Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2009

L'ADN de la joggeuse sur la main du suspect

recherhces mC Hodeau campagne.jpg
Recherches autour de Milly-la-Forêt (Essonne)

L'enquête sur l'enlèvement, lundi, d'une joggeuse de 42 ans dans la forêt de Fontainebleau a connu un développement crucial mercredi après l'identification de son ADN sur la main gauche du suspect peu avant son déferrement devant la justice.

Selon une source judiciaire, des prélèvements effectués sur la main gauche de cet homme de 47 ans, déjà condamné pour viol, ont permis de retrouver l'ADN de Marie-Christine Hodeau, vraisemblablement issus de résidus de peau.

La victime n'avait toujours pas été retrouvée peu avant midi mais "il n'est pas impossible que ce soit imminent", a ajouté cette source.

Le parquet d'Evry, qui a requis le placement en détention du suspect, va ouvrir une information judiciaire a priori pour "enlèvement et séquestration" à l'encontre de cet homme interpellé lundi à Echilleuses (Loiret), un village à 31 km au sud de Milly-la-Forêt (Essonne) où la victime vivait et faisait son jogging.

L'homme n'a cessé de nier toute participation aux faits même si lors de sa garde à vue des "incohérences et contradictions dans ses déclarations" ont été relevées, a noté une source judiciaire, selon laquelle l'enquête "progresse".

Peu après son enlèvement, la jeune femme avait réussi à joindre les gendarmes, lundi à 9H10, depuis le coffre de la voiture habituellement utilisée par le suspect, expliquant qu'elle venait d'être enlevée par un homme armé d'un couteau.

Un témoin qui connaissait le suspect l'a d'ailleurs aperçu vers 8H30 au volant de la voiture, dont le signalement a été donné par la joggeuse, dans une rue devant un magasin Intermarché d'Oncy-sur-Ecole (Essonne), commune voisine de Milly-la-Forêt. Le lieu de l'enlèvement se trouve à proximité de ce magasin, dont les caméras de vidéosurveillance ont permis de confirmer la présence de la Peugeot 106, selon la même source.

Le véhicule avait été localisé par hélicoptère vers 10H45 par les gendarmes dans la cour de la propriété d'Echilleuses (Loiret) dont le suspect est le gardien.

La voiture était vide, le moteur encore chaud, et le suspect ne se trouvait pas à la résidence. Il s'y est rendu après avoir été contacté par l'intermédiaire de sa femme, et est arrivé à bord de sa voiture personnelle. C'est alors que le couple a été interpellé en placé en garde à vue. L'épouse du suspect a été libérée mardi après-midi.

Ce dernier avait été condamné en 2002 à 11 ans de réclusion criminelle pour le viol et l'enlèvement d'une adolescente de 13 ans, mais avait bénéficié d'une libération conditionnelle en 2007, assortie de strictes mesures de contrôles, avait expliqué mardi le procureur d'Evry Jean-François Pascal.

AFP. 30.09.09

Il aurait dû être en taule jusqu'en 2013!

 

 

17:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Jeux - Charade

Mon premier est un marché

Mon second est une ville d'eaux

Mon troisième est un poisson

Mon quatrième est un droit

Mon cinquième se trouve au Maroc

Mon tout est un écrivain

02:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Pas de pétition à Hollywood!

Outre-Atlantique, ni les médias ni les stars ne prennent clairement position en faveur de Roman Polanski. Au contraire.

L'arrestation de Roman Polanski a provoqué surprise et émotion à Hollywood, mais, contrairement à leurs homologues européennes, les stars américaines ne se sont pas précipitées pour prendre publiquement la défense de Roman Polanski. Le site TMZ, consacré aux célébrités, titrait ce week-end : «Roman Polanski arrêté… enfin», dénotant le malaise de ce côté-ci de l'Atlantique sur l'affaire. Wikipedia a dû bloquer sa page sur le cinéaste pour empêcher les tentatives éditoriales des internautes divisés sur le passé du cinéaste.

Plusieurs voix se sont élevées pour qu'il soit transféré devant un tribunal de Los Angeles afin que justice soit rendue en bonne et due forme, même si, au final, il n'est pas condamné.

«Je pense qu'il devrait revenir et que le parquet devrait abandonner l'accusation pour mettre un terme à tout ça», a déclaré le producteur hollywoodien proche du cinéaste Mike Medavoy.

Les médias s'interrogent sur la possibilité d'une "affaire bâclée" par la justice américaine il y a plus de trente ans. Le site variety.com s'offusque du «piège» tendu au cinéaste. Le Wall Street Journal questionne l'absence de prescription dans le système judiciaire américain.

