Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2008

Les pédophiles toujours en chasse!

Il s'en est fallu de peu. Dimanche dernier à Toulouse, une fillette de sept ans a échappé à une tentative d'enlèvement, dont l'auteur présumé, interpellé peu de temps après, est aujourd'hui en garde à vue.

Les faits se déroulent rue Boulbonne, à deux pas de la place du Capitole, en plein cœur de la Ville rose. Aux environs de 13 heures, un individu, caché sous un porche d'immeuble, ceinture une petite fille qui s'était éloignée de sa mère.

Alors que l'homme tente de l'entraîner avec lui, l'enfant parvient à se débattre et à hurler. Alertée par les cris, la mère accoure sur les lieux et contraint le kidnappeur à relâcher la fillette puis à s'enfuir. Peu de temps après, les policiers se lancent dans une chasse à l'homme discrète, et arrêtent le principal suspect "rapidement après les faits", selon le procureur de la République, Michel Valet.

Des gants et des préservatifs

Des gants et des préservatifs ont été retrouvés dans les poches de l'homme interpellé. Âgé de 48 ans, il a été immédiatement placé en garde à vue dans les locaux du commissariat central, où il se trouve toujours ce matin.

"Sa garde à vue a été prolongée et on se dirige vers l'ouverture d'une information judiciaire", a indiqué le procureur, précisant que l'homme serait présenté au juge d'instruction cet après-midi.

(LCI.fr 20 mai 2008)

Une insécurité qui va grandissante partout en France. Les pervers et les voyous ne semblent plus avoir aucune crainte! Ils agissent en plein jour, dans des rues fréquentées. Ainsi, une fillette de 7 ans ne peut plus s'éloigner de quelques pas de sa mère sans risquer de se faire enlever par un pervers... Nous ne vivons plus dans un pays normal.  

 

Chasse à l"homme en Afrique du Sud

1857403999.jpg
Un policier blanc porte secours à une "torche vivante" - Johannesburg 18 mai 2008

Dès que la nuit tombe, armés de lances, de bâtons, de couteaux, parfois même d'armes à feu, des groupes se dispersent dans les bidonvilles de Johannesburg. Ils frappent aux portes, demandent l'identité de l'occupant. Il suffit d'un accent prononcé, d'une mauvaise maîtrise des langues locales pour que l'étranger ne puisse plus se cacher. Les portes alors sont défoncées, les occupants battus, parfois tués, des femmes violées.


Le scénario de cette chasse à l'homme est le même depuis une semaine dans plusieurs quartiers dans et autour de Johannesburg. Il a déjà fait près d'une vingtaine de morts, dont douze pour ce seul week-end, et plus de 3 000 sans-abri, réfugiés dans des commissariats, des centres communautaires ou des églises.

Les premiers incidents sérieux ont eu lieu à Alexandra, cité de misère au pied des buildings du quartier des affaires de Johannesburg. Des cabanes de fortune, faites d'amas de tôles, de caisses de bois, de plastique, s'étalent en pente douce, à perte de vue.

La cible : les étrangers, accusés de quasiment tous les maux du township. Ils seraient responsables du chômage, prendraient le travail des autochtones, seraient des gangsters, s'approprieraient indûment les logements sociaux construits par l'Etat : une litanie de reproches lancée par une population qui n'en peut plus de vivre dans la misère.

Deux personnes ont été tuées à Alexandra. Des centaines d'étrangers se sont réfugiés dans la cour du commissariat. La Croix-Rouge et Médecins sans frontières leur sont venus en aide.

RAFLER PUIS RECONDUIRE MASSIVEMENT

En début de semaine, Diepsloot, un autre township situé au nord de Johannesburg, s'est enflammé à son tour. Trois autres ont suivi et, samedi, le centre-ville s'est embrasé à son tour avec son lot de blessés, de maisons et de boutiques incendiées.

La police est intervenue partout. Mais les balles en caoutchouc, les gaz lacrymogènes ont bien du mal à disperser les foules en colère, qui se reforment rapidement en petits groupes pour poursuivre la chasse aux étrangers.

La plupart des victimes sont des immigrés clandestins venus du Zimbabwe, du Malawi ou du Mozambique. Ils seraient entre 3 millions et  5 millions dans le pays. Récemment, des centaines de milliers de Zimbabwéens sont arrivés en Afrique du Sud, fuyant la crise économique et politique sans précédent que traverse leur pays.

Le président sud-africain, Thabo Mbeki, refusant de reconnaître la gravité de la situation au Zimbabwe, n'a jamais traité avec attention le problème des migrants. La seule politique du gouvernement consiste à rafler puis à reconduire massivement les Zimbabwéens à la frontière.

Il est quasiment impossible pour un Zimbabwéen d'obtenir un statut de réfugié. Sans papiers, ils vivent dans la peur de la police et acceptent souvent des salaires inférieurs aux minima légaux.

Jacob Zuma, président de l'ANC, Nelson Mandela, son ex-épouse Winnie, qui s'est rendue à Alexandra, quasiment toute la classe politique a condamné ces attaques xénophobes. Alors que l'opposition demande le déploiement de l'armée et craint que la situation n'échappe à tout contrôle, on cherche "qui est derrière tout ça". La réponse tient en un mot: la pauvreté.

(Le Monde -19 mai 2008)

Une pauvreté effroyable malgré  la fin de l'Apartheid...  L'Afrique du Sud est en train de mourir tandis que des fortunes inavouables sont en train de s'édifier dans les luxueux "ghettos" des nouveaux riches.

Sarkönnard

A l'Elysée, on se met à la po-si-ti-ve attitude. Agacé par la presse et les experts qui peignent « tout en noir », Nicolas Sarközy a décidé de faire de la communication positive pour capitaliser sur les rares bonnes nouvelles. Une manière de faire oublier ce qui ne marche pas, de la consommation qui connaît des ratés inquiétants au pouvoir d'achat toujours en berne.

