Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1445

  • Pour le plaisir

    sapin 1.jpg

    (Photo GM)

  • Un professeur poursuivi en Espagne: islam ou jambon il faut choisir!

    covapsolobellotaedit-z.jpg

    Jambon pata negra - (Cliquez sur la photo)

    Un affaire a soulevé l’émoi en Espagne ces dernier jours, un rappel gastronomique et donc culturel à l’occasion d’un enseignement sur les climats vaut à un professeur des poursuites judiciaires par les parents d’un élève musulman.  Après la cantine hallal, surgit donc au détour de cette histoire, la requête d’un enseignement « hallal ». Les parents ont dû oublier que la Reconquista a eu lieu et que l’époque de Cordoba (Cordoue) la musulmane est bien terminée !

    Un professeur de l’institut Menéndez Tolosa de La Línea de la Concepción (Espagne), a été dénoncé par une famille musulmane, car son fils, élève en 1ère année de lycée, se considère comme offensé par une leçon de géographie.

    L’enseignant a dispensé à une classe une instruction sur les différents climats de la planète et utilisé la ville de Grenade Trevélez comme un exemple de climat froid et sec. Pour l’anecdote, l’enseignant a souligné qu’un tel climat était particulièrement propice au séchage des jambons (les meilleurs d’Espagne). Ensuite, l’élève musulman a réclamé au professeur qu’il ne parle pas de jambons se sentant offensé en tant que musulman.

    Le professeur a répondu que c’était juste un exemple et qu’il n’y avait aucune considération religieuse dans cet exemple.

    Ce qui n’était qu’une anecdote géographie et gastronomique a pris une toute autre ampleur, car la famille n’a pas hésité à déposer plainte contre l’enseignant auprès du commissariat de police, sans par ailleurs avoir eu la moindre discussion avec le professeur.

    Les agents de police se sont rendus à l’école pour entendre le témoignage de l’enseignant. L’enseignant est accusé d’avoir tenu des propos racistes et xénophobes. La délégation provinciale du Ministère de l’Éducation  a seulement indiqué que l’enseignant a été signalé à la police et a refusé de commenter l’affaire.

    Les enseignants et les élèves sont scandalisés par la situation faite à un professeur qui jouit d’une expérience de 20 ans, de sorte qu’il a eu des milliers d’élèves et qu’il n’a jamais eu à connaître un problème de cette nature.

    Bien qu’il s’agisse d’une période difficile, l’enseignant continue de dispenser ses cours dans l’école.

    Le police maintient l’enquête ouverte sur la base des allégations de la famille de l’enfant et attend la décision de l’autorité judiciaire pour savoir si le délit est constaté ou pas.

    Etienne AUBRAC

    Source

    Source

    http://www.nationspresse.info/

    NPI - 26/12/10

  • Qui est-ce ? 128

    128 - Qui est-ce.jpg

    128

  • Marseille: un homme de 72 ans torturé et dépouillé à son domicile

    Bien triste Noël pour ce monsieur qui vient de sortir de l'hôpital, où il a passé plusieurs jours, placé sous respirateur.

    Dimanche dernier, c'est un voisin qui l'a découvert, gisant à terre dans son appartement de la rue Massabo, à Marseille, dans le quartier de la Joliette (2e arr). Prostré, il a été conduit aux urgences. En recueillant son témoignage, les policiers ont peu à peu basculé dans un véritable film d'épouvante.

    Samedi, l'histoire commence pourtant un peu comme dans un conte de Noël, lorsque la victime reçoit la visite d'une ex-voisine, venue prendre de ses nouvelles. La dame est accompagnée par deux hommes qu'elle présente comme des amis. On devise sur le pas de la porte, puis on poursuit devant l'apéritif que leur offre leur hôte. Mais rapidement, celui-ci est intrigué par l'étrange manège des deux accompagnateurs, qui, sous prétexte d'aller aux toilettes, vont et viennent dans l'appartement. Le propriétaire s'aperçoit que des objets ont été déplacés.

    En guise d'explications, il reçoit un grand coup sur la tête. Lorsque le malheureux recouvre ses esprits, il se trouve attaché sur une chaise. L'un des agresseurs le force à ingurgiter du pastis, pendant que l'autre fouille l'appartement, s'emparant d'un téléphone portable, d'un fusil 22 long rifle, et de quelques billets. 130 euros: ça ne suffit pas aux bourreaux. Saisissant les papiers de leur victime, ils découvrent sa carte bancaire… et redoublent de coups pour qu'elle révèle son code. La victime résiste. Ils lui mettent un couteau sous la gorge et finissent par lui extirper le numéro. Mais la torture continue.

