fois tellement monstrueux et puis tellement incroyable. Ça dépasse l'entendement», a-t-elle conclu.

Le Figaro - 29/07/10

19:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Le ministre Woerth a récusé tous les soupçons

VIDEO  http://www.2424actu.fr/actualite-sociale/affaire-bettenco...

Le ministre a été entendu comme témoin de 07H00 GMT à 14H45 GMT au ministère du Travail à Paris par les policiers de la Brigade financière.

Il est soupçonné de conflit d'intérêt voire de trafic d'influence relatif aux fonctions de son épouse Florence Woerth au sein d'une société chargée de faire fructifier la fortune l'héritière des cosmétiques L'Oréal Liliane Bettencourt au moment où son époux était ministre du Budget (2007-mars 2010) et trésorier du parti de la majorité UMP.

 

 

M. Woerth "à aucun moment n'est intervenu pour que son épouse soit embauchée", a dit l'avocat s'adressant à la presse.

Le ministre a également été interrogé sur des accusations de financement politique illégal portées par l'ex-comptable de Liliane Bettencourt.

"En ce qui concerne le financement politique il a, avec une vigueur et une énergie particulière, nié avoir reçu un quelconque financement politique qui eut été non conforme à la loi", a dit l'avocat.

"C'est dans les termes de la loi et en fonction de ce que les règles de la République permettent que des financements ont été recueillis. Toutes autres allégations ne sont que des mensonges et des fantasmes", a ajouté Me Leborgne.

 Selon l'avocat, "si l'audition a duré ce temps-là, c'est parce qu'Eric Woerth voulait donner toutes les explications, il a dit depuis longtemps qu'il était impatient d'être entendu, il a subi les romans, les allégations, les soupçons qui l'ont concerné pendant un certain temps. C'était pour lui l'occasion d'y mettre un terme", a-t-il fait valoir.

"Aucune perquisition n'a eu lieu aujourd'hui", a aussi affirmé l'avocat.

L'Express - 29/07/10

18:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Woerth longuement entendu à son ministère par les policiers

136278-70008-jpg_45870 Woerth.jpg
(Cliquez sur la photo)

Eric Woerth, "impatient" de s'expliquer sur les accusations qui le visent depuis plus d'un mois, a été interrogé jeudi pendant près de huit heures comme témoin à son ministère par les policiers qui enquêtent sur l'affaire Bettencourt.

Les policiers de la Brigade financière ont achevé vers 16H45 l'audition de M. Woerth, entamée peu avant 09H00 au ministère du Travail, situé rue de Grenelle (VIIe arrondissement), selon l'entourage du ministre, premier membre du gouvernement entendu par la justice depuis l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007.

Son avocat, Me Jean-Yves Le Borgne, a indiqué à l'AFP qu'il allait tenir un court "point-presse" en fin d'après-midi dans la cour du ministère.

Autorisée depuis le 21 juillet par le Conseil des ministres, cette audition était attendue par le ministre, "impatient" de dissiper les soupçons nés de la révélation à la mi-juin d'enregistrements clandestins réalisés au domicile de Liliane Bettencourt et des accusations d'une ex-comptable de la milliardaire.

Présenté il y a encore quelques semaines comme Premier ministrable, M. Woerth, qui a annulé un déplacement en province prévu jeudi matin, s'est retrouvé sous le feu des critiques de l'opposition en pleine présentation du projet de loi réformant les retraites.

Selon le parquet de Nanterre, qui dirige quatre enquêtes préliminaires dans le cadre de l'affaire Bettencourt, il devait être interrogé "sur tous les éléments qui intéressent les enquêteurs".

Il devait ainsi répondre aux accusations de financement politique occulte portées par l'ex-comptable de Liliane Bettencourt, Claire Thibout. Cette salariée, licenciée en 2008, affirme que le gestionnaire de la fortune de Mme Bettencourt, Patrice de Maistre, lui avait demandé de retirer la somme de 150.000 euros début 2007, destinée à Eric Woerth, trésorier de l'UMP et de la campagne de Nicolas Sarkozy.

Des accusations "tout simplement ridicules", a rétorqué M. de Maistre: son avocat, Me Pascal Wilhelm, a déclaré que le gestionnaire de fortune avait bien rencontré le trésorier de l'UMP mais en niant toute remise d'argent. De son côté, le ministre a déposé plainte pour dénonciation calomnieuse.