La victime, Samantha Geimer, reste quant à elle cloîtrée dans sa maison de Hawaï et refuse de parler, redoutant ce qu'elle craignait le plus : un cirque médiatique.

Le Figaro - 29.09.09

00:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Deux roquettes tirées contre Israël...

Deux roquettes ont été tirées ce soir par des groupes armés palestiniens contre le territoire israélien à partir de la bande de Gaza sans faire de blessé, a annoncé l'armée israélienne. Les deux roquettes se sont abattues sur des terrains vagues au nord de la bande de Gaza, près du village de Zikin, à quelques kilomètres de la frontière avec la bande de Gaza.

Hier, un drone israélien avait tiré un missile air-sol contre un lanceur de roquette dans le nord de la bande de Gaza.

Les tirs de roquettes se sont intensifiés ces trois derniers jours s'élevant à six, après que l'aviation israélienne a tué vendredi soir au nord de la ville de Gaza trois combattants du mouvement radical Jihad islamique qui s'apprêtaient à tirer des roquettes contre Israël, selon des images diffusées par l'armée.

Le Figaro - 29.09.09

Les drones israéliens semblent ne pas observer Yom Kippour....

00:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Les avocats de Polanski demandent sa remise en liberté

Hervé Temime.jpg
Me Hervé Temime, un des avocats de Roman Polanski

Les avocats de Roman Polanski, détenu en Suisse depuis samedi, ont demandé mardi la remise en liberté du cinéaste franco-polonais et déposé un recours contre le mandat d'arrêt en vue de son extradition aux Etats-Unis, mais le processus risque d'être long.

"Nous avons fait une demande de mise en liberté, éventuellement sous conditions. Elle a été déposée ce matin", a indiqué Me Hervé Temime, l'avocat français du cinéaste.

Le Tribunal pénal fédéral de Bellinzona (sud de la Suisse), plus haute instance pénale helvétique, a de son côté annoncé avoir reçu mardi un recours de Roman Polanski contre son arrestation en vue d'une extradition.

"Une décision sera rendue au cours de ces prochaines semaines, à l'issue des échanges d'écritures", a ajouté le tribunal dans un communiqué. Si cette demande est acceptée, elle sera automatiquement suivie d'une remise en liberté, a expliqué à l'AFP l'avocat Thomas Fingerhuth, spécialiste du droit pénal.

La défense de M. Polanski oeuvre pour que son client "puisse être libéré dans un premier temps", a pourtant assuré l'avocat français de Roman Polanski.

"Nous avons proposé dans cette demande une caution et surtout des garanties permettant à la Suisse d'avoir l'assurance que la procédure pourra se poursuivre, M. Polanski restant en Suisse", a encore indiqué Me Temime.

Mais les chances d'aboutir pourraient être bien maigres, selon Me Fingerhuth.

"Normalement, l'Etat (sollicité pour une demande d'extradition, ndlr) entreprend tout son possible pour répondre à une telle demande. Il est alors difficile de sortir quelqu'un de détention en attente d'extradition", à moins que ne soient présentées des cautions suffisantes, a précisé l'avocat.

Si les tribunaux fédéraux rejettent les demandes de mise en liberté de M. Polanski, ce dernier risque de devoir patienter quelques mois. "Une telle affaire (d'extradition) peut prendre entre quatre à six mois", selon Me Fingerhuth.

Roman Polanski, arrêté samedi à sa descente d'avion à Zurich sur mandat américain alors qu'il se rendait au Festival du film de la ville, avait refusé lundi par l'intermédiaire de son avocat une extradition vers les Etats-Unis par une procédure simplifiée.

Le bureau du procureur de Los Angeles (Californie, ouest des Etats-Unis) a confirmé lundi qu'il allait demander l'extradition du cinéaste.

Dans l'immédiat, les avocats de Roman Polanski veulent obtenir une assignation à résidence du cinéaste, propriétaire d'un chalet dans la station alpine de Gstaad. "Il accepterait naturellement d'être assigné à résidence pendant la suite de la procédure d'extradition", a assuré Me Temime.

AFP. 29.09.09

00:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Des voix discordantes s'élèvent dans le concert de soutiens...

Des voix discordantes commençaient à s'élever en France trois jours après l'arrestation en Suisse de Roman Polanski, marquant leurs distances avec le soutien du monde du cinéma et des autorités françaises et insistant sur la gravité des faits reprochés au cinéaste.

Mardi, l'eurodéputé Vert et ancien leader de la révolte étudiante de mai 68 Daniel Cohn-Bendit a critiqué le soutien officiel de la France au cinéaste franco-polonais, interpellé sur mandat américain.

"Il y a eu viol sur une jeune fille de 13 ans. C'est un problème de justice et je trouve qu'un ministre de la Culture, même s'il s'appelle Mitterrand, devrait dire: j'attends de voir les dossiers", a estimé Daniel Cohn-Bendit.

