Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Blog - Page 1767

  • La First lady noire en tenue de chômeuse?

    Michlle Obama Université de Chicago 7 nov 08.jpg
    Michelle Obama et son mari sortent de l'Université de Chicago le 7 novembre 2008

    Le chômage a brusquement bondi en octobre aux Etats-Unis, à 6,5%, un plus haut depuis plus de 14 ans, avec un niveau de suppressions d'emplois digne d'une profonde récession qui confirme la difficulté de la tâche qui attend le futur président Barack Obama.

    La première économie mondiale a détruit 240.000 emplois. Depuis janvier, entreprises et administrations ont chaque mois plus licencié qu'embauché, selon les chiffres publiés vendredi par le département du Travail.

    Le ministère a de plus revu en forte hausse son estimation du nombre des emplois perdus en août (à 127.000) et en septembre (à 284.000).

    Le nombre des sans-emplois est ainsi remonté à un niveau inconnu depuis mars 1994. En septembre, le taux de chômage avait été estimé à 6,1%.

    "Le taux de chômage pourrait passer au-dessus de la barre des 7% au début de l'année prochaine. Il a déjà dépassé le niveau de juin 2003 et la pente de la tendance est presque verticale", s'est inquiété Ian Shepherdson, économiste de l'institut High Frequency Economics.

     

    Le département du Travail a noté la forte accélération de la dégradation du marché de l'emploi intervenue depuis la fin de l'été: si 1,2 million de postes ont été supprimés depuis le début de l'année, "plus de la moitié de cette baisse ont eu lieu au cours des trois derniers mois."

    Stephen Gallagher, économiste à la Société Générale, a relevé qu'il fallait remonter au quatrième trimestre de 2001 pour trouver des licenciements aussi massifs. Pour lui, la question est désormais de savoir si l'on va dépasser les niveaux de cette époque --la dernière récession américaine-- ce qu'il juge "possible".

    L'aggravation de la situation de l'emploi est un des défis immédiats auquel devra répondre le futur président américain, Barack Obama. M. Obama devait tenir vendredi une réunion avec son équipe économique avant de donner sa première conférence de presse depuis son élection mardi.

    AFP. 07.11.08

     

     

  • Tzipi Livni adresse déjà un avertissement à Obama

    Tzipi Livni.jpg

    Tzipi Livni met en garde Barack Obama contre des négociations avec l'Iran

    JERUSALEM — La ministre israélienne des Affaires étrangères Tzipi Livni a déclaré jeudi que Barack Obama ne devrait pas ouvrir des négociations avec l'Iran dans l'immédiat, estimant que cette volonté de dialogue pourrait être interprétée par le régime de Mahmoud Ahmadinejad comme un signe de "faiblesse".

    C'est le premier signe de divergence entre l'Etat hébreu et la future administration démocrate.

    Rompant avec son prédécesseur républicain George W. Bush, le président-élu américain Barack Obama a indiqué durant sa campagne qu'il était disposé à discuter avec Téhéran de son programme nucléaire, sans condition préalable.

    "En ce moment, le dialogue risque d'être interprété comme une faiblesse", a averti Tzipi Livni, qui dirige le parti Kadima au pouvoir en Israël et qui briguera le poste de Premier ministre lors des législatives de février prochain.

    "Je crois qu'un dialogue prématuré, à un moment où l'Iran a l'impression que la communauté internationale a abandonné l'idée de sanctions, pourrait s'avérer problématique", a-t-elle ajouté.

  • Le compliment de Berlusconi! La gauche furieuse exige des excuses

    Berlusconi à Moscou 2.jpg
    Silvio Berlusconi le 6 novembre à Moscou

    Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, a qualifié jeudi le nouveau président élu américain, Barack Obama, de "jeune, beau et bronzé", ajoutant que beaucoup l'attendaient presque comme "un messie", au cours d'une conférence de presse à Moscou.

    "Il est jeune, il est beau et il est bronzé", a déclaré M. Berlusconi en réponse à une question sur la manière dont le futur président américain s'entendrait avec son homologue russe, Dmitri Medvedev.

    "Je pense qu'il va y avoir une bonne coopération" entre les deux dirigeants, qui sont de la même génération, a ajouté le Cavaliere.

    Le sénateur démocrate Barack Obama est devenu mardi le premier président noir élu à la tête des Etats-Unis, pour succéder au républicain George W. Bush, un proche allié du dirigeant italien.

    M. Berlusconi a ajouté que M. Obama se retrouverait face à d'importantes attentes alors qu'il a souvent été présenté "presque comme un messie".