    Ils découvrent que le pauvre homme porte une bague, qu'ils arrachent violemment en lui entaillant le doigt… Et l'ex-voisine, où est-elle passée? D'après la victime, elle n'aurait cessé de tenter de dissuader les bourreaux. Rapidement identifiés par les enquêteurs de la BSU Nord, les deux agresseurs ont été localisés. L'un deux, interpellé, a reconnu les faits lors de sa garde à vue. Il a été écroué. L'autre est en fuite.

    La Provence - 25/12/10

     

  • Oise: la crèche hors la loi est installée pour Noël

    crèche Montiers.jpg

     Montiers (Cliquez sur la photo)

    Malgré une décision de justice contre lui, le maire du village a installé une crèche sur la place, dès le lendemain du jugement.

    Placée contre le mur du cimetière de Montiers, la crèche de la discorde vient de passer un second Noël en contrebas de l’église, tout près du monument aux morts du village de 450 habitants. Pourtant, le 30 novembre, le tribunal administratif d’Amiens a décidé l’annulation de la délibération du conseil municipal de Montiers du 31octobre2008.

     

     

    Ce jour-là, les élus avaient entériné l’idée d’installer une crèche sur la place du village. Un projet qui avait fait bondir Claude Debaye, l’ancien maire renversé sept mois plus tôt par l’équipe de Xavier  Deneufbourg. « Ce n’était pas de la décoration, mais de la religion, du prosélytisme », estime Claude Debaye, enseignant à la retraite, premier élu de l’Oise à avoir parrainé des sans-papiers.

    Simple querelle entre l’ancien et le nouveau maire ?

    Il a donc eu gain de cause devant la juridiction administrative deux ans plus tard. « La justice n’a fait que rappeler la loi sur la séparation de l’Etat et de l’Eglise, résume-t-il. C’est la victoire de la laïcité. »

    Sauf que la loi de 1905 semble ne pas avoir de prise à Montiers… « Le maire a fait installer la crèche au lendemain du jugement ! peste Claude Debaye. C’est de la provocation assumée. » Car, de son côté, Xavier Deneufbourg souligne que « le jugement nous demande d’annuler la délibération, mais il ne nous interdit pas de faire une crèche»…

    «Le problème, reprend Claude Debaye, c’est l’attitude de l’Etat. Le préfet est chargé de veiller à l’exécution du jugement. Or, il est aux abonnés absents et dit qu’il n’a pas à commenter une décision de justice. Ce n’est pas ce qu’on lui demande. En marge, certains laissent croire qu’il s’agit d’une rivalité de coqs dressés sur leurs ergots ; ça n’a rien à voir. »

    Cette affaire rebondit au-delà du village. L’évêque de l’Oise, Mgr Jacques Benoît-Gonnin, « ne pense pas que cette crèche trouble l’ordre public, ni qu’elle représente une atteinte aux bonnes moeurs ». Et mi-décembre, le cardinal Vingt-Trois, archevêque de Paris, déclarait que cette affaire « s’inscrit dans une polémique entre l’ancien maire et le maire actuel », que « la crèche est un moyen d’alimenter la polémique ».

    Soutenu par la Libre Pensée qui a même alerté le ministre , Claude Debaye va plus loin encore : « Je ne suis pas mégalo, mais je crois que l’intervention du pape sur la christianophobie et l’interdiction de dresser des crèches sur la place publique en France s’appuie sur le cas de Montiers… »

    Ce matin, Claude Debaye vérifiera sûrement que le personnage de Jésus aura été glissé dans la crèche entre Marie, Joseph et un mouton. Il n’en fera pas plus, se bornant à constater « une trop grande tolérance de l’Etat qui confine à la complicité ». Quant au maire que nous avons sollicité en vain hier, il ne voit autour de cette crèche « qu’un faux problème : c’est simplement une réaction de l’ancien maire à sa non-réélection».