Le ministre français de la Culture Frédéric Mitterrand avait jugé dimanche "absolument épouvantable" l'arrestation de Roman Polanski "pour une histoire ancienne qui n'a pas vraiment de sens", tandis que le chef de la diplomatie Bernard Kouchner avait indiqué lundi avoir demandé sa libération à la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

A l'Assemblée nationale, plusieurs élus de la majorité de droite se sont clairement démarqués des deux ministres.

"J'ai été surpris, comme beaucoup de Français, des déclarations, un peu rapides, de deux ministres vis à vis de la justice suisse et la justice américaine", a ainsi dit mardi le député Marc Laffineur.

Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à sa descente d'avion à Zurich où il devait recevoir un prix pour l'ensemble de son oeuvre.

Recherché par la justice américaine après une procédure ouverte en 1977 pour des "relations sexuelles illégales" avec une adolescente de 13 ans, il pourrait, dans les 40 jours, être extradé vers les Etats-Unis. Il s'est opposé à son extradition et ses avocats ont déposé mardi une demande de mise en liberté.

Alors que les amis du réalisateur ont dénoncé un "traquenard policier" dans une pétition qui avait recueilli mardi quelque 110 signatures, une partie de la presse française s'est étonnée du fait qu'on puisse envisager une "immunité artistique".

"Génial et sympathique, Polanski n'est pas au-dessus des lois", affirme dans un éditorial le journal régional Le Télégramme, soulignant qu'outre-Atlantique, "on ne plaisante pas avec la loi, que l'on soit pauvre ou puissant".

"Peut-on à ce point être oublieux de la tragédie vécue par une gamine de 13 ans au point de n'en faire qu'une sorte de péripétie, d'accident de parcours dans la vie du "génie"? Un viol, c'est jamais génial", assène La Charente libre (sud-ouest), tandis que La République du Centre s'étonne de voir des intellectuels vouloir instaurer une "excuse de notoriété".

Ces journaux régionaux mettent ainsi en garde contre une coupure entre les "élites intellectuelles parisiennes" et l'opinion.

C'est cette logique de classe que dénonce le Front national. La vice-présidente du parti d'extrême droite, Marine Le Pen, a dénoncé "le fait d'appartenir à la caste surprotégée du show-biz" qui exonérerait "ses membres de respecter les lois".

Plus nuancé et l'un des rares à se démarquer parmi les cinéastes, le réalisateur Luc Besson a dit son "affection" pour Roman Polanski tout en estimant que la justice devait "être la même pour tout le monde".

Arrêté en 1977 à Los Angeles sur plainte des parents de la jeune Samantha Geimer, Polanski avait plaidé coupable de "relations sexuelles illégales" et passé un mois et demi en prison. Fin janvier 1978, il avait fui en Europe, où il circulait librement depuis.

AFP. 29.09.09

 

 

 

00:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Arrestation de Polanski: 30 années de tentatives pour la justice américaine

Polanski en 1977.jpg
Roman Polanski le 8 août 1977 au tribunal de Santa Monica après avoir plaidé coupable - Né en 1933, il a alors 44 ans
(Cliquez sur la photo)

Le bureau du procureur de Los Angeles (Californie, ouest des Etats-unis) a retracé lundi 30 années de tentatives infructueuses pour faire arrêter Roman Polanski, après sa fuite en France en 1978, alors qu'il était poursuivi aux Etats-Unis pour une affaire de moeurs.

3 février 1978: Les services américains de l'extradition ouvrent un dossier après la confirmation, par les autorités fédérales, que Roman Polanski s'est installé en France.

12 mai 1978: Les autorités américaines adressent une demande formelle d'extradition aux autorités britanniques.

2 avril 1981: L'accusation confirme, auprès du bureau des Affaires internationales du Département de Justice, que le bureau du procureur cherche toujours à faire arrêter et extrader le cinéaste.

Décembre 1986: L'accusation consulte la Police montée royale canadienne, après avoir été informée que Roman Polanski pourrait se rendre au Canada.

Mai 1988: Après avoir été informée que le cinéaste pourrait se rendre en Allemagne, au Danemark, en Suède et au Brésil, l'accusation vérifie que le mandat d'arrêt international est toujours valide.

Juin 1994: Le bureau du procureur dépose une demande d'arrestation auprès des autorités françaises.

Octobre 2005: L'accusation apprend que Roman Polanski doit voyager en Thaïlande. Un dossier est présenté à Interpol. Le cinéaste se rend en Thaïlande mais n'est pas inquiété.

Juillet 2007: Roman Polanski est attendu en Israël. Les autorités de l'Etat hébreu demandent un complément d'information au procureur de Los Angeles. Quand les documents arrivent en Israël, le cinéaste est déjà parti.