    "Il y a beaucoup d'attentes qu'il ne doit pas décevoir", a ajouté le chef du gouvernement italien.

    En visite à Moscou pour des entretiens centrés sur l'économie, M. Berlusconi avait fait savoir mercredi par la voix de son porte-parole que les relations entre Rome et Washington resteraient "amicales" après la victoire de Barack Obama sur on rival républicain John McCain.

    A Rome, l'opposition de gauche a interprété la remarque de M. Berlusconi comme une nouvelle gaffe du chef du gouvernement.

    Dario Franceschini, numéro deux du Parti démocrate (PD), principal parti d'opposition, a appelé M. Berlusconi à présenter "immédiatement" des excuses.

    "Dans le meilleur des cas, Berlusconi n'arrive plus à se contrôler. Il oublie que ses paroles mettent en cause l'image de notre pays dans le monde. Dire que le président des Etats-Unis est 'jeune, beau et même bronzé' résonne aux oreilles de tout le monde comme une offense dangereusement ambiguë", a déclaré M. Franceschini.

    "Avec ses réparties lourdes et malheureuses, Berlusconi discrédite l'Italie sur la scène internationale. Jamais un président du Conseil n'était tombé aussi bas", a affirmé Massimo Donadi, chef des députés du parti Italie des valeurs de l'ex-magistrat anticorruption Antonio Di Pietro (opposition).

    Face à ces critiques, M. Berlusconi, qui a été très proche de George W. Bush durant toute sa présidence, s'est défendu en affirmant qu'il s'agissait d'un "compliment", selon des journalistes italiens présents à Moscou.

    AFP. 07.11.08

  • Le sénateur belge Michel Delacroix, président du FN, se moque de la Shoah dans une vidéo privée

    http://www.lesoir.be/special/popup_multimedia/popup_multimedia.phtml?mode=2&obj=20082206_delacroix

    http://www.rtbf.be/info/info/sport/sport/belgique/politique/le-president-du-front-national-fait-lapologie-de-la-shoah-54248

  • Marc: la peine de mort n'existe plus...

    Marc - sa mère et le concubin.jpg
    Dégénérés

    La cour d'assises du Nord a condamné jeudi David da Costa à la réclusion criminelle à perpétuité pour des violences répétées ayant entraîné la mort du petit Marc, 5 ans.  La mère de l'enfant, Isabelle Gosselin, a été condamnée à 30 ans de réclusion pour complicité.



    L'avocat général avait requis mardi la réclusion criminelle à perpétuité à l'encontre du beau-père et de la mère. La cour a considéré qu'ils étaient tous les deux coupables du crime, mais a condamné Isabelle Gosselin, 35 ans, a une peine moins lourde, tenant compte du fait qu'elle «n'était pas le bras armé», selon l'avocat général, Luc Frémiot.

    Victime de coups et sévices répétés -plaies jusqu'aux testicules, bassin et côtes fracturées, hématomes, douches froides-, Marc est mort à 5 ans au domicile parental le 25 janvier 2006 à Auby (Nord).

    Quant aux médecins accusés de non-assistance à personne en danger, ils ont été condamnés à la peine requise par le ministère public, trois ans de prison avec sursis. L'un, le Dr Christian Tirloy devra payer en outre 60.000 euros d'amende, l'autre, le Dr Michel Vellemans, 75.000 euros.

    Le grand-père et la grand-mère de l'enfant, le frère et la belle-soeur de l'accusé, ont tous été condamnés à 3 ans de prison avec sursis. L'assistante maternelle, à un an de prison avec sursis, toujours pour non-assistance à personne en danger.

    Le verdict, identique aux réquisitions de l'avocat général Luc Frémiot, sauf pour la mère, a été accueilli dans le calme dans la salle d'assises.

     

    leparisien.fr -06.11.08

  • L'avenir de la France?

    Avenir de la France.gif
    NEUILLY-SUR-MARNE (SEINE-SAINT-DENIS) , 5 novembre. Lycéens, Steevy et Guillaume attendent un "changement des mentalités" en France après l’élection de Barack Obama.

  • VIDEO Premier discours d'Obama président élu -Chicago 5 novembre 2008

    http://www.dailymotion.com/video/x7b1eq_discours-dobama-president-des-etats_news

    Traduction française simultanée

  • DSK ne perd pas de temps: il va travailler dès maintenant avec Obama

    Le directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn a félicité Barack Obama pour sa victoire à l'élection présidentielle américaine, se réjouissant de travailler avec lui avant même son entrée en fonctions officielle.

