Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2009

Saddam Hussein toujours aimé en Irak

Irak tombe de Saddam Hussein - écolières en prière.jpg
Devant la tombe de Saddam Hussein, des écolières se recueillent
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Des dizaines de "nostalgiques" de l'ancien régime irakien se sont recueillis mardi 28 avril sur la tombe de Saddam Hussein près de Tikrit, dans le nord de l'Irak, pour commémorer le 72e anniversaire de la naissance de l'ancien président irakien exécuté en 2006.

"Nous n'oublierons jamais Saddam Hussein, parce que nous avons vécu sous sa protection pendant des dizaines d'années", a déclaré Oum Mohammed, une habitante d'Aouja (sud de Tikrit), où repose l'ancien président.

"L'anniversaire de l'ancien président restera toujours très important pour nous", a expliqué cette mère de famille de 40 ans, toute de noir vêtue. "Nous apprendrons à nos enfants à l'aimer, et nous nous recueillerons sur sa tombe à chaque occasion."

Un important dispositif de sécurité avait été mis en place par les autorités aux entrées du village.

Né dans une famille pauvre d'Aouja le 28 avril 1937, Saddam Hussein a dirigé l'Irak d'une main de fer de 1979 jusqu'à l'invasion du pays en mars 2003.

Capturé en décembre 2003, Saddam Hussein a été pendu le 30 décembre 2006, après avoir été condamné pour crimes contre l'humanité, pour la mort de 148 villageois chiites arrêtés, jugés et exécutés dans les années 80 après une tentative d'assassinat contre lui.

Mardi, certains ont déposé des fleurs sur la tombe, d'autres ont récité des poèmes, alors que l'hymne irakien résonnait.

"Nous n'oublierons jamais cet anniversaire et nous viendrons chaque année fleurir sa tombe et lire des passages du Coran", a déclaré Oum Zyad, la cinquantaine, venue spécialement de Bagdad avec des parents.

Des enfants scolarisés à Tikrit ont également fait le déplacement, en bus.

"Je viens rendre visite à Baba Saddam (papa Saddam)", a déclaré Meyser Ahmad, 11 ans, le drapeau irakien à la main.

Les deux fils de Saddam, Oudaï et Qoussaï, tués en juillet 2003 à Mossoul (nord) par l'armée américaine, reposent aussi à Aouja, tout comme trois dignitaires du régime condamnés à mort avec Saddam Hussein en novembre 2006.

Il s'agit de Barzan Ibrahim al-Hassan (al-Tikriti), demi-frère du président déchu et son conseiller, et Awad Ahmed al-Bandar, ex-président du tribunal révolutionnaire, et Taha Yassine Ramadan, l'ancien vice-président irakien.

AFP. 28/04/09

Ah! ces nostalgiques, gardiens courageux de la mémoire, comme ils savent rejeter la propagande officielle et les mensonges de l'Histoire!

19:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16)

Nantes: viol "en réunion" dimanche dans un local à poubelles de la gare

Gare de nantes.jpg
Gare de Nantes
(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Les trois jeunes interpellés dimanche soir à Paris après le viol "en réunion" d'une jeune femme en gare de Nantes ont été transférés dans cette ville où la police judiciaire (PJ) a été saisie de l'enquête, a-t-on appris auprès de source policière mardi.

Les faits s'étant déroulés à Nantes, "c'est la PJ" de cette localité "qui a été saisie de l'enquête et devait maintenant poursuivre les auditions des suspects", a précisé cette source.

Dimanche en fin d'après-midi la victime, âgée de 21 ans, a pris à Paris un train pour Nantes et a été contrainte, arrivée à destination, de suivre trois hommes, - deux mineurs de 16 et 17 ans, un majeur d'une vingtaine d'années domiciliés en région parisienne -, dans un local à poubelles de la gare de Nantes.

Elle a été violée par les trois suspects à tour de rôle, a précisé la préfecture de police de Paris lundi.

Les suspects ont ensuite tenté de la faire monter de force dans un train pour Paris mais la jeune femme a réussi a leur échapper et pris un train au hasard qui l'a conduite à Saumur (Maine-et-Loire).

Elle a déposé plainte auprès des policiers de Saumur pour le viol "en réunion", selon l'enquête qui a été ouverte.

Les trois jeunes hommes avaient eux regagné Paris par le premier TGV partant de Nantes. Les policiers de Saumur ayant prévenu leurs collègues parisiens des faits survenus en gare de Nantes, les trois présumés violeurs ont été interpellés peu après 22H00 à leur descente du TGV dans la capitale, par le service régional de la police des transports (SRPT), puis placés en garde à vue à Paris dans un premier temps.

18:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Les cas de "grippe porcine" dans le monde

Carte grippe porcine.jpg
(Cliquez sur la carte pour la voir en totalité)

La grippe porcine a gagné mardi Israël et la Nouvelle-Zélande, poursuivant une progression qui a conduit l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à relever son niveau d'alerte et avertir que plus aucun pays n'est désormais à l'abri de la menace.

Au Mexique cependant, foyer de l'épidémie et seul pays où des cas mortels ont été recensés, les autorités ont évoqué pour la première fois lundi soir un espoir de ralentissement de la propagation de la maladie.

Le ministre de la Santé, José Angel Cordova, a expliqué que le nombre des décès suspects est passé de six samedi à cinq dimanche et trois lundi. Le dernier bilan dans ce pays s'établit à 152 morts probablement causés par le virus, mais seulement 20 décès avérés.

Alors que de nombreux pays ont pris des mesures de prévention, l'OMS a élevé lundi soir son niveau d'alerte de 3 à 4 sur une échelle qui en compte 6, signifiant "une montée en puissance significative" du risque de pandémie.

Outre le Mexique, des cas humains non mortels ont été diagnostiqués aux Etats-Unis (44 cas), au Canada (6), en Espagne (2), en Grande-Bretagne (2), et pour la première fois mardi en Israël (1) et en Nouvelle-Zélande (3).