22 septembre 2009: L'accusation est informée du déplacement de Roman Polanski en Suisse. Un demande d'arrestation est présentée aux autorités helvétiques, qui l'exécutent le 26 septembre.

AFP. 29.00.09

00:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

29/09/2009

Les coulisses de l'arrestation de Polanski en Suisse

Arrestation Roman Polanski.jpg

Le cinéaste français, , 76 ans, a sans doute oublié que les atteintes sexuelles sur mineurs sont des faits imprescriptibles selon la loi californienne. Elles le seront bientôt aussi dans la Confédération helvétique.

Arrêté samedi après-midi à sa descente d’avion à l’aéroport de () à la demande d’un procureur de Los Angeles, pour avoir eu des relations sexuelles avec une adolescente de 13 ans, en 1977, celui-ci faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international, lancé en 2005 par un magistrat du comté de Los Angeles, le même tribunal qui avait initié l’enquête à l’époque.

 
  Le procureur américain était excédé car, depuis quelques mois, Roman Polanski essayait de faire transférer son dossier criminel en dehors de la juridiction de Los Angeles, estimant que ce tribunal a « un compte à régler envers lui ». Avant son arrestation, le cinéaste a séjourné en Autriche. Les autorités judiciaires autrichiennes ont transmis des informations sur sa venue en Suisse à leurs homologues helvétiques. Mais reste à savoir pourquoi ce mandat n’a été exécuté que samedi, alors que le cinéaste a séjourné à plusieurs reprises en Suisse où il possède une maison à Gstaad. Différentes hypothèses peuvent expliquer cette situation.

Respect des conventions internationales: « Nous avons reçu des informations précises sur l’heure de son arrivée fournies par les Etats-Unis et le service de coopération de police d’autres pays et nous avons strictement respecté les conventions du traité judiciaire entre nos deux pays », détaille Guido Balmer, le porte-parole de l’Office fédéral de la justice.
Sur sa présence dans le passé en Suisse à Montreux, à Genève ou à Gstaad, le ministère de la Justice avance que « seuls 2 % à 3 % des voyageurs entrant dans la Confédération sont contrôlés. On peut entrer en Suisse sans être remarqué jusqu’au jour où votre fiche de recherche est activée. »

Nouvelle loi plus répressive:
La Suisse a prévu de rendre désormais « totalement imprescriptible tous les délits sexuels ». « Télécharger une image pédophile sera poursuivi aussi longtemps qu’un crime contre l’humanité.

Le parisien - 29.09.09

19:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Mitterrand, Kouchner: démission!

jJean-Marie Le pen 29 sept.jpg
Monsieur Roman Polanski est accusé par la justice américaine d’avoir commis un crime particulièrement ignoble puisqu’il s’agit du viol aggravé d’une enfant de 13 ans.

Monsieur Polanski ne peut se prévaloir de la prescription puisqu’il s’est enfui des Etats-Unis pour se dérober à la justice de ce pays.

Il est donc normal qu’il soit le sujet d’une extradition selon les règles du Droit International.

Le soutien qu’ont apporté Messieurs Kouchner et Mitterrand à ce criminel pédophile, au nom des droits particuliers qu’aurait la caste politico-artistique, est scandaleux et justifie que soit demandée leur démission.

Jean-Marie Le Pen
Président du Front National

NPI - 29.09.09

19:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Affaire Polanski: rappel à l'ordre applaudi!

En réunion de bureau du groupe UMP ce matin, le vice-président de l'Assemblée Marc Laffineur a fait part du mécontentement de ses concitoyens après l'intervention "un peu rapides" de ministres soutenant le cinéaste Roman Polanski, poursuivi aux Etats-Unis pour des faits de pédophilie.

 Ce rappel à l'ordre a été applaudi par les participants à la réunion. Les ministres de la Culture, Frédéric Mitterrand, et des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, ont apporté leur soutien au cinéaste franco-polonais.

LCI.fr - 29.09.09

18:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Le réalisateur Luc Besson ne soutient pas Polanski

Luc Besson.jpg
Depuis samedi et l'arrestation du cinéaste Roman Polanski en Suisse, de nombreux artistes ont apporté leur soutien au réalisateur avec la publication d'une pétition exigeant sa remise en liberté immédiate. Néanmoins, Luc Besson, un des plus célèbres réalisateurs français, ne devrait pas figurer parmi les signataires.