    "Je me réjouis d'avoir à travailler étroitement avec le président élu Obama et l'admnistration américaine dans les temps qui viennent pour nous attaquer rapidement et avec force aux sérieux défis auxquels doivent faire face actuellement les économies américaine et mondiale", a souligné M. Strauss-Kahn.

    M. Obama doit prendre ses fonctions le 20 janvier, mais plusieurs échéances importantes sont prévues d'ici là en matière de politique économique, notamment un sommet du G20, réunissant pays industrialisés et grands pays émergents, le 15 novembre à Washington.

    L'élection de M. Obama, a relevé le patron de l'organisation multilatérale, est une "occasion historique" pour les Etats-Unis.

    "Elle représente le meilleur des idéaux que nous, dans la communauté internationale, nous efforçons d'incarner", a-t-il ajouté, cité dans un communiqué publié par le FMI.

    Le Figaro - 05.11.08


  • Black Tuesday - Shalom Barack!

    Emanuel conseiller d'Obama.jpg
    Le conseiller Israélien d’Obama, prochain chef de cabinet
    à la Maison Blanche?

    par Orly Azoulay, ynetnews, 02/11/2008. Traduit par Djazaïri

    Le député du Congrès usaméricain Rahm Emanuel , ex-conseiller de Clinton après avoir servi comme volontaire dans l’armée israélienne pendant la première guerre du Golfe, pourrait être désigné chef de cabinet si le candidat Démocrate remporte les élections.

    Israël pourrait avoir une plus forte représentation à la Maison Blanche que ce qu’il envisageait au cas où Barack Obama, le candidat Démocrate à la présidentielle, sortirait victorieux du scrutin du 4 novembre.

    Le député Rahm Emanuel, qui a servi dans l’armée israélienne et parle même un peu l’hébreu, pourrait être désigné comme le prochain chef de cabinet à la Maison Blanche.
    Né à Chicago, Emanuel, 49 ans, représente actuellement l’État de l’Illinois à la Chambre des Représentants. Il est aussi un des plus proches conseillers d’Obama et le candidat à la présidentielle l’a qualifié aussi bien d’ami que de partenaire politique.

    Benjamin, le père d’Emanuel, est un médecin né en Israël. Sa mère, Martha, est une juive usaméricaine qui travaille pour une association de Chicago pour les droits civiques. Enfant, Emanuel a reçu une éducation religieuse dans une école conservatrice et parlait hébreu avec son père à la maison.

    Quand Bill Clinton entama sa campagne présidentielle, il désigna Rahm Emanuel pour diriger le comité des finances de sa campagne. Mais Emanuel en démissionna pour se porter volontaire dans l’armée israélienne quant la guerre du Golfe éclata. Il servit dans une des bases du nord d’Israël jusqu’à la fin de la guerre et, à son retour aux USA, il devint conseiller de Clinton à la Maison Blanche pendant près de huit années.

    En 2003, Emanuel décida de se lancer dans sa propre carrière politique et fut élu député de l’État de l’Illinois. En 2006, il fut élu président du Comité Démocrate de campagne du Congrès et aida le parti à obtenir la majorité à la Chambre des Représentants.
    Emanuel a rejoint la campagne d’Obama dès le début, après avoir décliné une offre de Bill Clinton pour s’associer à la campagne de son épouse Hillary en vue de l’investiture démocrate pour la présidentielle.

    Amy, l’épouse du député, s’est convertie au judaïsme peu de temps avant leur mariage. Ils ont deux enfants, tous deux scolarisés dans une école juive à Chicago. Obama a déjà annoncé que s’il devenait le prochain président US, il emmènerait Emanuel avec lui à la Maison Blanche, peut-être en qualité de chef de cabinet.

    Source : Obama's Israeli adviser: Next White House chief of staff?
    Article original publié le 02/11/2008

  • Les félicitations de Bush à Obama

    Bush téléphone à Obama.jpg

    Ce qu'a dit Bush à Obama

    La rédaction - RMC.fr, le 05/11/2008
    Après 8 années passées à la Maison Blanche, George W. Bush, le Président sortant, a appelé son successeur Barack Obama pour le féliciter.
     La porte-parole de la Maison Blanche Dana Perino a précisé ce que Bush avait dit à Obama : « Monsieur le Président élu, mes félicitations ! Quelle nuit superbe pour vous, votre famille et vos partisans. Laura et moi appelons pour vous féliciter, vous et votre charmante épouse. Je promets que cette transition se passera en douceur. Vous êtes sur le point d'entreprendre l'un des plus grands voyages de votre vie. Félicitations, je vous souhaite d'y trouver du plaisir ».