Une confirmation de cas avérés endogènes aux Etats-Unis pourrait conduire l'OMS à "passer à la phase 5", a expliqué son porte-parole, Gregory Hartl. Un passage à la phase 5, avant-dernier niveau avant la déclaration de la pandémie, signifie que celle-ci est non seulement imminente mais surtout inévitable.

"A une époque où les gens voyagent en avion très rapidement à travers le monde, il n'y a aucune région où le virus pourrait ne pas s'étendre", a prévenu depuis Genève le numéro deux de l'organisation, Keiji Fukuda.

Nombre de cas avérés de grippe porcine concernent des voyageurs de retour du Mexique.

L'OMS ne recommande pas jusqu'à présent de restreindre les déplacements, tout comme la Commission européenne, à l'inverse de la France, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l'Italie ou le Canada qui ont déconseillé mardi les voyages aux Mexique.

Les voyagistes britanniques Thomas Cook et Thomson (membre de TUI Travel) ont suivi les recommandations du Foreign office et annoncé mardi l'annulation de leurs vols vers le Mexique au départ de la Grande-Bretagne.

A New York, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avait averti que le virus, arrivé lundi en Europe, "pourrait causer une nouvelle pandémie".

Le Mexique a continué à resserrer son dispositif de prévention et la fermeture des établissements scolaires a été étendue à l'ensemble du pays.

Aux Etats-Unis, le pays le plus touché après le Mexique, 44 cas ont été confirmés et onze millions de traitements antiviraux doivent être distribués.

"Il s'agit évidemment d'un sujet d'inquiétude qui justifie que nous élevions le niveau d'alerte", a déclaré le président Barack Obama, "mais il n'y a pas de raison de s'alarmer".

Au Canada, six cas ont été confirmés et de 10 à 12 personnes placées en isolement car présentant des symptômes "très proches" de ceux de la maladie.

Celle-ci, qui touche essentiellement "des jeunes adultes en bonne santé", selon les autorités mondiales de la santé, se transmet par voie respiratoire, d'homme à homme, mais pas en mangeant de la viande de porc.

Les symptômes (fièvre, maux de tête, courbatures) sont similaires à ceux de la grippe saisonnière qui tue chaque année dans le monde entre 250.000 et 500.000 personnes.

Lundi, les trois premiers cas avérés en Europe avaient été détectés en Grande-Bretagne et en Espagne, chez des voyageurs de retour du Mexique.

Signe de l'inquiétude des autorités sanitaires, des cas suspects ont été placés en observation partout à travers le monde, dont 20 en Espagne, une quinzaine en Grande-Bretagne, 70 en Australie, un en Corée du Sud, un en France, trois en Allemagne, d'autres en Italie, en Irlande, en Suisse, au Danemark, en Suède, aux Pays-Bas, en Autriche, au Brésil, au Pérou, en Colombie, en Nouvelle-Zélande, en Thaïlande.

La Chine n'a en revanche "probablement pas" de cas de personnes malades, a indiqué à Pékin un responsable de l'OMS.

La crainte de propagation du virus a conduit de nombreux pays à mettre en place des contrôles sanitaires aux aéroports et aux frontières. Mais l'OMS les a jugés inefficaces pour détecter des passagers éventuellement contaminés.

Plusieurs pays ont suspendu toutes ou partie de leurs importations de porc, comme la Chine, la Russie, l'Ukraine, la Croatie, la Thaïlande, l'Indonésie et le Liban, visant pour la plupart la viande en provenance du Mexique ou des Etats-Unis.

Les craintes de pandémie ont continué à peser mardi sur les Bourses européennes, comme elles l'avaient fait déjà lundi sur le marché pétrolier. L'épidémie pourrait également affecter le trafic aérien, a averti mardi l'Association internationale du transport aérien (IATA).

AFP. 28/04/09

18:25 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Un petit jeu pour se calmer les nerfs!

http://www.planetdan.net/pics/misc/sarkozy.htm

 Lorsqu' il est coincé, il faut le « tirer» à l'aide de la souris..... relâcher la souris pour qu'il continue à tomber...
 Vous pouvez le faire ... tourbillonner !!!

 Croyez-moi ! C'est une excellente thérapie. Ça fait un bien fou !!!

 

17:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Carla fait la bise à la reine d'Espagne - Nombreuses photos de Clara et de Raphaël Enthoven volées dans un cambriolage...

Carla bise à Sofia.jpg
Carla Bruni a préféré la bise à la révérence lundi pour saluer la reine Sofia d'Espagne, à son arrivée à Madrid pour une visite d'Etat.  L'épouse du président Nicolas Sarközy a embrassé sur les deux joues et à deux reprises la reine Sofia, d'abord à son arrivée avec son époux au Palais du Pardo où ils sont hébergés, puis avant de déjeuner au Palais de la Zarzuela, résidence des monarques espagnols.
Ce détail n'a pas échappé aux nombreux journalistes venus couvrir l'arrivée du couple présidentiel, qui se demandaient si Carla Bruni allait répéter sa révérence de mars 2008 devant la reine d'Angleterre à Londres, dont la photo avait fait le tour du monde.

Carla Bruni n'a toutefois pas commis d'entorse au protocole, plus souple en Espagne qu'à la Cour d'Angleterre. La révérence «n'est absolument pas une obligation, mais une habitude adoptée par certains», a précisé un porte-parole de la Maison royale.

...........................................................................................................................................................

Plusieurs dizaines de photos personnelles mettant en scène Carla Bruni, son ex-compagnon, Raphaël Enthoven, et leur fils Aurélien ont été volées au cours d'un cambriolage commis, dimanche dans le VIe arrondissement parisien.

Les cambrioleurs ont pénétré au domicile du frère de Raphaël Enthoven après avoir forcé une fenêtre dans le séjour.

Ils ont ensuite dérobé plusieurs ordinateurs, un appareil photo numérique et du matériel vidéo. Une centaine de clichés représentant Carla Bruni étaient enregistrés dans les ordinateurs. L'enquête a été confiée à la 3e division de police judiciaire (DPJ) de Paris.