Le président a ainsi demandé à l'UMP et à quelques ministres de confiance de mettre le paquet sur le thème : « Ce n'est pas foutu. »

Exemple : l'éclaircie sur la croissance (2,2 %), abondamment relayée par le gouvernement, Sarkozy saluant même un chiffre « énorme ». Il n'y a pas de quoi jubiler, rétorquent pourtant les économistes. Quant à la grève bien suivie de jeudi dans l'Education nationale, elle a été en partie éclipsée par l'annonce du président sur le service minimum à l'école, populaire dans son électorat. La délicate réforme des institutions ? « Je ne suis pas inquiet », jure encore Sarkozy, sur un petit nuage. Même les manifestations sont accueillies avec le sourire : interpellé en Seine-et-Marne vendredi par des syndicalistes CGT, il s'est mis à plaisanter avec eux, leur promettant... de leur « présenter Carla ».

Les « couillons » du Palais

A l'Elysée, on juge ces « séquences » plutôt « réussies ». Et on s'attend à du mieux du côté des sondages, alors que plusieurs enquêtes parues ou à venir montrent un léger frémissement à la hausse de la côte de popularité calamiteuse du président. « C'est surtout l'absence d'alternative à gauche et la poursuite de l'action de réforme qui lui donnent de l'air et le font mécaniquement remonter », tempère Stéphane Rozès, de CSA.

Autre exemple de cette positive attitude : Claude Goasguen. Reçu vendredi par Sarközy, le député de Paris se serait fait taper sur les doigts après avoir traité ses conseillers de « connards », raconte l'entourage du président. « On n'a pas du tout parlé de ça. A l'Elysée, ils chauffent terriblement de la tête ! Je n'ai pas de bretelles, je porte plutôt un ceinturon », s'amuse le député UMP de Paris, taclant au passage les « couillons » du Palais. Et Goasguen d'enfoncer le clou : « Sarközy m'a simplement dit :
Le mot connard est un mot que tu affectionnes, et moi aussi. »

(Le Parisien 19 mai 2008)

Le génocide programmé des intellectuels irakiens

Le Secrétaire Général de l'Union des Conseils Spéciaux de la Recherche Scientifique et Président de l'Académie des Sciences, le Docteur Noureddine R'Bîi, éminent spécialiste irakien de technologie nucléaire, a déclaré que l'invasion anglo - américaine avait pour
objectif de détruire l'avenir de l'Irak et ce, par l'élimination de ses savants et la destruction des produits de ses centres de recherche qui ont coûté au pays plus de 10 Milliards de $ US.

Un rapport de Shabakat Akhbar Al Irak :

« Que faire de l'Irak sauf à détruire ses cerveaux? » : Madeleine Albright !

Ainsi, plus de 80% des éliminations d'intellectuels et d'hommes de sciences ont touché des universitaires, la moitié des victimes portait le titre de professeur ou de professeur adjoint et plus de la moitié d'entre eux exerçait à l'Université de Bagdad, suivie de celles de Bassora, Mossoul et Al Moustansiria.

D'autre part plus de 62% des savants assassinés avaient un diplôme de doctorat et le tiers d'entre eux étaient spécialistes de sciences et de médecine. Et le Docteur R'bîi d'ajouter : « le développement technologique de l'Irak a été un des motifs de l'invasion illégale de l'Irak et ce, en application de l'idée de Madeleine Albright qui avait déclaré (sic) Que pouvons-nous faire de l'Irak sauf détruire ses cerveaux, ce que les bombes atomiques ne sauraient faire ? La destruction des cerveaux irakiens vaut mieux que son bombardement »

 C'est pour cela que la première action des envahisseurs anglo-américains a été de détruire les organismes de recherche scientifique, les universités et les instituts, l'incendie des bibliothèques et des musées et le pillage systématique de leurs trésors. La meilleure preuve de ce que nous avançons est que l'Irak a perdu 5.500 savants depuis son invasion en mars 2003, tués ou contraints d'émigrer en Asie du sud et en Europe de l'Est. Nous avons très bien compris la leçon !

Après l'enlèvement du Docteur Ali Mouhawech, doyen de la faculté d'Ingéniorat à l'Université Al Moustansirya et la découverte de son corps, les scientifiques irakiens se sont rendus compte qu'ils vivaient une situation inédite depuis l'invasion mongole en 1228. Des universitaires avaient reçu des lettres contenant des balles et d'autres des menaces de mort. Ce début avait poussé des universitaires à demander des congés de longue durée pour des recherches à l'étranger.

La menace « de ramener l'Irak au moyen âge », proférée par James Baker au visage des responsables irakiens en 1991, pour les contraindre à coopérer avec son pays, s'est réalisée. Cette menace signifiait simplement que « si vous n'acceptez pas nos conditions, votre pays sera entièrement détruit et ses structures de résistance démantelées, tout comme l'avait fait Hulagu lorsque ses armées avaient fait des eaux du Tigre un mélange de sang, d'encre et de papier !!! Les anglo-américains connaissaient dans les moindres détails la teneur du projet scientifique et technologique irakien du président Saddam Hussein, qui consistait à doter l'Irak d'un système scientifique et technologique cohérent, capable de garantir l'indépendance nationale et d'en faire un pays avec lequel il faudrait compter.

C'est pour cette raison, que juste un jour après l'occupation de l'Irak le 9 avril 2003, les forces d'occupation avaient arrêté le Docteur Ameur Assâadi, conseiller scientifique du président Saddam Hussein, toujours en prison, puis, par la suite, les Docteurs Houda Ammache et Rihab Taha, relâchées plus tard suite à la détérioration de leur état de santé et en l'absence de preuves de leur culpabilité. Quelques jours plus tard, ce fut le Docteur Erraoui, doyen de la faculté de médecine de Bagdad et des médecins irakiens, qui a été assassiné. Puis ce fut une longue série d'assassinats en plein jour, ayant coûté la vie à plus de 1.500 scientifiques irakiens, parmi lesquels, les docteurs Mohamed Hussein , professeur de thermodynamique et de technologie de l'aviation, Mouhannad Dlimi, et Ghaleb Al Haithi, professeurs à l'université de technologie de Bagdad. Tout cela s'est accompagné évidemment de destructions d'usines, de laboratoires et de centres de recherche scientifique.