    La porte-parole a également indiqué que George W. Bush avait invité Barack Obama à venir à la Maison Blanche prochainement. Bush a également appelé le candidat républicain battu John McCain, et selon Dana Perino, voici ce qu'il lui a dit : « John, vous avez donné tout ce que vous pouviez. Je suis fier de vous, et je suis désolé que cela n'ait pas marché ».

  • VIDEO Hommage à Jean-Pierre Stirbois

    http://www.dailymotion.com/video/x237lu_jeanpierre-stirbois_politics

    Jean-Pierre Stirbois

    Né le 30 janvier 1945, décédé dans un accident de voiture le 5 novembre 1988 à Pontchartrain 

    Nous ne l'oublierons pas

    http://extreme.droiture.over-blog.net/article-13579902-6.html

  • Medvedev fustige les Etats-Unis et annonce un déploiement de missiles

    Dimiitri Medvedev le 5 nov 08.jpg
    Dimitri Medvedev le 5 novembre 2008 au Kremlin
    Le président russe, Dmitri Medvedev, a accusé mercredi les Etats-Unis d'être à l'origine de la crise financière internationale et la guerre en Géorgie, et annoncé le déploiement de missiles à Kaliningrad en réponse au bouclier américain.
    Au cours de son premier discours annuel à la nation, M. Medvedev a également exprimé l'espoir que la "nouvelle administration américaine" opterait pour de "bonnes relations" avec la Russie, sans citer une seule fois le nom du démocrate Barack Obama, élu mardi 44e président des Etats-Unis.

    Intervenant devant les parlementaires, représentants des corps constitués et un parterre de personnalités russes réunis au Kremlin, le président russe a promis de répliquer au déploiement d'éléments du bouclier antimissile américain en Europe de l'est.

    "Pour neutraliser en cas de nécessité le système de défense antimissile, on va déployer dans la région de Kaliningrad le complexe de missiles Iskander", a-t-il déclaré. "Depuis la même région, on va brouiller les nouveaux éléments du système de défense antimissile que les Etats-Unis ont l'intention de déployer" en Pologne et en république Tchèque, a-t-il poursuivi.

    M. Medvedev s'en est aussi pris à Washington à propos de la crise financière internationale, dénonçant les "erreurs" à l'origine de cette crise "qui est loin d'être finie". "En gonflant la bulle financière pour stimuler leur croissance, les Etats-Unis ne se sont pas donné la peine de coordonner leurs efforts avec d'autres participants des marchés et ont ignoré tout sens élémentaire de la mesure", a déclaré M. Medvedev.

    Revenant sur la guerre russo-géorgienne dans le Caucase, M. Medvedev a affirmé que la "tragédie de Tskhinvali", capitale de la république séparatiste d'Ossétie du Sud, était "une conséquence de la politique présomptueuse de l'administration américaine".

    "Le conflit dans le Caucase a été utilisé comme prétexte pour introduire dans la mer Noire des bateaux de guerre de l'Otan et pour imposer plus vite encore à l'Europe le système de défense antimissile américain ce qui va provoquer des mesures de rétorsion de la Russie", a-t-il ajouté.

    La tentative de Tbilissi, allié des Etats-Unis, de reprendre le contrôle de l'Ossétie du Sud dans la nuit du 7 à 8 août a provoqué une intervention russe en Géorgie et une guerre de cinq jours. "Nous ne reculerons pas dans le Caucase", a prévenu le président russe.

    Evoquant la politique intérieure, M. Medvedev a proposé d'allonger à six ans la durée du mandat présidentiel en Russie contre quatre actuellement et celui des députés de la Douma, chambre basse du Parlement, à cinq ans contre quatre.

    AFP. 05.11.08

  • "Use your brain, vote McCain!"

    Use your brain vote McCain.jpg
    Encore fallait-il avoir un cerveau...