Invité hier soir de Christophe Hondelatte sur RTL, il a en effet pris soin de ne pas soutenir les yeux fermés Roman Polanski. « Je ne connais pas l'histoire du procès. Je sais, qu'à priori, il n'y a pas été. J'ai beaucoup, beaucoup d'affection pour lui. C'est un homme que j'aime beaucoup, que je connais un petit peu. Nos filles sont amies en plus. Le mais, c'est qu'il y a une justice, que c'est la même pour tout le monde. A partir de là, je laisse faire la justice. Je n'y connais rien dans cette affaire mais je pense que, quand on ne se présente pas à un procès, on se met en faute » a-t-il expliqué dans RTL Soir.
Et Luc Besson d'ajouter : « Je n'ai aucun jugement sur ça mais je sais que j'ai une fille, elle a 13 ans, et que si elle se faisait violer, ce ne serait pas tout à fait la même chose, même trente ans après ».
OZAP - 29.09.09
Résistera-t-il aux "pressions" du Lobby?

18:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Le crâne d'Hitler conservé à Moscou est en réalité celui d'une jeune femme

HITLER - crâne Moscou.jpg
20 avril 1889 - 30 avril 1945

Un fragment de crâne censé avoir appartenu à Adolf Hitler est en fait celui d'une femme non identifiée, selon une étude américaine qui ravive les questions entourant la mort du dirigeant nazi.

L'os, troué par une balle, sert de soutien à la thèse selon laquelle Hitler s'est suicidé dans son bunker à Berlin à l'arrivée des troupes soviétiques en avril 1945.

Des doutes sur la succession des événements -et même des spéculations sur une possible fuite du Führer- persistent depuis des décennies.

Le morceau de crâne avait été exposé pour la première fois par le Département des archives à Moscou en 2000. Les Russes affirment posséder également la mâchoire d'Hitler.

Or, des professeurs de l'Université du Connecticut (nord-est) assurent que leurs analyses démontrent que le crâne est celui d'une femme entre 20 et 40 ans.

Archéologue et spécialiste des ossements humains, Nick Bellantoni affirme qu'il a immédiatement pensé qu'il s'agissait d'une femme en raison de la structure du crâne.

Partenaire dans ce projet, Linda Strausbaugh, directrice du centre de recherche génétique de l'Université du Connecticut, a accepté d'effectuer des recherches ADN.

Nick Bellantoni s'est alors rendu à Moscou, où il a été autorisé à prélever un échantillon, et l'équipe s'est mise au travail au laboratoire de l'université en mai dernier.

Il leur a fallu trois jours, avec l'aide de deux spécialistes de l'Institut médico-légal de New York, pour terminer leurs analyses.

"L'ADN nous dit qu'il s'agit d'une femme", a affirmé lundi Mme Strausbaugh à l'AFP, soulignant que ce résultat ne prouve rien sur le sort d'Hitler, si ce n'est que le crâne n'est pas le bon.

AFP. 29.09.09

18:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (12)

Assistanat déguisé: Sarkozy débloque 500 millions d'euros pour les jeunes de 18 à 25 ans, sauf pour les étudiants

Nicolas Sarkozy a dévoilé mardi à Avignon une nouvelle série de mesures pour les jeunes, premières victimes de la crise, dotée de 500 millions d'euros par an, dont l'extension sous condition du Revenu de solidarité active (RSA) aux moins de 25 ans qui travaillent.

Inspiré des travaux agités de la commission de la jeunesse présidée par le haut-commissaire Martin Hirsch, le plan du chef de l'Etat prévoit Inspiré des travaux agités de la commission de la jeunesse présidée par le haut-commissaire Martin Hirsch, le plan du chef de l'Etat prévoit aussi la création d'un service public de l'orientation, la lutte contre le décrochage scolaire pour les 16-18 ans, le versement progressif d'un 10ème mois de bourse aux étudiants et la relance du service civique.

Principale mesure, et la plus critiquée, l'extension attendue du RSA aux moins de 25 ans qui étaient jusque-là exclus de son bénéfice. Nicolas Sarkozy en la confirmant l'a toutefois assortie de la condition impérative d'avoir travaillé au moins deux ans les trois dernières années, excluant de fait les étudiants assurant de "petits boulots".

"Je conteste l'idée que 25 ans soit une limite au-delà de laquelle on a un droit et en-deçà de laquelle on perd ce droit, elle est choquante", a-t-il justifié, "ces jeunes travailleurs méritent que la nation les valorise".

 Sachant cette mesure contestée pour son coût et sa "philosophie" dans les rangs de l'UMP, le président a tenu à rassurer ses troupes.

"Mon intention n'est pas d'instaurer un RMI jeune, que j'ai toujours refusé tout au long de ma vie politique, qui consisterait à faire de nos jeunes des assistés", a-t-il insisté, avant de lancer à sa majorité qu'elle devait "être ouverte sur la justice, pas sur l'idéologie".