Israël n'est pas demeuré inactif puisqu'il s'est investi dans cette sale opération et ses services spéciaux ont constitué « une armée secrète : l'armée républicaine secrète » forte de 150 hommes, disposant d'une liste de 800 scientifiques irakiens à ramener en Israël ou, à défaut, à liquider physiquement. C'est ainsi que depuis l'occupation de l'Irak, Israël a reçu plus de 150 professeurs et 4.000 étudiants irakiens, en plus des bourses du sinistre Kanâan Mekkia, du doctorat Honoris Causa de l'université de Tel Aviv et du magistère attribués respectivement à Tahar Labib et Mahmoud Abou Salah.

Le Président de l'Académie de la Recherche Scientifique ajoute : « l'élimination physique des scientifiques irakiens est une partie intégrante de la stratégie « du désordre organisé » suivie par les occupants depuis l'invasion du pays afin de faire plier les irakiens et de les soumettre. C'est un désordre d'une « minutieuse organisation » imaginé par les occupants, qui représente les intrépides envahisseurs sous l'aspect de simplistes, dépassés par les événements et incapables d'arrêter les violations des édifices de l'Etat et des organismes officiels tels que les banques, les universités, les usines, les centres de recherche, les musées, les bibliothèques et tous ses trésors historiques. Un désordre total et continu, comparable aux graphiques sur ordinateurs qui s'auto- reproduisent à l'infini.

C'est ainsi que nous assistons au détournement des immenses ressources financières des irakiens, à une corruption jamais égalée auparavant, aux pots-de-vin aux montants faramineux dans des projets fictifs ou illusoires tels que les élections et le pouvoir fédéral. Un désordre d'une précision comparable aux phénomènes physiques et dont l'objectif est de semer la discorde, de détruire l'unité nationale et les structures de l'Etat, alors que le projet d'édification de la plus grande ambassade américaine, et de 14 bases militaires sur toute l'étendue de l'Irak, continue de plus belle.

Dans son interview donnée au journal égyptien Al Badil, le professeur R'Bîi ajoute : « les conclusions de la première étude statistique sur le massacre des scientifiques et ingénieurs irakiens, présentée le mois dernier au congrès tenu à cet effet à Madrid, révèlent que le docteur Mouhawech a été le 4ème doyen de l'université Al Moustansirya à être tué. D'autres ont connu ce sort avant lui, tels que les doyens des facultés de médecine, d'éducation, de droit ainsi que les adjoints aux doyens des facultés de Sciences, d'administration et de sciences économiques et des chefs de départements d'arabe, d'allemand, d'éducation et des études du monde arabe et de droit. Ces éminentes personnalités appartiennent à toutes les religions et les confessions.

(Source: Voxnr)

Kouchner a repris des contacts avec le Hamas de Gaza

458707773.jpg
Ismaïl Haniyeh, chef du gouvernement du Hamas à Gaza - 18 juin 2008
AFP. 19.05.08.

Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner a admis lundi que la France avait repris des "contacts" avec le mouvement radical palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza.

"Ce serait difficile de l'infirmer", a déclaré M. Kouchner sur la radio Europe 1, interrogé sur cette information révélée par le quotidien Le Figaro.

Le mouvement islamiste palestinien Hamas au pouvoir à Gaza a confirmé lundi avoir eu des contacts avec "plusieurs parties européennes" dont la France, tandis qu'Israël a affirmé avoir reçu "des assurances" de Paris à ce sujet. "Nous confirmons l'existence de contacts entre le mouvement et plusieurs parties européennes, y compris avec des responsables français, comme l'a indiqué le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner", a affirmé à l'AFP le porte-parole du Hamas Sami Abou Zouhri.

"Ces contacts montrent que l'Europe réalise de plus en plus que sa politique consistant à isoler et boycotter le Hamas était erronée", a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie française a toutefois "minimisé"

1871363510.jpg

 la portée de ces contacts, alors qu'Européens et Américains se sont engagés à ne pas entretenir de relations avec le Hamas tant que ce mouvement ne reconnaîtrait pas l'Etat d'Israël, n'accepterait pas l'acquis des discussions de paix et ne renoncerait pas à la violence. "Ce ne sont pas des relations, ce sont des 'contacts", a-t-il souligné. "Nous ne sommes pas les seuls à en entretenir" et "nous ne sommes chargés d'aucune négociation", a-t-il ajouté. "Il faut que nous puissions parler si nous voulons jouer un rôle, si nous voulons que nos émissaires puissent passer à Gaza", a ajouté le chef de la diplomatie française.

Selon Le Figaro, un diplomate français de haut rang à la retraite, Yves Aubin de La Messuzière, qui fut notamment ambassadeur en Irak, s'est rendu il y environ un mois à Gaza pour y rencontrer le chef du gouvernement Ismaïl Haniyeh et un des principaux chefs du mouvement islamiste, Mahmoud Zahar.

Tout en insistant sur le fait que sa visite n'avait pas de caractère "officiel", le diplomate a assuré au Figaro que les dirigeants du Hamas lui avaient dit être "prêts à accepter un Etat palestinien dans les frontières de 1967, ce qui équivaut à une reconnaissance indirecte d'Israël".

En outre, selon lui, ses interlocuteurs "se sont dits prêts à arrêter les attentats kamikazes" et "reconnaissent la légitimité de Mahmoud Abbas", le président de l'Autorité palestinienne.

La France a interrompu ses relations officielles avec le Hamas en juin 2007, après sa prise du pouvoir à Gaza.