Les enquêteurs se sont penchés sur le contenu de conversations tenues dans le bureau de Mme Bettencourt et enregistrées par son majordome entre mai 2009 et mai 2010. Elles suggèrent un possible conflit d'intérêts entre sa double casquette de trésorier de l'UMP et de ministre du Budget et l'embauche de sa femme par la société Clymène, gérant le patrimoine de Mme Bettencourt.

Dans la tourmente, Eric Woerth a annoncé le 13 juillet qu'il renonçait à la fonction de trésorier, à dater du 30 juillet. Il avait quitté Bercy pour la rue de Grenelle en mars.

Durant sa garde à vue mi-juillet, Patrice de Maistre avait indiqué par ailleurs que, début 2007, le ministre lui avait "demandé de recevoir sa femme et ce pour essayer de la conseiller sur sa carrière". Florence Woerth était embauchée en novembre 2007.

Eric Woerth assure qu'il n'a "jamais demandé quoi que ce soit qui concerne son épouse".

Enfin se pose la question d'un traitement fiscal favorable à l'égard de l'héritière de L'Oréal, qui a admis disposer de comptes en Suisse, "à régulariser", et d'une île aux Seychelles au statut flou.

Le ministre, qui a fait de la lutte contre la fraude fiscale son cheval de bataille lorsqu'il était à Bercy, a été "blanchi" par un rapport de l'Inspection générale des finances (IGF), dépendante de Bercy, qui le dédouane de toute intervention dans le dossier fiscal de la milliardaire.

Le Point - 29/07/10

Pas de perquisitions, comme pour les autres?

 
 

 

18:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

VIDEO Le Nouvel Ordre Mondial

http://www.youtube.com/watch?v=wuK6SZ40poQ

21 juillet 2010

02:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (7)

Mascarade sécuritaire à l'Elysée: Sarkozy aboie, la cavane passe...

Communiqué de presse de Marine Le Pen, vice-présidente exécutive du Front National

La réunion consacrée aux nomades à l’Élysée est l’occasion pour un Président de la République en grande difficulté de gonfler les biceps devant les caméras, espérant faire croire aux Français qu’il agit. En réalité, comme d’habitude depuis huit années que Nicolas Sarkozy est en charge de la sécurité, il n’y aura que discours, vagues déclarations d’intention et détermination feinte. Comme sur tous les sujets, aucune action concrète ne suivra et la situation continuera de se dégrader, dans nos villes et nos villages où des centaines de camps illicites perturbent gravement la vie de nos concitoyens. La technique de communication sarkozyste est maintenant bien connue et elle trouve dans la gauche et les associations bobos des complices bien commodes. Les cris d’orfraie de ces « idiots utiles » permettent au gouvernement de faire croire à l’opinion qu’il est sur une ligne dure. Que ces professionnels de l’indignation se rassurent : le gouvernement ne fera strictement rien.

Le problème mérite pourtant mieux que de l’affichage et de l’embobinage. Les Français sont à juste titre exaspérés par la multiplication des camps de nomades et les comportements inadmissibles d’une partie de ces populations : dégradation de l’environnement, vols, détournements de biens publics, agressions et meurtres parfois. Les Roms posent tout particulièrement un problème,venus massivement chez nous depuis l’élargissement de l’Union Européenne à la Roumanie et la Bulgarie, voulue et mise en place par le gouvernement actuel et ses prédécesseurs de gauche et de droite. Les camps de Roms ne se sont pas faits en un jour : face à ces populations, le laxisme prévaut. Les autorités sont comme paralysées et laissent la situation chaque jour empirer, avec la complicité de nombreuses communes PS et UMP. Dans ce contexte, les événements dramatiques de Saint-Aignan ont vocation à se multiplier.

Marine Le Pen, vice-présidente du Front National, demande à Nicolas Sarkozy de cesser l’esbroufe médiatique et d’engager enfin une action de restauration de l’ordre public sur l’ensemble du territoire national. Les camps illicites doivent être démontés, les populations nomades en situation illégale renvoyées chez elles, sans pécule et avec l’assurance qu’elles ne reviendront pas, contrairement à ce qui se passe aujourd’hui. Partout, il faut s’assurer que l’ordre est respecté, et le moindre écart doit être puni.