    Le Parisien - 25/12/10

     

     

     

  • Mondialisme: Ayoub Kara rencontre en Autriche le leader du FPO

    Malgré les protestations des dirigeants de la communauté juive locale, Ayoub Kara, vice-ministre israélien du Développement du Néguev et de la Galilée (Likoud), a rencontré en Autriche le leader d’un parti d’extrême droite, Heinz-Christian Strache, président du FPO (Parti de la Liberté).

    Interrogé par la presse, Kara a expliqué qu’il considérait que Strache et sa formation politique pouvaient devenir des partenaires d’Israël dans la lutte contre le terrorisme et a déclaré qu’il ne voyait pas en quoi leur programme pouvait être répréhensible.

    Il convient de préciser que le parti de Strache mène depuis un certain temps une campagne contre l’immigration qui lui a permis d’augmenter sa popularité. Candidat en octobre 2010 à la mairie de Vienne, il a prôné notamment l’interdiction des minarets et du port du voile islamique.

    Kara, qui a suscité l’indignation de la communauté juive autrichienne qui a même réclamé sa démission, a déclaré qu’il mettrait tout en œuvre pour « légitimer » Strache en Israël et dans le monde. Un peu plus tard, il a confié au site Ynet : « Selon mes recherches, le FPO est le seul parti en Autriche qui a soutenu Israël après le « raid » sur la Flottille turque ». Il a ajouté : « Strache compte m’accompagner jeudi 23 décembre à une cérémonie au Mémorial de l’Holocauste et il appelle à renforcer la Nation juive et l’Etat d’Israël ».

    VOXNR - 23/12/10

  • 127: Bravo à Abad et à Orion!

    127 - Madame de La Fayette  - (1634-1693), femme de lettres, auteur de La Princesse de Clèves, publié en 1678.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Madame_de_La_Fayette

    Merci d'avoir joué!

    Le jeu continue!

     

     

  • Sarkozy et DSK au Maroc pour les fêtes

    Qu’ils soient déjà à l’Elysée ou qu’ils rêvent d’y entrer, les politiques français se sont donné rendez- vous au Maroc pour les fêtes de fin d’année. On y croisera pas moins de trois candidats potentiels pour 2012 ! et son épouse Carla ont passé hier leur première journée de vacances au soleil du royaume chérifien, où ils ont choisi de se reposer pour la deuxième année de suite, après le Brésil fin 2008.

    Le président a reçu une bonne nouvelle : l’a appelé pour lui confirmer la commande de deux porte- hélicoptères de type Mistral, qui seront construits sur les chantiers de Saint-Nazaire. Avant de rentrer pour les voeux télévisés du 31 décembre, les Sarkozy dîneront avec le roi , qui leur avait prêté l’an passé une résidence à Jnane Lekbir,à 3km de Marrakech.On ignore si le couple présidentiel a prévu de recevoir des invités.

    DSK, Borloo, Chirac

    Le patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, et Anne Sinclair séjournent actuellement dans leur luxueux ryad de Marrakech. Ce n’est pas tout : Jean- Louis Borloo, qui réfléchit à une candidature en 2012, et son épouse Béatrice Schönberg ont aussi rallié la cité royale. Mi-novembre, après avoir quitté le gouvernement, l’ex-ministre de l’Ecologie, amoureux de la Méditerranée, était déjà venu se ressourcer au Maroc.

     Comme chaque année, Jacques et Bernadette Chirac fêteront Noël à Taroudant, dans le sud du pays. L’ancien président, rentré ravi d’un voyage en Chine, boucle le deuxième tome de ses Mémoires.

    Soleil aussi pour François Fillon, après les frimas de l’Autriche l’an dernier. Après avoir passé Noël en famille dans son fief de Solesmes (Sarthe), le Premier ministre va s’envoler pour quelques jours en Egypte.

    Le Parisien - 25/12/10

     

  • Qui est-ce? 127

    127 Qui est-ce.jpg

    127

  • Messe de Noël: le Pape condamne la violence et la guerre

    photo_1293229025371-1-0 Pape.jpg

    Benoît XVI le 24 décembre 2010 - (Cliquez sur la photo)

    Le pape Benoît XVI a condamné dans des termes très durs ceux qui sèment la violence et la guerre dans le monde, vendredi soir en célébrant la messe de la nuit de Noël à la basilique Saint-Pierre de Rome.

    "Nous te rendons grâce pour ta bonté mais nous te prions encore: montre ta puissance" et "établis dans le monde la domination de ta vérité, de ton amour, le royaume de la justice, de l'amour et de la paix", a-t-il ajouté.