  Leparisien.fr - 27 avril 2009

00:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

27/04/2009

Le pissenlit qui pousse dans le béton

PISSENLIT FLEUR.JPG
GRAND PISSENLIT DU BALCON.JPG
Hauteur: 1m,08 - 27 avril 2009
(Photos GM)

23:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (8)

Auschwitz: découverte d'un message de prisonniers dans une bouteille

Auschwitz camp 17 mars 2009.jpg
Auschwitz-Birkenau le 17 mars 2009
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Les ouvriers travaillant dans un bâtiment qui avait appartenu à l'ex-camp nazi Auschwitz-Birkenau ont découvert une bouteille abritant un message écrit il y a 65 ans par sept prisonniers de ce camp de la mort, a-t-on appris lundi auprès des responsables du musée d'Auschwitz.

 

"Nous savons que deux des signataires de ce message ont survécu au camp mais leur sort après la fin de la guerre n'est pas connu", a indiqué à l'AFP le porte-parole du musée, Jerzy Mensfelt.

"S'ils sont toujours vivants, ils ont dans les 80 ans aujourd'hui. Peut-être grâce aux informations sur la découverte pourrons-nous en apprendre davantage", a-t-il ajouté.

Les ouvriers ont retrouvé la bouteille au moment où ils abattaient une cloison à l'Ecole supérieure d'Oswiecim (Auschwitz en polonais, sud) qui, pendant la guerre avait servi d'entrepôt aux gardes allemands du camp.

Ecrit à la main, le message est daté du 20 septembre 1944. Il explique que ses signataires, un Français et sept Polonais, tous âgés de 18 à 20 ans, étaient employés à la construction d'un abri anti-aérien.

 Selon l'agence PAP, leur numéros de prisonniers et leur noms sont: 12063 Albert Veissid de Lyon (France), 121313 Bronislaw Jankowiak de Poznan (ouest de la Pologne), 130208 Stanislaw Dubla de Laskowice (sud-est), 131491 Jan Jasik de Radom (centre), 145664 Waclaw Sobczak de Konin (centre), 151090 Karol Czekalski de Lodz (centre), 157582 Waldemar Bialobrzeski d'Ostroleka (nord-est).

M. Mensfelt a déclaré que d'autres détails de cette histoire devraient être publiés dans les prochains jours.

L'Allemagne nazie avait exterminé à Auschwitz-Birkenau environ 1,1 million de personnes, dont un million de Juifs de différents pays, entre 1940 et le début de 1945.

Les autres prisonniers de ce camp furent surtout des Polonais non-juifs, des Roms et des prisonniers soviétiques.

AFP 27/04/09

 

 

23:08 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

A l'aéroport de Roissy, "on descend de l'avion, on passe à la douane, et rien..."

Aéroport de Roissy 27 avril 09.jpg
Aéroport de Roissy: passagers arrivant du Mexique le 26 avril 2009
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)
"Je suis descendu de l'avion, j'ai passé les douanes et rien": comme Théophile, étudiant de 23 ans, les passagers de retour du Mexique s'étonnaient lundi, à l'aéroport de Roissy, de ne pas être pris en charge par un médecin et du manque d'informations sur le sujet.
Chantal et Patrick Glaudouin qui reviennent de trois semaines au Mexique, où le bilan de la grippe porcine pourrait dépasser les 100 morts, sont "très inquiets". Avant de revenir en France, un médecin mexicain a diagnostiqué une bronchite pour Patrick et une infection respiratoire pour Chantal. "Il a dit que ce n'était pas la grippe aviaire mais on va retourner voir un médecin en France", explique Patrick en toussant.

"Dans l'avion, on ne nous a pas fait remplir le moindre questionnaire. Et à l'arrivée, personne ne nous prend en charge, c'est bizarre", s'étonne Chantal, de retour lundi à bord du vol Aeromexico de 13H15 avec 120 autres passagers.

Le couple, originaire de Reims, est même passé à côté, sans le voir, du communiqué du ministère de la santé affiché par Aéroports de Paris dans les aérogares de la zone sous douane de Roissy: "La grippe porcine est présente dans la zone dans laquelle vous venez de voyager, surveillez votre état de santé pendant les 7 jours qui suivent votre retour", explique cette affiche qui précise les symptômes de l'épidémie et les autorités à contacter en cas de problème.

Meggie Bonnet, étudiante française à Mexico, a été réveillée dans la nuit de dimanche à lundi par un coup de téléphone de l'ambassade de France. "Ils m'ont dit de prendre le premier vol parce que l'aéroport de Mexico risquait de fermer d'ici mardi", explique Meggie qui a eu 4 heures pour faire ses affaires.

Aucune autre source n'a pu confirmer à l'AFP le risque de fermeture de l'aéroport de Mexico.

"On a rempli une fiche pour les autorités mexicaines à l'aéroport. Dans l'avion, j'ai porté le masque mais pas tout le temps. Sinon on ne nous a rien demandé, rien dit", poursuit la jeune femme de retour à Paris lundi. L'étudiante a décidé d'elle-même de faire un "check-up" à Paris "pour voir".

"Dans l'avion, c'est surtout les Mexicains qui portaient le masque, pas les Européens", précise Théophile Ananos, étudiant français au Mexique. "Sinon, il n'y a pas eu de mesures spécifiques. Je suis descendu de l'avion, j'ai passé les douanes et rien", poursuit l'étudiant, son masque vert autour du cou.

Au niveau des départs, même son de cloche pour Denis, un père de famille français qui va retrouver son fils au Mexique: "Je suis très perplexe, il y a un vrai manque de communication dans l'aéroport". Au contraire, Felipe Fernandes, un touriste mexicain de retour au pays, regrette "toute cette mauvaise pub pour Mexico".

Lundi le Pr Didier Houssin, directeur général de la santé en France, a annoncé que l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) était en train d'éditer des "documents plus visuels et colorés qui seront mis en place dans le courant de la semaine" dans les aéroports.