Pour cela, il est nécessaire de cesser de réduire nos forces de police et de gendarmerie de 3.000 effectifs chaque année.

NPI - 28/07/10

02:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Roger Holeindre: "devant l'accélération de l'insécurité en France..."

Communiqué de Roger Holeindre, premier vice-président du Front national, président du Cercle National des Combattants

Devant l’accélération de l’insécurité en France… nos gouvernants semblent tétanisés, et autant hébétés qu’une poule qui a couvé des œufs de canard !

Pendant des décennies, la gauche a fait en sorte que les voyous et les criminels soient perçus comme des victimes de la société. Cette dernière, en l’occurrence, a bon dos ! Une partie des élus de l’UMP a fait de même… accusant le Front national de « surfer sur les malheurs de la France ». Tout pourtant est simple… pour ne pas dire simpliste…

Les médias ne se sentent responsables de rien ! Leur dénigrement systématique de notre pays ne suscite en eux aucun sentiment de culpabilité… de même que l’humour au second degré des radios, pris pour argent comptant par les ignares anti-français, ne les interpelle, comme on dit aujourd’hui.

 

Quant au million de fonctionnaires de l’éducation dite « nationale », ils ne se sentent en rien concernés, et il ne leur vient jamais à l’idée que leur sentiment antinational, qui est la base de leur enseignement, fait des enfants dont ils ont la charge des apatrides.

Nos banlieues sont devenues ingouvernables parce que depuis 1968… « il est interdit d’interdire », et que même, il y a encore peu de temps, certains préfets ne voyaient pas d’un mauvais œil l’économie souterraine qui assurait des rentrées financières, et garantissait même parfois le calme dans certains quartiers. Calme nécessaire aux trafiquants !

Aujourd’hui, les différents trafics, drogues de toutes sortes, armes, y compris de guerre, vente de faux papiers, convoyages de clandestins, prostitution planétaire, tout cela a pris une telle ampleur, et les sommes qui en découlent sont tellement vertigineuses que l’on pourrait se croire en Amérique du Sud, où les « narcos » font la loi !

Faudra-t-il donc répéter ad vitam aeternam que le trafic de drogue, aujourd’hui, porte sur des centaines de tonnes ?

Les « nouvelles mœurs » prônées par tous les médias, le relâchement qui s’ensuit, la glorification de l’homosexualité et de toutes les déviances, tuent la nation et la famille… hier pilier d’une France chrétienne, et renforce le mépris des musulmans, même des moins fanatiques.

A cela s’ajoute bien sûr, sur toutes nos radios, le dénigrement perpétuel de la France et l’humour « bien français », au second degré… que tous les antifrançais prennent pour argent comptant.

L’ensemble de ces dysfonctionnements est couronné par un laxisme judiciaire, voulu et entretenu par des syndicats de gauche, à commencer par le syndicat de la Magistrature !

Il existe aujourd’hui parmi la jeunesse de nos villes des gens, nés chez nous, vivant des acquis sociaux de chez nous… qui ne veulent absolument pas s’assimiler et qui nous haïssent. Il en est de même parmi les gens, dit « du voyage », avec l’arrivée massive et continue d’originaires d’Europe centrale qui, vivant depuis des siècles dans ces pays, n’ont jamais réussi à en devenir citoyens !

La guérilla urbaine actuelle, le saccage de locaux administratifs ou militaires, l’incendie continu de centaines de véhicules… vont-ils permettre enfin à nos dirigeants de comprendre… qu’il est déjà bien tard !

L’assassinat de Mohamed, jeune assimilé, travailleur sérieux et honnête, sur l’autoroute A13, pour une banale affaire de constat d’accrochage, démontre que le seul mobile de ce crime est… la « haine » !

« Fais donc pas ton Français ! » lui ont dit ses agresseurs avant de le tuer ! Oui messieurs… La haine de la France et des Français !

Voilà le résultat de votre incapacité à gouverner… Cela s’appelle de l’abandon de peuple en danger !

Dans le même temps, le journal de monsieur Jean-François Kahn fait placarder sur les kiosques des affiches annonçant un numéro spécial de Marianne, pour le 24 juillet 2010, dont voici le texte :

« Fascisme… Antisémitisme… National populisme… de Maurras à Le Pen… l’extrême droite… Une politique de la haine ! »

A quoi donc jouent ces gens là ?