    Le souverain pontife devrait développer ce thème samedi, jour de Noël, dans son traditionnel message avant la bénédiction "Urbi et Orbi" (à la ville et au monde), où il fait généralement le tour des différents conflits mondiaux.

    Dans cette nuit où, selon les Evangiles, le fils de Dieu s'est fait homme sous la forme d'un nouveau-né, Benoît XVI a estimé que "la faiblesse du fait d'être un petit enfant" montre "devant les pouvoirs prétentieux du monde, la force propre de Dieu". "Ce petit enfant a allumé parmi les hommes la lumière de la bonté et leur a donné la force de résister à la tyrannie du pouvoir", a-t-il dit.

    Le pape a également prié pour que s'établisse une "vraie fraternité": "aide-nous à reconnaître dans l'autre celui qui a besoin de moi, en ceux qui souffrent ou qui sont abandonnés, en tous les hommes, ton visage, et à vivre avec toi comme des frères et des soeurs pour devenir une famille, ta famille".

    Comme l'an dernier, la messe de minuit avait été avancée à 22H00 (21H00 GMT) afin de ménager le pape âgé de 83 ans. Elle s'est déroulée sans incident.

    AFP. 24/12/10

     

     

     

  • Message du président du CRIF à Mgr Vingt-Trois

    « Des Juifs crachent sur des Chrétiens à Jérusalem. C’est une déclaration entendue ce matin sur une des chaînes de Radio France. Elle m’a bouleversé. Renseignements pris, l’information est exacte ; elle ne correspond pas à des événements récents et sa diffusion en cette époque particulièrement sensible de Noël n’est certainement pas neutre.
     
    Cependant, il est vrai que certains religieux chrétiens ont été – ou sont - parfois insultés par des Juifs religieux extrémistes, lorsqu’ils déambulent dans les rues de Jérusalem. Il s’agit d’actes individuels, aucun rabbin n’a publiquement endossé ce comportement et bien au contraire, le grand rabbinat d’Israël et plusieurs rabbins se sont élevés contre cette pratique, incompatible avec l’éthique du judaïsme. Certes, il faut penser à la trace des siècles au cours desquels les Juifs ont eu à subir le mépris des Chrétiens. Il n’en reste pas moins que le custode aurait conseillé aux moines de ne pas porter des habits religieux pour ne pas risquer d’être agressés et que cela est accablant.
     
    Il n’y a pas d’exception pour les Juifs dans quelque domaine que ce soit, celui du respect humain comme les autres : la lumière religieuse ne doit jamais être détournée par les appels à la haine. Ceux qui expriment, sous prétexte qu’ils détiennent la vérité, le potentiel agressif malheureusement potentiellement tapi dans chaque religion, sont coupables. Nous savons que dans le judaïsme, ils sont ultra-minoritaires. Ce n’est pas une raison pour ne pas les dénoncer. Je réitère à nos amis chrétiens notre amitié et notre honte devant de tels agissements. »
    CRIF - 23/212/10
     

  • JOYEUX NOËL ET HEUREUSES FÊTES!

    nativ_n.jpg

    Nativité - Stephan Lochner (1405-1451)

  • Stille Nacht - Douce nuit

    24/12/10

  • Minuit chrétiens

    24/12/10

  • Kossovo: "L'héritage chrétien risque de disparaître"

    ec34cf80-0ea8-11e0-8f7e-b4d3b074cba7 Kosovo.jpg

    INTERVIEW - Pour le père Sava Janjic, archimandrite du monastère de Visoki Decani, les violences antiserbes au Kosovo ont baissé d'intensité, mais elles persistent, dans une région d'où 70% de la population serbe ont été chassés depuis 1999.

    Le Figaro Magazine - Quelle est la situation actuelle des Serbes au Kosovo?