Des documents expliquant quoi faire et qui appeler seront par ailleurs distribués aux passagers de retour du Mexique, avec l'aide de la Croix Rouge, a-t-il précisé.

AFP 27/04/09

 

19:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Associations homos à la recherche d'une gerbe

Gerbe Homos.jpg
Le mémorial de la déportation homosexuel (MDH) “condamne” le vol d’une gerbe déposée en la mémoire des déportés homosexuels. “Cet acte de profanation mémorielle témoigne du négationnisme de son ou ses auteur(s), “ dénoncent le MDH, l’Inter LGBT et la Coordination Lesbienne en France. “Nous demandons au Ministre de la Défense, au Secrétaire d’Etat aux anciens combattants et aux fédérations de déportés de le condamner.”

Hussein Bourgi, président du MDH, annonce qu’il va déposer plainte lundi auprès du procureur de Bobigny pour “profanation mémorielle”.

A l’initiative de la municipalité de Montreuil, trois associations portant le souvenir de la déportation pour homosexualité, en l’occurrence le Mémorial de la Déportation Homosexuelle (MDH), l’Inter-LGBT et la Coordination Lesbienne en France ont été invitées pour la première fois à déposer dimanche une gerbe à la mémoire des déporté-e-s pour homosexualité en France et en Europe.

“A peine une heure après la cérémonie qui avait lieu à 11h, nous avons constaté la disparition de la gerbe déposée en la mémoire des déportés homosexuels”, explique Hussein Bourgi. “Sur les quatres gerbes déposées en la mémoire des déportés, elle est la seule à avoir été volée”. Il s’agissait d’une gerbe ornée d’un triangle rose (signe distinctif des homosexuels dans les camps) et d’un triangle noir (signe distinctif des lesbiennes dans les camps).

AMI-France 27 avril 2009

19:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

1er cas confirmé de grippe porcine en Espagne

Aéroport de Barcelone 27 04 09.jpg
Membres du Service de sécurité à l'aéroport de Barcelone le 27 avril 2009

Le virus de la grippe porcine, qui aurait fait plus de cent morts au Mexique, est arrivé en Europe avec un cas confirmé lundi en Espagne, alors que de nombreux pays à travers le monde prenaient des mesures pour contenir l'épidémie.

L'UE a déconseillé à ses ressortissants les déplacements au Mexique et certains Etats américains afin de limiter les risques de contagion et annoncé la tenue d'une réunion extraordinaire de ses ministres de la Santé jeudi.

L'Espagne a annoncé lundi le premier cas confirmé en Europe, chez un jeune homme de 23 ans qui avait séjourné au Mexique. Vingt autres cas suspects sont encore sous observation dans le pays.

Le bilan le plus lourd est enregistré au Mexique, où le gouvernement a fait état de 103 morts "probables" et 1.614 malades traités, dont 400 encore hospitalisés. Le nombre des morts avérés au Mexique est toutefois maintenu à 20.

Aux Etats-Unis, où "l'état d'urgence sanitaire" a été déclaré dimanche, vingt cas ont été confirmés, sans aucun décès. Le Canada est aussi touché, avec six cas confirmés.

"Il s'agit évidemment d'un sujet d'inquiétude qui justifie que nous élevions le niveau d'alerte", a déclaré le président américain Barack Obama. "Mais il n'y a pas de raison de s'inquiéter."

Le directeur des autorités sanitaires américaines, Richard Besser a toutefois déclaré que "les gens doivent se préparer à l'idée que nous allons voir apparaître plus de cas graves dans le pays, et peut-être des morts".

La crainte que le virus se propage a conduit de nombreux pays à mettre en place des contrôles aux aéroports, à recommander à leurs ressortissants d'éviter ces destinations et à placer sous surveillance ceux qui reviennent du Mexique avec des symptômes grippaux.

Des cas suspects sont sous observation en Italie, en Suisse, au Danemark, en Suède, en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni, Israël, au Brésil et en Colombie.

Dans certains pays, notamment la France ou l'Australie, des cas suspects se sont révélés négatifs.

De nombreux pays ont pris des mesures pour tenter de contenir l'épidémie provoquée par le virus A/H1N1, qui se transmet entre humains. Les Etats-Unis, la Russie ou le Japon ont renforcé leurs contrôles aux frontières ou dans leurs aéroports internationaux.

La Chine et la Russie ont suspendu leurs importations de porc en provenance du Mexique ou d'Etats américains touchés par l'épidémie.

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a avancé à lundi la réunion de son Comité d'urgence sur la grippe porcine, qui doit éventuellement décider de relever le niveau d'alerte sanitaire mondiale, actuellement de 3 sur une échelle de 6.

L'organisation onusienne avait averti dimanche que le nouveau virus pourrait évoluer et devenir "beaucoup plus dangereux". Elle estime toutefois que la planète est, grâce à l'expérience de la grippe aviaire, mieux préparée face à un risque de pandémie.

Le groupe pharmaceutique suisse Roche s'est dit "prêt" lundi à expédier dans le monde 3 millions de doses de Tamiflu, le médicament recommandé par l'OMS contre le virus de la grippe porcine. Face à la menace de grippe aviaire, le laboratoire bâlois avait fait don en 2006 à l'OMS de ces doses, les stockant pour l'organisation en Suisse et aux Etats-Unis.

Premier effet économique de l'épidémie, les titres des valeurs pharmaceutiques ont grimpé sur les Bourses mondiales, tandis que celles des compagnies aériennes et des groupes touristiques chutaient.

Au Mexique, foyer de l'épidémie, des mesures de précaution restent en vigueur, notamment l'isolement des patients ou la distribution de masques de chirurgien, alors que la maladie s'est propagée dans le pays uniquement par contacts humains.

Dans la capitale, mégalopole de 20 millions d'habitants en "alerte maximale", les réunions publiques sont interdites, les écoles, lycées et universités, bars, théâtres et musées, zoos et tribunaux fermés.