Selon les estimations de l'Elysée, cette extension devrait bénéficier à 160.000 jeunes et coûter 250 millions d'euros, entièrement prélevés sur le fonds de financement du RSA.

A côté de cette mesure phare, M. Sarkozy a décliné sa détermination à faire en sorte qu'aucun jeune en difficulté ne puisse être "laissé seul à son sort" ou "sans emploi, sans formation".

Il a ainsi promis une réforme "de fond en comble" du système d'orientation, jugé "injuste". "L'idée qu'on puisse choisir sa vie à la suite d'un seul rendez-vous est absurde", a jugé le président, revendiquant pour les jeunes le droit à "revenir sur son choix".

Autre préoccupation du président, la lutte contre ceux qu'il a appelés les "décrocheurs", c'est-à-dire les 120.000 jeunes de 16 à 18 ans qui quittent chaque année le système scolaire sans emploi ou sans formation.

"Dès la rentrée prochaine, nous mettrons en place un dispositif où tous les jeunes de 16 ans qui quittent l'école seront suivis, répertoriés, et où on leur proposera un emploi. Aucun jeune ne restera abandonné", a-t-il promis, "nous consacrerons cette obligation dans la loi".

AFP. 29.09.09

17:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

VIDEO "Y pas de viol!"

http://www.dailymotion.com/video/xamt88_polanski-ya-pas-d...

Samantha Geimer.jpg
Samantha Geimer à 13 ans et à 45 ans
 (Cliquez sur la photo pour la voir en entier)
Témoignage de Samantha Geimer
(Propos recueillis par le Los Angeles Times le 23 février 2003 - extraits)
"J'ai rencontré Roman Polanski en 1977, quand j'avais 13 ans. J'étais en quatrième cette année-là, quand il a dit à ma mère qu'il voulait prendre des photos de moi pour une revue française. C'est ce qu'il a dit, mais en fait, après avoir pris des photos de moi dans la maison de Jack Nicholson à Mulholland Drive (Los Angeles, Californie), il a fait quelque chose d'un peu différent. Il m'a donné du champagne et du Quaalude (un puissant sédatif). Et il a abusé de moi. Ce n'était pas du sexe consenti, en aucune façon. J'ai dit non, de manière répétée, mais il ne voulait rien entendre. J'étais seule, et je ne savais pas quoi faire. J'avais peur et, avec le recul, j'avais la chair de poule (...) C'est dur de se souvenir exactement de tout ce qui s'est passé (...)."

"Quand je repense à tout ça, il ne fait aucun doute que ce qu'il a fait était horrible. C'était une chose horrible à faire à une petite fille. Mais c'était aussi il y a 26 ans (son témoignage remonte à 2003), et honnêtement, la publicité qui entoure cette affaire m'a tellement traumatisée que ce qu'il [Polanski] m'a fait me semble pâle en comparaison (...). Je n'ai pas de rancoeur envers lui, ni aucune sympathie non plus. C'est un étranger pour moi (...) Mon attitude surprend de nombreuses personnes. C'est parce qu'ils n'ont pas dû affronter tout cela. Ils ne savent pas tout ce que je sais (...)."

"Les gens ne savent pas avec quelle injustice j'ai été traitée par la presse. Je me suis sentie violée ! Les médias m'ont fait vivre un enfer, et j'essaie de mettre tout ça derrière moi. Aujourd'hui, je suis très heureuse dans ma vie. J'ai trois enfants et un mari. Je vis dans un endroit magnifique et j'aime mon travail. Que pourrais-je demander de plus ? Personne ne doit s'inquiéter pour moi. La seule chose qui m'inquiète, c'est que ce qui m'est arrivé en 1977 continue à arriver à des filles tous les jours. Mais si les gens s'intéressent à moi, c'est parce que M. Polanski est une célébrité. Je ne trouve pas ça juste. Il y a certainement d'autres personnes à qui cela pourrait vraiment servir."
Lepoint.fr- 28.09.09
Roman Polanski avait 44 ans quand il a violé Samantha Geimer âgé de 13 ans

01:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

L'union sacrée autour de Polanski

Jack Lang sur fond vert clair.jpg

L'arrestation de Roman Polanski en Suisse est un "acte qui paraît inimaginable et disproportionné", a estimé l'ancien ministre de la Culture Jack Lang, dans un communiqué diffusé lundi."J'espère qu'une solidarité active s'organisera au cours des prochaines heures pour que la liberté soit rendue à ce grand créateur européen", a déclaré le député PS du Pas-de-Calais, en faisant part de son "soutien amical à Roman Polanski.