    Sava Janjic. - Les violences contre les Serbes du Kosovo ont baissé depuis quelques années, mais ils ne disposent que d'une liberté très relative en dehors des enclaves où ils sont regroupés. Leurs droits sont limités et ils subissent toujours des harcèlements verbaux et parfois physiques. Surtout, il nous est impensable de vivre sans protection internationale, car rien ne garantit que ne se reproduise une flambée de violences comme celle de mars 2004, quand 35 églises ou cimetières orthodoxes ont été détruits en deux jours. A l'époque, la situation paraissait calme et la ville de Prizren était un modèle de tranquillité et un symbole de société multiethnique: en quarante-huit heures, tous les Serbes de la ville ont été expulsés, la résidence de l'évêque et les églises brûlées... Si certains sanctuaires sont en cours de reconstruction, trois monastères sont toujours en ruines. Et des centaines de cime tiè res ont été dévastés et sont laissés à l'abandon. Malgré les grands discours officiels sur le Kosovo multiethnique, la vérité est que le pays est un Etat de plus en plus monoethnique et une société monoreligieuse: en dix ans, 150 sites sacrés chrétiens ont été détruits ou endommagés.

    Quelle est, plus précisément, la situation du monastère de Decani, dont vous êtes l'archimandrite?

    Fondé en 1327, il est un des monastères orthodoxes serbes les plus importants des Balkans. Il abrite 30 moines et novices. En 1999, durant la guerre du Kosovo, nous avons accueilli de nombreux réfugiés albanais. Malgré cela, et en dépit de la présence de troupes de protection internationales, le monastère a été attaqué à quatre reprises par des extrémistes albanais: trois fois au mortier et une fois au fusil lance-roquettes! La raison en est que ce monastère, comme d'autres lieux chrétiens sacrés du Kosovo, symbolise la présence historique et religieuse des Serbes dans la région depuis plusieurs siècles. Ceux qui souhaitent un Kosovo purement albanais et musulman ne le supportent pas.

    Avez-vous récemment été victime d'exactions ou de violences de la part d'Albanais?

    L'atmosphère générale est plus apaisée, mais il existe de nombreuses discriminations contre les Serbes restés au Kosovo: menaces verbales, blocages administratifs, etc. Lors de la prise de fonction du nouveau patriarche de notre Eglise, Irinej, en octobre dernier, à Pec, des dizaines de voitures appartenant aux pèlerins venus y assister ont été attaquées à coups de pierre. Il y a eu aussi une recrudescence de destructions de stèles et de tombes chrétiennes dans les environs. Le Kosovo demeure une société instable pour les non-Albanais et, sans une vraie démo cratie, les Serbes et les autres communautés resteront la cible des extrémistes locaux.

    Octroyer aux monastères et aux églises orthodoxes du Kosovo un statut d'extraterritorialité permettrait-il de mieux protéger les non-Albanais?

    Ces lieux de culte ont besoin d'un statut spécial garantissant leur protection institutionnelle en tant que symbole de l'héritage chrétien de l'Europe. Cela devrait être considéré comme une obligation pour l'Union européenne et les Etats de la région. Sinon, le souvenir de l'héritage chrétien dans cette partie de l'Europe va peu à peu disparaître, et il en sera de même un jour en Europe centrale... Certains de ces lieux ont survécu à des siècles d'occupation ottomane et à deux guerres mondiales, et il nous revient la grande responsabilité d'empêcher qu'ils ne disparaissent par notre négligence ou notre indifférence.

    Avez-vous une prière particulière, à Noël?

    Je prie humblement pour que le peuple français ne cesse jamais de penser aux chrétiens qui souffrent dans le monde. Ce qui fait notre humanité et nous rapproche du Christ, c'est notre esprit de compassion et de solidarité. Tant que cet esprit-là survit, l'espoir ne meurt jamais.

    L'association humanitaire Solidarité Kosovo organise des convois humanitaires en faveur des populations serbes du Kosovo.

    Le Figaro - 24/12/10

  • 126: un grand bravo à Orion!

    1027505.jpg

    126 - Christiane DESROCHES NOBLECOURT - née à Paris en 1913 - Egyptologue, a sauvé les temples de Nubie. Auteur de nombreux ouvrages sur l'Egypte pharaonique

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Christiane_Desroches_Noblecourt et autres sites

    Orion a été la seule à l'identifier.

    Toutes mes félicitations!

    Le jeu continue!

  • CHIMULUS

    h-20-2350118-1293116816.jpg

    (Cliquez sur l'image pour la voir en totalité)

  • Electricité: le spectre de la grande panne

    Michel Lapeyre, l’ancien vice-président du gendarme du secteur de l’énergie est l’auteur d’un rapport d’étape sur l’état alarmant du réseau électrique français. Il est aujourd’hui expert indépendant.