Mais l'aéroport de la capitale de cette destination très touristique reste ouvert et des équipes médicales y sont en place.

Les autorités mexicaines ont assuré disposer de stocks suffisants de Tamiflu. Les ambassades étrangères disposent elles aussi de stocks, indique-t-on dans les milieux diplomatiques.

La Banque mondiale a annoncé un crédit immédiat de 25 millions de dollars pour le Mexique et en a approuvé un autre de 180 millions à moyen terme. Mexico avait déjà indiqué disposer d'une réserve spéciale de 450 millions de dollars.

AFP 27/04/09

 

18:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Continental-Clairoix: "Les voyous, c'est pas nous!"

Environ 500 salariés de l'usine Continental de Clairoix (Oise) ont manifesté lundi après-midi devant le commissariat de Creil, plusieurs d'entre eux ayant reçu des convocations à la suite de la mise à sac de la sous-préfecture de Compiègne.

  "Cinq à six ouvriers, dont trois de la CGT" sont convoqués mardi matin à 09H30, a indiqué Xavier Mathieu, délégué syndical CGT de l'usine de Clairoix. Il a précisé que lors d'une assemblée générale réunissant 600 à 700 personnes, les salariés avaient décidé "de se rendre au SRPJ de Creil pour apporter une motion et leur dire qu'on ne s'y rendrait pas demain matin".

Réunis devant le commissariat, les ouvriers de Continental ont scandé "Les voyous, c'est pas nous" et ont demandé l'annulation de la procédure, alors qu'une délégation - comprenant le maire PS de Creil Jean-Claude Villemain - était reçue au commissariat.

Les ouvriers comptaient également se rendre à la sous-préfecture de Creil pour déposer leur motion à destination du gouvernement.

"L'Etat essaye de nous mettre en prison pour 30.000 euros de dégâts à la sous-préfecture, alors que par le biais d'une lettre de la direction adressée à tout le personnel, l'Etat a accepté de payer le personnel de Continental en chômage partiel, c'est-à-dire payer les salaires à la place de Continental, soit des millions d'euros", a déploré Xavier Mathieu.

"L'Etat se met du côté des voyous. L'Etat s'était engagé à mettre Continental au tribunal et à le mettre devant ses responsabilités. On voit que les premiers qu'il met au tribunal, c'est les ouvriers qui se battent pour sauver leur peau", a ajouté Xavier Mathieu.

Le 21 avril, des salariés de l'usine Continental de Clairoix (Oise) ont détruit le poste d'entrée de l'usine et saccagé une partie de la sous-préfecture de Compiègne (Oise) après avoir appris que le tribunal de Sarreguemines (Moselle) -où se trouve le siège de Continental France- les déboutait de leur demande d'annulation ou de suspension de la procédure de fermeture du site en 2010.

AFP 27/04/09

18:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10)

Abbas refuse de reconnaître Israël en tant qu'Etat juif

Le président palestinien Mahmoud Abbas a annoncé lundi qu'il refusait de reconnaître Israël en tant qu'Etat juif, comme l'a exigé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

  "Etat juif, c'est quoi ça? Vous pouvez vous faire appeler comme ça vous plaît, mais moi je ne l'accepte pas et je le dis publiquement", a déclaré M. Abbas dans une allocution à Ramallah, en Cisjordanie, le 27 avril.

Il a affirmé que l'exigence d'Israël d'obtenir une reconnaissance palestinienne de son caractère juif avait été "longuement discutée" et rejetée par les Palestiniens lors de de la conférence d'Annapolis aux Etats-Unis ayant relancé le processus de paix israélo-palestinien, en novembre 2007.

"Vous pouvez-vous faire appeler "République sioniste hébraïque nationale socialiste" si ça vous plaît, ça ne me regarde pas. Moi je sais qu'il existe un Etat d'Israël sur les frontières de 1967 (avant l'occupation des territoires palestiniens, ndlr) et pas un centimètre de plus ou de moins", a ajouté le dirigeant palestinien.

M. Netanyahu avait réclamé le 16 avril 2009 que les Palestiniens reconnaissent Israël comme "Etat juif", lors d'une rencontre avec l'émissaire américain George Mitchell.

Les Palestiniens craignent notamment que la reconnaissance d'Israël comme l'Etat des Juifs revienne pour eux à renoncer au "droit au retour" des réfugiés palestiniens.

Israël se définit selon une loi fondamentale comme "Etat juif et démocratique", tout en comptant 1,3 million de citoyens arabes. Il s'agit des descendants des 160.000 Palestiniens restés sur leurs terres après la création de l'Etat juif. Ils représentent aujourd'hui 20% de sa population.

Réagissant à ces propos, le ministère israélien des Affaires étrangères a affirmé dans un communiqué que "la reconnaissance d'Israël comme l'Etat souverain du peuple juif est une étape nécessaire dans le processus de réconciliation historique entre Israël et les Palestiniens".

"Plus vite les Palestiniens intégreront cette réalité fondamentale, plus fortes s'en trouveront les chances de parvenir à la paix entre les deux peuples", a-t-il ajouté.

M. Abbas a en outre critiqué le nouveau ministre israélien des Affaires étrangères, l'ultranationaliste Avigdor Lieberman, qui a notamment affirmé que son pays n'était pas lié par le processus lancé à Annapolis et que l'inititive de paix arabe lancée en 2002 constituait un danger pour Israël.