Les réalisateurs de la Société des Réalisateurs de Films (SRF) disent avoir appris" avec consternation" l'arrestation de Roman Polanski et rappellent dans un communiqué que "les festivals sont traditionnellement des lieux d'accueil des artistes et de leur oeuvre, quelle que soit leur situation vis-à-vis de la justice de leur pays". "L'arrestation de Roman Polanski bat gravement en brèche cette tradition, ce qui pourrait avoir des conséquences désastreuses pour la liberté d'expression dans le monde entier", ajoute la SRF.

"Nous demandons à la justice fédérale helvétique de remettre en liberté immédiatement Roman Polanski et de ne pas transformer ce génial cinéaste en martyr d'un imbroglio juridico-politique indigne de deux démocraties telles que la Suisse et les Etats-Unis. Le bon sens, autant que l'honneur, y invitent", écrivent dans une pétition commune Bernard-Henri Levy, Isabelle Adjani, Pascal Bruckner et Milan Kundera. Les autres signatures sont à adresser à la revue La Règle du Jeu, 61 rue des Saints-Pères, 75006, Paris.

AFP. 28.09.09

00:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

28/09/2009

Le fils de Fillon se croit tout permis

Un des quatre fils de François Fillon a fait l'objet d'un rappel à la loi après un incident en mai dernier sur la rocade de Rennes, une sanction insuffisante pour la plaignante qui réclame un renvoi devant le tribunal correctionnel. Le fils du Premier ministre a fait l'objet d'un rappel à la loi "le 16 septembre" par un délégué du procureur, selon le parquet de Rennes, confirmant une information parue dans Ouest France. "C'est une affaire qui a un caractère contraventionnel", qui s'apparente à une "tentative de dépassement dangereux", raconte la même source. "Pour nous le dossier est terminé sur le plan pénal", même si la plaignante "a dû avoir très peur", a-t-on ajouté.
 
Selon le récit de l'avocat de la plaignante, Me Mickaël Goubin, celle-ci se trouvait à moto sur la rocade de Rennes le 19 mai lorsqu'elle s'est vu "doubler" par un 4X4 avec quatre jeunes à bord, qui "s'amusent à la coller", suffisamment pour que son coffre arrière (top-case) soit rayé. Lorsqu'elle demande ensuite au véhicule de se garer, elle s'est "fait insulter", a indiqué l'avocat.

Le lendemain, elle a porté plainte au commissariat de Rennes avec le numéro d'immatriculation du véhicule qu'elle avait relevé. Me Goubin a indiqué qu'il venait d'écrire au procureur de la République de Rennes et au procureur général de la Cour d'appel pour demander un renvoi devant le tribunal correctionnel ou la saisine d'un juge d'instruction "indépendant", car il estime qu'il y a eu "mise en danger d'autrui et délit de fuite". Sa cliente demande un peu plus de 2.000 euros de dommages et intérêts.

LCI.fr - 28.09.09

 

23:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

L'extradition bientôt demandée par le procureur de Los Angeles

Le bureau du procureur de Los Angeles a annoncé aujourd'hui qu'il allait demander l'extradition du cinéaste Roman Polanski, après son arrestation en Suisse pour une affaire de moeurs datant de 30 ans.

"Nous allons préparer une demande d'extradition, qui sera envoyée au département de la Justice et au département d'Etat, et qui suivra la voie diplomatique", a déclaré Sandi Gibbons, porte-parole du bureau du procureur de Los Angeles, en Californie. Interrogée sur le délai du dépôt de la demande, elle a répondu : "Je crois que nous avons quarante jours pour la préparer".

L'avocat de Roman Polanski, arrêté samedi en Suisse, a précisé aujour'hui que le cinéaste refusait d'être extradé vers les Etats-Unis. Le réalisateur franco-polonais, âgé de 76 ans, Oscar du meilleur réalisateur (2003) et Palme d'Or à Cannes (2002) pour "Le Pianiste", a été arrêté à sa descente d'avion à Zurich, où il devait recevoir un prix pour l'ensemble de son oeuvre au Festival du film de la ville.

Le Figaro - 28.09.09 - 18h40

19:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Polanski: Kouchner a écrit avec Sikorski une lettre à Clinton

Le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a indiqué lundi sur la radio France Inter qu'il avait écrit avec son homologue polonais à la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, pour demander la libération du cinéaste franco-polonais Roman Polanski.

 
Clinton et Kouchner le 11 mai 2009 washington.jpg
Le 11 mai 2009 à Washington (Cliquez sur la photo)
 
Le chef de la diplomatie polonaise Radoslaw Sikorski avait annoncé dimanche que la Pologne et la France allaient demander ensemble à Washington la libération du cinéaste, arrêté samedi sur mandat d'arrêt américain en Suisse.

M. Kouchner a souligné que cette démarche commune est fondée sur le fait que Roman Polanski est "Français et Polonais". "Nous avons aussi écrit à Hillary Clinton. Nous avons contacté les avocats", a-t-il dit.