NPI - 28/07/10

02:11 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Témoignage exclusif - Denis, policier à la BAC: "le flic est un sous-citoyen"

Les effectifs de la BAC Grenoble ont été mis en repos de force par le préfet alors que circule la rumeur d’un contrat sur leur tête © Fabrice ANTERION / MAXPPP

* INFO LEPOINT.FR GRENOBLE – Un contrat sur les policiers de la BAC

Denis est policier à la Brigade anticriminalité (BAC). Il fait partie des hommes envoyés en renfort à Grenoble où des policiers sont menacés de mort par des caïds de cité. Il a accepté de témoigner pour Le Point.fr sous couvert d’anonymat. Édifiant.

« ON SE COUCHE DEVANT LES CAÏDS »

« Nos collègues de Grenoble ont leur nom et prénom tagués sur les murs du quartier de la Villeneuve. Et la seule réponse du ministère, c’est de les mettre au repos ou de les muter. Je suis dans la BAC depuis 10 ans. Aujourd’hui, je suis écoeuré. Une fois encore, on se couche devant les caïds. On nous a donné l’ordre de ne plus patrouiller en civil, de remettre nos uniformes pour ne pas être identifiés comme un flic de la BAC. C’est désastreux pour l’image. Les petits caïds se disent dans leur tête que les flics ont peur, qu’ils reculent. Parmi les policiers exfiltrés, il y a un major à deux mois de la retraite avec 15 ans de BAC derrière lui. C’est la honte. »

 « DE LA CHAIR À CANON »

« On se fout de la gueule des flics, on nous prend pour de la chair à canon. Quand on pense que Sarko avait promis de karcheriser les cités ! La hiérarchie fait tout pour minimiser la gravité de la situation. Personne ne sait ce qu’est devenu l’agent de sécurité qui a failli prendre une balle. C’est l’omerta. Heureusement, l’info circule entre nous, via les portables. »

« GILETS PARE-BALLES PÉRIMÉS »

« Le 22 juillet, je me suis pointé au travail à midi. J’ai appris qu’à 16 heures je devais être à Grenoble pour une mission de neuf jours. Si tu refuses, t’es muté dans un service de merde. Alors, tu pars risquer ta peau pour 1.800 euros par mois. Mon métier, c’est de protéger les biens et les personnes. Pas de me faire tirer comme un lapin par un crevard de cité. Notre véhicule affiche plus de 100.000 kilomètres au compteur, à l’intérieur, le chauffage est bloqué. Voilà l’état de la police aujourd’hui, en tout cas de la sécurité publique, dont je fais partie. Rien ne fonctionne normalement, ni les voitures, ni les ordinateurs. Certains ont des gilets pare-balles périmés. Même nos brassards de police sont usés jusqu’à la corde, j’ai un collègue qui a été obligé de repasser au marqueur la lettre P du mot police. »

« CE N’EST PAS LES CAÏDS QUI VONT FAIRE LA LOI »

« J’entends certains dire il faut envoyer l’armée. Qu’on nous laisse agir, et ça ira très vite. Ce n’est pas une vingtaine de petits caïds qui vont faire la loi. Ces derniers jours, avec les renforts qui ont débarqué, les types se tiennent à carreau. Hormis quelques marioles qu’il faut savoir calmer. Hier, on est tombé sur un crevard de ce genre. Le type était au téléphone quand on s’est approché pour le contrôler. Je m’adresse à lui en le vouvoyant pour lui demander de mettre fin à sa conversation téléphonique, il me répond en me tutoyant : « Tu es qui toi pour me demander de m’arrêter de téléphoner. Personne ne me contrôle ici. » Il a pris direct deux pièces de cinq francs (des gifles). Après, il nous disait : « Bonjour, merci et au revoir. » Bien sûr que je me mets hors clous en agissant ainsi. Mais pourquoi devrait-on baisser la tête ? Si tous les flics agissaient ainsi, les problèmes seraient vite réglés. Pour moi, ça, ce n’est pas une bavure, c’est une démarche citoyenne. Il faut arrêter de verbaliser le citoyen lambda et s’attaquer aux caïds, aux dealers, aux braqueurs. Quand un jeune de 20 ans roule dans une X6 qui coûte 120.000 euros et qu’il ne travaille pas, c’est à lui qu’il faut confisquer la voiture sur le bord de la route. »