AFP

18:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (9)

VILLA-LOBOS - STANCIU Flûte de Pan

VILLA-LOBOS.jpg
Heitor Villa-Lobos

podcast

Heitor VILLA-LOBOS, compositeur brésilien (1887-1959)

Aria - extrait de la "Bachiana Brasileira" n°5

Simion STANCIU "Syrinx", musicien roumain né en 1949 à Bucarest, est accompagné à la guitare dans l'Aria par Alexandre Lagoya

(envoi de G.R. que nous remercions pour ce très bel extrait de l'oeuvre de Villa-Lobos)

16:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Horrible accident d'hélicoptère en Corse: cinq morts dont un bébé - Mauvaises conditions météo mais aussi "désert médical" pour les Iliens

Corse Rutali 5 corps ambulance.jpg
Les corps des cinq victimes du crash arrivent à Rutali, village près de Bastia - 26 avril 2009
(Cliquez sur la photo pour la voir en totalité)

Cinq personnes dont un bébé, né en vol, et sa mère âgée de 20 ans, sont mortes dans la nuit de samedi à dimanche dans l'accident d'un hélicoptère de la Sécurité civile qui s'est écrasé, par mauvais temps, dans des montagnes au Sud-Ouest de Bastia, en tentant de gagner l'hôpital de la ville.

Parti samedi à 19H15 du centre de secours de Ponte-Leccia (Haute-Corse) où il avait pris en charge une femme de 20 ans sur le point d'accoucher, l'hélicoptère transportait également une femme-médecin du Samu de 43 ans, un pilote et son copilote.

La jeune femme enceinte qui vivait dans le village de Costa en Balagne (Haute-Corse), a accouché en vol mais les pilote et co-pilote ne l'ont pas signalé par radio.

L'appareil qui survolait le défilé du Lancone, une chaîne montagneuse au Sud-Ouest de Bastia, a disparu des écrans radar à 19H35 alors qu'il aurait dû être arrivé à destination. Le vol entre Ponte-Leccia et le centre hospitalier de Bastia, distants de 46 km par la route, dure environ un quart d'heure.

Quelque 150 personnes (Sécurité civile, gendarmes, sapeurs-pompiers et armée de l'air) dont des spécialistes du sauvetage en milieux périlleux, ont alors entamé les recherches.

L'épave a été repérée en plusieurs morceaux dans la nuit, à 03H30, par un hélicoptère Puma des secours qui a fourni les coordonnées GPS du lieu de l'accident. Les secouristes au sol qui se trouvaient dans le secteur, avaient senti des odeurs de carburant et se trouvaient à 500 mètres de l'accident, a précisé le Centre opérationnel d'incendie et de secours (Codis) de Haute-Corse.

Une demi-heure plus tard, les pompiers ont découvert les corps, à 16 km de Bastia, dans une région montagneuse particulièrement difficile d'accès.

Les causes de l'accident ne sont pas encore connues, selon les secours qui ont souligné les mauvaises conditions météorologiques avec un épais brouillard, des vents violents et de la pluie. L'appareil aurait heurté un relief avant de se disloquer.

La ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, qui est attendue en Corse dimanche à 16H00, a annoncé une enquête administrative et technique pour déterminer les causes de l'accident.

L'enquête devrait être confiée à la section de recherche du transport aérien de Roissy, les premières investigations ayant été menées par la brigade de gendarmerie du transport aérien de Bastia, a précisé la cellule de crise de la préfecture.

La ministre se rendra tout d'abord à l'hôpital de Bastia où doivent être transportés les corps. Mme Alliot-Marie y rencontrera les familles puis elle ira à la base de la Sécurité civile, sur l'aéroport de Bastia-Poretta.

AFP. 26/04/09

Le blog adresse toutes ses condoléances aux familles des malheureuses victimes.

02:12 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (55)

"Grippe porcine" aux E.U. : l'étrange cas de 1976...

Comme le relève Steve Watson pour Infowars, il est intéressant de noter que la dernière éclosion d’une épidémie de grippe porcine avait eu lieu en 1976, dans la base De Fort-Dix (New-Jersey, USA). Des centaines de soldats avaient alors été infectés.

Le président des États-Unis de l’époque, Gerald Ford, avait alors immédiatement ordonné un programme national de vaccination. Un enquête du Centers for Disease Control and Prevention (CDC) n’avait pas permis de comprendre pourquoi le virus ne s’était pas étendu au-delà de la base militaire.

La source du virus, la durée exacte de son introduction dans la base de Fort Dix, et les facteurs limitant son extension et sa durée restent inconnues à ce jour.

AMI-France - 26 avril 2009

01:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Braquage d'un fourgon de la Brinks par des jeunes: des précisions!

fourgon-de-la-brinks-150x150.jpg
La presse a relaté l’équipée criminelle de trois “jeunes” qui ont tenté de braquer un fourgon de transport de fonds à Tremblay En France (“en France”: cette précision géographique s’impose) dans le 9.3. Le plus jeune n’était âgé que de 14 ans.

Les convoyeurs agressés par des encagoulés ont tiré pour se défendre.

Blessés par les tirs des professionnels puis arrêtés par la police, les “jeunes” ont argué, hier, devoir «acheter quelques trucs avant de partir en vacances”.

La presse n’a pas donné tous les détails de l’affaire:

- les prénoms des “branques” du braquage sont Saïd, Dari et Aziz. Le commissaire à la diversité fera-t-il une petite statistique ethnique?

- Leur défense est assurée par le cabinet de Me Jean-Pierre Mignard, avocat sélect de la place Vendôme, parrain de deux des quatre enfants de François Hollande et de Ségolène Royal et président de l’Association Désir d’Avenir. Cet avocat avait déjà défendu les familles de Zyed et Bouna, les deux “jeunes” morts électrocutés à Clichy-sous-Bois après une course-poursuite avec la police, il y a plus de trois ans; leur mort accidentelle avait servi de prétexte à plusieurs semaine de vandalisme urbain par les bandes des quartiers.

- Un site internet favorable aux braqueurs rapporte cette réaction d’un “jeune français” du quartier « Demain, on va tout niquer ».

AMI-France 26/04/09

01:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

La Russie se protège, les Etats-Unis déclarent l'état d'urgence sanitaire

Alors que l'OMS juge "possible" que le virus mutant de la grippe porcine devienne "beaucoup plus dangereux", les mesures de vigilance et de précaution se multiplient dans le monde pour contrer la menace d'une épidémie.