M. Kouchner a critiqué "la manière dont la justice est utilisée" dans l'affaire: "ce n'est pas la justice internationale que nous accusons, c'est la manière dont elle a été utilisée", a-t-il commenté, en remarquant: "le cinéma suisse invite Roman Polanski et sait bien qu'il va venir". "Tout ça n'est pas très joli", a-t-il ajouté.

"C'est un peu sinistre cette histoire, franchement. Un homme d'un tel talent reconnu dans le monde entier, reconnu surtout dans le pays qui l'arrête, tout ça n'est pas sympathique", a observé le chef de la diplomatie française.

M. Kouchner avait fait valoir dès dimanche aux autorités suisses que Paris souhaitait que "cette affaire trouve rapidement une issue favorable", en s'entretenant avec Micheline Calmy-Rey, conseillère fédérale en charge des Affaires étrangères.

Agé de 76 ans, Roman Polanski fait l'objet d'une procédure ouverte contre lui par les autorités américaines en 1977 pour une affaire de moeurs et il n'a pu remettre les pieds sur le sol américain depuis 1978.

Le cinéaste d'origine juive polonaise, né Raymond Leibling à Paris en 1933, qui a passé son enfance dans le ghetto de Cracovie, a été naturalisé français en 1976.

AFP. 28.09.09

 

18:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Faut-il libérer Polanski parce sa mère serait morte à Auschwitz?

Il n’y a pas que les gouvernements français et polonais pour voler au secours de Roman Polanski qui vient d’être arrêté en Suisse. Une certaine Anne Appelbaum vient de publier dans le Washington Post aux USA un article de soutien au réalisateur.


Grosso modo, elle souhaite qu’on passe l’éponge sur le crime commis par Roman Polanski et propose quatre arguments :

1) Au moment du viol, Polanski ignorait l’âge de l’adolescente (13 ans)
2) La victime, âgée aujourd’hui de 45 ans, lui a pardonné et considère qu’il a suffisamment payé notamment par les gênes occasionnées à sa carrière (c’est vrai, qui a entendu parler de cet obscur cinéaste ?)
3) Que sa fuite insensée peut s’expliquer comme suit :

"On peut le blâmer, il est vrai, pour sa première décision de fuir dans la panique. Mais je vois des circonstances atténuantes à cette décision, rien moins qu’une peur irrationnelle de la punition. La mère de Polanski est morte à Auschwitz. Son père est un survivant de Mathausen. Il a lui même survécu au ghetto de Cracovie avant de quitter la Pologne communiste. Sa femme, Sharaon Tate a été assassinée alors qu’elle était enceinte en 1969 par les adeptes de Charles Manson, même si pendant un certain temps Polanski lui-même avait été soupçonné."


4) Que Polanski a maintenant 76 ans et que le juger et l’emprisonner n’est d’aucune utilité pour la société.

Les arguments 3 et 4 sont particulièrement intéressants. L’argument 3 laisse entendre qu’il faut comprendre, même dans le crime, ceux qui ont subi les exactions des nazis. Il est particulièrement abject de citer le fait que la mère de Polanski est morte en déportation car, à la différence de son fils, elle était une victime innocente.
Le 4, ironie du sort, est celui-là même auquel font objection les prétendus chasseurs de nazis qui s’acharnent aujourd’hui encore sur des vieillards octo ou nonagénaires.

C’est qu’elle est culottée la miss Applebaum.
Alterinfo -28.09.09


16:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11)

Villepin assigne Sarkozy pour atteinte à la "présomption d'innocence"

Innocence présomption sarkozy assigné.jpg

Les avocats de l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin ont assigné lundi à Paris Nicolas Sarkozy pour "atteinte à la présomption d'innocence", le chef de l'Etat ayant employé le terme de "coupables" pour décrire les prévenus du procès Clearstream, a-t-on appris de source proche du dossier.

Le chef de l'Etat bénéficiant d'une immunité, une telle assignation ne pourrait être examinée qu'à l'issue du mandat de M. Sarkozy.

M. Sarkozy a provoqué la fureur des avocats de M. de Villepin, principale personnalité poursuivie dans le procès Clearstream, en parlant mercredi soir de "coupables" à propos des prévenus de cette affaire.

Tout prévenu à un procès est en effet présumé innocent tant qu'il n'a pas été définitivement condamné.

Les avocats de l'ancien Premier ministre avaient immédiatement annoncé leur intention d'assigner le chef de l'Etat. L'assignation pour "atteinte à la présomption d'innocence" a été déposée lundi, selon une source proche du dossier, confirmant une information du Monde.fr.

AFP. 28.09.09

14:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)