En mars, M. Kouchner avait laissé entrevoir un infléchissement de la position de Paris en déclarant "qu'à un moment donné il faut parler" au Hamas.

"Ce n'est pas aux Français de parler au Hamas, même si en effet nous pouvons entretenir des contacts. C'est aux Palestiniens d'abord, et aux Israéliens ensuite", avait-il ajouté.

En avril, lors d'une interview télévisée, le président Nicolas Sarközy avait expliqué que, "en tant que chef de l'Etat", il n'avait "pas le droit de parler à une organisation qui a annoncé qu'elle voulait rayer Israël de la carte". Pour autant, il avait dit "admettre bien volontiers que le Hamas représente une partie de la population" palestinienne.

 

19/05/2008

Les enfants disparus en Isère: l'enquête est relancée

De 1983 à 1996, un ou plusieurs criminels se sont acharnés sur dix enfants. Certains ont été tués, d'autres n'ont jamais été retrouvés. Un seul a survécu à son calvaire.

 La procureure de Grenoble vient de rouvrir les dossiers.

En quatorze ans, dans le département de l'Isère, dix enfants ont disparu ou ont été tués. Un seul laissé pour mort, le crâne fracassé, dans une décharge, a survécu. Cette situation a nourri bien des fantasmes.

Pendant des années, l'avocat Didier Seban, représentant cinq familles de victimes, assure « avoir harcelé les autorités judiciaires » sur des « dossiers anciens où l'urgence commande ». Au mois de mars, le parquet général de Grenoble a autorisé, fait rarissime, le regroupement de dix affaires criminelles dont l'une a été jugée et toutes confiées à la gendarmerie.

Les militaires ont mis en place une cellule spéciale dite Mineurs 38 où douze enquêteurs spécialisés sont déjà affectés.

« C'est une course contre la montre qu'il faut engager »

Sur son bureau, le dossier n'est jamais bien loin. Le lieutenant-colonel Dominique Ragot, patron de la section de recherches, a désormais les coudées franches. « Nous allons reprendre chaque dossier pièce par pièce et jeter un oeil neuf sur ces enquêtes. Il s'agit de voir si un élément n'a pas échappé à l'époque », explique l'officier. « Les techniques d'enquête ont aussi évolué. Notre rôle premier sera d'analyser les investigations entreprises puis de faire l'inventaire dossier par dossier. Mais surtout nous n'avons pas le droit de ne rien tenter », poursuit le gendarme. Aujourd'hui, on n'interroge plus les enfants victimes de la même façon. Les psychologues assistent des enquêteurs mieux formés à l'interprétation de leurs témoignages. La méthode initiée pour ce travail a aussi son importance afin de ne rien négliger.

Sept enquêteurs sont chargés d'éplucher chaque cas sur le terrain et seront en liaison avec cinq analystes criminels. Chacun confrontera ses résultats sous la responsabilité d'un superviseur pour éventuellement établir un lien. « On a un devoir de résultats en matière technique », prévient Dominique Ragot mais « pour rapprocher deux affaires ou plus, il faut des preuves formelles ». Et au sommet de cette chaîne hiérarchique, la procureure générale de Grenoble, Martine Valdès-Boulouque.

« Le temps presse. C'est une course contre la montre qu'il faut engager », insiste l'avocat Didier Seban satisfait de voir que « les moyens ont été mobilisés ».

Il se demande si tous « les rapprochements nécessaire ont bien été entrepris » notamment lors de la mise en cause de Karim Katefi, l'assassin du petit Rachid Bouzian, condamné à perpétuité en décembre 1993 car « cela n'apparaît pas » dit-il dans les dossiers.

Les gendarmes, eux, ont déjà ouvert une adresse Internet pour recueillir des éléments sur ces enquêtes*. Et chaque information sera évaluée et traitée ou répercutée sur un autre service. Un numéro vert devrait être ouvert prochainement.

* Pour fournir tous renseignements utiles : mineurs38@orange.fr

Les mystères de Mars

1593735322.jpg
Image très nette de Mars prise par VIKING en 76


     Si nous n'allons pas du tout épiloguer ici, sur le visage qui apparaît à droite de l'image et qui a fait l'objet de discussions sans fin, pour être finalement classé par les astronomes orthodoxes, comme un caprice de la nature ayant façonné par hasard une montagne en forme de tête humaine, il faudrait, à notre avis, vraiment avoir un esprit retors pour faire semblant de ne pas voir le caractère artificiel de cette "forteresse", dont on aperçoit (vers la gauche de la photo) les murs intérieurs formant deux angles droits parfaits et il est peut-être utile, pour bien montrer le gigantisme de cette construction , de rappeler que l'épaisseur d'un simple mur de cette "forteresse" dépasse les 300 mètres et donc cela est plus large que la longueur ajoutée de 3 terrains de football et de plus on pourrait évaluer grosso modo, sa hauteur (vue l'ombre portée sur le sol) à au moins 700 m
     Nous savons maintenant que les sondes expédiées après les Vikings de 76 vers Mars, et qui devaient photographier le site de Cydonia avec une bien meilleure résolution, ont eu toutes bizarrement des problèmes, quand elles ne furent pas perdues totalement.
Pour les amateurs de mystères et de faits inexpliqués ou occultés, il y a a bien d'autres sur ce site passionnant:

     

18:21 Publié dans Blog | Tags : mars, photos de viking | Lien permanent | Commentaires (9)

Bush: "Vous êtes 307 millions!"

BUSH A FOND DERRIERE ISRAËL  (17/05/2008)

L'alliance entre les deux pays est "inaltérable"

JÉRUSALEM La visite de George W. Bush en Israël à l'occasion du 60ème anniversaire de la création de l'État hébreu a été sans surprise l'occasion pour l'hôte de la Maison-Blanche de réaffirmer le soutien des États-Unis à son allié.

"L'alliance entre nos gouvernements est inaltérable", a ainsi déclaré jeudi le président Bush, qui aura toutefois attendu plus de sept ans pour prononcer son premier discours devant le Parlement israélien à Jérusalem.