« SARKO NE SAIT PAS CE QUI SE PASSE »

« Il faut que la population sache que les policiers n’ont pas peur d’entrer dans les cités. Si nous n’y allons pas, c’est que nous avons ordre de ne pas y aller. Aujourd’hui, la hantise des autorités, c’est la bavure, l’émeute, l’embrasement. Mais à force de reculer, de renoncer, on arrive à des situations comme aujourd’hui. Un jour, on se réveille, c’est trop tard, c’est l’effet boomerang. Je ne crois pas que les conseillers de Sarko lui disent la vérité sur ce qui se passe. Il faudrait que tous ces délégués à la sécurité, préfets ou autres viennent tourner une nuit avec la BAC pour voir l’étendue des dégâts. On dit ici qu’un flic du Raid a eu dans la jumelle de son fusil un voyou perché sur un toit avec un lance-roquettes. Et qu’il n’aurait pas reçu l’ordre de tirer. Si j’avais été à sa place, j’aurais appuyé sur la détente. Et cela ne m’aurait pas empêché d’aller manger une pizza après. Est-ce qu’on attend qu’il pulvérise un fourgon de flics ? »

« LA PAROLE D’UN FLIC NE VAUT RIEN »

« Les flics vont se mettre à tirer. S’ils ne l’ont pas encore fait, c’est parce que la peur de perdre leur boulot est plus forte. Mais les flics en ont ras le bol. Après 15 ans de police, sans le moindre problème, je me suis retrouvé du jour au lendemain mis en garde à vue, perquisitionné à mon domicile parce qu’un crevard de cité, multirécidiviste, m’avait accusé de l’avoir agressé. Ce qui était faux. Mon service de nuit à peine terminé, je me suis retrouvé en garde à vue, puis mis en examen par le doyen des juges d’instruction. Pourtant, je suis un des flics les plus décorés de ma génération. Le doyen en question qui n’avait jamais mis les pieds dans un commissariat, ni même dans une voiture de flic m’expliquait comment il fallait que j’intervienne sur la voie publique. J’ai été suspendu durant neuf mois, privé de salaire. Je vivais avec 300 euros par mois. Si je ne suis pas mis une bastos dans la tête, c’est parce que mes proches m’ont soutenu. Au bout du compte, j’ai été relaxé par le tribunal. La parole d’un flic aujourd’hui ne vaut rien. Ni devant un jeune de cité, ni devant un juge, ni devant un élu. Le flic est un sous-citoyen. »

Source : Publié le 28/07/2010 à 14 :17 – Modifié le 28/07/2010 à 21 :42 Le Point.fr 402

NPI - 28/07/10

01:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Athlétisme: Christophe Lemaitre nouveau champion d'Europe du 100m, Mbandjock 3ème

photo_1280347731336-6-0 Lemaître.jpg
Christophe Lemaitre, né le 11 juin 1990 à Annecy
sport24_402208_7002438_14_fre-FR Lemaitre drapeau français.jpg
photo_1280348756987-6-0 Martial Mbandock 27 07 10 Barcelone.jpg
(Cliquez sur les photos)
 
Près de trois semaines après être devenu le premier sprinteur blanc sous les 10 secondes sur 100m, Christophe Lemaitre, 20 ans, est devenu mercredi soir à Barcelone champion d'Europe de la spécialité. Cela faisait 48 ans que la France attendait un tel moment.
 Avec un chrono de 10 secondes et 11 centièmes, le Savoyard a devancé le Britannique Mark Lewis-Francis (10"18) et son compatriote Martial Mbandjock (10"18), qui prend la médaille de bronze. Le Britannique Dwain Chambers se classe seulement 5ème. Lemaitre et Mbandjock sont les premiers médaillés français de ce rendez-vous catalan.
Surtout, Lemaitre est le premier Français titré sur la ligne droite aux Championnats d'Europe depuis Claude Piquemal en 1962 à Belgrade.
RTL Sports - 28/07/10

01:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

28/07/2010

Bosnie: arrivée à Sarajevo de l'ancien président Ejup Ganic

Egip Ganic.jpg
L'ancien président bosniaque, Ejup Ganic, est arrivé mercredi à Sarajevo, après le rejet mardi par la justice britannique d'une demande d'extradition de la Serbie à son sujet pour crimes de guerre, a constaté un photographe de l'AFP.