Pour l'instant, seule la Russie a décidé d'interdire "à partir du 26 avril les importations de viande venant du Mexique et du Texas, de Californie et du Kansas". Les importations de porc et de produits préparés à partir du porc sans avoir subi de traitement thermique venant du Guatemala, du Honduras, de Colombie, du Costa-Rica, de Cuba, du Nicaragua, du Panama, du Salvador, ainsi que de plusieurs Etats américains sont également interdites. Une mesure pourtant inutile, a priori, le virus se transmettant d'homme à homme.

Les Etats-Unis pour leur part, le deuxième pays le plus touché après le Mexique, avec des cas recensés dans plusieurs Etats et jusqu'à New York, ont déclaré l'état d'urgence sanitaire. Selon le conseiller à la Sécurité intérieure de Barack Obama, le président américain a ordonné une "réponse efficace, énergique, coordonnée". Et des dépistages vont être effectués sur les personnes qui se présenteraient aux frontières en provenance de pays touchés par le virus - ce qui n'est pas actuellement le cas.

Des mesures de précaution

Tous les autres pays ont pris uniquement des mesures de précaution et d'information à destination des voyageurs revenant des pays où l'épidémie existe. Dès vendredi, les pays voisins d'Amérique Latine ont annoncé des mesures de précaution. Le Pérou, le Chili, l'Equateur et le Costa Rica ont activé des plans de vigilance sanitaire comprenant une intensification de la surveillance des voyageurs en provenance du Mexique (où le nombre de morts pourrait dépasser 80) et des Etats-Unis. En Colombie également, où cinq voyageurs en provenance du Mexique ont été placés sous surveillance, les autorités sanitaires ont été convoquées samedi pour mettre en place un plan de prévention.

A Bruxelles, la Commission européenne a indiqué suivre "de très près" la situation en précisant que "jusqu'à présent, aucun cas n'a été signalé dans l'Union européenne". En Espagne, où trois personnes ont été placées "en observation" par mesure "de précaution", les autorités recommandent la prudence avant de se rendre au Mexique. En France, où des centres de crise ont été mis en place, un cas suspect est en cours d'investigation. Le gouvernement belge ne déconseille pas pour l'instant les voyages au Mexique, à condition que les touristes respectent certaines règles d'hygiène de base. Les mêmes recommandations s'appliquent aux voyages aux Etats-Unis.

..........................................................................................................................................................

Ce week-end, l'Organisation mondiale de la santé n'a pas hésité à déclarer que le virus mutant de la grippe porcine, qui a déjà fait 20 morts au Mexique sur un total de 81 "probables", a "clairement un potentiel pandémique". Convoqué samedi soir par l'OMS, le comité d'urgence a même conclu que l'apparition d'un virus de la grippe porcine transmissible d'homme à homme représentait une "urgence en terme de santé publique et une préoccupation internationale". Dimanche, Keiji Fukuda, vice-directeur général de l'OMS par intérim, chargé des questions de sécurité sanitaire et environnementale, est allé plus loin encore en envisageant de nouvelles mutations. "Il est fort possible que le virus évolue. Quand les virus évoluent, il est clair qu'ils peuvent devenir beaucoup plus dangereux pour la population", a-t-il estimé.

Pour autant, il juge le monde mieux préparé que jamais à un risque de pandémie grippale. Et ce, paradoxalement, grâce au précédent de la grippe aviaire. Selon ce haut responsable de l'OMS, la communauté mondiale se préparait en effet depuis cinq ans à faire face à une éventuelle pandémie de grippe aviaire. Et l'Organisation et ses partenaires ont déjà entamé des travaux préliminaires pour préparer si nécessaire un vaccin contre la grippe porcine.

La situation est "sérieuse" et "imprévisible"

D'après les analyses, le virus ressemble beaucoup au virus du porc, mais sous une forme jamais vue mêlant de l'ADN typique des virus porcin, aviaire et humain. Le fait que la plupart des victimes mexicaines soient âgées de 25 à 45 ans constitue également un facteur d'inquiétude : les épidémies saisonnières de grippe peuvent être plus meurtrières parmi les très jeunes enfants et les vieillards, mais une des caractéristiques des pandémies est qu'elles affectent les jeunes adultes en bonne santé. Selon l'OMS, le virus semble sensible au Tamiflu de Roche AG, connu aussi sous le nom d'oseltamivir, mais pas aux médicaments plus anciens contre la grippe tels que l'amantadine.

Les groupes pharmaceutiques se disent d'ores et déjà prêts à fournir des millions de doses de médicaments et à travailler à un vaccin. Le laboratoire Roche dit tenir à la disposition de l'Organisation mondiale de la santé trois millions de colis de Tamiflu, la moitié aux Etats-Unis, et l'autre moitié en Suisse. "Pour l'instant, l'OMS ne nous a pas demandé de mobiliser ces stocks. Bien sûr, dès qu'elle le demandera, nous le ferons", a souligné une porte-parole de Roche. Quant aux laboratoires spécialisés dans les vaccins, ils se sont dits prêts à entamer dès que possible le processus de développement d'un vaccin. Les leaders en la matière sont Sanofi Pasteur, la division vaccins de Sanofi-Aventis, Glaxo, Novartis  et Baxter International.

En attendant, la prévention est primordiale pour éviter une propagation du virus. La directrice générale de l'OMS, Margaret Chan, a recommandé à tous les pays d'intensifier "leur surveillance de tous les cas inhabituels de maladie ressemblant à une grippe ou à une grave pneumonie". La situation est "sérieuse", "imprévisible" et "évolue vite", a averti la directrice générale de l'OMS depuis le siège de l'organisation à Genève.

LCI.fr - 26/04/09

 

00:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (13)

26/04/2009

N.O.M. - Implant de puces électroniques

http://www.nouvelordremondial.cc/la-puce-electronique-mic...

Le Nouvel Homme Mondial ?