Mais à l'instar de son prédécesseur Bill Clinton qui espérait mettre à profit les derniers mois de sa présidence pour décrocher un règlement de paix entre Israéliens et Palestiniens, George W. Bush caresse aussi l'espoir de faire enfin avancer les choses d'ici à la fin de son mandat en janvier 2009.

Signe, sans doute, de la difficulté qui attend l'administration américaine, le président Bush n'a pas abordé dans son discours son espoir de parvenir à un accord de paix israélo-palestinien avant la fin de son mandat. Un objectif qui en laisse d'ailleurs plus d'un sceptique.

Mettant en parallèle l'époque nazie et le "grand combat idéologique" en cours au Proche-Orient, pour refuser de transiger avec les extrémistes, George Bush a rejeté les appels à prendre ses distances avec Israël pour aider à résoudre les problèmes de la région. Au contraire. "La population d'Israël n'est peut-être que d'un peu plus de sept millions d'habitants mais quand vous avez affaire au terrorisme et au mal, vous êtes 307 millions, car les États-Unis d'Amérique sont à vos côtés. Nous ne baisserons jamais la garde ni ne perdrons notre détermination."

Si les Israéliens étaient aux anges après un tel soutien, les Palestiniens n'ont pas, par contre, caché leur désarroi. Il est vrai que George W. Bush n'a que vaguement abordé la question de la création d'un État palestinien, l'évoquant tout au plus dans un avenir aussi lointain que 2068, année du... 120e anniversaire d'Israël.

"La sécurité d'Israël est tributaire de notre indépendance et de notre sécurité. La poursuite de l'Occupation n'apportera la sécurité à personne", a pour sa part souligné le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à l'occasion là du 60ème anniversaire de la "catastrophe", puisque la création de l'État d'Israël fut pour les Palestiniens le point de départ de l'exode forcé de plusieurs centaines de milliers d'entre eux hors des frontières de l'État hébreu. Des réfugiés palestiniens aujourd'hui estimés à plus de 4 millions à qui l'État hébreu refuse d'accorder le droit au retour. "Cette exigence du droit au retour est l'ultime obstacle à un accord" de paix, a rappelé vendredi le gouvernement israélien.

 


P. D.-D.

© La Dernière Heure 2008

18:03 Publié dans Blog | Tags : bush en israël | Lien permanent | Commentaires (2)

Les Pyramides en pierre agglomérée

1719739524.jpg
Les grandes pyramides ont été bâties en pierre ré-agglomérée, c'est-à-dire en pierre calcaire naturelle fabriquée comme un béton. Telle est la thèse inédite qu'avance le professeur Joseph Davidovits, docteur ès sciences, membre de l'Association Internationale des Egyptologues. Après 27 ans de recherches, il fait dans ce livre la démonstration complète de son hypothèse et en apporte les preuves éclatantes.
Nombreuses photos et illustrations.
Interview de Joseph Davidovits:

Johannesburg: 22 morts, atrocités

84265717.jpg
Des policiers accourent vers un homme immolé par le feu

AFP 19.05.08. Armés de machettes et d'armes à feu, des foules s'en sont pris aux étrangers des pays voisins comme le Zimbabwe et le Mozambique. Bilan: 22 morts. Dimanche, un immigrant est mort brûlé: ses assaillants l'ont ficelé dans sa propre couverture à laquelle ils ont mis le feu. L'image de cette torche humaine fait la "une" de plusieurs journaux sud-africains lundi.

Le président sud-africain Thabo Mbeki et Jacob Zuma, chef du parti au pouvoir (Congrès national africain - ANC), ont vivement condamné ces attaques.

 

VIDEO Naissance de l'Empire russe

http://www.dailymotion.com/video/x5gwhd_naissance-de-lemp...

Art préhistorique

1515136196.jpg
Lascaux. Les cornes de ce taureau noir au mufle frémissant de vie sont vues de face selon la loi de la « perspective tordue », alors que la tête de l'animal est figurée de profil.
Les grottes de Lascaux en Dordogne ont été découvertes en 1940. Grâce à la datation au carbone 14, on sait que ces peintures ont entre 14.000 et 11.000 ans d'âge (ère paléolithique).
(Merci au Blog minotaure)

01:59 Publié dans Blog | Tags : lascaux, dordogne | Lien permanent | Commentaires (1)

Afrique du Sud: attaques racistes, 12 morts

Dans l'ex-pays de l'Apartheid, ce drame pèse encore plus lourd par ses relents de barbarie. Au moins douze personnes ont été tuées depuis trois jours dans une vague de violences racistes contre des étrangers à Johannesburg.

Des troubles ont éclaté dimanche dernier et se sont intensifiés depuis hier. Depuis le 11 mai, des étrangers, en majorité des Zimbabwéens, ont été pris pour cibles par des foules armées de machettes et d'armes à feu dans certains des quartiers les plus pauvres de Johannesburg, malgré les appels au calme et une condamnation générale des attaques par les politiques.



«Il y a eu des centaines d'arrestations», a tenté de rassurer un responsable régional de la police, en ajoutant que les troubles de dimanche s'étaient concentrés dans le centre-ville et dans ses quartiers est.

La police a «fait usage de balles en caoutchouc» pour disperser des groupes qui voulaient s'en prendre aux étrangers, mais «pour le moment, le calme est revenu», a-t-il précisé.

(Le Parisien 18 mai 2008)

En quelle langue est cette phrase?

Tout péyi Lagol anbajouk sé Romen-an

Et que signifie-t-elle?

 

 

00:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

18/05/2008

L'archéologie censurée

1973044077.jpg
292551122.jpg

Nexus N° 21 de Juillet/Août 2002

par Will Hart © 2002

L 'establishment scientifique tend à rejeter, à supprimer ou à ignorer les informations qui remettent en question les théories reçues, tout en discréditant ou en persécutant le messager.