Ejup Ganic a été accueilli par plusieurs centaines de personnes à l'aéroport. L'ancien président bosniaque est arrivé à bord d'un vol régulier en provenance d'Istanbul.

"Merci à tous d'être venus. Le combat livré au cours des cinq derniers mois ne l'a pas été en vain", a déclaré M. Ganic à la presse à l'aéroport de Sarajevo.

"Nous sommes revenus avec deux résultats. Le premier est un document confirmant que la Bosnie-Herzégovine a été victime d'une agression. Nous avons mis au clair le caractère de la guerre en Bosnie", a dit M. Ganic.

"Le deuxième résultat est que le procès contre moi était motivé politiquement. La Serbie a abusé du système judiciaire britannique. Nous revenons une fois encore victorieux", a ajouté M. Ganic.

Agé de 64 ans, Ejup Ganic, ancien membre musulman de la présidence bosniaque pendant la guerre et ex-président de la fédération de Bosnie-Herzégovine, avait été arrêté le 1er mars à l'aéroport londonien de Heathrow en application d'un mandat d'arrêt émis par la Serbie pour crimes de guerre. A la mi-mars, il avait été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

La Serbie accuse Ejup Ganic d'avoir participé en 1992 à la conception d'attaques sur un mess d'officiers de l'armée yougoslave, puis sur des ambulances dépêchées sur place et enfin sur un convoi militaire à Sarajevo qui avait fait 18 morts. M. Ganic nie toute implication.

Expliquant sa décision, le juge Timothy Workman du tribunal de Westminster, à Londres, a dénoncé mardi une "procédure lancée et utilisée à des fins politiques", ce qui "constitue un abus de procédure".

La Serbie a annoncé mardi qu'elle ferait appel de la décision de la justice britannique.

AFP. 28/07/10

Click here to find out more!

Click here to find out more!

 

19:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Un pétrolier japonais attaqué dans le détroit d'Ormuz ?

Petrolier détroit d'ormuz.jpg
(Cliquez sur la photo)

TOKYO — Une explosion s'est produite sur un pétrolier japonais dans le détroit d'Ormuz, attribuée par l'équipage à une attaque, mais le navire était en état de naviguer et aucune marée noire n'est à déplorer, a annoncé mercredi le ministère japonais des Transports.

L'incident a eu lieu mardi à 20H30 GMT, soit dans la nuit de mardi à mercredi dans cette bande de mer entre l'Iran et le sultanat d'Oman, sur un bateau de la compagnie japonaise de transport maritime Mitsui OSK, le M. Star. Un marin a été blessé et le navire partiellement endommagé.

"Un membre de l'équipage a vu une lumière à l'horizon à l'instant précédant l'explosion et l'entreprise suspecte très fortement une attaque", a précisé dans un communiqué le ministère, selon lequel cette zone n'est pas connue pour d'éventuelles activités de piraterie.

Un responsable de Mitsui OSK basé au Qatar, Junto Endoh, a estimé qu'il ne s'agissait "pas d'un accident, mais peut-être d'une attaque terroriste", selon des propos cités par l'agence de presse Dow Jones Newswires.

Il a précisé que le navire faisait désormais route vers Fujairah aux Emirats arabes unis pour y être réparé, ajoutant que l'explosion n'avait pas été énorme.

"Le navire se dirige vers le port sans avoir besoin d'être remorqué. Les dégâts n'ont pas incendié le pétrole contenu dans les soutes", a-t-elle déclaré. Les détails supplémentaires ne pourront être connus qu'après une inspection qui sera lancée dès l'accostage du bateau, a ajouté la porte-parole.

Ce pétrolier transporte 270.000 tonnes de pétrole brut et son équipage est constitué de 16 Philippins et 15 Indiens, selon le ministère. Il devait amener ces hydrocarbures depuis les Emirats arabes unis jusqu'au port de Chiba, dans la région de Tokyo.

Le détroit d'Ormuz relie le Golfe persique, bordé de riches Etats pétroliers comme le Koweït, Bahreïn et le Qatar, à la mer d'Oman, et constitue un passage stratégique pour le transit du pétrole.

AFP. 28/07/10

19:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)