  • John F. Kennedy le matin de sa mort

    16.jpg
    Kennedy prononce son dernier discours à Fort Worth le 22 novembre 1963, en face de l'hôtel Texas

  • John-John (25 novembre 1960-16 juillet 1999)

    800831.jpg
    A Hyannis Port - 31 août 1980
    631125.jpg
    25 novembre 1963 à Washington DC
    631014.jpg
    14 octobre 1963 - dans le Bureau ovale, entouré de son père et de ses conseilers 

  • Le destin tragique de John Kennedy Jr - retour sur un accident d'avion

    308px-JFKJr2.jpg
    John Kennedy Jr
    980808.jpg
    Le 8 août 1998 avec sa femme Carolyn
     William Reymond   
     Le vendredi 16 juillet 1999 à 21h40, le Piper Saratoga de John Kennedy jr plongeait dans les eaux noires
     des côtes de Martha’sVineyard.
     Le petit prince de l’Amérique, accompagné de son épouse et sa belle-sœur confirmait ainsi
     l’étrange malédiction pesant sur la dynastie Kennedy. Après avoir goûté à la gloire, le clan
     connaissait à nouveau l’amertume du deuil.
    Lire la suite de l'article sur le site de William Reymond

  • Rama l'a échappé belle!

    Adolphe Muzito premier ministre du Congo.jpg
    Adolphe Muzito, Premier ministre du Congo
    Rama Yade, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et aux Droits de l’Homme, était en République démocratique du Congo (RDC) en juin. La secrétaire d’Etat chargée des Droits de l’homme décrit une situation catastrophique, notamment pour les femmes.

    Toutes les ONG présentes dans la région parlent de « catastrophe humanitaire ».

    Quelle est l’urgence ?

    Rama Yade. L’urgence, c’est que le cessez-le-feu du 29 octobre décrété par la rébellion de Laurent Nkunda soit respecté. Il faut apaiser les tensions pour revenir à un processus politique. La situation humanitaire, que certains semblent aujourd’hui découvrir, est dramatique.
    J’étais en juin dans le Nord-Kivu et le Sud-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo, et ce que j’ai vu là-bas, moi qui ai déjà effectué environ 70 déplacements, je ne l’ai jamais vu ailleurs. Je suis réellement revenue de l’enfer ! C’est une tragédie oubliée.

    « Le viol est devenu une arme de guerre »

    Et vous êtes rentrée traumatisée…


    Le mot n’est pas trop fort! En RDC, où l’on compte entre 50 000 et 100 000 femmes violées depuis 2003, j’ai entendu les récits insoutenables de femmes enlevées, transformées en esclaves sexuelles par des bandes armées avant d’être abandonnées à leurs communautés qui, bien évidemment, n’en veulent plus à cause du sida ou de terribles séquelles physiques comme les fistules. A travers ces femmes, ce sont des communautés entières qui sont ainsi détruites. Sous l’effet d’une totale impunité des auteurs, le viol est devenu une arme de guerre au Congo. Et ce phénomène a pris dans ce pays une ampleur effroyable. A l’hôpital de Panzi, j’ai ainsi rencontré un homme remarquable, le Dr Mukwege qui, seul avec quatre aides-soignantes, opère ces femmes brisées à l’aide de moyens dérisoires.

    Assiste-t-on à un nouveau conflit ethnique entre Hutus et Tutsis ?

    Il ne s’agit pas à l’origine d’un conflit "expressément" ethnique. La population congolaise est bien plus diverse que cela. Même si certains rebelles utilisent de temps en temps l’argument ethnique pour justifier leur action. Ce qui est certain, c’est que, depuis la reprise des combats début septembre, on compte plus de 200 000 personnes déplacées qui s’ajoutent aux 800 000 qui croupissent depuis des années dans les camps de réfugiés, à la suite des différents conflits de la région. Sans parler du recrutement d’enfants soldats qui a repris. Il semble que la rébellion de Laurent Nkunda, implantée dans le Nord-Kivu, cherche à asseoir son contrôle sur une région très riche en coltan, un minerai très recherché pour la fabrication de téléphone portables.

    La Monuc (Mission des Nations unies au Congo) a-t-elle assez de moyens ?


    Je pense qu’il est plus que temps de renforcer ses moyens d’action. On ne peut plus se contenter de dire que la Monuc, avec ses 17 000 casques bleus, est la plus grande force des Nations unies au monde alors que, sur le terrain, les viols de femmes se poursuivent et les réfugiés se multiplient. Les militaires de la Monuc sont certainement ceux qui en ont le plus conscience car ils sont présents sur le terrain. Le mandat de la Monuc, qui vient d’être renouvelé, spécifie pourtant noir sur blanc qu’elle a mission de protéger les civils.

    L’envoi d’une force européenne, c’est en dernier recours ?

    Même si l’Union européenne a décidé que ce n’est pas d’actualité, je pense qu’il est indispensable d’étudier des moyens d’action le plus vite possible. L’Histoire nous regarde.

     

    Le Parisien -04.11.08