"La Police des idées" et le "Grand Mensonge"


   Chaque fois que vous criez à la conspiration, particulièrement dans le domaine de la science, vous vous aventurez en terrain glissant. Hormis si l'on soupçonne la Mafia ou des intégristes musulmans, nous avons tendance à nous montrer sceptiques lorsqu'on parle de conspirations... Mais ici les preuves abondent et la sinistre ironie, c'est qu'elles sont, pour la plupart, apparentes pour tout le monde.
   Le côté favorable, c'est que les acteurs sont bien identifiables. Dés que vous avez appris à les repérer, leur plan de jeu, et même leurs tactiques au coup par coup, deviennent transparents.
   Cependant il n'est pas si facile de traverser le rideau de fumée de la propagande et de la désinformation pour comprendre leurs motivations sous-jacentes et leur but. 
   Le côté défavorable, c'est que la conspiration est globale et qu'elle implique de nombreux groupes ayant de gros intérêts et des droits acquis. Un examen superficiel révèle les suspects habituels : des scientifiques ayant une théorie à exploiter, une carrière à promouvoir et un statu quo à maintenir. Leur modus operandi est "le Grand Mensonge" et, plus il est grand et largement publié, au mieux cela vaut. Ils s'appuient sur leurs références académiques pour soutenir leurs démonstrations et la notion prévaut que nul n'a le droit de mettre en question leurs arguments d'autorité selon lesquels:
l°) Il n'y a aucun doute quant à l'identité des constructeurs de la Grande Pyramide et le Sphinx ne montre pas la moindre trace d'érosion par l'eau.
2°) Il n'y avait pas d'être humains sur les continents américains antérieurement à 20 000 ans av. J.C.
3°) La première civilisation ne remonte pas plus loin que 6.000 ans av. J.C.
4°) Il n'existe aucune donnée anormale, inexpliquée ou énigmatique dont il faille tenir compte.
5°) I1 n'y a pas de civilisations disparues ou non répertoriées.
   Et que ceux qui prétendent prouver le contraire aillent au diable.

Tactique des attaques personnelles :Controverse sur l'âge du Sphinx et de la Grande Pyramide.

   Aux Etats-Unis en 1993, la chaîne NBC diffusa un reportage sur Les Mystères du Sphinx, où furent montrées des preuves géologiques indiquant que le Sphinx avait au moins deux fois l'âge (9.000 ans) que lui donne les égyptologues . L'affaire est devenue la célèbre "controverse de l'érosion par l'eau" . Un examen des manœuvres politiciennes que déployèrent les égyptologues pour combattre ce qui sape leurs remparts est instructif. L'égyptologue autodidacte John Anthony West attira l'attention du géologue le Dr. Robert Schoch sur la question de l'érosion par l'eau. Ils allèrent en Egypte et lancèrent une investigation intensive sur place. Après avoir lui-même soigneusement examiné le Sphinx, le géologue se rallia à la conclusion initiale de West et ils annoncèrent leur découverte.
   Le Dr. Zahi Hawass, directeur des monuments de Gizeh, ouvrit sans tarder contre les deux chercheurs un tir de barrage de critique publique. Il fut rejoint par l'égyptologue le Dr. Mark Lehner, considéré comme le premier expert mondial sur le Sphinx. Il qualifia West et Schoch " d'ignorants et sans discernement" . Curieuse accusation qui fit passer toute l'affaire du terrain professionnel au plan personnel. Les faits et conclusions étaient passés sous silence et le débat devint "non scientifique".
 

   Il faut observer la tactique classique qui consiste à discréditer quiconque ose mettre en question les théories acquises. Distraire l'attention du problème de fond en "personnalisant" le débat est une stratégie efficace, fréquemment utilisée par des politiciens qui ne se sentent pas sûrs de leurs arguments. Hawass et Lehner invoquèrent leur statut intouchable et leur autorité présumée. (On aurait pu penser que les assertions d'un géologue auraient eu plus de poids dans le cas présent).
   Peu de temps plus tard, Schoch, Hawass et Lehner furent invités à un débat à l'American Association for the Advancement of Science. West ne put y assister, faute de bénéficier des références nécessaires.
   Ceci illustre la présomption douteuse qui fait partie de l'arsenal de l'establishment : la pratique de la science n'est valablement accessible qu'aux scientifiques diplômés. Les chercheurs indépendants, sans références, sont maintenus à l'écart par deux filtres :
1°) l'accréditation et
2°)
l'évaluation collégiale.
   Vous n'accédez pas au deuxième point, si vous n'avez pas le premier.
      Quoi qu'il en soit, West fut exclu. Depuis lors, les éléments du débat ont connu des fluctuations sans issue. Même controverse sur la question de savoir qui a construit les pyramides de Giseh et comment.
   Ceci soulève le cas du Grand Mensonge et de sa promotion à travers les générations, devant Dieu et devant tout le monde: la controverse sur la construction de la grande pyramide est un exemple. Elle pourrait être facilement résolue si seulement les égyptologues en avaient la volonté. La vieille théorie tant discutée, selon laquelle la construction fut réalisée avec les moyens primitifs de l'époque - environ 2.500 ans av. J.C. -, pourrait être démontrée vraie ou fausse moyennant une expérience assez simple conçue et organisée par des ingénieurs impartiaux.
   Pourquoi ne l'a-t-on pas fait ? La réponse est tellement évidente qu'elle semble impossible : ils savent que la théorie est fausse.
   Est-il vraisemblable qu'un scientifique hautement qualifié puisse croire que 2 300 000 tonnes de pierres, dont certaines pèsent 70 tonnes pièce, puissent avoir été déplacées et élevées par des méthodes primitives ? Cela paraît improbable et pourtant ils mentent sans vergogne publiquement, ils écrivent des manuels scolaires et défendent cette théorie, excluant toute alternative. Et en même temps, nous constatons qu'ils refusent de la soumettre à une épreuve fondamentale.
   Nous pensons qu'il incombe à n'importe quel scientifique d'affronter la mise à l'épreuve de sa thèse; cependant les titulaires de sciences sociales qui défendent ce point de vue ne s'y soumettent pas eux-mêmes. C'est pourquoi nous soupçonnons une conspiration. Aucune autre discipline scientifique ne contournerait les règles de la science avec cette impunité. Les égyptologues n'ont rien fait d'autre que de réfuter, par des méthodes sournoises, les théories alternatives. Il est temps de les contraindre à se justifier.
   Pourquoi les scientifiques cachent-ils la vérité et éludent-ils la vérification de leur hypothèse ? Leurs motivations sont transparentes.
Si l'on peut prouver que ce ne sont pas les Egyptiens qui ont construit la grande pyramide 2.500 ans av. J.C. avec des méthodes primitives, ou que la date du Sphinx peut être reculée à 9.000 ans av. J.C., alors tout un château de cartes s'écroule.
La thèse officielle de l'évolution culturelle est fondée sur une chronologie de civilisation dont l'origine ne remonte pas au-delà de Sumer, 4.000 ans av. J.C. La théorie ne permet pas d'envisager qu'une civilisation avancée ait pu exister avant cette époque. Fin de la discussion. Faute d'une date fixe comme point de référence, l'archéologie et l'histoire perdent leur sens.
   L'enjeu s'aggrave encore du fait que l'évolution culturelle a été liée à la théorie générale darwinienne de l'évolution. Cela explique-t-il que des faits, des anomalies et des énigmes soient déniés, cachés et/ou ignorés ? Certainement. Les sciences biologiques aujourd'hui sont fondées sur le darwinisme.