    Existe-t-il de véritables risques que le réseau électrique soit victime d’une panne géante, et comment en est-on arrivé là ?
    MICHEL LAPEYRE. Le réseau est dangereusement vieillissant car les ouvrages les plus vétustes n’ont pas été remplacés au fur et à mesure, comme il aurait fallu le faire.

    D’où un nombre et des durées de coupures en augmentation constante. En moyenne nationale, la durée annuelle de coupure a augmenté de 50 % ces dix dernières années. La dégradation de la qualité est d’autant plus mal ressentie par ceux qui la subissent que la dépendance à l’électricité de leurs activités professionnelles ou domestiques a fortement augmenté ces dix dernières années. Le réseau est devenu sensible à l’extrême aux aléas climatiques. Les agents d’ERDF (NDLR : la filiale d’EDF chargée de la distribution), dont le dévouement et le professionnalisme sont grands, n’y peuvent rien tant que le remplacement des lignes n’est pas effectué. A terme, les conséquences pourraient s’avérer dramatiques pour la sécurité des consommateurs.

     

    Cette situation a-t-elle un lien avec le changement de statut d’EDF devenu aujourd’hui une société cotée en Bourse?
    Le capital d’EDF a été ouvert sans que soient instaurés les garde-fous nécessaires. EDF doit naturellement obéir à la logique de ses actionnaires, consistant à investir dans ce qui rapporte le plus. Or investir dans les réseaux de distribution est ce qui rapporte le moins. Il faudrait que le cahier des charges d’ERDF comprenne de réelles obligations de qualité.

    1201333_j2 M Lapeyre.jpg

    Michel Lapeyre

    Un récent rapport de la Commission de régulation de l’énergie, la CRE, admet que le réseau s’est dégradé et réclame des investissements plus importants, notamment pour l’enfouissement des lignes. Faut-il aller plus loin ?
    D’abord, ce rapport n’a plus grand chose à voir avec le prérapport que nous avions rédigé il y a un an. Son contenu a été vidé de toute substance susceptible de créer la polémique. Cette version édulcorée a pour fonction de reporter le problème à plus tard afin de ne pas déplaire. Le texte décrit certes une situation dégradée, mais considérée comme acceptable. Il ne comporte aucune proposition concrète. Il faut cependant reconnaître que l’équation à résoudre est difficile. D’une part, on ne peut pas augmenter exagérément le prix de l’électricité. D’autre part, il faut subventionner l’électricité provenant de sources renouvelables et aménager les réseaux pour l’accueillir. Et,cerise sur le gâteau, il vient d’être décidé de remplacer massivement tous les compteurs par des compteurs communicants. Tout ça coûte extrêmement cher. En définitive, cela laisse peu de place à la modernisation du réseau de distribution.
     

    Le Parisien - 23/12/10

  • Seine-Saint-Denis: importante saisie d'armes, d'explosifs, de drogue et d'argent...

    1200392_kalach.jpg

    Deux opérations de police menées, hier soir et ce jeudi matin, ont permis la saisie d'explosifs, d'armes, de drogue et d'argent dans le département de Seine-Saint-Denis. Les policiers de l'office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO) ont découvert, ce matin, un fusil d'assaut Kalachnikov, 500 grammes d'explosif et deux détonateurs, entreposés dans une cave à l'abandon, dans la cité de l'Etoile à Bobigny.

     

     

    Armes, drogue et argent dans des appartements de Saint-Ouen

    De leur côtés, les enquêteurs de la direction territoriale de la sécurité publique (DTSP) de Seine-Saint-Denis ont investi plusieurs appartements dans la rue du Landy à Saint-Ouen. Les policiers ont mis la main sur deux pistolets automatique, un revolver 357 magnum, une carabine 22 long Rifle, un pistolet d'alarme et un gilet pare-balles. Les fonctionnaires ont également récupéré 12 kilos de résine de cannabis, 5 kilos d'herbe du même produit et plus de 80 000 € en argent liquide.  Quatre personnes ont été interpellées.

    «Ces deux opérations engagées conjointement avec la direction centrale de la police judiciaire et les effectifs de Seine-Saint-Denis ont notamment permis de démanteler un réseau de trafiquants de drogue, précise Christian Lambert, le préfet du département. Un appartement abritant la culture de cannabis en intérieur a également été investi.» Ce dernier se rendra cet après-midi au commissariat de Saint-Ouen pour féliciter les policiers.

    Le Parisien - 23/12/10