23:31 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)

Les trésors de l'Acropole, héritage des Européens

Athena nv musée de l'Acropole.jpg
Tête en marbre d'Athéna au nouveau musée de l'Acropole

Le nouveau musée de l'Acropole, situé dans le centre historique d'Athènes, ouvrira le 20 juin, a annoncé dimanche le ministre grec de la Culture, Antonis Samaras, après avoir fait visiter l'édifice au président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso.

M. Samaras a assuré que l'ouverture le 20 juin de ce musée, "un joyau", serait un "événement majeur".

"Les Grecs devraient être fiers de cet excellent musée", a déclaré de son côté M. Barroso. "C'est l'un des plus importants dans le monde pour ce qui concerne notre héritage, l'héritage des Européens mais aussi celui de la culture mondiale."

D'une superficie de 25.000 m2, le musée comporte trois niveaux, dont une salle au dernier étage où une place a été réservée pour accueillir la frise orientale du Parthénon qui se trouve actuellement au British Museum de Londres et dont la Grèce réclame en vain le retour depuis plusieurs années.

Le British Museum refuse toujours de restituer à la Grèce les frises du Parthénon qui avaient été démontées en 1806 par Lord Elgin, ambassadeur britannique à Constantinople à l'époque de l'empire ottoman qui englobait alors la Grèce.

22:30 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Grippe porcine: un cas suspect dans les Yvelines? - Le "potentiel pandémique" - La panique gagne du terrain

Au Mexique militaires épidémie grippe porcine.jpg
A Mexico, le 26 avril 2009

EXCLUSIF. La grippe porcine a-t-elle fait son entrée sur le territoire français ? Pour l'heure, aucun cas officiel n'est recensé mais quatre personnes sont suspectées d'être porteuses du virus, dont trois dans le Nord de la France et une en région parisienne, à Versailles (Yvelines). 

Il s'agit d'une femme de 52 ans qui a accompagné un groupe de douze lycéens de Montigny-le-Bretonneux au Mexique la semaine dernière.

 
Video : Les questions que l'on se pose
 
 
En savoir plus
Un nouveau virus inquiétant
Le danger va-t-il augmenter ?
Où se renseigner
Peut-être 81 morts au Mexique
 
On ne sait pas encore si elle est enseignante dans ce lycée. Présentant les symptômes de la grippe, elle s'est présentée d'elle-même chez un médecin. Elle a été transférée à l'hôpital Bichat (Paris). Des analyses sont en cours, dont les résultats sont attendus au cours de la nuit prochaine ; quant aux lycéens, ils ne font l'objet d'aucune mesure sanitaire particulière.

 

«Toutes ces personnes qui reviennent de régions où l'épidémie existe (Mexique et sud des Etats-Unis, ndlr) se sont signalées elles mêmes», a précisé Françoise Weber, directrice de l'Institut national de veille sanitaire (InVS). On devrait connaitre les résultats des investigations «très rapidement», a-t-elle ajouté.

Dans le Nord, un couple âgé d'une cinquantaine d'années, qui revenait d'un voyage en Californie, et leur fils d'une vingtaine d'années, qui n'a pas fait le voyage, ont été pris en charge dimanche à l'hôpital de Tourcoing à la suite de symptômes grippaux. Les prélèvements en cours devront permettre de déterminer le type de virus dont souffrent ces personnes. La préfecture de Lille précise que s'il s'agissait d'un virus du même type que celui de la grippe porcine, «ça ne voudra pas forcément dire qu'il s'agit de la grippe porcine : il y aura derrière des analyses plus précises qui permettront de qualifier le virus».

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a appelé dimanche «à la vigilance», tout en demandant aux Français de «ne pas s'alarmer».

Trois cas suspects infirmés à Bordeaux et Marseille

Plus tôt dans la journée, trois cas de malades, finalement non infectés, avaient été signalés. Il y a eu «des doutes, non confirmés, sur deux personnes revenant du Mexique», indiquait ce matin dans Le Parisien, le directeur général de la Santé en France, Didier Houssin.

Un cas avait été identifié dans la région de Marseille. Une femme enceinte originaire d'Aix-en-Provence, de retour du Mexique cette semaine, avait été testée samedi dans une chambre d'isolement de l'hôpital Nord de Marseille. Mais la sérologie s'était révélée négative, écartant tout risque. Dans la région de Bordeaux, deux autres cas suspects avaient été signalés. Ces deux personnes revenaient également du Mexique. L'un avait été rapidement écarté. Le second avait nécessité des prélèvements qui s'étaient, là aussi, révélés, négatifs.

81 décès probables au Mexique

Alors qu'elle soulignait samedi le «potentiel pandémique» de cette souche de grippe porcine, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a estimé dimanche qu'il était «possible» que le virus «évolue» et devienne «beaucoup plus dangereux».

Le dernier bilan de la grippe porcine apparu au Mexique s'élève à 81 décès suspects depuis le 13 avril, dont 20 ont été confirmés comme ayant été provoqués par le virus, selon le ministre mexicain de la Santé, José Angel Cordova. Par ailleurs, 1.324 malades ont été mis sous surveillance médicale.

Les Etats-Unis ont déclaré dimanche «l'état d'urgence sanitaire» et annoncé des dépistages sur les personnes qui se présenteraient aux frontières en provenance de pays touchés par le virus. Dans le pays, 20 cas sont avérés : deux au Kansas, sept en Californie, deux au Texas, une dans l'Ohio et huit enfin à New York. Ces derniers sont des étudiants de l'Ecole préparatoire St Francis dans le Queens

Au Canada, quatre cas de grippe porcine ont été confirmés. En Espagne, six cas suspects ont été détectés. En Nouvelle-Zélande, dix lycéens néo-zélandais, qui présentaient des symptômes après un séjour de trois semaines au Mexique, sont «probablement» atteints de la grippe porcine, sans que ce soit encore confirmé, selon le ministre néo-zélandais de la Santé, Tony Ryall.

En Israël et en Grande-Bretagne, deux cas suspects se sont révélés négatifs.

 Leparisien.fr avec AFP - 26/04/09

20:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5)