Lucy, australopithecus afarensis

838077930.jpg
Image de synthèse de Lucy
309583164.png
Lieu de la découverte de Lucie
25034583.jpg
 

Lucy est le surnom du fossile complet à 40 % de l'espèce Australopithecus afarensis découvert en Éthiopie en 1974 par une équipe de recherche internationale. Datant d'environ 3,2 millions d'années et dotée d'une locomotion en partie bipède, Lucy a longtemps été considérée comme la représentante d’une espèce à l’origine de la lignée humaine avant d'être écartée des ancêtres directs du genre Homo.

 

  Lucy, une femelle de vingt ans environ, mesurant à peine à plus d’un mètre, appartenait à une espèce qui a évolué pendant plusieurs centaines de milliers d’années en Afrique de l’est, de l’actuelle Ethiopie à la Tanzanie, en passant par le Kenya. Les afarensis avaient une capacité crânienne moyenne d’environ 400 centimètres cubes, c’est-à-dire la plus faible de tous les hominidés connus. Ils présentent de nombreux caractères proches des nôtres, leurs mains par exemple étant certainement capables d’une préhension très précise.

Ils possédaient une forme de bipédie, mais qui a du être utilisée par les afarensis en alternance avec le grimper aux arbres. Cette bipédie devait certainement être d’un type éloigné de la nôtre, beaucoup plus chaloupée, avec des balancements latéraux importants. Une démarche qui devait poser certains problèmes à ces hominidés, car elle représentait une dépense énergétique importante, argument plaidant pour la persistance du grimper aux arbres.

Dominique Strauss-Kahn, le parfait mondialiste

277757998.jpg
Dans un cortège socialiste
763204518.jpg
DSK est né le 26 avril 1949 à Neuilly-sur-Seine

Issu d'une famille juive ashkénaze, il passe son enfance au Maroc mais doit quitter le pays à la suite du tremblement de terre d'Agadir.

 Il étudie alors à HEC et à l'Institut d'études politiques de Paris. Il est licencié en droit public, docteur en sciences économiques et professeur agrégé de sciences économiques. Il devient professeur d'économie à l'Université de Nancy 2 (1977-1980) puis à l'université de Nanterre (à partir de 1981) et à l'École nationale d'administration. Après un passage comme professeur à HEC, il a aussi enseigné la microéconomie et la macroéconomie à Institut d'études politiques de Paris.

En 1971, il travaille au Centre de recherche sur l’épargne, où il se lie d’amitié avec Denis Kessler (futur vice-président du MEDEF et à l'époque membre de l'extrême gauche). Ce dernier devient son assistant à Nanterre et ils écrivent ensemble, en 1982, L’épargne et la retraite.

 

A l'image de sa pensée très favorable à la mondialisation, Dominique Strauss-Kahn voit en l'Europe une chance, et non un handicap. Elle doit permettre de défendre les Européens et donc les Français. Il s'est prononcé en faveur du « oui » au traité établissant une constitution pour l'UE. Toutefois, il a tenu compte du choix des Français et entend leur proposer de nouvelles solutions.

Dominique Strauss-Kahn estime que le pacte de stabilité doit être réformé afin de limiter les politiques budgétaires contracycliques. Le mandat de la Banque centrale européenne doit être élargi pour mieux prendre en compte les objectifs de croissance et d'emploi. Il s'agit de mettre en place un mélange de politiques (policy mix) budgétaire et monétaire plus efficace. Il souhaite l'augmentation du budget européen, pour conduire une véritable politique industrielle européenne et financer l'innovation. les règles communautaires en matière de concurrence devraient être repensées.

Il pense par ailleurs que l’Europe doit aller jusqu’à inclure l’ensemble du bassin méditerranéen, notamment la Turquie, le Maghreb et Israël. C'est en facilitant le développement du bassin méditerranéen qu'il sera notamment possible d'apporter des solutions aux problèmes liés à l'immigration...

20:07 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4)

Aristote au Mont Saint-Michel

Un simple scandale universitaire ?

La récente publication du livre de Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont Saint-Michel, Les racines grecques de l'Europe chrétienne au Seuil (Paris, 2008), créé une vive polémique au sein de la communauté intellectuelle et universitaire française. Le livre, paru il y a un mois et tiré à 4000 exemplaires est déjà épuisé et en réimpression. Plusieurs articles, pétitions et compte-rendus ont porté ce débat dans la sphère publique et médiatique au delà du microcosme des études médiévales, agitant même certains obscurs endroits de la blogosphère.

Mais pourquoi cette affaire ? Pierre Assouline commente avec ironie ce petit scandale du monde universitaire alors qu'un des historiens officiels du gouvernement, Max Gallo s'indigne sur France Culture de l'accueil fait au livre, dénonçant l'absence de véritable débat intellectuel. L'éditrice du livre, Laurence Devillairs parle d'une « Inquisition » contre ce livre et d'« anathème » lancé par les universitaires contre l'un des leurs...

Sylvain Gouguenheim est enseignant à l'École Normale Supérieure de Lyon et professeur des universités, habilité à diriger des recherches. Il est notamment connu dans le monde scientifique pour ses travaux sur les mystiques rhénans (La sybille du Rhin. Hildegarde de Bingen, abbesse et prophétesse rhénane, Paris, 1996). Après s'être intéressé aux Fausses terreurs de l'an mil (Paris, 1999), l'auteur s'attaque ici à ce qu'il considère comme autre mythe de l'histoire médiévale : la transmission d'une partie de la science antique et des savoirs aristotéliciens par les Arabes au Moyen Age. Abordant un des sujets les plus travaillés et les plus complexes de l'histoire culturelle et intellectuelle de l'Occident, l'auteur s'éloigne clairement de ses spécialisations académiques pour jeter un pavé dans la mare.

 Les Arabes n'auraient pas pu transmettre la pensée et la culture grecque !

L'auteur cherche à démontrer que la civilisation musulmane n'a connu qu'une « hellénisation superficielle » : « Jamais les Arabes musulmans n'apprirent le grec, même al-Farabi, Avicenne ou Averroès l'ignoraient ». Ainsi la majeure partie de cet héritage antique aurait été préservée par les chrétiens orientaux, les Syriaques, entre le IVe et le VIIe siècles. Du fait d'une incompatibilité linguistique entre l'arabe et le grec, les Arabes n'auraient qu'une part infime dans la transmission de la culture antique vers l'Occident chrétien.

Pour étayer sa thèse et abattre ce qu'il considère comme un lieu commun historiographique, Sylvain Gouguenheim place au centre de son argumentation l'oeuvre de Jacques de Venise, clerc italien ayant vécu à Constantinople, le premier traducteur européen d'Aristote au XIIe siècle. Cette insistance sur le rôle de ce clerc vient de la découverte récente d'un manuscrit de l'abbaye du Mont saint Michel. Ce manuscrit devient alors la preuve suprême que la philosophie aristotélicienne a été transmise directement de la Grèce antique à l'Occident latin.

Ainsi d'une analyse précise d'un point d'érudition, l'auteur élargit la portée de son propos, le plaçant son l'angle d'une problématique inspirée par le comparatisme entre des civilisations. L'Islam et la Grèce antique seraient des civilisations profondément étrangères l'une à l'autre pour des raisons d'ordre culturelles : les impératifs religieux musulmans auraient empêchés la pénétration réelle de la culture antique. Ce processus d'opposition structurant l'histoire aboutirait à des identités fondées sur « l'altérité conflictuelle entre chrétiens et musulmans ».

Ce comparatisme est appuyé sur une argumentation ethno-linguistique qui débouche sur un "racisme culturel" : « dans une langue sémitique, le sens jaillit de l'intérieur des mots, de leurs assonances et de leurs résonances, alors que dans une langue indo-européenne, il viendra d'abord de l'agencement de la phrase, de sa structure grammaticale. Par sa structure, la langue arabe se prête en effet magnifiquement à la poésie. Les différences entre les deux systèmes linguistiques sont telles qu'elles défient presque toute traduction ». Ainsi les caractéristiques linguistiques de l'arabe rendraient la civilisation musulmane inapte à recevoir la culture antique.

(Source: LePost)

17/05/2008

VIDEOS Le disque de Nebra - 3 parties

1) http://www.dailymotion.com/video/x3covr_le-disque-de-nebra-1-sur-3

 

2) http://www.dailymotion.com/video/x3cpun_le-disque-de-nebr...

 

3) http://www.dailymotion.com/video/x3cq6c_le-disque-de-nebr...

 

 

 

Rama Yade et le lobby rose

418131787.jpg
Amar Eday 
 La France compte demander aux Nations unies d'agir pour une "dépénalisation universelle de l'homosexualité", a déclaré samedi la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, Rama Yade, à l'occasion de la journée internationale contre l'homophobie.

Mme Yade, qui recevait des associations luttant contre les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle, a déclaré qu'elle avait présenté "le principe d'une initiative européenne appelant à la dépénalisation universelle de l'homosexualité, qui serait portée devant l'Assemblée Générale des Nations unies" durant la présidence française de l'UE, au second semestre 2008.

La secrétaire d'Etat "a annoncé aux associations que le gouvernement français reconnaissait désormais officiellement cette Journée internationale contre l'homophobie".

Elle s'est également "engagée à évoquer les cas d'homophobie constatés lors de ses déplacements à l'étranger", selon un communiqué de ses services.

Les organisations homosexuelles et de défense des droits de l'Homme se sont mobilisées à de nombreuses reprises pour que les demandeurs d'asile homosexuels iraniens ne soient pas renvoyés dans leur pays, en faisant valoir qu'ils risquaient d'y être persécutés, voire exécutés.

L'organisation Human Rights Watch (HRW) a par ailleurs placés vendredi les présidents polonais et ougandais en tête de son palmarès des responsables mondiaux coupables de discrimination envers les homosexuels.

Le président polonais Lech Kaczynski s'est prononcé publiquement contre la reconnaissance des unions homosexuelles et son homologue ougandais Yoweri Museveni incite ouvertement à la discrimination envers les homosexuels, a souligné l'organisation basée à New York.

Le Point 17 mai 2008